Connexion  •  M’enregistrer

Le III° Reich déclare la guerre aux U.S.A.

Cette rubrique renferme tout ce qui concerne le front ouest du conflit, y compris la bataille des Ardennes ainsi que les sujets communs à tous les fronts tels, les enfants et les femmes dans la guerre, les services secrets, espionnage...
MODÉRATEUR: gherla

Re: Le III° Reich déclare la guerre aux U.S.A.

Nouveau message Post Numéro: 61  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 25 Nov 2019, 13:22

Lorsque j'écris "gourmand" je veux simplement souligner qu'il voyait tout en grand et que ces conquêtes territoriales devaient devenir réalité!!!!!!
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 75655
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: Le III° Reich déclare la guerre aux U.S.A.

Nouveau message Post Numéro: 62  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 25 Nov 2019, 17:29

Soxton a écrit:L'hypothèse des Soviétiques qui ont jeté leurs dernières forces en décembre n'est pas retenue par Hitler. Il sait que l'Armée rouge ne sera pas vaincue à brêve échéance.
Au début du mois de décembre Hitler ne se fait pas d'illusion sur une victoire immédiate. S'il est vrai que le déclenchement de l'opération Typhon en octobre a suscité d'énormes espoir, les Allemands ont déchanté quelques semaines plus tard. Nicolas Bernard ne manquera pas de signaler le moment où le pessimisme remplace l'optimisme initial. Est-ce la première quinzaine de novembre ? Est-ce la deuxième semaine ? Est-ce le premier jour du mois de décembre ?
Hitler sait qu'il faudra préparer une offensive l'année suivante.
Hitler sait que la situation en Russie est difficile, mais la perspective d'une guerre entre le Japon et les E-U lui sert de consolation.


Le moral de Hitler a fluctué. Aussi surprenant que cela puisse paraître, il est moins optimiste que ses généraux lors des préparatifs de Barbarossa. Certes, le 3 février 1941, on l’a entendu plastronner : "Quand “Barbarossaˮ s’ouvrira, le monde retiendra son souffle et se tiendra coi." Devant ses généraux, le 30 mars 1941, il stigmatise encore la mauvaise qualité du commandement et du matériel de l’Armée rouge, jugé en grande partie obsolète; il n’en assure pas moins que les forces soviétiques sont "puissantes", parce que "massives", "tenaces" et pourvues d’un "bon modèle de char lourd" – les tanks KV. "Une porte s’est ouverte devant nous, affirmera-t-il quatre mois après le début des opérations, et nous ne savions pas ce qu’il y avait derrière. A la différence de ses généraux, le Führer s’attend à ce que l’aventure soit douloureuse. Il aurait préféré attendre, ou s'engager après avoir conclu la paix avec la Grande-Bretagne, ce que le maintien de Churchill au pouvoir rendu illusoire. Mais repousser l’échéance reviendrait à faire le jeu de la Russie, en lui laissant moderniser ses forces armées, ainsi que de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis.

Les premiers jours de Barbarossa, le dictateur nazi cède à des accès d'enthousiasme apparent. "Dans quatre semaines, nous serons à Moscou, assure-t-il à la fin du mois de juin 1941. Moscou sera rasée jusqu’à la dernière pierre". Allégation qui ne manque pas de surprendre dans la mesure où Moscou n'est même pas l'objectif principal. En toute hypothèse, dans la nuit du 5 au 6 juillet 1941, le dictateur en rajoute: "Le bolchévisme doit être exterminé. Si nécessaire, nous repartirons de l’avant partout où un nouveau foyer se formera". De son côté, Goebbels renchérit… mais non sans s’inquiéter, le 23 juin : "Nous en aurons bientôt fini. Il faut que nous en ayons bientôt fini. Les gens n’ont pas très bon moral. Le peuple aspire à la paix. […] Chaque nouveau théâtre de guerre crée des soucis et des inquiétudes".

