Connexion  •  M’enregistrer

Les blindés républicains dans la guerre civile

Les blindés républicains dans la guerre civile

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Felipe del Rio  Nouveau message 19 Fév 2014, 20:17

Bonsoir,

Je voudrais partager avec vous un article de Jorge Pedraza Rojo paru dans le magazine d’histoire militaire " Serga " n ° 22 en Mars-Avril 2003, intitulée " les Blindés républicains dans la guerre civile " Le texte est une traduction et adaptation personnelles . Pardonnez pour mon pénible français.



L' armée républicaine pendant la guerre civile espagnole avait sur le champ de la guerre blindée une supériorité significative sur l'ennemi , qui , cependant, n’utilisa pas pour être exploité à sa pleine mesure . Les véhicules blindés soviétiques en service étaient le plus modernes de cette materiel dans le monde .


Image
Char d'origine français Schneider de las Juventudes Socialistas Unificadas (JSU)

Des effectifs jusqu'à l'arrivée des chars soviétiques

Au moment du coup d’état du 18 Juillet , la République pouvait avoir un assortiment d'éléments blindés basés principalement à Madrid où, parmi d'autres troupes sous son commandement, étaient les suivantes :
Le Régiment legère des chars de combat n ° 1 , composé d’ùne compagnie de services et commandament, deux bataillons de chars avec deux compagnies chacune , en fait, il y avait seulement cinq chars Renault FT17 avec mitralleuses Hochtkiss modèle 1914 de 7.7 mm .
Un Groupe d'auto- mitrailleuses à Aranjuez .Un détachement d’auto- mitrailleuses " Bilbao " de la Guardia de Asalto (Police militarisée urbaine) du Ministère de l’Interieur ( Ministerio de la Gobernación) , deux chars FT17 dont un du modèle italien Fiat 3000 affectés a l’École Central de tir et quatre chars Schneider servant dans le Parque d’artillerie à Madrid .
Pendant le 18 Juillet , tous ces effectifs ont resté totalement fidèls au gouvernement et à noter que dans le Régiment de chars , un groupe de sous-officiers arrêta au chef de l'unité, le colonel d’infanterie Angel Cuadrado, soupçonnant qu'il était avec les rebelles et les chars du régiment ont participé à l’écrasement des foyers de la rébellion , en soulignant en particulier, la prise du “Cuartel (caserne) de la Montaña” et la soumission du Régiment d’Artillerie a cheval site à Campamento, Madrid.
Après la défaite de l'insurrection à Madrid , les véhicules blindés ont été divisés . Donc , les chars du Régiment nº1 ont été incorporés dans la colonne du colonel Castillo , avec lesquels ils ont participé dans les violents combats pour la possession du “Alto del Leon” au nord de Madrid , où il a perdu l'un des FT 17 . Toutefois , sa performance a été éclipsée lorsque le 22 juillet tout le groupe d’automitralleuses a essayé de passer au champ rebelle, seulement 42 militaires d'entre eux l’ont reussi tandis que le reste a été arrêté et son chef, le commandant Teodulfo Gil Tejerizo, a été fusilé par les “milicianos”.


Image
Engin blindé "Bilbao"

En outre , les " Bilbao " et les autres chars ont été utilisés pour éliminer les poches de rebelles à Alcalá de Henares et à la province de Guadalajara .
Les " Bilbao " ont été destinés au front de la “Sierra de Madrid” ( le nord de la province) dans la colonne “Mangada” , qui s’illustra par un raid sur les arrières des rebelles dans les champs d'Avila et par la défaite infligée à la colonne rebelle du commandant Lisardo Doval .

