Connexion  •  M’enregistrer

Batailles et opérations méconnues

Cette rubrique renferme tout ce qui concerne le front ouest du conflit, y compris la bataille des Ardennes ainsi que les sujets communs à tous les fronts tels, les enfants et les femmes dans la guerre, les services secrets, espionnage...
MODÉRATEUR: gherla

Batailles et opérations méconnues

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Tomcat  Nouveau message 30 Juin 2015, 17:35

Bonjour,

Ce fil est consacré aux batailles et opérations méconnues de la seconde guerre mondiale.

Pour commencer, je vous partage ce lien wiki vers la bataille de Koh Chang:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Koh_Chang

J'espère que les contributions des membres seront nombreuses... :)

vétéran
vétéran

 
Messages: 675
Inscription: 16 Avr 2015, 14:16
Région: midi-pyrennées
Pays: france

Voir le Blog de Tomcat : cliquez ici


Re: Batailles et opérations méconnues

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de brehon  Nouveau message 30 Juin 2015, 17:57

Cordialement.
Yvonnick

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6855
Inscription: 14 Déc 2009, 15:45
Région: Bretagne
Pays: France

Voir le Blog de brehon : cliquez ici


Re: Batailles et opérations méconnues

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Tomcat  Nouveau message 01 Juil 2015, 16:47

Je pense que cette opération n'a pas déjà été évoquée...

Raid sur Mourzouk en Libye ( 11 janvier 1941) :

Mourzouk ouvre la série des raids motorisés sahariens . Celui de Mourzouk , d'une extrême audace , est mené par les Britanniques . Le détachement du " Long Range Desert Group " était composé de Néo-Zélandais et d'Ecossais transportés dans 24 véhicules non blindés , aménagés pour les raids en région désertique . Le Lt Colonel d'Ornano , chef de la région Borkou-Ennedi au Tchad , avait eu auparavant un entretien avec le chef du LRDG , le major Bagnold , et avait donné son accord pour une participation Française au raid sur le fort de Mourzouk , en Libye , tenue par les Italiens.

Le détachement Français aux ordres du Colonel d'Ornano était composé d'un capitaine ( Massu) , d'un lieutenant (Eggenspiller) , de deux sous-officiers (Bloquet et Bourrat) et de cinq tirailleurs du Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad (RTST) . Le détachement parti de Zouar , retrouva le détachement Britannique qui avait parcouru 2000km , venant du Caire , commandé par le Major Clayton , à Koyoungue le 6 janvier 1941 , lui apportant , par dos de chameau , un renfort logistique (eau , essence....)

Il s'agissait , dans le cadre de la mission du LRDG , de jeter le désarroi chez les Italiens , d'acquérir la connaissance du pays et de recueillir des renseignements . Dans le raid sur Mourzouk , l'objectif était essentiellement de s'attaquer aux installations du terrain d'aviation. Le 7 , les Français se mirent au courant de l'armement Britannique , puis le détachement fit route vers Mourzouk.

Après observation à partir d'un groupe de palmiers voisins par une patrouille de renseignement menée par le colonel , il fut décidé que les Néo-Zélandais méneraient l'affaire contre le terrain d'aviation avec les Français tandis que les Ecossais fixeraient les défenseurs du fort.

A midi , la colonne se dirigeait vers le fort . Un postier Italien fut fait prisonnier puis les voitures ouvrirent le feu tout en se dirigeant vers le terrain d'aviation . Le hangar et 3 avions furent incendiés et l'organisation radio détruite . Les Italiens ont eu 9 tués et une dizaine de blessés . Au cours de cette opération le Colonel d'Ornano fut atteint par un tir de mitrailleuse et tué sur le coup en même temps qu'un prisonnier Italien chargé sur sa voiture . Les servants de la mitrailleuse furent abattus par un officier Néo-Zélandais.

Le Lt Colonel d'Ornano fut le premier Français Libre tué au Tchad . Le Général Leclerc lui rendit hommage en ces termes " Le Colonel d'Ornano est tombé en montrant à tous les Français , à leurs alliés et aussi à leurs ennemis que les qualités de la race demeurent " Le corps du Colonel d'Ornano a été ramené par sa famille en Corse.

