Connexion  •  M’enregistrer

Harry W. BLISS 327th GIR, 101st AB (✝ Marvie, 25/12/1944)

Cette rubrique renferme tout ce qui concerne le front ouest du conflit, y compris la bataille des Ardennes ainsi que les sujets communs à tous les fronts tels, les enfants et les femmes dans la guerre, les services secrets, espionnage...
MODÉRATEUR: gherla

Harry W. BLISS 327th GIR, 101st AB (✝ Marvie, 25/12/1944)

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Tinky  Nouveau message 02 Mai 2011, 11:19

Bonjour, par ce post je veux rendre hommage à ce soldat décédé dans mon village.


Harry W. BLISS 327th GIR, 101st Airborne


Image

Pfc. Harry W. Bliss, 327th Glider Infantry Regiment, 101st Airborne Division. Pfc. Bliss died of wounds on December 25, 1944 in Marvie.


Harry W. BLISS est né en 1920, il est ouvrier agricole et est marié lorsqu’il s’engage dans l’armée des Etats-Unis le 11 septembre 1942 à Rochester, New York. Il pris ses fonctions le jour de son anniversaire le 25 Septembre 1942.

Il sera affecté à la 101st Airborne au 327th Glider Infantry Regiment en tant que Private (Pvt) et recevra le matricule 32471731.

Image

DANS L'UNITÉ DE PLANEUR
Pvt. Harry W. Bliss, fils de Mme. Roland Bliss, qui s’est engagé pour le service il y a deux semaines, a été assigné à la 327th Infanterie de planeur à Fort Bragg, NC.
Quotidien de Canandaigua, NY, 12.10.1942.


Le 327th GIR est créé e 15 août 1942 et devient un régiment d’hommes transportés par planeurs, il est rattaché à la toute nouvelle 101st Airborne.

Image
Harry Bliss en 1942 ou 1943.

Image

Le jour de son mariage avec Mlle Marie Elizabeth Schulz, 1 août 1942.


Ce régiment fut composé à l’origine de 2 bataillons, par la suite un troisième viendra se joindre au 327th GIR. Le 327th GIR est commandé par le Colonel George S. Wear.

En automne 1942, le régiment est envoyé à Fort Bragg en Caroline du Nord pour commencer sa formation avec les planeurs, des CG-4a.

Les hommes eurent leur formation de planeur sur la base aérienne de Laurinburg-Maxton. Les premiers vols furent terribles, les hommes devant vomir dans leurs casques puisque les petits sacs n’étaient pas encore disponible.

Au fur et à mesure que leur entraînement avançait, il parut évident que l’atterrissage par planeur était beaucoup plus dangereux que celui du parachutiste qui au pire se cassait une jambe ou un bras. Le planeur peut à l’atterrissage rentrer dans un arbre, une haie, une clôture, le nez de l’appareil peut s’enfoncer dans le sol et basculer sur le « toit » blessant ou tuant les pilotes et l’équipage.

Il faut aussi noté qu’à l’inverse des parachutistes, les hommes des régiments de planeurs ne sont pas des volontaires, mais des hommes qui étaient dans le régiment et qui sont devenus « troupes aéroportées » parce que leur régiment l’est devenus.

Image
Au printemps 1943, le 327th GIR participa à des manœuvres avec le reste de la 101th, notamment du 23 au 28 Mars à Camden (Caroline du Sud ) et au Tennessee.


Harry fut envoyé au Camp Ranikhet près de Reading. Le régiment s’entraîna sur des planeurs Horsa qui était environs 1/3 plus grand que les Waco et pouvaient ainsi emporter plus de troupe. Durant la période d’hiver, des codes et des emblèmes furent attribués aux différents composant de la 101st. Le 327th GIR reçut comme emblème un trèfle.

Le 327th GIR participa à deux exercices durant la période hivernale.

Image

Image
Voici une carte postale que Harry a envoyé par la poste à sa sœur de Nashville en 1943.

« LORSQUE NOUS SOMMES EN VILLE NOUS VOULONS NOUS DIVERTIR, PAS NOUS ÉMANCIPER! »
Le 327 th est en manœuvres dans le Tennessee en juin 1943.


