Connexion  •  M’enregistrer

PHOTO : Soldats senegalais massacrés en juin 40

Cette rubrique renferme tout ce qui concerne le front ouest du conflit, y compris la bataille des Ardennes ainsi que les sujets communs à tous les fronts tels, les enfants et les femmes dans la guerre, les services secrets, espionnage...
MODÉRATEUR: gherla

Nouveau message Post Numéro: 11  Nouveau message de Audie Murphy  Nouveau message 11 Déc 2004, 23:26

Oui Igor, Rommel ne pouvait contrôler absolument tout et il est tout à fait possible que certains soldats sous ses ordres aient commis des crimes de guerre. Je doute très fortement que Rommel ait pu cautionner de tels massacres.
You'd better run for cover before I start to smile...

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5798
Inscription: 22 Mar 2004, 13:09
Localisation: Beauce, Québec, Canada

Voir le Blog de Audie Murphy : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 12  Nouveau message de Battler  Nouveau message 12 Déc 2004, 00:55

Je m'interroge sur un detail.

Pourquoi ces soldats auraient gardé sur leur tete ou a proximité leur casque si ils avaient été déplacés et regroupés pour etre inhumé ? Les allemands auraient deplacés aussi les casques ??

On a plutot l'impression qu'ils sont à terre tel qu'ils sont tombés....


 

Voir le Blog de Battler : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 13  Nouveau message de Lulubeerlu  Nouveau message 12 Déc 2004, 12:32

Battler a écrit:On a plutot l'impression qu'ils sont à terre tel qu'ils sont tombés....
Oui et c'est à dire sans armes visiblement...

Le 16 juin, le 26e RTS combat héroïquement dans la vallée de l'Eure. Peut-être une piste ?

Il ne faut pas attendre le 19 juin 1940 pour trouver des exemples d'exécution de prisonniers africains. Un des cas bien connu, le 7 juin, le 53e RICMS, appuyé du 21e RAC, à Airaines (cf. Charles N’Tchoréré).
Les Allemands seraient du reste revenus durant l'été afin de tourner un film - de propagande - dans lequel on peut les voir capturer des tirailleurs... peut-être pour se donner bonne conscience et surtout masquer le crime ?


 

Voir le Blog de Lulubeerlu : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 14  Nouveau message de Battler  Nouveau message 12 Déc 2004, 13:43

Sur les indications de Lulubeerlu, je viens de trouver ceci:

Dimanche 16 juin :

Occuper Maintenon

A 7 heures le colonel commandant le 26e RTS reçoit l'ordre d'occuper Maintenon afin de pallier le départ des Zouaves. Une compagnie qui était en réserve à Berchères-la-Maingot, commandée par le capitaine Aulagnier, emprunte la route de Chartainvilliers. L’aspirant Hepp avec un peloton de motocyclistes prend position au carrefour des routes Berchères-la-Maingot / Jouy et Chartres / Maintenon (aujourd’hui D 306, à l’époque N 10 ).

A 8 heures, venant d’Épernon, un groupement de reconnaissance motocycliste allemand du 38e Régiment d’Infanterie ( IR 38 ) entre dans Maintenon et s'engage vers la route de Chartres. Ils continuent jusqu'au carrefour tenu par le détachement de l’aspirant Hepp. Au cours d’un bref accrochage, le chef de Musique Joseph Pawlitta est tué. Ses compagnons font demi-tour et vont rendre compte à leur état-major. Ce n’est pas ce régiment qui attaquera le 26e RTS. Mais la mort de ce chef de Musique va susciter des réactions de représailles de la part des Allemands quand ils découvriront le corps dans la soirée.

A 9 heures 30, le détachement qui était en position ( repère C1 ) entre Bois-Richeux et Chartainvilliers, fait route vers l’entrée de Maintenon ( repère C3 ) pour y prendre place. Vers 10 / 11 heures, arrivant à hauteur de l’espace occupé aujourd’hui par le camping municipal, les tirailleurs du 26e RTS se trouvent face à face avec une compagnie de cyclistes allemands. C’est l’avant garde du 22 ème régiment de cavalerie ( RR 22 ). Le combat s’engage, bref et violent. Sur le point d’être contournés par les Allemands, les Français décrochent en laissant 11 de leurs camarades tués.

