Connexion  •  M’enregistrer

Normandie, été 1944

Retrouvez ici toutes les histoires vécues et les récits de guerre. Déposez ici les témoignages en votre possession sur la vie pendant le conflit. C'est un pan important du devoir de mémoire cher à notre forum.
MODÉRATEUR: Prosper

Normandie, été 1944

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Azuréenne  Nouveau message 11 Nov 2012, 22:05

Extraits d’une longue lettre adressée à mes parents par une cousine de mon père.
A la Libération, les familles s'inquiétèrent des uns et des autres et les informations plus ou moins tragiques ont alors circulé, chacune racontant comment elle avait vécu les bombardements. Là, il s’agit du drame vécut par la fille de cette cousine qui, avec mari et enfants, vivait en Normandie.

19.1.1945 - Vous me demandez comment nous avons passé la Libération et aussi bien des choses de notre vie de l‘été 44… été à la fois tragique, terrible et merveilleux. C’est presque un volume à vous écrire ! mais je vais pourtant vous faire le récit le plus succinct possible de l’atroce malheur de notre Jeanne, malheur qui est aussi le nôtre.
La propriété qu’exploitait le couple, était exactement à l’angle des routes de Livarot et de Lisieux à l’entrée de la petite ville de St-Pierre s.Dives (Calvados)à 40 km au sud de Caen. Elle fut donc effroyablement exposée dès le début du débarquement. Jour et nuit l’aviation tourbillonnait au-dessus d’eux tandis que sans arrêt, l’armée allemande, ses tanks et ses camions se dirigeaient vers la côte par toutes les routes qui y conduisaient. Dès les premiers instants, Jacques comprit le danger. Il trouva à 2 km de St-Pierre, loin des routes, une chaumière où il installa sa mère, ses enfants, la bonne. Jeanne, lui et le domestique y couchaient aussi. Le matin, ils descendaient tous 3 à St-Pierre pour le travail. Le cheptel était en liberté dans les herbages comme il l’est toujours en Normandie.

e 13 Juin, Jacques, Jeanne et le domestique soupaient après le travail fait, il devait être près de 21 h. Jacques entend des avions, il sort regarder et dit à notre fille « ce sont des bombardiers, ce n’est pas pour nous » car, jusque là, c’étaient des avions descendant en piqué qui engageaient les luttes. Jacques termine sa soupe…puis, hélas, il sort. Au même moment, 35 bombardiers jetaient leurs bombes. Toute la maison s’écroulât, les bâtiments d’exploitations furent anéantis comme la maison. Jeanne fut projetée dans un petit couloir qui allait de la cuisine à l’arrière-cuisine, le domestique tomba dans la cave, la cuisine étant effondrée et se trouva sous les débris. Jeanne était couverte de gravats et toute égratignée. Mais le coin de la maison où elle se trouvait resta debout. Quand ma pauvre enfant revint de la commotion qu’elle dut avoir, elle entendit gémir de la cave et son cœur fit un bond. Elle se dégagea comme elle put, mais de la cave c’était le domestique qui lui répondit ; dehors, tout contre la maison, Jacques était étendu, complètement nu, son corps n’était pas déchiqueté, il avait dû avoir une blessure à la gorge et à la jambe. Il avait dû être tué sur le coup. Jeanne a pu se demander comment elle n’était pas devenue folle. Elle ne reconnaissait plus rien, un spectacle d’horreur sous ses yeux : plus une plante, plus une fleur, plus un brin d’herbe, une vision d’enfer, toute la terre soulevée, jaune, recouvrant tout, des arbres arrachés, des grilles tordues. Alors, sans doute, elle commença à appeler au secours, des voisins vinrent. Puis le feu mis par la cuisinière commençait à prendre, les conduites d’eau brisées, Jeanne dut aller montrer où on pouvait avoir de l’eau.

Et puis…et puis…il fallait partir. Les gens accourus empêchèrent Jeanne de rester près du corps de Jacques qui fut emporté à l’hôpital, alors elle partit vers la chaumière où l’attendaient sa belle-mère et les enfants…et ce fut atroce. Là, elle s’évanouit, elle était couverte de sang.
Les jours passèrent. Un fermier voisin de cette chaumière prêta un herbage où Jeanne pût amener les vaches laitières, puis il fallait courir de tous les côtés pour ramener les jeunes bêtes qui s’échappaient, les Allemands passant dans tous les herbages et brisant les clôtures. Il fallait aussi tenir tête aux Allemands qui voulaient emmener les bêtes et les voler. Elle arriva aussi, aidée de quelques jeunes gens courageux, à tirer des décombres de la maison ce qui pouvait en être retiré. Nous n’avons su l’atroce réalité que quinze jours plus tard, par la jeune bonne qui quitta Jeanne et vint à pied jusque (illisible) pour retrouver sa mère.