Et puis, vers la seconde quinzaine de juillet, Hitler donne l'impression de revoir ses ambitions à la baisse. Le 11, alors que le ralentissement de l’offensive allemande est patent, il se laisse aller, pour la première fois de la campagne, à des confidences admiratives sur Staline, l’assimilant à "l’une des figures les plus extraordinaires de l’Histoire mondiale. Il a débuté comme petit commis, et il n’a jamais cessé d’être un commis. Staline ne doit rien à l’art oratoire. Il gouverne depuis son bureau, grâce à une bureaucratie qui lui obéit au doigt et à l’œil." Et d’ajouter : "Il est frappant que la propagande russe, dans les critiques qu’elle nous adresse, se tienne toujours à l’intérieur de certaines limites. Staline, ce Caucasien rusé, semble prêt à abandonner la Russie d’Europe dans le cas où le fait de ne point s’y résigner lui ferait tout perdre. Qu’on ne dise pas que de l’Oural il pourrait reconquérir l’Europe ! C’est comme si j’étais installé en Slovaquie et que, partant de là, je dusse reconquérir le Reich. C’est cette catastrophe qui causera la perte de l’empire soviétique."

Ainsi, se dessine un premier reflux dans les ambitions du dictateur nazi: Staline devient soudainement respectable, et, rejeté au-delà de l'Oural, ne présenterait plus aucun danger, si bien qu'il n'est plus question d'anéantir le bolchevisme, "simplement" de le rejeter en Asie. Mais si Hitler songe peut-être à la paix, ce ne peut qu'être une paix carthaginoise, se traduisant par de larges annexions territoriales et le démantèlement de l’Armée rouge, comme l’atteste son propos du 27 juillet : "Nous devons prendre soin d’empêcher la reconstitution d’une puissance militaire de ce côté-ci de l’Oural, dans la mesure où nos voisins de l’Ouest seront toujours alliés à nos voisins de l’Est. C’est ainsi que les Français ont jadis fait cause commune avec les Turcs et que maintenant, les Anglais agissent de même avec les Soviétiques. Quand je parle de ce côté-ci de l’Oural, j’entends une ligne située à 200 ou 300 kilomètres à l’est de l’Oural." Hitler semble cristalliser des buts de guerre qui, jusqu'alors, étaient nébuleux (réduits à une vague ligne "Volga-Arkhangelsk").

Hitler rejette, parallèlement, toutes les approches diplomatiques de Staline (dont une tendant à améliorer le sort des prisonniers de guerre des deux camps). Cependant, la bataille de Smolensk a fait son oeuvre, ralentissant l'ensemble de l'avance. "Le Führer s’en veut beaucoup, intérieurement, de s’être ainsi laissé abuser sur le potentiel des bolcheviques par les rapports sur l’Union soviétique, rapporte Goebbels le 19 août. Avant tout, le fait d’avoir sous-estimé l’arme blindée et l’aviation ennemie nous a posé des problèmes extrêmement importants au cours de nos opérations militaires. Il en a beaucoup souffert." Le désarroi du tyran est tel que ce dernier évoque devant son propagandiste favori l’hypothèse d’une paix avec Staline.

Cet espoir de paix (carthaginoise, s'entend) persiste au mois de septembre. Comme le note Goebbels le 24 de ce mois, "Le Führer espère, dès qu’il aura atteint les plus proches objectifs, pouvoir libérer toute une série de divisions et la suite des événements dépendra ensuite de Staline et de la direction soviétique. Peut-être Staline capitulera-t-il, peut-être placera-t-il, à l’heure décisive, les ploutocrates face à la question de savoir s’ils peuvent lui apporter une aide à très grande échelle. Et si tel n’est pas le cas, il tentera peut-être d’obtenir une paix séparée. Le Führer y répondrait bien sûr positivement. Car une fois que le pouvoir militaire du bolchevisme sera brisé, il sera alors refoulé vers l’Asie. L’ambition impérialiste de la direction bolchevique s’orientera peut-être alors vers d’autres objectifs non européens. Mais cela ne nous concerne pas."

