Connexion  •  M’enregistrer

1942 : Vichy, la débâcle d’un procès

Tout ce qui concerne la période entre le 3 septembre 1939 et le 25 juin 1940 environ, comme par exemple:
L'offensive de la Sarre, la mobilisation, le Pied de Paix Renforcé, la B.E.F., la campagne de France, l'effondrement de la République et de l'Armée Française, l'exode ...
MODÉRATEUR: Equipe Admins/Modos

Re: 1942 : Vichy, la débâcle d’un procès

Nouveau message Post Numéro: 11  Nouveau message de alberto  Nouveau message 30 Sep 2013, 11:06

Bonjour,

Qui a lu le bouquin de cette dame, Julia Bracher ? (http://www.amazon.fr/Riom-1942-proc%C3%A8s-Julia-Bracher/dp/2258091411/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1380528821&sr=8-1&keywords=julia+bracher)

Si oui, merci de nous en donner qqs commentaires.
"Mépriser l'art de la guerre c'est faire le premier pas vers la ruine." (Machiavel)

vétéran
vétéran

 
Messages: 970
Inscription: 28 Mar 2011, 13:35
Région: Région toulousaine
Pays: France

Voir le Blog de alberto : cliquez ici


Re: 1942 : Vichy, la débâcle d’un procès

Nouveau message Post Numéro: 12  Nouveau message de Francis Deleu  Nouveau message 30 Sep 2013, 12:46

norodom a écrit:Je constate que cela n'a pas été vain, puisque s'ensuivent quelques éléments de réflexion...
Je crois avoir bien compris que Francis se pose la même question que moi sur le profil des personnages qui composaient ce Conseil. Donc, question en suspens ?
Roger


Bonjour Norodom,

Après quelques déboires sans importance, heureux de vous retrouver à Riom.

En fouillant dans mon monceau de bouquins et archives, j'ai trouvé des infos qui répondent partiellement à nos questions. J'y reviendrai, le temps d'analyser tout cela ! Mais déjà pour combler nos attentes, je note que le point de départ fut le fumeux ... euh ... fameux discours du "Vent mauvais" du 12 août 1941.

Pour la petite histoire et elle est croustillante: Pétain (ou son service "com") prirent l'étonnante initiative de diffuser ce discours au Casino de Vichy pendant l'entracte d'une représentation de Boris Godounov et devant une assemblée de notables stupéfaits, ceux de Vichy et ceux de Riom invités pour la circonstance.
On peut comprendre la surprise et l'indignation de plusieurs notables pris au dépourvu en prenant connaissance de ce message. Retenons seulement les points 11 et 12 en relation directe avec le Conseil de justice :
11) J'ai décidé d'user des pouvoirs que me donne l'acte constitutionnel n° 7 pour juger les responsables de notre désastre. Un conseil de justice politique est créé à cet effet. Il me soumettra ses propositions avant le 15 octobre.
12) En application du même acte constitutionnel, tous les ministres et hauts fonctionnaires devront me prêter serment de fidélité, et s'engager à exercer les devoirs de leur charge pour le bien de l'État, selon les lois de l'honneur et de la probité.

Cassagnau, Procureur général, se serait écrié: "Eh quoi ! On n'attend pas la fin de l'information pour juger. Pour qui nous prend-on ?
Un autre aurait lancé : "Ce n'est plus la cour du roi Pétain, c'est la cour du roi Pétaud".

Faut-il comprendre que Pétain exaspéré par la lenteur de l'instruction, les récriminations des magistrats, etc ... prend les devants pour mettre la Justice sous tutelle et accélérer ainsi la procédure.

A plus tard,
Francis.


 

Voir le Blog de Francis Deleu : cliquez ici


Re: 1942 : Vichy, la débâcle d’un procès

Nouveau message Post Numéro: 13  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 30 Sep 2013, 15:14

Rien n'est moins "franco-français que le procès de Riom !

Hitler veille, à toutes les étapes de la procédure.

vétéran
vétéran

 
Messages: 6185
Inscription: 22 Mai 2005, 19:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: 1942 : Vichy, la débâcle d’un procès

Nouveau message Post Numéro: 14  Nouveau message de norodom  Nouveau message 30 Sep 2013, 16:19

