Connexion  •  M’enregistrer

Expédition de Narvik (Norvège)

Tout ce qui concerne la période entre le 3 septembre 1939 et le 25 juin 1940 environ, comme par exemple:
L'offensive de la Sarre, la mobilisation, le Pied de Paix Renforcé, la B.E.F., la campagne de France, l'effondrement de la République et de l'Armée Française, l'exode ...
MODÉRATEUR: Equipe Admins/Modos

Re: Expédition de Narvik (Norvège)

Nouveau message Post Numéro: 21  Nouveau message de arc_royal68  Nouveau message 26 Mar 2020, 02:32

Chapitre 10
L'épopée de Narvik

10.1. "Ils ne s'attendent pas à garder Narvik ..."

L'histoire des batailles près de Narvik est la page la plus brillante et probablement la plus étudiée de la campagne norvégienne. Les œuvres, d'une manière ou d'une autre liées à elles, prévalent dans la bibliographie occidentale. "Et cinq décennies après les événements, la bataille de Narvik tient toujours fermement la première place dans l'esprit des Allemands", note l'historien ouest-allemand Arnim Lang. Que ce soit accidentel et ce qui a provoqué une telle résonance, le lecteur lui-même trouvera peut-être les réponses à ces questions dans la description suivante. Nous notons seulement que, bien que les comparaisons avec la défense de Leningrad ou de Sébastopol ne soient guère pertinentes dans ce cas, le fait même que les soldats allemands se soient battus presque complètement isolés pendant deux mois contre un ennemi en nombre quatre à six fois plus digne de respect. De plus, l'histoire de la Seconde Guerre mondiale contient de nombreux exemples complètement opposés: rappelez-vous la bataille de Crète ou la chute de Singapour.

Le grand succès des armes allemandes au-delà du cercle polaire est associé, tout d'abord, au nom du commandant de la 3e division de montagne. Le major-général Eduard Dietl, cinquante ans, était un militaire régulier qui a connu toutes les épreuves et les privations du front occidental au cours de la dernière guerre. Au moment de la défaite de l'Empire allemand en novembre 1918, il était à l'hôpital, se rétablissant après la troisième blessure. Après avoir récupéré, Dietl a servi comme commandant de compagnie dans le corps de volontaires Epp et a été laissé dans les rangs de la petite armée de la République de Weimar. Dans sa jeunesse, Dietl est devenu un athlète passionné d'alpinisme et a été considéré comme l'un des pionniers des troupes de montagne, promouvant de toutes les manières possibles la nécessité d'un entraînement au tir en montagne. Ce sont peut-être les réalisations sportives passées qui ont conduit à la nomination de colonel Dietl au poste de commandant du village olympique lors des jeux organisés en 1936 à Berlin. Il a fait un excellent travail avec les tâches qui lui ont été confiées, ce qui lui a valu une réponse flatteuse du Führer. Bientôt, il a été promu général de division et après la nomination de l'Anschluss d'Autriche à la tête de la 3e division de montagne, formée sur la base des 5e et 7e divisions alpines autrichiennes. Au nouveau poste, il s'est révélé être un commandant brillant et énergique qui jouissait d'une autorité incontestée parmi ses subordonnés, qui lui répondaient avec un dévouement altruiste, comme l'exigent les meilleures traditions de l'armée allemande.

"Pour être un commandant", a déclaré Dietl, "vous devez avoir deux qualités différentes. Tout d'abord, bien sûr, vivre au côté de vos subordonnés. Ne pas désirer ce qu'ils n'auraient pas; aller avec eux, les écouter, les comprendre, aider dans une situation difficile. Deuxièmement, être plus élevé que ses subordonnés. Ne vous faites jamais plaisir; sachez toujours ce que vous, en tant que commandant, voulez accomplir. Être dur, si nécessaire, pour exiger l'impossible, mais être le premier à réaliser l'impossible »...

Dès les premiers jours de l'opération près de Narvik, la situation a été la plus difficile pour la partie allemande. La plupart de l'artillerie, des munitions et des transports sont morts ou sont restés sur les navires, qui n'ont pas pu atteindre la destination finale. Il s'est avéré soudain qu'en raison de l'influence des hautes latitudes, les stations de radio de l'armée régulière ne sont pas en mesure d'assurer une communication stable avec les quartiers généraux supérieurs situés à plusieurs kilomètres au sud. Ils ont trouvé une issue en retirant la puissante station navale du destroyer endommagé Dieter von Roeder Z-17 et en installant une antenne sur l'un des sommets des montagnes entourant la ville.