Pendant ce raid auto , une opération à chameau contre le poste de Tedjeri fut mené par les méharistes du Capitaine Sarazac.

Source: http://sv69.e-monsite.com/pages/article ... -1941.html

vétéran
vétéran

 
Messages: 675
Inscription: 16 Avr 2015, 14:16
Région: midi-pyrennées
Pays: france

Voir le Blog de Tomcat : cliquez ici


Re: Batailles et opérations méconnues

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 01 Juil 2015, 20:10

Merci Olivier pour cette intéressante évocation des raids du LRDG.

Pour ma part, je rappellerai l'opération "Frantic" consistant à établir des bases en URSS pour accueillir des bombardiers lourds américains après leurs raids en profondeur au-dessus du III Reich.

L'opération fut déjà largement évoquée par Marc sur notre forum : viewtopic.php?f=65&t=40093&p=513027&hilit=frantic#p513027
On y trouvera également d'intéressants détails ici https://en.wikipedia.org/wiki/Operation_Frantic (en anglais... mais le sujet ne semble guère traité en français).

Cordialement ::alatienne::

Daniel
« Les gens pensaient que je portais mes grenades telles une posture d’acteur. Ce n’était pas correct. Elles étaient purement utilitaires. Plus d’une fois en Europe et Corée, des hommes en difficulté trouvèrent le salut à coups de grenades »

General Matthew B. RIDGWAY, XVIII US Airborne Corps Commander, Ardennes 1944

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7137
Inscription: 11 Mar 2014, 22:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici


Re: Batailles et opérations méconnues

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 02 Juil 2015, 07:39

Je suis en train de lire "Stalingrad - La bataille au bord du gouffre" de Jean LOPEZ.
A la page 240, est évoquée l'opération "Hubertus"... soit en quelques mots :

Début novembre 1942, VON SEYDLITZ regroupe ses forces en vue du "dernier assaut" (soit s'emparer et nettoyer les usines Lazur et Octobre rouge pour définitivement chasser de Stalingrad les derniers lambeaux de la 62e Armée).

Mais le 6 novembre, HITLER intervient et exige la liquidation de la tête de pont soviétique à l'est des usines Barricades et Octobre rouge. SEYDLITZ réarrange son dispositif et phase le dernier assaut :
- Phase 1 : conquête de la rive de la Volga entre le parc aux minerais et le sud-ouest de la briqueterie (selon LOPEZ c'est l'opération Hubertus) ;
- Phase 2 : conquête de la rive de la Volga à l'est d'Octobre rouge ;
- Phase 3 : Prise de l'usine Lazur.

Image
Source carte : http://www.wwii-photos-maps.com/staling ... niere.html

L'opération est lancée le 11 novembre... et nous savons tous qu'elle échouera... Huit jours plus tard, l'opération Uranus est lancée et scellera le sort de la 6e Armée. Cette opération là, Uranus, n'est évidemment pas méconnue.

nb. J'essayerai d'ouvrir un fil plus détaillé consacré à Hubertus un peu plus tard.
« Les gens pensaient que je portais mes grenades telles une posture d’acteur. Ce n’était pas correct. Elles étaient purement utilitaires. Plus d’une fois en Europe et Corée, des hommes en difficulté trouvèrent le salut à coups de grenades »

General Matthew B. RIDGWAY, XVIII US Airborne Corps Commander, Ardennes 1944

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7137
Inscription: 11 Mar 2014, 22:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici


Re: Batailles et opérations méconnues

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Tomcat  Nouveau message 02 Juil 2015, 09:32

Merci Daniel pour ces contributions :-)

vétéran
vétéran

 
Messages: 675
Inscription: 16 Avr 2015, 14:16
Région: midi-pyrennées
Pays: france

