Connexion  •  M’enregistrer

Les rapports des nationalistes avec leurs alliés

Plus de 70 ans après la fin de la Guerre d'Espagne, ce conflit continue à hanter les mémoires. Aux cris de "No Pasaran !" pour les Républicains et "Viva la Muerte" pour les Nationalistes, des combats préfigurant la Seconde Guerre Mondiale ont déchiré un pays. Ce forum est destiné à connaitre les protagonistes des deux camps et aussi à comprendre comment un pays a pu sombrer dans la guerre civile.
MODÉRATEUR: iffig, alfa1965

Les rapports des nationalistes avec leurs alliés

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de fbonnus  Nouveau message 17 Juil 2013, 18:22

L'aide militaire des allemands et des Italiens ne fut pas sans créer des problèmes au sein même du camp nationaliste. Farouchement susceptible, le tempérament espagnol acceptait mal cette intrusion étrangère, pourtant demandée, dans sa tragédie.
L'arrogance et les exigences des nazis allemands, l'importation de leur cruauté méthodique, la fantaisie des soldats italiens et l'esprit matamore de leur état-major fasciste, ces divers éléments n'étaient pas de nature à susciter des rapports de sympathie entre les Espagnols et leurs alliés politico-militaires.

Les espagnols sont donc d'un naturel susceptible. Ils supportent les Allemands, sans plus, et encore malaisément. L'envoyé du Führer, le général Faupel, agace souvent par son arrogance. C'est un militaire à la prussienne; on lui trouve de la morgue et du mépris. Le fait est qu'il critique ouvertement la façon dont les opérations sont conduites. Les rapports qu'il a adressés à Berlin ont été retrouvés dans les archives secrètes du Reich. Ils frappent par leur ton hautain. leur auteur écrit crûment qu'on ne peut avoir aucune confiance dans le succès des nationalistes, que leur façon de mener le combat, que leurs lenteurs, leurs atermoiements sont tels qu'ils finiront par être battus ... Bref, le dénigrement est systématique.

le général Faupel, envoyé du Führer (photo : keystone)

 

De plus, les nazis, en échange de l'aide apportée, prétendent à l'octroi de privilèges économiques. ils réclament que leur soient reconnus un certain nombre de droits préférentiels. les Espagnols s'y refusent; ils repoussent toute disposition pouvant tant soi peu hypothéquer le patrimoine national. Pour y couper court, Franco, le 9 octobre 1937, rend un décret portant :

- 1 : Annulation des concessions minières signées depuis le 17 juillet 1936;

- 2 - Limitation des investissements étrangers, qui ne devront pas dépasser le quart du capital social des sociétés intéressées;

- 3 - Obligation d'une direction entièrement espagnole.

 

Ces mesures sont accueillies à Berlin avec le plus grand mécontentement. Hitler proteste. Il fait effectuer à Burgos des démarches, suivis de discussions tournant parfois à la dispute. Si les relations avec les Allemands sont aigres, celles avec les Italiens sont mauvaises. Ces deux peuples que beaucoup de choses devraient, semble t-il, rapprocher, se trouvent, en fait, séparés par de profondes divergences de caractère. Les Italiens sont volontiers exubérants; ce sont des méridionaux; ils détonnent dans une Espagne foncièrement nordique et que seule une erreur de la géographie a placée au sud de l'Europe. les deux races sont en état d'antinomie, donc de heurt. Leurs contacts sont acides.

Trop d'Italiens habitués à une vie facile sont allés en Espagne comme à une partie de chasse. Surtout, cette guerre n'est pas la leur. On ne peut leur demander d'y mettre le même cœur que les intéressés. Nous touchons là à la faute fondamentale de la politique mussolinienne. Par obsession du prestige national, le Duce demande trop à ses compatriotes, aussi les dits compatriotes le suivent-ils de plus en plus mal. Hier l'Ethiopie, aujourd'hui l'Espagne, demain l'Albanie ... les gars de Florence ou de Naples comprennent de moins en moins.

 

Toujours est-il que la mésintelligence est constante. Ciano, dans ses carnets, est le reflet des plaintes qu'il reçoit. le 1er juin 1938, il écrit : "Je télégraphie qu'on retire nos unités de Saragosse et qu'on envoie quelques bataillons en ligne. Nos troupes sont maintenues au repos depuis plus de quarante jours. D'après les nouvelles reçues, il semble que cela ne fasse pas bonne impression de voir dans les villes les forces italiennes courir les cabarets et les bordels, tandis que les Espagnols livrent une dure bataille"

Le 8 juin, il avait noté : "Le général Gambara nous signale un différent entre notre commandement et le commandement espagnol, un des innombrables différends. Une partie de la responsabilité revient peut-être aux Espagnols, cependant les nôtres ne sont pas non plus exempts de fautes. Ils montres fréquemment une intolérance provinciale, ils manifestent un entêtement, lesquels s'expliquent par l'ignorance de l'étranger qu'ont souvent nos officiers"

Le 17 octobre : "Franco a hâte de se débarrasser de nos soldats; il ne désire conserver que l'aviation et l'artillerie; il est jaloux de nos succès actuels et il craint nos succès futurs".

