Connexion  •  M’enregistrer

Fascicule numéro 4

Tout ce qui concerne la période entre le 3 septembre 1939 et le 25 juin 1940 environ, comme par exemple:
L'offensive de la Sarre, la mobilisation, le Pied de Paix Renforcé, la B.E.F., la campagne de France, l'effondrement de la République et de l'Armée Française, l'exode ...
MODÉRATEUR: Equipe Admins/Modos

Fascicule numéro 4

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Maquis surcouf  Nouveau message 10 Nov 2019, 13:57

Bonjour,

Dans le cadre de recherches personnelles, je suis tombé sur un témoignage dans lequel il est stipulé "Titulaire du fascicule n°4, j'ai té mobilisé le 27/08/1939 [...]".

Je ne parviens pas à trouver ce qu'est ce fascicule n°4.

Quelqu'un saurait-il de quoi il s'agit svp?

Bonne journée
SURCOUF

Technician 4th grade
Technician 4th grade

 
Messages: 50
Inscription: 18 Déc 2018, 20:38
Région: Savoie
Pays: France

Voir le Blog de Maquis surcouf : cliquez ici


Re: Fascicule numéro 4

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de brehon  Nouveau message 10 Nov 2019, 15:56

Bonjour,

Il s'agit du fascicule de mobilisation. Cela allait du n° 1 au n° 4. Il fixait le délai pour rejoindre le corps.
Je ne connais pas les détails. J'ai juste vu que les titulaires du fascicule de mobilisation n° 2 devaient rejoindre leur unité en 12h en cas de mise en alerte de l'armée active, même en temps de paix.
Cordialement.
Yvonnick

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9458
Inscription: 14 Déc 2009, 16:45
Région: Bretagne
Pays: France

Voir le Blog de brehon : cliquez ici


Re: Fascicule numéro 4

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Belchasse  Nouveau message 10 Nov 2019, 15:57

Moi dans mes archives j'ai trouvé fascicule n°6 pour la mobilisation de mon gp paternel.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1592
Inscription: 06 Sep 2018, 14:56
Région: Maine
Pays: France

Voir le Blog de Belchasse : cliquez ici


Re: Fascicule numéro 4

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Maquis surcouf  Nouveau message 11 Nov 2019, 09:31

Bonjour,

Merci pour ces premiers retours qui ont permis d'aiguiller mes recherches.

En fouillant sur certains sites, j'ai relevé concernant le fascicule n°4 : « En cas de mobilisation générale […], le porteur du présent se mettra en route immédiatement et ans délai et sans attendre aucune notification individuelle".

Si comme le dit Brehon, le n°2 indiquait que le titulaire devait rejoindre en moins de 12 heures son unité, il reste à trouver le délai pour le n°3.
Celui-ci par déduction devait être entre le délai de 12h (fascicule n°2) et l'immédiateté (fascicule n°4).

Concernant le fascicule n°1, j'ai trouvé : "Il devra se présenter au plus tard le troisième jour de la mobilisation avant 7 heures.".
Parfois, c'était même indiqué le quatrième jour.

Désolé Belchasse, je n'ai pas trouvé pour le fascicule n°6.

En revanche sur d'autres fascicules (non numérotés), il est marqué que la personne doit attendre en cas de mobilisation, une notification individuelle.

Pour ceux que cela intéresse, il y en a plein d'exemplaires sur Ebay, qui permettent de voir à quoi cela ressemble.

En les étudiant de plus près, on a l’impression pour les "simples" soldats que les plus jeunes étaient sous le n°4, et les plus anciens sous le n°1.

Bonne journée

Technician 4th grade
Technician 4th grade

 
Messages: 50
Inscription: 18 Déc 2018, 20:38
Région: Savoie
Pays: France

Voir le Blog de Maquis surcouf : cliquez ici


Re: Fascicule numéro 4

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Belchasse  Nouveau message 11 Nov 2019, 09:39

Mon grand-père avait déjà 37 ans à la mobilisation. Il était dans un groupe de transport de troupes puis dans des transports de vivres et matériel.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1592
Inscription: 06 Sep 2018, 14:56
Région: Maine
Pays: France

Voir le Blog de Belchasse : cliquez ici


Re: Fascicule numéro 4

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Maquis surcouf  Nouveau message 11 Nov 2019, 10:19

Peut être que les fascicules n°1 à 4 étaient pour les soldats censés aller au front.
Peut être que le n°6 était destiné aux troupes de transport?
Le numéro 5 est peut être aussi pour des troupes n'étaient pas en ligne de front directe.