En août , les chars Renault FT 17 ont été envoyés à Extrémadure avec deux " Bilbao " dans une compagnie de gardes d'assaut ( pólice militarisée), qui a participé à la défense de Mérida et Don Benito ( Badajoz) pas loin de la frontière du Portugal . Peu de temps après , le groupe a été transféré à la colonne “Jurado” , avec laquelle il a participé à la défense de Talavera de la Reina ( Tolède ) . Les tentatives ultérieures agiraient pour récupérer cette ville . Les chars se sont battus côte à côte avec huit " Bilbao " et cinq camions blindés , ayant un résultat négatif parce que les soldats de la colonne rebelle “Castejón” ont détruit un char et deux " Bilbao " .
La véritable catastrophe pour les blindés républicains a été dans la ville de El Bravo , où dans un unique combat, ont été perdu le reste des " Bilbao " qui passèrent à mains des “nacionales” et un camion protégé , ainsi que dans Arenas de San Pedro ( Avila ) et Maqueda ( Toledo ) où deux camions protégées ont été perdus . Après cette dernière action tous les blindés ont été relégués à des tâches défensives à Madrid .

Source du texte: Traduction et adaptation personnelles de l’ article de Jorge Pedraza Rojo paru dans le magazine d’histoire militaire " Serga " n ° 22 en Mars-Avril 2003, intitulée " les Blindés républicains dans la guerre civile ".
Source images:
http://www.guerracivil1936.com/web/inde ... Itemid=119

http://www.portierramaryaire.com/foro/v ... &sk=t&sd=a

Excusez-moi pour mon pénible français.
À suivre. Hasta otra.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 957
Inscription: 29 Nov 2012, 21:37
Région: La Rioja
Pays: Espagne

Voir le Blog de Felipe del Rio : cliquez ici


Re: Les blindés républicains dans la guerre civile

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Felipe del Rio  Nouveau message 21 Fév 2014, 19:18

Bnojour,


Le regroupement Krivoshein

Le 15 octobre 1936, arriva à Cartagena le navire marchand soviétique “Konsomol” avec la première cargaison de chars soviétiques T-26 destiné à l’armée républicaine et de l'équipe militaire soviétique dirigée par le capitaine Dankos formé par l’équipage des chars et le personnel de maintenance .
Tout au long du mois d'octobre est arrivé à Carthagène , Alicant et Barcelone plus de cargaisons de chars et d'autres blindés . Ainsi , vers la fin du mois , il y avait 105 chars T-26 dans la zone républicaine 35 véhicules blindés de reconnaissance BA -6 et 30 automitrailleuses FA-1. Tout ce matériel a été envoyé à la ville de Archena (Murcia) , où on voulait installer la future base de chars de combat et l'école des blindés.
Archena a été choisie pour accueillir la totalité de la force blindée parce qu'il avait une importante station balnéaire avec des hôtels et d'autres installations qui pourraient abriter la caserne , une école militaire , des ateliers d'entretien et un hôpital . En outre, un champ de tir a été établi dans une champ à proximité de la ville de Pliego et les pratiques de conduite ont été réalisées à Villanueva del Segura .
Une équipe de 50 conseillers militaires soviétiques de l'école des blindés d’Ulianovsky (Bélarus ) et dirigé par le colonel S.M. Krivoshein prendre soin à la fois de l'instruction des futurs membres des équipages espagnols de chars , et comme de son leadership tactique dans le combat , jusqu'à ce que les espagnols pourraient comattre par eux-mêmes.. De plus , toutes les tâches d'organisation et de logistique de la base seraient en charge du personnel des anciens Régiment de chars légers n º 1 . En fait , la tête du régiment , le lieutenant-colonel Sánchez Paredes , est devenu le chef de la base .

Image
Auto-canon BA-6

Les futurs membres d'équipage des chars République ont été recrutés éntreles chauffeurs de taxi, les camionneurs et les chauffeurs d'autobus à Madrid et Barcelone . Son instruction était très problématique dès le début , parce que les instructeurs soviétiques ne savaient pas parler l'espagnol et n'avait pas d'interprètes qui pourrait assurer la liaison avec les espagnols . Cela signifie que, souvent, les élèves espagnols et les intructeurs soviétiques devaient se communiquer par gestes .
Impossible d'arrêter la progression des colonnes de l'armée soulevé , l’Haute Commandament républicain haute décida d'utiliser les chars soviétiques , bien qu'ils n'aient pas terminéi la formation des équipages . Ainsi, il était possible qu'une compagnie de 14 chars , commandé par le capitaine letton Paul Arman puisse participer dans contre-ataque conçu pour encercler les colonnes rebelles qui marchent sur Madrid d'Estrémadure , coupant les routes derrière eux de Toledo et Estrémadure . Cette manœuvre devait être exécuté par un groupe formé par la brigade " Lister " et colonnes " Ulibarri " et " Burillo " évidemment, en plus, de ladite compagnie de chars. La mission des chars était l'occupation , avec l'appui de l'infanterie ,de la zone comprise entre Seseña et Borax qui menacait les communications de Madrid à Alicante, Murcia , La Mancha et Andalousie .

