Connexion  •  M’enregistrer

La RKKA et la grande terreur...........

Après l'opération Barbarossa, les forces de l'Axe contraignent l'URSS au repli.
Après une série de succès, l'Allemagne s'enlisera progressivement puis cédera à Stalingrad et à Koursk.
MODÉRATEURS: Marc_91, alfa1965

Re: La RKKA et la grande terreur...........

Nouveau message Post Numéro: 11  Nouveau message de Mitrailleur Tassin  Nouveau message 03 Fév 2014, 19:30

J'écris ce post avec le plus possible de précautions oratoires, car je ne sais pas si mon parallèle est sensé.
Ne peut-on pas dire que les purges de l'armée rouge ont favorisé l'émergence d'une nouvelle vague d'officiers talentueux (Konev, Vatoutine, Cherniakovsky, Antonov, et j'en passe...) tout comme l'émigration des nobles aux débuts de la révolution a favorisé l'émergence des maréchaux de Napoléon ?
Les deux phénomènes sont ne sont pas forcément très comparables (parce par exemple il n'y a pas eu de vagues d'exécution massives des émigrés du niveau des purges staliniennes), mais quand même ...
Les armées révolutionnaires ont commencé par accumuler les désastres avant de révéler une nouvelle génération de chefs, tout comme l'armée rouge de 41 qui a subi défaite sur défaite, avant de se relever.
Qu'en pensez vous ?
Cordialement...

Technician 5th grade
Technician 5th grade

 
Messages: 32
Inscription: 29 Sep 2013, 09:48
Région: Midi Pyrénées
Pays: France

Voir le Blog de Mitrailleur Tassin : cliquez ici


Re: La RKKA et la grande terreur...........

Nouveau message Post Numéro: 12  Nouveau message de ulysse57  Nouveau message 03 Fév 2014, 19:32

L'exemple le plus frappant - si je puis dire - reste Rokossovski. Imaginez donc on lui pète les dents , on lui arrache les ongles pour finalement le ressortir du goulag faute d'avoir des officiers compétents en nombre conséquent.

Et il y est allé de bon coeur en se battant vigoureusement en Ukraine aux premiers jours de Barbarossa.

L'avantage c'est qu'avec son passif , il illustre parfaitement ce à quoi le frontovik devra s'attendre s'il baisse les bras. Et l'officier sortit du goulag fera tout pour ne pas y retourner.


Maintenant je rejoins ce qui a été écrit plus haut. Même si cette purge a éliminé des fins penseurs ( touk' - Isaiev et consorts ) , elle a permis de faire émerger une nouvelle génération d'officier qui se sont appropriés les idées des prédécesseurs. Une sorte de liquidation de l'Oedipe version Armée Rouge ;)
Cet effet de levier n'a pas pu être décelé rapidement du fait que Staline conservait la main-mise sur l'armée , avant de lâcher la bride devant Stalingrad. Permettant ainsi à la nouvelle génération d'exprimer son art totalement.


 

Voir le Blog de ulysse57 : cliquez ici


Re: La RKKA et la grande terreur...........

Nouveau message Post Numéro: 13  Nouveau message de mickeyl  Nouveau message 03 Fév 2014, 22:06

A contrario de ce qui vient d'être dit, Joseph Goebbels a écrit dans son journal :

« Le Führer explique encore une fois le cas Toukhatchevski et exprime l'opinion que nous étions absolument dans l'erreur à l'époque, lorsque nous croyions que Staline ruinerait ainsi l'Armée rouge. C'est le contraire qui est vrai : Staline s'est débarrassé de tous les cercles d'opposition de l'Armée rouge et a ainsi réussi à ce qu'il n'y ait plus de courant défaitiste dans cette armée. [...] Vis-à-vis de nous, Staline a en plus l'avantage de ne pas avoir d'opposition sociale, car le bolchévisme l'a supprimée elle aussi au cours des liquidations de ces vingt dernières années. [...] Le bolchévisme a éliminé ce danger à temps et peut ainsi tourner toute sa force contre son ennemi »
«La guerre pour moi, c'était les plus belles années de ma vie, simplement parce que j'en suis sorti vivant»

~ Bob Maloubier ~

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2028
Inscription: 01 Fév 2013, 15:03
Région: rhone
Pays: france

Voir le Blog de mickeyl : cliquez ici


Re: La RKKA et la grande terreur...........

