Connexion  •  M’enregistrer

Vol de Hess : la vérité en marche !

Cette rubrique renferme tout ce qui concerne le front ouest du conflit, y compris la bataille des Ardennes ainsi que les sujets communs à tous les fronts tels, les enfants et les femmes dans la guerre, les services secrets, espionnage...
MODÉRATEUR: gherla

Re: Vol de Hess : la vérité en marche !

Nouveau message Post Numéro: 41  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 26 Jan 2012, 10:09

Bonjour


Avant de répondre à ton dernier message, je rappellerai le premier, en avril dernier, juste après ton inscription :


Puyol a écrit: Sujet du message: Re: Le vol de Rudolf Hess
MessagePosté: Sam Avr 09, 2011 12:18 pm

Dans ce post, j’aborde trois sujets :

- Le comportement et les paroles de Hitler le 11 mai 1941
- La lettre de Hess adressée à Hitler
- La folie réelle ou supposée de Hess

Il faut écarter certaines contre-vérités.
A la page 9 du fil, on nous explique que Hitler garde son calme quand il apprend que Hess s'est envolé en direction de la GB. Hitler n'a pas désavoué Hess avant d'avoir la confirmation que ce dernier a échoué dans sa tentative d'obtenir un traité de paix avec les autorités britanniques.

N'est-ce pas une contre-vérité ?

Nous savons que Hitler a immédiatement laissé éclater sa colère lorsqu'il apprend la nouvelle le dimanche en fin de matinée. L'officier d'ordonnance de Hess est mis aux arrêts dans les minutes qui suivent.

Avant le 11 mai 1941 Hitler n'a jamais dit qu'il souhaitait la mort de Hess. C'est ce jour là qu'on lui remet la lettre dans laquelle Hess explique qu'il a pris un avion pour s'envoler en direction de la GB. Hitler fait comprendre à son entourage que la mort de Hess serait préférable. Hitler est très inquiet à l'idée que Hess puisse atteindre la GB. On tente immédiatement de rassurer le Führer en lui disant que Hess est probablement mort aux commandes de son avion. « J'espère qu'il s'abîmera dans la mer ! » Il est consterné en songeant que Hess va peut-être tomber entre les mains des Britanniques. Tandis que les heures passent, la colère de Hitler se transforme en fureur.

Comment va-t-on expliquer aux Allemands que Hess a disparu ? Après beaucoup d'ébauches, on se mit finalement d'accord sur un brouillon d'explication : Hess avait, contre le règlement, réquisitionné un avion et disparu. On supposait que son appareil s'était écrasé ; il avait laissé une lettre avant de partir. C'est ce brouillon qui servit de base à l'annonce radiophonique diffusée à 8 heures du soir. On se gardait bien d'indiquer la destination de Hess. Personne ne devait savoir qu'il cherchait à rejoindre la GB. Il ne fallait pas que Mussolini se fasse des fausses idées ; il pourrait imaginer que l'Allemagne cherchait à négocier un compromis avec l'Angleterre à l'insu de l’Italie.

Fräulein Fath entendit la nouvelle par la radio alors qu'elle était à table. Le ton du commentateur était si peu agréable qu'elle pensa : « Est-ce là le remerciement pour une vie de dévouement ? »


Personne ne peut nier que Rudolf Hess a pris des risques considérables. Son avion aurait pu s'abîmer en mer. A cela s'ajoute le risque d'être abattu par un Spitfire ainsi que le danger lié au saut en parachute. Hess n’avait aucune expérience dans ce domaine : « Je ne m’étais jamais demandé comment on sautait ; je pensais que c’était trop simple ! ».

En lisant le post de Francis Deleu à la page 14 du présent fil, nous avons le témoignage de Hess lui même. Il semblerait qu'il a frôlé la mort. Il a failli être abattu par un Spitfire.
http://www.livresdeguerre.net/forum/con ... ndex=33804

Je fonçai droit dans cette couche de brume, mis pleins gaz, et à quelques milliers de mètres de la côte, atteignis une vitesse terrifiante. Cette manœuvre m'évita d'être intercepté et abattu par le Spitfire qui m'avait pris en chasse. (...) Je descendis jusqu'à quelque 5 mètres au-dessus du faite des arbres, des toits des maisons, des troupeaux et des gens, accomplissant ainsi ce que les aviateurs appellent faire du « rase-mottes ». Et l'aviateur anglais que je rencontrai par la suite fut visiblement ébloui par ma performance.



