Connexion  •  M’enregistrer

Campagne de France : débâcle alliée ou défaite honorable ?

Tout ce qui concerne la période entre le 3 septembre 1939 et le 25 juin 1940 environ, comme par exemple:
L'offensive de la Sarre, la mobilisation, le Pied de Paix Renforcé, la B.E.F., la campagne de France, l'effondrement de la République et de l'Armée Française, l'exode ...
MODÉRATEUR: Equipe Admins/Modos

Nouveau message Post Numéro: 71  Nouveau message de Judex  Nouveau message 25 Aoû 2007, 11:54

Je pense que la France avait perdu la campagne avant de la commencer ! La manoeuvre Breda-Dyle, bien que géniale d'un point de vue stratégique, n'était pas réalisable. De fait en envoyant en Hollande notre 7e Armée, nous avons épuisé notre seul potentiel valable de contre-attaque qui de plus est arrivé trop tard pour obtenir des résultats concluants. Par exemple une unité moderne comme le 6e cuirassiers (1re DLM) a perdu la moitié des ses AMD Panhard (automitrailleuse moderne et capable de détruire la plupart des Panzer de l'époque) durant cette campagne. La 1re DLM, rappatriée d'urgence pour s'opposer à la percée des 7. et 5. Panzerdivisionen, ne fut pas capable dans les conditions de son engagement de s'opposer efficacement. En revanche on peut imaginer que si la 7e Armée (avec tout son potentiel) avait contre-attaqué après la percée de Guderian, les troupes allemandes n'auraient pas pris Paris aussi vite. On ne refait pas l'histoire mais...


 

Voir le Blog de Judex : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 72  Nouveau message de Igor  Nouveau message 25 Aoû 2007, 13:28

Les dirigeants français ont-ils sous-estimé le danger nazi ?

Probablement au début lors de son arrivée au pouvoir, Hitler était-il vu comme un braillard qui ne durerait pas.
Mais par la suite, quand son pouvoir s'est enraciné et quand ses intentions belliqueuses sont devenues réelles, il me semble que les gouvernement de la IIIe République ne sont pas restés totalement inactifs.

Je cite:

Au Conseil des Ministres du 07 septembre 1936, un Plan quadriennal pour l'armement terrestre est adopté. L'Etat-Major demandait neuf milliards de francs. Quelle somme est accordée par le gouvernement ? 14 milliards. Mieux : le Conseil des Ministres lance un plan visant à la mise sur pied de 1500 avions de combat. Et un programme naval de trois ans est adopté quelques semaine plus tard. Deux ans plus tôt, le Gouvernement Doumergue accordait 3 milliards et 415 millions. Qui était alors Ministre de la Guerre ? Le Maréchal Pétain. Cette politique de réarmement a d'ailleurs été considérablement freinée dès 1935 par une politique de déflation menée par un Président du Conseil qui n'était autre que... Pierre Laval.

Le Front populaire sacrifie ainsi de nombreuses promesses électorales à la politique de réarmement. En 1938, les crédits militaires englobent 8,6 % du revenu national (Allemagne : 17 % et Grande-Bretagne : 08 %).


http://www.1939-45.org/articles/frontpop.htm

A mon avis, il y a eu au contraire sur-estimation de la puissance allemande. C'est pour cela que les gouvernements n'osent pas affronter Hitler entre 1935 (rétablissement du service militaire) et 1939. Ils partent du principe que le pays n'est pas prêt et qu'en face l'Allemagne est trop forte. C'est ce qui explique la volonté de tergiverser, la passivité face au réarmement de la Rhénanie et l'Anschluss, l'abandon de la Tchéquoslovaquie. Surtout ne pas mécontenter le puissant voisin allemand.
Lequel voisin, en réalité, était prêt à retirer ses troupes de Rhénanie en cas de réaction des armées françaises.