Es ce que je continue?

Flight Officer
Flight Officer

 
Messages: 111
Inscription: 05 Jan 2020, 20:29
Région: wesserling
Pays: france

Voir le Blog de arc_royal68 : cliquez ici


Re: Expédition de Narvik (Norvège)

Nouveau message Post Numéro: 22  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 26 Mar 2020, 08:01

arc_royal68 a écrit:Bien, alors Dog Red. Ici ont est bien d'accord, le bons sens l'emporte, ainsi malgré le fait, que j'aurais envie de hurler.


Envie de hurler ?
Ne te gène pas :D

arc_royal68 a écrit:non calmement, et sans haine, je vous répond juste, c'est juste suivant chaque source, n'es ce pas?
Donc vous, vous avez des sources qui énumère votre vision, et moi j'ai mes autres sources. Et ici moi je ne suis pas la, pour tenter de convertir une personne, sur ma vue.
Je pourrait bien sûr énumérer, si vous avez déjà lu, ces documents ou ses autres, mais cela ne ferait que jeter de l'huile en plus sur une braise.
Donc ma réponse à la votre, c'est que chacun des deux dispose de ses propres version.


Chacun disposes de ses versions et nous en restons là ?
Ha non ! Là je hurle ! :mrgreen:

Concernant Fall Gelb il y a bien des versions (comme toi j'en ai lues plusieurs, et en ai tiré ma conclusion... quelle est la tienne ?).

Débattons arc royal !
On est là pour ça.

Je t'ai déjà invité ici viewtopic.php?f=166&t=51583
Avec d'autres nous y avons commencé à débattre des fondements de Fall Gelb !

Rejoins nous et présente nous tes points de vue dans un débat passionnant 8)
"Rends toi compte ! Ils m'ont donné 18 cartouches pour partir faire la guerre !"
Roger W. 2e Régiment de Chasseurs à pied
Evocation du 10 mai 1940

Hommage lui soit rendu, à lui et à ses pairs, jetés dans la fournaise avec inconséquence.

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12439
Inscription: 11 Mar 2014, 23:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici


Re: Expédition de Narvik (Norvège)

Nouveau message Post Numéro: 23  Nouveau message de arc_royal68  Nouveau message 26 Mar 2020, 12:17

Manquant suffisamment de personnes et d'armes, Dietl décida d'exposer le flanc sud, concentrant ses efforts sur le nord et l'est. À première vue, la décision semble risquée, mais ce risque était justifié. La majeure partie des forces norvégiennes était concentrée au nord de Narvik. Du côté sud, les unités de l'armée ennemie n'étaient pas plus proches que Bodø, et le général a reçu des informations à ce sujet à la fois à partir de précédents rapports de renseignement et de la remise volontaire par le colonel Sundlo. En passant, nous notons que, malgré les déclarations selon lesquelles ils n'étaient pas prêts à agir contre la Norvège, les services de renseignement allemands ont pu fournir au quartier général de la division des informations fiables sur l'ennemi; il n'a pas ressenti de manque de cartes et de documents de référence sur la nature du terrain.

Du fait que le débarquement a été effectué en deux points. Séparés par le fjord, deux groupes distincts se sont formés. Le Nord, sous le commandement du colonel Windisch, était censé forger les troupes norvégiennes, concentrées dans la région de Gratangen, et fournir une couverture du nord et de l'ouest. Deux bataillons de montagne (sous le commandement des majors von Schleiebrugge et Stautner) ont pris position le long de la ligne Lagerget-Elvenes-Gresdalen à environ 30 kilomètres de Narvik. Le groupe du sud était directement commandé par Dietl. Le bataillon du major Haussels a pris position près de la ville elle-même, envoyant une compagnie à Ankenes, de l'autre côté du fjord de base. Ne rencontrant pas de résistance significative, le 16 avril, les Allemands atteignirent la frontière suédoise, établissant le contrôle du chemin de fer. {62} Maintenant, avant Dietl, qui avait son quartier général dans le village de Björnfjöld (montagne des ours) près de la frontière suédoise, la tâche consistait à garder la zone occupée, pas à pulvériser des forces pour s'emparer de territoires supplémentaires et à attendre des renforts.

