Connexion  •  M’enregistrer

1400 Malgré-Nous

Après l'opération Barbarossa, les forces de l'Axe contraignent l'URSS au repli.
Après une série de succès, l'Allemagne s'enlisera progressivement puis cédera à Stalingrad et à Koursk.
MODÉRATEURS: Marc_91, alfa1965

1400 Malgré-Nous

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Borovic  Nouveau message 07 Fév 2009, 15:21

Bonjour,

...... étant un peu éloigné des rives de la Grande Bleue, j'ai une question

...... Deuxiéme semaine de juillet 1944, 1400 Malgré-Nous, apres avoir été séparés des autres prisonniers allemands et rassemblés dans un camp de regroupement en URSS, ont été rapatriés vers Alger sur demande du CFLN.
- que sont-ils devenus ? (mis en quarantaine, repris les armes, démobilisés)
- ont-ils laissé des témoignages écrits sur leur séjour au pays des Soviéts ? (livres, documents, une référence)

Merci !( j'ai a peu pres compris comment ils ont pu quitter l'enfer des camps staliniens, mais apres, j'ai rien trouvé.)
Varsovie sous une belle journée ....... d'automne : grand soleil, + 8° et toujours pas un gramme de neige

Brigadier General
Brigadier General

 
Messages: 382
Inscription: 18 Sep 2006, 18:36
Localisation: Varsovie

Voir le Blog de Borovic : cliquez ici


Re: 1400 Malgré-Nous

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Yak  Nouveau message 01 Avr 2009, 12:59

Ce n'est pas 1,400 mais 1,500.

Voila un post que j'avais ecrit pour un autre forum, si cela t'interesse.

"Les 1,500"


Voici une histoire que peux de gens connaissent puisqu’elle embarrasse beaucoup de monde, l’histoires des "Malgré Nous", ou MN. Je n’ai pas la prétention de faire un post sur les MN en générale, car la je pourrais, et devrais écrire des pages entières, mais simplement évoquer le destin de 1,500 d’entre eux qui vont porter les uniformes Allemands, Soviétique, Anglais et enfin Français. 1,500 hommes venant de Moselle ou d’Alsace, 1,500 hommes jamais reconnu dans l’uniformes qu’ils porterons, 1,500 hommes qu’on a mis en avant puis complètement délaissé, oublié, au grés de besoins humain, des tractations politique, 1,500 hommes qui vont servir de monnaie d’échange et de pion sur l’échiquier stratégique des relation Franco-Russe.

Introduction rapide
Tout d’abords, qu’est ce que les MN ? Ce terme définit les Ressortissant de la zone Moselle Alsace annexée purement et simplement par l’Allemagne Nazi qui vont être oblige de servir dans l’Armée Allemande (Wehrmacht et Waffen SS).
Le terme apparaît pour la première fois dans l’allocution de Maître Kalb, un résistant alsacien, qui, sous le pseudo de Jacques d’Alsace, parle, le 19 avril 1943 à la BBC "des Malgré Eux , victime du silence complice et du lâche abandon de Vichy". Le terme malgré eux va rapidement être reprit par les intéressé lors de leur retour en France deux an plus tard et transformé en malgré nous.

La France de 1940-44
Image

Prestation de serment au Führer à la fin de l’instruction
Image

Devant l’Acropole en Grèce
Image


Les tractations
Des décembre 1942, de Gaulle projette de former une brigade de combattant sur le front de l’Est à partir de MN qui déserteraient la Wehrmacht ou se rendrait, un peu à l’image de l’escadrille Normandie Niemen. Roger Garreau, chef de la délégation de la France libre en URSS reçoit dont l’ordre de prendre contact avec les autorités compétentes le 8 mars 1943, au moment ou les premiers Alsacien arrivent sur le front Russe. Cela va se traduire rapidement par des appels des soviétique à la désertion pour les Alsaciens Mosellans présent sur le front de l’Est. Toutefois, le 23 mars, les autorités soviétiques font savoir que les Alsaciens Mosellans pris les armes aux mains se verraient appliquer le régime appliqué à tous les prisonniers de guerre. Ce refus est motivé par le fait que les soviétiques ne veulent pas que d’autre gouvernement, en particulier la Pologne, formule le même genre de demande.
En juin 43 les appels à la désertion portent leur fruit, toutefois, aucune disposition spéciales ne serait applique aux déserteur qui vont se retrouver au milieu de prisonnier de guerre Allemand et subir « les pires brimades ».