@ Francis Deleu

Chacun ses goûts !... je ne vois vraiment pas le moindre caractère croustillant de cette histoire qui n'a rien à voir avec le sujet présent, sauf de la part de ceux qui veulent chercher des poux là où il n'y en a pas !
Que Pétain fut inspiré en la circonstance par la musique de Moussorgski ou par le souvenir de l'orchestration de son opéra qu'en fit Maurice Ravel en 1922, ne me cause aucun trouble.
Quant au lieu, il est tout de même préférable que le choix du Casino de Vichy ait prévalu sur l'Abattoir !
C'est aussi assez curieux d'écrire en 2013 que deux magistrats, l'un procureur général et l'autre anonyme auraient (c'est le terme employé pour l'un comme pour l'autre) lancé une "petite vanne", histoire de se défouler !... les certitudes feraient-elles défaut ?
J'ose espérer, Francis, qu'un homme de votre qualité ne s'en tient pas à retenir ce genre de propos de basse-Cour (sans jeu de mots)
A vous lire pour les infos qui répondent partiellement à nos questions... ce sera probablement plus instructif


 

Voir le Blog de norodom : cliquez ici


Re: 1942 : Vichy, la débâcle d’un procès

Nouveau message Post Numéro: 15  Nouveau message de norodom  Nouveau message 30 Sep 2013, 16:35

François Delpla a écrit:Rien n'est moins "franco-français que le procès de Riom !

Hitler veille, à toutes les étapes de la procédure.

C'est ça oui !... à moins de trois mois du lancement de son plan bleu à l'Est, Hitler avait un oeil sur les magistrats d'Auvergne !... c'est le gag de cette fin de mois !


 

Voir le Blog de norodom : cliquez ici


Re: 1942 : Vichy, la débâcle d’un procès

Nouveau message Post Numéro: 16  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 30 Sep 2013, 17:08

Extraits de mon Mandel

Depuis les lendemains de Montoire, Pétain n'attend plus rien d'un procès des dirigeants de la Troisième République, et laisse vivoter la cour de Riom qui semble devoir juger tout au plus, si un jour elle siégeait, Daladier, Gamelin et Blum, pour la mauvaise préparation de la guerre plutôt que pour son déclenchement.

Au lendemain du crime [l'assassinat de Marx Dormoy à Montélimar, le 18 juillet 41], la presse collaborationniste de Paris ressemble plus que jamais à un instrument manié par Abetz pour exprimer ses desiderata et menacer le gouvernement de Vichy de brutales représailles s’il n’obtempère pas au plus vite. Elle se déchaîne contre les captifs de Vals. Au pilori écrit ainsi, le 30 juillet :
Et d’un ! A qui le tour du plomb dans la tête ? (…) messieurs nos chefs, parlez un peu moins de Révolution nationale et faites-la. Avec toute l’implacable rigueur qui s’impose.

Ici, les noms sont en blanc. Mais non là. Je suis partout, le 6 septembre, dit à propos de Mandel et de Reynaud : « Qu’on en finisse avec eux ! Qu’on les inculpe (…) ou bien qu’ils subissent le sort de Marx Dormoy. »

Le message hitlérien est limpide : si vous les libérez je les tue, et si vous entendez les garder en vie mettez-les, comme je vous l'ai demandé, dans une prison à régime sévère… tout en les inculpant pour bellicisme.
Car Hitler ne serait pas Hitler si, juste après avoir fait mine de réclamer la tête de quelqu’un, il se contentait de son emprisonnement. Ce n’est là qu’une mesure conservatoire, à ne pas séparer de la toile de fond du procès de Riom, toujours en cours d’instruction.

vétéran
vétéran

 
Messages: 6185
Inscription: 22 Mai 2005, 19:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: 1942 : Vichy, la débâcle d’un procès

Nouveau message Post Numéro: 17  Nouveau message de Francis Deleu  Nouveau message 30 Sep 2013, 17:35

norodom a écrit:@ Francis Deleu
Chacun ses goûts !... je ne vois vraiment pas le moindre caractère croustillant de cette histoire qui n'a rien à voir avec le sujet présent, sauf de la part de ceux qui veulent chercher des poux là où il n'y en a pas !

Bonsoir Norodom,

J'apprécie les anecdotes qui, dans les coulisses du pouvoir, dévoilent la déliquescence d'un régime. Quant aux deux "vannes", elles sont rapportées par le juge Pierre Béteille, témoin et acteur du procès.

Mais revenons à notre question en suspens : le Conseil de justice politique.

Il sera composé de 8 membres sous la présidence de Perreti Della Rocca, ancien ambassadeur de France notamment à Bruxelles et à Madrid et ami intime de Pétain.
J'ai retrouvé 6 membres : 2 juristes, 2 prisonniers rapatriés d'Allemagne, 1 mutilé des deux guerres, 1 colonel présidant l'"Association des décorés au péril de leur vie".
Leur mission, nous le savons, consistait à faire des propositions de châtiment avant le 15 octobre.
Notons que pour se forger une opinion, le Conseil n'a jamais interrogé les inculpés, ni leurs avocats, ni même les magistrats. Demandons-nous dès lors sur quel base ils ont émis leur "conseil".
Les juges de la Cour suprême n'ont guère apprécié ce déni de justice. Certains ont envisagé de démissionner. Le bâtonnier de l'ordre des avocats, Me Jacques Charpentier adressera au gouvernement un virulente lettre de protestation. Rien n'y fit !

