Connexion  •  M’enregistrer

ET si Pétain n'avait pas cédé ?

Cette rubrique renferme tout ce qui concerne le front ouest du conflit, y compris la bataille des Ardennes ainsi que les sujets communs à tous les fronts tels, les enfants et les femmes dans la guerre, les services secrets, espionnage...
MODÉRATEUR: gherla

Re: ET si Pétain n'avait pas cédé ?

Nouveau message Post Numéro: 151  Nouveau message de Bruno Roy-Henry  Nouveau message 13 Oct 2009, 12:41

PIERRE.S a écrit:Pour le depart de Bizerte la grue est en panne et l'embarquement se poursuit avec les grues de la Marine à Sidi Abdallah...
Le JMO du 67 eme BCC fait état d'un retard du "La Mayenne" et d'un ralentissement dans le déchargement et rien d'autre...


Nous ne devons pas avoir le même JMO, alors... :roll:

Avez-vous -au moins- consulté le lien que j'ai indiqué ?

La carte de la position des 84 et 85 éme DIA m'indique qu'elles sont en retrait sur le front mais ne donne pas d'informations sur leurs effectifs et leur aptitude à combattre.


La 85ème DIA est plus en flèche que la 84ème. Je ne pense pas que votre historienne donne ces infos sur les effectifs et leur aptitude à combattre. Toutes les deux sont en réserve d'armée. Donc susceptibles d'être engagées à brefs délais.


 

Voir le Blog de Bruno Roy-Henry : cliquez ici


Re: ET si Pétain n'avait pas cédé ?

Nouveau message Post Numéro: 152  Nouveau message de Pierre.S  Nouveau message 17 Oct 2009, 06:01

Voici l'extrait du JMO du 67e BCC qui correspond à ce que j'ai indiqué plus haut:

"31 MAI. - Embarquement des 3e, 1ère et 2e Compagnies sur les Vapeurs " Compiègne " et " Chantilly ". Une avarie aux grues du " Compiègne " oblige les unités à se rendre à Sidi Abdallah pour être chargées avec les grues de la Marine.
1er JUIN. - Le " Compiègne " et le " Chantilly " lèvent l'ancre avec l'Etat-Major et les compagnies de combat. La CE est chargée sur le " Chenonceaux " et le " Mayenne ".

II. - 8 JUIN 1940

8 JUIN. - Séjour à Marseille. Le " Mayenne " a été retardé ; de plus, le débarquement est très ralenti."

Rien concernant les dockers de Marseille!!

Pour les batiments voici leurs caractéristiques:
-Mayenne: paquebot 2809TJB
-Compiègne: paquebot mixte, 9986TJB
-Chantilly: paquebot mixte, 9986TJB
-Chenonceaux: paquebot, 14825TJB.
La jauge brute, exprimée en Tonneaux de Jauge Brute (TJB), est la capacité totale d'un navire, son volume intérieure: 1TJB= 2,83 m3.

Il y a une explication possible aux retards dans les déchargements avec les bombardements allemands sur Marseille des 1 et 2 juin 40 ,qui peuvent avoir endommagés les infrastructures et posé un problème aux civils (dockers) qui peuvent être raisonnablement inquiets des risques encourus.
http://sudwall.superforum.fr/1939-1940-la-drole-de-guerre-l-armee-francaise-en-mediterranee-juin-1940-la-guerre-avec-l-italie-vichy-et-son-armee-d-armistice-1940-1942-f25/bombardement-italien-du-21-juin-1940-sur-marseille-13-t2981.htm

La Luftwaffe est peut-être affaiblie mais reste présente sur tout le territoire de la Métropole.

A+,
Pierre


 

Voir le Blog de Pierre.S : cliquez ici


Re: ET si Pétain n'avait pas cédé ?

Nouveau message Post Numéro: 153  Nouveau message de Bruno Roy-Henry  Nouveau message 17 Oct 2009, 08:48

Il faudrait connaître l'auteur du commentaire qui fait suite au JMO du 67ème BCC. Je suppose qu'il s'agit du webmestre du site, Antoine Misner. Les faits rapportés ne sont pas nécessairement inexacts. Je vais essayer d'en savoir davantage.

