Connexion  •  M’enregistrer

80°La chasse et la destruction du Bismarck


80° Anniversaire de la Seconde Guerre Mondiale
---- ANNÉE 1941 -----

Re: 80°La chasse et la destruction du Bismarck

Nouveau message Post Numéro: 11  Nouveau message de brehon  Nouveau message 21 Mai 2021, 16:40

Bonjour,

Cinq marins français faisaient partie de l'équipage du HMS Hood. Ils avaient fait le choix de s'engager dans la Royal Navy pour continuer la lutte contre l'ennemi.

Matelot Robert Francis Julien ABRY, né le 11/09/1923 à Annecy (Hte-Savoie)
Matelot élec Jean Arsène BLONDOT, né le 28/04/1919 à La Chaussée-Tirancourt (Somme)
QM timonier Abel Charles Maurice MINART, né le 04/05/1914 à Montdidier (Somme)
Matelot Joseph Marie RANOU, né le 12/12/1920 à Penvénan (Côtes-du-Nord)
QM élec Marius TAMARELLE, né le 15/10/1919 à Prigonrieux (Dordogne)

(source: SHD)
Cordialement.
Yvonnick

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9403
Inscription: 14 Déc 2009, 16:45
Région: Bretagne
Pays: France

Voir le Blog de brehon : cliquez ici


Re: 80°La chasse et la destruction du Bismarck

Nouveau message Post Numéro: 12  Nouveau message de NIALA  Nouveau message 22 Mai 2021, 09:08

Voici les gouvernails du Bismarck qui seront la cause de sa perte, en restant bloqués par la torpille lancée par le Swordfish.

BISMARCK 1940 les gouvernails qui seront sa perte.jpg
BISMARCK 1940 les gouvernails qui seront sa perte.jpg (51.4 Kio) Vu 317 fois


L'épave du Bismarck est découverte le 8 juin 1989 par 4790 mètres de fond.
BISMARCK 1989 exploration de l'épave.jpg
BISMARCK 1989 exploration de l'épave.jpg (23.48 Kio) Vu 317 fois

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1755
Inscription: 05 Mar 2018, 17:27
Région: PACA
Pays: FRANCE

Voir le Blog de NIALA : cliquez ici


Re: 80°La chasse et la destruction du Bismarck

Nouveau message Post Numéro: 13  Nouveau message de dynamo  Nouveau message 22 Mai 2021, 18:38

Les différents scenarii de la fin du Bismarck ont évolué depuis le docu de Cameron ?
Y en a t'il un qui se dégage et semble adopté par la communauté historienne maritime ?
La dictature c'est "ferme ta gueule", et la démocratie c'est "cause toujours".
Woody Allen.

Administrateur
Administrateur

 
Messages: 4272
Inscription: 14 Mar 2006, 20:36
Localisation: sur la plage abandonnée
Région: Nord/Pas de Calais
Pays: France

Voir le Blog de dynamo : cliquez ici


Re: 80°La chasse et la destruction du Bismarck

Nouveau message Post Numéro: 14  Nouveau message de NIALA  Nouveau message 22 Mai 2021, 19:02

On pense que ses superstructures en feu et tout son artillerie détruite, il se serait sabordé pour en finir au plus vite, de toute façon, il était condamné à court terme, le torpillage par le Dorsetshire pour donner le cout de grace aura peut être accéléré les choses, mais le fait que la coque du Bismarck n'a pas implosée en coulant milite pour un sabordage, la coque s'est remplie d'eau avant qu'il ne coule.

Alain

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1755
Inscription: 05 Mar 2018, 17:27
Région: PACA
Pays: FRANCE

Voir le Blog de NIALA : cliquez ici


Re: 80°La chasse et la destruction du Bismarck

Nouveau message Post Numéro: 15  Nouveau message de dynamo  Nouveau message 22 Mai 2021, 19:21

Il me semble avoir lu qu'un pilote de Swordfish survolant le Bismarck avait remarqué que le bateau avait une gîte importante et que le destroyer chargé de l'achever l'avait de ce fait, torpillé sous la ceinture de blindage
Est ce possible ?
Ceci dit, s'il avait été torpillé dans l'autre sens au niveau des superstructures baignant dans l'eau l'effet aurait pu être aussi dévastateur.
La dictature c'est "ferme ta gueule", et la démocratie c'est "cause toujours".
Woody Allen.

