Connexion  •  M’enregistrer

Une attaque francaise sur l'Allemagne?

Cette rubrique renferme tout ce qui concerne le front ouest du conflit, y compris la bataille des Ardennes ainsi que les sujets communs à tous les fronts tels, les enfants et les femmes dans la guerre, les services secrets, espionnage...
MODÉRATEUR: gherla

Nouveau message Post Numéro: 41  Nouveau message de Takata  Nouveau message 26 Fév 2008, 01:36

Bruno Roy-Henry a écrit:Il me semble (dans mon souvenir) que l'ambassadeur d'Angleterre a remis un ultimatum à Ribbentrop le 2 septembre et que le nôtre s'y est associé... C'est un point à vérifier.


Certe, une communication avait été faite dès le premier septembre, par l'intermédiaire de l'ambassadeur anglais à Berlin Sir N. Henderson, mais le fait est qu'il ne s'agissait pas à proprement parler d'un « ultimatum » (appelé ainsi par les Allemands) mais de la (énième) communication à l'Allemagne que la France et la Grande Bretagne étaient déterminées à venir en aide à la Pologne, en vertu des traités d'assistance existants si l'agression contre ce pays continuait (cf N°109 & 110 ci-dessous). L'ambassadeur français à Berlin, M. Coulondre, s'y était associé sur l'instruction de son Ministre G. Bonnet (N°337).

Pour finir, les deux gouvernements notifièrent séparemment l'Allemagne de « l'état de guerre » existant le 3 septembre en conséquence de « l'agression menée par l'Allemagne contre la Pologne » ; la notification française se fit officiellement auprès de tous les ambassadeurs présents à Paris.

La différence entre une « déclaration de guerre » et la notification d'un « état de guerre existant » peut sembler mince mais il s'agissait avant tout de montrer que l'Allemagne portait l'entière responsabilité de l'ouverture des hostilités alors que les alliés ne faisaient que faire jouer les traités internationaux en vigueur qu'elle brisait en toute connaissance de cause. De son côté, l'Allemagne tenait, bien évidemment, à présenter les choses autrement à son opinion publique en parlant d'ultimatum, d'agression, etc.

Cependant, si l'on se reporte aux textes des traités d'assistance en vigueur entre la France et la Pologne, on peut y lire que rien n'obligeait la France à entrer en guerre contre l'Allemagne. Elle aurait tout aussi bien pu se contenter de mobiliser son armée pour fixer un maximum de forces à sa frontière tout en envoyant des armes à la Pologne.

Les différents télégrammes :
(voir http://www.yale.edu/lawweb/avalon/20th.htm - French Yellow Book & The British War Blue Book)
No. 109.
Viscount Halifax to Sir N. Henderson (Berlin).
(Telegraphic.) Foreign Office, September 1, 1939, 4:45 p. m.

MY immediately following telegram contains the text of a communication that you should, in conjunction with your French colleague, make at once to the German Government.

2. You should ask for immediate reply and report result of your interview. I shall then send you further instructions.

3. In reply to any question you may explain that the present communication is in the nature of warning and is not to be considered as an ultimatum.

4. For your own information. If the German reply is unsatisfactory the next stage will be either an ultimatum with time limit or an immediate declaration of war.
——————————————————————————————
No. 110.
Viscount Halifax to Sir N. Henderson (Berlin).
(Telegraphic.) Foreign Office, September 1, 1939, 5:45 p. m.

FOLLOWING is text referred to in my immediately preceding telegram:-

On the instructions of His Majesty's Principal Secretary of State for Foreign Affairs, I have the honour to make the following communication:-

Early this morning the German Chancellor issued a proclamation to the German army which indicated clearly that he was about to attack Poland.

Information which has reached His Majesty's Government in the United Kingdom and the French Government indicates that German troops have crossed the Polish frontier and that attacks upon Polish towns are proceeding.

In these circumstances, it appears to the Governments of the United Kingdom and France that by their action the German Government have created conditions (viz., an aggressive act of force against Poland threatening the independence of Poland) which call for the implementation by the Governments of the United Kingdom and France of the undertaking to Poland to come to her assistance.