En août 1943, le 327th GIR embarque à bord du SS Samaria direction Liverpool en Angleterre. L’arrivée ce fait le 15 septembre 1943.

Image

Image


Il débarque en France le 7 juin 1944 avec le 327th GIR et prend part à la bataille de Normandie. Après ces combats, il retourne en Angleterre.

Image
Harry et sa femme photographiés pendant son seul congé.


Il participe ensuite à l’opération Market Garden et entre en Hollande en planeur. C’est là que quatre de ses compatriotes sont blessés par des mines, il brave le feu ennemi pour les tirer de là et les mettre à l’abri.

Le 23 décembre, alors qu’il est en position à Marvie (Bastogne), son unité fut attaquée. Il défendit la position et permit au PC de battre en retraite malgré les tirs d’obus, de mortier et de l’infanterie ennemie. Il se proposa pour remplacer un servant de mitrailleuse qui avait été touché.

Image
Après avoir creusé leurs trous de tirailleur à la ferme de Kessler, le 1er peloton luttait contre le temps très froid. Le sergent Dickinson ordonna à ses hommes de remplir le fond de leurs trous de tirailleur avec le foin de la grange qui était tout près. Quand le fermier (Jean, le plus susceptible des Kessler) a vu ça, , il a approché les hommes et a commencé à protester. Pendant protestait, un obus d'artillerie allemande est tombé sur la grange qui prit feu. Le fermier eu la sensation qu’un combat allait bientôt commencer et se sauva, ils ne l’ont plus jamais revu. C’est Harry qui s’est occupé du bétail à l‘abandon.


Le lendemain (24 décembre), il abattit une patrouille allemande qui essayait de s’infiltrer dans les lignes alliées. Il fut mortellement blessé lors de l’accrochage suivant avec l’ennemi.

Image
Copie de la lettre du « NUTS »reçue par le S/Sgt Carl E. Dickinson, supérieur de Harry Bliss.


Il décède de ses blessures le 25 décembre 1944 (jour de Noël) à Marvie.

Image
Campagne de la 101st Airborne depuis le débarquement. Le voyage de Harry s’est terminé à Marvie le 25 décembre 1944.


Il a reçu la Purple Heart et la Bronze Star avec une feuille de chêne.

Image
BRONZE STAR ATTRIBUEE À TITRE POSTHUME REMIS À SA VEUVE.

La remise de la Bronze Stat avec feuille de chêne à Mme. Marie E. Bliss, pour PFC Harry W. Bliss, son mari, qui a été tué au combat le jour de Noël 1944 a eu lieu hier après-midi. La citation et la médaille ont été apportées par le Capitaine Harry M. Owens du camp de prisonnier de guerre à Genève. La cérémonie a eu lieu dans l'hôtel de Canandaigua.
Le Pfc Bliss est intégré dans l'armée le jour de son anniversaire, le 25 septembre 1942, et a été formé à fort Bragg. Un membre des 101st Airborne, infanterie de planeur, Bliss a été envoyée outre-mer en septembre 1943.
Suit la citation accompagnant la médaille :
« Le Pfc Bliss s'est distingué par acte héroïque aux combats. Le 19 octobre 1944 à proximité de - la Hollande, il était un membre d'une patrouille de combat. Quand quatre membres de la patrouille se sont sérieusement blessés après passage sur des mines antipersonnelles, le Pfc Bliss s'est exposé au feu ennemi afin d'aider à porter les hommes blessés dans une position sûre.
« Plus loin s'exposant au feu ennemi, il a positionné une mitrailleuse pour protéger la patrouille contre l'ennemi déjà alerté pour que les brancardiers puissent évacuer les hommes blessés. Ses actions étaient conformes aux niveaux les plus élevés du service militaire. »
Le rapport mentionne l’ajout d’une feuille de chêne à la Bronze Star suit:
« Du 23 au 24 décembre 1944 à proximité de (Marvie*) - quand l'ennemi a attaqué les positions de son unité, sa section de mitrailleuse a été assignée à la mission de soutenir le retrait du poste de commandement. Se rendre compte qu'un servant de mitrailleuse était blessé. Le Pfc Bliss, sous l'artillerie lourde, les tirs de mortier et le feu des soldats ennemis a déplacé sa mitrailleuse à une nouvelle position de soutien au retrait.
« Le matin suivant, quand une patrouille ennemie a essayé de pénétrer les lignes, le Pfc Bliss a tué toute la patrouille sauf un soldat ennemi avec sa mitrailleuse et a tué le soldat restant avec une grenade à main. Dans une action postérieure, il a été mortellement touché par le feu ennemi. Ses actions étaient conformes aux niveaux les plus élevés du service militaire. »
Le Pfc Bliss a participé à l'invasion de la Normandie le jour J et à l'invasion aéroportée de la Hollande, il a ensuite servi en Belgique. Son congé était prévu en mars 1943.

