Page 6 sur 7

Re: L'Allemagne sous les bombes

Nouveau messagePosté: 08 Déc 2011, 22:01
de Prosper Vandenbroucke
Effectivement Alfred.
A partir de 1943, des bombes "Blockbuster" furent employés (parmi d'autres) pour le bombardement des villes et sites industriels.
Voici ci-dessous un exemplaires qui fut retrouvé dans le Rhin à Koblenz et neutralisé le 4 décembre 2011.
(L'engin fut retrouvé à cause du niveau d'eau exceptionnellement bas)
45.000 personnes, dans un rayon de +/-2km² furent évacués. La circulation routière et ferroviaire étaient interdites.
C'est dire la puissance d'un tel engin.
Amicalement
Prosper ;)

Re: L'Allemagne sous les bombes

Nouveau messagePosté: 08 Déc 2011, 22:16
de huck
Je parlais d'expériences grandeurs réelles avec des cobayes. À Royan, les américains ont testé en avril 1945 les bombes au Napalm. Comme ils testeront les différentes bombes atomiques, au Japon. D'ailleurs, on sait très bien que ce sont des tests car les équipes médicales (scientifiques, je devrais dire) ont étudiés les effets de ces bombes mais n'apportèrent pas de soins. Hiroshima et Nagasaki sont très documentés à ce sujet par les forces américaines. J'avais lu je ne sais où que les bombes atomiques étaient au départ destinées à l'Allemagne. Est-ce que Dresde ou d'autres villes purent faire partie de ce genre de programme (je ne parle pas que d'atome, mais de frappes expérimentales)?
Autre petites question : Est-ce que les bombes "Blockbuster" furent employées uniquement en Allemagne ou aussi dans d'autres pays d'Europe?

L'Allemagne en 1945

Nouveau messagePosté: 25 Mai 2014, 08:50
de taijitao
Bonjour à tous!
J'ai trouvé un petit reportage de la libération de Wesel (ville natale de Ribbentrop), située non loin des Pays-Bas.

https://www.youtube.com/watch?v=1IVcy5D5x7g

Re: L'Allemagne sous les bombes

Nouveau messagePosté: 25 Mai 2014, 11:25
de Marc_91
:shock: Attention !
Certaines images, notamment des cadavres, ne sont pas à mettre sous les yeux des jeunes --> Image au moins !

Re: L'Allemagne sous les bombes

Nouveau messagePosté: 27 Juin 2016, 08:43
de Patrick.Fleuridas
Bonjour à tous,

Deux plans d'un quartier du centre de Berlin, en 1940 et 1945. Cela donne une idée des destructions dans la capitale.
Documents: pinterest.com
Cordialement
Patrick

[/attachment]
Berlin 1940_.jpg
Berlin 1940_.jpg (1.37 Mio) Vu 484 fois


Berlin 1945_.jpg
Berlin 1945_.jpg (1.05 Mio) Vu 484 fois

Re: L'Allemagne sous les bombes

Nouveau messagePosté: 29 Juin 2016, 12:50
de alberto
Quelle était l'attitude de la population sous ces bombardement ?
A-t-on retrouvé des écrits rédigés par des civils décrivant leur état d'esprit durant cette période concernant les bombardements ?
Je pose ces questions afin de corroborer ce que j'ai lu par ailleurs où il s'avère que :
1 Contrôle de l'information aidant, les populations ignoraient souvent ce qui se passait ailleurs que dans leur ville ainsi que des ravages généralisés dans toute l'Allemagne.
2 La propagande faisait plutôt état du nombre de bombardiers ennemis abattus sans s'attarder sur celui des victimes en promettant l’arrêt futur des bombardements grâce à la fatalité de la prochaine victoire de l'Allemagne obtenue par l'utilisation des armes secrètes en cours de réalisation...
3 L'aide apportée aux victimes par les autorités était généreuse et très importante, notamment en matière de relogement à l'aide des logements saisis à l'encontre des juifs ou des ennemis du reich.
4 L'aide ne se limitait pas aux logements, mais aussi aux dons de mobiliers, eux aussi provenant de saisies, et dons en numéraires permettant aux familles des victimes d'acheter nourritures et autres biens nécessaires. D’ailleurs, il est aussi dit que les Alliés avaient remarqué lors de la conquête des villes allemandes que si l'Europe dans son ensemble crevait plus ou moins de faim, la situation des populations allemandes sur le plan alimentaire paraissait très convenable !
Merci pour vos remarques.