Le ravitaillement le plus nombreux était requis de toute urgence par le groupe en la personne des marins des destroyers coulé. Ils étaient armés de fusils et de mitrailleuses de l'arsenal saisi à Elvegordsmuen et amenés dans trois bataillons du corps des Marines (environ 700 hommes chacun), dont les commandants étaient Hans Erdmenger, Erich Bey et Gunter Kote. Les deux premiers opèrent dans la région de Narvik et le bataillon Kote est rattaché au groupe Windisch. (Plus tard, les trois bataillons ont été amenés dans le régiment sous le commandement du capitaine de Fregatte Berger.) Bien sûr, à terre, les marins ne pouvaient pas être comparés aux rangers de montagne bien entraînés, mais en défense, ils se sont révélés être de fidèles combattants. Les 500 marins restants, principalement des spécialistes techniques, ont assisté des sapeurs, réparé le transport ferroviaire et effectué divers travaux. Avec l'aide de mécaniciens navals, un train blindé improvisé armé de canons légers et de mitrailleuses a été construit dans les ateliers ferroviaires de Narvik. Par la suite, il a grandement aidé les chasseurs de montagne dans la bataille avec les Norvégiens qui ont bloqué le chemin de fer.

Par ordre personnel d'Hitler, préoccupé par la situation à Narvik, toutes les mesures possibles ont été prises pour envoyer des hommes, des armes, de la nourriture et des munitions à Dietl. La première cargaison a été reçue le 12 avril: un hydravion Do-24 entra dans le port et a livré des munitions. Le lendemain, dix Ju-52 de transport de la 3./KGrzbV 102 et deux de la 1./KGrzbV 102 ont volé avec une cargaison pour les gardes forestiers d'Oslo.60 soldats et officiers de 2./AR 112, quatre canons de 75 mm et une quantité importante de munitions. Le groupe était dirigé par le colonel Baur de Beta. En raison des conditions météorologiques difficiles, deux avions n'ont pas atteint la destination finale de l'itinéraire, tandis que les autres étaient assis sur la glace du lac gelé de Hartwig. Après avoir récupéré les restes de carburant de tous les avions, nous avons réussi à leur fournir un seul trio, qui est parti le même voyage ce soir-là. Cinq autres Junkers, qui se sont retrouvés sans une seule goutte de carburant, sont tombé dans la glace, où le lendemain matin, ils ont été découverts par des avions de reconnaissance norvégiens. Au cours des trois jours suivants, trois He-115 du 3e Marine Air Group et six Fokkers de l'armée de l'air ont lancé plusieurs raids et détruit tous les transporteurs allemands.

Pour éviter que cela ne se reproduise à l'avenir, des parachutes ou des hydravions éprouvés ont été utilisés pour livrer des hommes et des marchandises. Bien que, pour être honnête, il convient de noter qu'en raison du transfert d'une partie importante des avions de transport vers le front occidental (Plan Jaune) et du chargement de Vernes, la plupart des vols ont été effectués en mai, jusqu'à la fin avril, les avions de transport de la Luftwaffe ne sont arrivés que deux fois à Narvik: le 14, trois Ju-52 ont largué divers fournitures, et le 22 ou un hydravion a apporté du courrier.

Le groupe Dietl était dans une situation si difficile lorsque le 14 avril, les Britanniques débarquèrent à proximité immédiate de celui-ci.

Flight Officer
Flight Officer

 
Messages: 111
Inscription: 05 Jan 2020, 20:29
Région: wesserling
Pays: france

Voir le Blog de arc_royal68 : cliquez ici


Re: Expédition de Narvik (Norvège)

Nouveau message Post Numéro: 24  Nouveau message de arc_royal68  Nouveau message 26 Mar 2020, 12:50

Aller je continue, sans quoi vous seriez encore mal informer.