I am accordingly to inform your Excellency that unless the German Government are prepared to give His Majesty's Government satisfactory assurances that the German Government have suspended all aggressive action against Poland and are prepared promptly to withdraw their forces from Polish territory, His Majesty's Government in the United Kingdom will without hesitation fulfil their obligations to Poland.
——————————————————————————————
No. 337 :
M. Georges Bonnet, Minister for Foreign Affairs, to M. Coulondre, French Ambassador in Berlin. Paris, September 1, 1939. 5.55 p.m.

THE following is in confirmation of my telephone call:

The British Government have instructed your colleague to present to the German Government an urgent communication of which Sir Nevile Henderson will himself inform you. You should associate yourself with this step.

You should confine yourself, if a reply is given, to stating that you will refer the matter to your Government.

Georges Bonnet.
——————————————————————————————
No. 345 :
Text of the communication handed over on September 1, 1939, at 10 p.m. by M. Coulondre, French Ambassador in Berlin, to Herr von Ribbentrop

Excellency,

According to instructions from the French Minister for Foreign Affairs, I have the honour to submit the following statement:

Early this morning, the German Chancellor issued a proclamation to the German army which gave clear evidence that he was just about to attack Poland.

Information which has reached the French Government and His Majesty's Government in the United Kingdom goes to show that troops have crossed the Polish frontier and that attacks are now being made on Polish towns.

This being so, it would seem to the French and British Governments that by its action, (that is to say, an act of force of an aggressive character against Poland, threatening that country's independence), the German Government has brought about those conditions which call for the carrying out by the Governments of France and of the United Kingdom of their undertaking to Poland to come to her help.

As a consequence, I have to inform Your Excellency that, unless the German Government is prepared to give the French Government satisfactory assurances that the German Government has suspended all aggressive action against Poland and is ready promptly to withdraw its forces from Polish territory, the French Government will unhesitatingly fulfill its obligations towards Poland.

I am, Sir, etc.

Coulondre.
——————————————————————————————
No. 118.
Viscount Halifax to Sir N. Henderson (Berlin)
(Telegraphic.) Foreign Office, September 3, 1939, 5 a. m.

PLEASE seek interview with Minister for Foreign Affairs at 9 a. m. to-day, Sunday or, if he cannot see you then, arrange to convey at that time to representative of German Government the following communication:-

"In the communication which I had the honour to make to you on 1st September I informed you, on the instructions of His Majesty's Principal Secretary of State for Foreign Affairs, that, unless the German Government were prepared to give His Majesty's Government in the United Kingdom satisfactory assurances that the German Government had suspended all aggressive action against Poland and were prepared promptly to withdraw their forces from Polish territory, His Majesty's Government in the United Kingdom would, without hesitation, fulfil their obligations to Poland.

"Although this communication was made more than twenty-four hours ago, no reply has been received but German attacks upon Poland have been continued and intensified. I have accordingly the honour to inform you that, unless not later than 11 a. m., British Summer Time, to-day 3rd September, satisfactory assurances to the above effect have been given by the German Government and have reached His Majesty's Government in London, a state of war will exist between the two countries as from that hour."

If the assurance referred to in the above communication is received, you should inform me by any means at your disposal before 11 a. m. to-day, 3rd September. If no such assurance is received here by 11 a. m. , we shall inform the German representative that a state of war exists as from that hour.
——————————————————————————————
No. 365 :
M. Georges Bonnet, Minister for Foreign Affairs, to M. Coulondre, French Ambassador in Berlin. Paris, September 3, 1939. 10.20 a.m.

LAST night, following a communication made to us by the British Government, and following the meeting of the French Chamber of Deputies, the French Government at a Cabinet meeting took the following decisions, which I have been charged to transmit to you.

You should present yourself today, September 3, at noon, at the Wilhelmstrasse and ask for the German Government's reply to the communication which you handed in at 10 p. m. on September 1.