Et la lettre de Hess ?

gibraltar114 a écrit:
quid de la lettre envoyé par rudolf a adolf le jour de son départ,
quelqu'un a le texte ?
elle existe vraiment ?
adolf a piqué une crise en la lisant ?

La lettre existe vraiment.

gibraltar114 a écrit:
adolf a piqué une crise en la lisant ?
Oui.

Daniel Laurent a écrit:
Ceci dit, il serait effectivement intéressant d'avoir ce texte et, essentiel, de tenir compte en le lisant qu'il s'agit d'un texte nazi donc pas nécessairement sincère voire probablement mensonger.

Ce n'est pas un texte nazi. C'est quasiment un testament. C'est une lettre écrite par un homme qui croit, à juste titre, qu'il risque de mourir lors de son escapade vers l'Ecosse.

gibraltar114 a écrit:
quelqu'un a le texte ?

J'ai le texte. Je l'ai trouvé dans l'un de mes ouvrages préférés.

Ce n'est que le dimanche 11 mai que la lettre de Hess fut remise à Hitler au Berghof. Albert, le frère de Martin Bormann, fit irruption pour annoncer que l'officier d'ordonnance de Hess voulait voir le Führer pour une question urgente. Albert fut mis à la porte : « Ne voyez-vous pas que je suis pris par un rapport militaire et ne veux pas être dérangé ? » Au bout d'une minute, Albert, la figure blême, rentra en rasant les murs. Mais cette fois, il ne se laissa pas renvoyer. Il insista, disant que la question était importante, qu'il y avait peut-être du danger et il tendit la lettre écrite par Hess. Hitler mit ses lunettes et commença de lire sans beaucoup d'intérêt, mais dés qu'il arriva aux mots : « Mon Führer, lorsque vous recevrez cette lettre, je serais en Angleterre » il se laissa tomber dans un fauteuil et poussa de tels hurlements, qu'on pouvait l'entendre en bas : « Oh, mon Dieu, mon Dieu ! Il est parti pour l'Angleterre en avion ! » Il parcourut du regard le détail des circonstances du vol ; la lettre exposait aussi que le but de Hess était de réaliser le rêve du Führer : une alliance avec l'Angleterre ; mais il avait gardé le secret sur son départ parce qu'il savait que Hitler l'aurait interdit. La lettre continuait ainsi :
« Et, mon Führer, si ce projet — qui, je l'admets, a très peu de chances de succès — se termine par un échec, et si le destin travail contre moi, cela ne peut nuire ni à vous ni à l'Allemagne. Il vous sera toujours possible de nier toute responsabilité. Dites simplement que je suis un peu fou. »
Blanc comme un linge, le Führer ordonna à Engel de faire venir le Reichsmarschall au téléphone. Hitler hurla dans le combiné : « Goering venait ici immédiatement ! ». Il cria encore plus fort à Albert Bormann d'aller chercher son frère et Ribbentrop, puis il arpenta la pièce avec colère.

Rudolf Hess a tout à fait raison quand il écrit que son projet a très peu de chances de succès. Il a tort lorsqu’il écrit que cela ne peut nuire ni à Hitler ni à l'Allemagne. Je ne vois pas comment Hitler aurait pu donner son assentiment à un projet aussi farfelu. Cela me semble quasiment impossible.



Rudolf Hess était-il fou ?

dynamo a écrit:
J'ai du mal à croire à la folie de Hess.

Je pense que Hess n'était pas fou.
Les historiens évoquent le « manque de réalisme » de Hess. J'approuve entièrement ce jugement. Hess était coupé des réalités. Comment a-t-il pu croire que le duc de Hamilton avait une influence considérable ? Je suis persuadé que Hitler n'aurait jamais fait une telle erreur d'appréciation.
A mes yeux le manque de réalisme de Hess contraste avec l'intelligence et la lucidité de Hitler.

