Connexion  •  M’enregistrer

80°Anniversaire Continuer la lutte avec l'Empire ?


80° Anniversaire de la Seconde Guerre Mondiale
---- ANNÉE 1940 -----

Re: 80°Anniversaire Continuer la lutte avec l'Empire ?

Nouveau message Post Numéro: 31  Nouveau message de dynamo  Nouveau message 30 Juin 2020, 22:48

sur le papier les chiffres sont séduisants.
Pour réaliser ce programme, il aurait fallut embarquer des machines outils pour les transporter en AFN.
J'en doute fortement.
On peut charger des hommes sur un bateau, on peut les caser partout sur un navire, du matériel, c'est différent.
A Dunkerque, les Anglais abandonnent le matériel pour charger et embarquer un maximum d'hommes.
Si il y a un docker ou un logisticien sur le forum il pourra nous expliquer la difficulté à acheminer, charger, arrimer, équilibrer une cargaison par les panneaux de cale d'un cargo de 1940.
Quid des ouvriers, techniciens, ingénieurs pour faire fonctionner les usines ?
Ils sont amenés de la métropole en même temps que les troupes à embarquer ?
j'avoue ne pas trop comprendre le cheminement intellectuel !
Il va falloir que je me procure les bouquins en question.
La dictature c'est "ferme ta gueule", et la démocratie c'est "cause toujours".
Woody Allen.

Administrateur
Administrateur

 
Messages: 4250
Inscription: 14 Mar 2006, 20:36
Localisation: sur la plage abandonnée
Région: Nord/Pas de Calais
Pays: France

Voir le Blog de dynamo : cliquez ici


Re: 80°Anniversaire Continuer la lutte avec l'Empire ?

Nouveau message Post Numéro: 32  Nouveau message de Tomcat  Nouveau message 30 Juin 2020, 23:09

dynamo a écrit:sur le papier les chiffres sont séduisants.
Pour réaliser ce programme, il aurait fallut embarquer des machines outils pour les transporter en AFN.
J'en doute fortement.
On peut charger des hommes sur un bateau, on peut les caser partout sur un navire, du matériel, c'est différent.
A Dunkerque, les Anglais abandonnent le matériel pour charger et embarquer un maximum d'hommes.
Si il y a un docker ou un logisticien sur le forum il pourra nous expliquer la difficulté à acheminer, charger, arrimer, équilibrer une cargaison par les panneaux de cale d'un cargo de 1940.
Quid des ouvriers, techniciens, ingénieurs pour faire fonctionner les usines ?
Ils sont amenés de la métropole en même temps que les troupes à embarquer ?
j'avoue ne pas trop comprendre le cheminement intellectuel !
Il va falloir que je me procure les bouquins en question.


Je n'ai sous la main que le second tome qui couvre de 1941 à 1942, je n'ai pas le détail de l'évacuation qui est couvert dans le premier tome.

En tout cas les auteurs estiment que l'évacuation d'un certain nombres de machines outils, des ouvriers, techniciens, ingénieurs est possible.

Je suppose que les usines aéronautiques étant dans le sud cela laisse plus de temps pour réaliser l'évacuation.

De mémoire, je crois qu'ils estiment que l'offensive allemande s’essouffle du fait de contraintes logistiques ce qui laisse plus de temps pour évacuer, ce n'est pas la même situation qu'à Dunkerque...

vétéran
vétéran

 
Messages: 904
Inscription: 16 Avr 2015, 15:16
Région: midi-pyrennées
Pays: france

Voir le Blog de Tomcat : cliquez ici


Re: 80°Anniversaire Continuer la lutte avec l'Empire ?

Nouveau message Post Numéro: 33  Nouveau message de Alfred  Nouveau message 01 Juil 2020, 00:57

Pour rééquiper les troupes ,il devait nous arriver à partir de juillet 500;000 fusils US 17 et 500 canons de 75 avec leurs munitions ...sans doute aussi des mitrailleuses et 2000 avions US étaient commandés........Il aurait été impossible de transporter des machines et encore plus des usines à la dernière minute,à la va vite..........quelques armes lourdes peut être oui,des chars,des pièces de rechange....

vétéran
vétéran

 
Messages: 2361
Inscription: 21 Aoû 2011, 14:41
Région: Litus saxonicum
Pays: Grande Bourgogne

Voir le Blog de Alfred : cliquez ici


Re: 80°Anniversaire Continuer la lutte avec l'Empire ?

Nouveau message Post Numéro: 34  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 01 Juil 2020, 06:37

Tomcat a écrit:En tout cas les auteurs estiment que l'évacuation d'un certain nombres de machines outils, des ouvriers, techniciens, ingénieurs est possible.