If the reply to the questions contained in that communication is in the negative, you should recall the responsibility of Germany which you evoked during your last interview, and you should notify to the Minister for Foreign Affairs of the Reich or to his representative that the French Government find themselves, by reason of the German reply, compelled to fulfill as from today, September 3, at 5 p. m., the engagements which France entered into towards Poland, and which are known to the German Government.

As from that moment you may ask for your passports.
——————————————————————————————
No. 368 :
M. Georges Bonnet, Minister for Foreign Affairs, to all the Heads of Diplomatic Missions accredited to Paris. Paris, September 3, 1939.

YOUR EXCELLENCY,

In conformity with Article 2 of Convention III of The Hague, dated October 18, 1907, I have the honour to send you herewith the notification relative to the State of War existing between France and Germany.

Georges Bonnet.

The aggression which the German Government, scorning the methods of peaceful settlement of differences to which it had bound itself to have recourse, and the appeals to free discussion or to mediation addressed to it by the most authoritative voices, committed against Poland on September 1, in violation of engagements most freely accepted both towards Poland herself as well as towards all the signatory States of the Pact of renunciation of war of August 27, 1928, has confronted the French Republic with its obligations to assist Poland, obligations resulting from public treaties and known to the Government of the Reich.

The supreme effort, attempted by the Government of the French Republic and by the British Government with a view to maintain peace by the cessation of aggression, was frustrated by the refusal of the German Government.

In consequence, as a result of the aggression aimed by Germany against Poland, a state of war exists between France and Germany as from September 3, 1939, at 5 p.m.

The present notification is made in conformity with Article 2 of Convention III of The Hague, dated October 18, 1907, relating to the outbreak of hostilities.


 

Voir le Blog de Takata : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 42  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 26 Fév 2008, 10:49

Je ne vois pas bien où tout cela nous mène.

Ce qui compte, c'est que la France était parfaitement obligée de déclarer la guerre. Par le droit et, plus encore, par la situation. C'était cela ou une démission totale au terme d'une série de reculades : impensable pour un pays qui se voyait, et que beaucoup voyaient, comme une grande puissance. C'est bien pour cela qu'il n'y a, sur le moment, que des protestations très isolées (une faible frange d'anarchistes et de pacifistes intégraux).

Mais c'est aussi pour une autre raison, inextricablement mêlée à la précédente : la sous-estimation du danger nazi. Cette déclaration de guerre franco-anglaise apparaît comme un coup terrible porté à un dictateur qui jusque là avait remporté des succès faciles parce qu'on lui passait tous ses caprices : ce sale gosse va voir, enfin, ce qu'est le réel !

vétéran
vétéran

 
Messages: 5909
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 43  Nouveau message de Bruno Roy-Henry  Nouveau message 26 Fév 2008, 10:52

Merci pour ces précisions; cela m'a évité de rechercher dans ma doc... ;)


 

Voir le Blog de Bruno Roy-Henry : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 44  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 26 Fév 2008, 11:40

Bonjour,
François Delpla a écrit:Je ne vois pas bien où tout cela nous mène

Je ne sais pas du tout si ce qui suit represente la ou Takata souhaite nous mener, mais cela me rappelle des choses :

Les theories tendant a demontrer que la declaration de guerre de la France et de la Grande-Bretagne au Reich etaient illegales, ne respectaient pas la Constitution et/ou les institutions parlementaires, menent a la conclusion qu'une bande de politiciens bellicistes ont deliberement plonge ces 2 pays dans une guerre qui nous a valu un cortege d'horreurs sanglantes qui aurait tres bien pu etre evite.

Il suffisait de laisser Hitler devorer la Pologne en paix, il se serait ensuite lance a l'assaut de l'ours bolchevique pour notre plus grand benefice.

C'est oublier un peu vite que Hitler ne se serait jamais lance dans la conquete du Lebensraum a l'Est sans avoir, auparavant, assure ses arrieres, donc casse l'epee de la France.

Si la France n'avait pas declare la guerre en 1939, Hitler aurait conquit tranquilement la Pologne, puis aurait trouve quelque pretexte pour s'en prendre a nous.