A 10 heures, le capitaine Aulagnier arrive avec son détachement sur la route Maintenon-Chartres encombrée par des colonnes de réfugiés. Prévenu, par un officier de marine retraité, de la présence de soldats allemands entre la route et les " Terrasses de l’Aqueduc ", il décide de remonter vers Maintenon en longeant le bord du plateau par Grogneul où de nombreux bois peuvent servir de couvert.

Une section de tirailleurs est déployée le long de la route de Chartres. Ils montent dans les arbres bordant la route et ouvrent le feu sur les soldats allemands qui s’aventurent à découvert. Numériquement assez faibles, les cyclistes allemands n’attaquent pas. Ils attendent l’artillerie qui pilonne les arbres dès son arrivée. Trois tirailleurs sont tués. Ils seront enterrés au pied d’un vieux poirier le long de la route.

L’objectif pour les tirailleurs français n’est pas d’établir une ligne de défense mais d’atteindre Maintenon. Le capitaine Aulagnier envoie plusieurs pelotons, les uns après les autres vers cet objectif. Il est probable que certains éléments ont pu traverser l’Eure et atteindre le hameau de Maingournois près de la gare.

A 16 heures 30, le gros du RR 22 arrive à Maintenon. La 2ème unité emprunte la vallée de l’Eure et entre dans Jouy vers 18 heures 20. Quant à la 1ère unité, elle est engagée sur le plateau contre les tirailleurs qui combattent pendant près de 2 heures " sans esprit de recul ". Un premier repli est organisé le long du " chemin de Berchères " à l’ouest et sur la route de Saint-Piat à l’est ( repère A8 ). Profitant de celui-ci, les Allemands rapprochent leurs canons. C’est un massacre. Les comptes rendus allemands sont saisissants :

" Les nègres sont pris sous une grêle d’obus, devant, derrière. Nous tirons alternativement court et long, le cercle se resserre. C’est un spectacle qui retient toute notre attention. Il n’y a plus beaucoup de vivants là-bas ! ".

Le " journal des opérations " du régiment allemand signale que les combats finirent vers 20 heures 20 après une troisième canonnade aussi meurtrière que les précédentes.

Sur les 400 hommes qui constituaient le détachement français le matin, 90 ont été tués dont 23 sur la commune de Saint-Piat ( hameau de Grogneul ) et 57 sur la commune de Chartainvilliers.
Plus de 6 heures de combat à Feucherolles

Vers 10 heures 30 des avions virent au-dessus de Feucherolles, hameau de Néron. Deux compagnies du 26e RTS y sont retranchées et se reposent, elles aussi, du repli avorté de la nuit. A 11 heures, le guetteur placé dans la cuve du château d’eau donne l’alerte. Venant de Nogent-le-Roi pour se rendre à Trémémont, l’avant garde du 1er régiment de cavalerie ( RR 1 ) se rapproche, accompagnée d’importantes unités d’artillerie.

Aussitôt les Français attaquent la colonne aux mortiers et font mouche. Les Allemands se déploient dans les villages voisins et pilonnent durant une heure le hameau. Derrière les murs en bauge des fermes, les tirailleurs repoussent le premier assaut des fantassins allemands. Le pilonnage reprend de plus belle. Guidé par le sergent Lehembre posté sur le château d’eau, les mortiers français réduisent au silence une batterie allemande. Aussitôt les Allemands ripostent sur le poste de guet qui est atteint de plein fouet par un obus. Le sergent et un autre soldat sont tués.

Un message est envoyé au colonel du régiment pour demander l’aide de l’artillerie française. Mais celle-ci s’est repliée dans la nuit et se trouve 50 km plus au sud !!!

A 13 heures, le gros du régiment allemand arrive en renfort à Néron. A la sortie du village ( repère D2 ), ils se heurtent à la 5ème compagnie du 26e RTS. Etant à découvert, elle ne peut résister bien longtemps et se replie sur Bois-Richeux.

