Connexion  •  M’enregistrer

L'Occupation en Aquitaine

Retrouvez ici toutes les histoires vécues et les récits de guerre. Déposez ici les témoignages en votre possession sur la vie pendant le conflit. C'est un pan important du devoir de mémoire cher à notre forum.
MODÉRATEUR: Prosper

Re: L'Occupation en Aquitaine

Nouveau message Post Numéro: 31  Nouveau message de Azuréenne  Nouveau message 31 Oct 2012, 23:31

24 Janvier 1942
Les Japonais continuent à remporter de nombreuses victoires sur Anglais et Américains, incapables de résister à leur offensive menée avec vigueur et impétuosité. La plupart des îles du Pacifique sont occupées par les Nippons, Hong Kong est prise. Singapour très menacée : l’Australie s’inquiète. L’offensive Anglaise en Syrie, victorieuse jusqu’à Benghazi et A… ?…, fléchit maintenant devant le cran et la décision des troupes italo allemandes magistralement menées par le Gal Rommel.Seuls, les Russes remportent d’importants succès et avancent sur presque tout leur front : seule une contre offensive allemande en Crimée a réussi à la reprise de Théodosia précédemment réoccupée par les Russes.

Malgré cette presque totale carence Anglo-Américaine, il semble bien que la situation des Italo allemands soit grandement compromise, pour l’avenir, en raison du bloc formé par Russie-Chine-Angleterre-Amérique. Les états de l’Amérique du Sud, réunis en conférence, se sont solidarisés avec les Etats Unis pour la défense de leur continent, ce qui paraît gravement toucher les axiaux dont les informations tendancieuses essaient vainement de dénigrer la portée de cet événement d’envergure.

Les renseignements rapportés par P.B.... des milieux officiels de zone libre, confirment ce que je supposais : le gouvernement se heurte à un mauvais vouloir évident des Allemands et des « collaborationnistes » de Paris. Le discours de Pétain du 1er janvier 1942 marque le coup, à tel point qu’il a été entièrement caviardé dans la presse de la zone occupée.
Bref, la collaboration avec des gens aussi « loyaux » que ces messieurs de Berlin est un leurre et une duperie : c’est bien ce que je supposais et que le bon peuple, dans son bon sens avait compris. Seule une certaine « élite » pour prétendue telle, émue à la longue par une propagande insidieuse et parfois adroite, s’est laissée berner par les arguments fallacieux des envoyés de Goebbels.

Au village, fait curieux : les bien pensants, comme les autres étaient, jusqu’à présent, anti-collaborationnistes à tout crins et même Gaullistes : lorsque le curé, soit par ordre, soit par conviction, s’est fait ardent propagandiste de la collaboration : aussitôt, volte-face complète des bigots (C... B... qui sont devenus d’un jour à l’autre collaborationnistes convaincus !

Cet hiver, le froid est moins vif que l’année dernière (-7 au plus jusqu’à ce jour) mais le thermomètre est resté presque toujours aux environs de 0°. Malgré l’installation de mon bureau au salon, j’ai presque toujours émigré au petit salon où un poêle à bois maintenant une bonne température.

Nos 4 brasses de bois filent à toute allure, nous n’avons pas pu avoir un kg de charbon. J’ai installé un poulailler près de la cuisine d’été, mais nous n’avons pas encore d’œufs. Impossible d’en avoir même chez les métayers : on prétend que les poules ne pondent pas, faute de grains ? Dans quelle mesure est-ce vrai ? Le lait est rare aussi : il en manque et nous devons courir chaque matin pour en avoir 1 litre (2F). En ville, la misère est effrayante : rien au marché que des raves : pas de combustible et cela menace de durer encore des années. En Suisse, les privations sont à peu près aussi grandes : on y restreint comme ici la consommation d’électricité. Bref, le monde entier est plongé dans l’extrême misère… par ceux qui veulent faire son bonheur !

1er Février 1942
je reviens de Bordeaux, où je n’étais pas allé depuis plus d’un mois : d’importantes transformations… restrictives ont eu lieu depuis lors : la pénurie d’électricité en est la cause : le nombre de tramways a été réduit, et il est maintenant quasi impossible de monter dans les voitures en dehors des têtes de ligne : on doit donc la plupart du temps circuler à pied : lorsqu’on a la chance d’être admis à bord, c’est une bousculade et un entassement pénibles. De plus, les magasins n’ouvrent maintenant que de 10 h à midi et de 2 h à 5 h : d’ailleurs la pénurie de marchandises est telle que les grands magasins ont vidé leurs étages et concentré la vente au rez de chaussée (les ascenseurs ne marchent plus). Bref, la vie économique se ralentit encore dans des proportions incroyables. Le cuir est aujourd’hui chose rarissime : pas de gants en cuir : j’ai payé pour cadeau, un portefeuille 630 F (ce qui aurait valu 200 F il y a 2 ans). La disette est toujours grande en ville : on avait dernièrement inauguré à Bordeaux la carte de légumes : or, juste au moment de cette innovation, pas de légumes en raison de la gelée : d’où véhémentes protestations des consommateurs, déçus une fois de plus dans leur espoir de trouver quelque chose à ingurgiter.

