Connexion  •  M’enregistrer

Ecrire l'histoire dans le respect des acteurs.

La ww2 a laissé des situations conflictuelles dès mai 1945, elle a également entraîné des conséquences sur des pays (modifications des frontières) et sur les populations, enfin, la technologie mobilisée au service des belligérants a permis après guerre la mise en place d'applications diverses.
MODÉRATEUR: Equipe Admins/Modos

Ecrire l'histoire dans le respect des acteurs.

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de orpo57  Nouveau message 21 Aoû 2019, 17:15

J.D dans le fil sur Oradour sur Glane pose une question cruciale : peut on (et doit on) citer des noms de protagonistes dans un récit historique relatant une situation en période de guerre.

Je ne me prononcerais pas sur le cas d'Oradour sur Glane qui est une tragédie à l'échelle de la France.

En revanche, j'y ai été confronté pour la rédaction d'un article et pour une conférence relative aux Maires allemands de Metz (Oberbürgermeister) entre 1940 et 1944. En effet, lorsque l'on évoque l'action municipale, on est amené à parler des membres du consei municipal (nommés et pas élus) et les responsables (directeurs, chefs de service) de la Stadtverwaltung. Des allemands et des mosellans qui ont eu le statut de Volksdeutsche (membre de la communauté allemande) puis se sont vu octroyé la nationalité allemande (Reichsdeutsche) par un loi d'août 1942.

Nous ne parlons pas de criminels de guerre mais de personnes appartenant à l’administration municipales qui ont mis en oeuvre la politique sociale, éducative, raciale et économique du III. Reich

Des allemands et des mosellans. J'ai pris le parti de ne citer nommément que les cadres allemands, désignant les mosellans par leurs initiales.

Pourquoi ? certains ont été jugés, parfois condamnés devant une cour de justice ou une cour civique. Ils ont purgé leur peine et ont parfois bénéficié d'une amnistie. ils sont tous morts mais des membres de leurs familles sont encore citoyens de la ville.

Jeter en pâture des noms de famille dans une société où la tolérance a fait place à des stigmatisations, des mises au pilori, des propos haineux est une responsabilité. Le lâche anonymat des réseaux sociaux a amplifié ce phénomène.

En outre, pourquoi des acteurs de l'histoire sans passé judiciaire devraient ils être mis sur la place publique
alors que j'ai vu des dossiers de justice de personnes qui ont bénéficié d'une mesure d'amnistie dans les années 50 qui eux sont protégés par la loi.

L'amnistie, dont l'origine grecque signifie « oubli », est une notion de droit public pénal, qu'on peut définir comme l'acte qui dispose que des fautes passées devront être oubliées, et qui interdit à quiconque de les rechercher ou de les évoquer sous peine de sanctions.

Je rappelle que dans le contexte de l'annexion de l'Alsace Lorraine au Reich, l' incriminations de collaboration avec l'ennemi qui n'existait pas contrairement à la "France de l'intérieur".
on parlait d'appartenance à une organisation nazie ou d'intelligence avec l'ennemi s'il était établi qu'il avait eu un rôle actif ou qu'il avait commis des actes répréhensibles (dénonciations...)
Georges

Une information non partagée est une information perdue

vétéran
vétéran

 
Messages: 866
Inscription: 06 Avr 2007, 19:35
Région: lorraine
Pays: france

Voir le Blog de orpo57 : cliquez ici


Re: Ecrire l'histoire dans le respect des acteurs.

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 21 Aoû 2019, 23:18

Bonsoir Georges,

Tu as raison de poser le débat de façon large et sans lien direct avec Oradour, source de cet échange.

L'arbitrage mosellan que tu décris et pour lequel tu as choisi l'anonymisation quasi-générale (à l'exception des cadres allemands) me semble présenter beaucoup d'inconvénients pour une écriture correcte de l'histoire.

