Connexion  •  M’enregistrer

Une ruse nazie typique, inaperçue et fondamentale

Cette rubrique renferme tout ce qui concerne le front ouest du conflit, y compris la bataille des Ardennes ainsi que les sujets communs à tous les fronts tels, les enfants et les femmes dans la guerre, les services secrets, espionnage...
MODÉRATEUR: gherla

Une ruse nazie typique, inaperçue et fondamentale

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 17 Jan 2014, 13:58

Il s'agit du dynamitage de sept synagogues parisiennes (sur 13) dans la nuit du 2 au 3 octobre 1941.

Les très rares auteurs qui mentionnent le fait le rapprochent de la nuit de Cristal (9 novembre 1938) mais l'analogie est beaucoup plus forte avec l'incendie du Reichstag : un crime de toute évidence nazi, mais personne n'ose le dire. Et ce crime a de fortes implications politiques. Il permet d'augmenter considérablement le pouvoir de Hitler.

La différence, c'est qu'il n'y a pas de discussion sur les faits. Les auteurs et le mode opératoire sont hors de doute, grâce à des documents apparus après 1945, en particulier lors de l'instruction du procès Knochen (chef du RSHA en France). Le coupable, c'est lui; les exécutants, le groupuscule collaborationniste du MSR, fondé et dirigé par l'ex-cagoulard Eugène Deloncle; le commanditaire, Heydrich. Hitler et Himmler, s'ils ne sont pas nommés (Heydrich ne s'en réclame pas nommément, tout en disant appliquer les directives générales de Hitler contre les Juifs), ne peuvent pas ne pas être dans le coup (Heydrich ne va pas s'amuser à mener une politique personnelle à Paris en pleine période de négociations délicates avec Darlan et Pucheu). Abetz suit évidemment l'affaire de près, et apparaît étroitement lié à Knochen.

La victime, outre les bâtiments (pas de victimes humaines sinon deux blessés légers... des soldats allemands de passage !), c'est l'OKH et son représentant en France, Otto von Stülpnagel. Il demande à plusieurs reprises pendant trois mois le rappel de Knochen (un cas peut-être unique d'officier allemand s'opposant obstinément à la SS). Puis il s'incline, début janvier 42. Puis il est mis à la retraite, soi-disant sur sa demande, début février.

Je souhaiterais trouver ici de l'aide pour faire le tour des auteurs qui parlent de l'affaire et dresser une typologie de leurs façons d'en parler.

D'autre part, il me semble intéressant de rapprocher le dénouement de l'accession de Hitler au poste de commandant en chef de l'OKH, en remplacement de Brauchitsch, le 19 décembre -un fait qu'on rapporte invariablement à la situation sur le front de l'est, sans un regard pour ses implications sur les autres théâtres.

vétéran
vétéran

 
Messages: 5908
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Une ruse nazie typique, inaperçue et fondamentale

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Pigoreau  Nouveau message 17 Jan 2014, 14:23

Vous oubliez deux autres "victimes". L'Obersturmführer Hans Sommer, qui avait fourni les explosifs aux hommes de Deloncle, incarcéré en France puis rappelé en Allemagne, condamné à dix ans de retard au tableau d'avancement par un tribunal SS, et, finalement, réaffecté en France, à Marseille, au printemps 1942. Et, surtout, le Dr Thomas, représentant personnel de Heydrich en France et en Belgique, à qui cette histoire coûte tout de même son poste. Jacques Delarue parle de cette affaire dans son Histoire de la Gestapo, il indique que Thomas aurait été contraint de demander à être relevé de ses fonctions. Par conséquent, les SS, aussi, y laissent des plumes.
J'ignorais que la responsabilité de Knochen avait été établie aussi nettement. Pourriez-vous svp nous en dire plus sur ce point ?

Second Lieutenant
Second Lieutenant

 
Messages: 140
Inscription: 29 Avr 2013, 14:33
Région: France
Pays: France

Voir le Blog de Pigoreau : cliquez ici


Re: Une ruse nazie typique, inaperçue et fondamentale

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 17 Jan 2014, 14:46

Attention ! S'il est vrai que Heydrich donne en pâture à Stülpnagel le départ de Thomas (de Bruxelles) et celui de Sommer (de Paris), c'est un marché de dupes encore bien dans la manière nazie. Sommer, comme vous le dites, est vite réaffecté, et en France; quant à Thomas il reçoit une promotion considérable : le commandement de l'Einsatzgruppe C.