A Cracovie en Aout 43. On voit clairement leur intention : La desertion.
Image


Malgré cela, l’obstination française va payer, et le 6 août, les soviétique admettent qu’il faudrait séparer les Français de prisonniers Allemands et leur accorder un régime de faveur. Cette décision est suivit, en Août 43 par l’accord de Joukov pour la formation d’une brigade d’Alsaciens Mosellans incorporé dans l’armée rouge. Mais voila, entre temps le CFLN à Alger a change sont fusil d’épaule et demande que les MN soit rapatrié en Afrique du nord afin d’être incorporé dans l’armée Française. Leur demande se base sur deux arguments

1-Le réciprocité : le gouvernement d’Alger a libéré les ressortissant Soviétique détenue en Afrique du Nord.
2-Il invoque le risque pour les MN combattant sur le front de l’Est d’être fusillé par les Allemands pour désertion en cas de capture.

Ceci va immédiatement refroidir les rapports Franco-soviétique, ce qui va avoir une influence négative sur le sort des Alsaciens Mosellans. Les mises en garde répété de Roger Garreau et du général Petit, chef de la mission militaire Française en URSS ne changent rien des décision du CFLN à Alger qui vit dans un autre monde, à des milliers de kilomètres de la situation des prisonniers de guerre dans les camps soviétique. En effet les conditions de détention sont effroyables. On estime que au moins 4,000 MN vont mourir en détention dans les camps soviétique. Ainsi au camps de Tambov, « le camp Français » (qui comprend 15 nationalité différente) aussi connu comme le camp N° 188, situé à 430 km au sud est de Moscou, les conditions de détention sont effroyables. Les prisonniers y survivent dans une effarante promiscuité[sup][1][/sup] et dans une hygiène déplorable, à l'abri de baraques creusées à même le sol pour mieux résister au terrible hiver russe où la température descend en dessous de -30 °C. Un peu de soupe claire et environ 600 grammes de pain noir, presque immangeable, constituent la ration journalière estimée à 1340 calories (en comparaison, en 1944, les détenus d'Auschwitz recevaient 2000 calories par jour). On estime qu'environ un homme sur deux mourait à Tambov après une durée moyenne d'internement inférieure à quatre mois.

Les camps de prisonniers en Union Soviétique
Image



Finalement, après mainte pérégrinations, le gouvernement soviétique va accepter, le 6 mai 1944, de libérer et d’acheminer vers l’Afrique du Nord, 1,500 prisonniers de guerre Française enfermé a Tambov, qui se sont rendu ou déserté la Wehrmacht. Le 8, le CFLN est mis au courant. Toutefois, les autorités Française ne vont pas se presser, au grand étonnement des soviétiques, à tel point que Garreau est oblige de télégraphier en urgence à Alger afin de demander l’acheminement des 1,500 en Afrique du Nord via l’Iranet les autorités Britannique….

Le retour de 1,500
Le 4 juillet 1944, le général Petit, accompagné de deux officiers Français se rende au camp de Tambov accompagné du général Petrov. Pendant 2 jours, ils vont établir la liste de 1,500 autoriser a quitter le camp.

Le général Petit et le général Petrov arrivent à Tambow
Image


Le 6 juillet, le général Petrov remet officiellement les 1,500 au général Petit. L’accord se termine par cette phrase : « Les prisonniers interrogés ont déclaré ne pas avoir de plaintes ni de réclamations à formuler »…. !!!!

Signature
Image

Les 1,500 rassemblés en uniforme soviétique avant le départ
Image

Les 1,500 en uniforme Britannique à Téhéran, et Français en Algérie…
Image


Le départ a lieu le 7 par chemin de fer. Ceux-ci sont remit au Britanniques à Téhéran ou il seront parque dans un camps de prisonnier avec mirador et fils de fer barbelé afin qu’ils ne puisse aller se plaindre des mauvais traitement reçu par les « Alliers » soviétiques, ce qui compromettant les relation Franco-soviétique ainsi que les chance de survit des MN encore détenu en Union Soviétique.