Merci pour les autres renseignements.


 

Voir le Blog de Bruno Roy-Henry : cliquez ici


Re: ET si Pétain n'avait pas cédé ?

Nouveau message Post Numéro: 154  Nouveau message de Bruno Roy-Henry  Nouveau message 18 Oct 2009, 08:58

Aintoine Misner, le webmestre du site sur les chars français m'a répondu ceci :

"Le texte est bien le JMO original tel qu'il est archivé au SHAT de Vincennes."

Le commentaire contesté est bien à la suite du bref rapport sur les opérations. Il doit donc être considéré -sauf preuve contraire- comme partie intégrante du JMO du 67ème BCC.

Si votre document ne le comporte pas, c'est qu'il s'agit d'une copie incomplète...


 

Voir le Blog de Bruno Roy-Henry : cliquez ici


Re: ET si Pétain n'avait pas cédé ?

Nouveau message Post Numéro: 155  Nouveau message de Bruno Roy-Henry  Nouveau message 18 Oct 2009, 09:44

Puisqu'on l'a beaucoup citée, un extrait :

L'Afrique du Nord dans la guerre 1939-1945, Christine Levisse-Touzé, Albin Michel, 1998. p.22-28.


"Les ambitions espagnoles
Lorsque la France entre en guerre, l'Espagne sort exsangue de trois années de guerre civile. Les responsables français s'interrogent sur les intentions espagnoles alors que des renforts militaires sont envoyés au Maroc espagnol (...) et aux Baléares. Noguès constate : "du côté espagnol, la situation manque de netteté".