Knochen est impliqué, pour commencer, par Sommer lui-même. Tous les documents le mettent dans le bain et je ne crois pas qu'il ait jamais nié. Son maintien à Paris est lui-même assorti de deux promotions : il devient colonel (à trente-deux ans) et ne dépend plus de Bruxelles.

Extrait d'une lettre de Heydrich au général Eduard Wagner, quartier-maître général de l’OKH ( 6 novembre 1941; source : bio de Brinon par G. Joseph, Albin Michel, 2002, p. 372-373) :
Du point de vue politique il était important, en infligeant des châtiments, de démontrer à l’opinion publique française ainsi qu’à l’opinion mondiale que le peuple français avait les forces nécessaires non seulement pour la lutte contre le bolchevisme mais aussi pour déclencher une attaque contre les Juifs autrefois si puissants à Paris. Mon service, engagé dans la lutte contre la Juiverie, est entré en contact avec les groupements antisémites français. Le groupe antisémite de Deloncle était connu de longue date comme le plus actif de ces groupes et Deloncle lui-même, malgré son passé politique ténébreux, offrait les meilleures garanties d’une lutte impitoyable contre la Juiverie (…). Je n’ai accepté ses propositions qu’au moment où l’autorité suprême a caractérisé avec une grande vigueur la Juiverie comme étant l’instigatrice de tous les crimes en Europe et vouée à une destruction définitive .

Le chef du RSHA précise que la participation allemande aux attentats ne doit pas être soupçonnée, puis précise :
En raison du caractère particulier de ces mesures, le chef de mes services à Paris n’en informa pas Monsieur le commandant militaire du fait que l’expérience nous a montré qu’on ne pouvait guère s’attendre à trouver chez lui la compréhension requise pour l’exécution de ces mesures nécessaires à la lutte contre des ennemis évidents du point de vue de la conception du monde (…). Je me rendais parfaitement compte de leur portée d’autant que je suis chargé depuis des années de préparer la solution finale de la question juive en Europe.

vétéran
vétéran

 
Messages: 5908
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Une ruse nazie typique, inaperçue et fondamentale

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Pigoreau  Nouveau message 17 Jan 2014, 15:20

Le commandement de l'Einsatzgruppe C, vous parlez d'une promotion ! Thomas, plus haut gradé de la SS en France et en Belgique, est contraint de quitter Bruxelles et Paris, où il mène une vie plus qu'agréable. Il doit faire le deuil d'une affectation prestigieuse et d'un poste amené à prendre une importance considérable pour se plonger jusqu'au cou dans les massacres de masse sur les arrières du front de l'Est ! Il a dû en être ravi !

Pour Knochen, par contre - et là, je vous suis - l'opération va se révéler, à terme, très bénéfique. Il n'en demeure pas moins, qu'avant cela, il a dû sentir le vent du boulet.

Je n'ai pas vu que Sommer mettait Knochen en cause. Dans ses interrogatoires par les Américains, il ne mentionne pas cette histoire, qui apparaît en revanche dans le document intitulé "exploitation de l'affaire Sommer" rédigé par le contre-espionnage français. Sommer indique simplement qu'en mai 41, Deloncle lui a demandé des explosifs pour faire sauter les synagogues et qu'il transmit la demande à Jost, à Berlin. Il ne fait pas mention de Knochen. Jost, dit-il, a donné son accord au plan Deloncle auquel, dit-il, il était personnellement opposé. Toujours selon Sommer, c'est lui qui a vendu la mèche en parlant de tout cela à des amis militaires, provoquant la convocation de Thomas par Stülpnagel. Le soir-même, précise-t-il, il était arrêté par le SD, Thomas l'accusant de "trahison". On comprend que la "trahison" en question n'était pas d'avoir fourni les explos mais d'en avoir parlé, Thomas lui reprochant par ailleurs d'avoir une liaison avec une Française et de fréquenter des Français jugés peu sûrs. L'information (au moins pour partie exacte) avait été portée à la connaissance de Thomas par une lettre de dénonciation. Donc, Sommer n'est, à l'en croire, pas sanctionné pour sa participation à l'affaire des synagogues mais pour en avoir parlé.

Second Lieutenant
Second Lieutenant

 
Messages: 140
Inscription: 29 Avr 2013, 14:33
Région: France
Pays: France

Voir le Blog de Pigoreau : cliquez ici


Re: Une ruse nazie typique, inaperçue et fondamentale

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Pigoreau  Nouveau message 17 Jan 2014, 15:28

Un complément s'agissant de Sommer : il est tour à tour officier du SD, agent des SR français juste après la guerre, puis il entre dans l'Org Gehlen et, selon Michael Mueller et Erich Schmidt-Eenboom (Histoire des services secrets allemands, Nouveau Monde éditions, 2009) finit par travailler pour la Stasi.