Voir le Blog de Tomcat : cliquez ici


Re: Batailles et opérations méconnues

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de fanacyr  Nouveau message 02 Juil 2015, 10:04

http://grca.free.fr/historique_grca/12_grca.htm

pour rendre hommage à un officier tombé là : Maurice de Boisséson

vétéran
vétéran

 
Messages: 577
Inscription: 06 Fév 2008, 16:28
Région: Région Ile de France
Pays: FRANCE

Voir le Blog de fanacyr : cliquez ici


Re: Batailles et opérations méconnues

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 08 Juil 2015, 11:49

Autre "opération méconnue" dans le cadre de Fall Blau, il y a l'opération "Wilhelm" que j'évoque dans la rubrique consacrée au Front de l'Est : viewtopic.php?f=18&p=545176#p545176
« Les gens pensaient que je portais mes grenades telles une posture d’acteur. Ce n’était pas correct. Elles étaient purement utilitaires. Plus d’une fois en Europe et Corée, des hommes en difficulté trouvèrent le salut à coups de grenades »

General Matthew B. RIDGWAY, XVIII US Airborne Corps Commander, Ardennes 1944

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7137
Inscription: 11 Mar 2014, 22:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici


Re: Batailles et opérations méconnues

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de Gaston  Nouveau message 08 Juil 2015, 13:19

Autres combats méconnus, qui se sont passés durant la Bataille de France, dans un pays voisin : les combats aériens entre la Flugwaffe suisse et la Luftwaffe en mai-juin 1940.

Une de ces mêlées a donné lieu à une petite bataille aérienne dont les Allemands sont repartis la queue entre les jambes... bataille certes petite comparé à ce qui se passait en France, voire minuscule comparé à la Bataille d'Angleterre, mais première fois que la Luftwaffe était tenue en échec jusqu'alors ! ce qui me paraît assez remarquable, et qui mérite d'être souligné.

Lors du combat le plus violent, jusqu’à 44 avions (32 allemands contre 12 suisses, si ma mémoire est bonne, soit grosso modo 3 contre 1) sont impliqués dans des combats aériens le long du Jura : 11 pertes du côté allemand (plus de 30 % des avions engagés, ce qui n'est pas rien), 3 du côté suisse. Une vraie gifle pour Goering qui voulait infliger une correction à ces "petits Suisses", pilotes parlant majoritairement allemand (enfin... suisse-allemand !), volant sur des avions de fabrication allemande et qui avaient l'outrecuidance de descendre des appareils allemands ! L'arroseur arrosé...

http://mobromande.over-blog.ch/article-les-combats-aeriens-suisses-juin-1940-115879979.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Incidents_a%C3%A9riens_en_Suisse_de_1940

Un livre sur le sujet, que j'ai lu il y a quelques années, très intéressant :

http://www.secavia.ch/catalogue/livres/duels.html

dont voici un extrait :

http://www.livresdeguerre.net/forum/contribution.php?index=20584
Les cons, ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît.

M. Audiard

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2581
Inscription: 19 Aoû 2014, 22:09
Région: Perroy, VD
Pays: Suisse

Voir le Blog de Gaston : cliquez ici


Re: Batailles et opérations méconnues

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 08 Juil 2015, 13:37

Bonjour Olivier,
Le texte ci-dessous est paru dans l'Histomag n°36 de juin 2006

SADZOT, UNE PETITE BATAILLE MÉCONNUE, DANS LA GRANDE BATAILLE DES ARDENNES.