Petit rappel pour nos amis : Tout d'abord -et cela peut surprendre- en AL, l'appartenance "simple" aux organisations nazies ou même au NSDAP n'est pas constitutive d'un motif de condamnation en cour de justice. Marcel NAEGELEN l'avait spécifié et justifié en raison d'une pression très spécifique exercée notamment sur les fonctionnaires. C'est le degré de participation volontaire et enthousiaste (il faudrait reprendre très précisément le texte de l'après-guerre, je ne l'ai pas sous la main) qui détermine le passage de la ligne rouge. Un grade supérieur à Rottenführer de l'Allgemeine SS aurait été évoqué à titre d'exemple. Faut-il exfiltrer des analyses 95% de la population, ni criminels de guerre ni héros de la résistance ?
Il me semble qu'il faut bien distinguer le temps de la justice ... totalement différent du temps de l'histoire. L'historien ne doit pas chercher à juger ou à disculper mais seulement à décrire des faits. Il doit le faire avec distanciation et mise en perspective, sans moralisation ni effets de manches. Pour décrire les événements, il faut bien savoir si telle ou telle personne se nomme Pierre ou Paul. C'est indispensable, ne serait-ce que pour relier deux événements entre eux ou comprendre le parcours des acteurs de premier et de second plan. Pourquoi donc, maintenant que les protagonistes sont tous décédés (précision importante), continuer à jeter un voile pudique, toujours propice à des récupérations ou des reconstructions ? L'histoire s'écrit pourtant aussi avec des gens ordinaires ...
Tu évoques le risque de voir des enfants "mis en cause". Tout d'abord il n'est pas question de juger mais de décrire des faits. L'amnistie n'a rien à voir dans cette affaire. Pour tout dire, ce motif juridique -tout comme les notions de culpabilité, de faute etc ...- me semble tout à fait en dehors des perspectives historiques. Il est tout de même évident qu'aucun enfant n'est responsable des actes ou des non-actes de ses parents ou grands parents. Idem pour ceux qui aiment se revendiquer d'une filiation plus glorieuse. Tout cela n'a pas sa place dans l'écriture de l'histoire.
J'ai peu de temps pour détailler ce soir, mais la discussion mérite que nous échangions sur les avantages/inconvénients des deux systèmes ! Et aussi sur les précautions à respecter pour que les publications soient efficaces sur le plan de la compréhension des faits.
JD
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8174
Inscription: 22 Aoû 2009, 21:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


Re: Ecrire l'histoire dans le respect des acteurs.

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de orpo57  Nouveau message 22 Aoû 2019, 00:46

Il a a eu 3 243 condamnations par des cours de justice (pénal) et des cours civiques (dégradation nationale) entre 1944 et 1947. j'ai consulté une sélection de 100 dossiers centrées sur la région messine.
j'ai utilisé des données sur les motivations, les implications, les actions, les délits qui reflètent bien la situation. pas les noms. Même de ceux qui n'ont pas été condamnés.
J'ai fait une série de conférences sur Metz pendant les années noires avec toutes les implications. j'ai été confronté aux questions, aux réactions . Le public est avide de savoir ce qu'il s'est passé.
l'article sur les maires nazis de Metz, était référencé et illustré. Leur activité avec une administration mixte allemands / lorrains. (Sachant que les allemands occupaient les 3/4 des postes décisionnaires) . je n'ai pas eu de réactions négatives.
J'ai utilisé et présenté des documents et photos , en expliquant sans complaisance mais sans caricature les actions menées, sans avoir à citer nommément des personnes.
Georges

Une information non partagée est une information perdue

vétéran
vétéran

 
Messages: 866
Inscription: 06 Avr 2007, 19:35
Région: lorraine
Pays: france

Voir le Blog de orpo57 : cliquez ici


Re: Ecrire l'histoire dans le respect des acteurs.

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 22 Aoû 2019, 07:54

Nous n'envisageons pas la question sous le même angle !
Georges détaille un travail précis pour lequel il a choisi, par convention personnelle, de ne révéler aucun nom. A priori sans gène pour sa présentation. Pourquoi pas. Faut-il pour autant bannir toute référence nominative ? Laisser dans l'ombre, de façon différenciée, Français et Allemands ? Et faire un cas particulier pour les Alsaciens-Lorrains ?
Je prends un cas tiré de mon "Village vosgien" de l'an passé : Joseph Marie UHRING. Français (Alsacien) ex commissaire de police devenu Kriminalrat puis espion pour les TR puis repassé côté nazi etc ... Comment reconstituer le parcours de ce personnage si les travaux l'évoquant se contentent de mentionner "Monsieur X" ? Un certain nombre d'auteurs passent à côté de la complexité de cet homme ... et les lecteurs aussi. Ce qui rend des services à ces ex-amis. J'ai de multiples exemples d'acteurs moins en pointe dans l'organigramme et dont les agissements, plus modestes, méritent d'être détaillés pour comprendre la période. C'est peut-être aussi ce côté 'Monsieur tout le monde" qui peut faire peur. Et nécessite des explications en particulier pour éviter l'écueil de l'anachronisme.
Je vois un certain obscurantisme dans toute tentative d'imposer l'anonymisation générale. Ce qui n'empêche pas de retenir, ponctuellement, quelques informations si elles ne sont pas jugées essentielles.
JD
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8174
Inscription: 22 Aoû 2009, 21:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


Re: Ecrire l'histoire dans le respect des acteurs.