Ce qui a coûté cher à la France, c'est d'avoir surestimé Hitler et ses forces. Résultat celui-ci a pu prendre l'initiative en permanence et frapper au moment décisif, c'est-à-dire en mai 1940.
Une attaque française en septembre 1939 avait des chances de réussite. Encore fallait-il avoir confiance en ses moyens et ne pas fantasmer sur ceux de l'ennemi.
Cordialement

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2038
Inscription: 18 Juil 2003, 15:35

Voir le Blog de Igor : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 73  Nouveau message de Narduccio  Nouveau message 25 Aoû 2007, 15:13

Une discussion sur un autre forum qui montre certains des problèmes de l'Armée française en 1940 : http://www.passion-histoire.net/phpBB_Fr/viewtopic.php?t=13650

Voilà ce que j'en disais au sujet de la maladie de Gamelin :

Narduccio a écrit:
En ce qui concerne Gamelin, il y a un fait très prosaîque qui explique son aboulie. C'est historiquement connu : plusieurs années auparavant Gamelin avait attrapé la syphilis dans un bordel de Beyrouth et le traitement de l'époque - je ne me souviens plus si c'était à base d'arsenic ou de bismuth- modifiait la personnalité.


Impécable, super. J'ai souvent entendu cette histoire de la syphillis de Gamelin et de l'influence de son traîtement. Mais, si elle est vraie, on peut se poser la question de la pertinence de nommer un tel chef à la tête de nos armées. Si le "système" aurait bien fonctionné, Gamelin aurait dut être écarté. or, ce ne fut pas le cas.
Donc, ceci n'explique rien et devient une preuve du non-fonctionnement du "système" qui devait amené le meilleur général (ou le plus apte) à la tête de notre armée.


Dès que l'on parle de cette période, il y a quelqu'un qui sort cette anecdote: "Gamelin malade d'un traitement des séquelles de sa syphilis et
n'étant pas apte à commander". Souvent d'ailleurs, c'est mis à la charge de Gamelin.
Or, ce serait plutôt un argument à décharge. Ce n'est pas lui qui s'est nommé à ce poste !
Sa nomination est due à la défaillance de 2 systèmes dont le but était de mettre la personne adéquate au poste adéquat. Le premier système est l'Armée. Si Gamelin n'était plus en mesure d'assurer son commandement, il fallait que cette structure soit capable de l'écarter. Or, du fait d'innombrables "chapeles" , c'était des luttes clan contre clan et chaque clan protégeait ses membres. Donc, Gamelin était le représentant de la coterie victorieuse à ce jeu-là (le général Georges étant le représentant d'un groupe adverse).
Les seconds responsables se sont les politiciens. Pour ne pas sembler aller à l'encontre de la hiérarchie militaire, ceux-ci avalisent les décisions de ceux-là. Les politiques auraient du avoir la force de dire aux militaires: "Proposez-nous quelqu'un de capable" si Gamelin ne l'était pas.


 

Voir le Blog de Narduccio : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 74  Nouveau message de Francis Deleu  Nouveau message 25 Aoû 2007, 16:49

Bonsoir Narduccio,

En ce qui concerne Gamelin, il y a un fait très prosaîque qui explique son aboulie. C'est historiquement connu : plusieurs années auparavant Gamelin avait attrapé la syphilis dans un bordel de Beyrouth et le traitement de l'époque - je ne me souviens plus si c'était à base d'arsenic ou de bismuth- modifiait la personnalité


Un contributeur de "Livres de guerre", médecin-chirurgien [*] qui exerça notamment au Val-de-Grâce, nous propose une explication :
La santé de Gamelin en 1940 : http://www.livresdeguerre.net/forum/con ... ndex=18111

Cordialement,
Francis Deleu.

Serge Desbois est l'auteur d'un ouvrage sur l'Indochine "Le rendez-vous manqué des colonnes Charton et Lepage" : http://www.livresdeguerre.net/forum/sujet.php?sujet=405


 

Voir le Blog de Francis Deleu : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 75  Nouveau message de Narduccio  Nouveau message 25 Aoû 2007, 17:37

Francis Deleu a écrit:Un contributeur de "Livres de guerre", médecin-chirurgien [*] qui exerça notamment au Val-de-Grâce, nous propose une explication :
La santé de Gamelin en 1940 : http://www.livresdeguerre.net/forum/con ... ndex=18111

Cordialement,
Francis Deleu.