L'attaque a commencé à l'aube du 29 octobre et la compagnie d’ Arman est partie de la Cuesta de la Reina et se dirigea d’abord à Seseña , où elle a pris par surprise aux troupes nationales qui s'y trouvaiet ent , qui croyaient que les chars étaient italiens (en fait un capitaine s'approcha d'une des chars pour leur demander ) . Cela leur a permis de semer la mort et la destruction , mais sur la place principale du village a été perdu un char republicaine par le lancement d'explosifs à l'intérieur du véhicule.
Ensuite, les chars sont allés à Esquivias , où ils ont trouvé une forte résistance de la colonne " Monasterio " , qui avait aux alentours de la ville une batterie d'artillerie de 75 mm qui a détruit l'une des chars . Après quatre heures de combats acharnés , les chars se sont retirés vers Borox pour revenir plus tard à Seseña , où les défenseurs ont été en attente des blindés avec des bouteilles d'essence . Cette action allait être la première utilisation documentée des fameux cocktails “Molotov " avec qui ont détruit un char et deux autres ont été touchés mais peu après récupérés .

En conclusion , nous notons que le raid contre Seseña ne peut pas être considéré comme un succès , parce que le plan con était que l’infanterie de Lister devait marche après les blindés pour occuper les villages, mais ce n'a pas été fait , et les chars ont préfèrét agir sur leur propre critère et finalement se sont retirés les mains vides que, comme nous allons le voir , ce serait une constante tout au long de la guerre dans le camp républicain .

Cependant l'action de Seseña a eu ses conséquences positives , parce que, pour commencer, a retardé d'au moins deux jours , l' avancée des rebelles , dans la mesure qui favorisent une autre tentative de contre-attaquer ,elle a également évité la redouté rupture des communications entre Madrid et la partie sud de la zone républicaine , et surtout , a soulevé l’ effondrement de la moral des troupes gouvernementales depuis le début de la guerre ont été à pied d'une défaite à la catastrophe.

Avec la nouvelle contre-attaque planifiée visait à écraser les forces rebelles situées entre Pinto , Fuenlabrada , Arroyomolinos , Griñón et Torrejón de Velasco , poussant , avec l'aide de la brigade de Lister vers où étaient les colonnes de Uribarri et Burillo. Pour cette occasion, le groupe Krivoshein a été renforcée par un bataillon commandé par le capitaine espagnol Carlos Barrera Fauri , composé de trois compagnies de chars et une de camions blindés avec des équipages espagnols et dirigés par les Soviétiques.

Image
Char republicain T-26 B

La nouvelle-contraataque, lancée le 3 novembre , allait également d’avoir des conséquences désastreuses . Le groupe initial dirigé par Krivoshein a pris une fausse route qui les a conduit à Valdemoro près du lieu où ils étaient ataques par une batterie de l’artillerie nationale qui a détruit deux engins . Au contraire, Sauri a réussi à prendre Torrejón de Velasco , où il a remporté cinq canons rebelles sur le point d’être positionnés. Mais comme dans Seseña , l’infanterie a resté derrière les chars qui étaient dans une position défensive maladroit avec l’ artillerie des rebelles en leur harcelant . Enfin , la nuit , un groupe de soldats marocains a rejeté la section de chars qui occupait la ville, après avoir détruit deux véhicules avec de grenades.Après deux attaques infructueuses, le groupement Krivoshein a participé à des combats défensives dans les villes du sud de Madrid: Leganés , Getafe , Fuenlabrada , Alcorcón , Móstoles , perdant quatre autres chars , l'un d'eux pris à Móstoles.