Après un nouveau tir d’artillerie très fourni, les Allemands lancent leur deuxième attaque sur Feucherolles à partir du nord-est et du nord-ouest. Les tués et les blessés français sont nombreux et le poste de secours dressé dans une grange du hameau est plein. Les blessés légers après avoir reçu de premiers soins reprennent le combat ! Les Allemands lancent un 3ème assaut sans succès. Mais les munitions des défenseurs français s’épuisent.

A 15 heures 30, les blessés sont évacués en premier par un goulot de 150 mètres de large. Pris sous la mitraille, beaucoup seront tués ou capturés.

A 16 heures, le quatrième et dernier assaut est donné et se termine au corps à corps. Les tirailleurs se replient par le goulot. Vers 17 heures, le combat de Feucherolles est terminé. Quarante soldats français y ont trouvé la mort.
Au même moment, le hameau de Bois-Richeux est attaqué.

Le hameau de Bois-Richeux ( commune de Pierres ) est survolé par un avion qui lâche deux petites bombes dont l’une met le feu à la grange de M. Gallas. Les 500 tirailleurs résistent à deux escadrons allemands venant de Néron ( un au nord et un à l’est ) jusqu'à 18 heures 30, avant de se replier en laissant 5 morts.
Jusqu'à 20 heures, Bouglainval est assiégé.

La commune de Bouglainval est séparée du hameau de Feucherolles par le "bois de Néron", assez vaste ( repère E1 ). La progression des Allemands y est difficile grâce à la résistance des tirailleurs en repli. Retardée également à l’est par les combats de Bois-Richeux, la 2ème unité allemande n'atteint Bouglainval que vers 20 heures. Constatant l’encerclement presque complet, les Français ( environ 200 hommes ) se replient avec armes et matériels par la route qui mène à Berchères-la-Maingot.
A l’est, au carrefour routier du Péage, les Français bien retranchés font une farce aux Allemands.

Toute la journée alors que le bruit des combats parvient de Feucherolles à l’est et d’Achères à l’ouest, la compagnie retranchée au Péage, n’est pas inquiétée. Vers 16 heures quelques éléments de reconnaissance viennent tester la défense française et sont prestement mis en fuite par celle-ci.

A 18 heures, le combat de Feucherolles est terminé. Les Allemands se rapprochent mais évitent le Péage. C’est un autre régiment, le 21e régiment de cavalerie ( RR 21 ) qui venant par la route d’Ormoy et de Serazereux attaque au nord.

Vers 20 heures, l’artillerie allemande entre en action, suivie d’une nouvelle attaque. Les tirailleurs ont une " très belle tenue ", l’ennemi est arrêté à cent mètres et doit se replier.

A partir de 22 heures 30, le repli commence, section par section. Il se terminera à 23 heures 10 par le départ vers Chartres des derniers soldats. Les Allemands sont blousés et ne se rendront compte du départ des Français que le lendemain matin vers 5 heures.

Le repli des premières sections s’effectue sans encombre jusqu'à Bonneval, 30 kilomètres au sud de Chartres. La section du lieutenant Coutures partie la dernière se heurte aux autres régiments allemands qui progressent vers le sud-ouest et qui ont déjà coupé la N 154. Au moins 8 tirailleurs seront tués lors d’accrochages. Se retrouvant seul, le lieutenant sera capturé près de Lèves, à quelques mètres de la maison de son cousin où il comptait se réfugier.
Lors de cette journée, 460 soldats français sont morts en Eure-et-Loir et 76 dans les Yvelines. En ajoutant à ce chiffre les 234 allemands tués, les combats de cette journée ont coûté la vie à 630 hommes.


Source: http://www.mairie-pierres.fr/71_histoire_ville_main.htm

Peut etre cette photo fut prise là bas ?...


 

Voir le Blog de Battler : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 15  Nouveau message de Snakealx  Nouveau message 12 Déc 2004, 18:31

Si je me souviens bien, dans le cas de Jean Moulin, les allemands voulaient lui faire attester que des massacres de civils étaient le fait de troupes africaines, alors que c'étaient les soldats allemands qui s'étaient mal conduits.