Merci Francis, je saurais m'en servir.


 

Voir le Blog de Narduccio : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 76  Nouveau message de Audie Murphy  Nouveau message 25 Aoû 2007, 17:48

Je crois donc qu'on peut parler de débâcle sans remettre en cause le degré de combativité des soldats français. Peu importe le facteur qui a causé cette débâcle (et à mon avis, c'est le commandement déficient), elle a réellement eu lieu.
You'd better run for cover before I start to smile...

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5685
Inscription: 22 Mar 2004, 14:09
Localisation: Beauce, Québec, Canada

Voir le Blog de Audie Murphy : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 77  Nouveau message de Narduccio  Nouveau message 25 Aoû 2007, 17:52

Audie Murphy a écrit:Je crois donc qu'on peut parler de débâcle sans remettre en cause le degré de combativité des soldats français. Peu importe le facteur qui a causé cette débâcle (et à mon avis, c'est le commandement déficient), elle a réellement eu lieu.


Je crois que peu de gens nient la réalité de la débâcle. Le gros débat c'est : quand a-t-elle réellement eu lieu ? Mi-mai, pour certains ou après le 15 juin pour d'autres. Cela change beaucoup de choses.


 

Voir le Blog de Narduccio : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 78  Nouveau message de Murdock  Nouveau message 25 Aoû 2007, 22:48

Les pertes allemandes lors de la campagne de France sont supérieures à celles qu'ils vont subir lors des cinqs premiers mois de la campagne de Russie.
Les allemands auraient donc perdu, selon l'estimation la plus haute, 65.000 morts en URSS du 22 juin 41 au 22 novenbre 41 ?

J'aimerai bien savoir d'ou ca sort, parceque en nov 41, beaucoup de divisions allemandes etaient deja reduite a la moitier de leur effectif initiale ...

Je ne remet pas en cause la combativité des francais et anglais au profit des sovietiques, mais les pertes ne sont pas les meme pour l'allemagne.


Yuri, on parle en terme de pertes journalières et non en pertes totales, il me semble.


 

Voir le Blog de Murdock : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 79  Nouveau message de Murdock  Nouveau message 25 Aoû 2007, 22:54

Bon, je pense que ma question n'a pas eu de réponse alors je la repose.

Qu'entendez vous par "débâcle" ? Que signifie ce terme pour vous ?


 

Voir le Blog de Murdock : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 80  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 25 Aoû 2007, 23:37

On peut considérer que la guerre a été perdue - pour la France de la IIIe République - en une semaine. Le 10 mai, l'armée allemande prend l'offensive, la Luftwaffe acquérant assez vite la maîtrise du ciel. Le coup de main des paras sur Eben-Emaël, l'invasion aéroportée des Pays-Bas alimtent la psychose de la Cinquième Colonne. Le 13, le front est percé sur la Meuse. Le 14, la brèche s'est agrandie et atteint 70 kilomètres, tandis qu'au nord la Hollande capitule. Les journées des 15, 16 et 17 mai verront l'armée française et l'aviation franco-britannique incapables de combler la faille qui se creuse dans le dispositif militaire occidental.

A mon avis, la situation, au 15 mai 1940, se résume par cette anecdote. A 20 h 30, alors qu'il était en pleine discussion avec l'ambassadeur américain Bullitt, Edouard Daladier - alors Ministre de la Défense nationale - reçoit un appel téléphonique du général Gamelin qui lui rend compte de la situation :

Daladier. - Non ! Ce que vous dîtes n'est pas possible ! Vous vous trompez ! Ce n'est pas possible ! Il faut attaquer aussitôt !
Gamelin. - Avec quoi ? Je n'ai plus assez de réserves.
Daladier. - Alors... C'est la destruction de l'armée française ?
Gamelin. - Oui, c'est la destruction de l'armée française.