Canandaigua Daily Messenger, vendredi 5 octobre, 1945


Il repose au Luxembourg American Cemetery : Plot E, Row 2, Grave 59.

Image


Récits du S/Sgt Stanley Davis (10th Armored) concernant les combats à Marvie les 23-24 décembre 1944 :


"J'étais chef de char dans la compagnie "C" du 21ème bataillon de chars, 10ème division blindée et notre compagnie faisait partie du Team O'Hara du CCB, de la 10ème division blindée durant la Bataille des Ardennes du 18 décembre 1944 au 16 janvier 1945. Mon plus mémorable souvenir se déroula la nuit du 23-24 décembre 1944 à Marvie, au sud-est de Bastogne.

Image


Le 23 décembre nous étions en position défensive sur la route de Wardin, juste au nord de Marvie et avions tenu à distance une première attaque de nuit sur nos positions. Nous avions reculé de quelques dizaines de mètres afin de nous soustraire aux lueurs de bâtiments en feu et réorganisions nos positions lorsque le lieutenant colonel O'Hara nous appela, moi et un autre chef de char, à son poste de commandement. Le village de Marvie était soumis à une lourde attaque effectuée par des chars allemands et l'infanterie qui avait déjà pris la moitié du village. Marvie était défendu par des troupes du 327èmerégiment d'infanterie plané de la 101ème division aéroportée qui n'avait pas de char en support dans le village. Il était presque minuit lorsque nous avons eu une bref discussion sur l'opportunité d'envoyer dans des zones inconnues et dans l'obscurité totale; mais la situation à Marvie requérait une action immédiate et ainsi après avoir embarqué nos équipages, nous avons fait mouvement en direction de Marvie qui se trouvait à environ 800 mètres.

Nous n'étions pas très familier avec le réseau routier dans Marvie mais il y avait seulement une route venant de Bastogne et allant vers le nord du village, laquelle se séparait en deux routes parallèles puis se rejoignaient en une simple route au sud de Marvie avec au moins trois carrefours qui se raccordaient aux deux routes traversant le village. Nous avancions lentement en direction de Marvie et lorsque nous sommes arrivés au premier embranchement de la route, nous avons rencontré un membre du 327èmerégiment qui nous informa que les chars allemands et l'infanterie se trouvaient dans la partie sud du village de Marvie et juste au sud de l'église; il pensait qu'il y avait trois chars. Les hommes du 327ème étaient pour la plupart dissimulés dans les ruines et les caves des habitations. Il dit aussi qu'il y avait un semi-chenillé américain sur le côté gauche de la route qui avait été détruit, dans la confusion d'une précédente bataille, par le 327ème régiment.

Il raconta que les chars allemands leur avaient causés beaucoup de problèmes et qu'ils avaient besoin d'aide pour empêcher les chars et l'infanterie allemande de s'emparer du village et de poursuivre vers Bastogne. Les chars allemands devaient attaquer par les deux routes à cause du nombre d'habitations dans le village, c'est pourquoi nous décidions que chaque char devait avancer aussi loin que possible sur une des routes pour dresser une position de blocage et empêcher les chars allemands de traverser Marvie. Mon char prit la route de gauche, et après une centaine de mètres, nous pouvions distinguer l'église et le semi-chenillé détruit. L'église était sur le côté gauche de la route et il y avait deux croissements de routes juste au nord de l'église et l'autre juste au sud, où le 327ème avait des positions. Il y avait quelques tirs sporadiques à ce moment-là. Nous avons alors fait une petite marche arrière avec le char pour nous dissimuler dans une petite cour avec un bâtiment à l'arrière et sur notre droite. La route nord-sud était à notre gauche et l'église et le semi-chenillé détruit étaient juste en face de nous à au moins 20 mètres.