Pendant la bataille de Madrid , le groupe a été attachée comme une réserve opérationnelle de l'Etat-major Central , et il a été déployé entre Madrid et San Martin de la Vega , également on avait formé une base logistique à Alcalá de Henares . A cette époque , à Madrid , il y avait une réserve blindée de 60 chars et 20 véhicules blindés , en ajoutant les voitures soviétiques avec des chars Renault de l'ancien Régiment de chars nº1 et les voitures blindées de la Guardia de Asalto , qui ont été reservés à taches défensives. Les chars soviétiques ont été utilisés comme force de contre-attaque dans les terraines critiques de la défense , comme la Cité universitaire , le Pont des Françaises , el “Cerro de los Ángeles ou “La casa de Campo”, sur toutes ces occasions , les engins devaient appuyer l'infanterie , et ont été mis au défi d’agir sur un terrain qui, souvent, faisait d'eux des cibles faciles pour l'artillerie ennemie.

En Décembre , le regroupement Krivoshein a été dissoute pour faire place à la nouvelle brigade blindée qui se formait à Archena (Murcia) sous le commandement du major général soviétique Dimitri Pavlov. Ainsi, les compagnies qui composaient le groupe ont été transformées en unités indépendantes affectées à d'autres fronts, comme Aragon, Andalousie , Estrémadure , etc et à les Brigades internationales . Ces nouvelles unités ont déjà été composées principalement de soldats espagnols , puisque les conseillers militaires soviétiques ont été rapatriés en URSS ou transférés à la nouvelle brigada.

Source du texte: Traduction et adaptation personnelles de l’ article de Jorge Pedraza Rojo paru dans le magazine d’histoire militaire " Serga " n ° 22 en Mars-Avril 2003, intitulée " les Blindés républicains dans la guerre civile ".
Source images:
http://gagomilitaria.blogspot.com.es/20 ... en-el.html
http://www.lasegundaguerra.com/viewtopic.php?t=2658


À suivre. Excusez pour mon pénible français. Hasta otra.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 957
Inscription: 29 Nov 2012, 21:37
Région: La Rioja
Pays: Espagne

Voir le Blog de Felipe del Rio : cliquez ici


Re: Les blindés républicains dans la guerre civile

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Felipe del Rio  Nouveau message 22 Fév 2014, 20:47

Bonsoir,

Un peu plus.

La brigade Pavlov

La brigade blindée ou brigade de chars de combat a été officiellement créé et organisée le 6 décembre 1936 avec 56 chars de combat et 68 blindés nouveaux arrivants de l'Union Soviétique et avec équipages exclusivement Soviétiques . Peu à peu , ils ont été remplacés par des équipages espagnols , alors qu'ils ont reçu assez de matériel pour former les unités suivantes :
Quatre bataillons de chars de combat .
Un bataillon de camions blindés .
Un bataillon de transport .
Une compagnie de motards .

Comme le regroupement Krivosheim, la brigade blindée a été utilisé comme réserve operative qui avait pour mission de ramener le poids de la contre-offensive républicaine contre l’avance “national” sur Madrid . Ce rôle a été joué pendant les combats au long de la route de La Corogne en janvier 1937, et dans les batailles de Jarama et de Guadalajara .
Dans ces combats , l’ action de la brigade a été décisif pour les attaques des rebelles et des Italiens , dans le cas de Guadalajara , aient ét´soldées par un échec . Toutefois , la brigade a été mal utilisé à parce que les chars agissaient simplement comme soutien d'infanterie , selon les enseignements de la Première Guerre mondiale , alors que les T- 26 tanks ont été conçus pour la guerre de mouvement .
Ainsi, il est arrivé que les chars optaient souvent pour agir sur leur propre , en ignorant complètement l'infanterie , et sans suivre une approche stratégique classique . Ainsi , ce qu'ils ont fait c’était causer de lourdes pertes aux forces ennemies, mais sans obtenir aucun avantage stratégique alors ils se retiraient une fois terminé leur carburant.