Tout est dit. Tout y est, aussi. Celui qui a été Président du Conseil de 1938 à 1940, et signera à ce titre, non sans réticences, les accords de Munich, constate l'échec d'une politique - la sienne. Et celui qui a été le responsable militaire de l'armée française fait preuve d'un fatalisme pour le moins significatif.

En quelques jours, la France a été vaincue. Le reste ne sera que poursuite et baroud d'honneur. Bref, nous sommes là en présence d'une débâcle, d'une déroute, d'une branlée, d'un naufrage. Le courage de certaines unités n'est pas en cause, pas plus que la défaillance d'autres formations. On a eu beau jeu d'accuser le défaitisme, la baisse du moral. Léon Blum lui-même a reconnu que l'erreur du Front populaire était de n'avoir pas su mobiliser le "peuple de gauche" contre le fascisme et d'avoir au contraire, par des slogans à usage interne et pacifistes, insuffisamment alerté l'opinion publique dès 1936. C'est oublier que le peuple allemand n'était pas plus désireux de partir en guerre.

L'autre erreur du Front populaire, que ne reconnaîtra en revanche pas l'ancien Président du Conseil, est plus grave : avoir assoupli la durée du travail, la portant à 40 heures hebdomadaires. Les statistiques démontrent que cette initiative a contribué à un ralentissement très net de la production : l'indice de production français se réduit de 7 % de mai 1936 à mars 1938 alors que l'indice allemand augmente de 15 %, et celui de la Grande-Bretagne de 7 % pour la même période.

En soi pourtant, l'idée n'était pas mauvaise, bien au contraire : l'intention du gouvernement était de relancer le plein emploi, en luttant contre le chômage technique, outre d'améliorer le niveau de vie des ouvriers. Mais il n'avait pas tenu compte des réalités, et n'avait d'ailleurs nullement cherché la concertation avec les "partenaires sociaux". Le chômage technique touchait en réalité une minorité d'entreprises, et l'industrie française, encore pétrie d'archaïsme, n'était nullement prête à une telle réforme, menée de manière trop dogmatique. Par ailleurs, elle n'empêchera nullement les prix de s'envoler, donc le niveau de vie de baisser, et n'entraînera nulle réduction du chômage.

Echec sur tous les tableaux, mais tempéré par d'autres mesures plus heureuses : les congés payés, facteur de paix sociale, et les nationalisations, qui permettront une meilleure centralisation de la production, et une utilisation plus efficiente de l'outillage et de la main d'oeuvre, outre de moderniser l'industrie. En ce sens, les 40 heures sont venues trop tôt - elles seront d'ailleurs liquidées par Paul Reynaud dès 1938.

Il reste que le Front populaire a également pris la décision, au risque de saborder sa politique sociale (et le risque s'est réalisé) d'augmenter considérablement les crédits militaires, au contraire des gouvernements précédents, et notamment celui de Pierre Laval, dont la politique de déflation avait freiné le très timide réarmement amorcé en 1934. A cette date, 3 milliards et 415 millions avaient été alloués à la défense. En 1936, l'armée demandait neuf milliards, elle en obtiendra quatorze. Deux ans plus tard, les crédits militaires englobent 8,6 % du revenu national (Allemagne : 17 % et Grande-Bretagne : 08 %). Encore ne faut-il pas oublier les autres contraintes : manque de coopération (pourtant indispensable, au vu de la Constitution de la IIIe République) du Sénat, fuite des capitaux, etc. En outre, de nombreux membres de l'opposition s'opposent aux programmes de réarmement : selon eux, le Front populaire est inféodé au Kremlin. Le slogan fleurira à l'extrème droite : "Le Front populaire, c'est la guerre !"

Mais, sous l'impulsion de l'état-major, ces crédits seront mal utilisés, car surtout orientés vers la Ligne Maginot. Résultat : si la France aligne davantage de chars que l'Allemagne en 1940, et si la Flotte reste un formidable outil militaire bien meilleur que la Kriegsmarine, le programme de réarmement aérien n'a, pour sa part, pas abouti, malgré l'objectif de 1.500 avions modernes fixé en 1936. Faute de posséder une aviation capable de damer le pion à la Luftwaffe, la France ne pouvait espérer l'emporter.

