Connexion  •  M’enregistrer

Juin 41, la formidable résistance de Brest-Litovsk

Après l'opération Barbarossa, les forces de l'Axe contraignent l'URSS au repli.
Après une série de succès, l'Allemagne s'enlisera progressivement puis cédera à Stalingrad et à Koursk.
MODÉRATEURS: Marc_91, alfa1965

Juin 41, la formidable résistance de Brest-Litovsk

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de tietie007  Nouveau message 02 Mar 2007, 08:24

Sources : 39-45 magazine, n°119, Mai 1996, article de Bernard Crochet, p 18-27. Les sources utilisées pour cet article sont ;
- Nikolaï Koudriachov, La forteresse de Brest, éd Radouga, Moscou 1987
Paul Carell, Operation Barbarossa, Ed Robert Laffont, Paris 1964


1) Une forteresse importante mais périmée, défendue par des forces insuffisantes.

La citadelle a été commencée le 1er juin 1836 et terminée en 1842, sur une île délimitée par le Boug occidental et le Moukhavets. Ses abords sont couverts par trois forts détachés : Kobrine au nord, Volhynie au sud, Terespol à l’ouest. L’ensemble des ouvrages a été modernisé au début du 20e siècle. Mais l’édifice n’est plus adapté aux coups de l’artillerie moderne. L’enceinte extérieure s’étire sur 6.4 km soit une superficie de 4.5 km2.
Quelques mois avant le déclenchement des hostilités, la garnison de Brest compte environ 14 000 hommes. Mais la nuit avant l’assaut, il reste 7 à 8000 hommes dans la forteresse (des soldats édifient des ouvrages fortifiés le long de la frontière d’autres sont en manœuvre). Et dans les premières heures de l’invasion, la moitié de la garnison reçoit l’ordre de rejoindre les troupes de campagne.

2) Les forces allemandes.

La prise de la vieille forteresse échoit à la 45e division d’infanterie (12e Corps d’Armée, 4e armée). Elle dispose pour en venir à bout de 12 batteries d’artillerie lourde (dont des obusiers géants de 280, 615 et même 800 mm qui peuvent tirer des obus brisants anti-béton de 1250, 2200 ou plus de 4000 kg. Sans oublier 9 batteries de Nebelwerfer, soit environ 500 pièces d’artillerie qui peuvent tirer jusqu’à 4000 obus à la minute. Les avions d’assaut JU-87, plus connu sous le nom de Stukasont aussi de la partie.
Cinq à dix minutes avant le barrage d’artillerie, des groupes d’assaut allemands, s’emparent par surprise des ponts sur le Boug. Le barrage d’artillerie s’abat sur Brest et toute la région à 3h 15 matin. Dans ses mémoires, le pasteur Rudolf Gschöpf, l’un des acteurs du drame écrit :
« Nous pensions que de la forteresse il ne subsistait plus qu’un amas de ruines. Nous fûmes déçus : les Russes…avaient rapidement compris de quoi il retournait. Ayant constitué à la hâte des nids de résistance, ils s’accrochaient aux ruines avec une opiniâtreté incroyable ».
La forteresse va devenir pendant les premiers jours de l’invasion, le principal point de résistance soviétique dans ce vaste secteur de Biélorussie couvert de forêts.

3)La prise des forts.

Le fort de Volhynie.

Après le déluge d’artillerie, le commissaire politique Nikolaï Bogateïev organise la défense de l’hôpital, mais mal armés et à court de munitions, les allemands prennent l’hôpital le 22 juin vers midi. Les combats dans le fort se poursuivront jusqu’au 25 juin.

Le fort de Terespol.

Dès le déclenchement de l’assaut, les Stossstruppen allemandes réussissent à pénétrer dans le fort, mais elles en sont rejetées dans la journée, après plusieurs heures de combat. Pourtant la garnison de 300 hommes ne compte que des garde-frontières, des élèves de l’école des conducteurs, une compagnie de transport, une section de sapeurs, des cavaliers et des sportifs. Ne voyant aucune issue, l’infériorité étant trop manifeste, le commandant du fort donne l’ordre d’effectuer deux sorties. Le 1er groupe parvient à rejoindre dans la nuit du 24 au 25 juin le fort de Volhynie au prix de très lourdes pertes. Le 2nd groupe très éprouvé aussi rallie la citadelle le 30 juin.
Les combats pour le nettoyage du fort vont se prolonger pendant les premiers jours de juillet. 15 défenseurs seulement y survivront. Mais, du côté allemand, les pertes seront également très lourdes dans les rangs du 3e bataillon du 135e RI et du 1er groupe du 99e régiment d’artillerie.

Le fort de Kobrine.