Hiver 1944 : Alors que l'année s’achève, Les allemands ont contre attaqué dans un dernier sursaut. la 6ème Panzerarmee de Sepp Dietrich fait un dernier effort pour briser les défenses américaines entre la Salm et l’Ourthe. La bataille que nous allons évoquer eut lieu au hameau de Sadzot ( si petit qu’il n’apparaît même pas sur les cartes belges ) et alentours. Sadzot repose près d'un petit cours d'eau à 350 mètres au sud de Briscol, un village sur la route principale entre Grandménil et Erezée. L’engagement à Sadzot fut conduit par des escouades et pelotons et peut à juste titre être appelé une « bataille de soldats » ; aussi les GI's ont-ils inventé une expression qui la détermine tout
aussi bien: «L’affaire Sad Sack» La dénomination « Sad Sack », en jargon militaire américain, équivaut au « bidasse », au « poilu » ou encore au « troufion » de la terminologie argotique française. En somme « Sad Sack » et GI sont quasiment synonymes.**
Ayant abandonné le combat pour Manhay et Grandménil, la 2ème Panzer SS Das Reich commença à morceler ses troupes. Certaines restèrent pour couvrir le déploiement de la 9ème Panzer SS Hohenstauffen qui étendait sa position en face de la 82ème aéroportée US pour reprendre ce qui avait été le secteur de la 2ème Panzer SS. D'autres unités virèrent à l’ouest pour se joindre à la 12ème Panzer SS Hitlerjugend qui se présentait dans ce qui était supposé être une attaque majeure pour traverser la route de Trois-Ponts à Hotton à proximité d’Erezée et reprendre de l’élan pour la poussée vers le nord-ouest. Cependant, les forces réellement disponibles au 2èmeCorps Panzer SS étaient de nouveau considérablement moins importantes que prévu. La marche vers l’ouest par la 12ème Panzer SS avait pris énormément de temps. Le 27 décembre, date fixée par le commandement de l’armée pour la nouvelle offensive, la 12ème Panzer SS ne disposait que du 25ème Panzergrenadier regiment , dont la plus grosse partie était déjà en ligne
face à la 3ème division blindée américaine Spearhead . La contribution de la 2ème Panzer SS était donc limitée : son bataillon de reconnaissance, un bataillon de canons mobiles et deux compagnies de fusiliers, un détachement spécial commandé par le major Krag qui avait fait tant de dégâts à Salmchâteau. L’heure de l’attaque était fixée à minuit.
Le 27, les lignes du commandement du général Hickey avaient été réorganisées. Dans le processus, le 1er Bataillon du 289ème d’infanterie avait fusionné avec le Détachement special Orr sur l’Aisne tandis que le 2ème Bataillon s’étant finalement repris, continuait la ligne de la 3ème blindée à travers les bois au sud-ouest de Grandménil. Ignoré à ce moment-là, le trou de 900 mètres s’était amplifié au sud de Sadzot et Briscol entre ces deux bataillons
A l’heure zéro, la force d’assaut allemande s’avança au travers les bois touffus; la nuit était noire, le terrain inhospitalier, abrupte et sans chemin. Les grenadiers progressèrent au mieux , mais la radio ne fonctionnait pas dans ces bois denses et une partie des assaillants allait s’ égarer. Au moins deux compagnies du 25ème PanzergrenadierRegiment réussirent à trouver leur chemin dans le trou entre les deux bataillons du 289ème et suivirent le ruisseau dans Sadzot, où elles frappèrent environ deux heures après le début de l’attaque. Le cours de la bataille aux premières heures de la matinée du 28 décembre est extrêmement confus. Le premier rapport de l'apparition allemande à Sadzotest relayé à des Q.G. supérieurs à 2 heures par des observateurs de l’artillerie appartenant au 54ème Bataillon d’artillerie blindée de campagne, dont les obusiers étaient en place au nord du hameau ( à Clerheid, village au nord de la route Hotton - Erezée - Manhay )
Les deux bataillons de fusiliers américains, interrogés, ne signalèrent aucune trace d’ennemi. A l’intérieur de Sadzot bivouaquèrent la compagnie C du 87ème Bataillon chimique et un peloton de chasseurs de chars; ces troupes se remirent bien vite de leur surprise et établirent une forte ligne de résistance sur le côté nord du hameau. Le général Hickey alerta immédiatement le 509ème Bataillon d’infanterie parachutiste (parachuté en Provence en août 1944) près d’Erezée pour envelopper Sadzot de l’ouest et de l’est, mais les parachutistes s’étaient à peine déployés qu’ils se heurtèrent au Kampfgruppe Krag. Cet engagement dans l’obscurité se déroula dans la plus totale confusion . toute communication radio était impossible, les Allemands tirèrent aux mortier sur leurs propres pelotons et le combat fut mené dans chaque camp par de petits détachements qui tiraient sans discernement !! Quand l’aube se leva, les parachutistes obtinrent le soutien de l’artillerie et se portèrent en avant. A 11 heures, le 509ème PIR avait refermé le