Les pauvres "aryens" germaniques martyrises par ces sales francais en Alsace et en Lorraine auraient pu le fournir. Apres la Sarre, les Sudetes, Danzig et Memel, en avant pour Strasbourg !


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 45  Nouveau message de Takata  Nouveau message 26 Fév 2008, 16:16

Bonsoir,
François Delpla a écrit:Je ne vois pas bien où tout cela nous mène.
Ce qui compte, c'est que la France était parfaitement obligée de déclarer la guerre.Par le droit et, plus encore, par la situation.

Effectivement, on peut voir les choses sous cet angle en ce qui concerne « l'obligation » légale si l'on n'est pas à une inexactitude près ; comme je disais plus haut, il suffit de se pencher sur les textes pour y chercher la trace d'un engagement de cette nature ; et il s'avère qu'aucun accord politique dans ce sens n'est effectivement entré en vigueur avant le 1er septembre 1939.
La référence polonaise, qui est le plus souvent citée, aux engagements militaires contractés par la France (cf 8.) quant à l'« offensive générale » destinée à dégager la Pologne oublie tout simplement de mentionner que ce protocole militaire n'était applicable qu'à la condition indispensable qu'il soit accompagné d'un accord politique ratifié par les deux gouvernements (cf 9.). D'ailleurs, Gamelin y était franchement hostile (cf 6.) et n'a jamais traduit dans une directive quelconque la moindre de ces dispositions (voir sa directive du 31 mai 1939 faisant suite à ces discussions puis à l'abandon du protocole politique).

À partir de là, il ne reste plus en vigueur que la convention militaire de 1921 (cf 1.) et, force est de constater que celle-ci ne prévoit pas non plus la moindre offensive de l'armée française en Allemagne. Les déclarations de Daladier du 13 avril 1939 (cf 7.) ne font pas non plus référence à une « déclaration de guerre » mais à un « appui mutuel », le reste étant suffisamment vague pour être interprété à souhait.

Quant à savoir où je veux en venir, c'est uniquement en rapport avec la question initiale concernant « l'offensive française sur l'Allemagne ». En terme de droit international, il n'y avait aucune « obligation » pour la France, autre que morale ou de nature stratégique (mobiliser sans danger), de voler au secours de la Pologne. Cette offensive ne pouvait se justifier que si elle était susceptible d'apporter un concours véritable à la Pologne ou d'améliorer la situation des armées françaises. Or, il se trouve que la stratégie française, poursuivie depuis le début des années 30, s'orienta uniquement vers une guerre de blocus contre l'Allemagne avec le concours indispensable de la Grande Bretagne. Comme je l'ai dit initialement, c'est donc le fait que la Grande Bretagne se soit enfin décidée à entrer en guerre qui entraîna décisivement les Français à en faire autant, et non la situation en Pologne, somme toute, assez secondaire.

_______________________
1. l'accord politique franco-polonais du 19 février 1921 stipule :
« Si les deux États ou l'un des deux États se voyaient attaqués sans provocation de leur part, les deux gouvernements se concerteraient en vue de la défense de leur territoire et de la sauvegarde de leurs intérêts légitimes. »

2. la convention militaire secrète du 19 février 1921, qui vise explicitement le cas d'une agression allemande contre l'un des deux pays, définit l'aide que se prêteraient les deux pays, résumée par Gamelin :
« La France fournirait à la Pologne du matériel et du personnel technique, mais n'enverrait pas de troupes françaises combattantes en renfort de l'Armée polonaise ; elle assurerait également dans la mesure de ses moyens la sécurité des lignes de communications entre elle et la Pologne y compris les lignes maritimes... En outre l'aide financière de la France pour l'équipement matériel de l'Armée polonaise et la collaboration permanente des deux états-majors sont précisées.»

3. L'accord politique conclu à Locarno le 16 octobre 1925 complète l'accord du 19 février 1921 :
La France et la Pologne « s'engagent à se prêter immédiatement aide et assistance, si un tel manquement est accompagné d'un recours aux armes qui n'aurait pas été provoqué »

4. Un protocole secret des 22 mars-13 avril 1926 est conclu, relatif à la coopération des services de renseignements polonais et français dans leurs actions contre l'Allemagne et l'URSS.