Une exception est, peut-être, la bataille de Guadalajara , développé en mars 1937, elle a été le seul moment de la guerre dans l'armée républicaine a agi avec l'habileté et de l'expertise dans la guerre blindée . La cause doit être recherchée en ce qu'il a été une occasion unique d'infliger une défaite militaire à une armée fasciste , qui a contribué à réduire les différences entre les généraux républicains.

Donc , ce qui s'est passé , c'est que toutes les armes ont coopéré de façon très efficace . Une fois après que l'artillerie et l'aviation republicaines ont détruit les bateries italiennes et les lignes de communication, les véhicules blindés se sont précipités en masse pour percer les positions italiennes à Brihuega avec un ritme constant et bien coordonné par l'infanterie , formés par les vétérans divisions de Lister et de “El Campesino” avec les Brigades internationales .

L'infanterie a été chargée d'enlever toutes les poches de résistance à la traîne. Le CTV a été sauvé du complet anéantissement que par l'étroitesse des généraux républicains , qui ont permis par, conservatisme tactique , que les Italiens puissent se retirer . Cependant , Guadalajara était une grande victoire pour la République , qui a non seulement causé une grande joie parmi les partisans du Front Populaire , mais aussi dans la zone “nacional” qui vit avec une grande mépris l’arrogance et l'incompétence avec laquelle les Italiens agisaient .

Image
"Carrista" russe (à gauche) de la Brigade "Pailov" et "carrista" italien du C.T.V.

Après le succès de Guadalajara , une grande opportunité pour la brigade blindée aurait lieu lors de la bataille de Brunete , dans laquel l'armée républicaine a concentré rien de plus et rien de moins que 150 chars de combat et 50 véhicules blindés . Cependant , les problèmes qui sont survenus dans d'autres batailles réapparurent, seulement qu’ici se s’ont répété mais sur une plus grande échelle . Toute cette masse d’engins a été utilisé suivant la doctrine classique que les véhicules doivent être simples auxiliares de l’infanterie. Ainsi, les engins ont été regroupés en bataillons de 35 à 40 véhicules , et ils ont été attachés de façon organique à chacun des corps d'armée , plutôt que de les utiliser tous ensemble comme un élement de la rupture du front ennemi . Et en plus, on n’a pas fait la moindre tentative pour coordonner avec l'infanterie.

À la suite de ces démarches , les chars ont à nouveau attaqué sur leur propre, jusqu'à l’infanterie était trop loin derrière, peu après ont été inmovilisés, étant en proie à l’artillerie de l'ennemi ou de petits groupes de canons anti-chars qui avaient dans toutes les villages attaquées au cours de cette offensive et contre laquelle les engins ne savaient pas comme agir . L' issue de cette bataille pour les troupes républicaines entraîna la perte de 159 chars, dont 18 ont été capturés par l'ennemi , le tout sans compter les 46 qui ont été endommagés , mais qui ont été en mesure de récupérer .

En août 1937 , les unités blindées républicains auraient leur dernière chance offensive qui devait prendre fin avec la prise de Saragosse et, par conséquent , avec l’abandon de l'offensive nationale dans le nord . Cette fois , les forces assaillantes ont été regroupées en colonnes motorisées, où les unités et véhicules blindés ont alterné avec de l'infanterie , de l'artillerie et des ingénieurs , qui devaient converger dans un mouvement d'encerclement sur la ville de Saragosse . Mais ce qui s'est passé , c'est que le commandament républicain , comme cela s'est produit à Brunete , avait un sentiment d’insecurité pour laisser des populations enemies dans leurs arrières, comme Codo, Mediana et Belchite. Donc, le commandament décida que leur priorité devrait être d’éliminer ces poches. Mais ce changement de plans, grâce à une forte résistance de la part des hommes qui défendent les ces villages, les “milicianos” carlistes et falangistes, qui ont longtemps résisté à des forces supérieures avant de succomber , a donné du temps pour que le commandament “nacionaliste” ait pu envoyer des renforts rapidement à la zone de danger sans avoir suspendre son propre offensive au nord d’Espagne.