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de orpo57  Nouveau message 22 Aoû 2019, 09:48

Effectivement ma démarche est spécifique lorsque je traite des questions "mosellanes".
La raison en est simple.
La France était occupée par les allemands, ils ont vécu sous la contrainte la répression en conservant leur identité nationale.
L'Alsace et la Moselle étaient annexés par les nazis. Les habitants ont été dénaturalisés c'est à dire qu'ils n'étaient plus français. L'usage de la langue française a été interdit à tous les niveaux ( parlé, écrit,l vie privée et vie publique). L'Alsace et la Lorraine ont été "de facto" inclus" au territoire allemand : Le Reichsgau Westmark comprenait : la Sarre, le Palatinat et la Moselle), le Reichsgau Oberrhein comprenait : l'Alsace et le Palatinat.
Les Vosges sont restés un département français et les vosgiens des citoyens français.
Georges

Une information non partagée est une information perdue

vétéran
vétéran

 
Messages: 866
Inscription: 06 Avr 2007, 19:35
Région: lorraine
Pays: france

Voir le Blog de orpo57 : cliquez ici


Re: Ecrire l'histoire dans le respect des acteurs.

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de orpo57  Nouveau message 22 Aoû 2019, 11:43

Uhring est un cas intéressant. Il a pris la nationalité allemande pour pouvoir servir dans la Police allemande comme titulaire. La question est avant 1919 quelle était sa nationalité ? né de parents allemands ? allemand/alsacien ? alsaciens ? a t'il été naturalisé français (deux premiers cas) ? a t'il été réintégré dans la nationalité française (3ème cas) . Il a travaillé officiellement pour le SD et pour la Kripo.
En Moselle, il y a eu le cas d'Auguste Müller du Commissariat Central de Metz qui dès l'arrivée des allemands a intégré un groupuscule de lorrains pro nazis et s'est auto proclamé chef de la sureté urbaine. Quand la kripo allemande s'est mise en place. il a reçu la nationalité allemande et a été nommé au sein de la Kripo et muté dans le "Altreich". Il a été mis à la retraite en mai 1942. Je vais aller consulter son dossier aux archives départementale pour voir sa nationalité d'origine avant 1919.
Georges

Une information non partagée est une information perdue

vétéran
vétéran

 
Messages: 866
Inscription: 06 Avr 2007, 19:35
Région: lorraine
Pays: france

Voir le Blog de orpo57 : cliquez ici


Re: Ecrire l'histoire dans le respect des acteurs.

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 22 Aoû 2019, 19:01

UHRING est né avant 1919 et il était bien Alsacien de Mothern (67) donc réintégré de plein droit dans la nationalité française. Et très bon élément de la police républicaine puisqu'il a été promu chef adjoint de la brigade mobile de Strasbourg. Ce qui était à démontrer, c'est que l'individu avait bénéficié d'une très grande mansuétude de la justice. Aucun Français ne figure sur la liste des accusés de l'affaire Vallée du Rabodeau par exemple alors qu'ils sont clairement identifiés (et certains dans les mains de la justice militaire) par le Service de recherche des crimes de guerre ennemis. Encore qu'avec UHRING nous n'avons pas affaire à un second couteau. Il me semble important de décrire les trajectoires d'acteurs plus modestes (en fait les plus nombreux) afin de bien saisir la période.
Bien entendu il faut rester pertinent et optimiser le rapport intérêt/mise en avant des personnes. Parfois, cela n'en vaut pas la peine.
JD
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8174
Inscription: 22 Aoû 2009, 21:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


Re: Ecrire l'histoire dans le respect des acteurs.