La nouvelle que dix nouveaux destroyers ont été coulé et d'un débarquement britannique dans les environs de Narvik à Berlin a eu l'effet d'une explosion d'une bombe et a provoqué une crise à l'état major (dans des sources allemandes - Führungschaos ou Befehlschaos ). Le 14 avril, Halder a écrit dans son journal: «Ils ne s’attendent pas à garder Narvik. Nous avons échoué », et Hitler a ordonné la préparation d'un ordre de quitter le groupe vers le sud. Jodl s'est fermement opposé à cette décision hâtive. Il a déclaré qu '«un telle cas ne peut être considéré comme fini que lorsqu'il sont mort», et le retrait vers le sud est physiquement impossible. Après s'être un peu calmé, Hitler a annulé l'ordre et le 15 avril, la 3e division de montagne a été transférée sous le commandement directe de l'OKW. Cependant, deux jours plus tard, le commandement de la flotte a exprimé l'avis que le groupe Dietl isolé pourrait être facilement détruit, et le Goering le justicier vengeur (qui, rappelons-le, était un opposant à l'opération norvégienne depuis le tout début) a déclaré que l'aviation ne serait pas en mesure de fournir le soutien nécessaire.

Hitler, qui avait perdu son sang-froid, maintenant sans aucun doute que les Britanniques occuperaient Narvik, a ordonné à ses troupes de quitter la ville (en même temps, Dietl a été promu lieutenant-général, ce qui a souligné ses mérites au début de la campagne et sa non-implication dans la défaite). "L'hystérie est terrible", écrit Jodl dans son journal. Le chef de l'OKW Keitel a préparé un ordre d'évacuation. Le rapport a été remis au lieutenant-colonel Bernhard Lossberg pour le cryptage, mais celui ci a refusé avec une colère de le transmettre. Lossberg a fait appel au colonel général von Brauchitsch avec la demande de persuader Hitler d'annuler l'ordre insignifiant. Brauchitsch n'a pas osé discuter avec le Fuhrer, mais a envoyé un message de nature opposée à Narvik. Il a félicité Dietl pour sa promotion et a ajouté: "J'espère que vous défendrez votre position jusqu'au dernier soldat." Lossberg c'est retourné à Jodl et, juste devant ses yeux, a violé l'ordre de Keitel. Le lendemain, Hitler a reconnu sa hâtive décision et l'a annulée.

Pour alléger la situation du groupe, une pression politique a été exercée sur la Suède neutre avec une demande de laisser un train traverser son territoire avec des médicaments, des vêtements chauds, du matériel et de la nourriture. Le train a été livré à la Suède par ferry et a atteint Narvik le 26 avril. Deux médecins et 290 personnels médicaux sont également arrivés. Plus tard, un autre petit train transportant des produits pour les civils a traversé la frontière. Par les mêmes trains, vers la Suède et de là vers l'Allemagne, 528 marins ont été évacués des navires marchands du port, 104 membres d'équipage de destroyers coulés (dont le capitaine zur see Bay) et 159 blessés.

Mais qu'en est-il des Britanniques? Harstad, qui a été choisie par eux comme base, est située sur la côte sud de l'île de Hinnø, reliant la barrière des Lofoten au continent. La population de la ville se composait de 4 mille personnes. De nombreux détroits fournissaient une route maritime pratique dans les directions nord et est - vers Tromsø, Bardufoss et Gratangen. Pris en sandwich entre les îles rocheuses des fjords d'Anse et de Vogs, il formait une vaste zone à l'abri des vents, mais les profondeurs ne permettaient pas d'être 'utiliser comme ancrage. Nous avons dû laisser des véhicules dans le Bühdenfjord moins profond et procéder au déchargement à l'aide de destroyers et de bateaux de pêche norvégiens. {63} Harstad n'avait pas l'équipement portuaire ni l'équipement de défense aérienne nécessaires. Le chemin le plus court, mais plutôt sinueux, vers Narvik passait par le détroit de Tjellsund, passant le long de la côte nord de l'Ufutfjord à travers Scanland, Bogen et Elvegordsmuen. Les navires ne pouvaient pas utiliser le Tjellsund tant qu'il n'avait pas été étudié et au moins entouré de façon minimale. En général, la position de Harstad, selon l'amiral Cork, le rendait plus adapté aux opérations dans la partie nord-est du pays qu'à proximité de Narvik, où il y avait plus de 60 miles en ligne droite.