Le lendemain matin, mon époux et moi avions trouvé chez nos voisins cheval et carriole et nous partions chercher notre malheureuse fille et les siens : 110 km entre (illisible) et St-Pierre. Nous mîmes deux jours pour y arriver, les routes étaient dangereuses et nous avons à un certain moment été entourés de fusillades par combats d’avions. La nuit, nous avons trouvé asile dans une ferme. Puis nous avons atteint le lendemain soir notre but. Deux jours après, je repartis emmenant les trois enfants et la mère de Jacques. Georges restait un jour de plus avec sa fille afin de confier le troupeau à des gardiens, puis de voir à ce qui devait être fait. Le voyage se passa sans incident, quoique nous ayons eu aussi un vilain moment à traverser, des avions bombardant une auto allemande sur la route à peu de distance de nous. Nous pûmes aussi trouver asile dans des fermes. 2 jours 1/2 après, nous arrivâmes à La Courbe où Marianne, ses enfants, nos bonnes et tous nos voisins nous attendaient dans l’angoisse.

Le soir même de notre arrivée, Georges et Jeanne arrivaient à bicyclettes, ayant fait d’une seule traite les 110 km. Notre fille est restée 1 mois à La Courbe, puis elle a dû repartir, seule, à bicyclette. La lutte qui faisait rage vers Falaise et Caen se rapprochait chaque jour de St-Pierre et Jeanne envisageait de devoir replier une partie du cheptel vers Fresnay. Elle vécut à ce moment là, quatre semaines effroyables à St-Pierre, et nous à la Courbe, sans aucune nouvelle de ma pauvre enfant, je vivais dans l‘angoisse. La bataille enveloppait St-Pierre, par Falaise, Chambais, et Trun. Enfin, au moment où l’ordre d’évacuer St-Pierre allait être donné et après deux nuits pendant lesquelles l’aviation, comme les canons faisaient un bombardement ininterrompu, les Allemands fuirent, et les Anglais étaient là ! Ce devait être le 20 ou 22 Août. Quand par la T.S.F. nous nous rendîmes compte que la route de Trun était délivrée des Allemands, Georges et Marianne partirent à la recherche de Jeanne qui, deux jours après revenait nous revoir et embrasser ses enfants.

Cependant, elle ne pouvait rester, trop de choses urgentes l’appelant. Marianne, revenue de Toulon le 5 Août, restait alors avec sa sœur et toutes deux firent les foins et travaillèrent comme des forcenées. Elles furent aidées un peu par les Anglais, toutes deux parlant aisément l’anglais, eurent beaucoup de joie avec nos libérateurs, et ma pauvre Jeanne soutenue, aidée par sa sœur, distraite de son immense douleur, reprit courage. La tâche d’élever ses trois enfants est là, qui s’impose.

A (illisible) nous avions vu partir les Allemands et arriver les Américains le 11 Août. Ce fut un délire d’enthousiasme et de joie. Nous avons vu défiler sans arrêt pendant plus d’un mois, jour et nuit, le matériel considérable, remarquable qui, de la côte voisine d’Avranches ou de Cherbourg, empruntait nos routes pour suivre les armées en marche. Nous avons pu en en recevoir, les accueillir. Madeleine et Marianne étaient les interprètes appréciées de tous ces jeunes hommes qui ne parlaient pas le français. Ce furent de belles heures.

Je pensais bien que je vous devais un récit du drame qui bouleversa notre vie familiale si merveilleusement préservée jusque-là ! Je ne sais pas ce que jeanne continuera à faire, pour le moment il faut maintenir ce qu’elle a. C’est très dur à vivre. Elle n’a trouvé que 2 petites pièces dans une maison de St pierre où elle vit avec ses 2 petites chéries. Marc était pensionnaire chez une dame et suivait sa classe. Toutes les maisons n’ont plus de toit ou des toits devenus des passoires.

Fin.


 

Voir le Blog de Azuréenne : cliquez ici


Re: Normandie, été 1944

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de lebel  Nouveau message 12 Nov 2012, 15:11

Merci Azuréenne de nous communiquer cette lettre réaliste et emouvante
Ces fermiers normands ont souffert des terribles bombardements alliés , mais ne leur en veulent pas , et c'est remarquable , malgré tout , d'ecrire :" les Americains sont accueillis dans un délire d'enthousiasme et de joie


 

Voir le Blog de lebel : cliquez ici


Re: Normandie, été 1944

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Azuréenne  Nouveau message 12 Nov 2012, 18:39

Bonjour Lebel !
Oui moi aussi, je me suis fait la même réflexion, sachant le calvaire subi par les Normands au débarquement, et je regrette de ne pas trouver davantage de témoignages sur ce qu'ils ont vécu, dans ce forum, par ailleurs, très complet.
Cordialement
Manon l'Azuréenne