Je suppose que les usines aéronautiques étant dans le sud cela laisse plus de temps pour réaliser l'évacuation.

De mémoire, je crois qu'ils estiment que l'offensive allemande s’essouffle du fait de contraintes logistiques ce qui laisse plus de temps pour évacuer, ce n'est pas la même situation qu'à Dunkerque...


Les Russes l'ont fait :|

Ce qui m'inquiète un peu c'est l'évacuation de l'armée de terre... tenir un front continu à travers la France, sur la Loire sans doute et le long de la vallée du Rhône pour assurer la formation d'un vaste sac qui se vide par les ports de la Méditerranée (Marseille et Toulon, j'en oublie ?).

C'est un gros what if.

Pour rester dans la réalité, que sait-on des débats politiques autour d'un repli vers l'AFN ? Alfred a apporté une ébauche de réponse à cette question.
"Rends toi compte ! Ils m'ont donné 18 cartouches pour partir faire la guerre !"
Roger W. 2e Régiment de Chasseurs à pied
Evocation du 10 mai 1940

Hommage lui soit rendu, à lui et à ses pairs, jetés dans la fournaise avec inconséquence.

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12678
Inscription: 11 Mar 2014, 23:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici


Re: 80°Anniversaire Continuer la lutte avec l'Empire ?

Nouveau message Post Numéro: 35  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 01 Juil 2020, 07:36

Forcément, on en revient toujours à ces deux "ouvrages" ou plutôt réquisitoires en faveur du repli en AFN ... Les conclusions étaient déjà écrites à l'avance, la pseudo-communauté virtuelle prétendument appelée à étayer un raisonnement contrefactuel avançant pas à pas, publiant chapitre par chapitre reste une caution facile et même un premier relais de communication très malin.
A mettre au même niveau que le wargame : les participants peuvent passer un bon moment, rencontrer de nouveaux amis mais ne contribuent pas à la démonstration historique.
JD qui n'aime pas trop remettre les pommes tombées aux branches ...
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8735
Inscription: 22 Aoû 2009, 21:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


Re: 80°Anniversaire Continuer la lutte avec l'Empire ?

Nouveau message Post Numéro: 36  Nouveau message de dynamo  Nouveau message 01 Juil 2020, 19:49

JARDIN DAVID a écrit: remettre les pommes tombées aux branches ...

j'adore !
JD, tu m'autorises à réutiliser ? ::content4::
La dictature c'est "ferme ta gueule", et la démocratie c'est "cause toujours".
Woody Allen.

Administrateur
Administrateur

 
Messages: 4250
Inscription: 14 Mar 2006, 20:36
Localisation: sur la plage abandonnée
Région: Nord/Pas de Calais
Pays: France

Voir le Blog de dynamo : cliquez ici


Re: 80°Anniversaire Continuer la lutte avec l'Empire ?

Nouveau message Post Numéro: 37  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 01 Juil 2020, 20:08

Il n'y aura pas de pépins ! :mrgreen:
JD
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8735
Inscription: 22 Aoû 2009, 21:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


Re: 80°Anniversaire Continuer la lutte avec l'Empire ?

Nouveau message Post Numéro: 38  Nouveau message de dynamo  Nouveau message 01 Juil 2020, 20:53

JARDIN DAVID a écrit:Il n'y aura pas de pépins ! :mrgreen:
JD


Alors ça vaut un coup de cidre ! :mrgreen:
La dictature c'est "ferme ta gueule", et la démocratie c'est "cause toujours".
Woody Allen.

Administrateur
Administrateur

 
Messages: 4250
Inscription: 14 Mar 2006, 20:36
Localisation: sur la plage abandonnée
Région: Nord/Pas de Calais
Pays: France

Voir le Blog de dynamo : cliquez ici


Re: 80°Anniversaire Continuer la lutte avec l'Empire ?

Nouveau message Post Numéro: 39  Nouveau message de Tomcat  Nouveau message 01 Juil 2020, 23:15

Dog Red a écrit:
Tomcat a écrit:En tout cas les auteurs estiment que l'évacuation d'un certain nombres de machines outils, des ouvriers, techniciens, ingénieurs est possible.

Je suppose que les usines aéronautiques étant dans le sud cela laisse plus de temps pour réaliser l'évacuation.

De mémoire, je crois qu'ils estiment que l'offensive allemande s’essouffle du fait de contraintes logistiques ce qui laisse plus de temps pour évacuer, ce n'est pas la même situation qu'à Dunkerque...