Le tir sporadique continuait pour un temps mais pas dans la zone proche, de telle sorte que nous pouvions entendre les moteurs de chars et savoir que les chars faisaient mouvement vers nous mais nous ne pouvions les voir à cause de l'obscurité et des bâtiments. "Nous étions certain que l'un des chars avançait lentement le long de la route et dans notre direction mais nous étions incapable de le voir. La visibilité était très mauvaise et nous pouvions seulement voir l'ombre du semi-chenillé détruit. Je donnais l'ordre à mon canonnier de viser juste à droite du semi-chenillé où il y avait une petite place pour un char qui essayerait de passer. Je dis au chargeur de placer un obus perforant dans la culasse et d'être prêt à tirer et d'être certain que son casier à munitions était bien approvisionné avec des obus AP et HE. Nous avions un canon de 75mm. Après un court instant, nous savions que le char allemand était tous près du semi-chenillé car les grincements et les bruits du moteur nous apprenaient qu'ils essayaient de pousser le semi-chenillé hors de la route afin qu'il puissent poursuivre leur avance le long de cette route et traverser Marvie.

Nous avons ouvert le feu à bout portant avec des obus AP et HE et le char allemand répliqua en envoyant des envoyant ses obus dans les bâtiments sur notre droite et à l'arrière qui se mirent à brûler. Nous poursuivions notre tir principalement avec des obus AP et quelques HE et cela aussi vite que nous pouvions recharger et avec les allemands qui faisaient la même chose. Après plusieurs tirs échangés le char allemand arrêta de tirer et nous pouvions distinguer, dans l'obscurité, des silhouettes qui sortaient du char et nous continuions avec des tirs HE et des tirs de mitrailleuses jusqu'à ce qu'ils disparaissent.

Nous avons eu une courte période relativement calme et nous étions prêts à tirer sur d'autres chars s'ils apparaissaient. Nous avons alors entendu des bruits de moteurs indiquant que des chars faisaient mouvement tout autour de nous et qu'un char venait vers nous. A ce moment là, nous avons pointé notre canon aussi juste que nous le pouvions sur le sommet de la silhouette du premier char apparemment immobilisé et lorsqu'il nous sembla que le deuxième char nous parut très proche, nous avons tiré deux obus. Le semi-chenillé et le char allemand juste à côté bloquaient la route et ce second char fit demi-tour et se dirigea vers le sud, hors du village. Nous entendions ensuite un troisième char arrivant dans les environs et qui semblait venir du Carrefour, mais il fit demi-tour et se dirigea lui aussi vers la sortie du village.

La fumée provenant des bâtiments en feu nous obligea à nous déplacer, mais nous étions inquiet qu'il puisse y avoir quelqu'un qui soit resté dans le char allemand immobilisé ou qu'un membre d'équipage puisse être revenu dans la tourelle pour utiliser le canon. Nous sommes resté sur le qui-vive le reste de la nuit et avons gardé un obus AP dans la culasse tandis que le canon de notre char visait aussi bien qu'il le pouvait le char apparemment abandonné, en nous déplaçant vers l'avant de quelques mètres. Je n'avais pas de contact radio avec nos autres chars et nous n'avions pas de communications avec le 327ème régiment.

Nous avons passé le reste de la nuit dans nos positions de combat et aussitôt que nous de la visibilité, nous avons contrôlé le char allemand et avons trouvé que nous avions eu de la chance en touchant et endommageant sa chenille gauche, laquelle immobilisait le char. Nous avons détruit le canon. Je me suis rendu à droite de la route afin de voir notre autre char et j'apprenais qu'après avoir tire quelques obus pendant la nuit, il avait eu quelques problèmes avec le canon et était reparti vers notre position de départ durant la nuit.