Second Lieutenant
Second Lieutenant

 
Messages: 140
Inscription: 29 Avr 2013, 14:33
Région: France
Pays: France

Voir le Blog de Pigoreau : cliquez ici


Re: Une ruse nazie typique, inaperçue et fondamentale

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de lebel  Nouveau message 17 Jan 2014, 15:32

@Delpla
Dans l'historique Juifs et Vichy 1941 , j'ai trouvé quelques entrées sur Google : synagogues parisiennes+3 octobre 41+deloncle
L'evenement est rapporté en quelques lignes dans Vichy Auschwitz de Klarsfeld ( p 30 Fayard 1983 )
Si ça peut t'aider
Léon


 

Voir le Blog de lebel : cliquez ici


Re: Une ruse nazie typique, inaperçue et fondamentale

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 17 Jan 2014, 16:12

Il y a un gros dossier au CDJC et le livre qui l'exploite le plus à ma connaissance est celui de Pierre Bourget sur l'occupation à Paris (tome 1, 1970, ch. 7). Sommer signe des aveux le 5 octobre, disant que Deloncle a offert ses services à "notre bureau" et que lui-même a été désigné comme intermédiaire, ce qui mouille incontestablement Knochen jusqu'au cou.

Tout cela prouve certes que c'est l'armée qui a le pouvoir, en France, à cette minute : elle peut arrêter des SS et les humilier. Mais ce faisant elle présume de ses forces, et les ruine.

Je m'inscris en faux contre l'idée que, pour un Max Thomas, la direction d'une Einsatzgruppe ait été un placard punitif. Vous semblez avoir une curieuse conception de la SS en général et du RSHA en particulier. Ce n'est pas un ramassis de planqués menant la grande vie à Paris ou à Bruxelles en craignant d'être mutés sur le front de l'est à la moindre incartade, mais, au moins dans une grande proportion, des soldats dévoués et disciplinés de l'Idée national-socialiste, pour qui une mission difficile et sanglante est un honneur.

@ Lebel : ce qui me frappe c'est que la littérature concernant la Shoah fasse aussi peu de cas d'une agression coordonnée contre le culte juif, à la fois écho de la nuit de Cristal et préface du génocide. Les quelques mots en passant de Klarsfeld sont révélateurs de cette inconscience. Il y a toute une recherche à faire, qui me semble manquer, sur les violences nazies contre les synagogues. Je l'esquisse dans mon prochain livre sur le Troisième Reich, en mettant notamment en relief la cérémonie du dynamitage de la grande synagogue de Varsovie par le "vainqueur" du ghetto, le général SS Stroop, en présence de nombreux invités (l'épisode commence à être connu et a été commémoré en 2013).

Les nazis, en tout cas, savent ce qu'ils font : Heydrich prononce en ce 2 octobre un grand discours pour l'inauguration de ses fonctions à Prague, dont il va faire une plaque tournante de la Solution finale. Le feu d'artifice du soir a, entre bien d'autres fonctions, celle d'une ponctuation de ce discours.

vétéran
vétéran

 
Messages: 5908
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Une ruse nazie typique, inaperçue et fondamentale

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Pigoreau  Nouveau message 17 Jan 2014, 17:14

Pour être sanglante... Aller massacrer des femmes et des enfants au fin fond de la Russie ou de la Biélorussie, c'est sûr, ils prennent ça comme un honneur ! Enfin, vous êtes libre de le penser et de croire que, pour Thomas, chef de la Sipo et du SD en France et en Belgique, le commandement d'un Einsatzgruppe est une promotion.
Il faudrait voir ce que dit Sommer exactement dans le document auquel vous faites référence avant de dire que Knochen est mouillé jusqu'au cou. Avant cette affaire, Sommer était déjà "l'intermédiaire" entre le Sipo/SD et le groupe de Deloncle. A ma connaissance et ce premier échange le confirme, les faits à peu près établis concernant cette affaire sont les suivants : l'initiative vient de Deloncle et Heydrich a autorisé les attentats. Le reste me, semble-t-il, n'est que spéculations. Thomas et Knochen évidemment étaient au courant, ont-ils pour autant soutenu cette entreprise ou se sont-ils simplement contentés d'appliquer les ordres de Berlin ? S'agissant de Knochen, je crois qu'il était suffisamment intelligent et habile pour ne pas voir la stupidité de ces attentats, qui risquaient fort de mettre en péril sa situation personnelle, déjà précaire, et donner aux militaires une occasion assez inespérée de se débarrasser des SS. Difficile pour ces derniers de prétendre prendre en charge l'ordre et la sécurité dans la France occupée en faisant exploser des bombes en plein Paris, même devant des synagogues !

