Connexion  •  M’enregistrer

Les énergies pendant la guerre

Retrouvez ici toutes les histoires vécues et les récits de guerre. Déposez ici les témoignages en votre possession sur la vie pendant le conflit. C'est un pan important du devoir de mémoire cher à notre forum.
MODÉRATEUR: Prosper

Les énergies pendant la guerre

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de jph  Nouveau message 17 Déc 2012, 15:53

Bonjour, je vous propose cet article extrait de :Vivre EDF Le Mag n°5, novembre/décembre/janvier 2012/2013, réalisé par Yves Deguilhem. Cela permet de mettre en avant un sujet méconnu. j'ai ajouté deux documents pour illustrer le texte. Amicalement jph

1940-1949 Le plein de pénuries

En ces années de guerre et d'occupation, faute d'énergie, la majorité des Européens grelotte, apprivoise l'obscurité. Pénurie d'essence oblige, on pédale, on marche, on fait appel au "système D" pour améliorer le quotidien. Et pendant que les moyens de production sont rançonnés par l'ennemi, les électriciens se révèlent une précieuse main d'oeuvre....

Dès 1940, la cause première du manque d'énergie dans l'Europe occupée réside directement dans les difficultés d'approvisionnement en charbon. La France reste notamment dépendante d'importations belges et britanniques. En dépit du maintien de la production intérieure- via la réouverture de mines en zone sud-, la quantité de charbon disponible dans l'Hexagone baisse d'un tiers de 1938 à 1942, passant de 67,7 à 48,3 millions de tonnes (1). Faute de charbon en quantité suffisante, et de gaz de bonne qualité, les habitants se chauffent à la tourbe, au bois. "Partout dans l'Europe occupée, les grandes villes souffrent de problèmes de ravitaillement, la pénurie alimentaire faisant le plus de dégâts, relativise Alain Beltran, historien, directeur de recherche au CNRS, président du Comité d'histoire de l'électricité. En Pologne, en Belgique, en France, l'occupant pille le charbon, la Roumanie cède son pétrole et, à cause de l'effort de guerre réclamé aux pays occupés, les usines doivent tourner." A Madrid et partout dans la péninsule ibérique, le blocus prive les citoyens de pétrole, et l'Italie soufre de la même pénurie de ressources énergétiques que ses voisins européens.

Ni chauffage électrique, ni ascenseur...
En France, l'effort porte sur la production hydroélectrique, ressource nationale et renouvelable: un "plan de dix ans" est lancé et le pourcentage de l'énergie hydraulique passe de 53 % en 1938 à 60 % en 1942, et ce malgré la sécheresse qui caractérise la décennie 40. Déjà sévèrement limitée durant la "drôle de guerre" (1939-40), la consommation d'électricité fait l'objet d'une cascade de réglementations à partir de la fin 1940 (2). L'une des premières décisions de l'occupant est de mettre la France à l'heure allemande, soit décaler les pendules de deux heures de moins... Résultat: tous les habitants, y compris les écoliers, doivent se lever alors qu'il fait encore nuit, marcher en tâtonnant dans les rues dépourvues d'éclairage, black-out oblige. Avec les difficultés croissantes, les textes de loi se font plus pointilleux, voire kafkaïens: à partir du 20 novembre 1941, les ascenseurs pour immeubles de 4 étages doivent être désactivés et les boutons correspondant aux premiers étages être retirés! En 1942, la vente et la location d'appareils électriques sont interdites et, début 1943, l'usage de chauffage électrique est totalement prohibé. La pénurie est délicate à gérer: en novembre 1941, la Compagnie parisiennes de distribution d'électricité ouvre un service des restrictions, avec bureau des réclamations. Les deux sont vite débordés! Au fil des dépassements de consommation - et des fraudes (remplacement des fusibles, branchements clandestins, manipulations de compteurs...)-, les coupures se multiplient. Côté transports, si l'on n'a ni charbon ni pétrole, on a des idées! "La voiture électrique est de nouveau fabriquée en France à quelques centaines d'exemplaires et dans toutes les grandes villes d'Europe, les véhicules à gazogène sillonnent les rues... des bus, des voitures (3) mais aussi des chars allemands, rappelle Yves Bouvier, historien, maître de conférences à l'université de Savoie. Dans sa volonté de se libérer des contraintes charbonnières, l'Etat français construit des lignes à haute tension (entre le Massif central et Nantes, les Alpes et la région parisienne), et des innovations sont lancées. Comme l'énergie marémotrice, sous la houlette de Robert Gibrat, directeur de l'électricité à Vichy (jusqu'en 1942), l'un des pères de l'usine de La Rance."
Après une ultime année de sécheresse (1949), la nouvelle décennie débute sous de meilleures augure pour les Européens ayant survécu à cette période de guerre et de pénuries. Mais la raréfaction de l'électricité a des conséquences : dans les régions où elle ne s'était pas imposée avant-guerre, tout le monde désire la "fée électricité". En ville, la raréfaction de la lumière a plongé les occupants d'un même logement dans la promiscuité. Il faudra attendre les années 1950 pour que l'éclairage individualisé (re) donne pleinement le droit à l'intimité à chaque Européen.