Nouveau message Post Numéro: 14  Nouveau message de Pierre Lefèvre  Nouveau message 03 Fév 2014, 22:12

Disons que de ce que j'en ai compris, si les purges ont permis l'éclosion de brillants nouveaux chefs, c'est quand même à un prix délirant! Quand on voit l'impact psychologique sur le Commandement au moment de la guerre en Finlande et jusqu'à la fin 41 on parle quand même d'un sacrifice humain et financier impossible à chiffrer. De même, cela permettra de donner une importance exagérée aux commissaires politiques, avec des conséquences désastreuses aux débuts de Barbarossa.

Mais j'ai également l'impression que l'impact exact des purges est impossible à comprendre totalement, de par son utilisation par la propagande d'après-guerre, qui a aimé ressortir cet "épouvantail" montrant de façon supposée implacable le caractère barbare de l'ex-allié :( . Pour moi cela fausse le jugement.

Technician 5th grade
Technician 5th grade

 
Messages: 44
Inscription: 21 Jan 2014, 22:23
Région: Dinant
Pays: Belgique

Voir le Blog de Pierre Lefèvre : cliquez ici


Re: La RKKA et la grande terreur...........

Nouveau message Post Numéro: 15  Nouveau message de Léon Juno  Nouveau message 03 Fév 2014, 23:11

J'ai aussi le ''Joukov'' de Lopez, il y donne une bonne description de la RKKA d'avant les purges et c'est loin d'être le bonheur total. Toutes les carences de 41 y sont déjà et pas qu'un peu. Ainsi a la p. 114 il dit ceci:

«La compétence n'était pas le critère du choix des officiers mais plutôt l'attitude politique et l'origine sociale.»

Aucun esprit de corps, rivalités, jalousies, haines sont présente. Face au pouvoir, on se dénonce, on se calomnie, on se piège mutuellement. Les initiatives personnelles étaient loin d'être le propre des officiers de l'Armée Rouge.

P.S. une fois j'ai ramassé ça sur le net. Est-ce-que quelqu'un peut confirmer?

«Le général de Castelnau, brillant officier général de 1914, était surnommé le « capucin botté » par Clemenceau et se heurta toute sa vie aux francs-maçons.

Mais les faits sont têtus. Dans les trois premiers mois de la guerre de 1914, il fallut destituer 180 généraux incapables, choisis pour leur conformisme politique ou philosophique, non pour leur valeur. Des dizaines de milliers de soldats français tombèrent, victimes de l’incurie de ces chefs.
En revanche, la guerre révéla la valeur militaire d’autres hommes : Foch, Pétain, Castelnau furent de ceux-là.»


Et puis ça aussi, ça date de sept. 38 avant Munich:

«Phipps faisait toujours pression sur les hommes politiques français en faveur de la position britannique. Il signala à Herriot que les purges avaient affaibli l’Armée rouge, bien qu’apparemment il n’ait pas entendu parler du succès remporté par les troupes soviétiques contre le Japon à la frontière mandchoue. Herriot rétorqua : « Pendant la Révolution, nous avons exécuté beaucoup de généraux et cela a donné de bons résultats. Je pense que les armées françaises auraient encore été meilleures si l’on avait supprimé davantage de généraux86 ! » En fait, pour Herriot, l’effet des purges sur l’Armée rouge ne faisait pas une grande différence : la France avait besoin de l’alliance avec les Soviétiques contre l’Allemagne. C’était son « idée fixe » depuis les années 20.»

Major
Major

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 214
Inscription: 02 Déc 2010, 07:56
Région: Charlevoix Québec
Pays: Canada

Voir le Blog de Léon Juno : cliquez ici


Re: La RKKA et la grande terreur...........