Comme déjà mentionné, l'intention de Cork d'attaquer immédiatement l'ennemi s'est écrasée contre les contre-arguments obstinés du général Makesy. Le télégramme envoyé au Comité des chefs d'état-major le 17 avril dernier, qui indiquait que de telles actions "pouvaient créer une situation néfaste à Narvik et entraîner l'inaction de l'une des meilleures brigades", est resté sans effet. L'absurdité de la situation était que Cork relevait directement de Churchill en tant que ministre de la Mer, tandis que Mackey gardait le contact avec le chef d'état-major général impérial, le général Ironside. Ce n'est que le 20 avril que Churchill a obtenu la nomination de Cork comme unique commandant des forces navales, terrestres et aériennes dans la région de Narvik. À Londres, ils espéraient que, s'étant libéré de la responsabilité directe de l'opération, Makesy serait libre de prendre des décisions tactiques audacieuses. Le résultat n'a pas été à la hauteur des attentes: le général a continué à faire toutes sortes d'arguments pour empêcher une action décisive.

Lord Cork était plus déterminé. Au début, il entreprit une reconnaissance au combat et, à cette fin, le 19 avril, il se rendit à l'Aurora dans l'Ufutfjord. Deux jours plus tard, les destroyers Bliskavitsa, Thunder, Bedouin, Escort et Folknor ont attaqué le fjord Rumbax pour bombarder le pont ferroviaire.

L'assaut sur la ville était prévu pour le 24 avril. Sous couvert d'artillerie navale, un bataillon de gardes écossais, à bord du Vindiktiv , devait descendre à terre . {64} Cork était si sûr de l'efficacité de son plan qu'il demanda à Dietl de quitter la ville afin d'éviter les pertes civiles. L'appel est resté sans réponse. Le matin, d'importantes forces de la flotte sont apparues dans la baie. Warspite, avec les croiseurs Effingham (Cork y tenait son drapeau), Enterprise, Aurora et le destroyer zoulou ont tiré sur Narvik. Les destroyers "Folknor", "Foxhound", "Encounter", "Escort", "Havok", "Hirow", "Hostile", "Bliskavitsa" et "Thunder" ont assuré la protection anti-sous-marine. Pendant trois heures, les navires ont tiré fortement (un cuirassé a tiré près de 150 obus hautement explosifs du calibre principal), mais la visibilité laissait beaucoup à désirer, et les fortes chutes de neige qui avaient passé la nuit ont caché les cibles des observateurs et des observateurs. Les points de tir allemands n'ont pas pu être supprimés. L'amiral n'était pas satisfait du résultat de la préparation de l'artillerie, alors il a refusé de débarquer un groupe aéroporté. Cependant, les bombardements inquiètent sérieusement Dietl, qui informe l'état major du groupe XXI de la nécessité de retirer des troupes de la côte à la frontière suédoise.

Dans le même temps, le 1er bataillon des Irish Guards a été déployé sur des navires de pêche norvégiens à Bogen sur la rive nord de l'Ufutfjord et était censé y rester prêt à débarquer à Narvik. Quelques jours plus tard, un bataillon des gardes-frontières du sud du Pays de Galles, renforcé par la suite par le bataillon français des chasseurs Alpins, traverse le fjord et débarque à Hockwick. Ils étaient chargés de chasser l'ennemi d'Ankenes et d'observer Narvik, qui était de l'autre côté du fjord de base. Il n'a pas été possible de prendre Ankenes, mais lorsque les Allemands ont lancé une contre-attaque le 1er mai, les Wallons, soutenus par l' artillerie Orora, les ont forcés à se retirer.

