Page 4 sur 6

Re: Saisir des stocks de carburant adverses pour poursuivre une offensive blindée ?

Nouveau messagePosté: 10 Sep 2019, 09:30
de Dog Red
En attendant une réponse circonstanciée, j'ai le souvenir d'avoir lu que des Panzer avaient fait le plein à des stations services civiles.

Mythe ou réalité ?

Re: Saisir des stocks de carburant adverses pour poursuivre une offensive blindée ?

Nouveau messagePosté: 10 Sep 2019, 10:06
de Prosper Vandenbroucke
??????????????

Re: Saisir des stocks de carburant adverses pour poursuivre une offensive blindée ?

Nouveau messagePosté: 10 Sep 2019, 10:29
de Loïc Charpentier
A mon avis, l'histoire des pleins effectués aux stations-services n'a rien de loufoque ; çà n'avait probablement pas été la généralité, mais çà me parait logique.
Je ne vois pas trop le pompiste venir râler. Si çà se trouve les équipages étaient, même, peut-être, sensés établir des bordereaux de réquisition, à présenter, ultérieurement, pour se faire indemniser. :D Exploiter le butin militaire pris à l'ennemi (les stocks militaires d'essence en font partie), est une chose, le pillage des civils, une autre et, en principe, il est réprimé par le code de justice militaire.
Au fil des rapports établis par les services du Quartier-Meister de l'OKH, on déniche des situations en carburant pour certaines Panzer-Divisionen, exprimées en cbm (m3), 200 m3, 150m3, etc., mais je n'ai pas vérifié s'il s'agissait de stock disponibles ou de consommation. En 1940, il y avait eu des problèmes de délai de ravitaillement - à cause de l'allongement des distances et des embouteillages routiers -, un stock de pneus déclaré insuffisant, dès le déclenchement de l'offensive, mais, apparemment, çà ne touchait pas les réserves de carburant.

Re: Saisir des stocks de carburant adverses pour poursuivre une offensive blindée ?

Nouveau messagePosté: 10 Sep 2019, 11:29
de Dog Red
Loïc Charpentier a écrit:Si çà se trouve les équipages étaient, même, peut-être, sensés établir des bordereaux de réquisition, à présenter, ultérieurement, pour se faire indemniser.


Je n'en serais même pas étonné !
Tu as parfaitement raison de l'évoquer !

Re: Saisir des stocks de carburant adverses pour poursuivre une offensive blindée ?

Nouveau messagePosté: 10 Sep 2019, 13:14
de brehon
Bonjour Loïc
Loïc Charpentier a écrit:Je ne vois pas trop le pompiste venir râler. Si çà se trouve les équipages étaient, même, peut-être, sensés établir des bordereaux de réquisition, à présenter, ultérieurement, pour se faire indemniser.

Je suis très dubitatif sur l'existence de tels bordereaux.
À mon avis, s'ils avaient existé, il en serait question d'une façon ou d'une autre dans la presse de l'époque. Soit pour parler des modalités de remboursement, soit pour annoncer le non-remboursement.
Or, dans L'Ouest-Éclair pour ne prendre que cet exemple, pas un mot sur le sujet dans toute l'année 1940.

Re: Saisir des stocks de carburant adverses pour poursuivre une offensive blindée ?

Nouveau messagePosté: 10 Sep 2019, 13:23
de Dog Red
Bonjour brehon,

brehon a écrit:Je suis très dubitatif sur l'existence de tels bordereaux.


Je ne vais pas répondre à la place de Loïc mais de tels billets de réquisition étaient monnaie courante et pas que dans l'armée allemande.
De là à ce que une armée d'occupation lance une campagne de presse pour susciter les revendications... le pas à franchir est grand.

Re: Saisir des stocks de carburant adverses pour poursuivre une offensive blindée ?

Nouveau messagePosté: 10 Sep 2019, 15:02
de Loïc Charpentier
C'était, avant tout, une hypothèse, mais, compte-tenu de la notion de délit de pillage, établit par le code de justice militaire (y compris allemand) et les peines encourues - là, je ne parle pas d'une malheureuse casserole récupérée dans les débris d'une maison abandonnée -, et vu la mentalité jugulaire/jugulaire de l'armée allemande en 1940, l'éventuelle émission de bordereaux de réquisition n'aurait rien eu de très étonnant... par contre, c'était "l'Occupé" qui était en charge de défrayer le préjudice subi par le requis ! Autrement dit, çà devait être du sport pour tenter de se faire indemniser! ...