Administrateur
Administrateur

 
Messages: 4272
Inscription: 14 Mar 2006, 20:36
Localisation: sur la plage abandonnée
Région: Nord/Pas de Calais
Pays: France

Voir le Blog de dynamo : cliquez ici


Re: 80°La chasse et la destruction du Bismarck

Nouveau message Post Numéro: 16  Nouveau message de NIALA  Nouveau message 22 Mai 2021, 20:10

Il n'a pas été achevé par un destroyer mais par le croiseur lourd Dorsetshire (tous les croiseurs britanniques avaient des tubes lance torpilles); voici le détail de ce torpillage; le croiseur tira deux torpilles sur tribord, dont l'une toucha au but, puis se positionna sur bâbord et lança une troisième torpille qui percuta également le cuirassé. Au moment de ces attaques, le navire gîtait tellement qu'une partie du pont était submergé ; il est ainsi possible que la dernière torpille ait explosé sur la superstructure bâbord du Bismarck qui était déjà sous l'eau.

Alain

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1755
Inscription: 05 Mar 2018, 17:27
Région: PACA
Pays: FRANCE

Voir le Blog de NIALA : cliquez ici


Re: 80°La chasse et la destruction du Bismarck

Nouveau message Post Numéro: 17  Nouveau message de ClaudeJ  Nouveau message 22 Mai 2021, 21:01

Il y aussi le "mystère" de son artillerie antiaérienne qui a été inefficace contre les biplans Swordfish : malgré un feu nourri et des coups au but, aucun ne seront abattus.


Dans sa vidéo Why didn't the Bismarck shoot down any Swordfish? (sur sa chaîne "Military History Visualized"), Bernhard Kast avance dans la vidéo ces facteurs :


2021-05-22 19_58_01-Greenshot.png
2021-05-22 19_58_01-Greenshot.png (373.7 Kio) Vu 212 fois

  • Les difficultés inhérentes au tir contre une cible aérienne, a fortiori en mer
  • L'équipement du Bismarck n'était pas optimal
  • les conditions d'engagement n'étaient pas favorables
  • les faiblesses présumées du Swordfish se sont révélées avantageuses


2021-05-22 19_59_03-Greenshot.png
2021-05-22 19_59_03-Greenshot.png (413.75 Kio) Vu 212 fois

Spécifiquement :
  1. Les Swordfish, des avions torpilleurs, ont mené une attaque à basse altitude (théoriquement à 18 feet, ou 5,5 m, "d'altitude"). C'est un profil d'attaque auquel s'oppose des limitations mécaniques des pièces d'artillerie (de débattement notamment) qui réduisent l'efficacité globale du feu antiaérien
  2. La vitesse réduite des Swordfish (environ 210 Km/h au niveau de la mer et 167 Km/h environ pour larguer la torpille) a perturbé la conduite de tir du Bismarck, qui n'était pas calibrée pour prendre en compte des vitesses aussi faibles*
  3. La cadence de tir limitée de l'artillerie antiaérienne légère du Bismarck a réduit le volume de feu opposé aux avions adverses, tandis que la visibilité, les manœuvres du navire et l'état de la mer ont réduit la précision des tirs (à vue)
  4. La structure du Swordfish était légère (cellule tubulaire métallique entoilée. Pas en bois, à ma connaissance.) et les obus passaient tout simplement à travers, ou ne provoquaient pas de dégâts assez conséquents pour l'empêcher de voler.

* pour comparer, un Avenger de l'US Navy, monoplan, avait une vitesse max au niveau de la mer à environ 400 Km/h, et environ 210 Km/h pour larguer sa torpille Mk13. Le Fieseler Fi 167 de la Kriegsmarine, biplan censé être embarqué sur le Graf Zeppelin, volait à environ 320 Km/h au niveau de la mer à environ 400 Km/h et sa torpille devait être larguée à environ 250 Km/h à environ 40 m de hauteur.

Ses sources :



Qu'en dites-vous ?

Outre le fait que le Bismarck n'était pas sans failles, cela m'inspire aussi que sa doctrine d'emploi n'était pas adaptée aux conditions de guerre navale de son époque, qui a vu la domination des avions sur la cuirasse.