Nouveau message Post Numéro: 16  Nouveau message de ulysse57  Nouveau message 04 Fév 2014, 12:26

mickeyl a écrit:A contrario de ce qui vient d'être dit, Joseph Goebbels a écrit dans son journal :

« Le Führer explique encore une fois le cas Toukhatchevski et exprime l'opinion que nous étions absolument dans l'erreur à l'époque, lorsque nous croyions que Staline ruinerait ainsi l'Armée rouge. C'est le contraire qui est vrai : Staline s'est débarrassé de tous les cercles d'opposition de l'Armée rouge et a ainsi réussi à ce qu'il n'y ait plus de courant défaitiste dans cette armée. [...] Vis-à-vis de nous, Staline a en plus l'avantage de ne pas avoir d'opposition sociale, car le bolchévisme l'a supprimée elle aussi au cours des liquidations de ces vingt dernières années. [...] Le bolchévisme a éliminé ce danger à temps et peut ainsi tourner toute sa force contre son ennemi »



De quand est daté ce texte ? A le lire on pourrait presque croire qu'il légitimiste la prise de pouvoir complète de Hitler sur le front de l'Est.


 

Voir le Blog de ulysse57 : cliquez ici


Re: La RKKA et la grande terreur...........

Nouveau message Post Numéro: 17  Nouveau message de Lusi  Nouveau message 04 Fév 2014, 12:50

Bonjour Prosper,

"Pas au Stalag, mais au Goulag!!!! Où camp de redressement."
Désolé Prosper, le pire c'est que je voulais écrire goulag. J'ai écris le message en plusieurs fois au boulot et ça a merdu à un moment ::fessée::
A+
JP
Pour les enfants, aimez-les, aidez- les, soutenez- les !
http://www.associationrebondir.com/
http://www.nathangrainedesoleil.org/ http://www.asso-louis-carlesimo.com/ Tout le monde chante contre le cancer http://toutlemondechante.net/ Les enfants protégés - Ecoutez –les : http://www.enfants-proteges.fr "
" Un homme n'est jamais aussi grand que lorsqu'il est à genoux pour aider un enfant "

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4237
Inscription: 13 Juin 2013, 11:41
Région: Loiret
Pays: FRANCE

Voir le Blog de Lusi : cliquez ici


Re: La RKKA et la grande terreur...........

Nouveau message Post Numéro: 18  Nouveau message de Mitrailleur Tassin  Nouveau message 04 Fév 2014, 19:03

C'est sûr que le prix des purges de l'armée a été délirant. Et ces purges ont entrainé des vagues de pauvres citoyens bien loin des arcanes du pouvoir dans leur sillage...
Par contre, il est possible peut être qu'elles aient permis de liquider "en douceur" la "clique de la cavalerie" qui avait fait montre de son incompétence en 39-40 contre la Finlande, puis aux débuts de Barbarossa ...
Mis à part quelques exemples (comme Pavlov) ces mises à l'écart se sont passées plus "calmement" et les intéressés ont pu se sentir soulagés de leur sort presque enviable.

Technician 5th grade
Technician 5th grade

 
Messages: 32
Inscription: 29 Sep 2013, 09:48
Région: Midi Pyrénées
Pays: France

Voir le Blog de Mitrailleur Tassin : cliquez ici


Re: La RKKA et la grande terreur...........

Nouveau message Post Numéro: 19  Nouveau message de carlo  Nouveau message 04 Fév 2014, 22:02

Mitrailleur Tassin a écrit:C'est sûr que le prix des purges de l'armée a été délirant. Et ces purges ont entrainé des vagues de pauvres citoyens bien loin des arcanes du pouvoir dans leur sillage...
Par contre, il est possible peut être qu'elles aient permis de liquider "en douceur" la "clique de la cavalerie" qui avait fait montre de son incompétence en 39-40 contre la Finlande, puis aux débuts de Barbarossa ...
Mis à part quelques exemples (comme Pavlov) ces mises à l'écart se sont passées plus "calmement" et les intéressés ont pu se sentir soulagés de leur sort presque enviable.