Léon Duchemol, pompiste à Burne-le-Chateau (Oise) - courrier manuscrit du 22 août 1940 - Ils m'ont vidé mes cuves d'essence, le 24 mai 1940, veuillez trouver, ci-joint, le bordereau de réquisition qu'ils m'ont remis.

Références : AJ/GM/2495/40/41, en date du 17 novembre 1941
Monsieur,
Après vérification, il manque sur votre document, le tampon N°32/1934 du Service des carburants de Berlin, ainsi que la signature du chef (ou de son adjoint) des service d'approvisionnement de la division à laquelle appartenaient les émetteurs du susdit bordereau.
Veuillez agréer l'expression de nos plus respectueuses salutations.

signé : Illisible


::mal-a-la-tete::

Cf. ce lien...

42 W - Service des réquisitions allemandes (1940-1950) (FranceArchives)
https://francearchives.fr/findingaid/13 ... 8e7151e655

Re: Saisir des stocks de carburant adverses pour poursuivre une offensive blindée ?

Nouveau messagePosté: 11 Sep 2019, 07:47
de Loïc Charpentier
Quand on parle d'essence et de Campagne de France ... :D

Image

Image

Re: Saisir des stocks de carburant adverses pour poursuivre une offensive blindée ?

Nouveau messagePosté: 11 Sep 2019, 10:15
de Alfred
Les pointes blindées vers Abbevile en 1940 se sont entre autres ravitaillées grâce à des citernes abandonnées depuis quelques jours le long de l'itinéraire ainsi que sur des péniches pleines à ras bord dont des ouvrages ont publié des photos, certains y ont vu une préparation de l'Abwehr,essence provenant de "Hollande" a-t-on dit....La hantise , exprimée, des officiers subalternes concernant ces ravitaillements en essence ,irritait profondément Gudérian...... Ils en ont largement assez pour atteindre la mer disait-il......

Re: Saisir des stocks de carburant adverses pour poursuivre une offensive blindée ?

Nouveau messagePosté: 11 Sep 2019, 11:16
de Halhin Gol
pierma a écrit:
Signal Corps a écrit: A ma connaissance, le seul carburant composé simultanément d'huile et d'essence était la "Solexine", carburant spécialement conçu et fabriqué en son temps par BP pour les moteurs 2 temps des cyclomoteurs de la marque Solex, disparue depuis des lustres....

Le "mélange" a été bien plus utilisé que ça. Dans les années 70 - j'ai eu mon 103 Peugeot en 75 - il y avait dans la plupart des stations une pompe de mélange, un peu à l'écart, pour les deux roues à moteur 2 temps. Donc toutes les mobylettes et un certain nombre de motos japonaises. (de 125 cm3 jusqu'au delà, il y avait même une Kawasaki 3 cylindres 2 temps, une 750 cm3, sauf erreur.)

On sélectionnait la teneur en huile désirée (2%, 4% ou 6%) et après avoir mis le pistolet dans le réservoir, on mettait des pièces dans le monnayeur. Des pièces de 1 franc ou 5 francs, de mémoire. (ça servait également, au bidon, pour le mélange des moteurs 2 temps des tondeuses ou des tronçonneuses.)
La pratique s'est perdue progressivement par la suite, mais il a dû rester longtemps quelques pompes pour les vielles bécanes 2 temps bien entretenues... Mon père fait encore lui-même son mélange pour son antique tronçonneuse, qui doit servir 3 fois dans l'année...

Fin du HS.

complément au HS: les kawasaki 3 cylindres 2 temps (j'en possède) ont une pompe à huile qui alimente les roulements de vilebrequin et les cylindres comme toutes les japonaises deux temps de route depuis 1963 1964 (Yamaha YDS3).
Seules les japonaises deux temps de tout terrain, cross et enduro, ont conservé le mélange car c'était plus simple pour des motos utilisées le temps d'une course ou d'un entrainement (on vidange d'ailleurs le réservoir après) et certaines motos japonaises de course mais pas toutes (la H2R version course du kawasaki 750 H2 3 cylindres a une pompe à huile bloquée en débit pour alimenter les roulements de vilebrequin, seuls les cylindres sont alimentés par mélange).
Pompe à huile très fiable car mon 500 Kawasaki H1 1969 a toujours la pompe à huile d'origine et grâce aux huiles deux temps modernes j'ai modifié le débit et je suis passé de 2.3 litres au 1000 à 1.2 ou 1.3 litre au 1000 d'huile deux temps soit de + 2% à environ 1%.