Connexion  •  M’enregistrer

La défaite, le régime de Vichy

Cette rubrique renferme tout ce qui concerne le front ouest du conflit, y compris la bataille des Ardennes ainsi que les sujets communs à tous les fronts tels, les enfants et les femmes dans la guerre, les services secrets, espionnage...
MODÉRATEUR: gherla

La défaite, le régime de Vichy

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de HistoQuiz  Nouveau message 06 Mar 2004, 21:27

L'Allemagne envahit la Pologne le 1er septembre 1939.
Le 3 septembre, la Grande-Bretagne puis la France déclarèrent la guerre à l'Allemagne. Forte de sa supériorité numérique et technique, la Wehrmacht écrasa l'armée polonaise en trois semaines.
La Pologne fut partagée dès le 28 septembre entre l'U.R.S.S. et l'Allemagne.
L'Allemagne put ainsi concentrer ses forces à l'ouest où, durant de longs mois, les troupes ont campé sur leurs positions fortifiées. C'est la "drôle de guerre".
Les Alliés estimaient qu'ils pouvaient, appuyés sur leurs fortifications de la ligne Maginot, contenir les Allemands. Les forces allemandes étaient supérieures à celles des Alliés dans tous les domaines, sauf la Marine. Le 9 avril, l'Allemagne occupa le Danemark, puis la Norvège, où un contingent franco-britannique parvint cependant à débarquer à Narvik et à s'emparer de la ville. Mais, pendant ce temps, les événements évoluèrent de manière dramatique sur le front Ouest.
Le 10 mai 1940, passant brusquement à l'offensive, les troupes allemandes envahirent les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg ; entre le 10 et le 12 mai, le front français fut percé sur la Meuse. Le 14, tandis que l'armée néerlandaise déposait les armes, les Allemands effectuèrent une nouvelle percée près de Sedan et, par la brèche ainsi ouverte entre Sedan et Namur, les divisions allemandes foncèrent en direction de l'Oise et de la Somme.
Le 18 mai, Paul Reynaud (qui avait remplacé Daladier le 21 mars) fit appel au maréchal Pétain, qui entra dans le gouvernement avec le titre de vice-président du Conseil. Le général Weygand remplaça le général Gamelin.
Le 27, remontant vers le nord, les Allemands atteignirent Calais et encerclèrent les forces franco-britanniques. Le 28 mai, tandis que les franco-britanniques évacuaient Dunkerque dans des conditions dramatiques (opération "Dynamo"), l'armée belge capitulait à son tour. L'avance allemande jetait sur les routes civils et militaires qui désorganisaient totalement les mouvements des armées françaises. Cette déroute française s'expliqua, entre autres, par l'incapacité du commandement, qui s'était cantonné dans la conception d'une guerre défensive et qui n'avait pas su parer une attaque éclaire utilisant une technique de combat qui combinait l'utilisation conjointe de l'aviation et des blindés.
Le 12 juin, le général Weygand prenant la parole devant le gouvernement dit que la bataille était perdue : "je suis contraint de dire clairement qu'une cessation des hostilité est impérative". Paris, après avoir été déclarée ville ouverte, fut prise par la Wehrmacht le 14 juin 1940. Le 16 juin, les troupes Allemandes atteignirent la Loire et le 19 juin, la côte Atlantique.
Après la rupture des fronts de la Somme et de l'Aisne, le maréchal Pétain, qui avait été appelé au gouvernement par Paul Reynaud (auquel il succéda le 17 juin), voyant la situation empirer de jour en jour, annonça son intention de demander un armistice.
Celui-ci fut signé le 22 juin avec l'Allemagne et le 24 avec l'Italie, entrée en guerre le 10 juin. La France était coupée en deux zones par une ligne de démarcation, qui passait par Dôle, Chalon-sur-Saône, Tours et Mont-de-Marsan. Le nord était occupé par les troupes allemandes, et le sud fut déclaré "zone libre".
1 500 000 soldats furent faits prisonniers et environ 100 000 soldats français étaient morts.
L'armée fut démobilisée, à l'exception d'une force de 100 000 hommes. La flotte désarmée devait passer sous contrôle Italo-Allemand.
Les bâtiments Français, qui en rade de Mers-El-Kébir, refusèrent de rejoindre la flotte Britannique, par fidélité à Pétain, furent coulés, le 3 juillet 1940, sous l'ordre de Churchill, qui préférait ouvrir le feu sur les navires français avant qu'ils ne passent sous le contrôle Allemand.
Vichy rompit ses relations diplomatiques avec Londres. La France, soumise à l'occupation dans sa partie Nord, devait verser de surcroît un lourd tribut à l'occupant : 400 millions de Francs par jour. En France, le nouveau régime, installé à Vichy, prit le nom d' "Etat Français". Philippe Pétain, le chef de l'Etat, fit entrer Pierre Laval dans son gouvernement. Celui-ci fit voter, le 10 juillet 1940, les pleins pouvoirs au maréchal Pétain.