PS : je ne connais pas d'équivalent francophone à ce genre de vidéo. Je la trouve fort bien réalisée et plus instructive que les documentaires des chaînes télévisées. N'est-ce pas formidable que ce genre de ressource est si facilement accessible? ;)

Major
Major

 
Messages: 224
Inscription: 05 Fév 2021, 22:57
Région: Namur
Pays: Belgique

Voir le Blog de ClaudeJ : cliquez ici


Re: 80°La chasse et la destruction du Bismarck

Nouveau message Post Numéro: 18  Nouveau message de dynamo  Nouveau message 22 Mai 2021, 21:39

on peut conclure qu'il manquait à ces grosses unités dites polyvalentes, (elles devaient se défendre dans toutes les dimensions ) une escorte chargée de la défense anti aérienne.
La dictature c'est "ferme ta gueule", et la démocratie c'est "cause toujours".
Woody Allen.

Administrateur
Administrateur

 
Messages: 4272
Inscription: 14 Mar 2006, 20:36
Localisation: sur la plage abandonnée
Région: Nord/Pas de Calais
Pays: France

Voir le Blog de dynamo : cliquez ici


Re: 80°La chasse et la destruction du Bismarck

Nouveau message Post Numéro: 19  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 22 Mai 2021, 23:19

Est-ce qu'il s'est sabordé ?

EDIT : NIALA a répondu post 14
Siamo 30 d'una sorte, 31 con la morte. Tutti tornano o nessuno. Gabriele d'Annunzio, Canzone del Quarnaro.

Redac' Chef Histomag 3945
Redac' Chef Histomag 3945

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8069
Inscription: 29 Déc 2008, 22:15
Localisation: Budapest
Région: Budapest
Pays: Hongrie

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: 80°La chasse et la destruction du Bismarck

Nouveau message Post Numéro: 20  Nouveau message de ClaudeJ  Nouveau message 23 Mai 2021, 02:06

Pour confirmer ce que disait Alain au conditionnel :

Avant 10 heures, (...)
À peu près à ce moment-là, l'ordre a été donné de saborder et d'abandonner le navire, bien que je ne le savais pas à l'époque.
(...)
La passerelle ne donne pratiquement aucun ordre via le télégraphe des machines mais, lorsque le vacarme de la bataille se réduit à une explosion occasionnelle, Junack a reçu l'ordre par le poste de commande des machines, "Dégagez le navire pour le sabordage". Ce fut le dernier ordre donné à bord du Bismarck.
(...)
A ce moment, tout le système de communication a lâché ; la salle centrale des machines a été isolée du poste de commande des machines et de la passerelle. Lorsque les charges de sabordage ont été amenées aux prises d'eau de refroidissement et que les choses sont devenues plus calmes au-dessus, Junack a envoyé son meilleur quartier-maître pour obtenir d'autres ordres. Le quartier-maître n'est pas revenu, et Junack n'a eu d'autre choix que d'agir de son propre chef. Il a fait ouvrir toutes les cloisons des conduits, puis a envoyé ses hommes sur le pont principal et a ordonné au chef machiniste d'installer les charges avec une amorce de neuf minutes. Il fut le dernier à quitter la salle des machines, où les lumières étaient encore allumées et les moteurs tournaient conformément au dernier ordre, "en avant lente".
(...)
Finalement, l'ordre est venu de la passerelle à tous les postes, " sabordez le navire ". Schmidt a inversé les pompes qui fonctionnaient encore dans sa section et a inondé les compartiments. Il a entendu les prises du condensateur et les vannes exploser dans les salles des machines et des chaudières. Une estafette a apporté un autre ordre : "Tout le monde sur le pont supérieur." Toutes les écoutilles blindées du pont principal et du pont des batteries étaient bloquées et les coursives avaient disparu. La seule façon d'atteindre le pont supérieur supérieur était d'utiliser un étroit palan à obus. Quand ils ont atteint le pont supérieur, Schmidt et ses hommes ont rejoint les hommes en gilet de sauvetage qui attendaient sur le pont arrière.
(...)
On a beaucoup discuté pour déterminer si le Bismarck a coulé à la suite des trois torpilles tirées par le Dorsetshire dans la phase ultime de l'action ou s'il a été sabordé.
Bien que j'étais encore à bord lorsque le Dorsetshire a tiré ses deux premières torpilles, vers 10 h 20, je n'ai pas eu connaissance des explosions qu'elles ont produites. Ce fait, cependant, n'a aucune incidence sur la question de savoir quels dommages, le cas échéant, ils ont causés. J'étais certainement conscient, lorsque j'ai quitté le poste de contrôle de tir arrière vers 10 h 20, que le Bismarck coulait très, très lentement. Fortement enfoncé par sa poupe, il se comportait comme si un compartiment après l'autre était en train de s'inonder, progressivement mais irrésistiblement. Il présentait tous les effets auxquels on pouvait s'attendre après que les charges de sabordage aient été déclenchées et que les robinets aient été ouverts vers 10 heures. L'affaissement, l'enfoncement par la poupe et la gîte sur bâbord se sont accrus plus rapidement après 10 h 30. Il est donc possible que, le cuirassé étant déjà extrêmement instable, la troisième torpille du Dorsetshire ait accéléré sa fin, mais elle n'en était pas responsable. Je suis absolument certain que le Bismarck aurait coulé sans cette torpille, mais peut-être un peu plus lentement.
(...)
[Patrick Beesly, Very Special Intelligence, dit dans une note à la page 85 : "Il semble peu douteux que des charges de sabordage aient été déclenchées, mais on peut douter qu'elles aient effectivement fait couler le Bismarck. Cela aurait été une coïncidence remarquable si elles [les charges] avaient fait effet exactement au même moment que les torpilles du Dorsetshire." Je ne vois pas en quoi une coïncidence significative aurait été impliquée même si des mesures pour saborder le navire avaient été prises au même moment que l'arrivée des torpilles du Dorsetshire. Après tout, les actions de sabordage n'ont pas produit des résultats instantanés, et au moment où les torpilles sont arrivées, une vingtaine de minutes plus tard, le Bismarck coulait irrémédiablement].


