Connexion  •  M’enregistrer

LE HALTBEFEHL (suite)

Cette rubrique renferme tout ce qui concerne le front ouest du conflit, y compris la bataille des Ardennes ainsi que les sujets communs à tous les fronts tels, les enfants et les femmes dans la guerre, les services secrets, espionnage...
MODÉRATEUR: gherla

Re: LE HALTBEFEHL (suite)

Nouveau message Post Numéro: 1331  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 25 Juil 2019, 12:40

Autre source intéressante, à défaut d'être décisive: le Journal de Goebbels. L'intéressé, certes, ne sait pas tout. Mais il me semble en parfait accord avec son maître pour définir Churchill : un instrument des Juifs, un vieux charlatan, va-t-en-guerre et éloquent, le pire ennemi du Reich... et que l'offensive du 10 mai va mettre hors d'état de nuire.

Tout d'abord, la crise politique qui frappe le gouvernement Chamberlain avant l'offensive du 10 mai, notamment, n'échappe nullement au dictateur et son propagandiste en chef. Le 4 mai, Goebbels note un échange avec Hitler intervenu la veille: militairement, "Churchill ist ja ganz unberechenbar", mais politiquement, "die Krise in London verschärft sich. Der Führer meint auch, daß Chamberlain zurücktreten muß."

Goebbels se réjouit que Churchill soit fragilisé par l'affaire norvégienne (entrées des 5 mai et suivants). Le 1er mai, déjà il écrivait: "Wir spinnen eine kleine Intrige gegen Churchill via Rom. Der alte Raunzer wird sich wundern." Le 7 mai, il note que le gouvernement britannique est victime de panique, que les pleins pouvoirs pourraient être confiés à Churchill. Et la veille, Hitler lui a tenu ce discours révélateur:

England muß einen schweren Schlag bekommen, aber nicht vernichtet werden. Denn sein Weltreich können und wollen wir nicht übernehmen. Soviel Reichtum macht auch garnicht mehr glücklich. Wenn man zu nichts anderem mehr kommt, als nur seinen Reichtum zu bewachen, dann verliert der Reichtum seine schöpferische Kraft. Dann macht er das Volk arm und unglücklich (s. England) und entnervt seine führende Schicht. Das ist die größte Schwäche des englischen Weltreichs.

Jetzt ist jedes Mittel recht, um England zu schlagen. Wir haben viele Verträge gebrochen; aber mußten wir das nicht, um endlich einmal Ordnung zu schaffen. Dazu gehörte nicht nur Kraft, sondern auch List. Das war immer so. Einen Vertrag aber haben wir nie gebrochen: den, der uns an unser Volk bindet und verpflichtet. Das ist auch moralisch und sittlich und notwendig. Was darüber hinausgeht, ist Mittel zum Zweck.


Entrée du 10 mai: "Gestern: Churchill hat im Unterhaus eine sehr dünne Rede gehalten. Auch ihm scheint unter unseren Schlägen der Atem ausgegangen zu sein."

Entrée du 11 mai: "In England wächst die Krise. Paris ist wie vor den Kopf geschlagen. Man redet nur ganz wirres Zeug. Gerüchte, daß Churchill anstelle Chamberlains Ministerpräsident geworden sei. Das wäre eine absolute Klärung der Fronten. Ich gebe für den Fall an die Presse entsprechende Kommentaranweisungen." Et plus tard, une remarque significative: "Churchill ist nun wirklich zum Premier ernannt. Klare Fronten! Das lieben wir."

Les dés sont jetés - avec l'offensive. Et les masques tombent - avec la prise du pouvoir de Churchill. L'épreuve de force avec la juiverie a commencé. Ce que Goebbels ressent me semble directement d'inspiration hitlérienne: l'arrivée au pouvoir d'un Churchill fragilisé, qui doit encore s'encombrer d'un Chamberlain sinistré, n'est finalement pas une mauvaise nouvelle.

En toute hypothèse, les appréciations de Goebbels suggèrent que, côté allemand, on perçoit à relativement juste mesure les potentielles lignes de fracture qui affaiblissent le gouvernement Churchill. Ce qui plaide en faveur d'une stratégie allemande tendant à diviser les Conservateurs, pour discréditer et éjecter Churchill et introniser un Premier Ministre "raisonnable". Le message Nordling, le coup de faux dessiné par Hitler, puis Haltbefehl, s'inscrivent dans cette stratégie, qui vise à mettre rapidement un terme aux hostilités et à neutraliser l'Occident, dont l'Angleterre, ce au moindre coût pour l'Allemagne.