Source du texte: Traduction et adaptation personnelles de l’ article de Jorge Pedraza Rojo paru dans le magazine d’histoire militaire " Serga " n ° 22 en Mars-Avril 2003, intitulée " les Blindés républicains dans la guerre civile ".

Source image:
http://miniaturasmilitaresalfonscanovas ... la-vi.html

Excusez-moi pour mon pénible français.
À suivre. Hasta otra.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 957
Inscription: 29 Nov 2012, 21:37
Région: La Rioja
Pays: Espagne

Voir le Blog de Felipe del Rio : cliquez ici


Re: Les blindés républicains dans la guerre civile

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Felipe del Rio  Nouveau message 24 Fév 2014, 14:58

Bonjour,

Un peuplus encore.

La Division d’Engins blindées

Après l'échec de Brunete, les forces blindées de la République ont subi une profonde transformation , contribuant à ça le fait que la plupart des membres des équipagse de chars soviétiques ont été rapatriés après la bataille , afin de tenir compte à leurs supérieurs quant à la viabilité de la guerre blindé .
De ce fait, la División de Ingenios Blinados (Division d’Engins Blindés) créée en Octobre 1937, sera une unité complètement espagnole dirigée par le colonel Sánchez Paredes .
La composition de cette grande nouvelle unité est :
La Brigade de chars, maintenant dirigée par le lieutenant-colonel Julio Parra Alfaro .
La Brigade blindée: Il s'agissait d'une unité formée dans la ville de Cuart de Poblet et placé sous le commandement du colonel Enrique Navarro Abuja . Il était composé de trois bataillons , neuf auto-canons et 23 auto- mitrailleuses chacun.
Le Régiment de Chars lourds: Ce fut la seule unité soviétique qui était dans la division , et c'était une unité ultra-secrète expérimentale qui visait à tester le nouveau char de combat soviétique BT- 5 , mieux blindé et plus rapide que le char T-26 . Le chef de cette unité était le colonel S. Kondraiev . Les équipages de ce régiment n'ont pas été formés que par soviétiques , mais aussi pour les anciens combattants des Brigades internationales compétentes en chars de combat .
Une brigade d'infanterie .
Une compagnie d'artillerie antichar

Image
Char sovietique BT-5 de la Republique

Malheureusement pour la nouvelle division , leur formation était trop tard , car à cette époque le haute commandement républicain avait perdu la foi dans les nouveaux concepts de la guerre blindée , reléguant , en permanence, dans les chars de combat au rôle de simples auxiliaires de l’infanterie . En outre , il n'y avait pas de commandants soviétiques qui pourraient convaincre leurs homologues espagnols sur les vertus et les avantages de ce type de guerre , pace que la plupart d'entre eux avaient été appelés à Moscou .

Même si , presque comme un adieu , en octobre de 1937, les Soviétiques ont lancé un dernier assaut blindé , à titre expérimental , l'assaut sur la ville de Saragosse, Fuentes de Ebro , autour de laquelle il y avaitt un camp retranché réel . Le plan a été lancér le 11 de ce mois, une attaque frontale par surprise , dans lequel chacun des 40 chars attaquants sur leurs côtes amenaient une section d'infanterie . L' unité choisie était le 25º bataillon espagnol de la 15 ème Brigade internationale , composées de jeunes Catalans récemment rejoint les rangs , qui ne savait même comment utiliser un fusil . La tâche qui leur a été confiée était de détruire toutes les positions anti-chars qui pourraient mettre en danger aux blindés . Le résultat de cette action a été un désastre , car en raison de la boue et le feu des canons Pak 37 “nacionales” seulement 12 engins ont quitté le lieu , tuant toutes les recrues qui ont été assignés à la mission .

A cette époque , on voit le déclin définitif des unités blindées . Les Régiment de Chars lourds était de plus en plus espagnol, tandis que le nombre de vehicules participants a été réduit dans les opérations suivantes et a augmenté le nombre compagnies indépendantes qui seraient attachées aux meilleures divisions d'infanterie .Toutefois , la Division d’Engins Blindés continua à exister en tant que partie de l'armée de manœuvre , elle va a prendre part à la bataille de Teruel , où elle perdra 50 chars sur un total de 124 engins , et dans le retrait d'Aragon en 1938 , qui perdrera tous ses chars BT- 5 .