"Clique de la cavalerie" dont sont issus Joukov, Koniev ou Rokossovski. Rien n'est si simple à vrai dire.
Je n'ai pas lu le Joukov de Jean Lopez, par contre je suis en train de lire la bio de Joukov par Geoffrey Roberts (qui est aussi le commentateur de la dernière édition anglaise des mémoires de Joukov). L'approche est sans doute un peu différente de celle de Lopez, beaucoup est déjà dit dans les titres: pour Lopez, Joukov est "L'homme qui a vaincu Hitler", pour Roberts, c'est le "Stalin's General", le général de Staline...
Отребью человечества
Сколотим крепкий гроб!

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2128
Inscription: 13 Oct 2007, 11:33
Localisation: Bruxelles

Voir le Blog de carlo : cliquez ici


Re: La RKKA et la grande terreur...........

Nouveau message Post Numéro: 20  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 24 Fév 2014, 20:34

(message rédigé à partir de mes notes sur La G.G.S.)

Les purges qui ciblent le corps des officiers de l'Armée rouge en 1937-1938 se rattachent à une épuration d'ordre plus global, une gigantesque politique de purification institutionnelle et sociale. Cette dernière, qui a été désignée sous le terme de "Grande Terreur" ou de Iejovschina, vise à la fois les cadres et la population. Il s'agit de briser, par une violence inouïe, les éventuels foyers d'opposition dans un contexte de crise internationale et intérieure, économique et idéologique.

Sur le plan extérieur, l’U.R.S.S. est confrontée

- à la prise du pouvoir de Hitler, lequel remilitarise la Rhénanie en 1936 et se lance dans une politique de réarmement tous azimuts;
- à l'expansionnisme japonais en Chine;
- à la prolifération de régimes d'extrême droite en Europe, notamment par le biais d'un putsch militaire en Espagne le 18 juillet 1936, et qui conduira à la guerre civile;
- et inversement à une certaine carence des Occidentaux devant la montée de ces périls.

Or, sur le plan intérieur, l'U.R.S.S. est fragilisée.

Crise de popularité, tout d'abord. Malgré l’accroissement des pouvoirs de Staline, malgré le culte de la personnalité dont il fait l’objet, malgré la tentative de relance du dynamisme révolutionnaire par la politique du "Grand Tournant", qui prévoyait une "industrialisation à toutes vapeurs" et une collectivisation des terres destinée à nourrir le prolétariat et mater la paysannerie, son régime est critiqué, en particulier dans les campagnes où les méfaits de la réforme agraire ont généré pauvreté, famine et crise de la production alimentaire. La crise apparaît plus profonde encore dans les régions périphériques, où une grande partie de la population prédit, voire espère une invasion étrangère pour éliminer l’oppression stalinienne - voir ce lien: http://www.persee.fr/web/revues/home/pr ... _71_1_1379

Crise économique, ensuite. Pour des raisons sur lesquelles je ne reviendrai pas, la production industrielle connaît encore de nombreux ratés, en dépit du lancement de campagnes d’émulation tels que le stakhanovisme.

Crise sociale, en outre. Les bouleversements induits par les Plans quinquennaux, la collectivisation et les famines ont contraint de nombreux paysans à s’établir dans les villes: ce gigantesque exode rural n’a pas manqué d’inquiéter le régime, enclin à voir dans ces nouveaux citadins des facteurs de désordre et d’opposition au communisme, ce qui l’a poussé à instaurer un système de passeports pour ficher la population, contrôler ses déplacements, voire expulser les « indésirables » des réseaux urbains.

Crise structurelle, qui se mue en crise politique, enfin. La bureaucratie, en effet, a démesurément enflé, générant de multiples conflits de compétences, règne des « petits chefs » et sources de pouvoir concurrentes, qui alimentent la contestation du régime.

Cela fait trop de crises pour un régime qui se proclame révolutionnaire, et pour un Staline atteint de pathologie paranoïaque. Surtout si l'on se souvient qu'un rival de poids s'est dressé contre lui: Trotski, l'exilé, qui ne manque pas d'appeler au renversement du tyran, tout en dressant un réquisitoire qui se veut d'autant plus implacable qu'il se pare des atours du discours intellectuel. Et si un tel discours finissait par déteindre sur les cadres? Et si la "vieille garde" du Parti, les "nouveaux cerveaux" de l'Armée rouge, finissaient par s'y rallier? Pas question, en ce sens, de laisser les différentes crises simultanées dégénérer en crise idéologique...