Enfin, voici ce que, dans un rapoort à Berlin, en dit l'Allemand Stohrer, le 3 décembre 1937 : "L'attitude et le comportement des officiers et des troupes fascistes provoquent un croissant mécontentement, non seulement dans les milieux militaires ou politiques, mais encore dans toute la population espagnole. On peut même dire qu'au Grand Quartier général on en a franchement assez de l'aide militaire Italienne toute entière. La glorification démesurée des faits d'armes italiens, la présomption des chefs, la conduite des hommes au front, surtout au cantonnement, la contrebande des marchandises à laquelle se livre cette armée, sans compter d'autres abus, tout cela indispose les Espagnols chaque jour davantage contre les Italiens ... Des témoins oculaires m'ont informé qu'une scène de violence s'était produite entre Franco d'une part, l'ambassadeur Cantalupo et le général Bastiani d'autre part. Il est également arrivé au Caudillo de parler en termes méprisants de l'aide reçue de Rome; il sen est exprimé au commandant de la Légion Condor. A différentes reprises, il s'est plaint de l'échec d'opérations qu'il a imputé aux contradictions des chefs militaires italiens, à leur souci de gloriole, à leurs préoccupations de vanité".

 

Même si les relations sont aigres, les Espagnols ont besoin de la légion Condor

(photo Arch)

 

Stohrer, pourtant, n'a guère de raisons d'insister : Allemands ou Italiens, les Espagnols les englobent dans une même antipathie. Le 19 avril 1938, à Burgos, au cours d'un banquet, le général Yaguë traite les uns et les autres de "bêtes de proie". Cette algarade lui vaut d'être frappé de quinze jours d'arrêts.

C'est visiblement une règle de l'histoire : les interventions étrangères dans un conflit intérieur tournent généralement fort mal. Il est rare qu'elles profitent à leurs auteurs. Dans cette affaire, les Français eux-mêmes n'en ont, que je sache, retiré aucun avantage.

 

Sources bibiliographiques : Carnets de Ciano

Texte : personnel

« Alors mon petit Robert, écoutez bien le conseil d'un père !
Nous devons bâtir notre vie de façon à éviter les obstacles en toutes circonstances.
Et dites-vous bien dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres. »
_________________________________________________
Michel Audiard

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12619
Inscription: 18 Avr 2010, 16:07
Localisation: En Biterre
Région: Languedoc
Pays: France

Voir le Blog de fbonnus : cliquez ici


Re: Les rapports des nationalistes avec leurs alliés

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 20 Nov 2014, 00:21

La plupart des combattants italiens formant le CTV (Corpo Truppe Volontarie) étaient des chemises noires ( CCNN )sauf une unité du Regio Esercito. Beaucoup de ces CCNN s'étaient portés volontaires pour l'appât du gain et démontraient une valeur combattive médiocre, n'ayant reçu qu'une sommaire formation militaire.
Le CTV :
1ª Divisione CC.NN. "Dio lo Vuole"
2ª Divisione CC.NN. "Fiamme Nere"
3ª Divisione CC.NN. "Penne Nere"
4ª Divisione fanteria "Littorio" du Regio Esercito
Détails ici : viewtopic.php?f=140&t=34893&start=0
ALEX
http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm
La Hongrie, du traité de Trianon au siège de Budapest, son histoire, ses forces armées.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5968
Inscription: 29 Déc 2008, 21:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici



Retourner vers LA GUERRE D'ESPAGNE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  trouvailles sur les sites de vente 
il y a 21 minutes
par: iffig 
    dans:  Identification Photos 
il y a 26 minutes
par: iffig 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
il y a 35 minutes
par: iffig 
    dans:  décès d'un gudari 
il y a 42 minutes
par: GBW067 
    dans:  Prison pour des manifestants nus à Auschwitz 
il y a 43 minutes
par: GBW067 
    dans:  Une Traction pour Jean Moulin, saison 2 le démontage 
il y a 44 minutes
par: GBW067 
    dans:  SUR RMC DECOUVERTE LE 09 février 
il y a 47 minutes
par: Jumbo 
    dans:  identification d'un poignard 
il y a 51 minutes
par: Shelburn 
    dans:  Les légionnaires allemands du détachement Chenel 
Aujourd’hui, 08:06
par: JARDIN DAVID 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Hier, 23:20
par: kfranc01 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Scroll