Ces pertes , conjuguées à la baisse des livraisons d'armes soviétiques , réduisent le parc blindé républicain en 1938 à environ 250 chars et un nombre similaire de blindés .
Quand en juin 1938 on fait la réorganisation de l'armée de la République en deux Groupes d'Armées , la Région Rentrale ( GERC ) et Région de l'Est ( GERO ) , la Division d’Engins Blindés est divisé en deux, afin que pourrait être une répartition équitable des unités blindées dans chaque Groupe d’Armée .

La división attachée au GERO , commandée par le major Juan Ibáñez Lugea , était composée de deux brigades blindées . La 1ª Brigade avait un bataillon blindé, plus une compagnie indépendante de chars et un bataillon d’infanterie de soutien . La deuxième brigade , un bataillon, en plus d'une compagnie indépendante de chars et trois compagnies de blindés En tout, chaque brigade avait environ 40 charss et 40 véhicules blindés .

La division attachée au GERC , dirigé par Sanchez Paredes , était plus puissante , car elle est composée de trois brigades blindées , des chars, des voitures blindées et une de trains blindés. Mais compte tenu, de l'immensité de la zone occupée par ce Groupe d'Armées , les brigades étaient très dispersés , car ils ont été répartis entre les armées du Centre , Andalousie , Estrémadure et de Levante .

Image
T-26 B de la Republique "transport" de l'infanterie.

Toutefois , la participation des blindés est de moins en moins important, car il commence à se faire sentir la pénurie de carburant et de pièces de rechange . Cependant , le fait essentiel est que l'aide soviétique ralentit , de sorte que les pertes qui se produisent ne peuvent être satisfaites .
La dernière grande implication dans la guerre blindée se produise dans la bataille de l'Ebre , mais seulement en tant que simple auxiliaire de l’infanterie , qui est le facteur décisif dans ce combat .

Après l'Ebre , le nombre de chars diminue encore plus , parce que les engins endommagés et ceux sans carburant sont abandonnés par leurs équipages. Le moment le plus tragique de ces vehicules se produit dans les derniers moments du conflit , lorsqu'ils sont engagés dans des affrontements fratricides entre républicains , causées par la révolte de la Cinquième Colonne à Cartagena et le coup d'Etat du colonel Casado, à Madrid.

Pourtant, de 1 avril de 1939, la République conservait 150 engins en bon état .

Source du texte: Traduction et adaptation personnelles de l’ article de Jorge Pedraza Rojo paru dans le magazine d’histoire militaire " Serga " n ° 22 en Mars-Avril 2003, intitulée " les Blindés républicains dans la guerre civile ".

Source images:
http://www.elgrancapitan.org/foro/viewt ... 4&start=60
http://tanquesyblindados.blogspot.com.e ... es-bt.html

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 957
Inscription: 29 Nov 2012, 21:37
Région: La Rioja
Pays: Espagne

Voir le Blog de Felipe del Rio : cliquez ici


Re: Les blindés républicains dans la guerre civile

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Felipe del Rio  Nouveau message 24 Fév 2014, 15:23

Bonjour,

Et pour finir.

Annexe

Auto-blindés importés par la Republique

Modèle: FA-1 fabriquant: Izhorskiy Reçus: en 1936-37 nº d’unités: 60 aprox.
Modèle: BA-3/BA-6 fabriquant: Izhorskiy Reçus: en 1936-37 nº d’unités: 75-100 aprox.

Chars de combat importés par la Republique

Modèle: T-26B Reçus: en 1936-38 nº d’unités: 281
Modèle: BT-5 Reçus: en 1937 nº d’únités: 50
Modèle: Renault FT-17 Reçus: en 1936-37 nº d’unités: 32

Image
Auto-blindé FA-1

Arrivées des chars T-26B

Date: 12-10-36 navire “Konsomol” nº de chars: 50 (commandant Krivoshein)
Date: 30-11-36 navire “Cabo Palos” nº de chars: 37 (commandant Pavlov)
Date: 30-11-36 navire “Mar Caribe” nº de chars: 19
Date: 06-03-37 navire “Cabo Santo tomé” nº de chars: 60
Date: 08-03-37 navire “Darro” nº de chars: 40
Date: 07-05-37 navire “Cabo Palos” nº de chars: 50
Date: 13-03-38 navire “Gravelines” nº de chars: 25 (les derniers chars reçus)
Total des chars T-26B reçus par la Republique 281

Source du texte: “Armas y uniformes de la GCE” Ed tikal, auteurs: Lucas Molina Franco y José María Manrique García.