Les notes de Goebbels prises dans les jours entourant le Haltbefehl ne sont pas inintéressantes, d'autant que, sans être mis au parfum, le Ministre reste en ligne directe avec le Führer.

- 21 mai (relatant les événements du 20):

Gestern: die Gegenseite hat zweifellos eine gewisse psychologische Entlastung erfahren. Einmal die Berufung Weygands und Pétains, dann Churchills Rede und ein gewaltsames Aufbäumen gegen die Katastrophe haben das zuwege gebracht. Aber wir gehen dem nicht nach. Unser ganzer Rundfunk, offen und geheim, wird nun zu einer Panikpropaganda größten Stils angesetzt. Ich selbst schreibe die meisten Darlegungen, die anderen kontrolliere ich genauestens, sie werden mit großem Elan verfaßt. Leider macht uns das A.A. dabei wieder Schwierigkeiten, vor allem bzgl. der belgischen und holländischen Sender. Aber ich setze mich dagegen mit dem OKW durch.

In London trägt man einen gekrampfen Optimismus zur Schau. Aber das nutzt den Plutokraten ja nichts. Die Ernüchterung wird einmal umso furchtbarer sein. Ihre Armeen und ihr Volk sind bedenklich angeknaxt. Wir müssen nur unentwegt weiter bohren und nachstoßen.

Schon beginnen sich die Engländer nach der Kanalküste hin zu verdrücken. In London und Paris hält man die sture Haltung nicht aus. Schon nachmittags wird die Lage wieder als "sehr ernst und bedrohlich" bezeichnet.

Im Militärischen ist sie etwa so: im Süden die gefährliche Rechtsschwenkung unserer Truppen. Harte Gegenangriffe, die mit größter Bravour zurückgeschlagen werden. Im Volke stellt man sich vor, es ginge gleich nach Paris. Die Franzosen suchen aus ihrem Kessel nach Süden, die Engländer an die Küste zu entweichen. Aber sie sitzen in einer eisernen Umklammerung. Ein französischer Tankangriff größten Formats wird zurückgewiesen. Wir haben die obere Schelde erreicht. Haben Cambrai und Peronne in unserem Besitz. Schlacht im Weltkriegsgebiet an der Somme. Festungsgürtel von Lüttich und Namur nun erobert. 143 feindliche Flugzeuge erledigt. Die Lage in Narvik unverändert.

Wir haben Anlaß zu allen guten Hoffnungen. [...]

Nachricht vom Führerhauptquartier: es steht alles gut, mehr als gut. Geradezu glänzend. Der Führer selbst leitet die ganzen Operationen. Er steht auf der Wacht und läßt keine günstige Gelegenheit aus. Herr Weygand wird sein blaues Wunder erleben.

Die Stimmung in Paris und London sinkt immer mehr ab. Man kann sie bald als eine Art von fatalistischer Hoffnungslosigkeit bezeichnen. Bei uns im Lande steht alles großartig. Das Volk ist von einem absoluten und uneingeschränkten Vertrauen auf den Sieg erfüllt. Die große Schlacht nähert sich ihrem dramatischen Höhepunkt. Sie wird sich bald entscheiden.


Bref, Goebbels (et donc Hitler) ressentent la baisse - voire la chute - du moral ennemi, et les tensions qui les rongent (les Britanniques cherchent à se replier vers les côtes de la Manche!).

- 23 mai (relatant les événements du 22):

Die militärische Lage: der Gegner drückt in seinem Kessel. Verzweifelte Ausbruchversuche. Überall abgewiesen. Ein Riesenkontingent von Divisionen sitzt in der Falle. Es werden noch sehr harte Kämpfe ausgefochten. Weitere deutsche Kräfte sind vorgerückt am Kanal. St. Pol und Montreuil in unserem Besitz. 120 Flugzeuge erledigt. Der Feind hat verschiedentlich in Westdeutschland bombardiert. In Narvik halten sich die Unsern. Von Drontheim aus nördlich 400 km Mo erreicht. Eine Heldensage!

Der Führer ruft an: der Druck sei immer noch sehr stark, aber ein Entrinnen gebe es nicht mehr. In einigen Tagen habe er sie und dann die größte Schlacht der Weltgeschichte gewonnen. Heute Lage so wie die ersten Tage bei Kutno. Dann erfolge gleich der neue Angriff. Ziel: Paris. Keine Ruhepause. Holland und Belgien sollen souveräne Staaten bleiben. Schon wegen des Kolonialbesitzes. Das ist auch ganz richtig so. So stecken das Japan und Amerika und wer weiß wer ein.