Les Anglais continuent, piano, piano, à se « préparer ». Leur offensive en Syrie est non seulement arrêtée, mais retournée contre eux et maintenant ils reculent plus vite qu’ils n’ont avancé : c’est la 2ème fois que cette lugubre comédie leur arrive au même endroit, et cela fait naître des doutes sur leurs capacités et l’intelligence de leurs chefs militaires ; En Russie, les Soviétiques avancent toujours, à la faveur du froid, mais il ne semble pas toutefois que la situation des Allemands soit sérieusement compromise de ce côté. Le plus sérieux atout qu’aient perdu ces derniers récemment est l’Amérique du Sud qui, sur les instances des Etats Unis, s’est presque totalement déclarée contre l’Axe – effet moral évidemment très dur pour les Axiaux, qui voient maintenant s’opposer à leur action plus des 3/4 des peuples du monde.

Mais, malgré la quasi certitude de la défaite finale de ces Axiaux, la lassitude est grande partout, parce que la victoire n’apparaît que lointaine, en raison de l’état d’impréparation manifeste des démocraties. En attendant, les souffrances et les misères se multiplient à un rythme accéléré, et il est à craindre que tout craque socialement parlant – avant que la décision par les armes soit acquise. Alors, ce sera sans doute la grande révolution aux conséquences imprévisibles – sûrement en tout cas, un surcroît d’atrocités.

28 Février 42
L’hiver se prolonge : il a été rude bien que le thermomètre ne soit pas descendu au-dessous de –9° : la température se maintient depuis 3 mois dans les environs de 0° : beaucoup de neige à Paris, aujourd’hui encore, et presque pas de combustible en ville. Quant au ravitaillement, il est toujours aussi lamentable. Pas d’œufs depuis près de 4 mois, même à la campagne. On recommence juste à en voir réapparaître ici. Il y a eu des réquisitions de foin, avoine, paille pour les occupants.

8 Mars 42
Je reviens de Bordeaux : le vide des magasins s’accentue toujours, ainsi que la maigreur des habitants. Pas de chapeaux, pas aussi de chemises,
etc… les étalages sont consacrés aux acheteurs allemands : parfums, babioles, tableaux, livres d’images, fourrures, etc… le tout à des prix ahurissants. Tout ce qui est en cuir est une rareté telle que les prix montent en flèche, à mon précédent voyage, j’avais acheté, ainsi que je l’ai indiqué plus haut, un portefeuille de 630 F chez Servan : aujourd’hui, cet objet est affiché dans beaucoup de vitrines, à 400 et 500 et sa qualité infiniment inférieure à celui que j’ai acheté il y a un mois : il doit valoir maintenant tout près de 1000 F !

Beaucoup d’Allemands dans les trains, tramways et rues, la plupart frisant la cinquantaine. On annonce des bombardements à Boulogne Billancourt par les Anglais : il y a par là de nombreuses usines travaillant pour les occupants : total quelques 500 morts… sans compter les Allemands. Pâtés de maisons rayés, amas de décombres, etc. Et quand ils vont à Berlin ou autres lieux, les dégâts sont insignifiants !!! le gouvernement a décrété que le jour des obsèques serait deuil national. Etait-ce bien la peine en ces temps où les morts se comptent partout par millions ! Mais il faut du battage pour monter les Français contre ces monstres anglais-judéo-maçonniques !
23 Mars 1942
Mon beau-frère qui était directeur d’une affaire industrielle avant l’armistice, et s’était ensuite retiré en zone libre d’alors : Nice puis à Bergerac, vient d’obtenir un laissez-passer pour se rendre à Paris. Il nous donne des nouvelles de zone libre : il fait partie de la Légion des Combattants : d’abord assez réticent, il semble plutôt collaborationniste et anglophobe. Nous nous efforçons de le chapitrer à ce sujet, et allons attendre le résultat, après contact avec ses parents de Paris. Mais il faut tenir compte des excès de la mentalité parisienne, dans le sens Gaulliste ou à l’inverse, dans le sens collaborationniste.

15 Avril 42
Je n’ai toujours rien reçu au sujet de l’autorisation du journal et je commence à m’impatienter, ou plutôt à m’inquiéter.