C’est le plus grand des forts détachés. Un millier d’hommes en assurent la défense au moment de l’assaut. Malgré leur infériorité , les défenseurs, sous l’impulsion du commissaire politique Nikolaï Nestertchouk et du lieutnant Ivan Akimotchkine, parviennent à tenir leurs positions le 22 juin au soir.
Le 29 juin, la Luftwaffe bombarde le fort avec des bombes de 500 kg. Le sergent Rodion Semeniouk, miraculeusement rescapé des combats et de la captivité exhumera, 15 après, le drapeau du 393e Groupe autonome d’artillerie antiaérienne qu’il avait enterré durant le siège.

La citadelle.

Les soldats de la 84e RI soviétique, de la 333e et de la 44e vont se battre fanatiquement, sous l’impulsion du commissaire politique Efim Fomine, menant même des contre-attaques.
Le 24 juin, l’adversaire exerce un nouvel effort et engage des renforts mais les russes résistent. Alors que les avant-gardes blindées allemandes sont à 250 km plus à l’est, Brest résiste toujours. Fomine, Semeniouk et Zoubachev savent que le combat est sans issue, c’est pour cela qu’ils tentent plusieurs sorties qui se solderont pas des échecs coûteux.
Le 27 juin, les mortiers super-lourds allemands de 540 à 600 mm commencent à tirer sur la citadelle.
Le 29 juin, nouvel ultimatum infructueux adressé aux assiégés.
Début juillet, les allemands occupent la majeure partie de la forteresse. Fomine sera fusillé, Zoubachev mourra en captivité en 1944 au camp de Hamelburg.
Le 8 juillet 1941, le commandant de la 45e DI allemande envoie un rapport au 12e Corps d’armée, dans lequel il signale que toute résistance organisée a cessé dans la forteresse de Brest.

Le Bilan.

La prise de la forteresse de Brest a coûté aux allemands 482 morts, dont 80 officiers, et plus de mille blessés. Des pertes disproportionnées, en regard du total des pertes subies par les armées allemandes sur le front oriental entre le 22 juin et le 30 juin 1941 (8886 tués, chiffres cités par Paul Carrell, p 40) On ne saura jamais exactement combien de soldats russes ont péri pendant le siège de la forteresse, les chiffres de 2000 à 2500 tués semblent proche de la réalité. Environ 400 rescapés soviétiques des combats survivaient encore dans les années 60.
En 1965, un journaliste russe Sergei Smirnov termina un livre qui eut un grand retentissement puisqu’il fut tiré à plus de 5 millions d’exemplaires. Intitulé « La forteresse de Brest », il reçut le prix Lénine en 1965.
Le 8 mai de la même année, le Praesidium de Soviet Suprême de l’URSS attribua enfin à Brest Litovsk,le titre de « Forteresse-Héros » et lui décerna l’Ordre de Lénine et celui de l’Etoile d’Or des héros.


 

Voir le Blog de tietie007 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de tietie007  Nouveau message 02 Mar 2007, 08:57

Un lien avec quelques croquis, pour compléter le topic. (D'ailleurs j'ai l'impression que l'auteur de ce blog, s'est servi de l'article de Bernard Crochet sans en mentionner la source.) :
http://wars.xwiki.com/xwiki/bin/view/Wars.War.WW2.Barbarossa/Brest-Litovsk


 

Voir le Blog de tietie007 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Borovic  Nouveau message 02 Mar 2007, 23:26

....... Booooouuuuuuuuuug !

- le Bug, c'est le Bug ! ..... se prononce Boug et s'écrit Bug !
(seul un français passe le "u" pour u, ailleurs, c'est ........ ou !!!! )

- Terespol sur l'axe Bialystok - Wilno = ben voyons !
(même pas foutu de recopier une carte ! )

- quant aux Chevaliers Teutoniques, c'était pas trop leur coin de vacançes !

Bon ! "où" est la sortie ?

Bon week-end à tous !

Brigadier General
Brigadier General

 
Messages: 382
Inscription: 18 Sep 2006, 18:36
Localisation: Varsovie

Voir le Blog de Borovic : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de tietie007  Nouveau message 22 Mar 2007, 19:21

C'était un bug ... :D


 

Voir le Blog de tietie007 : cliquez ici



Retourner vers LE FRONT DE L'EST




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
il y a 34 minutes
par: dominord 
    dans:  Uniforme français 1940 à reconstituer 
il y a 46 minutes
par: jmr60 
    dans:  Un petit texte version numérique 
il y a 51 minutes
par: Gerard LAIB 
    dans:  SUR RMC DECOUVERTE LE 07 SEPTEMBRE 
Aujourd’hui, 08:15
par: Jumbo 
    dans:  Francais dans l armée allemande 
Aujourd’hui, 07:37
par: Loïc Charpentier 
    dans:  "André SEGOL, Maréchal des Logis au 185RALT" 
Aujourd’hui, 07:22
par: Beogles 
    dans:  Identification Photos 
Aujourd’hui, 05:49
par: Dog Red 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Hier, 23:51
par: kfranc01 
    dans:  La "Queen" of Soul" vient de tirer sa révérence. 
Hier, 22:17
par: kfranc01 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 14 
Hier, 22:06
par: François 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Léon Juno et 7 invités


Scroll