Pendant ce temps, le commandant de la 6e division norvégienne, le général de division Karl-Gustav Fleischer, ne ménage aucun effort pour concentrer ses forces et commencer des opérations actives. Les unités d'infanterie et d'artillerie ont été transportées par deux convois sous le couvert des croiseurs du contre-amiral Cunningham de Kirkenes et Alt à la zone de guerre. Le matin du 24 avril, les Norvégiens ont attaqué la section nord de la défense allemande. Le coup principal a été délivré sur le flanc gauche par deux bataillons (I / IR 16 et II / IR 15) avec le support de trois batteries de 75 mm. Ils étaient censés distraire l'ennemi, tandis que le bataillon I / IR 12 avec une batterie de montagne avancerait le long de la rive nord du fjord de Gratangen et occuperait les Elfes. Deux autres bataillons (II / IR 16 et Alta) sont restés en réserve. Une couche de neige d'un mètre a gêné la circulation des personnes et des véhicules. Le groupe occidental a été attrapé la nuit par une tempête de neige dans les montagnes, et le matin du 25 avril, les Allemands ont lancé une contre-attaque rapide contre lui. Les Norvégiens ont subi de lourdes pertes: sur 648 combattants, 34 ont été tués, 64 blessés, 170 ont disparu. Cinq officiers ont échoué, y compris tous les commandants de compagnie: trois sont morts, un a été blessé, un autre a perdu la vue du soleil éclatant, amplifié par la blancheur de la neige fraîche. Toutes les armes automatiques du bataillon avaient disparu. Le lendemain, les Norvégiens ont repris les attaques et les ont continuées pendant quatre jours. Du côté du fjord, ils étaient soutenus par des navires du 3e arrondissement. Dans la soirée du 27 avril, les Allemands se sont retirés à 5 kilomètres au sud.

À la fin du mois, Fleischer a réorganisé sa division en deux brigades. Sur le flanc gauche se trouvait la 6e brigade du colonel Christian Loken (I et II / IR 16, I / IR 12, batterie de montagne, compagnie sanitaire). On lui a confié la tâche: contourner le flanc allemand le long de la frontière et couper la route de retraite pour le groupe Windisch. La 7e brigade, sous le commandement du lieutenant-colonel A. Dahl, et à partir du 5 mai - le lieutenant-colonel Edward Osa (bataillons d'infanterie II / IR 15 et Alta, le bataillon d'artillerie de la montagne et les batteries motorisées), ont continué d'avancer en direction de Bjerkvik et Elvegordsmuen. Dès les premiers jours de mai, les Norvégiens s'étaient établis à des hauteurs dominantes à cinq milles au sud d'Elvenes, et Fleischer se tourna vers les Alliés avec une proposition d'organiser un commandement unifié et de chasser conjointement les Allemands de Narvik.

Flight Officer
Flight Officer

 
Messages: 111
Inscription: 05 Jan 2020, 20:29
Région: wesserling
Pays: france

Voir le Blog de arc_royal68 : cliquez ici


Re: Expédition de Narvik (Norvège)

Nouveau message Post Numéro: 25  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 26 Mar 2020, 12:59

Bonjour Georges,
Daniel t'a invité à venir débattre.
Pour le moment je ne vois venir de ta part que des copiés/coller dont tu ferais bien d'en citer la provenance.
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 80092
Inscription: 02 Fév 2003, 21:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: Expédition de Narvik (Norvège)

Nouveau message Post Numéro: 26  Nouveau message de dynamo  Nouveau message 26 Mar 2020, 13:13

C'est bien les extraits de livre ( cela nous laisse le temps de refroidir le décodeur :mrgreen: )
mais je ne comprends pas bien où tu veux en venir.
Tu peux (essayer) de synthétiser ?
La dictature c'est "ferme ta gueule", et la démocratie c'est "cause toujours".
Woody Allen.

Administrateur
Administrateur

 
Messages: 4215
Inscription: 14 Mar 2006, 20:36
Localisation: sur la plage abandonnée
Région: Nord/Pas de Calais
Pays: France

Voir le Blog de dynamo : cliquez ici


Re: Expédition de Narvik (Norvège)

Nouveau message Post Numéro: 27  Nouveau message de arc_royal68  Nouveau message 26 Mar 2020, 14:47

Sergey Vladimirovich Patyanin - écrivain, historien de la marine. L'auteur de plus de 30 publications sur des sujets historiques militaires, dont les livres «Battleships of the Second World War», «Battleships« Bismarck »et« Tirpitz ». Un certain nombre de monographies ont été publiées dans la revue Marine Collection, des articles dans les magazines Flotomaster, Gangut, Okrety Wojenne.