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de thucydide  Nouveau message 30 Aoû 2019, 23:37

JARDIN DAVID a écrit:Faut-il exfiltrer des analyses 95% de la population, ni criminels de guerre ni héros de la résistance ?
Il me semble qu'il faut bien distinguer le temps de la justice ... totalement différent du temps de l'histoire. L'historien ne doit pas chercher à juger ou à disculper mais seulement à décrire des faits.

Bonjour à tous en lisant j'ai envie de prendre le dilemme à contre pied. Pourquoi taire des noms?
95% des Français seraient à exfiltrer, est ce rendre justice et faire histoire à ces si nombreux français illustres car ils ont à un moment ou un autre aidé la résistance ou des résistants & maquisards (ne soyons pas grandiloquent) et qui sont restés dans l'anonymat.
Combien ont versé un ticket de rationnement, un peu de nourriture, prêté une chambre, un comble à quelqu'un de passage, un pilote...
Ils ont renseigné, gardé, participé à des maquis ou guidé des maquis ou par le soutien ou la logistique, ils ont contribué à la résistance mais sont resté dans l'ombre.

vétéran
vétéran

 
Messages: 1274
Inscription: 05 Fév 2016, 00:15
Région: paca
Pays: france

Voir le Blog de thucydide : cliquez ici


Re: Ecrire l'histoire dans le respect des acteurs.

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de orpo57  Nouveau message 30 Aoû 2019, 23:59

je parlais des acteurs "négatifs" ceux qui se sont compromis et ont été jugés. En revanche, ceux qui ont résisté méritent respect et reconnaissance. ils ne sont concernés par mon propos.
Georges

Une information non partagée est une information perdue

vétéran
vétéran

 
Messages: 866
Inscription: 06 Avr 2007, 19:35
Région: lorraine
Pays: france

Voir le Blog de orpo57 : cliquez ici


Re: Ecrire l'histoire dans le respect des acteurs.

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 31 Aoû 2019, 07:13

Personnages négatifs ou positifs, c'est binaire. Dans le "ventre mou" de la population, on trouve des actes aussi bien positifs que négatifs pour le même individu et aussi de rares actes positifs chez des criminels avérés (pour se défausser mais pas que). Alors faut-il rendre compte différemment, je veux dire anonymement ou pas, suivant la nature de tel ou tel acte ?
That is the question.
Et comme je l'ai mentionné, il faut pouvoir relier les faits entre eux. Ainsi, si telle lâcheté banale commise par un subalterne (collabo ou rallié) n'est pas attribuée à une personne précise, on ne pourra jamais l'analyser dans le parcours complet de ladite personne. Ce parcours en lui même n'est pas forcément intéressant, mais il peut contribuer à éclairer un moment plus large de la période. De ce fait, il y a un intérêt didactique à être rigoureux, sourcé et donc à donner chair aux acteurs.
Concrètement, je trouve assez désolant d'évoquer un vague Blockleiter ou Zellenleiter sans le nommer. Qu'il ait été condamné ou pas n'entre pas dans le cadre de l'Histoire.
La vérité doit se regarder en face. Factuellement et sans jugement moral. Je conviens que cela nécessite parfois du doigté lors de la présentation et il faut que le dossier general le mérite sinon ce n'est que ragot &Cie.
JD
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8174
Inscription: 22 Aoû 2009, 21:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


Suivante

Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers SUITES, CONSÉQUENCES ET HÉRITAGES DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  munition traçante et au magniésium 
il y a 26 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 17 
il y a 31 minutes
par: iffig 
    dans:  Après 70 ans dans un coffre-fort, le journal intime de la «Anne Frank» polonaise enfin publié 
il y a 38 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  On peut aimer collectionner mais là………………. 
Aujourd’hui, 12:49
par: Aldebert 
    dans:  L'affaire de Vergt-de-Biron et Lacapelle-Biron 
Aujourd’hui, 12:41
par: Vieillescazes 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 20 
Aujourd’hui, 12:25
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 16 
Aujourd’hui, 12:25
par: kfranc01 
    dans:  TRACES DE GUERRE 
Aujourd’hui, 11:03
par: Loïc Charpentier 
    dans:  Barbarossa : 1941 - La guerre absolue 
Aujourd’hui, 10:54
par: Tomcat 
    dans:  [DU 31 août 2019 au 31 octobre 2019]:Chemin de fer allemands pendant la SGM 
Hier, 22:37
par: Signal Corps 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 12 invités


Scroll