Pétain, devenu président du Conseil le 16 juin 1940, s'installa avec son gouvernement, après l'armistice, à Vichy, en zone non occupée le 2 juillet 1940.
Le 10 juillet, les députés et les sénateurs votèrent la fin de la IIIème République. Le 11 juillet, le maréchal obtint les pleins pouvoir avec le titre de chef de l'Etat français. Puis, le 12 juillet, il nomma Pierre Laval comme vice-président du Conseil et successeur désigné. Pétain annonça bientôt la "révolution nationale". Il s'agissait de rénover la nation : lutte contre le libéralisme, l'individualisme, le marxisme, restauration d'un Etat autoritaire et hiérarchique, exaltation des valeurs patriarcales, familiales, paysannes et artisanales...Cette révolution de droite, illustrée par la formule "Travail, Famille, Patrie" remplaçait la devise républicaine "Liberté, Egalité, Fraternité". Il s'en suivit un train de mesures : interdiction des associations secrètes, statut spécial pour les juifs, internement d'hommes politiques tels Reynaud, Gamelin et Daladier, révocation massive de fonctionnaires, dissolution des centrales syndicales, fermeture des écoles normales d'instituteurs... Pétain créa également les Chantiers de la Jeunesse et la Légion française des combattants pour encadrer la nation et soutenir sa propagande. Laval, convaincu de la victoire finale de l'Axe organisa la rencontre de Pétain et d'Hitler à Montoire le 24 octobre 1940 qui consacra la politique de collaboration.
Le 13 décembre 1940, Pétain fit arrêter Laval et confia à Pierre-Etienne Flandin, partisan du maintien de l'indépendance française selon les termes de l'armistice, le portefeuille des Affaires étrangères.
Les Allemands ayant refusé d'entrer en relation avec Flandin, le Maréchal dut libérer Laval et appela à la vice-présidence du Conseil l'amiral Darlan, le 9 février 1941.
Sous son gouvernement, de nouvelles mesures autoritaires sont prises : jugement des hommes politiques de la IIIème République, que Pétain considérait comme les responsables de la défaite, juridiction d'exception contre les communistes totalement soumise aux exigences allemandes, qui condamnera à mort des otages en représailles d'actes de résistance, aggravation du statut des juifs, création d'un Service d'Ordre Légionnaire (SOL) qui deviendra la Milice.
Vichy créa la Légion des Volontaires Français (LVF) contre le bolchevisme, dont le premier contingent partit combattre sur le front soviétique le 27 août 1941.
Enfin, Darlan inaugura la collaboration militaire avec le Reich. Laval, rappelé le 17 avril 1942, organisa le Service du travail obligatoire. De plus, Laval laissa les nazis traquer les juifs et les résistants avec l'aide de la Milice de Darnand.
Dès les débarquements alliés en Afrique du Nord le 8 novembre 1942, les Allemands envahirent la zone libre le 11 novembre.
Vichy devint alors un gouvernement satellite du Reich. Darnand, Henriot et Déat entrèrent au gouvernement, tandis que les Allemands accentuèrent leur politique répressive à l'encontre des résistants et des juifs. Le débarquement de Normandie du 6 juin 1944 accéléra la désagrégation du régime.
Pétain fut enlevé à Vichy le 20 août par les Allemands, et transféré, avec Laval et ses ministres à Sigmaringen.


 

Voir le Blog de HistoQuiz : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Pink panther  Nouveau message 07 Mar 2004, 18:08

"Vichy créa la Légion des Volontaires Français (LVF) contre le bolchevisme, dont le premier contingent partit combattre sur le front soviétique le 27 août 1941. "

Sauf erreur, c'est plutot de Paris, et de ces collaborationnistes, que vient la paternité de la LVF
Vichy, prenant le train en route, devant le fait accompli, (comme souvent d'ailleurs )


 

Voir le Blog de Pink panther : cliquez ici



Retourner vers FRONT OUEST ET GUERRE TOTALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Quoi de neuf dans les kiosques ? 
Aujourd’hui, 01:40
par: frontovik 14 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Aujourd’hui, 01:24
par: kfranc01 
    dans:  Coup de force japonais de Langson, 22 septembre 1940 
Aujourd’hui, 00:25
par: alfa1965 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Hier, 23:24
par: iffig 
    dans:  Médecin urgentiste 
Hier, 23:16
par: kfranc01 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la France 
Hier, 22:31
par: Manu 
    dans:  Testament de Hitler : Sur le problème juif et le racisme 
Hier, 22:08
par: Manu 
    dans:  Meutes Eisbär 1 et Eisbär 2 
Hier, 21:46
par: alfa1965 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Hier, 21:10
par: kfranc01 
    dans:  recherches sur le parcours de mon arrière grand père 
Hier, 21:09
par: brehon 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: curieux et 13 invités


Scroll