Attention, cela ne sont que des hypothèses.

Technician 4th grade
Technician 4th grade

 
Messages: 50
Inscription: 18 Déc 2018, 20:38
Région: Savoie
Pays: France

Voir le Blog de Maquis surcouf : cliquez ici


Re: Fascicule numéro 4

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 11 Nov 2019, 13:30

Bonjour,
J'ai fouiné un tantinet mais ce que j'ai trouvé concerne la mobilisation en août 1914.
Je viens par contre de trouver ce qui suit :

La machine administrative se met alors en marche et les détenteurs de fascicules de mobilisation 1, 2 et 3, les rappelés, les réservistes, officiers, sous-officiers et hommes de troupes se pressent vers les centres mobilisateurs. Au total, 2 700 000 hommes se retrouvent aux armées, 2 300 000 autres restant en réserve en arrière du front, soit environ un huitième de la population active qui est ainsi mobilisée. 3 Ces hommes convergent donc vers les gares, sans enthousiasme ni défaitisme, mais dans une confusion relative due à l’ampleur de la mobilisation.

Si il est question des fascicules 1, 2 et 3 je ne trouve pas trace des n° suivants.
L’extrait cité plus haut provient d’ici (page 4) :
http://archives.ecpad.fr/wp-content/upl ... 06/ddg.pdf
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 83814
Inscription: 02 Fév 2003, 21:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: Fascicule numéro 4

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Loïc Charpentier  Nouveau message 11 Nov 2019, 15:33

Bonjour,
Par simple curiosité, j'ai essayé de dénicher de l'info, notamment les textes officiels à propos de ces fascicules de mobilisation. Hélas, rien de bien précis.
Je reprends l'info émanant de Brehon...

...J'ai juste vu que les titulaires du fascicule de mobilisation n° 2 devaient rejoindre leur unité en 12h en cas de mise en alerte de l'armée active, même en temps de paix.


12 heures, c'est très court et çà donne l'impression que le fascicule N°2 ne concernait que les militaires d'actives "en permission" ou en disponibilité (officiers), sensés rallier ou rejoindre leurs unités, dès la prise de connaissance de l'ordre de mobilisation, car ils étaient les "seuls" à connaitre leurs affectations. Les réservistes, les rappelés et appelés, eux, devaient se présenter à la gendarmerie la plus proche de leur domicile, qui était sensée les rediriger vers un centre de mobilisation.

J'ai, aussi, cru comprendre, que ces fascicules incluaient un titre de transport gratuit et, pour éviter les embouteillages dans les gares, que les acheminements étaient échelonnés dans le temps - ne serait-ce que pour laisser un peu de temps à la toute nouvelle SNCF pour s'organiser! Dans ce contexte, un militaire d'active était sensé pouvoir sauter dans le "premier" train en partance vers son unité - les 12 heures représentant, en gros, le plus long délai d'acheminement "ferroviaire" en France métropolitaine (ex: Strasbourg/Bordeaux, Strasbourg/Brest, etc.) -. Il est probable que la présentation dudit fascicule à la prévôté, présente dans les grandes gares, devaient faire office de blanc-seing et justifier des retards indépendants de la volonté du "mobilisé" .

A l'époque, l'existence des postes de radio (TSF) n'était pas une généralité ( ni le téléphone!) , surtout à la campagne, et, dans la France citadine & rurale, l'ordre de mobilisation avait été affiché par voie d'affichage municipal, d'où un délai, quasi-incompressible, pour réceptionner les affiches et les "pancarter"! Pour les militaires d'actives, il existait le télégramme, traité et remis par les PTT, mais, là, aussi, il y a un délai de réception, traitement et transmission "incompressible", dans un service brutalement submergé par la situation! Du coup, sur un délai (théorique) de 12 heures, le premier coup de tampon de la prévôté, dans le délai de 12H00, sur le fascicule, devait, si nécessaire, déclencher le "compteur", les suivants, faisant office de preuve légale. Cà avait du bouchonner sévère devant les tables de la prévôté, installés, en "catastrophe", dans les gares!

En fouillant sur certains sites, j'ai relevé concernant le fascicule n°4 : « En cas de mobilisation générale […], le porteur du présent se mettra en route immédiatement, sans délai et sans attendre aucune notification individuelle".


... A condition de savoir où il devait se rendre ! Donc, la première étape du parcours était la gendarmerie locale, sauf pour l'Active qui rejoignait ses unités.

Concernant le fascicule n°1, j'ai trouvé : "Il devra se présenter au plus tard le troisième jour de la mobilisation avant 7 heures.".
Parfois, c'était même indiqué le quatrième jour.