Preuve que, le 22 mai, Hitler songe certes à retourner ses forces contre Paris (du moins le dit-il), mais séquence encore le plan d'action: on liquide la victoire dans le nord, qui ne sera prétendument pas une mince affaire (cf. l'allusion à la bataille de Kutno) et ensuite ("dann") on marche sur la capitale française.

L'allusion à Kutno n'est pas inintéressante: rappelons qu'à cette occasion, en septembre 1939, les Polonais y avaient lancé une contre-attaque massive, prenant à revers la Wehrmacht, et lui causant quelques remous. Cette dernière, toutefois, avait vite repris le dessus. Mais si Hitler fait montre de réalisme en mentionnant la dureté des combats, il évoque tout de même sa certitude de remporter la plus grande victoire de l'histoire mondiale dans quelques jours, sans la moindre échappatoire pour l'ennemi.

Hitler mentionne également que les Pays-Bas et la Belgique devraient rester des Etats souverains, ce qui me semble être une allusion transparente, pour le coup, à la "modération" dont il s'attend à faire preuve lors des négociations de paix. Dans cette logique, cette phrase confirme un mien raisonnement: la nomination de Seyss-Inquart à la tête d'une administration nazie de la Hollande, décidée de manière inattendue (l'armée s'attendait à en hériter) n'est qu'une pression sur les Alliés, laquelle peut être réversible à l'heure des négociations.

- 24 mai (relatant les événements du 23):

Im Kessel schwerste Kämpfe. Wir haben Boulogne erreicht, was aber noch nicht veröffentlicht wird. Die Engländer und Franzosen machen verzweifelte Ausbruchsversuche, am energischsten die Engländer, die Franzosen schon sehr angeschlagen. Sie sind von unserem Angriffselan anscheinend am schwersten getroffen worden.

Ich verstärke die Arbeit der Geheimsender. Lasse Friedensgerüchte lancieren, die ich dann nach 24 Stunden als von England torpediert wieder dementiere. Das muß auf die Dauer die französischen Nerven ruinieren. Im Übrigen nehmen diese Gerüchte schon ihren Weg in die neutrale Presse. Das ist gut so! Durcheinander kann uns auf die Dauer nur nützlich sein. Sonst sind wir mit allen Mitteln besorgt, Moral und Haltung des deutschen Volkes zu erhalten. Es muß sich auch über die Schwere der Kämpfe im Klaren sein. Die neue Wochenschau ist da, besonders bzgl. des Brandes von Rotterdam sehr realistisch. Ich lasse sie durch die Presse noch näher begründen. Vor allem mit Spitze gegen die Kriegsverbrecher. [...]

Anruf vom Führerhauptquartier: schwere Kämpfe dauern an. Das wird auch noch eine ganz geraume Zeit dauern. Wir müssen uns also mit Geduld und Härte wappnen. Dem Führer geht’s gut. Er arbeitet unermüdlich am Aufmarsch und an der Bewegung unserer Fronten. [...]

Härteste Kämpfe um Valenciennes. Die Engländer suchen verzweifelt unseren Vormarsch nach Calais aufzuhalten, der planmäßig vor sich geht. Insgesamt hat unsere Flak vom 10.-15. Mai 342 feindliche Flugzeuge abgeschossen. Eine stolze Leistung.

In Rom rumoren die Studenten weiter. Aber Mussolini hat sich noch nicht entschlossen. Es wird allmählich reichlich spät. [...]

Churchill hat gesprochen. Sehr pessimistisch. Gibt unsere Einnahme von Boulogne zu, was bei den Franzosen, die noch in Optimismus machen, wie ein Schock wirkt. Wir putschen weiter das französische Volk auf. Mit sichtbarem Erfolg. Ich stelle selbst den Gottesdienst für den Geheimsender zusammen. Raffiniert schlau!

Militärische Lage entwickelt sich im Laufe des Nachmittags ausgezeichnet. Man stellt jetzt, vor allem bei den Franzosen, stärkste Ermüdungserscheinungen fest. Alle Angriffe des Feindes bisher abgeschlagen.

Paniknachrichten gehen durch die ganze Welt. Man kann kaum noch im Einzelnen feststellen, ob sie von uns stammen oder nicht. Das ist auch egal. Hauptsache ist jetzt, daß Unruhe entsteht. Diese schöpferische Unruhe, die das Neue gebiert.