Le ministère allemand des Affaires étrangères en était déjà informé: "Si Staline se retire en Asie, il pourrait se voir accorder un traité de paix", note le secrétaire d’Etat Weizsäcker le 15 septembre. Selon un autre diplomate, Hasso von Etzdorf, Hitler "voit deux possibilités pour l’avenir de Staline : soit il se fait renverser par son propre peuple, soit il essaie de faire la paix avec nous. En effet, dit-il, Staline, en tant que plus grand homme d’Etat encore en vie, doit réaliser qu’à 66 ans on ne peut s’atteler de nouveau à l’œuvre d’une vie, de sorte qu’il va essayer de sauver ce qu’il peut, avec notre bénédiction. A cet effet, nous devrons aller à sa rencontre. Si seulement Staline pouvait décider de relancer l’expansion de la Russie vers le sud, vers le Golfe persique, comme [Hitler] le lui avait recommandé par le passé, alors une coexistence pacifique entre l’Allemagne et la Russie deviendrait concevable." Et voilà: Staline a gagné le droit de survivre, certes le plus à l'Est possible.

C'est, à mon sens, dans ce contexte que se comprend la stratégie hitlérienne de l'automne 1941: anéantir l'Armée rouge devant Moscou (sans avoir nécessairement à prendre la ville, au moins la menacer d'encerclement), conquérir l'Ukraine orientale et le Caucase, pour abattre la résolution combative de Staline et à l'amener à se rendre, pour céder la Russie d'Europe, du moins sa majeure partie. Mais malgré d'importants succès initiaux, l'offensive s'essouffle. Le 19 novembre, Hitler commente, à l'attention du général Halder, non sans cherchant à donner davantage de lustre à une situation préoccupante: "La victoire en Russie, que le Führer voir comme une prodigieuse réussite, est d'une grande importance politique. Il pense que le potentiel d'armement soviétique a été sérieusement amputé par la perte de sources majeures de matières premières, telles que le charbon, et que l'industrie d'armement russe mettra beaucoup de temps à s'en remettre. En ce qui concerne la Grande-Bretagne, il attache une grande importance aux tensions sociales internes. En ce qui concerne la France, il est très heureux que Weygand ait été dégagé. Toute sa vision exprime la conviction que le fait d’admettre qu’aucune des deux forces n’est capable d’annihiler l’autre mènera à une paix de compromis." On ne parle plus, ni de pulvériser le bolchevisme, ni de conquérir la Russie d'Europe, ni même d'une victoire décisive sur l'URSS, mais d'un affaiblissement (certes crucial) de son potentiel, puis d'une paix négociée, sans autre précision. Pour avantageuse qu'elle soit, ladite paix envisagée par le dictateur apparaît, d'emblée, encore moins ambitieuse que précédemment.

Bref, au fur et à mesure que s'avance l'année 1941, Hitler réalise que cette guerre ne tourne pas à son avantage, et qu'il peut fort bien la perdre. D'autant que les relations avec l'Amérique ont largement empiré. Si les Juifs d'URSS devaient, déjà, être éradiqués, le sort des Juifs d'Europe s'en ressent: jusqu'alors, il s'agissait de les transplanter - tous - dans une gigantesque réserve, à Madagascar ou aux confins de la Russie, de les stériliser, et de les laisser "s'éteindre" à l'échelle d'une génération. Et puis, progressivement, mais rapidement, on passe à un génocide à bref délai. Bref, à un projet de "civilisation", prévoyant un génocide "lent", sur une vingtaine d'années voire plus, succède une "opération vengeance": puisque la défaite allemande fait désormais partie du domaine des possibles, il n'est pas envisageable de laisser les Juifs survivre, et il faut donc les tuer tous, vite.