Les Russes l'ont fait :|

Ce qui m'inquiète un peu c'est l'évacuation de l'armée de terre... tenir un front continu à travers la France, sur la Loire sans doute et le long de la vallée du Rhône pour assurer la formation d'un vaste sac qui se vide par les ports de la Méditerranée (Marseille et Toulon, j'en oublie ?).

C'est un gros what if

Pour rester dans la réalité, que sait-on des débats politiques autour d'un repli vers l'AFN ? Alfred a apporté une ébauche de réponse à cette question.


Oui les russes ont réussi à évacuer des usines entières à une échelle bien plus grande et dans des circonstances tout aussi difficiles...là pour l'AFN on parle juste d'évacuer un nombre limité de machines outils pour développer une industrie légère, cela ne me semble pas impossible, mais même si cela n'était pas possible, ce développement a pour principal intérêt de limiter quelque peu la dépendance aux américains, qui de toute façon auraient pu aussi livrer de l'armement léger dans un premier temps et des machines outils dans un second temps.
Dans tous les cas les français restent dépendant des anglo-saxons pour tous les armements lourds qui ont tout intérêts à aider les français à continuer la lutte à partir de l'Empire.

Concernant la résistance française et l'évacuation de l'armée de terre, voilà ce que proposent les auteurs:

