Page 4 sur 4

Nouveau messagePosté: 20 Déc 2006, 12:54
de Imperator
Je tiens à citer une phrase de l'historien Phillippe Masson comparant la défaite de l'Empereur des Français Napoléon Ier à la campagne de Russie de 1811 et l'echec de l'invasion d'URSS d'Hitler durant la 2eme GM: "Par une ironie de l'histoire, au lendemain de l'echec de la bataille d'Angleterre de l'été 1940, Hitler en arrivera exactement à la meme conclusion (que Napoléon). Dans un cas comme dans l'autre, le sort de la lutte entre la puissance navale et la puissance terrestre se jouera dans les immenses étendues de l'Est sur un énorme coup de poker".

Pour comprendre cette citation, il me faut rappeller brievement l'histoire de Napoléon. Avant meme d'etre fait empereur, le Premier Consul de la France Napoléon mène une guerre sans merci contre son eternel ennemi, le Royaume d'Angleterre. Mais aprés Trafalgar, la Royal Navy a gagné la partie, elle est maitresse des mers et le débarquement en Angleterre avec la Grande Armée tant voulu par Napoléon est annulé. Napoléon adopte alors une autre stratégie , le Blocus continental. Mais bien vite, Napoléon , voyant son echec face à l'Angleterre, cherche la solution en Russie afin d'achever sa domination sur le continent. Comme vous le savez, cette campagne se terminera par un désastre (sur les 600.000 soldats partis en Russie, seul 300.000 en reviendront).

On peut donc facilement comparer l'histoire de Napoléon et d'Hitler à propos de la tentative d'invasion de l'Angleterre, qui faute de réussite, conduira à une tentative d'invasion de la Russie.

Nouveau messagePosté: 20 Déc 2006, 17:44
de Zgorzelsky
Imperator a écrit:(sur les 600.000 soldats partis en Russie, seul 300.000 en reviendront).


Erreur de zéro ? Ca serait pas plutôt 30 000 survivants ?

Zgorz

Nouveau messagePosté: 20 Déc 2006, 18:16
de Imperator
C'est exact, en fait selon les estimations, il y eu entre 20.000 et 50.000 survivants du coté français.

La Grande Armée etait constituée au début de la campagne de 691.500 hommes. Le gros de l'armée se compose de 450 000 Français, les alliés de la France formant le reste. En plus du corps d'armée autrichien détaché sous les ordres de Schwarzenberg, on comptait environ 95 000 Polonais, 90 000 Allemands (24 000 Bavarois, 20 000 Saxons, 20 000 Prussiens, 17 000 Westphaliens et quelques milliers venus de plus petits États rhénans), 25 000 Italiens, 12 000 Suisses, 4 800 Espagnols, 3 500 Croates et 2 000 Portugais. À cela s'ajoutent des contingents néerlandais et belges. Chaque nationalité du vaste empire napoléonien était représentée.

Désolé pour l'erreur...

Nouveau messagePosté: 20 Déc 2006, 18:55
de Zgorzelsky
Imperator a écrit:Désolé pour l'erreur...


Ya pas de problème ;) Même les plus "vénérables" d'entre nous en font (par exemple Prosper :P )

Zgorz

Nouveau messagePosté: 20 Déc 2006, 19:07
de Prosper Vandenbroucke
de quoi, comment, qu'est ce que c'est, on parle de moi :mrgreen:

Nouveau messagePosté: 22 Déc 2006, 23:56
de Galland Junior
On sait aussi qu'Hitler espérait un dénouement diplomatique avec l'Angleterre et le fait de "laisser s'échapper" le BEF à Dunkerque semble être un signe envers les britanniques (je ne vous veux pas de mal, mais laissez moi agir tranquillement sur le continent ou même mieux, aidez moi). On sait que des partis d'extrème droite étaient bien représentés outre-manche.

Lorsqu'il vit que les anglais refusaient de fléchir, l'invasion des îles britanniques semblait innéluctable. Goering promit d'écraser l'Angleterre sous les bombes de la Luftwaffe, mais la RAF mis en échec ses piétres plans (irréalisables d'après de nombreux pilotes allemands) et surtout les bombardements se concentrèrent en grande partie sur des cibles civiles plutôt que sur des objectifs militaires (bases aériennes, usines, radars...). La RAF aurait put être écrasée mais elle ne le fut pas et repoussa tous les assauts nazis. Partant de là, l'invasion devint une illusion...