5. Les discussions à Paris des 29 juin-4 juillet 1928, sur la révision de la convention militaire du 19 février 1921 :
a) la France souhaite :
- la suppression des engagements de caractère nettement politique ;
- la suppression de la désignation explicite de l'Allemagne et de l'URSS ;
- la suppression de l'engagement pour la France d'assurer la sécurité des lignes de communications maritime, la France s'engageant seulement à faire tout son possible pour faciliter l'arrivée à bon port des transports à destination de la Pologne ;
- le maintien pour la Pologne d'unifier l'armement et le matériel de son armée du temps de paix, dans toute la mesure du possible, conformément aux modèles en service en France »
b) la Pologne souhaite :
- la constitution pour la Pologne dès le temps de paix de stocks de matériels de guerre restant propriété française ;
- la nécessité d'engagements bilatéraux quant à l'effort militaire auquel s'engagera chaque nation.
« Les discussions ne débouchent sur aucun engagement ferme et les polonais prennent note des propositions françaises »

6. La lettre de Gamelin du 12 octobre 1938 au Président du Conseil, ministre de la Défense Nationale et de la Guerre :
« L'importance de la Pologne, du point de vue militaire, reste pour nous considérable. Toutefois, dans les conditions actuelles, et sans rompre ouvertement notre alliance, on est en droit de se demander s'il n'y aurait pas intérêt à ne plus paraître rechercher les bons offices de la Pologne, qui pourrait, par cela même, mesurer les dangers de sa politique actuelle... En tout cas, sur le plan militaire, le problème se pose de savoir s'il faut désormais continuer à fournir à la Pologne du matériel moderne, au détriment de nos propres besoins »

7. La déclaration du Président du Conseil Édouard Daladier le 13 avril 1939 :
« Le gouvernement français, d'autre part, a été heureux de la conclusion des engagements réciproques de la Grande Bretagne et de la Pologne, qui ont décidé de se donner un appui mutuel afin de défendre leur indépendance si elles étaient directement ou indirectement menacées.
L'alliance franco-polonaise est, d'autre part, confirmée par le gouvernement français et le gouvernement polonais dans le même esprit. La France et la Pologne se garantissent immédiatement et directement contre toute menace directe ou indirecte qui porterait atteinte à leurs intérêts vitaux »

8. Les conversations d'état-major franco-polonais à Paris du 16 et 17 mai 1939 :
« Les hauts commandements français et polonais agissant dans le cadre des décisions prises par les deux gouvernements... En cas d'agression allemande contre la Pologne, ou en cas de menace de ses intérêts vitaux à Danzig qui provoqueraient une action par les armes de la part de la Pologne, l'Armée française déclenchera automatiquement une action des diverses forces armées... La France exécutera immédiatement une action aérienne, d'après un plan fixé à l'avance... Dès qu'une partie des forces françaises sera prête (vers le troisième jour après le jour initial de la mobilisation générale française), la France déclenchera progressivement des actions offensives à objectifs limités... Dès que l'effort principal allemand s'accentuerait sur la Pologne, la France déclencherait une action offensive contre l'Allemagne avec le gros de ses forces (à partir du quinzième jour après le jour initial de la mobilisation générale française). »

9. La lettre du 19 mai 1939 au général Kasprzycki accompagnant le projet de protocole militaire de la même date :
« Monsieur le Ministre : J'ai l'honneur de vous faire connaître que, d'après les instructions que j'ai reçues de mon gouvernement, le Protocole des conversations que nous venons d'avoir se trouvera prendre le caractère d'accord d'état-major lorsque sera signé l'accord politique actuellement en préparation et, bien entendu, dans la mesure où il sera en concordance avec ce dernier.
Il demeure spécialement entendu qu'il appartiendra à chacun des deux gouvernements de reconnaître l'application et d'engager l'exécution de l'accord politique dont l'entrée en jeu permet celle des dispositions de l'accord militaire.
Gamelin. »


 

Voir le Blog de Takata : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 46  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 27 Fév 2008, 11:59

Takata a écrit:Bonsoir,
François Delpla a écrit:Je ne vois pas bien où tout cela nous mène.
Ce qui compte, c'est que la France était parfaitement obligée de déclarer la guerre.Par le droit et, plus encore, par la situation.