Ces différents facteurs ont sans doute pesé dans la décision du dictateur de lancer, à partir de 1936, la "Grande Terreur", qui combine délire révolutionnaire et pragmatisme managérial.

Comme l’indique Nicolas Werth, "ces purges devaient détruire tous les liens politiques, administratifs, professionnels et personnels générateurs de solidarité, ce que Staline appelait les « cercles de famille », et promouvoir une nouvelle couche de jeunes dirigeants qui devraient leur carrière vertigineuse au Guide et lui seraient totalement dévoués" (Nicolas Werth, L’ivrogne et la marchande de fleurs. Autopsie d’un meurtre de masse 1937-1938, Paris, Tallandier, 2009, p. 22). Il faut accentuer la dérive féodale, mafieuse, du régime, en instaurant un ordre politique où chaque vassal serait entièrement tributaire du suzerain du Kremlin.

L’épuration s’attaque ainsi aux cadres du Parti, aux directeurs de l’économie, aux fonctionnaires des services diplomatiques, aux idéologues du Komintern, aux officiers de l’Armée rouge, puis aux services de renseignements et à l’appareil policier lui-même. A cette occasion périssent de nombreux promoteurs d’une détente avec le Reich, ce qui dément l’allégation, souvent énoncée, selon laquelle la "Grande Terreur" aurait essentiellement visé les opposants d’une telle orientation diplomatique.

En toute hypothèse, ces purges sont d’une telle ampleur qu’elles paralysent le fonctionnement du Commissariat aux Affaires étrangères, entravant sérieusement la diplomatie russe. Des établissements diplomatiques et consulaires cessent littéralement de fonctionner, notamment dans des zones sensibles telles que la Pologne et la Roumanie. Le Haut-Commandement soviétique, lui, est décapité : sont en effet éliminés trois maréchaux sur cinq, treize généraux d’armée sur quinze, huit amiraux sur neuf, cinquante généraux de corps d’armée sur cinquante-sept, 154 généraux de division sur 186, tous les commissaires politiques d’armée, vingt-cinq commissaires de corps d’armée sur vingt-huit. Au moins vingt mille officiers soviétiques arrêtés ou chassés de l'armée ne seront pas réintégrés, la plupart exécutés.

Cette purge massive des cercles dirigeants de l'Etat et du Parti se veut aussi un moyen de rapprocher Staline du peuple. En faisant mine de s'attaquer aux "cadres incompétents", Staline fait oeuvre démagogique, créant un lien particulier avec la "base", comme le fera Mao sous la Révolution culturelle en lançant la jeunesse à l'assaut du Parti. Il passe pour un nouveau "Tsar" sage et bienveillant, à l'écoute des plaintes des "petites gens", si à l'écoute qu'il élimine l'objet de leurs récriminations...

Pour autant, il n'est pas question de donner entièrement au peuple l'illusion qu'il a son mot à dire. Lui aussi doit être écrasé, purgé de ses "éléments nuisibles": de fait, 750.000 personnes sont assassinées en seize mois, de 1937 à 1938, 800.000 autres sont déportées au Goulag. Devrait en résulter une société nettoyée de ses vices, et toute entière tournée vers l'avenir radieux, du moins contre les agresseurs impérialo-fascistes qui encerclent l'Union soviétique.

Au final, quel bilan peut-on tirer?

La "Grande Terreur" discrédite durablement l'U.R.S.S. Comme les services de renseignements soviétiques sont également touchés, certains de leurs hauts responsables, tels que les généraux Walter Krivitski (chef du contre-espionnage militaire soviétique pour l’Europe occidentale) et Genrikh Liouchkov (chef de la Sécurité d’Etat pour l’Extrême-Orient), font défection par crainte pour leur vie, et répandent l’idée que l’Union soviétique est bien trop affaiblie pour mener une guerre. La France, notamment, est peu encline à voir dans l’Armée rouge désormais saignée à blanc une force de combat digne de ce nom. Hitler, en revanche, s’en réjouit, comme l’atteste à plusieurs reprises Goebbels dans son Journal, et on peut supposer que le lancement, en 1938, de sa politique d'expansion à l'Est répond aussi à cette conjoncture favorable née du désordre causé par les grandes purges.

