Connexion  •  M’enregistrer

L'Hubris du pouvoir et le désir de mort

Cette rubrique renferme tout ce qui concerne le front ouest du conflit, y compris la bataille des Ardennes ainsi que les sujets communs à tous les fronts tels, les enfants et les femmes dans la guerre, les services secrets, espionnage...
MODÉRATEUR: gherla

Re: L'Hubris du pouvoir et le désir de mort

Nouveau message Post Numéro: 11  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 29 Aoû 2013, 17:20

Puyol a écrit:« Cet homme respirait la cruauté. » C'est en ces termes que Loringhoven décrit Hitler.


Oui, mais pas que.

vétéran
vétéran

 
Messages: 5909
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: L'Hubris du pouvoir et le désir de mort

Nouveau message Post Numéro: 12  Nouveau message de pierma  Nouveau message 29 Aoû 2013, 17:31

Puyol a écrit:Le suicide de Hitler était annoncé plusieurs jours à l'avance. Nous avons à ce sujet le témoignage du général Koller. Il a publié ses mémoirs après la guerre.

Oui, c'est logique : il prend cette décision en même temps qu'il décide de rester à Berlin. Même s'il lui reste le vague espoir de repousser les Russes. Je pense que les responsables restés dans le bunker savaient qu'il avait choisi ce destin. (sa peur la plus forte était d'être pris vivant et exhibé à Moscou.)

vétéran
vétéran

 
Messages: 682
Inscription: 16 Jan 2011, 18:04
Région: Franche-Comté
Pays: France

Voir le Blog de pierma : cliquez ici


Re: L'Hubris du pouvoir et le désir de mort

Nouveau message Post Numéro: 13  Nouveau message de Puyol  Nouveau message 29 Aoû 2013, 17:50

François Delpla a écrit:
Puyol a écrit:« Cet homme respirait la cruauté. » C'est en ces termes que Loringhoven décrit Hitler.


Oui, mais pas que.

Et que penses-tu du chapitre 6, notamment le passage que j'ai recopié ?


 

Voir le Blog de Puyol : cliquez ici


Re: L'Hubris du pouvoir et le désir de mort

Nouveau message Post Numéro: 14  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 01 Sep 2013, 16:12

de ceci ?

Puyol a écrit:« Cet homme respirait la cruauté. » C'est en ces termes que Loringhoven décrit Hitler.





Au chapitre 6, Loringhoven dépeint un Hitler méfiant : Hitler ne faisait plus confiance à personne et flairait partout la trahison et le sabotage.
[...]
Malgré toutes ses belles paroles, le peuple allemand n'était pour lui qu'un moyen. Je n'ai jamais entendu de lui un mot de compassion pour les soldats sur le front, les prisonniers ou les blessés, les bombardés ou les réfugiés. La souffrance des êtres humains ne l'intéressaient pas, perçue comme quantité négligeable dans le splendide isolement de ses quartiers généraux et, ce qui était pire, il ne voulait pas la voir.


Que c'est bien général et insuffisant pour trancher notre discussion.
D'autant plus que cela n'a rien à voir !
D'une part il avait raison de se méfier d'une trahison, puisqu'il persistait, du moins officiellement, à piloter le navire vers les récifs en interdisant de sortir les canots de sauvetage.
D'autre part, en s'arrangeant pour garder hors du feu la grande majorité de ce qu'il ordonnait de brûler, il préparait l'après-guerre, qui par définition signifiait la fin de tout ordre de tenir jusqu'au bout, de tout bombardement etc. : autant il ne voulait pas entendre parler de la souffrance des hommes au combat ou du peuple sous les bombes, autant il montrait, en confiant à Speer tout pouvoir en matière de "terre brûlée" et en ne faisant pas surveiller l'exécution de ces ordres par le SD, sa sollicitude pour ceux qui auraient survécu, et qui feraient hiberner la nation allemande jusqu'à l'apparition du nouveau chef qui reprendrait l'ouvrage.

Je rappelle que les procès de Nuremberg, surtout le premier, ont fait beaucoup pour déjouer immédiatement ce calcul, en mettant aux Allemands le nez à la fois sur les crimes et sur le comportement peu digne des dirigeants survivants, qui se chargeaient mutuellement et, surtout, chargeaient les morts et non les moindres (Hitler et Himmler). La débandade, que Hitler avait évitée avec un talent et une ténacité dignes d'une meilleure cause, survint là.

vétéran
vétéran

 
Messages: 5909
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: L'Hubris du pouvoir et le désir de mort

Nouveau message Post Numéro: 15  Nouveau message de Puyol  Nouveau message 21 Sep 2013, 12:53

Laurence Rees est l'auteur de "Adolf Hitler".