Effectivement, on peut voir les choses sous cet angle en ce qui concerne « l'obligation » légale si l'on n'est pas à une inexactitude près ; comme je disais plus haut, il suffit de se pencher sur les textes pour y chercher la trace d'un engagement de cette nature ; et il s'avère qu'aucun accord politique dans ce sens n'est effectivement entré en vigueur avant le 1er septembre 1939.


votre précise et précieuse documentation fait certes litière de la thèse polonaise (encore très vivace aujourd'hui) suivant laquelle la France a manqué de parole en ne se portant pas prestement avec toutes ses forces contre le territoire allemand. Le jésuite Gamelin et le confus Daladier avaient gardé les mains plus libres que cela.

Cependant, il ne faut pas mélanger cette question avec celle de la déclaration de guerre, impliquée, en cas d'agression allemande contre la Pologne, par les textes que vous rappelez et notamment le ralliement français, en mars, à la garantie anglaise.

Et se faire déclarer la guerre, c'est tout ce qui importe à Hitler !

vétéran
vétéran

 
Messages: 5909
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 47  Nouveau message de Takata  Nouveau message 27 Fév 2008, 16:11

François Delpla a écrit:Cependant, il ne faut pas mélanger cette question avec celle de la déclaration de guerre, impliquée, en cas d'agression allemande contre la Pologne, par les textes que vous rappelez et notamment le ralliement français, en mars, à la garantie anglaise.

Et se faire déclarer la guerre, c'est tout ce qui importe à Hitler !

Mon cher François,
J'ai bien le regret de vous faire part que c'est bien vous qui vous mélangez les pinceaux car, si vous relisez soigneusement tous mes posts ci-dessus, vous y verrez très certainement qu'il n'est nulle part question de « ce qui importait à Hitler » dans ce que j'ai écrit au sujet de la « déclaration de guerre française » Je laisse cette question, dans son intégralité, aux auteurs d'Héroïc Fantasy, ainsi qu'à leurs familiers, pour me consacrer principalement à ce qui est plutôt bien documenté du côté français.
Bien le bonjour chez vous,
Olivier


 

Voir le Blog de Takata : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 48  Nouveau message de Bruno Roy-Henry  Nouveau message 27 Fév 2008, 18:24

Il est vrai que nous n'étions pas engagé formellement envers la Pologne sur le plan juridique. Mais la déclaration de Daladier l'engageait auprès des Britanniques, au moins moralement. Et pour les Polonais, la parole de Daladier équivalait à un accord en bonne et due forme.

Le problème des Polonais, c'est qu'ils ne croyaient pas à l'efficacité des PzD. Ils n'avaient pas tout à fait tort, dans la mesure où les 2/3 étaient composées de Panzer I et II. A peine mieux que des auto-mitrailleuses. Mais ils avaient complètement ignoré l'impact des stukas. La leçon ne nous servira pas, malheureusement...


 

Voir le Blog de Bruno Roy-Henry : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 49  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 28 Fév 2008, 12:36

Bonjour,
François Delpla a écrit:Et se faire déclarer la guerre, c'est tout ce qui importe à Hitler !

Il me semble que, par la, François voulait signaler que Hitler s'y prends avec la Pologne différemment qu'il ne l'a fait avec la Tchécoslovaquie.

Il existait en 1939 des possibilités, ténues mais réelles, d'assister à un "Munich-bis".

Mais pour la Pologne, il fonce dans le tas, sans précautions sérieuses, sans tentatives "diplomatiques" sérieuses. Il met donc, et délibérément, la France et l'Angleterre dans une situation inextricable, il leur force la main !