Le village qui n’avait plus d’occupants depuis plusieurs mois, va en recevoir 500 paraît-il, plus qu’il n’y en a jamais eu jusque là : de la cavalerie. Les gens sont assez nerveux et attendent avec appréhension les évènements qui ne manqueront pas de se produire au cours de ce printemps : comment tout cela va-t-il tourner ? D’autre part, on annonce un remaniement gouvernemental, sous l’égide de Laval, ce qui indiquerait un coup de barre accentué vers la collaboration.

28 Avril 42
Le remaniement gouvernemental annoncé est accompli depuis le 18 : c’est l’équipe collaborationniste qui triomphe : toutefois les plus fâcheusement marqués, tels que Doriot et Déat, n’y figurent pas, Dieu merci. A tout prendre, cette combinaison a au moins l’avantage de présenter une attitude nette, au lieu de l’équivoque dangereuse de l’équipe précédente. Taper sur les Anglais tout en boudant les Allemands, et tout en « collaborant » sans collaborer n’était pas une politique saine. On sait maintenant à quoi s’en tenir, mais joue-t-on sur le bon tableau, là est le hic.

Ce qui est certain, c’est que l’immense majorité du peuple français est anti-allemand… et c’est là une considération de poids : la grosse majorité sait parfaitement l’hypocrisie de l’attitude allemande, dont la célèbre « correction » dissimule une mainmise organisée sur toute notre activité nationale : obligation de travailler pour l’Allemagne si on ne veut mourir de faim, obligation de livrer nos ressources, etc, etc le tout sans aucune compensation. Laval obtiendra-t-il des adoucissements ? Assouplissement enfin de cette ligne de démarcation qui, dans l’état actuel des choses est une odieuse et persistante brimade, sans aucune utilité pour ces messieurs, si ce n’est de nous embêter.

11 Mai 42
Après une belle période, un peu de pluie est venue rafraîchir le sol : les ensemencements de printemps se sont faits dans de très bonnes conditions : les fruits sont abondants et gonflent vite. L’année agricole s’annonce donc bonne, sauf imprévu.
Les grandes offensives n’ont pas encore commencé : chaque adversaire se tâte et tâte le voisin d’en face. Les Allemands paraissent craindre un débarquement sur la côte : il y beaucoup de troupes dans le S.O. : la route de Bordeaux est semée d’obstacle. On dit qu’à St-Nazaire, la population a fait le coup de feu avec les Anglais lors de leur débarquement. On parle aujourd’hui de l’emploi du gaz – ce sera le comble ! On dit aussi que le peuple gronde en Italie ? Au total, on ne sait rien de ce qui se passe, et on attend avec impatience des évènements enfin décisifs.

23 mai 42
les Allemands qui étaient au village, viennent de partir pour la Russie, paraît-il que leur moral était au plus bas, quelques uns cherchant même à s’échapper en zone libre. Une grande bataille est commencée du côté de Karkov : les Russes ont commencé : puis les Allemands ont lancé une contre offensive sur l’aile gauche russe. Ils veulent à tout prix s’emparer du Caucase pour avoir du pétrole. Toute la question est de savoir s’ils réussiront, faute de quoi il est probable qu’ils seront contraints de cesser le combat faute de carburant, ce qui serait assez curieux. 30 Mai 42
L’offensive russe sur Karkov, qui avait assez bien débuté, a été stoppée par une vigoureuse contre offensive allemande : d’après les communiqués teutons, les russes auraient été en partie encerclés et défaits. Il y a évidemment une grande part d’imagination, mais il semble bien que la situation des russes soit délicate et, en tout cas, que leur offensive ait échoué : tout au plus auront-ils contrecarré la fameuse offensive allemande de printemps. Dans la presqu’île de Kertch, leur défaite est évidente, et d’ailleurs avouée par la radio anglaise.

Pour le 1er Mai – fête du travail – la radio de Londres avait invité les Français sympathisants à manifester en se rendant devant la mairie de leur commune : il y a eu de grosses manifestations en ce sens à Marseille-Lyon-Toulouse et Bordeaux notamment. D’après la Radio-Londres, 30 000 manifestants ont défilé sur la Cannebière : à Bordeaux, gros rassemblement devant l’hôtel de ville.

On dit que les Italiens réclament à grands cris Nice- Corse, Savoie et Tunisie : manœuvre politique de chantage, destinée à obliger Laval à demander aux Allemands de calmer l’appétit de Mussolini… moyennant compensations collaborat…ives ! comme de juste. Quel imbroglio !

6 Juin 42
je reviens de Bordeaux : les attentats contre allemands et sympathisants se font de plus en plus nombreux, et des fusillades d’otages se multiplient. Voilà que les Juifs vont être contraints de porter une étoile jaune à leur poitrine ! cette mesure inhumaine et ridicule scandalise tout le monde et les journaux s’efforcent péniblement d’essayer de justifier cette nouvelle ignominie.