Le semi-chenillé américain et le char allemand constituaient un barrage efficace sur le côté gauche de la route mais la droite de la route était ouverte et nous avons pris une position de défense contre toute attaque le long de cette route. Durant la journée, nous avons à nouveau déplacé notre char sur la droite afin d'avoir un beau champ de tir vers le sud de Marvie et à la tombée de la nuit nous nous positionnions sur le côté droit de la route avec un obus AP dans la culasse et le canon pointé vers l'intersection au sud de notre position. Nous avons passé des nuits dans le char avec le canonnier réveillé à tous moment et en position de tir avec l'équipage se relayant toutes les deux heures pour prendre leur tour comme canonnier. Nous restions le seul char dans le village et en support du 327ème régiment, avec notre canon de 75mm, pendant plus ou moins une semaine tandis que la bataille s'éloignait puis revenait en face de nous mais les Allemands n'arrivèrent jamais à faire une grande avancée dans Marvie."




Sources:
-Battle of the Bulge 1995
-US National Archives
-327th GIR.com
-WWII Memorial
-Canandaigua Daily Messenger
No bastard ever won a war by dying for his country. He won it by making the other poor dumb bastard die for his country.

Image

Image Image

Technician 4th grade
Technician 4th grade

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 51
Inscription: 15 Mar 2011, 06:34
Localisation: Bastogne
Région: Province de Luxembourg
Pays: Belgique

Voir le Blog de Tinky : cliquez ici


Re: Harry W. BLISS 327th GIR, 101st AB (✝ Marvie, 25/12/1944

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de H Rogister  Nouveau message 08 Mai 2011, 07:25

Le S/Sgt Stanley Davis de la 10è division blindée et auteur du récit ci-dessus, est décédé le 30 mars 2008.
Il reçut une promotion comme 2è lieutenant après l'offensive.
Il termina sa carrière militaire en 1976 au grade de colonel après 32 ans de service.

A+


 

Voir le Blog de H Rogister : cliquez ici


Re: Harry W. BLISS 327th GIR, 101st AB (✝ Marvie, 25/12/1944

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 08 Mai 2011, 09:18

Bonjour et merci pour la précision importante mon cher Henri.
Je déplace également ce post dans le sujet adéquat, à savoir "La batailles des Ardennes"
Le sujet "In Memoriam" étant destiné au personnes ayant participé à la SGM, mais qui sont décédés récemment.
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 61497
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: Harry W. BLISS 327th GIR, 101st AB (✝ Marvie, 25/12/1944

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Tinky  Nouveau message 08 Mai 2011, 11:17

Bonjour, merci à vous deux, je ne savais pas trop où le placer.

@Mr Rogister: merci de la précision, je vais de ce pas l'ajouter à ma doc'.

Cdlt

Stef
No bastard ever won a war by dying for his country. He won it by making the other poor dumb bastard die for his country.

Image

Image Image

Technician 4th grade
Technician 4th grade

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 51
Inscription: 15 Mar 2011, 06:34
Localisation: Bastogne
Région: Province de Luxembourg
Pays: Belgique

Voir le Blog de Tinky : cliquez ici



Retourner vers FRONT OUEST ET GUERRE TOTALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
il y a 21 minutes
par: kfranc01 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
il y a 25 minutes
par: kfranc01 
    dans:  Sfcp airborne en Normandie 
Aujourd’hui, 20:53
par: P. Vian 
    dans:  transmission électrique / chars 
Aujourd’hui, 20:39
par: alain adam 
    dans:  11° Regiment etranger d'infanterie 
Aujourd’hui, 20:29
par: alain adam 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Aujourd’hui, 19:16
par: kfranc01 
    dans:  BATAILLE DU DNIEPR jITOMIR FIN DECEMBRE 1943 
Aujourd’hui, 19:12
par: Loïc Charpentier 
    dans:  1935 le traité germano britannique 
Aujourd’hui, 18:38
par: alain adam 
    dans:  Prisonniers de guerre allemands: France 1944-1949 (Les) 
Aujourd’hui, 18:25
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  lES ORGUES DE STALINE kATIOUCHA lANCES ROQUETTE 
Aujourd’hui, 17:47
par: pierma 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 16 invités


Scroll