Et on le sent bien, Takata, à lire vos intéressants documents, que ca hésite en face, que ca tourne autour du pot, que ca cherche une porte de sortie. Mais, cette porte de sortie, Hitler ne la veut pas.

Il ne la veut pas davantage durant la «drôle de guerre» ou la paix était tout à fait possible, les occasions militaires ratées dont parle ce fil montrant bien que ca tournait toujours autour du pot «en face».

Car il veut casser l’épée de la France. Il faut attendre Dunkerque pour qu’il fasse des propositions discrètes ou publiques de paix «de compromis»

Encore une fois, derrière les hésitations, les approximations voire les compromis des puissances occidentales, il y a quelqu’un qui tire les ficelles. Et c’est le Führer. Refuser de le considérer appauvri le débat à une affaire franco-française alors que ce n’était pas le cas.


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 50  Nouveau message de Takata  Nouveau message 28 Fév 2008, 17:54

Bonsoir,
Bruno Roy-Henry a écrit:Le problème des Polonais, c'est qu'ils ne croyaient pas à l'efficacité des PzD. Ils n'avaient pas tout à fait tort, dans la mesure où les 2/3 étaient composées de Panzer I et II. A peine mieux que des auto-mitrailleuses. Mais ils avaient complètement ignoré l'impact des stukas. La leçon ne nous servira pas, malheureusement...

Je ne suis malheureusement pas du tout sûr de ça. Le problème des Polonais tient avant tout de la géographie, de la disproportion des forces et de l'incapacité des « alliés » pour mettre en place une intervention rapide et efficace. En s'emparant de la Tchécoslovaquie, les Allemands ont rendu la position des Polonais totalement intenable. Tout le monde en est malheureusement bien conscient, y compris en Pologne, quelle que soit la volonté de se battre et la bravoure des Polonais. La seule possibilité de sauver la Pologne passait par une entente avec les soviétiques mais on sait à quel point l'antagonisme entre les Polonais et les Russes était grand (et vice-versa). C'est ce qui a été tenté un peu tard par la diplomatie française en cherchant à rapprocher ces deux pays (ce fut aussi le cas pour la Roumanie et l'URSS), et c'est aussi la raison pour laquelle on a pris autant de précautions dans nos « engagements » envers la Pologne. L'attitude des Polonais dans l'« affaire Tchécoslovaque » n'y était pas non plus étrangère.

Daniel Laurent a écrit:Il me semble que, par la, François voulait signaler que Hitler s'y prends avec la Pologne différemment qu'il ne l'a fait avec la Tchécoslovaquie.

Il me semble surtout que François nous rabâche toujours la même chose sans jamais rien apporter d'autre, pour l'étayer, que son analyse très personnelle du profil psychologique d'Adolf; et toi tu ne fais que le répéter. Pour ma part, je n'ai jamais adhéré à ce point de vue qui est extrêmement loin de me convaincre pour cause d'absence totale d'éléments probants, suputations multiples et infondées, manque d'objectivité caractérisé, et j'en passe;... et tu sais très bien tout ça.
Olivier


 

Voir le Blog de Takata : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers FRONT OUEST ET GUERRE TOTALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 14 minutes
par: iffig 
    dans:  Testament de Hitler : Sur l'Espagne et Gibraltar 
il y a 21 minutes
par: Patrick.Fleuridas 
    dans:  Meutes Eisbär 1 et Eisbär 2 
il y a 25 minutes
par: alfa1965 
    dans:  SUR RMC DECOUVERTE LE 05 JANVIER 
il y a 29 minutes
par: Patrick.Fleuridas 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Aujourd’hui, 18:45
par: kfranc01 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Aujourd’hui, 18:31
par: Gaston 
    dans:  Médecin urgentiste 
Aujourd’hui, 18:05
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Sfcp airborne en Normandie 
Aujourd’hui, 11:34
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Quoi de neuf dans les kiosques ? 
Aujourd’hui, 00:55
par: alain adam 
    dans:  les sous-marins Français 
Aujourd’hui, 00:48
par: P. Vian 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 17 invités


Scroll