Les autorités allemandes se montrent très nerveuses : les offensives ne marchent pas : tout est arrêté en Russie et en Cyrénaïque : les bombardements anglais en Allemagne se multiplient : le moral de la troupe et du peuple s’en ressent. Bref, très mauvaise passe actuellement pour l’Axe. Quant aux Nippons, ils s’efforcent d’anéantir » les Chinois, qui ne paraissent pas disposés à se laisser faire.

24 Juin 42
Laval, le collaborateur, vient de donner la mesure de sa force collaboratrice : les ouvriers français doivent aller – s’ils le veulent bien toutefois – travailler en Allemagne comme appât, M. Hitler promet le renvoi d’un « important » contingent de prisonniers agriculteurs. Laval croyait obtenir la libération de prisonniers pour fêter son arrivée au pouvoir, mais une « évasion retentissante » a servi de prétexte pour refuser cette mesure. Bref, le collaborateur a raté sa collaboration. On ne libère pas les prisonniers parce qu’ils s ‘évadent et ils s’évadent parce qu’on ne les libère pas .

28 Juin 42
Village de nouveau «occupé» par de la cavalerie. Les Anglais sont en pleine déroute en Syrie et les Italo Allemands sont en Egypte. En Russie, le siège de Sébastopol continue : devant l’effort massif des Allemands, les Russes reculent peu à peu, mais en faisant payer très cher le terrain conquis. Au total, sous ce front, les Allemands avancent, mais sans que leur offensive ait, jusqu’à présent, des résultats décisifs, tant au point de vue du terrain conquis qu’à celui de « l’anéantissement » de l’adversaire.
Période de dépression : situation générale terriblement mauvaise et sans issue. Fort heureusement, le beau temps égaie et aide à supporter ces moments funestes.

18 Juillet 42
Les Allemands avancent en Russie, mais plus péniblement que l’année dernière. Atteindront-ils le Caucase ? En Syrie, après une avance foudroyante, les voilà stoppés devant Alexandrie. Bref, l’issue de la guerre n’apparaît pas encore. Les Japonais sont empêtrés avec la chine, quant à la France, elle se débat péniblement, pressée entre les exigences Allemandes et celles des Anglo-Saxons. Comment pourrons-nous sortir honorablement de cette incroyable impasse ? Voilà maintenant que l’Allemagne exige que nos ouvriers aillent travailler pour elle, en compensation, des prisonniers agriculteurs doivent être libérés.

22 Juillet 42
Ma femme est à Bergerac depuis huit jours et je n’ai encore reçu aucune nouvelle d’elle : et cependant, je suis à peu près certain qu’elle m’a écrit dès son arrivée : étant à 60 km – 1 h d’auto – de Bergerac, il faut à la correspondance plus d’une semaine pour faire le parcours ! Avant guerre, c’est le temps que mettait le courrier avion pour porter les lettres d’Indochine ! patience et résignation ! Il paraît que ce retard est systématique : ne pouvant pas lire toutes les cartes, et la correspondance étant d’ailleurs susceptible d’user de code, les «"autorités» font mijoter le courrier pendant 5 à 6 jours pour que les nouvelles arrivent toujours avec un retard tel qu’elles perdent tout intérêt… militaire.

18 Août 42
S... est revenue de zone libre. -les-Bains Voyage extravagant de Bergerac à Eugénie, en passant par Toulouse, Auch, Tarbes, avec autobus, taxis, vélos taxis et attentes nombreuses. Parties de Bergerac le mercredi, à 18 h, elles sont arrivées à St-Aigulin le jeudi à 18 h, soit 24 h après avoir couché à Mussidan, et attendu tout un jour une correspondance à Coutras ! l’impression de S est, qu’on a l’esprit bien plus libre en zone non occupée qu’ici et que les non collaborationnistes y sont pour le moins aussi nombreux.

20 Août 42
les Anglais ont tenté hier un débarquement en force du côté de Dieppe. Il semble bien qu’ils aient été repoussés avec pertes et fracas, en un temps record. Débarquement difficile assurément, mais qui aurait dû tout au moins, obtenir un sursis momentané. Or, l’échec apparent total. Tout espoir de ce côté doit donc être considéré comme vain. Encore une déception cruelle, augmentée encore par le triomphe ironique – que je perçois – des germanophiles. Il est certain que les plans de campagne anglo-saxons manquent totalement de cette rigueur logique qui caractérise ceux des Allemands et des Japonais. Quant à l’exécution, elle paraît dépourvue de mordant, de sang-froid et d’audace. Les Anglais sont pourtant réputés pour leur flegme.