Les conséquences de la guerre civile. Tremplin des officiers en rébellion contre le gouvernement du front populaire de Madrid en 1936, le Maroc espagnol est une menace certaine. Le soutien de l'Allemagne et de l'Italie aux nationalistes n'est pas désintéressé. Mussolini espère des compensations aux Baléares par l'établissement de bases navales et aériennes et à Tanger. L'idée d'un troisième front qui mobiliserait les forces françaises, (Pyrénées et Maroc espagnol) n'est pas non plus pour déplaire à Hitler car il aurait pour conséquence l'affaiblissement de l'armée française. Les forces militaires germano-italiennes restées en Espagne au printemps 1939 sont respectivement de 7,000 et 20,000 hommes. Enfin, l'infiltration économique et militaire de l'Allemagne au Maroc espagnol est bien réelle depuis 1937. Les forces espagnoles ne cessent de croître : 38,000 en 1936, 45,000 en 1939. Le Maroc est l'enjeu des luttes d'influence enropéennes. Les autorités françaises y voient une menace sérieuse sur les lignes de communications entre les ports de l'Atlantique, de l'Algérie et de la Tunisie et l'obligation de maintenir, en cas de conflit, le corps d'occupation du Maroc. Le Maroc ne pourrait donc pas alors remplir son rôle de réservoir de forces au profit de l'Afrique du Nord et de la métropole.
Prenant très tôt conscience de ce danger, le gouvernement français remplace, dès le 16 septembre 1936, Marcel Peyrouton, résident général par un militaire, le général Charles Noguès, dont la carrière s'est en partie déroulée au Maroc. Il a combattu aux côtés des Espagnols pendant la guerre du Rif et a les qualités requises pour maintenir la tranquilité du protectorat en cette période de tension. La guerre civile espagnole a ses répercussions sur le Maroc français : tribus frontalières enrôlées dans l'armée nationaliste, trafics d'armes, ravitaillement. En août et septembre 1936, le sultan prend des mesures pour arrêter ce trafic et interdit à ses sujets de se joindre aux armées espagnoles tant au Maroc que sur le continent. En 1940, la situation économique demeure grave au Maroc espagnol et la propagande active s'exerce sur la zone française. La revue nationaliste Arriba España est très virulentes à l'égard de la France.
Peu après la conférence de Munich (23-29 septembre 1938), le général Gamelin fixe la ligne de la politique méditerranéenne qui doit "régler la question d'Espagne qui pèse sur la Méditerranée occidentale dont la maîtrise nous est indispensable". Le 27 février 1939, le Conseil des ministres se prononce à l'unanimité en faveur de la reconnaissance de jure du gouvernement franquiste conjointement avec le Foreign Office. C'est un tournant de la diplomatie française, soucieuse de préserver la neutralité espagnole face à la montée des tensions internationnales. Daladier charge Léon Bérard, ancien ministre, sénateur des Basse-Pyrénées, qui compte beaucoup d'amis en Espagne, de régler les litiges avec Franco : restitution des avoirs espagnols, républicains réfugiés en France (475,000) et en AFN (19,000), matériel de guerre républicain. Le gouvernement français, en choisissant de se rapprocher de Franco, sacrifie d'une certaine façon les républicains espagnols. les négociations débouchent sur les accords Bérard-Jordana du 25 février 1939. La reconnaissance du gouvernement franquiste est suivie de l'échange d'ambassadeurs. Le choix du maréchal Pétain, le 2 mars 1939, répond à la volonté du gouvernement de favoriser un rapprochement avec Franco, son compagnon d'armes pendant la guerre du Rif, et Jordana, ministre des Affaires étrangères, chef d'état-major en 1925. Cette décision procède de la même préoccupation que la nomination de Noguès. Les deux hommes connaissent bien le Maroc, ils ont combattu aux côtés des armées espagnoles contre Abd el-Krim. Le gouvernement français espère ainsi favoriser la neutralité espagnole en cas de conflit et avoir les mains libres au Sud-Ouest et au Maroc afin d'utiliser au maximum les forces Nord-Africaines sur le Nord-Est et sur les Alpes. La nomination de Pétain est bien ressentie en Espagne. Il doit obtenir la neutralité espagnole et veiller à l'application des accords Bérard-Jordana.
Le problème espagnol est au coeur des conversations franco-britanniques du 4 au 6 mai 1939 à Rabat et de la réunion des chefs d'état-major présidée par Gamelin le 17 juillet, mais aucune stratégie commune n'est définie à l'égard de l'Espagne, la Grande-Bretagne s'en remettant à la France. Les relations diplomatiques entre les deux pays restent très tendues dans un climat international préoccupant. Fin mars 1939, l'Espagne adhère au pacte anti-komintern et, le 31 mars, Jordana signe le traité d'amitié avec l'Allemagne, confirmant l'orientation de la politique.