Hess était un homme assez peu intelligent. En outre il était dépressif depuis plusieurs mois, ce qui peut expliquer la faute professionnelle qu'il a commise. Un historien allemand évoque la "nature hypocondriaque" de Hess. Il décrit les faiblesse du suppléant du Führer et explique les véritables motifs de sa fuite : A l'heure actuelle, il est à peu près certain que cet acte fut dicté par toute une série de mobiles relevant presque tous de la neurasthénie. De l'avis de Douglas M. Kelley, psychiatre délégué auprès du tribunal de Nuremberg, Hess se trouvait, dès 1940, dans un état « proche d'une grave dépression nerveuse ». Hess lui même devait déclarer en Angleterre que s'il avait pris cette décision, « la plus grave » de toute sa vie, c'était parce qu'il voyait sans cesse devant ses yeux « d'innombrables rangées de cercueils d'enfants accompagnés de leurs mères en larmes ».


Tu t'es donc rangé parmi les tenants les plus classiques de la théorie du "Hess solitaire", qui le jugent soit fou, soit bête (pour toi : bête), et font le plus grand cas de ses prestations devant les psys d'Angleterre ou de Nuremberg, comme des colères du comédien Hitler. Or à cette date, sous la stimulation de ce débat, j'avais pris progressivement conscience de l'importance du télégramme Lequio, l'un des rares pièces solides de la démonstration de Martin Allen, et en avais donné la première version intégrale dans une langue autre que l'italien, le 15 mars 2011 (ayant loupé d'un jour son soixante-dixième anniversaire !) : viewtopic.php?f=17&t=27497&start=50 . J'ai eu un mal fou à obtenir que les tenants du "Hess solitaire" commentent cette pièce et quand j'y ai réussi les réponses ont tourné autour de "ben quoi, il est appeaser donc il appease, les chiens ne font pas des chats !", sans que fût prise le moins du monde en compte l'énormité d'une telle conduite de la part d'un ambassadeur, en pleine guerre, consistant non seulement à prendre une initiative de paix contre l'avis de son premier ministre et de son ministre des Affaires étrangères, mais à annoncer qu'il allait bientôt les virer tous les deux !


A présent tu prends enfin en compte le télégramme Lequio :


Puyol a écrit:Si Hoare souhaitait réellement une entente avec Hitler (via Max Hohenlohe), il se peut que Halifax soit tenu au courant. Mais on ne saura sans doute jamais le rôle exact de Halifax dans cette affaire.

Si Hoare souhaitait réellement une entente avec l'Allemagne...
.... avec des "si"...

En mars 1941 Hoare rencontre Hohenlohe à Madrid. Tout cela est bien étrange. On se perd en conjectures.


Comme nous avons avancé ! Mes escapades londoniennes n'y sont peut-être pas étrangères. La confirmation du télégramme par la mission Harlequin de 1943, et l'ajout à cette occasion de l'information que Hohenlohe s'était vu promettre par Hoare un signe en avril, changent en effet la donne (puisque le seul argument de ceux qui refusaient d'examiner tout rapport possible entre la conversation de Madrid et le vol de Hess était que cette conversation ayant lieu deux mois avant, Hitler et Hess, le 10 mai, ne pouvaient plus rien en attendre).

Mais permets-moi de faire observer que tu creuses dans le mauvais sens, tout comme ce "Plavix". A présent vous croyez à l'existence d'une vaste conspiration, englobant Halifax. Donc à un "parti de la paix" structuré, bien organisé et franchissant même le Rubicon lors de cette conversation de Madrid.

Il resterait à expliquer quand, comment et pourquoi ils ont repassé le Rubicon dans l'autre sens... puisqu'ils n'ont rien fait d'autre, jamais, en direction de l'ennemi, après les trois manoeuvres très "limite" de Halifax en mai-juin 40 (conversation avec Bastianini le 25 mai, conversation Butler-Prytz en se réclamant de Halifax le 17 juin -seul moment où un appeaser britannique annonce à l'Axe un prochain renversement de Churchill, à part la conversation Hoare-Hohenlohe-, manoeuvres avec Hoare en direction de Franco pour lui promettre Gibraltar s'il reste neutre, contre la volonté de Churchill, fin juin).