31 Août 42
La période actuelle, malgré la tentative manquée de Dieppe, est nettement défavorable à l’Axe : les Allemands sont stoppés au sud de la Russie : au nord, les Russes attaquent sans répit. En Egypte, tout est arrêté. Les Japonais sont en difficultés avec les Chinois, qui attaquent victorieusement. Les Américains ont débarqué victorieusement aussi aux îles Salomon. Comme les Allemands, ils s ‘empêtrent après le bénéfice foudroyant de l’attaque par surprise. Et l’hiver s’approche…

15 Sept.
Je reviens de Bordeaux où l’importante imprimerie Bière a été fermée sur l’ordre des Allemands : tout le matériel a été enlevé et expédié en Allemagne : les 115 ouvriers sont au chômage… ou « invités » à s’embaucher pour la « relève ». Il en est ainsi de toutes les industries, qui sont transportées – matériel et personnel) en Allemagne ! Que restera-t-il de notre industrie après la guerre ! Les Anglo-Américains, voyant la quasi impossibilité de débarquer en Europe en raison de l’énorme préparation allemande, paraissent vouloir passer par l’Afrique pour remonter vers le Nord : le Brésil a déclaré la guerre à l’Axe : c’est le pays d’Amérique le plus près de l’Afrique.

21 Oct.42
Mes cousçins sont venus passer à G.... un mois de vacances : j’ai pu constater avec plaisir que P.B. est toujours de mon avis au sujet des évènements : il me confirme que les milieux officiels partagent aussi cette manière de voir. De divers côtés on prétend que les Allemands eux mêmes ne se font aucune illusion sur le sort de la guerre. Avoir les 3/4 du globe contre eux est en effet un sérieux sujet d’inquiétude, malgré tous les succès militaires remportés. D’après le commentateur de la radio Suisse, des craquements se font sentir dans toute l’Europe, et notamment au Danemark et en Norvège où l’opposition grandit dangereusement.

En Russie, Stalingrad tient toujours, après 3 mois de batailles de rues sanglantes. Les Allemands ont bien atteint le Caucase, mais ne pourront occuper avant l’hiver les pétroles convoités. Les voilà donc encore une fois en présence de l’hiver russe, sans avoir obtenu la décision annoncée, éloignés encore davantage de leurs bases, dans un pays de steppes et de hautes montagnes. Leur énervement se traduit par un « tour de vis » aux pays occupés. Ils exigent des ouvriers français pour travailler chez eux. Ceux-ci renâclent : on en demandait 150.000 : il s’est présenté 17.000 après une campagne lancinante de presse et de radio. Laval fait des efforts tenaces pour obtenir des départs nombreux et le retour de prisonniers pour 3 ouvriers : mais travailler pour l’Allemagne, c’est évidemment combattre pour elle, et cette sorte de trahison ne plaît pas, à juste titre aux ouvriers français.

1er Nov.42
Vu Max Bonnafous, ministre du ravitaillement : il défend, évidemment, la politique de collaboration, en donnant comme principal argument le péril bolchevique. Mais c’est une girouette, seulement un peu mieux graissée que celle de jacques Velten et consorts. Il se défend comme un accusé et convient que depuis l’arrivée de Laval au pouvoir, les Allemands lui ont multiplié les embûches. Alors ! je lui ai posé la question : le gouvernement est-il tellement certain de la victoire allemande, pour jouer à un tel point le jeu des vainqueurs contre l’Angleterre et la Russie. La réponse a été évasive. L’Angleterre redevient l’ennemi héréditaire et on ressort complaisamment Jeanne d’Arc, Fachoda, la guerre des Boers, etc. Mais la question n’est pas là : la question est de savoir si, oui ou non, il est souhaitable, au point de vue de notre pays, au point de vue de la civilisation, que l’Allemagne gagne la guerre. Si oui, alors aidons là à fond. Sinon, ménageons les Anglais dans la mesure où nous le pouvons sans irriter les Allemands, qui nous tiennent à la gorge.


 

Voir le Blog de Azuréenne : cliquez ici


Re: L'Occupation en Aquitaine

Nouveau message Post Numéro: 32  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 01 Nov 2012, 00:40

Bonjour,
Il rencontre Max Bonnafus secrétaire d'état puis ministre de l'agriculture et du ravitaillement en 1942.
Il avait des relations!
Décidément, ces témoignages continuent d'être intéressants!
blog/Aldebert/

http://wiki-rennes.fr/index.php/Cat%C3% ... -le-Coquet

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ». Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3190
Inscription: 22 Jan 2010, 20:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici


Re: L'Occupation en Aquitaine

Nouveau message Post Numéro: 33  Nouveau message de Azuréenne  Nouveau message 02 Nov 2012, 21:24

Bonjour Aldebert,

Oui, ce devait être une relation, une ancienne connaissance de jeunesse, pas un ami proprement dit.
Ministre du ravitaillement ! en ce temps-là c'était une relation à exploiter, mais je ne sache pas qu'elle le fut.