In England eine Verhaftungswelle gegen Faschisten. Auch Mosley eingesperrt. Die dicken Plutokraten wehren sich ihrer Haut. Aber solche Dinge macht man besser vor dem als während des Krieges. Im Kriege muß man stark sein und kämpfen, sonst unterliegt man.

So war es bei unseren Gegnern im Weltkrieg.

So ist es heute bei uns. Vae victis!


- 25 mai (relatant les événements du 24):

Gestern: die Panik und das Flüchtlingschaos in Paris wachsen an. Leon Blum berichtet darüber wehklagend im "Populaire". Duff Cooper seinerseits ruft in London zum Aushalten auf. Dort herrscht die vollkommene Diktatur. Churchill boxt jeden Widerstand nieder. Aber unsere Geheimsender können er und Reynaud in ihrer verheerenden Wirkung nicht aufhalten. Man richtet im feindlichen Lager jetzt alle Hoffnung auf Amerika. Aber Roosevelt läßt es bei lahmen Protesten bewenden, und die New Yorker Börse reagiert mit Baisse in englischen und Rüstungspapieren überhaupt.

Wir haben unseren Hauptangriff in die Geheimsender verlegt. Gegen England noch mit verhältnismäßiger Reserve, gegen Frankreich mit vollen Registern. Jetzt muß man uns schon auf der Gegenseite unter dem Druck der Gerüchtewelle dementieren. Das aber ist gerade das, was wir wollen. Damit kommen wir ja überhaupt erst ins Gespräch.

Leider macht das "12 Uhrblatt" einen schweren Fehler und benützt den deutschen Sieg in der Umfassungsschlacht nach wenigen Stunden. Das hatte uns noch gefehlt. Ich schlage einen Mordskrach. Nichts gefährlicher, als einen doktrinären Illusionismus zu wecken und zu pflegen.

Militärische Lage: die große Schlacht geht weiter. Scheldeübergang an einigen Stellen erzwungen. Die Franzosen zeigen starke Ermüdungserscheinungen. Sie wehren sich allerdings noch verzweifelt gegen die Umklammerung. Doch das nützt ihnen nichts. Wo sie auszubrechen versuchen, werden sie abgeschmiert. Die Engländer geben nun zu, daß Boulogne in unserem Besitz ist. Der Kreis schließt sich immer enger. Tournai in unserem Besitz. Maubeuge ganz genommen. Lorettohöhe genommen.

6 Transporter versenkt, und zwar beladen. [...]

In London und Paris kämpft man verzweifelt gegen den Defaitismus an. Selbst Bernard Shaw will nun "im letzten Schützengraben sterben", ehe er zur Kapitulation rät. Das wird sich ja finden. [...]

Abends redet der englische König. Nur Quatsch. Unbeachtlich!

Ich telephoniere mit dem Führer. Er war an der Front. Es steht gut, aber es wird sehr hart gekämpft. Wir haben noch schwere Tage vor uns. Aber gelingen wird uns der große Schlag. Man muß jetzt nur arbeiten, kämpfen und die Ruhe behalten. Am Ende steht unser Sieg!


Tout en décrivant la panique qui règne dans les capitales occidentales, et l'aggravation de la situation militaire alliée, Goebbels est enfin informé, non de l'ordre d'arrêt du 24 mai, mais que la bataille va durer, et qu'elle sera dure. Le tour est joué.

Pas le temps d'aller plus loin (ni de traduire), mais le Journal de Goebbels contribue indéniablement à éclairer les événements, bien que le diariste soit sous-informé par son maître vénéré.
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 15:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


Re: LE HALTBEFEHL (suite)

Nouveau message Post Numéro: 1332  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 25 Juil 2019, 12:43

Et enfin, pour ceux que ça intéresse: le Dünkirchen de Hans-Adolf Jacobsen vient d'être traduit en anglais, chez Casemate Publishers. Disponible sur liseuse à pas cher.