Mon explication n'est-elle pas beaucoup plus logique ?

-l'énergie churchillienne étouffe Halifax, le paralyse et l'empêche de relancer des sondes pacifistes en direction du Reich, à partir de juillet 40;

-Winston brise toute possibilité de conspiration Hoare-Halifax en casant le dernier nommé à Washington fin décembre;

-il a dès lors les mains libres pour enrôler Hoare dans une intoxication ponctuelle du Reich;

-celle-ci (la conversation Hoare-Hohenlohe, absolument sans lendemain du côté britannique) est d'autant plus efficace qu'elle survient dans un ciel serein : elle fait accroire au gouvernement nazi que sous la surface des discours belliqueux de Winston le parti conservateur bouillonne sans interruption depuis juin 40 et réclame de plus en plus la paix.

En résumé, tu banalises la conversation Hoare-Hohenlohe, en te persuadant que ce n'est là qu'un bruit de fond habituel, une manifestation de plus de ces appeasers que Churchill domine. Cela peut impressionner Hess parce qu'il est bête, mais non Hitler, parce qu'il est intelligent. Il me semble que tu prends cette position acrobatique, bien plus impensable qu'une collusion Hess-Hitler et bien moins documentée, parce que tu as un besoin énorme de croire en la version traditionnelle du "Hess solitaire" et comprends très bien que, si la conversation de Madrid est elle-même solitaire, inouïe, sans précédent depuis juin 40 et sans suite aucune, ta thèse est fort compromise.

Je résume la mienne :

-Hess pilote tant et plus malgré une interdiction de vol de Hitler dont même l'ambassadeur d'Angleterre était au courant avant 1939; à partir de l'automne 40 il s'entraîne sur un prototype de Messerschmitt en vue d'un vol au long cours;

-lui et Hitler mitonnent en septembre 1940 avec les deux Haushofer une lettre proposant au duc de Hamilton, de la part des plus hautes autorités du Reich, une rencontre à Lisbonne pour causer de paix; la lettre part le 23 septembre, en mars le MI 6 recrute Hamilton pour intoxiquer le Reich par un rendez-vous à Lisbonne, finalement fixé au 14 mai (sans qu'on ait à ce jour la moindre trace d'un contact avec les Allemands à ce sujet mais il a nécessairement eu lieu, au plus tard fin avril, à moins de supposer que le MI 6 se moque complètement de la figure de Hamilton);

-le vol de Hess, probablement précédé d'un contact qui lui fait croire qu'il aura un comité d'accueil à Prestwick (seule explication au fait qu'il se parachute sans s'y être préparé, ayant probablement manqué le terrain ou manqué d'essence avant d'y parvenir), est risqué, certes, mais aucunement bête : il procède des divers leurres faisant croire à l'existence d'un parti de la paix qui peine à renverser Churchill, et dont la présence d'un représentant aussi autorisé du Führer pourrait crédibiliser considérablement la démarche.

En revanche, si elle n'est nullement contradictoire avec l'intelligence, et de Hitler, et de Hess, la démarche doit quelque chose à la folie du premier nommé : sa croyance que Churchill est un pantin des Juifs, et que la Providence l'a désigné pour éradiquer ceux-ci, l'aide à tenir pour vrais les leurres hoaresques et hamiltoniens.

vétéran
vétéran

 
Messages: 5909
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Vol de Hess : la vérité en marche !

Nouveau message Post Numéro: 42  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 27 Jan 2012, 08:15

Curieuses moeurs : à ce message de fin de matinée on répond en fin d'après-midi ailleurs !

http://www.passion-histoire................

La nuit aura-t-elle porté conseil ?

vétéran
vétéran

 
Messages: 5909
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Vol de Hess : la vérité en marche !