 

Voir le Blog de Azuréenne : cliquez ici


Re: L'Occupation en Aquitaine

Nouveau message Post Numéro: 34  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 02 Nov 2012, 21:43

Bonjour,
Un grand merci pour cette information. Maintenant, passons aux choses sérieuses.... la Suiiiiiiiiiiiite!!! :D
blog/Aldebert/

http://wiki-rennes.fr/index.php/Cat%C3% ... -le-Coquet

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ». Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3190
Inscription: 22 Jan 2010, 20:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici


Re: L'Occupation en Aquitaine

Nouveau message Post Numéro: 35  Nouveau message de Azuréenne  Nouveau message 02 Nov 2012, 22:58

« Les Français ont la mémoire courte », « les Français n’ont pas compris leur défaite, nous répète-t-on à satiété. Je crois qu’au contraire, les Français ont bonne mémoire et ont fort bien compris. Ils se souviennent qu’en 1914-1918 ils ont été sauvés par les Anglo-Américains, que M.M. les Allemands ont de tout temps été des brutaux de mauvaise foi : que le Hitler a imprimé et proclamé que la France était l’ennemie mortelle de son pays, ennemi à abattre à tout prix ; que le Hitler a agi avec les petites nations Tchèques, Hollandaises, belges comme un « bandit de grand chemin » ; que le Maréchal Pétain, Weygand et autres étaient avant la guerre les grands organisateurs de notre armée mal organisée ; qu’ils avaient la haute main sur la formation et la doctrine des généraux qui nous ont fait perdre la guerre. Les Français ont parfaitement compris qu’au fond, les collaborationnistes d’aujourd’hui souhaitaient ardemment la défaite de la France et sont sans doute pour quelque chose dans cette défaite qui fait si bien leur affaire, ils comprennent fort bien qu’actuellement toute la politique « française » est sous la botte allemande et que certains de nos dirigeants paraissent se féliciter de cette situation en léchant cette botte avec ferveur. La tendance de l’actuelle « civilisation » qu’elle soit Américaine, Allemande ou Bolchevique est telle que je me demande s’il ne serait pas préférable de voir tout s’effondrer, le chaos, pour repartir sur de nouvelles bases. Le machinisme, le capitalisme, la systématisation de toute chose, le gonflement de l’Etat, la réglementation de plus en plus minutieuse de toute chose aboutissent fatalement à l’asphyxie de la personnalité de l’homme. Le grand bouleversement actuel est en somme une révolte de la nature contre cet ordre de choses, mais son but humain est au contraire une exacerbation de cette civilisation forcenée. Le chaos, le chaos ! le chaos !

La question du « second front » pose aux Anglais un tragique dilemme : ou bien y renoncer parce que voué à l’échec, alors c’est gravement mécontenter les Russes, qui supportent seuls le choc des Allemands et de leurs alliés, et peuvent succomber sous ce poids, libérant ainsi le gros des forces allemandes – ou bien essayer de réaliser ce second front avec la perspective de pertes énormes, et d’un insuccès probable devant des armées « gonflées à bloc » et connaissant à fond l’art de la guerre.. Il semble cependant que la seconde solution soit la moins mauvaise, car même en cas d’échec, l’offensive anglaise fixerait de nombreuses troupes et dégagerait les Russes d’autant, et puis, si c’était un succès… quel succès !

Max Bonnafous, chef de cabinet de Frossard en Juin 1940, puis de Marquet, après avoir été « bombardé » préfet de 1ère classe, puis préfet régional, puis secrétaire d’Etat, vient d’être nommé ministre du ravitaillement en remplacement du titulaire démissionnaire.
C’est un homme fort intelligent et habile diplomate qui s’est révélé paraît-il, excellent administrateur. Mais le voilà membre d’un gouvernement collaborationniste à tout crin, alors que lui-même considère – je le sais de source sûre – les Allemands comme des salauds avec lesquels il est impossible de collaborer. Sans doute son prédécesseur au ministère a-t-il compris, puisqu’il a abandonné la partie, que la collaboration était illusoire. Et le Max continue son métier hypocritement, admirant maintenant Laval, côtoyant Benoit Mechin et autres traîtres chargés de la propagande pro-allemande ! Attitude semblable de la majorité – paraît-il - des préfets, qui, pour gagner leur « croûte », prononcent des discours anglophobes et germanophiles, tout en étant, dans leur for intérieur,plus ou moins anglophiles, ou, tout au moins, germanophobes. Triste ! Si les Allemands perdent la partie, ces messieurs tourneront encore casaque et deviendront d’acharnés germanophobes ! Je ne sais qui a dit qu’il ne fallait jamais se faire de tracas pour un malheur à venir. C’est très juste, mais la difficulté est d’appliquer ce précepte : celui qui a un caractère pessimiste s’inquiète malgré lui de l’avenir.