 

Voir le Blog de Azuréenne : cliquez ici


Re: Normandie, été 1944

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 13 Nov 2012, 13:48

Bonjour,
Merci Manon de nous faire profiter de tes précieux documents, toujours du direct, c'est fabuleux.
blog/Aldebert/

http://wiki-rennes.fr/index.php/Cat%C3% ... -le-Coquet

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ». Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3184
Inscription: 22 Jan 2010, 20:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici


Re: Normandie, été 1944

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Azuréenne  Nouveau message 13 Nov 2012, 17:04

J'ai la chance d'avoir hérité de pas mal de lettres de famille et lorsque les témoignages familiaux recoupent le vécu de la collectivité nationale, j'opte pour leur divulgation. Et je vais voir ce qui peut encore intéresser.
Cordialement
Manon


 

Voir le Blog de Azuréenne : cliquez ici


Re: Normandie, été 1944

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Alfred  Nouveau message 13 Nov 2012, 22:43

Je possède aussi un certain nombre de lettres familiales mais,sachant que beaucoup de courriers étaient ouverts,mes parents et le reste de la famille ne tenaient que des propos anodins,mon père jouant parfois très gros:voyage en zone interdite sans aucun papier par exemple pour renouer des contacts avec ses amis d'amicales régimentaires entre autres (heureusement qu'il bénéficiait du concours de certains cheminots qui le faisaient passer pour l'un des leurs....

vétéran
vétéran

 
Messages: 1510
Inscription: 21 Aoû 2011, 14:41
Région: Litus saxonicum
Pays: Grande Bourgogne

Voir le Blog de Alfred : cliquez ici


Re: Normandie, été 1944

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Azuréenne  Nouveau message 14 Nov 2012, 18:27

Effectivement, à partir de l'occupation, le peu de lettres qui restent ne parlent que de sujets alimentaires, de colis envoyés et de nouvelles familiales. Le plus cocasse étant le système de cartes postales pré écrites, imposé par la censure. Mais l'exode 40 et la Libération fournissent des détails intéressants.
Manon


 

Voir le Blog de Azuréenne : cliquez ici


Re: Normandie, été 1944

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 14 Nov 2012, 19:39

Azuréenne a écrit:. Le plus cocasse étant le système de cartes postales pré écrites, imposé par la censure.
Manon

Bonjour,
Les cartes pré écrites concernent plutôt les militaires mais pas les civils "en liberté", ce me semble!
Dans le cas contraire pourrais-tu nous en bailler une ;)
blog/Aldebert/

http://wiki-rennes.fr/index.php/Cat%C3% ... -le-Coquet

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ». Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3184
Inscription: 22 Jan 2010, 20:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici


Re: Normandie, été 1944

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de Azuréenne  Nouveau message 15 Nov 2012, 18:48

Bonjour,
Les cartes pré écrites concernent plutôt les militaires mais pas les civils "en liberté", ce me semble!
Dans le cas contraire pourrais-tu nous en bailler une ;)[/quote]

Quand j'étais ado, je me souviens, en séjour dans le S.O. d'un soir où la famille s'amusa à relire ces cartes pré-écrites, donc civiles et pas militaires. Je dois en avoir une ou deux, mais ce système n'a pas duré longtemps, me semble-t-il . Si je retrouve la carte, je te la numériserai et te laisserai faire le nécessaire.


 

Voir le Blog de Azuréenne : cliquez ici


Re: Normandie, été 1944

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 15 Nov 2012, 20:18

Bonjour,
Avec plaisir chère Manon, tu es une source de documents ::chapeau - salut:: ::pipo::
blog/Aldebert/

http://wiki-rennes.fr/index.php/Cat%C3% ... -le-Coquet

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ». Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3184
Inscription: 22 Jan 2010, 20:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici



Retourner vers HISTOIRES VÉCUES - RÉCITS DE GUERRE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  La femme au temps du National-Socialisme 
Hier, 23:07
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Hier, 23:04
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Ligne Maginot vs mur de l'Atlantique 
Hier, 22:38
par: Dog Red 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Hier, 21:48
par: iffig 
    dans:  antenne du consulat américain à Lyon 1942-1944 
Hier, 21:47
par: pierma 
    dans:  Hitler 
Hier, 21:28
par: frontovik 14 
    dans:  12ème régiment de chasseurs à cheval en 1945-1946 
Hier, 19:53
par: pigeon38 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Hier, 19:40
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  266 Infanterie Division 
Hier, 18:55
par: yannig du 22 
    dans:  Organisation du Gross-Paris 
Hier, 15:46
par: tistou48 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Scroll