Source: http://1940lafrancecontinue.org/argumen ... 5-6-40.pdf

La progression allemande en France
à partir du 15 juin 1940
Continuant de harceler mes collègues lisant l'allemand (ce qui n'est pas mon cas), j'ai pu
recueillir les informations suivantes à partir des copies de documents d'archives qui sont
à la bibliothèque de l’EHESS. Les originaux sont aux BundesArchiv.
Luftwaffe
Parmi les éléments fournis par les rapports envoyés par les commandements locaux de
la Luftwaffe à Jeschonnek (le chef d'état-major) ou par ce dernier à Göring, les plus
intéressants sont les suivants :
(a) À la date du 15 juin 1940, les chasseurs monoplaces (Bf 109) ne sont pas capables
d'intervenir au sud d'une ligne en demi-cercle allant du nord de Bordeaux au nord de
Valence. Osterkamp (qui aura le commandement des chasseurs lors de la Bataille
d'Angleterre) signale à ses chefs qu'il lui faut au mieux 14 jours et sans doute 21 jours
pour redéployer ses unités afin d'opérer au sud de cette ligne.
(b) Un document qui semble venir de la direction "Matériel" de la Luftwaffe (la
photocopie est de mauvaise qualité) indique, à la date du 10 juin 1940, 453 Bf 109
disponibles sur le front ouest (non compris les unités en Allemagne, au Danemark et en
Norvège). On sait que, pour le déclenchement de la Bataille d'Angleterre, le nombre total
de Bf-109 déployés pour cette opération sera de 734. L'écart entre le chiffre du 10 juin
1940 et celui du 6 août 1940 correspond aux livraisons à partir des usines, moins les
avions conservés en parc, attribués aux unités d'entraînement et les accidents normaux
en période de guerre. Si l'attrition des trois dernières semaines de la Bataille de France
s'était maintenue, on serait probablement tombé au 10 juillet à 310-330 Bf-109
disponibles (compte tenu des pertes et des accidents). En admettant l'arrêt des hostilités
(ou simplement des combats) avec l'Armée de l'Air à cette date, on ne peut retrouver le
chiffre de 700 appareils que 12 semaines plus tard, soit vers le 8-10 octobre.
(c) En réponse à la note du 30 juin 1940 de Göring, Jeschonnek répond le 2 juillet que les
unités ne seront déployées sur les terrains du nord de la France et de Normandie qu'à
compter de début août. Il indique que le jour de déclenchement de l'attaque (le fameux
Adler Tag) devra être compris entre le 10 et le 15 août, selon la météo. Or l'ordre de
déploiement date d'avant la note de Göring (qui ne concerne que la nature de l'offensive
aérienne et les objectifs). C’est une confirmation du délai de 6 semaines logistiquement
nécessaire.
Il faut rappeler que les lignes de communications sont plus courtes vers le Pas de Calais
et la Normandie que vers la région de Bourges ou Lyon : si la Luftwaffe avait dû se
déployer en force pour attaquer des objectifs dans le Midi de la France, elle aurait mis AU
MOINS autant de temps.
Quant à un déploiement en force dans le sud de l’Italie, il aurait été impossible avant
deux mois au moins après l'arrêt des combats en France. Si les Allemands étaient arrivés
à Marseille le 10 juillet 1940 (ce qui est complètement irréaliste, comme on le montre
plus bas), le déploiement n’aurait pu survenir avant le 10 septembre. Compte tenu des
pertes supplémentaires d'un mois de campagne et compte tenu du rythme de livraison
des avions, il aurait fallu compter un mois de plus avant d'avoir la Luftwaffe en situation
réellement opérationnelle sur les bords de la Méditerranée. On retombe sur la date du
10 octobre évoquée en (b).
(d) Le niveau des pertes en avions durant la Bataille de France ne doit pas être estimé du
point de vue des "victoires" de l'Armée de l'Air, mais à partir du nombre d’appareils rayés
des registres de la Luftwaffe pour "causes opérationnelles" durant cette période, et
incluant les avions endommagés et considérés comme non réparables sur place (ils ont
pu être ensuite réparés après envoi en usine, mais ce sont des délais atteignant plusieurs
mois). Jeschonnek, dans sa réponse à la note de Göring du 30 juin 1940, évoque 1 800
avions perdus.
Le ratio de un avion perdu pour un avion abattu par l'ennemi est à peu près le même que
pour la campagne de Pologne. Pour cette campagne, les chiffres de la Luftwaffe
donnaient 285 appareils « détruits du fait de l'ennemi » et 279 appareils « perdus à la
suite des combats » (note du 5 octobre 1939). Le premier chiffre couvre les avions qui ne
sont pas rentrés (y compris ceux écrasés dans les lignes allemandes) et les autres les
avions rentrés, mais considérés comme trop endommagés pour être conservés en unité
et renvoyés en dépôt, en usine ou mêmes simplement abandonnés sur place après
cannibalisation.
Il faut ajouter que nous avons estimé que, du côté de l'Armée de l'Air, seuls les avions les
moins modernes (les moins performants) ou ceux dont l'autonomie ne permettait pas le
transfert en AFN sont utilisés dans les dernières semaines en France.
Heer (forces terrestres)
Au 15 juin 1940, les unités avancées de l'armée allemande (les automitrailleuses des
groupes de reconnaissance) sont à 50 ou 100 km en avant du premier échelon de leurs
forces. Von Thoma, dans un document d'après-guerre (1946 ?), décrit la nécessité de
procéder à des ravitaillements en carburant par avion des unités les plus avancées. Mais
il faut savoir que vu les faibles quantités transportées par un Ju 52 et les besoins d'un
char comme le Pz-III ou le Pz-IV, ces ravitaillements ne concernent QUE les troupes de
reconnaissance, dont les blindés à roues sont intrinsèquement moins gourmands en
carburant.
Von Thoma précise qu'une Panzer Division doit être ravitaillée trois fois en 7 jours en
phase offensive (sauf en ce qui concerne les rations alimentaires). Pour un seul régiment
blindé équipé de Pz-II et Pz-III, il faut 36 000 litres de carburant pour couvrir environ
100 km. Ceci représente un peu plus de 26 tonnes. Compte tenu du "poids d'emballage"
(les fûts…), il faut compter environ 40 tonnes, soit l'équivalent de 40 vols de Ju 52. Il en
faut 15 % de moins si le régiment est équipé de chars tchèques. Or, une Panzer Division a
deux régiments de chars, sans compter tous les autres véhicules à moteurs pour
l'infanterie, l'artillerie, etc. Compte tenu du parc de camions disponibles, il était
impossible de ravitailler des forces substantielles au-delà du "seuil de Bourgogne" au 20
juin 1940.
Il faut noter que les unités allemandes ont très peu utilisé du carburant français