Vu Max B. le ministre en question plus haut. Malheureusement, je n’ai pu lui parler qu’en présence de collaborationnistes effrénés, devant lesquels il ne pouvait décemment pas se dégonfler. Il résulte toutefois de ce qu’il a dit, que les Allemands ont une étrange façon de « collaborer » avec Laval. Depuis que ce dernier est revenu au pouvoir, il n’a pas encore eu une seule entrevue avec une des personnes responsables de la politique allemande. Hitler, dit-il, se désintéresse maintenant de la France. Alors, pourquoi lui tendre grandement les bras en coupant les ponts avec les Anglais. Il croît savoir (2 Novembre 1942) que des négociations de paix sont en cours tant avec les Russes qu’avec les Anglais. Rudolf Hess serait à Lisbonne dans ce but. Est-ce un bobard ! le grand argument en faveur de la « collaboration » est celui qui a entraîné » la majeure partie des germanophiles actuels, c’est le danger bolchevique. Evidemment, c’est un danger : mais je pense qu’il est moins menaçant, ou plutôt moins actuel, que le danger nazi. Favoriser les nazis qui nous « possèdent », pour éviter les bolchevistes, qui sont loin, c’est une politique de gribouille, se mettre à l’eau pour éviter la pluie.

Max nous raconte une historie ahurissante : il est invité par un directeur de journal parisien à déjeuner dans un restaurant avec le préfet de police et le préfet du Nord, je crois, on vient prendre le ministre et, à sa grande surprise, on le mène, non au restaurant, mais chez des particuliers, où il se trouve en présence d’une trentaine de personnes. Dîner à tout casser : vins, volailles, gibier, homards, alcools, pain blanc etc bref un repas scandaleux et composé de mets plus ou moins défendus, le tout en présence du ministre du ravitaillement, le préfet de police, le préfet du nord, des conseillers municipaux, tous attirés dans ce traquenard et s servant de caution les uns aux autres, sans oser claquer la porte, par veulerie et crainte de paraître trop puritains. L’hôte était un mandataire aux Halles ! Quelles moeurs de révolution Nationale.

Nov.42 – les Américains en Afrique du Nord. Presque tous les généraux d’Algérie et du Maroc se rallient aux « envahisseurs » et, comble du comble, Darlan, le second de Pétain,le commandant en chef des armées françaises invite l’armée à se joindre aux Américains. Jubilation de 90% des français.

Consternation des germanophiles . Effarement du gouvernement. Pétain se décide à désavouer Darlan… mais reste 8 jours sans faire aucune déclaration orale, on le croit sous la coupe des Allemands qui ont franchi la ligne de démarcation et occupent tout le territoire sous prétexte de défendre nos côtes méditerranéennes.
Darlan est-il entièrement d’accord avec Pétain ? on le suppose. Mais voici que le Maréchal, dans un message oral, désavoue les chefs « indignes » passés à « l’ennemi » ! Alors ? Est-il sincère ou joue-t-il encore une comédie sous la pression des Allemands qui, malgré un message et une lettre doucereuse d’Hitler aux français, doivent être furibonds. Ils ont été vertement roulés : on avait feint de craindre une attaque sur Dakar et sans doute, le gros de nos troupes et son matériel avait-il été envoyé là-bas, dégageant ainsi l’Afrique du nord, où nous pouvions invoquer ainsi notre impuissance en présence de forces très supérieures. La 8ème armée Anglaise d’Egypte poursuivant les Germano-Italiens en Cyrénaïque, voici Rommel et ses troupes sous la menace d’un « encerclement » de 1er ordre. Mais voici que le 20, Laval fait un discours farouchement collaborationniste et germanophile, mettant ainsi fin au doute qu’il pouvait y avoir sur l’attitude réelle du gouvernement de Vichy. Situation abracadabrante : nous sommes en guerre avec l’Allemagne et l’Italie : lors de notre défaite, nous avons fait appel au secours des Américains : ceux-ci arrivent enfin à notre secours, mais maintenant, il faudrait les accueillir à coups de fusil, et recevoir les Allemands, nos vainqueurs, en sauveteurs… et ceci au nom d l’honneur ! Et ceci au moment où tout paraît démontrer l’essoufflement de l’Axe : défaite en Syrie, défaite Russie, défaite en Océanie, révoltes dans tous les pays occupés, hiver menaçant ! Ceux qui, à tort ou à raison, ont proclamé que toute résistance était criminelle devant des forces supérieures – en Juin 1940 – prêchent maintenant la guerre à outrance… contre ceux qui viennent à notre secours ! l’Histoire comme on dit, jugera !