Second Lieutenant
Second Lieutenant

 
Messages: 140
Inscription: 29 Avr 2013, 14:33
Région: France
Pays: France

Voir le Blog de Pigoreau : cliquez ici


Re: Une ruse nazie typique, inaperçue et fondamentale

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 17 Jan 2014, 17:50

Je redonne ce document que vous semblez avoir zappé :



Extrait d'une lettre de Heydrich au général Eduard Wagner, quartier-maître général de l’OKH ( 6 novembre 1941; source : bio de Brinon par G. Joseph, Albin Michel, 2002, p. 372-373) :
Du point de vue politique il était important, en infligeant des châtiments, de démontrer à l’opinion publique française ainsi qu’à l’opinion mondiale que le peuple français avait les forces nécessaires non seulement pour la lutte contre le bolchevisme mais aussi pour déclencher une attaque contre les Juifs autrefois si puissants à Paris. Mon service, engagé dans la lutte contre la Juiverie, est entré en contact avec les groupements antisémites français. Le groupe antisémite de Deloncle était connu de longue date comme le plus actif de ces groupes et Deloncle lui-même, malgré son passé politique ténébreux, offrait les meilleures garanties d’une lutte impitoyable contre la Juiverie (…). Je n’ai accepté ses propositions qu’au moment où l’autorité suprême a caractérisé avec une grande vigueur la Juiverie comme étant l’instigatrice de tous les crimes en Europe et vouée à une destruction définitive .

Le chef du RSHA précise que la participation allemande aux attentats ne doit pas être soupçonnée, puis précise :
En raison du caractère particulier de ces mesures, le chef de mes services à Paris n’en informa pas Monsieur le commandant militaire du fait que l’expérience nous a montré qu’on ne pouvait guère s’attendre à trouver chez lui la compréhension requise pour l’exécution de ces mesures nécessaires à la lutte contre des ennemis évidents du point de vue de la conception du monde (…). Je me rendais parfaitement compte de leur portée d’autant que je suis chargé depuis des années de préparer la solution finale de la question juive en Europe.

vétéran
vétéran

 
Messages: 5908
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Une ruse nazie typique, inaperçue et fondamentale

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Pigoreau  Nouveau message 17 Jan 2014, 22:05

"En raison du caractère particulier de ces mesures, le chef de mes services à Paris n’en informa pas Monsieur le commandant militaire..."

C'est à cela que vous faites allusion ? Je ne vois pas bien ce que cela prouve. Il peut faire référence aussi bien à Knochen qu'à Thomas, plus vraisemblablement à Knochen si vous voulez. Et après ? Knochen est au courant. Cela ne dit rien d'autre.

Peut-être serait-il intéressant de rapprocher ces attentats de celui perpétré contre la synagogue de Vichy en août 41 ? Je ne connais pas les détails de cette affaire, mais il me semble que les auteurs étaient des militants du PPF.

Second Lieutenant
Second Lieutenant

 
Messages: 140
Inscription: 29 Avr 2013, 14:33
Région: France
Pays: France

Voir le Blog de Pigoreau : cliquez ici


Suivante

Retourner vers FRONT OUEST ET GUERRE TOTALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Vacances 1946 
il y a moins d’une minute
par: Jumbo 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 16 minutes
par: dominord 
    dans:  Testament de Hitler : sur l’Angleterre 
il y a 18 minutes
par: Tomcat 
    dans:  Nikola Tesla, génial inventeur 
il y a 41 minutes
par: alfa1965 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
il y a 47 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  les sous-marins Français 
Aujourd’hui, 15:37
par: Tomcat 
    dans:  le cuirassé Courbet 
Aujourd’hui, 12:32
par: P. Vian 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Aujourd’hui, 12:11
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  11° Regiment etranger d'infanterie 
Aujourd’hui, 12:05
par: Rogers 
    dans:  Si c'est une femme: vie et mort à Ravensbrück. 
Aujourd’hui, 10:32
par: Prosper Vandenbroucke 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Qwant, thucydide et 19 invités


Scroll