Une "drôle de neutralité". Au mois d'août 1939, Franco procède à un remaniement ministériel. Jordana est remplacé aux affaires étrangères par le colonel Beigbeder, jusque-là, haut-commissaire au Maroc espagnol. En dépit de cette inclination de plus en plus marquée pour l'Allemagne, le conseil des ministres espagnol se prononce à l'unanimité le 25 août pour la neutralité. Les motifs de politique intérieure et une situation économique inquiétante semblent avoir prévalu. L'évolution des relations franco-espagnoles jusqu'en juin 1940 souligne pourtant les ambiguïtés de cette politique.
Pétain et Noguès se montrent soucieux. Ce dernier est l'observateur privilégié de l'accélération des préparatifs militaires au Maroc (en novembre 5 divisions, près de 80,000 hommes) et du regain de l'action des nationalistes marocains. A la fin de 1939, des articles de presse et des tracts très antifrançais sont introduits clandestinement dans le protectorat par les nationalistes arabes de Tétouan. Au Maroc espagnol, la jeunesse subit l'influence de l'Orient. De nombreux étudiants se sont regroupés en Palestine (Naplouse) et au Caire (Maison du Maroc) avec l'appui et grâce aux subsides des autorités espagnoles. Les influences sont réciproques avec le Moyen-Orient. Des agents allemands et italiens ont aussi influencé l'attitude antifrançaise des jeunes Marocains.
Le parti réformiste national d'Abdelqhalek Torrès préconise l'indépendance d'un Maroc scindé en deux zones, l'une "khalifienne", l'autre "sultanienne". Il s'appuie sur les postes Radio-Tétouan et Radio-Séville et son journal El-Horriya a adopté, dès le début du conflit, un ton violemment hostile à l'égard de la France. Mekki Naçiri (transfuge de la zone française), chef du Parti de l'unité marocaine, encouragé par les autorités espagnoles, préconise l'unité d'un Maroc libre dont le journal El Wahda el-Maghribiya (l'Unité marocaine) se fait l'écho ; il se livre à des attaques violentes contre le protectorat français. Des émissaires recrutent des mercernaires dans les tribus frontalières pour grossir les effectifs franquistes, avec la vague promesse d'une guerre libératrice qui réaliserait l'unité et l'indépendance du Maroc. Dans le Sud, les agents espagnols pénètrent dans la zone française par les enclaves d'Ifni et du Rio de Oro.
La forte communauté espagnole implantée au Maroc (20,000) et en Algérie (92,800) est aussi source de difficultés. Les Espagnols d'Oranie comptent une grande majorité de phalangistes. Les républicains espagnols réfugiés ont été regroupés, pour ne pas mécontenter Franco, sur ordre de Noguès en compagnies de travailleurs au camp de Relizane où ils sont employés à la construction de routes et de voies ferrées, dont celle de Bou Arfa-Kenadsa. A Oran, les phalangistes, nombreux, bénéficient du soutien actif du consul espagnol, Barnabé Toca.
A la détente consécutive à la déclaration de neutralité, succède à partir d'avril 1940 une "drôle de neutralité" selon la formule de Michel Catala, avec une accélération des préparatifs militaires au Maroc espagnol. Les renforts portent sur 13,000 à 15,000 hommes, un important matériel (15 batteries d'artillerie de DCA et matériels antichars, de l'armement moderne pour unités d'infanterie). Le corps d'occupation de près de 100,000 hommes est concentré sur la frontière et la côte, entre Tétouan, Ceuta et Tanger. Pétain, croyant à de l'intoxication, recommande la prudence à Noguès tout en lui demandant de rester vigilant aussi bien au Maroc espagnol qu'aux Béléares où les forces ont été aussi renforcées, le gouvernement français craignant que Franco n'ait consenti aux Italiens des avantages territoriaux. Informé de la volonté d'apaisement de l'Espagne, Noguès demande au commandant des troupes du Maroc d'éviter tout renfort de troupes à la frontière espagnole. Le 18 mai, alors que les armées sont en pleine retraite, Paul Reynaud offre à Pétain le poste de vice-président du Conseil, Robert Renom de la Baume le remplace alors à Madrid.
Le 12 juin, deux jours après la déclaration de guerre de l'Italie à la France, le colonel Morel, attaché militaire à Madrid, transmet au ministère de la Défense nationale le communiqué espagnol : "En raison de l'extension de la guerre à la Méditerranée, le gouvernement espagnol a décidé la non-belligérance de l'Espagne." La "non-belligérance" n'est pas la neutralité et rapproche l'Espagne du camp de l'Axe. Elle entend défendre ses positions, notamment au Maroc espagnol. Le colonel Beigbeder est favorable à la non-intervention de son pays, mais il est prêt à la monnayer avec la France contre des concessions au Maroc. L'évolution de la politique espagnole est nette, l'intensification des fabrications de guerre et la recrudescence des revendications territoriales se concrétisent.