Cà sent le rappel du réserviste ou de la recrue mobilisée, car, là, le délai de présentation est de, plus ou moins, 72 heures.

En théorie, les réservistes étaient sensés connaitre leur centre de mobilisation, mais çà ne devait pas être, non plus, une science "exacte"! Comme çà ne rigolait pas trop avec les délais de présentation des mobilisés - il y a une pile de textes sur la "répression" des retardataires, des "insoumis" et le classement d'office en tant que "déserteur" - de mémoire, 48 heures! -, çà devait sérieusement se bousculer dans les gendarmeries ou devant les tables de la prévôté, dans les (grandes) gares urbaines.

Même superbement organisée sur le papier, une mobilisation générale de 2,7 millions d'hommes constitue une monumentale pétaudière ! Les trains et les wagons ne sont pas extensibles à l'infini, ni la longueur et le poids des rames, la capacité des gares est limitée, d'autant que le réseau ferroviaire français à la particularité d'être axée (ou concentré) sur les seules sept gares parisiennes, où le transport des civils, même en étant retardé, se poursuivait - ne pas oublier, non plus, que, en parallèle, la SNCF acheminait, également, le matériel et les approvisionnements de l'Armée -.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5220
Inscription: 25 Mai 2016, 17:26
Région: Alsace
Pays: France

Voir le Blog de Loïc Charpentier : cliquez ici


Re: Fascicule numéro 4

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de brehon  Nouveau message 11 Nov 2019, 17:02

Bonjour,
Loïc Charpentier a écrit:Les réservistes, les rappelés et appelés, eux, devaient se présenter à la gendarmerie la plus proche de leur domicile, qui était sensée les rediriger vers un centre de mobilisation.

Tu es sûr de ce que tu dis, là?
En principe les réservistes connaissent leur lieu de destination car il est renseigné sur le fascicule (la plupart du temps un centre de mobilisation ou le dépôt d'un régiment).
À l'époque, comme maintenant, il y avait une gendarmerie par canton. En cas de mobilisation générale c'était plusieurs milliers de réservistes qui étaient concernés dans chaque canton. La bridage de gendarmerie du canton c'était 5 ou 6 pandores, pas plus. Comment auraient-ils pu gérer un tel afflux?

Loïc Charpentier a écrit:l'ordre de mobilisation avait été affiché par voie d'affichage municipal, d'où un délai, quasi-incompressible, pour réceptionner les affiches et les "pancarter"!

Les affiches étaient imprimées à l'avance et à disposition dans les mairies. Il n'y avait juste qu'à ajouter la date.
En 1939, la mobilisation générale a été décrétée le 1er septembre, prenant effet à 0h00 le 2 septembre.
Le 2, dès les premières heures de la matinée, les affiches étaient placardées partout.

Loïc Charpentier a écrit: Du coup, sur un délai (théorique) de 12 heures, le premier coup de tampon de la prévôté, dans le délai de 12H00, sur le fascicule, devait, si nécessaire, déclencher le "compteur", les suivants, faisant office de preuve légale. Cà avait du bouchonner sévère devant les tables de la prévôté, installés, en "catastrophe", dans les gares!

Le "compteur" n'était pas déclenché par un "coup de tampon" mais par le jour et l'heure auxquels la mobilisation prenait effet.
Cordialement.
Yvonnick

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9458
Inscription: 14 Déc 2009, 16:45
Région: Bretagne
Pays: France

Voir le Blog de brehon : cliquez ici


Re: Fascicule numéro 4

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Loïc Charpentier  Nouveau message 11 Nov 2019, 18:29

brehon a écrit:Bonjour,
Loïc Charpentier a écrit:Les réservistes, les rappelés et appelés, eux, devaient se présenter à la gendarmerie la plus proche de leur domicile, qui était sensée les rediriger vers un centre de mobilisation.

Tu es sûr de ce que tu dis, là?
En principe les réservistes connaissent leur lieu de destination car il est renseigné sur le fascicule (la plupart du temps un centre de mobilisation ou le dépôt d'un régiment).
À l'époque, comme maintenant, il y avait une gendarmerie par canton. En cas de mobilisation générale c'était plusieurs milliers de réservistes qui étaient concernés dans chaque canton. La bridage de gendarmerie du canton c'était 5 ou 6 pandores, pas plus. Comment auraient-ils pu gérer un tel afflux?

Loïc Charpentier a écrit:l'ordre de mobilisation avait été affiché par voie d'affichage municipal, d'où un délai, quasi-incompressible, pour réceptionner les affiches et les "pancarter"!