Ouvrage indispensable, quant à l'énumération des faits d'ordre militaire environnant le Haltbefehl, et que j'ai beaucoup utilisé dans ce fil. Mais très daté, et limité par sa sous-estimation des aspects politiques (les relations entre Hitler et le haut-commandement) et diplomatiques de l'affaire.
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 15:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


Re: LE HALTBEFEHL (suite)

Nouveau message Post Numéro: 1333  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 25 Juil 2019, 14:10

Merci pour ces précisions étayées et bien argumentées !
JD
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8179
Inscription: 22 Aoû 2009, 21:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


Re: LE HALTBEFEHL (suite)

Nouveau message Post Numéro: 1334  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 25 Juil 2019, 19:24

Voilà en effet de quoi faire reculer l'idée que l'explication diplomatique ne serait pas documentée, contrairement aux explications militaires (foisonnantes et ne débouchant toujours pas clairement, dans ce fil ou le précédent, sur un scénario précis).

vétéran
vétéran

 
Messages: 6251
Inscription: 22 Mai 2005, 19:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: LE HALTBEFEHL (suite)

Nouveau message Post Numéro: 1335  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 26 Juil 2019, 07:26

Je rappelle en effet que les explications militaires, toutes esquissées par Hitler avant quiconque, sont diverses et souvent incompatibles entre elles... et ont été démolies par le spécialiste récent le plus reconnu, Karl-Heinz Frieser. Celui-ci joue, en quelque sorte, en demi-finale : il balaye l'antérieur mais, en finale, sa propre théorie (Hitler bloquant le mouvement pour réaffirmer son autorité) ne fait pas le poids.

vétéran
vétéran

 
Messages: 6251
Inscription: 22 Mai 2005, 19:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: LE HALTBEFEHL (suite)

Nouveau message Post Numéro: 1336  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 26 Juil 2019, 11:11

L'explication de Karl-Heinz Frieser est surtout réfutée par les deux sources sur lesquelles elle prétend s'appuyer.

Pour rappel: l’historien allemand prétendait que Hitler avait stoppé le mouvement vers Dunkerque, non en vertu de considérations militaires et diplomatiques, mais pour rappeler ses généraux à l’ordre – du moins, les généraux de l’O.K.H.

En effet, Karl-Heinz Frieser s’appuyait sur le journal de marche du groupe d’armées A et le journal du colonel Jodl à la date du 24 mai, lesquels indiquaient que le dictateur avait laissé éclater sa colère en apprenant que, dans la nuit précédente, ledit O.K.H. (du moins son chef, Brauchitsch), avait ordonné au groupe d’armées A du général Von Rundstedt, jugé trop timoré, de céder le gros de ses forces Panzer au groupe d’armées B de Von Bock, afin de ne pas ralentir l'avance vers Dunkerque et la consommation de l'encerclement des armées alliées. Le tout, sans en référer au Führer

Selon Karl-Heinz Frieser, Hitler y aurait vu une atteinte à son prestige de chef des armées. Non seulement, à ses yeux de dictateur mégalo mais médiocre, fiérot mais narcissique, l'O.K.H. aurait empiété sur ses prérogatives, mais encore se serait-il, par la même occasion, injustement attaqué à Von Rundstedt, avec qui s'entendait bien le dictateur.

D'où cette réaction aussi colérique que puérile: le Führer aurait cloué sur place ses forces blindées pour rappeler à l'O.K.H. qu'il était seul maître à bord ; pour couronner le tout, il aurait laissé à Von Rundstedt la décision de reprendre l'avance dans l'intention d'humilier ce même O.K.H., puisque ce dernier se retrouvait soumis au bon vouloir d'un général qui lui était pourtant, en théorie, subordonné!

Avant même tout examen de fond, la thèse, loin d'être idiote de prime abord, apparaît tout de même simpliste. Notamment, Karl-Heinz Frieser néglige les tiraillements au sein même de l'O.K.H., entre un Brauchitsch qui souhaitait confier au groupe d'armées B l'achèvement de la poche, et son adjoint Halder, que cette solution horripilait et qui préférait garder la main sur les Panzer, quitte à serrer la vis sur le groupe d'armées A.

Malheureusement, la thèse de Karl-Heinz Frieser n'est pas seulement simpliste. Elle est tout simplement fausse, car réfutée par les deux sources documentaires sur le fondement desquelles cet historien prétend la bâtir.

En effet, le journal de marche du groupe d’armées A et, dans une moindre mesure, le journal du colonel Jodl à la date du 24 mai, donc les sources exploitées par Karl-Heinz Frieser lui-même, établissent de manière irréfutable que l’ordre d’arrêt est formulé (et même diffusé, si l'on en croit le journal du groupe d'armées A) avant l’annonce, par le commandement du groupe d’armées A, que ses Panzer vont passer au groupe d’armées B, si bien que la colère de Hitler, sincère ou feinte, est postérieure à l'ordre d'arrêt.