L'occupation de Tanger. La question revient au premier plan des préoccupations du haut commandement français, comme du gouvernement britannique, avec l'entrée en guerre de l'Italie. Noguès met en garde le gouvernement contre l'occupation de Tanger par l'Espagne sans la participation française ou sans un mandat de la part de la France car se "serait une perte de prestige considérable auprès de la population indigène et du sultan".
Le statut de Tanger n'a pas vraiment été réglé entre les deux guerres. Une convention signée en 1923 entre la France, l'Angleterre et l'Espagne, mais sans l'Italie, accorde une position prépondérante à la France comme puissance protectrice, le mendoub (représentant du Sultan) lui est acquis et l'administration européenne (nommée pour six ans) relève de son autorité. En 1928, l'Italie est associée à la police de la zone, et la convention, renouvelée en 1935, confie le poste d'administrateur à l'Espagne ; mais la guerre civile en diffère l'exécution. La question resurgit en 1939, avec la reconnaissance de jure du gouvernement nationaliste de Franco, dont les ambitions coloniales portent directement sur l'Empire chérifien. L'entrée en guerre de l'Italie rend caduc l'accord tripartite de 1928 et Noguès suggère "le retour au statut d'Algésiras avec une forte présence française et une force espagnole d'importance à peu près égale". Le gouvernement anglais est opposé à une intervention depuis Gibraltar et préconise une offensive française sur le Maroc espagnol avec l'envoi simultané d'une force à Tanger tout en y associant l'Espagne.
Le 14 juin 1940, Tanger est occupé par les forces espagnoles. Jen-Claude Serres, consul à Tétouan, est informé le jour même par le général Ascensio, commissaire-résident au Maroc espagnol, de l'accord du gouvernement français, donné la veille à Madrid, sur l'occupation de Tanger à titre provisoire "pour aider la gendarmerie internationnale". Ascensio confirme également à Le Fur, l'administrateur français à Tanger, l'accord des autorités françaises. Soucieux de lever tout soupçon sur les intentions réelles de l'Espagne, un message lui est remis : "Alors que vient de s'effectuer l'occupation militaire de Tanger et de son hinterland par les forces de la méhalla khalifienne, au nom de S.M. le sultan du Maroc, et dans le seul but d'assurer la neutralité absolue de Tanger et de sa zone dans ces circonstances, il m'est agréable au nom de mon gouvernement de vous en faire part en précisant que cette occupation revêt un caractère provisoire et que seront respectés les droits des puissances intéressées et de tous les services établis."
Cette occupation a indéniablement pris de court les gouvernements anglais et français. Pour l'état-major français, préoccupé par le désastre militaire - le jour même, les allemands occupent Paris et deux jours auparavant l'Italie est entrée en guerre -, Tanger passe au second plan. Pour sauver la face, les autorités françaises ont accepté cette occupation et régularisé, après coup, la situation sur le plan diplomatique. L'ambassade d'Angleterre à Madrid réagit plus violemment. Les nationalistes marocains manifestent devant le consulat général français à Tétouan. Franco n'a pas improvisé cette opération. L'occupation de Tanger a bien été préparée dès avril 1940 par le renforcement considérable des moyens militaires au Maroc espagnol. Noguès redoute alors une offensive des Espagnols en zone française dans la région de Sebou, de l'Ouergha, de la voie ferrée Taourit-Oujda et met les troupes en état d'alerte.