Nouveau message Post Numéro: 43  Nouveau message de Chef Chaudart  Nouveau message 27 Jan 2012, 12:34

Réponse? Un message qui insulte plus qu'il n'argumente? :(

Ce qui est étonnant, c'est que, pour réfuter votre thèse, les tenants du "Hess solitaire" en soient venus à créer de toutes pièces un complot "d'appeasers".

Si nous n'avons aucune trace concrète d'un téléguidage de Hoare par Churchill, nous n'en avons pas plus sur les contacts que Hoare entretiendrait avec ce complot. Plus grave, rien ne confirme l'existence même de cette "conjuration", dont on ne "sait" que ce qu'en dit Hoare: qu'elle regroupe une quasi majorité de parlementaires, qui lui ont offert d'être leur champion. Qui? Comment? Quand? Pourquoi? Mystère total...

Il faut se rendre à l'évidence, les explications sur la raison des dires de Hoare se limitent singulièrement:
- soit il est téléguidé par Churchill
- soit il est le représentant d'un hypothétique complot "appeaser", qui reste à prouver
- soit il agit de lui-même, sans que l'on puisse avancer la moindre explication logique à son geste.

J'ai rejeté d'autres hypothèses, qui me sembleraient un peu tirées par les cheveux: Hoare est sous l'emprise de substances illicites, il ne "travaille" ni pour Churchill, ni pour les "appeasers" (mais qui, alors?)... Mais je suis néanmoins ouvert à toute explication qui se tiendrait.
...never give in, never give in, never, never, never, never-in nothing, great or small, large or petty - never give in except to convictions of honour and good sense. Never yield to force; never yield to the apparently overwhelming might of the enemy.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 773
Inscription: 13 Oct 2009, 16:06
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de Chef Chaudart : cliquez ici


Re: Vol de Hess : la vérité en marche !

Nouveau message Post Numéro: 44  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 27 Jan 2012, 14:48

Nous nous trouvons ici devant un problème historique intéressant, que dis-je, devant LE problème de l'histoire : comment traiter le détail qui cloche, celui qui ne s'intègre pas à un schéma attendu... bref l'anomalie la plus normale, celle qui résulte du fait que l'histoire est faite par des hommes et non par des robots programmés.

Deux solutions me semblent mauvaises bien qu'on en voie des exemples tous les jours :

-je tape sur la tête de l'anomalie pour la faire rentrer de force dans le schéma attendu;

-je modifie subrepticement le schéma pour l'adapter à l'anomalie.

Evidemment, toute combinaison des deux est trouvable sur le marché, par exemple celle qui consiste à faire faire la moitié du chemin par l'anomalie et l'autre par le schéma.

La bonne solution, la seule historique, consiste à modifier le schéma non subrepticement. En le révisant de fond en comble, en comprenant en quoi il était défectueux et ce qu'il faut exactement y changer pour qu'il puisse intégrer l'anomalie sans la gêner aux entournures.

Le schéma sur lequel je travaillais moi-même avant de me confronter, il y a près d'un an, au télégramme Lequio, consistait à penser que Churchill et l'appeasement c'était l'eau et le feu et que Winston tenait à faire savoir à la terre entière non seulement qu'il ne céderait pas à Hitler, mais qu'il avait fermement entraîné sur cette position son pays entier.

La conversation Hoare-Hohenlohe, révélée par ce télégramme (publié en 1986) et confirmée par les archives, depuis très peu ouvertes, sur l'agent Harlequin, ruine de fond en comble mon idée préconçue :

-je tiens pour impossible que Hoare soit sincère, tant ce comportement est sans précédent ni lendemain et tant, si Churchill n'était pas au courant, il serait imprudent; Winston en effet a pris grand soin d'envoyer Hoare, en lequel il n'a pas une confiance illimitée, dans une capitale où il a l'un de ses plus sûrs agents personnels, le capitaine Hillgarth, attaché naval, très introduit dans les milieux franquistes depuis la guerre civile etc., bref, à même de rapporter immédiatement le moindre pas de côté d'un ambassadeur qui connaît beaucoup moins bien que lui le pays et ses milieux diplomatiques. En particulier, puisque Lequio est au courant de la conversation Hoare-Hohenlohe, il y a de fortes chances que Hillgarth l'apprenne aussi... à moins qu'il ne soit au courant bien avant, pour l'avoir organisée. En revanche, la présence de Hillgarth à Londres en janvier et l'escale d'Eden à Gibraltar à la mi-février sont propices à une conspiration limitée à Churchill, Hillgarth, Eden et Hoare, pour intoxiquer Hitler, au seuil d'une année de tous les dangers.