Source image:
http://modelsdesign.blogspot.com.es/201 ... chive.html


À bientôt. Hasta otra.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 957
Inscription: 29 Nov 2012, 21:37
Région: La Rioja
Pays: Espagne

Voir le Blog de Felipe del Rio : cliquez ici


Re: Les blindés républicains dans la guerre civile

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de gernika  Nouveau message 01 Mar 2014, 12:05

Image
Les Etats n'ont pas d'amis, ils n'ont que des intérêts.
W. CHURCHILL

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 987
Inscription: 02 Déc 2010, 12:39
Région: bayonne
Pays: france

Voir le Blog de gernika : cliquez ici


Re: Les blindés républicains dans la guerre civile

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Alfred  Nouveau message 10 Mai 2014, 20:40

Il y a quelques temps,j'ai vu sur le net une série de photos du début de la guerre civile à Madrid,Les républicains sont intervenus contre le soulèvement d'une partie des militaires nationalistes avec des chars "st Chamond" dont certains sont tombés en panne....

vétéran
vétéran

 
Messages: 1509
Inscription: 21 Aoû 2011, 14:41
Région: Litus saxonicum
Pays: Grande Bourgogne

Voir le Blog de Alfred : cliquez ici


Re: Les blindés républicains dans la guerre civile

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Didier  Nouveau message 10 Mai 2014, 20:50

Alfred a écrit:Il y a quelques temps,j'ai vu sur le net une série de photos du début de la guerre civile à Madrid,Les républicains sont intervenus contre le soulèvement d'une partie des militaires nationalistes avec des chars "st Chamond" dont certains sont tombés en panne....


Des Schneider CA1 pas des Saint Chamond. ;)

Didier

vétéran
vétéran

 
Messages: 6965
Inscription: 23 Sep 2013, 10:50
Localisation: Mouthiers sur Boëme
Région: Charente
Pays: France

Voir le Blog de Didier : cliquez ici


Re: Les blindés républicains dans la guerre civile

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de ulysse57  Nouveau message 15 Mai 2014, 18:48

Tout d'abord un très grand merci à Felipe pour cette montagne d'information !!!

Maintenant il est clair que l'utilisation des blindés en Espagne est tres eloignée de celle qui sera faite en France ( ou bien même des manoeuvres à Kazan ).


 

Voir le Blog de ulysse57 : cliquez ici


Re: Les blindés républicains dans la guerre civile

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de gernika  Nouveau message 10 Avr 2018, 20:19

Image
char Trubia naval
Les Etats n'ont pas d'amis, ils n'ont que des intérêts.
W. CHURCHILL

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 987
Inscription: 02 Déc 2010, 12:39
Région: bayonne
Pays: france

Voir le Blog de gernika : cliquez ici



Retourner vers LES REPUBLICAINS




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  antenne du consulat américain à Lyon 1942-1944 
il y a 5 minutes
par: pierma 
    dans:  L'armée polonaise 1939-1945 
il y a 8 minutes
par: iffig 
    dans:  Marceline Loridan-Ivens 
il y a 9 minutes
par: pierma 
    dans:  Jean Piat 
il y a 18 minutes
par: Jumbo 
    dans:  mein kampf 
il y a 31 minutes
par: betacam 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Aujourd’hui, 12:42
par: iffig 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Aujourd’hui, 12:35
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Hitler 
Aujourd’hui, 12:27
par: JARDIN DAVID 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Aujourd’hui, 11:29
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  trouvailles sur les sites de vente 
Aujourd’hui, 10:31
par: iffig 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Scroll