capturés, et ce pour deux raisons expliquées par Ritter von Thoma. D'une part le degré
d'octane du carburant français ne correspondait pas à celui des moteurs des chars
allemands. D'autre part, même pendant la débâcle, les dépôts étaient incendiés et très
peu ont été capturés intacts.
La première raison me semble personnellement un peu étrange, même si le taux de
compression des moteurs des chars allemands est effectivement supérieur à celui des
moteurs utilisés à l'époque sur les chars français (6,5/1 contre 5/1). Un élément non
mentionné par von Thoma mais signalé par von Mellenthin est l'usure des moteurs des
chars à la fin de la Campagne de France. Il faut se souvenir que les blindés allemands
utilisaient des moteurs relativement "poussés" pour l'époque et pour l'usage qui en était
fait. Par ailleurs, en combat offensif un moteur de char "travaille" beaucoup. Le besoin en
réparations importantes (changement des segments des cylindres, voire des pistons)
devait être criant au 15 juin 1940. Or, il est vrai qu'un moteur fatigué n'accepte pas aussi
facilement une essence plus pauvre qu'un moteur neuf. Ceci peut expliquer l'argument
donné par von Thoma. Il faut ajouter un cas documenté d'une Panzer Division tombée en
panne d'essence durant la Campagne de France.
Je donne ci-après les chiffres des contenances de réservoir et les autonomies en toutterrain, en rappelant qu'il s'agit de données "constructeur" et non de chiffres "réels". En
conditions de combat, il faut considérer que l'autonomie réelle est de 40 % à 60 % du
chiffre "constructeur".
Pz-II : 170 l / 125 km
Pz 38(t) : 172 l / 140 km
Pz 35(t) : 120 l / 116 km
Pz-III : 320 l / 95 km
Pz-IV : 470 l / 130 km.
………………………
Les unités blindées allemandes auraient donc dû de toute manière s'arrêter du 20 juin au
5 juillet, au moins pour laisser le temps à l'échelon logistique de suivre. Pendant ce
temps, les avant-gardes auraient dû rebrousser chemin, sous peine d’être détruites,
privant alors les forces principales de leurs moyens de reconnaissance.
En tablant sur un rythme d'avance de 50 km/jour, qui suppose l'absence de toute
résistance organisée du côté français, ceci donne les Allemands à Marseille le 14 juillet.
Compte tenu de la nature du terrain une fois le Seuil de Bourgogne franchi et de
l'intervention logique de l'Armée des Alpes en cas de continuation des combats, un
rythme d'avance moyen de 20 km/jour semble déjà optimiste (le rythme moyen de
Guderian pour atteindre la Somme, avec l'effet de surprise, est de moins de 24 km/jour).
Il donnerait l'arrivée des Allemands à Marseille pour le 28 juillet, chiffre à comparer avec
notre chronologie.
Par ailleurs, entre le Seuil de Bourgogne et Marseille, nous avons 460 km en ligne droite,
contre 240 km pour l'attaque de Guderian entre le 10 mai et le 20 mai 1940. A nouveau,
la question de l'étirement de la chaîne logistique se pose. Souvenez-vous de ce qu'une
division peut "consommer" de 25 à 75 tonnes de ravitaillement par jour en situation de
combat. Même si à la mi-juillet les voies ferrées sont en état jusqu'à Dijon voire Lyon, la
probabilité qu'elles aient été détruites dans la vallée du Rhône est très élevée. Dans ce
cas, il faudrait une noria de camions – que l'armée allemande n'a pas – pour amener des
troupes en état de combattre devant Marseille vers le 20 juillet.
Notre scénario alternatif postule une arrivée à Marseille des troupes allemandes un jour
après ce qu'aurait donné l'application du rythme de progression moyen, compte tenu de
la nécessité d'un arrêt pour ravitailler entre le 20 juin et début juillet. Cet arrêt est
techniquement nécessaire ; il ne dépend pas de la qualité de la résistance française. Pour
le reste, nous avons donc supposé une résistance telle qu'elle ne retarde les Allemands
par rapport au plan de marche moyen que d'une seule journée. Selon notre chronologie,
Marseille tombe le 29 juillet, Toulon le 4 août, Montpellier le 5 et Perpignan le 6. C'est
très optimiste pour la Wehrmacht !
En fait, si on doit critiquer notre travail, c'est pour son pessimisme quant aux capacités
de résistance françaises. Certains de nos collègues américains et australiens ont estimé
qu'une résistance de "poches" françaises autour de Marseille et Toulon jusqu'à la fin août
était possible. Un collègue américain a même proposé une situation "coréenne", soit une
"poche de Marseille" (le Pusan français…) défendue jusqu'à l'automne, avec une tentative
de sortie vers novembre 1940 par une armée franco-britannique incluant ce qui allait
devenir historiquement la VIIIe
Armée de Wavell – mais c’est une hypothèse extrême.
Cependant, nous n'avons pas retenu l'hypothèse d'une résistance jusqu'à la fin août
1940, non parce qu'elle nous semblait irréaliste, mais justement, et je l'avoue en en
prenant la responsabilité, pour ne pas trop choquer les conceptions des lecteurs, sachant
que l'idée même d'une possible résistance française après le 15 juin est souvent du
domaine de l'irrecevable dès que l'on sort d'une discussion "professionnelle". La vérité
oblige à dire qu'une fois admise l'hypothèse de la volonté de combattre à la mi-juin, et
c'est cette hypothèse qui est irréaliste compte tenu du rapport des forces politiques et de
l'idéologie dominante dans une partie de la classe politique française, une analyse
technique des combats montre que la côte méditerranéenne aurait bien pu être
défendue jusqu'à la fin août.
J'attends toujours que l'on me montre que les estimations d'épuisement des forces
allemandes, à terre comme dans les airs, sont fausses. Personne n'a prétendu que les
forces françaises sont alors en bon état. Mais l'allongement des lignes de communication
logistique pour des forces allemandes employées de manière très intensive est un
facteur matériel incontournable de ralentissement de l'avancée.
Les faiblesses logistiques des forces allemandes sont bien documentées pour 1940 et
pour la suite. Elles ne renvoient pas à un manque de préparation, comme on l'affirme
souvent, mais elles relèvent d'un choix stratégique et même en un sens "philosophique"
des décideurs allemands. Il n'y a aucune raison que cela change et ces faiblesses
limiteront considérablement les réactions allemandes après juin 1940 en France FTL,
comme dans les autres opérations à la fois intenses et de longue durée (Grèce FTL et
Barbarossa).