-le schéma doit donc être modifié comme suit : Churchill décide, pour soulager le Royaume-Uni d'une terrible menace allemande en Méditerranée (au cas où le Reich déciderait de réduire l'Angleterre à merci avant de se frotter à l'URSS), d'utiliser le courant appeaser. Faire croire qu'il est sur le point de renverser Churchill peut en effet créer chez Hitler une hésitation, devant un choix de toute façon cornélien. Car couper, sans doute définitivement, la route anglaise vers les Indes en faisant sauter ses points d'appuis méditerranéens, serait diamétralement opposé au but de Mein Kampf d'un partage "à moi l'Europe à toi les mers" pour la plus grande gloire de la race aryenne.

Il ressort de cette petite analyse que certes on n'a pas noir sur blanc de preuve de cette conspiration (on n'en est toutefois plus très loin avec la réaction placide de Churchill quand Duff Cooper vient lui raconter la conversation H-H, que Harlequin vient de révéler à Guy Liddell, en 1943), mais qu'on peut et doit faire un peu mieux que ce à quoi nous invite Puyol, soit quand il dit "c'est normal qu'un appeaser appease", soit quand il concède qu'"on se perd en conjectures". La conversation existe, massive, sidérante, incontournable. Il faut bien essayer de l'expliquer. Et aucune autre explication ne se dessine qu'une commande churchillienne, pour enfumer Hitler.

Cela jure avec le moral que nous croyions tous qu'il avait : eh bien nous n'avons plus qu'à estimer qu'il ne l'avait pas tant que cela, le moral, qu'il redoutait le pire et essayait d'y parer par un moyen certes acrobatique et dangereux, mais qu'il estimait sans doute préférable à l'éternel wait and see qui était précisément, vis-à-vis de l'Allemagne, l'éternelle devise... des appeasers.

vétéran
vétéran

 
Messages: 5909
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Vol de Hess : la vérité en marche !

Nouveau message Post Numéro: 45  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 27 Jan 2012, 15:12

Bonjour messieurs,
Je ne pense pas qu'il soit très utile de faire référence à d'autres forums.
Contentez vous de débattre de ce même sujet ici.
Ce qui se passe ailleurs ne nous regarde pas!!!!
Grand merci de votre compréhension.
Prosper :|
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 61666
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: Vol de Hess : la vérité en marche !

Nouveau message Post Numéro: 46  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 27 Jan 2012, 15:39

Prosper Vandenbroucke a écrit:débattre de ce même sujet ici.


Il reste donc à y déplorer les attitudes touristiques !

vétéran
vétéran

 
Messages: 5909
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Vol de Hess : la vérité en marche !

Nouveau message Post Numéro: 47  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 27 Jan 2012, 17:57

François Delpla a écrit:
Prosper Vandenbroucke a écrit:débattre de ce même sujet ici.


Il reste donc à y déplorer les attitudes touristiques !

Peut-être François.
A chacun de s'en faire une idée.
Le débat au sujet du vol de RH est assez complexe, tu ne me contrediras pas ?
Dès lors débattons-en mais pas par forums interposés.
Laissons les autres forums en dehors du débat qui se déroule ici.
Grand merci.
Prosper
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 61666
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: Vol de Hess : la vérité en marche !

Nouveau message Post Numéro: 48  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 27 Jan 2012, 18:02

C'est en tout cas un bon test pour juger de la qualité d'une modération, et le fait que j'aie pu le mieux m'exprimer ici, et y élaborer une part de mes découvertes sous la stimulation du débat, n'est pas un médiocre critère de qualité, du moins de mon point de vue !

vétéran
vétéran

 
Messages: 5909
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Vol de Hess : la vérité en marche !