Dans Battleship Bismarck: A Survivor's Story de Burkard Baron von Mullenheim-Rechberg. (original publié en 1979)

Donc le navire a été sabordé et torpillé, ce qui a accéléré son naufrage.

Même conclusion dans Bismarck: The Final Days of Germany’s Greatest Battleship de Michael Tamelander et Niklas Zetterling en 2009.

Puis :
L'analyse de l'épave du Bismarck par toutes les équipes a permis de trouver des preuves supplémentaires pour soutenir l'idée qu'il avait été sabordé. En particulier, l'expédition de James Cameron en 2002 a pu montrer que les torpilles qui avaient percuté le Bismarck n'avaient pas pénétré le cœur du navire.

Dans Bismarck: The Chase and Sinking of Hitler's Goliath de GH Bennett, R Bennett et E Bennett en 2012.


Enfin, voici une conclusion que je trouve appropriée, par Iain Ballantyne dans son Bismarck: 24 Hours to Doom en 2016 :

Au fil des ans, des affirmations et des contre-affirmations ont été formulées sur la cause exacte du naufrage du Bismarck. Était-ce les centaines de brèches infligées par les canons britanniques, les torpilles qui ont pénétré sous la ligne de flottaison ou les charges de sabordage que les hommes du navire ont fait exploser ? Peu importe. Le navire a été coincé par les Britanniques et détruit, avec la plupart de ses hommes à bord tués.
La guerre en mer n'est pas un jeu de pile ou face, et la réalité de l'horrible fin du Bismarck ne peut être occultée par des subtilités techniques. Pourtant, alors que les canons se sont tus, deux des navires venus venger la mort brutale des 1 415 hommes et adolescents du Hood, ont tenté de sauver les membres de l'équipage du Bismarck.

Major
Major

 
Messages: 224
Inscription: 05 Fév 2021, 22:57
Région: Namur
Pays: Belgique

Voir le Blog de ClaudeJ : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers ANNÉE 1941




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 21 
il y a 33 minutes
par: THEO 
    dans:  Le massacre d'Oradour sur Glane 
Aujourd’hui, 07:20
par: landevenneg 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 24 
Aujourd’hui, 00:07
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  La victoire en pleurant: Alias Caracalla 1943-1946 (03/06/21, Daniel Cordier) 
Hier, 23:51
par: dynamo 
    dans:  Bunjes un historien d'art à Paris au service de Goering et du SD 
Hier, 23:48
par: orpo57 
    dans:  LE QUIZ MATÉRIELS ET VÉHICULES - SUITE - 20 
Hier, 23:01
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  poste de commandement refait a l'origine en haute normandie 
Hier, 22:17
par: dynamo 
    dans:  RAF vs PANZER... 
Hier, 21:04
par: dynamo 
    dans:  Jean dit Fernand LARRUE 
Hier, 16:25
par: fanacyr 
    dans:  gamelle française type 1939 
Hier, 15:27
par: Danglard 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 9 invités


Scroll