L'entrée en guerre contre les Etats-Unis s'inscrit dans ce contexte. Hitler, avec justesse, juge la confrontation inévitable. Il lui faut donc la retarder, tout en tentant d'enrôler le Japon, ce qui devrait coincer l'Amérique dans un conflit sur deux fronts - deux océans. D'où les promesses multipliées au Japon au cours de l'automne. Mais Hitler n'est pas informé des plans japonais. L'attaque de Pearl Harbor le surprend. Il réagit vite, cependant: dès le 8 décembre, son Ministre des Affaires étrangères communique à son ambassade de Tôkyô un projet d'alliance "à la vie à la mort" entre l'Allemagne, l'Italie et le Japon, contre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne; le jour même, Hitler, par la directive 39, tente de reprendre en main une stratégie globalement défensive en URSS; le lendemain, il ordonne à ses amiraux de s'attaquer à l'ex-"zone de sécurité américaine"; le 10, le Ministère des Affaires étrangères communique à ses établissements diplomatiques dans le monde que l'Allemagne sera en état de guerre avec les Etats-Unis le 11; le 11, Hitler réunit le Reichstag et annonce ledit état de guerre, tandis qu'est signé le traité d'alliance entre l'Allemagne, l'Italie et le Japon.

Comme je l'ai déjà indiqué, ces faits attestent que, pour Hitler, l'heure était grave. Conscient qu'il s'était véritablement enlisé en Russie, réalisant l'éventualité de sa défaite finale, il avait un besoin vital des Japonais pour affaiblir, dans l'immédiat, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne - donc, limiter les dégâts d'une intervention américaine perçue comme inéluctable. Pas question, dès lors, de lanterner l'Empire du Soleil levant: dans ce contexte, il eût été, pour lui, du plus mauvais goût et de la plus suprême imprudence de retarder plus longtemps sa déclaration de guerre à Washington. En faisant la preuve de sa... hem... bonne foi, le dictateur nazi espérait cimenter l'Axe, infliger indirectement une succession de défaites aux Occidentaux (via les Japonais, et via ses sous-marins dans l'Atlantique, ce qui ne se réalise pas en quelques heures) pour gagner du temps et, en 1942, abattre l'Armée rouge, à tout le moins atteindre un but de guerre déjà fixé en 1941, à savoir le reste de la Crimée et de l'Ukraine, puis le Caucase.
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1231
Inscription: 22 Fév 2006, 14:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


Re: Le III° Reich déclare la guerre aux U.S.A.

Nouveau message Post Numéro: 63  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 25 Nov 2019, 19:50

Merci Nicolas. Tu réponds à une question que je me suis toujours posée : quand HITLER a-t-il pris conscience que l'URSS serait trop grosse à avaler.

Dès l'hiver 41/42, semble-t-il.

L'emballement du processus génocidaire m'en semble bien le principal indice.

Tu confirmes ou est-ce plus compliqué ?
« Les gens pensaient que je portais mes grenades telles une posture d’acteur. Ce n’était pas correct. Elles étaient purement utilitaires. Plus d’une fois en Europe et Corée, des hommes en difficulté trouvèrent le salut à coups de grenades »

General Matthew B. RIDGWAY, XVIII US Airborne Corps Commander, Ardennes 1944

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 10588
Inscription: 11 Mar 2014, 22:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici


Re: Le III° Reich déclare la guerre aux U.S.A.

Nouveau message Post Numéro: 64  Nouveau message de Soxton  Nouveau message 25 Nov 2019, 22:34

Dog Red a écrit:quand HITLER a-t-il pris conscience que l'URSS serait trop grosse à avaler.
Dès l'hiver 41/42, semble-t-il.

Pendant l'automne 1941 Hitler prend conscience que la guerre en Russie continuera au delà de l'hiver 41/42.
C'est pour cette raison qu'il demande à Goebbels d'apporter des changements à la propagande. Il faut faire comprendre au peuple allemand que la guerre à l'Est sera longue.



Dog Red a écrit:L'emballement du processus génocidaire m'en semble bien le principal indice.