Sur le plan intérieur, la Terreur stalinienne a pris l'allure d'une épidémie de peste médiévale. Un parent, un voisin, un ami pouvaient "disparaître" du jour au lendemain, emmené par les sinistres agents de la police politique. Pareille atmosphère a imprégné les mentalités, rongé les militaires (notamment en 1941, lorsque ces derniers attendront les ordres au lieu de prendre des initiatives, falsifieront leurs rapports pour échapper aux poursuites, donnant une image délirante de la réalité militaire à la Stavka), découragé les services de renseignements, suscité la paranoïa chez les civils. Elle a certes crée ainsi un état d’esprit peu propice à la contestation du régime... à moins qu’une alternative politique se fasse jour, comme l’espéreront des Ukrainiens et des Baltes lors de l’invasion nazie. Car dans les cas où l'Etat soviétique fera mine de s'effondrer, cette contestation reprendra ses droits (notamment lors de la fameuse "panique de Moscou" à la mi-octobre 1941, mais aussi tout au long de l'été).

Les cadres perdus n'ont pas été remplacés dans leur totalité, ce qui était d'autant plus grave que, chez l'Armée rouge, ils n'étaient pas en nombre suffisant pour encadrer leurs effectifs. Et lorsque les postes "libérés" ont trouvé preneurs, ces nouveaux chefs n'étaient pas nécessairement expérimentés. Comme l'écrira Alexandre Nekritch, "au début de la guerre, 7 % seulement des officiers possédaient des diplômes d’études militaires supérieures, 37 % n’avaient pas achevé leurs études militaires secondaires. En été 1941, environ 75 % des officiers et 70 % des commissaires politiques n’occupaient leurs fonctions que depuis un an" (Alexandre Nekritch, L’Armée rouge assassinée. 22 juin 1941, Paris, Grasset, 1968, p. 120). Ceux qui échapperont au cyclone nazi de 1941 auront gagné leur expérience dans le sang. Et le règne des "petits chefs" n'a pas pris fin - simplement, il s'agissait des "petits chefs" de Staline.

Au final, la "Grande Terreur" a considérablement nui aux intérêts de l'U.R.S.S. Elle a porté un coup terrible à son administration, à sa population, à son image de marque aussi, à une époque où le danger que représentait Hitler ne donnait aucun droit à l'erreur. Dans la mesure où il n'a jamais été établi que les effectifs purgés représentaient une menace réelle pour Staline, on ne peut véritablement souscrire à l'idée, que je lis ici ou là, selon laquelle les grandes purges auraient conduit à liquider une fantasmagorique Cinquième Colonne.
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 15:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers LE FRONT DE L'EST




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  MARKET GARDEN, PLAN ET EXECUTION CE QU'IL AURAIT FALLU FAIRE POUR GAGNER... 
il y a 3 minutes
par: JARDIN DAVID 
    dans:  Rennes réseau F2 
il y a 55 minutes
par: Le défi 91 
    dans:  LES CAUSES D'UNE DÉFAITE, LA FRANCE POUVAIT-ELLE GAGNER? 
Aujourd’hui, 00:22
par: thucydide 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Hier, 23:40
par: iffig 
    dans:  trouvailles sur les sites de vente 
Hier, 23:39
par: iffig 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Hier, 23:12
par: iffig 
    dans:  [DU 1er SEPTEMBRE 2018 au 31 OCTOBRE 2018]: Feu sur les véhicules d'écolage ( Allié ou Axe) 
Hier, 21:50
par: Signal Corps 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Hier, 21:07
par: coyote 
    dans:  uniforme armée basque 
Hier, 21:06
par: Cat 
    dans:  S.A.S. dans les Vosges 
Hier, 20:41
par: JARDIN DAVID 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google Master et 5 invités


Scroll