Les revendications coloniales de l'Espagne. Les évènements se précipitent. Dans la nuit du 17 au 18 juin, les troupes espagnoles prennent position à la frontière. Le 19 juin, Franco informe Hitler de ses prétentions coloniales sur l'Oranie et le Maroc français en préparant l'entrée en guerre. Mais l'ambassadeur Lequerica transmet au gouvernement français des revendications plus modérées : cession des territoires des tribus des Beni Zeroual, au nord de Fès, et des Beni Snassen, à l'est d'Oujda. Le 24 juin, Noguès réagit violemment : "Toute cession de territoire à l'Espagne, sans combat, serait déshonorante pour la France et causerait, après l'occupation de Tanger, une nouvelle et plus grave blessure à l'amour-propre du Sultan et du peuple marocain. Les fusils partiront tout seuls et nous serons obligés d'aller au secours de nos tribus sous peine de nous retourner contre nous la totalité du Maroc." Ces revendications s'appuient sur une propagande active auprès des tribus frontalières. Le cheik de Tazouguert reçoit, le 18 juin, une lettre lui annonçant l'entrée imminente des forces forces espagnoles en zone française, l'invitant à se réfugier en zone voisine sous la menace de la confiscation de ses biens. Le 22 juin, le chérif de la zaouïa de Bou Brib, cédant aux sollicitations de la tribu des Beni Ahmed, passe en zone espagnole. Pour éviter de tels actes, les autorités françaises ripostent en détruisant les biens du transfuge.
L'attitude espagnole suscite bien des interrogations : Franco pense-t-il obtenir de Hitler la satisfaction de ses ambitions coloniales en monnayant son entrée en guerre aux côtés de l'Allemagne ? Il se déclare prêt à attaquer Gibraltar avec l'aide militaire allemande, mais Hitler n'y donne pas suite. A-t-il volontairement demandé le prix fort, pour être sûr du refus du Führer et ne pas entrer en guerre ? Les difficultés économiques de l'Espagne suffiraient à justifier sa non-belligérance. Néanmoins, elle profite de l'affaiblissement de la France pour étendre son influence. Lors des négociations d'armistice, Beigbeder insiste auprès de Robert Renom de la Baume, pour obtenir une cession de territoire en Afrique du Nord en ajoutant : "Mieux vaut que ce soit à l'Espagne plutôt qu'à l'Allemagne." L'attitude espagnole est ambigüe : la menace qu'elle exerce indirectement peut être assez forte pour inciter Noguès à suivre Pétain et accepter l'armistice."


 

Voir le Blog de Bruno Roy-Henry : cliquez ici


Re: ET si Pétain n'avait pas cédé ?

Nouveau message Post Numéro: 156  Nouveau message de umesemanini  Nouveau message 05 Juin 2010, 10:57

Document intéressant, qui démontre que la situation en Espagne n'était plutôt pas claire à la veille de l'arrivée des troupes allemandes à la frontière espagnole. Pourtant la question est, si elle n'aurait pas pu se clarifier, si la France continuait à se battre. Des sources allemandes et espagnoles paraissent de démontrer que la carte que Juán Vigón a transmis Hitler le 03/06 partait d'un point de vue, que les succès allemand en Europe de l'ouest offrirait l'opportunité de négocier les revendications espagnoles.

http://es.wikipedia.org/wiki/Juan_Vigon#cite_note-17


http://www.spiegel.de/spiegel/print/d-45143311.html



De là une position commune contre une France combattante ou se repliant en Afrique du Nord, engagée dans le cadre de l'“Anglo-French-Unity” est au moins envisageable

Cependant le scénario “Anglo-French-Unity” paraît tjs le plus réaliste. Comme cela une alternative à l'armistice aurait une date, le 16/06, et un programme. Et si on rajoute les personnes qui y auraient très probablement été au lieu de ceux qui sont été dans l'alternative négationiste (...donc pétainiste), il me paraît, malgré la position espagnole plutôt penchant vers l'axe, fort peu probable que tout se serait passé d'un manière pareille ou presque dans les deux cas. C'est pourquoi le 16/06 était un grand tournant, et ne pas seulement pour la France, mais pour toute l'Europe.


 

Voir le Blog de umesemanini : cliquez ici


Re: ET si Pétain n'avait pas cédé ?

Nouveau message Post Numéro: 157  Nouveau message de brehon  Nouveau message 05 Juin 2010, 11:10

Bonjour Umetc...,
umesemanini a écrit:Et si on rajoute les personnes qui y auraient très probablement été au lieu de ceux qui sont été dans l'alternative négationiste (...donc pétainiste), il me paraît, malgré la position espagnole plutôt penchant vers l'axe, fort peu probable que tout se serait passé d'un manière pareille ou presque dans les deux cas.
Je ne comprends rien à cette phrase. Il faut dire que je n'ai que Bac+3. :mrgreen:
Cordialement.
Yvonnick

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6867
Inscription: 14 Déc 2009, 15:45
Région: Bretagne
Pays: France

Voir le Blog de brehon : cliquez ici


Re: ET si Pétain n'avait pas cédé ?