Re: L'Allemagne sous les bombes

Nouveau messagePosté: 29 Juin 2016, 22:10
de pierma
La situation alimentaire des Allemands a commencé à s'aggraver fin 44, quand le Reich a été réduit à son propre territoire. Elle est devenue tragique en 45 et pire encore en 46 : une Allemagne dans des frontières réduites a accueilli un total de 17 millions de réfugiés. L'hiver 45-46, terriblement froid, a laissé un souvenir épouvantable à ceux qui l'ont vécu en ville, le plus souvent dans des logements de clochards.

Pour les bombardements, je pense qu'on ne peut pas empêcher une information d'une telle ampleur de circuler, au moins sous forme de rumeurs. (Toutes les villes de plus de 100 000 habitants fracassées....) De plus il y a une catégorie qui connaissait parfaitement la situation : ce sont les soldats. Ils partaient en permission vers leur ville d'origine, constataient, puis discutaient entre eux. Ils savaient à quoi s'en tenir. (pas très bon pour le moral.)

Re: L'Allemagne sous les bombes

Nouveau messagePosté: 29 Juin 2016, 23:17
de PHILIPPE77
bonjour Alberto

Richard OVERY évoque le sujet dans son ouvrage SOUS LES BOMBES nouvelle histoire de la guerre aérienne 39 45
aussi bien du coté allemand que du coté allié pour info il il y a plus de 800 pages à lire

cdlt

Re: L'Allemagne sous les bombes

Nouveau messagePosté: 30 Juin 2016, 10:37
de alberto
Merci Philippe 77 pour avoir signalé ce livre assez récent (Oct. 2014)
Merci aussi à pierma pour ses commentaires avec lesquels je suis en parti d'accord sur le connaissance que pouvaient avoir les civils sur l'intensité des ravages commis sur les villes par les bombardements, bien que ces infos se firent jour progressivement au fil des années...
Quant à la question de la situation alimentaire il semble qu'elle se soit dégradée tout à la fin, particulièrement à l'encontre des populations de l'est de l’Allemagne qui fuyaient l'avance des russes laissant tous leurs biens derrière eux.

Re: L'Allemagne sous les bombes

Nouveau messagePosté: 30 Juin 2016, 16:55
de pierma
En fait j'ai surtout insisté sur le fait que ce sont les soldats du front qui sont les mieux informés, parce qu'ils peuvent croiser des informations provenant de toute l'Allemagne. Ainsi les soldats qui se battent en Ukraine ou en Biélorussie n'ignorent rien de l'agonie des villes allemandes qu'ils sont supposés protéger.

Guy Sajer ("Le soldat oublié") raconte comment il a assisté au bombardement de Tempelhof, à Berlin, au cours d'une permission. Un de ses camarades de combat, originaire de Dortmund, raconte quelques temps plus tard que c'est pareil pour sa ville.

Si les civils n'avaient pas une vue d'ensemble, les soldats eux, en disposaient avec une bonne précision. En revanche j'ignore s'ils racontaient tout cela à leurs familles. (On a toujours tendance à voir la population allemande comme fanatisée, mais j'ai été surpris en lisant "la bataille des Ardennes" de Beevor, que certaines unités qui montent au front se font insulter par les civils : " Vous allez nous attirer la guerre ! Vous feriez mieux de vous rendre !) En fait plus la guerre avance, plus il y a un décalage entre ce que vivent les civils et ce que leur raconte la propagande, à laquelle ils ne croient plus.