Bref, l’explication de Karl-Heinz Frieser est totalement invalidée par cette seule contradiction chronologique, révélée par ses propres sources.

Pour couronner le tout, le bogue logique de Karl-Heinz Frieser, particulièrement grossier, n'a rien d'original: un tel vice de lecture grippait déjà l'analyse des événements effectuée par son illustre prédécesseur, Hans-Adolf Jacobsen, dans son Dünkirchen...

En toute hypothèse, l'impair commis par Karl-Heinz Frieser est d'autant plus regrettable que cet auteur réfute de manière pertinente les "explications" d'ordre militaire formulées par ses prédécesseurs. Son analyse du facteur diplomatique est, en revanche, totalement lacunaire et dépassée, et on ne peut que déplorer qu'il n'ait pas cherché à mettre à jour son travail pour tenir compte des avancées considérables de l'historiographie (certes peu nombreuse) sur cette affaire.
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 15:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


Re: LE HALTBEFEHL (suite)

Nouveau message Post Numéro: 1337  Nouveau message de alain adam  Nouveau message 08 Aoû 2019, 21:21

Note pour moi-même, que je partage bien aimablement avec nos amis :
"On se demande si l'important est d'attaquer Frieser ou définir quelque chose qui tienne la route sans oublier des facteurs majeurs."

Alain
Armée de Terre Française 1940
http://atf40.fr/

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2599
Inscription: 06 Aoû 2013, 00:13
Région: rhone
Pays: france

Voir le Blog de alain adam : cliquez ici


Re: LE HALTBEFEHL (suite)

Nouveau message Post Numéro: 1338  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 08 Aoû 2019, 22:28

Au moins le bouquin de FRIESER contient de bonnes cartes. C'est loin d'être toujours le cas même chez les éditeurs ou éditeurs réputés sérieux.
JD
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8179
Inscription: 22 Aoû 2009, 21:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


Re: LE HALTBEFEHL (suite)

Nouveau message Post Numéro: 1339  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 09 Aoû 2019, 03:38

Si "attaquer Frieser" c'est dire que ses cartes sont vilaines, tel n'est pas mon cas.

Je serais même assez disposé à reconnaître que, pour ce qui est de décrire les mouvements sur le terrain, c'est-à-dire dans sa spécialité, il est plutôt bon.

Sous l'angle politique, en revanche, je ne vois pas l'intérêt de se cacher qu'il est nul.

Quand on étudie une décision prise sous une dictature, il est assez fâcheux de ne rien comprendre au dictateur et de sous-estimer grandement ses capacités.

vétéran
vétéran

 
Messages: 6251
Inscription: 22 Mai 2005, 19:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: LE HALTBEFEHL (suite)

Nouveau message Post Numéro: 1340  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 09 Aoû 2019, 08:09

J'ai simplement voulu rester positif ( pour une fois) en soulignant un aspect positif qui me tient à cœur et qui est trop souvent négligé par des auteurs ou éditeurs peu desireux de sortir de la pure dactylographie. Et après on va se plaindre que les jeunes ne vont que sur internet !

Tout à fait d'accord, et François le sait bien, pour remettre à sa vraie place le dictateur moustachu. Avec parfois quelques conditionnels mais l'idée y est.
JD
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8179
Inscription: 22 Aoû 2009, 21:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers FRONT OUEST ET GUERRE TOTALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Union entre la France et le Royaume-Uni 
il y a 16 minutes
par: Halhin Gol 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 16 
il y a 27 minutes
par: coyote 
    dans:  80° Anniversaire - 1er septembre 1939: le début de la Seconde Guerre mondiale 
il y a 32 minutes
par: François 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 20 
il y a 34 minutes
par: dominord 
    dans:  Les Uniformes de l’Armée Chinoise : 
Aujourd’hui, 14:18
par: iffig 
    dans:  LA BATAILLE DES HAIES VUE DU CIEL 
Aujourd’hui, 14:13
par: Loïc Charpentier 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 17 
Aujourd’hui, 13:53
par: iffig 
    dans:  TRACES DE GUERRE 
Aujourd’hui, 13:07
par: Loïc Charpentier 
    dans:  "Voyage à travers la France occupée 1940-1945" 
Aujourd’hui, 12:21
par: tistou48 
    dans:  Après 70 ans dans un coffre-fort, le journal intime de la «Anne Frank» polonaise enfin publié 
Aujourd’hui, 01:24
par: carcajou 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Trendiction Bot DE et 27 invités


Scroll