 

Voir le Blog de Snakealx : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 16  Nouveau message de blackdeath  Nouveau message 12 Déc 2004, 20:43

C'est exact Snakealx..

Jean Moulin aurait été plus que molesté par les allemands dans une grange située dans le petit village de Fontenay s/ Eure près de Chartres.
Ceux-ci voulaient qu'il reconnaisse le massacre et la mutilation de plusieurs femmes par les troupes africaines.

Cette petite grange a été conservée et une plaque y est apposée pour rappeler les faits qui s'y sont passés.

Cela a été l'un des premiers actes de Résistance de Jean Moulin et a peut-être un rapport avec le récit que vient de relater Battler.


 

Voir le Blog de blackdeath : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 17  Nouveau message de Igor  Nouveau message 13 Déc 2004, 17:55

L'ouvrage collectif sur la campagne de 1940 traite notamment de la question de ces massaces.

http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2 ... 42-4008258

Image
Dernière édition par Igor le 06 Juin 2006, 17:29, édité 1 fois.
Cordialement

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2048
Inscription: 18 Juil 2003, 14:35

Voir le Blog de Igor : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 18  Nouveau message de raca  Nouveau message 13 Déc 2004, 18:32

Les positions des tirailleurs en mai 40 :

la 1° DIC : 3°RIC, 12°RTS ,14°RTS est rattachée le 10.05.40 au XVII CA , QG à Dun sur Meuse .
elle était stationnée à Varenne en Argonne ains que la 3°DIC ( 1°RIC 2°RIC , 3° RIC) .
La 2° DIC a elle été rattachée au XV CA ( QG à Vence ) Armée des Alpes .

source : http://france1940.free.fr/oob/fr_oob.html#TONE

Conclusion :

photo prise lors de combats lors de la percée sur la meuse :?:
aux historiens de chercher :wink: les allemands sont le 16 à Besancon et le 17 à Dijon .

Les combats de Chasselay dont parle Igor ont été livrés " pour l'honneur "par 3 bataillons du 25°RTS ( 2°DIC) les 18,19 et 20 juin .
( http://www.farac.org/php/article.php3?id_article=70 )

http://test01163.sivit.org/phpBB2/viewt ... senegalais


:wink:


 

Voir le Blog de raca : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 19  Nouveau message de Audie Murphy  Nouveau message 14 Déc 2004, 07:13

Dans le téléfilm Jean Moulin en 2 épisodes, il est question de ce massacre que les nazis voulaient faire endosser par ce grand homme. Je vous conseille fortement ce téléfilm, pour les malheureux qui ne l'auraient pas encore visionné...
You'd better run for cover before I start to smile...

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5798
Inscription: 22 Mar 2004, 13:09
Localisation: Beauce, Québec, Canada

Voir le Blog de Audie Murphy : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 20  Nouveau message de Battler  Nouveau message 15 Jan 2005, 17:58

Une de mes nouvelles photos.
Ecrite au dos "Lyon"

Image


 

Voir le Blog de Battler : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers FRONT OUEST ET GUERRE TOTALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Opération Neptune sur cartes... 
Aujourd’hui, 00:48
par: kfranc01 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Aujourd’hui, 00:21
par: Marc_91 
    dans:  Amazon et Ebay sommés de retirer des faux Lego représentant des soldats du IIIe Reich 
Aujourd’hui, 00:17
par: kfranc01 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Aujourd’hui, 00:11
par: kfranc01 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Aujourd’hui, 00:05
par: kfranc01 
    dans:  identification de soldats 
Hier, 23:21
par: JARDIN DAVID 
    dans:  Sfcp airborne en Normandie 
Hier, 22:46
par: P. Vian 
    dans:  Histoire économique de Vichy 
Hier, 21:57
par: JARDIN DAVID 
    dans:  Paras Allemands en Lorraine en mai 44 ? 
Hier, 21:56
par: JARDIN DAVID 
    dans:  Médecin urgentiste 
Hier, 21:49
par: Dog Red 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 15 invités


Scroll