Les hommes sont ensuite acheminés à Alger ou il sont « Logé » à la caserne d’Artillerie de Maison Carré. La peur qu’il révèlent les mauvais traitement inflige par les Alliés soviétique est telle, que leur arrivé a Alger est escamotes, et aucun civil n’est autorise à prendre contact avec eux. Il faut savoir qu’a l’époque, l’URSS est l’Allié principal de Gaulle face au Anglo américains.

Il ne faut SURTOUT pas froisser la susceptibilité des soviétiques….

Les 1,500 seront les seuls MN libérés avant la fin des hostilitées…..

Contrairement à ce que dis le Maréchale Boulganine, il semble bien qu’il y ai encore des MN sur le territoire de l’union soviétique, tout du moins des Alsaciens qui purgent des peines pour « crime de guerre », au nombre de 13, comme l’indique cet article de "L’Alsace", en date du 22 Septembre 1955. 12 seront libéré le 22 septembre 55, jours de la parution de cet article.
Image


En fait des Français seront rapatrié apres 55, mais aucun « malgres nous » officiellemnt

Le monument à la mémoire de Alsaciens morts dans les camps soviétique, à Mulhouse. Ce sont les anciens de Tambov qui a force de pugnacité vont permettre l’inoguration de ce monument le 23 avril 1983.
Image


C’est le seul monument à la mémoire de Malgres nous....

Quelques chiffres
* Entre Octobre 1942 et Novembre 1944, 129,979 MN vont être incorporé dans le Wehrmacht et les Waffen SS. 22,549 seront tué au combat, 8,762 ne rentrerons jamais principalement mort dans les camps de prisonniers Soviétique, 32,000 seront blessée dont 10,000 mutilés.

* 1 MN sur 4 payera donc de sa vie son incorporation de force (chiffre du rapport Mutter de 1955).

* Le dernier MN, Jean-Jacques Remetter, ne rentrera chez lui qu’en 1955….

Jean-Jacques Remetter, officiellement le dernier MN rentré en France le 13 avril 1955
Image


[1] Tambow
En 1942 les Alsaciens et les Lorrains sont déclarés "Volksdeutsche". A ce titre, plus de 130 000 jeunes Alsaciens et Mosellans furent incorporés de force dans la Wehrmacht pour la majorité et, pour certains, dans la Waffen SS. Même si les officiers affectent de les considérer comme des Allemands à part entière, ils savent que leurs cœurs penchent du "mauvais" côté et, pour éliminer tout risque, les envoient massivement se battre sur le front de l'Est. Mis en première ligne, ces jeunes, obligés de combattre pour l'ennemi, sont les victimes privilégiées d'un combat qui n'est pas le leur. Sur le Front russe, une question se pose : Que faire ? Continuer à se battre au côté de l'ennemi ? Ou déserter pour rejoindre les Russes, alliés objectifs de la France ? Les Soviets qui savent que les troupes allemandes contiennent des soldats "pas comme les autres", tentent des opérations de séduction. Ils lâchent par avions des "laissez-passer" et, la nuit, par-dessus les tranchées, ils lancent des messages par haut-parleurs pour inciter les Français à déserter et à venir rejoindre le combat de de Gaulle. Mais déserter est une tâche affreusement risquée. En effet le déserteur risque autant de se faire fusiller dans le dos par les Nazis que d'être abattu par les Soviets voyant arriver sur eux un homme habillé de l'uniforme ennemi... En fait, pris dans la déroute de l'armée allemande, la plupart des hommes n'ont guère le temps d'envisager la question. Les "Frantzouskis" sont faits prisonniers par les Russes et directement conduits en camp. Après la tyrannie de la croix gammée, voici celle de la faucille et du marteau ! Car finies désormais les belles promesses de rejoindre de Gaulle : les prisonniers, après un interrogatoire poussé, sont conduits au goulag. Ici, il a un nom : Tambow, un sinistre camp cerclé de barbelés, situé à 450 kilomètres de Moscou, où s'entassent plus de 10 000 hommes de 13 nationalités différentes. A Tambow, les conditions de détention sont effroyables. Les prisonniers y survivent dans une effarante promiscuité et dans une hygiène déplorable, à l'abri de baraques creusées à même le sol pour mieux résister au terrible hiver russe où la température descend en dessous de moins 30°C. Un peu de soupe claire et environ 600 grammes de pain noir, presque immangeable, constituent la ration journalière estimée à 1340 calories (en comparaison, en 1944, les détenus d'Auschwitz recevaient 2000 calories par jour). On estime qu'environ un homme sur deux mourait à Tambow après une durée moyenne d'internement inférieure à quatre mois. 10 000 Français terminèrent ainsi leurs jours au camp de Tambow. On ne peut qu'être atterré par le sort de ces hommes. Alors qu'ils auraient dû connaître un traitement spécial, conformément à leur statut d'alliés, ils n'eurent droit qu'aux plus atroces tortures. Le régime du camp de Tambow fut comparé par certains à celui des camps de concentration nazis. Privés de toute liaison avec leur pays et leurs familles, ces Alsaciens et ces Lorrains se sont retrouvés oubliés de tous.