vétéran
vétéran

 
Messages: 904
Inscription: 16 Avr 2015, 15:16
Région: midi-pyrennées
Pays: france

Voir le Blog de Tomcat : cliquez ici


Re: 80°Anniversaire Continuer la lutte avec l'Empire ?

Nouveau message Post Numéro: 40  Nouveau message de Tomcat  Nouveau message 01 Juil 2020, 23:23

Source : http://1940lafrancecontinue.org/argumen ... juin40.pdf

L’Afrique du Nord Française en juin 1940

I. L’état des infrastructures militaires en AFN

Elles sont « insatisfaisantes » du point de vue de l'état-major français, ceci est dit dans
tous les documents officiels. Encore faut-il comprendre ce que cela signifie.
En fait, l'état des infrastructures navales et aériennes est insatisfaisant du point de vue
d'un état-major qui souhaiterait disposer de moyens analogues à ceux existants sur les
bases françaises afin de pouvoir basculer instantanément des forces vers la Méditerranée.
Cela ne signifie pas que les bases navales et aériennes soient inexistantes ou mal
équipées. L'écart entre les désirs de l'EM et la réalité a toujours été important. Sur la
base de son expérience de la Première Guerre mondiale (et du souvenir des pénuries de
fin 1914/début 1915), l'état-major souhaitait des stocks très importants et des moyens
logistiques surabondants.
En 1942, l'Armée française d'Afrique a commencé le combat contre les Italiens et les
Allemands après Torch dans des conditions d'improvisation étonnantes, surtout si l’on
sait qu'aucune amélioration significative des bases ou des stocks n'avait été effectuée
sous Vichy. Et pourtant, les forces de 1942 se sont honorablement comportées. La
situation en 1940, sans les prélèvements faits sur les stocks d’AFN en 1941 et début
1942, aurait été meilleure et les forces italiennes de 1940 bien plus faibles.
Depuis 1935, le risque d'une guerre avec l'Italie était pris au sérieux. Les stocks
existaient en AFN (des stocks importants à Bizerte, Alger et Oran/Mers-El-Kébir), pour
faire face aux besoins même si, du point de vue d'un état-major très exigeant, ces stocks
étaient considérés comme insuffisants.
La stratégie française remontait aux années 1920. L'Afrique du Nord devait jouer un rôle
important comme base offensive contre l'Italie, avec des actions terrestres à partir de la
Tunisie et des actions aériennes et navales à partir de la Tunisie et de l'est de l'Algérie,
un centre de "génération de forces" où les troupes venant des colonies devaient être
équipées et entraînées en sécurité avant d'être envoyées en Métropole. Ce qui explique
l’existence d’infrastructures solides pour les trois armes.

Armée de Terre
Un réseau complet de dépôts et de casernes existe en Algérie, au Maroc et en Tunisie. Un
système de fortifications et de dépôts de campagne a été développé en Tunisie en
1934/35 pour soutenir des opérations militaires contre les forces italiennes en Libye
(Ligne Mareth). Il est complètement opérationnel en 1940, mais sera partiellement
démantelé et aux mains des Allemands à la fin de 1942.
Les effectifs militaires présents en Afrique du Nord en juin 1940 s'élèvent à 420 000
hommes, dotés d'environ trois mois de réserves stratégiques. L'artillerie dispose de
1 400 pièces allant du 47 au 220 mm (240 mm en tenant compte des pièces d'ALVF et
340 mm en comptant aussi l'artillerie côtière) et (entre autres) de 800 tonnes de
cartouches de 75 en stock.