Cependant, même Hitler [...] avait maintenant du mal à cacher sa conviction que l’Allemagne allait perdre la guerre. Après l’échec de l’attaque dans les Ardennes, Nicolaus von Below l’entendit confesser que la fin de la guerre était proche et que la seule promesse qu’il pouvait encore faire était de ne jamais « capituler », mais d’« entraîner le monde dans notre chute ».
Un sentiment de défaitisme se faisait de plus en plus jour au sein de pans entiers de la population allemande, où la Gestapo se trouvait désormais chargée d’abattre « les pillards, les déserteurs et autres racailles ».

Source : Rees, 2013, p. 416


 

Voir le Blog de Puyol : cliquez ici


Re: L'Hubris du pouvoir et le désir de mort

Nouveau message Post Numéro: 16  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 21 Sep 2013, 14:24

ras le bol de ces "arguments" ne consistant qu'en citations d'historiens ou propos de témoins non critiqués ni hiérarchisés.

vétéran
vétéran

 
Messages: 5909
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: L'Hubris du pouvoir et le désir de mort

Nouveau message Post Numéro: 17  Nouveau message de Puyol  Nouveau message 21 Sep 2013, 15:39

J'ai une citation de Raymond Cartier en préparation.


 

Voir le Blog de Puyol : cliquez ici


Re: L'Hubris du pouvoir et le désir de mort

Nouveau message Post Numéro: 18  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 21 Sep 2013, 15:44

Montre !
OK je :arrow:
JD
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7297
Inscription: 22 Aoû 2009, 20:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


Re: L'Hubris du pouvoir et le désir de mort

Nouveau message Post Numéro: 19  Nouveau message de ulysse57  Nouveau message 21 Sep 2013, 15:51

Puyol a écrit:Nous parlons ici de Hitler et de sa frénésie destructrice. La réaction de Speer face à un tel acharnement est un autre sujet. Parlons de Hitler si vous le voulez bien.
A quel moment s'est-il rendu compte qu'il avait perdu la guerre ? En fait il faudrait pouvoir dater le moment à partir duquel Hitler agit comme un somnambule.

En lisant "LA FIN" de Kershaw trouverons-nous peut-être des indices à ce sujet.



Je n'ai encore vu de datation pour le moments dans les échanges citations -argumentation des posts précédents.


En lisant Kershaw , comme beaucoup d'autre. Mais évitons de régurgiter des citations , approprions nous les idées. Et débattons d'idées.


 

Voir le Blog de ulysse57 : cliquez ici


Re: L'Hubris du pouvoir et le désir de mort

Nouveau message Post Numéro: 20  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 21 Sep 2013, 16:11

Hitler sait que la guerre est perdue, en un certain sens, dès l'automne 1941, quand il constate qu'il ne vaincra pas la Russie avant l'hiver.

Mais il conserve un espoir : que l'URSS et les alliés occidentaux se querellent gravement.

Cet espoir-là ne fait que croître quand le combat arrive en Allemagne.

Un tournant se produit le 22 avril 1945 quand Hitler décide de rester quoi qu'il arrive à Berlin.

Mais ce n'est pas encore la fin de tout espoir :

-de son vivant, il espère quelque coup d'arrêt donné à l'Armée rouge devant Berlin, qui ferait se ressaisir le monde contre le danger de la marée communiste;

- il espère que Himmler et Göring, de son vivant ou après sa mort, trouveront l'oreille des alliés occidentaux pour amorcer un regroupement antisoviétique;

-le 28, décidé à mourir, il bricole un testament qui maudit la "trahison" de ces deux dirigeants, ce qui pourrait donner une efficacité à son suicide, en permettant aux Américains de sauver la face s'ils s'entendent, contre les Russes, avec ces "modérés", et permettrait donc de préserver une partie de son oeuvre.

Tout cela est à rapprocher de la comédie de la "terre brûlée".

Et de la croyance d'un fou, envers et contre tout, en la "Providence" qui lui a donné une "mission".

vétéran
vétéran

 
Messages: 5909
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers FRONT OUEST ET GUERRE TOTALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Le HMS Edinburgh et les lingots d’or soviétiques. 
il y a 1 minute
par: Alfred 
    dans:  Groupe de résistance VIRA Raymond Viadieu Toulouse ; membres 
il y a 44 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  venue de la femme et de la fille d'un pilote US en France 
Aujourd’hui, 15:36
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Médecin urgentiste 
Aujourd’hui, 12:47
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Sfcp airborne en Normandie 
Aujourd’hui, 12:44
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Coup de force japonais de Langson, 22 septembre 1940 
Aujourd’hui, 11:47
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Aujourd’hui, 11:44
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Aujourd’hui, 11:37
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Testament de Hitler : Sur le problème juif et le racisme 
Aujourd’hui, 11:24
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  FCM2C Capturés par les Allemands. 
Aujourd’hui, 09:51
par: JARDIN DAVID 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Facebook [BOT] et 14 invités


Scroll