d’après Eugène Riedweg, Les " Malgré Nous "

A lire

Image


 

Voir le Blog de Yak : cliquez ici


Re: 1400 Malgré-Nous

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Vincent Dupont  Nouveau message 01 Avr 2009, 20:54

Bonsoir,
Merci pour ce post, Yak, mais n'y a-t-il que ce livre qui traite des Malgrés-Nous ? parce que je cherche des infos sur leur retour en Alsace en 1945, s'ils ont du passer par la dénazification, s'il est fait état de leur mauvaise réintégration, etc... enfin si tu as des infos, je suis preneur.
Amicalement ;)
Vincent

Image
"L'ignorance du passé ne se borne pas à nuire à la connaissance du présent ; elle compromet, dans le présent, l'action même."
Marc Bloch
Fusillé par l'occupant le 16 juin 1944

Redac' Chef Histomag 3945
Redac' Chef Histomag 3945

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3227
Inscription: 20 Fév 2008, 22:44
Localisation: Saint-Quentin
Région: Entre Picardie et Champagne
Pays: France

Voir le Blog de Vincent Dupont : cliquez ici


Re: 1400 Malgré-Nous

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Yak  Nouveau message 02 Avr 2009, 05:19

Bonjour,
Attention qu'il n'y a pas qu'en Alsace, puisque, même si l'annexion n'a jamais été officiel, l'Alsace (ou Reichsgau Oberrhein-Alsace, pays de Bade) ET le Reichsgau Westmarch (Lorraine, Sarre-Palatinat) ont été administrativement rattaché au Reich par les décrets de Hitler du Le 2 Août puis le 18 octobre 40 (qu'il ne publiera jamais au journal officiel du Reich…). Cela sera "l'œuvre" des Gauleiter Robert Wagner comme chef de l’administration civile en Alsace et le Gauleiter Burckel pour la Moselle.

Sinon evidement non, il y a d'autres livres qui traitent du sujet, mais Eugène Riedweg fait assez reference dans le domaine.

Des infos, j'en ai oui, je ferais un petit topique si tu veux.


 

Voir le Blog de Yak : cliquez ici


Re: 1400 Malgré-Nous

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 02 Avr 2009, 09:11

Bonjour,
Yak a écrit:ET le Reichsgau Westmarch (Lorraine, Sarre-Palatinat)

La Lorraine toute entiere ou seulement la Moselle ?
Je croyais, a quelques villages pres, que seule la Moselle avait ete annexee de fait.


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Re: 1400 Malgré-Nous

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Yak  Nouveau message 02 Avr 2009, 09:35

Daniel Laurent a écrit:Bonjour,
Yak a écrit:ET le Reichsgau Westmarch (Lorraine, Sarre-Palatinat)

La Lorraine toute entiere ou seulement la Moselle ?
Je croyais, a quelques villages pres, que seule la Moselle avait ete annexee de fait.


C'est la Lorraine vue par les Allemands, ce qui correspond effectivement à a peut pres toute la moselle (sauf une petite partie au sud).