Armée de l'Air
Un réseau d'aérodromes militaires existe en Tunisie. Les principaux ont des pistes et des
aires de dispersion en dur. Les aérodromes secondaires ont des pistes et des aires de
dispersion en "sol stabilisé". Ils bénéficient de la protection standard de l'Armée de l'Air
(canons de 25mm et mitrailleuses de 13,2mm). Certains aérodromes possèdent des
cuves à essence sous abri.
De grands aérodromes sont implantés en Algérie, avec des ateliers de maintenance, des
pistes et des aires de dispersion en dur. Ces aérodromes ont été construits pour baser
des bombardiers et être utilisés comme aérodromes de soutien pour les opérations
menées à partir de la Tunisie. Alger-Maison Blanche et Oran-La Sénia peuvent effectuer
des travaux de maintenance de niveau 1 et 2 (y compris des opérations majeures sur les
moteurs). De grands aérodromes existent au Maroc, mais la plupart sont dépourvus de
protection et utilisés pour l'entraînement ou l'assemblage et le test des bombardiers
acheminés des Etats-Unis (Martin-167 et Douglas DB-7). La plupart des aérodromes sont
reliés au QG par radio et tous par des lignes de téléphone. Plusieurs stations météo sont
en service.
Entre 1940 et la fin 1942, la commission d'armistice italienne a empêché l'utilisation et
les réparations courantes de plusieurs installations vitales. En novembre 1942, la
plupart des cuves à essence n'étaient qu'à 33 % de leur niveau normal. Certaines
machines-outils avaient dû être rapatriées en Métropole pour les besoins des unités de
Vichy basées dans le sud de la France. Enfin, le réseau d'aérodromes de Tunisie était
dans les mains de l'Axe et les forces alliées durent opérer à partir d'aérodromes conçus
pour un usage de seconde ligne.

Marine Nationale
Les deux bases navales majeures sont Oran/Mers-el-Kébir et Bizerte (ainsi que la base
aéronavale de Karouba). Casablanca et Alger sont également des bases militaires, avec
de bonnes infrastructures portuaires. Tunis est un grand port mais (comme Bizerte) trop
proche des Italiens. Plusieurs mouillages et bases aéronavales secondaires existent.
Ainsi, Bône est un port de seconde zone, mais utilisable.
En 1940, les ateliers navals d’AFN sont capables d'effectuer une partie des travaux de
maintenance, y compris le remplacement de canons légers et moyens. Les sous-marins
peuvent opérer à partir de Bizerte, sans avoir à retourner à Toulon-St Mandrier. Après
l'opération Catapult (Mers-El-Kébir), il semble qu'une partie des équipements des
ateliers ait été rapatriée à Toulon. Toutefois, après son évasion de Toulon en novembre
1942, le Casabianca put être réparé et entretenu à Alger (y compris pour certaines
réparations suite à un échouage). Et Alger, qui n’était PAS supposée être une grande base
navale, comme Oran et Bizerte, réussit néanmoins à soutenir quelques unités françaises
fin 1942 - début 1943, alors qu’Oran avait été sérieusement endommagé par le
bombardement américain et que Bizerte était entre les mains de l'ennemi.
Pour recevoir le matériel américain ainsi que les vivres et équipements (l'AFN va "vivre"
grâce aux fournitures US et aux produits alimentaires en provenance d'Argentine et des
USA), Casablanca est un port excellent. Le débarquement des convois venus d’Amérique
devra au moins jusqu'en mi-1941 se faire à la fois sur Casablanca, Oran/Mers-El-Kébir et
Alger pour pouvoir utiliser toutes les infrastructures disponibles. Il y a, en comptant
Casablanca, environs 30 postes de déchargement "lourd" et au moins 3 postes pour les
hydrocarbures. En admettant même que seuls les deux tiers des postes soient utilisés et
que les bateaux passent 3 jours à quai, cela fait 200 cargos et 20 pétroliers par mois.
Alger, Oran/Mers-El-Kébir, mais aussi Sfax et Tripoli, peuvent servir au soutien des
forces d'abord dans les Balkans (à la fin du printemps 1941), puis en Grèce à partir de
mars 1942.
J'insiste sur le fait que cette situation n’est pas « confortable ». Mais elle est « vivable » et
peut être encore améliorée avec l’aide anglaise.
On a prétendu que les chantiers navals britanniques ne pouvaient pas réparer les navires
français. Si l'on veut dire faire des réparations parfaites, c'est vrai qu'il faut du temps à
un industriel travaillant en mesures britanniques pour s'adapter aux mesures métriques
(ce qui se traduit dans la FTL par une reconstruction - longue - aux standards US,
lorsqu'il n'y a pas moyen de faire autrement). Mais, si l'on part de l'idée de réparations
sommaires, suffisantes pour que le navire puisse combattre, le bricolage industriel
devient alors redoutablement efficace. Pour l’opération Pedestal, le chantier de Gibraltar
avait installé des Bofors de type Armée sur les tourelles de certains croiseurs de la Navy.
Ce n’était pas beau, cela aurait fait hurler un Naval Constructor digne de ce nom, mais
cela marchait.
En 1940, la RN avait en Méditerranée trois bases importantes avec un outil industriel
non négligeable : Malte, Alexandrie et Gibraltar. Ces bases pouvaient assurer au moins un
entretien minimal des navires français. Rien de grandiose, pas de "conversion" massive,
mais de quoi tenir, le temps que des machines outils commandées aux USA arrivent pour
rééquiper les bases françaises.
Je rappelle qu'en dépit des bombardements, la base de Malte a réussi à réparer
l'Illustrious après les dommages subis en janvier 1941 pour lui permettre de rallier
Gibraltar puis les USA. Or, les Stuka avaient mis hors d'état la timonerie et provoqué des
incendies majeurs. Cela donne une idée de ce qui était faisable dans des circonstances
pas vraiment favorables.