Tenons compte également du Haut-Commandement, trop vieux, trop insensible aux idées tactiques nouvelles comme le tandem char-avion développé en Allemagne sous l'impulsion de Hitler et de jeunes loups tels que Guderian, à l'encontre d'officiers plus traditionnalistes tels que le chef d'état-major de l'O.K.H. et conjuré anti-nazi Ludwig Beck. Les généraux français font preuve d'un réel manque de combattivité qui tranche avec l'esprit de 14. Ils n'ont pas confiance dans le réarmement, selon eux trop incomplet, et surtout trop tardif - alors qu'ils n'ont fait aucun effort pour le relancer !

Anecdote révélatrice. En 1937, un Kriegspiel au sommet est organisé à l'état-major de l'armée française, mettant en scène une guerre opposant l'Allemagne à une coalition rassemblant la France, la Belgique, l'Angleterre, la Pologne, la Roumanie, l'U.R.S.S. et la Tchécoslovaquie, cette dernière venant d'être agressée par les nazis pour cause de prétentions hitlériennes sur les Sudètes. L'hypothèse diplomatique la plus optimiste a été retenue, puisque dans ce scénario Paris peut compter sur de nombreux alliés. Mais le résultat de ce petit jeu est pour le moins consternant : en deux semaines, la Tchécoslovaquie est conquise, les armées alliées repoussées. La deuxième phase de la guerre est encore plus désastreuse, puisque la Pologne est terrassée, et la Petite Entente disloquée. Par la suite, l'Allemagne retourne la totalité de ses forces contre la France. L'offensive de cette dernière par le biais de la Belgique se heurterait à de considérables difficultés logistiques et surtout diplomatiques. Pire encore, l'armée française s'est avérée incapable de réagir rapidement pour parer la destruction de l'armée tchèque !

Bref, nos officiers supérieurs sont loin d'avoir foi en la victoire, ce d'autant que le chef d'état-major de l'armée de l'air, le général Vuillemin, est convaincu que notre aviation ne fait pas le poids contre une Luftwaffe modernisée et bénéficiant de doctrines rénovées. Rien d'étonnant à ce que les généraux aient été plus que réticents à l'idée de mourir pour Prague en 1938. Rien de surprenant non plus dans la stratégie attentiste de Gamelin en 1939 : il cherche à cueillir les fruits du réarmement franco-britannique, à attendre l'entrée en guerre des Etats-Unis, à éviter de verser inutilement le sang français.

Car le pacifisme découlant de la Grande Guerre a certes fait son oeuvre dans les esprits. On a parlé d'un manque de motivation des soldats français, du peuple français. Il est vrai que la mobilisation des esprits ne l'a pas été en faveur d'une action armée, comme l'admettra Léon Blum. La drôle-de-guerre a érodé la vigilance, empoisonné l'esprit d'initiative. Mais l'opinion publique allemande était tout aussi soucieuse de sauvegarder la paix. La popularité de Hitler reposait beaucoup sur ses triomphes diplomatiques. Lorsque la guerre sera déclarée, en septembre 1939, le Volk ne manifestera aucune joie, bien au contraire. Seuls l'anéantissement de la Pologne et l'absence marquée d'attaque française vont rassurer l'opinion. Qui plus est, la drôle-de-guerre en Allemagne se traduira surtout par un perfectionnement de l'aviation et de l'appareil blindé et mécanisé.

Au moins Hitler aura-t-il su utiliser au mieux le répit accordé sans s'aliéner la population. Tel n'est pas le cas de nos gouvernants, civils aussi bien que militaires. La propagande est inefficace. Les blindés ne sont pas regroupés. Les insuffisances de l'aviation restent criantes. La diplomatie craint, avec le manque flagrant de coopération avec la Belgique, timidement sollicitée. Tandis que Hitler aiguise son glaive, l'épée française s'émousse.