Nouveau message Post Numéro: 49  Nouveau message de Jumbo  Nouveau message 27 Jan 2012, 18:22

Merci pour ce satisfecit et sans rancune ;)
"Dans les situations critiques, quand on parle avec un calibre bien en pogne, personne ne conteste plus. Y'a des statistiques là-dessus." (Jean Gabin) Mélodie en sous sol

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5909
Inscription: 01 Juin 2004, 19:12
Localisation: OISE

Voir le Blog de Jumbo : cliquez ici


Re: Vol de Hess : la vérité en marche !

Nouveau message Post Numéro: 50  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 28 Jan 2012, 16:03

Puyol a écrit:Si Hoare souhaitait réellement une entente avec Hitler (via Max Hohenlohe), il se peut que Halifax soit tenu au courant. Mais on ne saura sans doute jamais le rôle exact de Halifax dans cette affaire.

Si Hoare souhaitait réellement une entente avec l'Allemagne...
.... avec des "si"...

En mars 1941 Hoare rencontre Hohenlohe à Madrid. Tout cela est bien étrange. On se perd en conjectures.


Il y a un personnage que je ne t'ai pas vu citer beaucoup : Alan Hillgarth, à la fois l'oeil, l'oreille et la main de Churchill en Espagne. Il est beaucoup plus au courant des dessous de la politique espagnole et de ceux du corps diplomatique en poste à Madrid que le nouveau venu Samuel Hoare.

C'est avant tout sa présence auprès de Hoare, sous le couvert d'une fonction d'attaché naval, qui rend impensable un cavalier seul de l'ambassadeur en cette affaire. Là-dessus tu n'as pas à te perdre en conjectures : Hoare disant à Hohenlohe qu'il s'apprête à renverser Churchill et l'ambassadeur d'Italie l'apprenant presque aussitôt, cela veut dire qu'un Hillgarth ne peut pas l'ignorer bien longtemps et que soit il a fait le trait d'union entre Churchill et Hoare pour organiser une intox (il est allé à Londres en janvier), soit, apprenant la traîtrise de l'ambassadeur, il refoncerait aussitôt à Londres et/ou y ferait convoquer Hoare. Or Hoare n'est pas rappelé, et Hillgarth ne reparaît à Londres qu'en avril.

Conclusion : autant, si Hoare trahit Churchill, il est inconcevable qu'il en reste là et ne fonce pas, au contraire, pour devancer la contre-attaque d'un Winston inéluctablement prévenu par Hillgarth, autant ce manquement sans lendemain à ses devoirs de patriote et d'ambassadeur est tout à fait logique et explicable par une entente, pour tromper Hitler, entre Churchill, Eden (qui converse longuement avec Hoare à la mi-février lors d'une escale à Gibraltar entre Londres et Le Caire), Hoare et Hillgarth.

Il y a des moments où il faut savoir trancher entre le vraisemblable et l'impensable.

vétéran
vétéran

 
Messages: 5909
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers FRONT OUEST ET GUERRE TOTALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 27 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Amazon et Ebay sommés de retirer des faux Lego représentant des soldats du IIIe Reich 
il y a 32 minutes
par: frontovik 14 
    dans:  Philippine Commonwealth Army 
Aujourd’hui, 12:46
par: Dog Red 
    dans:  identification de soldats 
Aujourd’hui, 12:31
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Joyeuses fêtes à vous toutes et tous 
Aujourd’hui, 12:19
par: Dog Red 
    dans:  Le bonnet de police dans l'Armée de terre française 
Aujourd’hui, 10:30
par: iffig 
    dans:  Paras Allemands en Lorraine en mai 44 ? 
Aujourd’hui, 08:58
par: JARDIN DAVID 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Aujourd’hui, 08:40
par: iffig 
    dans:  Opération Neptune sur cartes... 
Aujourd’hui, 00:48
par: kfranc01 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Aujourd’hui, 00:21
par: Marc_91 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 15 invités


Scroll