Précieux électriciens
A la pénurie d'approvisionnements s'ajoute celle de main d'oeuvre qualifiée, partout en Europe. Entre juin 1942 et juillet 1944, le service du travail obligatoire (STO) envoie de force 600 000 à 650 000 travailleurs français en Allemagne. Mais comme Vichy et les autorités allemandes font tout pour assurer une production électrique régulière, la formation de jeunes techniciens électriciens dans les écoles de métiers (comme celle de Gurcy-le-Châtel, en Seine-et-Marne) permet d'éviter le STO. Il en va de mêmr pour les électriciens mobilisés sur les grands chantiers hydrauliques. Une main d'oeuvre spécialisée qui procédera, le moment venu, à quelques sabotage pour entraver la production et la distribution électriques.

1/Cf. Atlas historique "La France pendant la Seconde Guerre mondiale" (Fayard, ministère de la Défense, 2010).
2/Cf. La fée et la servante (Chap.14 "Le temps des privations"), de Alain Beltran et Patrice Carré (Ed. Belin, 1991).
3/Sur les quelque 120 000 véhicules qui circulent alors, près de 90% en sont équipés (le gazogène est obtenu en brûlant du bois ou du charbon de bois).
ration elec - Copie.jpg
ration elec - Copie.jpg (209.63 Kio) Vu 1691 fois


fee elec - Copie.jpg
fee elec - Copie.jpg (86.18 Kio) Vu 1691 fois
Dernière édition par jph le 17 Déc 2012, 16:14, édité 1 fois.

Brigadier General
Brigadier General

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 339
Inscription: 30 Nov 2012, 11:55
Région: Picardie
Pays: France

Voir le Blog de jph : cliquez ici


Re: Les énergies pendant la guerre

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 17 Déc 2012, 16:12

Grand merci à toi Jean Philippe.
Amicalement
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 64223
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: Les énergies pendant la guerre

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Jumbo  Nouveau message 18 Déc 2012, 12:45

Merci Fifi, t'envoies du lourd comme d'hab! :cheers:
"Dans les situations critiques, quand on parle avec un calibre bien en pogne, personne ne conteste plus. Y'a des statistiques là-dessus." (Jean Gabin) Mélodie en sous sol

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5967
Inscription: 01 Juin 2004, 19:12
Localisation: OISE

Voir le Blog de Jumbo : cliquez ici


Re: Les énergies pendant la guerre

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de ANCIENFACTEUR  Nouveau message 14 Sep 2013, 13:29

Dans mon village, un commerçant, passait dans les fermes,se reservant deux bonbonnes de gnole. Ce n'était pas pour les revevendre, mais il avait un pressoir
hydrolique, pour presser la vendange, le pressoir étant tracté par voiture,( une tréfle,) avec un moteur tournant à la gnole. Tout ceci à continué jusqu'au
milieu des années cinquante.


 

Voir le Blog de ANCIENFACTEUR : cliquez ici



Retourner vers HISTOIRES VÉCUES - RÉCITS DE GUERRE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 13 
il y a 5 minutes
par: kfranc01 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 14 
il y a 6 minutes
par: Didier 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 7 minutes
par: Orwell 
    dans:  Re: construction d'un WG au 1/700e 
il y a 12 minutes
par: alain adam 
    dans:  La dernière mission du croiseur INDIANAPOLIS 
il y a 26 minutes
par: kfranc01 
    dans:  Rions un peu!!!!!!!! 
Aujourd’hui, 19:06
par: Aldebert 
    dans:  Quelqu'un aurait une corde ? 
Aujourd’hui, 17:05
par: gernika 
    dans:  Raymonde JEANMOUGIN, dernière Rochambelle 
Aujourd’hui, 17:02
par: gernika 
    dans:  Soeur Agnès-Marie VALOIS 
Aujourd’hui, 17:01
par: gernika 
    dans:  RICHTHOFEN 
Aujourd’hui, 17:00
par: gernika 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités


Scroll