 

Voir le Blog de Yak : cliquez ici


Re: 1400 Malgré-Nous

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Vincent Dupont  Nouveau message 02 Avr 2009, 11:13

Bonjour,
Je sais qu'il n'y a pas que l'Alsace, mais il se trouve que je dois aborder dans mon travail le retour des malgré-nous alsaciens chez eux, j'ai déjà quelques petits trucs dans les archives de la Xe Région Militaire mais c'est maigre et vu que je ne connais pas bien le sujet des malgré-nous, et la bibliographie adéquate...enfin c'était le but de ma question quoi...
Amicalement ;)
Vincent

Image
"L'ignorance du passé ne se borne pas à nuire à la connaissance du présent ; elle compromet, dans le présent, l'action même."
Marc Bloch
Fusillé par l'occupant le 16 juin 1944

Redac' Chef Histomag 3945
Redac' Chef Histomag 3945

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3227
Inscription: 20 Fév 2008, 22:44
Localisation: Saint-Quentin
Région: Entre Picardie et Champagne
Pays: France

Voir le Blog de Vincent Dupont : cliquez ici


Re: 1400 Malgré-Nous

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Yak  Nouveau message 03 Avr 2009, 06:55

Touzet du Vigier a écrit:Bonjour,
Je sais qu'il n'y a pas que l'Alsace, mais il se trouve que je dois aborder dans mon travail le retour des malgré-nous alsaciens chez eux, j'ai déjà quelques petits trucs dans les archives de la Xe Région Militaire mais c'est maigre et vu que je ne connais pas bien le sujet des malgré-nous, et la bibliographie adéquate...enfin c'était le but de ma question quoi...
Amicalement ;)


quel genre d'infos veux tu ?


 

Voir le Blog de Yak : cliquez ici


Re: 1400 Malgré-Nous

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de Vincent Dupont  Nouveau message 03 Avr 2009, 07:53

Bonjour,
Bien, mais je ne veux pas vous embetter avec ça car si on peux trouver des infos dans les livres cités, je peux essayer de me les procurer...
Enfin je cherche des choses du genre : le nombre exact des malgré-nous alsaciens, comment se sont-il réinsérés en général ? ont-ils rempilé dans l'armée française ? (exemple symbole de l'adjudant Willsdorff dans la 317e s) ? Combien ? Comment le fait d'avoir tout de même servi l'Allemagne est-il perçu par la société et leur entourage ? J'avais lu je ne sais plus où qu'il y a avait des Alsaciens dans la Das Reich, quelle ont été les poursuites ? D'autres comparutions en justice ?
Enfin voilà ce qui me passe par la tête maintenant... Pour le moment je n'ai que des résumés très généraux de l'action de la Xe Région auprès de tout ceux qui rentrent en Alsace en 1945, dont les Malgré-nous, leur accueil quand ils rentrent par exemple, quand ils passent au siège de la Région Militaire.
En fait ce que je devrai exposer dans mon mémoire, c'est comment la Xe Région et le Gouvernorat de Strasbourg (et celui qui est à leur tête :mrgreen: ) vont traiter la question des Malgré-nous qui rentrent...

Amicalement ;)
Vincent

Image
"L'ignorance du passé ne se borne pas à nuire à la connaissance du présent ; elle compromet, dans le présent, l'action même."
Marc Bloch
Fusillé par l'occupant le 16 juin 1944

Redac' Chef Histomag 3945
Redac' Chef Histomag 3945

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3227
Inscription: 20 Fév 2008, 22:44
Localisation: Saint-Quentin
Région: Entre Picardie et Champagne
Pays: France

Voir le Blog de Vincent Dupont : cliquez ici


Re: 1400 Malgré-Nous

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Judex  Nouveau message 03 Avr 2009, 08:00

"En 1942 les Alsaciens et les Lorrains sont déclarés "Volksdeutsche".

Il me semblait que les Alsaciens n'étaient pas considérés comme des"Volksdeutsche", mais bien comme des "Reichsdeutsche" ! Une différence fondamentale...


 

Voir le Blog de Judex : cliquez ici


Suivante

Retourner vers LE FRONT DE L'EST




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  visite de la LM 
il y a moins d’une minute
par: Jumbo 
    dans:  Robert Capa 
il y a 4 minutes
par: betacam 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
il y a 15 minutes
par: iffig 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 13 
il y a 24 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 14 
il y a 40 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Saviez-vous que... 
il y a 50 minutes
par: Loïc Charpentier 
    dans:  mon oncle 
Aujourd’hui, 17:02
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Le Panther, selon l'interrogatoire d'un sous-off. allemand 
Aujourd’hui, 15:58
par: Loïc Charpentier 
    dans:  article sur des reconstituteurs 
Aujourd’hui, 12:52
par: JARDIN DAVID 
    dans:  Des juifs en Suède avant et pendant la WWII 
Aujourd’hui, 11:40
par: betacam 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Rob1 et 9 invités


Scroll