II. Le réseau ferroviaire
Une ligne ferroviaire relie le Maroc à la Tunisie. Du fait du manque de maintenance et du
rapatriement de certains équipements en Métropole pour compenser les réquisitions
d'une partie du parc roulant par les Allemands, cette ligne opérait en 1942 bien en
dessous de sa capacité de 1940.
De plus, il était possible de doubler cette ligne. Nos logisticiens ont estimé que,
moyennant livraison du matériel adéquat, la ligne ferroviaire Casablanca-Alger-Tunis
pouvait voir son potentiel augmenter fortement. Ainsi, en accroissant progressivement
les capacités de Casablanca (nouveau terminal POL et grues supplémentaires), ce port
deviendrait progressivement la "tête" principale, avec transfert en ferroviaire pour
distribution en AFN. De nouveaux tronçons (de Tunis vers Tripoli) pouvaient être créés
avec des voies de 1 m (le gabarit artillerie), dont des stocks importants existaient en AFN
et où un supplément de matériel pouvait être acheté aux USA, car les mines US et
canadiennes utilisaient beaucoup ce gabarit. Bien sûr, les convois roulent à petite vitesse
(40 km/h) mais, sur une voie double, cela permet de transporter 15 000 tonnes/jour en
évitant de traverser le détroit de Sicile tant que l'aviation italienne se serait pas
neutralisée. Enfin, les voies militaires de 60 cm pouvaient être utilisées localement.
III. Conclusion
L'état des lieux des infrastructures d'Afrique du Nord effectué OTL par les Américains
après Torch, très pessimiste, était quelque peu biaisé par trois faits.
– Les infrastructures en Algérie et au Maroc n'avaient jamais été censées servir des
troupes en première ligne. Celles conçues dans ce but se trouvaient en Tunisie, aux
mains des Italo-Allemands.
– Les infrastructures civiles et une partie des infrastructures militaires en Algérie et au
Maroc ne se trouvaient plus dans le situation de 1940 par manque de réparations (la
commission d'armistice italienne y avait rigoureusement veillé), par manque de fonds et
par le fait que certains équipement avaient été rapatriés en Métropole.
– L'armée américaine exigeait (et exige toujours) un niveau de soutien logistique
largement supérieur à ce que les Français considéraient comme suffisant (en témoigne la
Guerre du Golfe en 1991). Ajoutons que le système français était basé sur des
consommations en carburant pour des équipements de 1939/40 et que les équipements
dont disposait l'armée américaine en novembre 1942 étaient d'une toute autre
génération.

vétéran
vétéran

 
Messages: 904
Inscription: 16 Avr 2015, 15:16
Région: midi-pyrennées
Pays: france

Voir le Blog de Tomcat : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers ANNÉE 1940




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Mesures dans le Reich en guerre. 
il y a 10 minutes
par: thucydide 
    dans:  LE QUIZ MATÉRIELS ET VÉHICULES - SUITE - 18 
il y a 34 minutes
par: NIALA 
    dans:  Planeurs et parachutistes 15 Août 1944 
il y a 57 minutes
par: Signal Corps 
    dans:  FOUPOUDAV 
Aujourd’hui, 20:42
par: pierma 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 19 
Aujourd’hui, 17:54
par: coyote 
    dans:  La Tokkō, la police secrète japonaise. 
Aujourd’hui, 17:53
par: Signal Corps 
    dans:  Le 6 août 1945 Hiroshima. 
Aujourd’hui, 15:53
par: thucydide 
    dans:  500 000e MESSAGE SUR NOTRE FORUM - GRAND CONCOURS DE L'ETE 
Aujourd’hui, 15:49
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Rafle à Marseille 
Aujourd’hui, 15:42
par: thucydide 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 22 
Aujourd’hui, 15:07
par: Prosper Vandenbroucke 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités


Scroll