Les affiches étaient imprimées à l'avance et à disposition dans les mairies. Il n'y avait juste qu'à ajouter la date.
En 1939, la mobilisation générale a été décrétée le 1er septembre, prenant effet à 0h00 le 2 septembre.
Le 2, dès les premières heures de la matinée, les affiches étaient placardées partout.

Loïc Charpentier a écrit: Du coup, sur un délai (théorique) de 12 heures, le premier coup de tampon de la prévôté, dans le délai de 12H00, sur le fascicule, devait, si nécessaire, déclencher le "compteur", les suivants, faisant office de preuve légale. Cà avait du bouchonner sévère devant les tables de la prévôté, installés, en "catastrophe", dans les gares!

Le "compteur" n'était pas déclenché par un "coup de tampon" mais par le jour et l'heure auxquels la mobilisation prenait effet.


Tu as parfaitement raison, mais, d'un côté, tu as le fonctionnement théorique idéal - celui que tu indiques -, de l'autre la réalité à l'instant "T". Entre 1928, la loi du mois de mars, et septembre 1939, les procédures de mobilisation avaient changé, leurs mises à jour "personnelles" ne devaient pas excéder l'échéance annuelle, la création de dépôts de rassemblement avait, probablement, du, elle aussi, s'accélérer et se diversifier, ce qui faisait, très probablement, que même le troupier, admis fraichement dans la réserve, était bien souvent infoutu de savoir sur quel dépôt il devait s'acheminer de sa "propre initiative". Cà ne concerne pas le personnel d'active, car depuis la déculottée de 1870 et après l'expérience "Der des Ders", on avait, en France, arrêté de balader les régiments et ses cadres (!), à travers le territoire, dans le cadre d'une mobilisation générale. Dans la plupart des cas, le Réserviste - sans parler des recrues mobilisées - s'empressait d'aller, d'abord, vérifier à la gendarmerie (certainement, débordée!) de sa commune, le bien-fondé ou l'actualité des mentions figurant sur son fascicule de mobilisation, sinon, il se transportait sur le dépôt mentionné... où... Ben, non, désolé, çà a changé, ce n'est plus ici!... hop, un petit coup de tampon "régulateur" et direction la gare pour reprendre le train!

Militairement, la première préoccupation est de rameuter, le plus vite possible, les troupes d'actives, en permission ou en détachement, le personnel effectuant son service sous les drapeaux, les cadres (Réserve incluse) et la première Réserve ( la plus fraiche) parmi la troupe et les sous-officiers. Au-delà, un passage par un "peloton" de "remise en forme" militaire est nécessaire (même si les circonstances ne s'y prêtent pas! ), ne serait-ce afin que le "mobilisé" retrouve ses billes au sein de l'organisation militaire.

Je suis assez bien placé pour en parler, car, alors que j'ai passé 6 ans dans la Marine, comme officier-marinier spécialisé, je n'ai jamais été, une seule fois, appelé pour effectuer la moindre période de réserve ! Certes, il n'y avait pas de conflit mondial à l'horizon, mais bon! Si on se réfère aux textes officiels, il y avait une sérieuse lacune, sachant que j'ai, toujours, signalé mes changements de domicile à la gendarmerie! :rire:

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5220
Inscription: 25 Mai 2016, 17:26
Région: Alsace
Pays: France

Voir le Blog de Loïc Charpentier : cliquez ici


Suivante

Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers LA "DRÔLE DE GUERRE" ET LA DÉFAITE DE 1940




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Petite réflexion au sujet du pétrole du Caucase et le III° Reich. 
il y a 11 minutes
par: Loïc Charpentier 
    dans:  RAD Abt 5/224/XXII 
il y a 26 minutes
par: Clauster 
    dans:  LE QUIZ 
il y a 33 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  quiz chars 
Aujourd’hui, 16:51
par: coyote 
    dans:  brigade internationale 
Aujourd’hui, 16:23
par: Loïc Charpentier 
    dans:  Sur les traces des Chasseurs Ardennais 
Aujourd’hui, 12:37
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Traduction shore-to-shore 
Aujourd’hui, 12:35
par: Dog Red 
    dans:  Quoi de neuf dans les kiosques ? 
Aujourd’hui, 10:01
par: RoCo 
    dans:  Rommel mythe ou réalité? 
Hier, 23:12
par: pierma 
    dans:  Sonderfahndungsliste G.B., liste des personnalités à arrêter en GB 
Hier, 23:08
par: pierma 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 19 invités


Scroll