Il n'est pas facile de préciser quand cet "emballement" a commencé. En revanche la transformation de la propagande commence en novembre.
Un autre indice : la conférence d'Orcha le 13 novembre 1941. Halder ne montre aucun enthousiasme excessif lors de cette conférence. La victoire contre l'Armée rouge semble incertaine.

vétéran
vétéran

 
Messages: 572
Inscription: 12 Fév 2016, 23:19
Région: LYON
Pays: France

Voir le Blog de Soxton : cliquez ici


Re: Le III° Reich déclare la guerre aux U.S.A.

Nouveau message Post Numéro: 65  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 25 Nov 2019, 22:57

Merci pour ces précisions Soxton !
« Les gens pensaient que je portais mes grenades telles une posture d’acteur. Ce n’était pas correct. Elles étaient purement utilitaires. Plus d’une fois en Europe et Corée, des hommes en difficulté trouvèrent le salut à coups de grenades »

General Matthew B. RIDGWAY, XVIII US Airborne Corps Commander, Ardennes 1944

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 10588
Inscription: 11 Mar 2014, 22:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici


Re: Le III° Reich déclare la guerre aux U.S.A.

Nouveau message Post Numéro: 66  Nouveau message de Soxton  Nouveau message 25 Nov 2019, 23:07

alias marduk a écrit:Concernant l'état d'esprit de Hitler, la directive n°39 du 8 décembre 1941 semble montrer qu'il n'a pas pris la mesure de la contre-offensive soviétique ( ce qui vaut aussi pour Halder au vu de son journal ).

Dans le bouquin de Jean Lopez, publié récemment, on voit que Halder a sous-estimé la puissance de la contre-offensive soviétique. Mais Halder ne songe pas que la guerre à l'Est touche à sa fin. L'armée allemande n'est pas victorieuse. Une victoire à l'Est n'est pas d'actualité.



Nicolas Bernard a écrit:L'entrée en guerre contre les Etats-Unis s'inscrit dans ce contexte. Hitler, avec justesse, juge la confrontation inévitable. Il lui faut donc la retarder, tout en tentant d'enrôler le Japon, ce qui devrait coincer l'Amérique dans un conflit sur deux fronts - deux océans. D'où les promesses multipliées au Japon au cours de l'automne.

+ 1
Hitler savait que la confrontation était inévitable (Ian Kershaw lui donne raison sur ce point). La confrontation aurait eu lieu en 1942 si Hitler n'avait pas pris l'initiative en décembre 1941.
Contrairement à Raeder, Hitler ne veut pas d'un affrontement avec l'Amérique avant que le Japon ne soit impliqué dans le conflit.
On prétend que Hitler était impulsif et imprudent. Alors que devons-nous penser de Raeder ?



Nicolas Bernard a écrit:Mais Hitler n'est pas informé des plans japonais. L'attaque de Pearl Harbor le surprend.

Hitler ne connait ni le lieux de l'attaque (pearl harbor) ni la date (7 décembre). Mais il sait qu'une attaque sera lancée par l'armée japonaise dans le Pacifique avant la fin de l'année.
Si Hitler est surpris, c'est parce que les Allemands n'étaient pas informés de la date.



Nicolas Bernard a écrit:Bref, au fur et à mesure que s'avance l'année 1941, Hitler réalise que cette guerre ne tourne pas à son avantage, et qu'il peut fort bien la perdre. D'autant que les relations avec l'Amérique ont largement empiré.

Le début de l'opération Typhon n'a-t-il pas engendré une bouffée d'optimisme qui a duré plusieurs semaines ?

vétéran
vétéran

 
Messages: 572
Inscription: 12 Fév 2016, 23:19
Région: LYON
Pays: France

Voir le Blog de Soxton : cliquez ici


Re: Le III° Reich déclare la guerre aux U.S.A.

Nouveau message Post Numéro: 67  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 25 Nov 2019, 23:43

Dog Red a écrit:Merci Nicolas. Tu réponds à une question que je me suis toujours posée : quand HITLER a-t-il pris conscience que l'URSS serait trop grosse à avaler.

Dès l'hiver 41/42, semble-t-il.

L'emballement du processus génocidaire m'en semble bien le principal indice.

Tu confirmes ou est-ce plus compliqué ?