Nous verrons plus tard, si vous le souhaitez, comment Maître Le Troquer, (pour se venger et ridiculiser la tenue du procès ?) fit donner lecture à l'ouverture de la première audience du 19 février 1942 d'un document confidentiel enjoignant les magistrats à ne pas mettre en cause Pétain ?
Comediante, tragediante, le cher Pétain.(conviction personnelle :D )

@ François

Merci de rejoindre le débat. Je m'imaginais déjà que tu avais élu domicile sur les berges de l'Aa, scrutant l'horizon pour tenter d'apercevoir les falaises de Douvres et l'ombre de Winston.

Cordialement,
Francis.


 

Voir le Blog de Francis Deleu : cliquez ici


Re: 1942 : Vichy, la débâcle d’un procès

Nouveau message Post Numéro: 18  Nouveau message de Halhin Gol  Nouveau message 30 Sep 2013, 18:11

Le décret du 29 septembre 1941 n'est pas disponible sur le site légifrance compte tenu de son ancienneté mais il est néanmoins indiqué comme suit :
"Décret du 29 septembre 1941 CONSTITUTION D'UN CONSEIL DE JUSTICE POLITIQUE, CHARGE DE DONNER SON AVIS SUR LES QUESTIONS QUE LE CHEF DE L'ETAT JUGERA UTILE D'EVOQUER DEVANT LUI".
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTex ... dateTexte=

ainsi que le laissaient déjà penser les autres remarques sur le Conseil de justice politique (sic) celui-ci, fort classiquement si l'on fait abstraction de l'époque et de la nature de l'avis qui pouvait lui être demandé, n'émettait qu'un avis ce qui signifie qu'une juridiction de jugement saisie après l'émission d'un tel avis n'était pas liée par ledit avis (sauf dispositions contraires du décret ou des textes s'y rattachant mais tant que je n'aurai pas ces textes, je me garderai du contraire).


OFF
Par ailleurs, Maître Jacques Charpentier était le bâtonnier de l'ordre des avocats du barreau de Paris et non le bâtonnier de l'ordre des avocats puisqu'il existait et existe toujours autant d'ordres d'avocats que de barreaux c'est à dire que de tribunaux de grande instance (puisque chaque barreau est rattaché à un tel tribunal sauf un ordre spécifique: l'ordre des avocats au Conseil d'Etat et à la Cour de cassation, barreau unique de ces deux juridictions).
La remarque est ici sans conséquence mais est, en revanche, dirimante lorsqu'est examiné le comportement des ordres d'avocats pendant la deuxième guerre mondiale. Il faut étudier chaque ordre de chaque barreau et si certains ordres d'avocats de tel ou tel barreau ont fait cette démarche, beaucoup ne l'ont pas fait.
:drama:
"We shall fight on the beaches, we shall fight on the landing grounds, we shall fight in the fields and in the streets, we shall fight in the hills; we shall never surrender"

First Lieutenant
First Lieutenant

 
Messages: 167
Inscription: 19 Sep 2013, 17:02
Région: Paris
Pays: FRANCE

Voir le Blog de Halhin Gol : cliquez ici


Re: 1942 : Vichy, la débâcle d’un procès

Nouveau message Post Numéro: 19  Nouveau message de fbonnus  Nouveau message 30 Sep 2013, 19:04

Est-ce à dire, si j'ai bien compris, que certains Ordres d'avocats étaient en fait des "collabos" déguisés ?
Le fonctionnement de la Justice pendant le régime de Vichy est assez troublant ... et souvent peu abordé ... Ces corps de métiers n’appréciant pas que l'on fasse "tinter" les éventuelles casseroles qu'ils auraient accumulés pendant cette triste période de l'histoire de notre pays ...
« Alors mon petit Robert, écoutez bien le conseil d'un père !
Nous devons bâtir notre vie de façon à éviter les obstacles en toutes circonstances.
Et dites-vous bien dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres. »
_________________________________________________
Michel Audiard

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9986
Inscription: 18 Avr 2010, 17:07
Localisation: En Biterre
Région: Languedoc
Pays: France

Voir le Blog de fbonnus : cliquez ici


Re: 1942 : Vichy, la débâcle d’un procès

Nouveau message Post Numéro: 20  Nouveau message de norodom  Nouveau message 30 Sep 2013, 19:31

François Delpla a écrit:Extraits de mon Mandel

mon Monde... c'est Die Welt ?