Reste enfin la sous-estimation du facteur "Hitler" lui-même, fort bien décrite par Daniel Laurent. Le Führer y a personnellement contibué. Il a cultivé de nombreuses amitiés et sympathies en France, par le biais, notamment, du Comité France-Allemagne parrainé par Otto Abetz, et qui saura faire vibrer la corde pacifiste chez l'opinion, en particulier lors des accords de Munich. En 1938, il a su se donner une image de conquérant pacifique, soucieux d'unifier tous les Allemands sans pour autant déclencher une guerre qui n'arrangerait que les bolcheviks. En passant pour un dictateur faible et hésitant, il donne l'impression d'être capable de changer d'avis, voire d'être vulnérable. Jusqu'au bout de la crise polonaise, Londres et Paris penseront pouvoir le stopper par les traités et la parole. Puis, en septembre 1939, les Alliés n'attaqueront point l'Allemagne - hormis l'offensivette de Sarre - pour éviter de voir le peuple teuton se réunir derrière son Führer. Chamberlain escomptait un effondrement intérieur du régime...

Chamberlain, justement. La France s'était mise à la remorque de la Grande-Bretagne, dont les responsabilités sont encore plus accablantes. Le réarmement français était sans doute tardif et incomplet, mais le britannique était pour ainsi dire inexistant, sauf en ce qui concerne la R.A.F., qui saura contrer la Luftwaffe en 1940 dans le ciel anglais. Par une politique d'égoïsme national faisant fi de la Rhénanie et de la Tchécoslovaquie, le cabinet londonien avait sabordé le système des alliances français. Pire encore, il n'avait pas su prendre la juste valeur du péril hitlérien.

Bref, la France ne pouvait en aucun cas vaincre l'Allemagne. La guerre était, de toutes les manières, perdue au moins depuis la perte de l'allié tchèque, injustement sous-estimé par nos généraux, si bassement abandonné par nos décideurs civils. Les facteurs sont multiples : une politique de réarmement tardive et grevée de lourdes hypothèques ; un Haut-Commandement craintif, sclérosé, peu sensible aux concepts nouveaux ; un partenaire, l'Angleterre, menant une diplomatie périmée ; une opinion insuffisamment mobilisée, même s'il faut relativiser l'affirmation, le peuple allemand n'étant pas farouchement plus belliciste ; une incapacité à appréhender les talents de Hitler.

La campagne de France, et notamment sa première semaine, pourront être débattues sans fin. Il n'empêche qu'elle était perdue avant le premier coup de feu.
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 15:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers LA "DRÔLE DE GUERRE" ET LA DÉFAITE DE 1940




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Photo d'Iwo Jima: les Marines reconnaissent une seconde erreur. 
Aujourd’hui, 01:31
par: carcajou 
    dans:  le Musée de la Moselle annexée s'agrandit. 
Aujourd’hui, 01:06
par: orpo57 
    dans:  Démobilisation des alsaciens en 1940 
Aujourd’hui, 00:16
par: dynamo 
    dans:  ABREVIATIONS SUR FICHE MATRICULE 
Hier, 23:55
par: Loïc 
    dans:  Barbarossa : 1941 - La guerre absolue 
Hier, 23:18
par: thucydide 
    dans:  motif de démobilisation après armistice 22 juin 1940 
Hier, 22:29
par: brehon 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 16 
Hier, 21:56
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  VAINS ESPOIRS POLONAIS ENVERS LA FRANCE ET LE ROYAUME-UNI ? 
Hier, 21:10
par: Dog Red 
    dans:  Au coeur de l'enfer.Témoignage d'un Sonderkommando d'Auschwitz 1944. 
Hier, 20:52
par: pierma 
    dans:  [DU 31 août 2019 au 31 octobre 2019]:Chemin de fer allemands pendant la SGM 
Hier, 20:14
par: Signal Corps 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: alain adam, Alfred, Msn et 19 invités


Scroll
cron