Plus précisément, Hitler n'est pas entièrement ravi de s'attaquer à un pays (l'URSS) qu'il sous-estime mais au sujet duquel il se sait ignorant. La campagne à l'Est sera marqué par des accès d'enthousiasme éphémère, suivis de longues périodes de doute - un doute qui ne cesse de grandir. Au mois de novembre 1941, il sait définitivement que la Russie ne sera pas vaincue cette année.

L'emballement du processus génocidaire est effectivement un indice... à condition de le voir comme tel. Contrairement à ce qu'on croit, les historiens qui se sont intéressés au mécanisme décisionnel de la Shoah sur la période 1941-1942 sont loin d'être unanimes, et chacun défend sa thèse. La plus convaincante me semble celle d'Edouard Husson (Heydrich et la Solution finale, Perrin, coll. "Tempus", 2012 pour l'édition revue et corrigée), tant elle épouse la réalité stratégique telle que, selon moi, la voit Hitler.
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1231
Inscription: 22 Fév 2006, 14:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


Re: Le III° Reich déclare la guerre aux U.S.A.

Nouveau message Post Numéro: 68  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 26 Nov 2019, 00:07

Soxton a écrit:+ 1
Hitler savait que la confrontation était inévitable (Ian Kershaw lui donne raison sur ce point). La confrontation aurait eu lieu en 1942 si Hitler n'avait pas pris l'initiative en décembre 1941.
Contrairement à Raeder, Hitler ne veut pas d'un affrontement avec l'Amérique avant que le Japon ne soit impliqué dans le conflit.
On prétend que Hitler était impulsif et imprudent. Alors que devons-nous penser de Raeder ?


Hitler n'est ni impulsif, ni imprudent. En revanche, Raeder est un amiral allemand et, comme tous les chefs de la Kriegsmarine (qu'il dirige), il perçoit l'Angleterre et les Etats-Unis comme un bloc anglo-saxon: entrer en guerre contre l'un, c'est affronter l'autre à brève échéance. Du fait de cette analyse géostratégique assez simpliste, la guerre avec l'URSS ne l'enchante pas, car il souhaiterait porter le coup de grâce à la Grande-Bretagne. Joue certainement, comme au Japon du reste, une motivation plus intéressée: négliger le Front de l'Est pour se concentrer sur l'archipel britannique et l'Amérique amènerait inévitablement Hitler à renforcer considérablement la marine allemande, si bien que cette dernière gagnerait en influence politique, ce qui favoriserait l'expansion de l'Allemagne sur les océans.

Depuis 1940, Raeder scrute les moindres faits et gestes du Président Roosevelt, qu'il voit comme un fauteur de guerre, et tente vainement d'arracher à Hitler une déclaration de guerre, sinon la mise à exécution de mesures hostiles contre les navires américains. Pour lui, le déclenchement des hostilités dans le Pacifique est une divine surprise, qui l'amène à plaider une entrée en guerre immédiate du Troisième Reich contre les Etats-Unis: les succès nippons vont considérablement faciliter l'activité des sous-marins nazis dans l'Atlantique... Or, la Kriegsmarine n'est manifestement pas prête, dans l'immédiat, à agir. Les éblouissants succès remportés par les sous-mariniers dans l'opération Paukenschlag, de mémoire, peuvent être attribués à l'impréparation et l'imprévoyance américaine dans la protection de ses navires marchands. Impulsif et imprudent, Raeder? Oui, parce qu'hostile au "bloc" anglo-saxon, et parce que fataliste, puisque selon lui la guerre est inévitable. La Marine allemande, y compris sous Guillaume II, n'a jamais brillé par son sens des responsabilités.



Soxton a écrit:Le début de l'opération Typhon n'a-t-il pas engendré une bouffée d'optimisme qui a duré plusieurs semaines ?