Nouveau message Post Numéro: 158  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 05 Juin 2010, 11:54

Bonjour,
brehon a écrit:Je ne comprends rien à cette phrase. Il faut dire que je n'ai que Bac+3. :mrgreen:

Je dois dire que j'ai Bac+4 et ... le meme probleme que toi !
;)


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Re: ET si Pétain n'avait pas cédé ?

Nouveau message Post Numéro: 159  Nouveau message de umesemanini  Nouveau message 05 Juin 2010, 14:00

Je n'ai pas de bac (francais) le problème doit être là

Pardon d'abord: “Négocioniste” (en faveur de négocier avec les allemands) et ne pas négationiste!



Il s'agit de préciser un scénario alternatif possible, qui pourrait intervenir le 16/06, si au lieu de se charger avec la formation du gouvernement Pétain aurait quité le gouvernement, comme il l'avait initialement prévu. Au même temps cela veut dire que le propos Anglo-French Unity aurait gagné le support du gouvernement. Mais un remaniement du gouvernement était inévitablement, vu que Pétain (et avec lui probablement d'autres) seraient sorti... La prochaine étape serait alors de penser sur ce remaniement et les décision immédiates (1ère étape)


2ème étape: Après il faut mettre ce scénario en relation ac la position espagnole. Et là il ne me paraît pas improbable, que l'Espagne aurait éventuellement consenti à entrer dans la guerre à côté de l'axe ou au passage des troupes allemandes, si celui lui aurait été demandé. (Pour la suite du scénario cela soulève un certain nombre de question...)

3° étape: Il faut revenir en France et on Afrique du Nord, pour évaluer les conséquences de la décision espagnole


 

Voir le Blog de umesemanini : cliquez ici


Re: ET si Pétain n'avait pas cédé ?

Nouveau message Post Numéro: 160  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 05 Juin 2010, 14:18

umesemanini a écrit:Pardon d'abord: “Négocioniste” (en faveur de négocier avec les allemands) et ne pas négationiste!

Je dirais "negotiationniste".
Il s'agit de préciser un scénario alternatif possible, qui pourrait intervenir le 16/06, si au lieu de se charger avec la formation du gouvernement Pétain aurait quité le gouvernement, comme il l'avait initialement prévu.

Ca, c'est nouveau pour moi. Des sources a ce sujet ?
2ème étape: Après il faut mettre ce scénario en relation ac la position espagnole. Et là il ne me paraît pas improbable, que l'Espagne aurait éventuellement consenti à entrer dans la guerre à côté de l'axe ou au passage des troupes allemandes, si celui lui aurait été demandé. (Pour la suite du scénario cela soulève un certain nombre de question...)

Il manque un element essentiel dans ce scenario, a savoir Adolf Hitler qui n'avait strictement aucune envie de s'engager vers l'Afrique, l'oeil rive vers l'Est, vers le Lebensraum.
3° étape: Il faut revenir en France et on Afrique du Nord, pour évaluer les conséquences de la décision espagnole
Les consequences d'un eventuel repli en AFN des autorites francaises ne sont pas a evaluer a Madrid, mais a Berlin.


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers FRONT OUEST ET GUERRE TOTALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  GMC gazogène ? 
il y a 10 minutes
par: Patrick.Fleuridas 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la France 
Aujourd’hui, 01:26
par: Alfred 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Hier, 22:56
par: kfranc01 
    dans:  Médecin urgentiste 
Hier, 22:50
par: kfranc01 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Hier, 22:24
par: kfranc01 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Hier, 22:17
par: kfranc01 
    dans:  FCM2C Capturés par les Allemands. 
Hier, 20:29
par: alain adam 
    dans:  Quoi de neuf dans les kiosques ? 
Hier, 20:26
par: alain adam 
    dans:  trouvailles sur les sites de vente 
Hier, 19:21
par: brehon 
    dans:  lES ORGUES DE STALINE kATIOUCHA lANCES ROQUETTE 
Hier, 19:03
par: Andrée Balagué 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités


Scroll