piège sur les Allemands à l’intérieur de Sadzot. Il restait à resserrer les lignes entre les deux bataillons du 289ème Le 28 au soir, le général Hickey injecta le 2ème bataillon du 112ème d’infanterie, mais cette équipe, dépêchée dans la hâte de la bataille, perdit son chemin et ne réussit pas à colmater la brèche. Dès les premières heures du 29 décembre 1944, Hickey croyant que le 112ème avait assuré la ligne de départ, envoya le 509ème et 6 chars légers attaquer vers le sud-est. Mais l’ennemi s'était réorganisé dans l’entre-temps. Il s'agissait probablement d'un bataillon de renfort , et il entama une nouvelle marche sur Sadzot. Dans l'affrontement qui suivit, une section de canons antichars allemands détruisit 3 chars légers et les parachutistes reculèrent, sans pour autant que les allemands n'exploitent leur percée. Pendant la matinée, le 2ème Bataillon du 112ème d’infanterie, retrouva sa route, - c’est du moins ce que l’on crut- , et se remit en route pour établir un obstacle en travers du corridor à partir de l’ouest, où le contact était fermement établi avec le 1er Bataillon du 289ème .
Des troupes américaines furent aperçues au-delà des ravins et des collines raboteuses; les prenant pour le 2ème bataillon, les troupes du 112ème virèrent dans leur direction. En fait, c'étaient les parachutistes du 509ème PIR. Hickey et les commandants de bataillon concernés mirent sur pied une attaque coordonnée. Tout d’abord, les parachutistes lancèrent un assaut au crépuscule et parvinrent à repousser les Allemands. Ensuite, le 2ème Bataillon du 112ème entrepris une attaque de nuit à feu roulant, se guidant cette fois grâce aux obus éclairants tirés par le 2ème bataillon du 289ème. Coupant à travers des ravins escarpés, l’infanterie du 112ème poussa l’ennemi hors deson chemin.
Le 29 à l’aube, la brèche était enfin colmatée. L’incapacité allemande à pénétrer dans le segment d’Erezée les 28 et 29 décembre était la dernière tentative sérieuse dans l'espoir d'un renversement de la situation. Ce jour-là, le Generalfeldmarchal Model demanda à Dietrich de passer à la défensive, ce qui eut pour effet de dégarnir la 6ème Armée de son potentiel blindé. Les commandants allemands qui restaient face aux VIIème. et XVIIIème corps aéroportés à l’est de l'Ourthe lancent plusieurs attaques successives ordonnées entre le 29 décembre et le 2 janvier.
Mais demander à ces unités épuisées d’attaquer une fois encore alors que chacun savait que la grande offensive du führer était un échec dépassait ce qui était à leur portée : les portes du grand Reich s'ouvraient maintenant aux alliés.
Quatre mois plus tard, les soviétiques entraient dans Berlin.
(Source: La Grande bataille des Ardennes par Huch M.Cole)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 61509
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Suivante

Retourner vers FRONT OUEST ET GUERRE TOTALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 5 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  le cuirassé Courbet 
il y a 10 minutes
par: P. Vian 
    dans:  les sous-marins Français 
il y a 37 minutes
par: P. Vian 
    dans:  Si c'est une femme: vie et mort à Ravensbrück. 
il y a 53 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Testament de Hitler : sur l’Angleterre 
Aujourd’hui, 09:58
par: François Delpla 
    dans:  Vacances 1946 
Aujourd’hui, 09:04
par: Jumbo 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Hier, 23:16
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Hier, 23:13
par: iffig 
    dans:  Médecin urgentiste 
Hier, 22:55
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Sfcp airborne en Normandie 
Hier, 22:13
par: Prosper Vandenbroucke 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: thucydide et 19 invités


Scroll