L'euphorie de Hitler, dans la première quinzaine d'octobre 1941, est réelle. Mais elle s'évanouit vite, parce qu'il constate, comme tout le monde, que Staline ne cède pas. Et au mois de novembre, il espère un "pat" entre les deux camps antagonistes, Axe d'un côté, anglo-soviétiques de l'autre.
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1231
Inscription: 22 Fév 2006, 14:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


Re: Le III° Reich déclare la guerre aux U.S.A.

Nouveau message Post Numéro: 69  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 26 Nov 2019, 12:17

Nicolas Bernard a écrit:La plus convaincante me semble celle d'Edouard Husson (Heydrich et la Solution finale, Perrin, coll. "Tempus", 2012 pour l'édition revue et corrigée), tant elle épouse la réalité stratégique telle que, selon moi, la voit Hitler.


Je note cette référence.
::Merci::
« Les gens pensaient que je portais mes grenades telles une posture d’acteur. Ce n’était pas correct. Elles étaient purement utilitaires. Plus d’une fois en Europe et Corée, des hommes en difficulté trouvèrent le salut à coups de grenades »

General Matthew B. RIDGWAY, XVIII US Airborne Corps Commander, Ardennes 1944

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 10588
Inscription: 11 Mar 2014, 22:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici


Re: Le III° Reich déclare la guerre aux U.S.A.

Nouveau message Post Numéro: 70  Nouveau message de Soxton  Nouveau message 27 Nov 2019, 23:12

viewtopic.php?f=17&t=45944&start=20#p611110
pierma a écrit:Roosevelt et ses chefs d'état-major ont les idées claires sur la priorité : le gros morceau, le plus dangereux, c'est l'Allemagne, qui risque de mettre la main sur tout le continent européen où il deviendrait impossible de débarquer. Germany first.
L'embarras de Roosevelt ne va pas s'éterniser. C'est Hitler qui le tire d'embarras quelques jours plus tard en déclarant lui-même la guerre aux USA. (Je dois dire que les raisons de cette déclaration de guerre ne m'ont jamais paru très claires. Le plus probable c'est qu'il en espérait une avancée décisive dans la guerre de l'Atlantique et un étouffement total de l'Angleterre.)

Si j'avais été à la place de Roosevelt, je n'aurais pas aimé cette initiative de Hitler en décembre 1941. C'est trop tôt. L'Amérique ne s'est pas préparé suffisamment.



Nicolas Bernard a écrit:L'euphorie de Hitler, dans la première quinzaine d'octobre 1941, est réelle. Mais elle s'évanouit vite, parce qu'il constate, comme tout le monde, que Staline ne cède pas.

Contrairement à ce que je croyais, l'euphorie n'a pas duré plus d'une quinzaine de jours.
L'euphorie des Allemands s'évanouie lorsque l'opération Typhon ralentit à cause de la "raspoutitsa".
Pourquoi Staline cèderait-il ? L'offensive allemande ralentit dans la deuxième semaine d'octobre.

vétéran
vétéran

 
Messages: 572
Inscription: 12 Fév 2016, 23:19
Région: LYON
Pays: France

Voir le Blog de Soxton : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers FRONT OUEST ET GUERRE TOTALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Destruction de la force Z Britannique 
il y a 7 minutes
par: NIALA 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 20 
il y a 18 minutes
par: iffig 
    dans:  75ème anniversaire des débuts des combats pour la 1ère libération de Haguenau (67) 
il y a 35 minutes
par: Doughboy1944 
    dans:  Le duc de Kent, sa mort mystérieuse 
il y a 40 minutes
par: Alfred 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 17 
Aujourd’hui, 20:21
par: François 
    dans:  J'ai sans doute compris (?) 
Aujourd’hui, 17:36
par: JARDIN DAVID 
    dans:  quel regiment ? 
Aujourd’hui, 17:35
par: JARDIN DAVID 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 16 
Aujourd’hui, 17:01
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Un régiment de réserve en 1940 
Aujourd’hui, 15:48
par: 270e RI 
    dans:  Marche des parachutistes belges 
Aujourd’hui, 15:27
par: Dog Red 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing Premium, Facebook [BOT], Lusi et 72 invités


Scroll