Si c'est le cas et que vos citations en sont des extraits ?... veuillez les identifier SVP

Sur la 1ère citation, à l'entrée de l'automne 1940, le procès de Riom n'a pas débuté, mais Hitler, bon devin parmi les devins, n'en attend rien !
Mais à partir du début du procès il espère quand même que vont être mises sur le tapis les responsabilités des uns et des autres dans le déclenchement de la guerre.
Et puis "patatras" au fil des débats le devin déchante !

Dans la 2ème citation, je relève que la presse collaborationniste de Paris ressemble plus que jamais à un instrument manié par Abetz. Donc elle ressemble seulement ?
Si je m'arrête au terme "collaborationniste" je déduis que le collaborateur (individu ou organisme) est un employé de celui (individu ou organisme) avec qui il collabore.

Vous citez "Je suis partout"... mais c'est l'ensemble des prévenus qu'il désignait en lançant son "Au lieu d'abattre les salauds, on leur a donné une tribune"
Quant au style de "Au pilori" c'était du kif !
Mais, "Je suis partout" et "Au pilori", c'était "eux" et pas Abetz ou Hitler !

Sur la 3ème et dernière citation, soucieux de ne pas être désagréable, je m'abstiens de tout commentaire. Quel qu'en soit l'auteur, il me suffit d'en rire !

............................................................

Francis Deleu a écrit:Quant aux deux "vannes", elles sont rapportées par le juge Pierre Béteille, témoin et acteur du procès.

Donc, si je comprends bien, Pierre Béteille simple greffier auprès de la Cour Suprême de Riom était "l'anonyme" aux côtés du procureur général Gustave Cassagnau, au Casino de Vichy ?

Ce cher Pierre Béteille qui, encore tout jeune étudiant, avait milité au milieu des années 30 à Toulouse, en faveur de Léon Blum !
Et voilà qu'il est appelé à établir le PV de celui qui fut son idole et à le juger !
Il ne faut donc pas être surpris si le procès fut une pure comédie !

Francis Deleu a écrit:Nous verrons plus tard, si vous le souhaitez, comment Maître Le Troquer, (pour se venger et ridiculiser la tenue du procès ?) fit donner lecture à l'ouverture de la première audience du 19 février 1942 d'un document confidentiel enjoignant les magistrats à ne pas mettre en cause Pétain ?

Curieux cela, d'autant que cette séance était publique, que des "officiels" étaient présents dans des loges et qu'une cinquantaine de journalistes et quelques privilégiés étaient également présents dans la salle. J'imagine mal que pour la circonstance (la lecture d'un document confidentiel) on eut été amené à faire évacuer la salle !. Ou bien alors, les magistrats seuls, ont eu connaissance du document avant la première séance.
Je rappelle ce que j'ai écrit hier soir....

<< A ce propos il faut préciser que le tribunal avait décidé de ne pas remonter au delà de 1936, couvrant ainsi Pétain sur sa mesure de réduction de 20 % du budget militaire en 1934.>>

Peut-être est-ce l'objet du document confidentiel ?

Si c'est le cas, la mise en cause de Pétain est discutable, car en 1934, la France, comme l'Europe toute entière était encore sous le choc du crash de 1929 et dans ces conditions la réduction d'un budget, fusse t-il militaire ne présente rien de bien extraordinaire !


 

Voir le Blog de norodom : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers LA "DRÔLE DE GUERRE" ET LA DÉFAITE DE 1940




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  HG Süd. Bataille d'Ouman. 16 juillet-6 août 1941 
Aujourd’hui, 01:26
par: alfa1965 
    dans:  La 196e compagnie du 6e régiment de génie 
Aujourd’hui, 00:55
par: Kilkenny 
    dans:  Sur les traces des Chasseurs Ardennais 
Hier, 23:50
par: luc-luc 
    dans:  LE QUIZ 
Hier, 23:06
par: coyote 
    dans:  [du 1er AOUT au 30 septembre 2021]: Front de l’Est (suite) 
Hier, 21:32
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Girls and Panzer 
Hier, 20:01
par: Lusi 
    dans:  Bataille Schoppen Janvier 1945 
Hier, 10:47
par: overlord06 
    dans:  L'inculpation d'un ex-gardien de camp nazi,espoir de justice pour les déportés de Marseille 
Hier, 10:30
par: pierma 
    dans:  quiz chars 
Hier, 09:12
par: Didier 
    dans:  Petite réflexion au sujet du pétrole du Caucase et le III° Reich. 
Hier, 08:27
par: Dog Red 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 15 invités


Scroll