"Weserubung: Campagne norvégienne de 1940"

Donc avec moi, il ne faut pas s'attendre, que je vous livre des publication que en plus il faut que j'achète, je n'ai pas les moyens financier pour cela, ainsi je traduit, uniquement les parties intéressantes.
Et tout les recherches, sont bonne a prendre, en particulier, si l'auteur énumère des citations provenant de livre ou des journaux de guerre des réel auteurs.
Et de toute façon, je ne pourrais jamais traduire tout un livre, déjà, en raison que uniquement un certain nombre de page sont accessible, d'autre livre par d'autre auteurs, oui sont accessible en complet, en restant dans la légalité dans son pays. Donc je ne suis pas tellement d'accord, que uniquement les personnes, qui ont les finances pour acheter un livre, ont eux le droit à la connaissance historique, tandis que les plus démunie, eux devrons uniquement dire "ah bon, je n'était pas au courant."

Et bien sûr, identiquement comme ont peut le trouvé sous wikipedia, toute la panoplie des sources sera lisible.
Donc patiences. Ais je le droit à présent de continuer mes traduction, malgré que l'auteur est russe. ou faut t'il que je m'arrête?

Et bonjours dynamo, en ayant parcouru les réponses posté dans ce sujet, je n'ai vue aucune mentionnant ses dirent.
Donc c'est juste pour que l'ont détiennent toutes les bases, pour discuter ainsi sur un sujet.
Dernière édition par arc_royal68 le 26 Mar 2020, 14:55, édité 1 fois.

Flight Officer
Flight Officer

 
Messages: 111
Inscription: 05 Jan 2020, 20:29
Région: wesserling
Pays: france

Voir le Blog de arc_royal68 : cliquez ici


Re: Expédition de Narvik (Norvège)

Nouveau message Post Numéro: 28  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 26 Mar 2020, 14:51

Continue tes traductions, cela cela va être bientôt le 80° Anniversaire de l'opération Weserübung.
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 80092
Inscription: 02 Fév 2003, 21:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: Expédition de Narvik (Norvège)

Nouveau message Post Numéro: 29  Nouveau message de dynamo  Nouveau message 26 Mar 2020, 14:53

si tu maitrises le Russe, continue !
La dictature c'est "ferme ta gueule", et la démocratie c'est "cause toujours".
Woody Allen.

Administrateur
Administrateur

 
Messages: 4215
Inscription: 14 Mar 2006, 20:36
Localisation: sur la plage abandonnée
Région: Nord/Pas de Calais
Pays: France

Voir le Blog de dynamo : cliquez ici


Re: Expédition de Narvik (Norvège)

Nouveau message Post Numéro: 30  Nouveau message de arc_royal68  Nouveau message 26 Mar 2020, 14:58

J'utilise bien sur un traducteur, mais mon travail, consiste, comme la traduction c'est du petit français, donc j'essaye du mieux de retrouver le sens des phrases, Et je l'avoue, parfois, entre uniquement la traduction automatique d'un mot, et le nom d'une ville, cela laisse passer des phrases sans compréhension.

Et merci.

Flight Officer
Flight Officer

 
Messages: 111
Inscription: 05 Jan 2020, 20:29
Région: wesserling
Pays: france

Voir le Blog de arc_royal68 : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers LA "DRÔLE DE GUERRE" ET LA DÉFAITE DE 1940




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  La France à l'envers:la guerre de Vichy (1940-1945) 
il y a 2 minutes
par: Loïc 
    dans:  Opération Ambassador, 
il y a 7 minutes
par: Aldebert 
    dans:  LE QUIZ MATÉRIELS ET VÉHICULES - SUITE - 18 
il y a 14 minutes
par: kfranc01 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 19 
il y a 17 minutes
par: kfranc01 
    dans:  [DU 1er juillet au 31 juillet 2020]:Stèles et/ou monuments commémoratifs de la SGM 
il y a 33 minutes
par: Signal Corps 
    dans:  Maintenance d'un panzer dans une usine désafectée 
il y a 49 minutes
par: Signal Corps 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 22 
il y a 49 minutes
par: François 
    dans:  Adresse inconnue bis 
Aujourd’hui, 14:12
par: Powerhouse 
    dans:  Comment Roosevelt fit entrer les Etats-Unis dans la guerre. 
Aujourd’hui, 14:03
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Général De(s)rousseaux 
Aujourd’hui, 13:11
par: brehon 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aldebert, Dog Red et 23 invités


Scroll