27 Nov.42 – Toulon, qui avait été laissé à la garde de la marine française, est occupée par les Italo-Allemands. En outre, l’armée de l’Armistice est dissoute. Les Allemands semblent avoir été assez naïfs pour s’imaginer que les Français défendraient Toulon contre un débarquement anglo-saxon. La « trahison » de l’armée d’Afrique leur a ouvert les yeux, ce qu’il y a d’intéressant dans ce coup, c’est qu’il révèle clairement, la …(illisible) d’Hitler à Pétain en fait foi, que la « dissidence » a gagné non seulement l’armée d’Afrique, mais l’armée métropolitaine, et aussi la marine la plus officiellement anglophobe ! Nous voilà donc désarmés et les collaborationnistes versent des pleurs, en accusant, bien entendu, les Américains d’avoir provoqué ces mesures, dans lesquelles les Allemands ne sont pour rien, comme de juste. De fait, à quoi servaient notre marine et notre armée, l’une et l’autre impuissantes, au moins dans la métropole. Tout ce qui pouvait servir à quelque chose est à l’extérieur et lutte contre l’Allemagne. A Toulon, la flotte s’est sabordée, et il y a eu probablement une ardente résistance, bien qu’on dise le contraire. Quant au désarmement de l’armée, sans doute il y a-t-il eu là aussi de graves incidents qu’on nous cache. En tout cas, le sabordage a été bien contre l’ordre « formel » du gouvernement : ordre officiel sans doute, mais doublé d’un autre ordre secret et contraire. Il est à supposer que Pétain, ayant apprécié l’extraordinaire duplicité des Allemands, autant user de la même arme et jouer froidement double jeu. Ce qui est lamentable, c’est que certains français se laissent prendre sincèrement au jeu « collaboration à tout prix » et se solidarisent ainsi avec les traîtres, les vrais, qui sont à la solde de l’Allemagne, tels que Doriot, Luchaire, Déat et consorts. Il est vrai – et c’est la seule excuse qu’on puisse trouver à l’attitude tragiquement équivoque du gouvernement- que si Pétain « trahissait » à son tour, le gouvernement serait bientôt entre les mains de quelque Doriot : alors, évidemment, toutes les hypocrisies officielles sont préférables à cela.L’attitude officielle du gouvernement est au surplus, bien surprenante au point de vue juridique, l’Armistice étant également une simple suspension d’armes, nous sommes toujours en état de guerre avec l’Allemagne – d’autant plus qu’en fait l’Armistice se trouve dénoncé de part et d’autre par des violations réciproques – or, Laval et Pétain « pactisent » manifestement avec l’ennemi notre nos amis et alliés. Ce sont légalement des traîtres. Quant aux super-collaborationnistes qui voudraient que nous prenions les armes pour combattre avec l’Allemagne contre nos amis, ce sont des super-traîtres.

Le 29 Nov. Un communiqué officiel donné de Vichy par radio explique que le sabordement des navires avait été prescrit par des ordres antérieurs à l’occupation de Toulon – sabordement au cas de tentative d’attaque par qui que ce soit : le gouvernement n’aurait pas eu la possibilité au dernier moment, de donner de contre ordre. Bref, quand même, le gouvernement comme ses marins à Toulon. Mais ce communiqué n’a été passé qu’à une seule émission de radio Vichy et a été envoyé par Radio Paris, qui continue à traiter de traîtres les marins de Toulon. Tout ceci donne un faible aperçu des ignobles tractations des allemands et pro allemands, et de la faiblesse, de « l’étouffement » du gouvernement de Vichy, bloqué de toute part dans son pouvoir d’information.
On note que sont passés à la « dissidence » en Algérie Pucheu, ancien ministre de l’Intérieur de Pétain, et Jean Masson, apologiste radiophonique officiel du Maréchal !… Des « traîtres »…


1er Déc.42 -
Chose curieuse, ce sont des gens âgés qui sont le plus souvent germanophiles. On aurait pu supposer le contraire. Affaiblissement, sans doute, de la faculté de résistance. Et pourtant, ils ont vu plus que les jeunes, 1870 et 1914 : ils ont été, au moins ceux auxquels je pense, des républicains de la première heure. le fait est assez curieux. La jeunesse, au contraire, et notamment les étudiants, sont presque tous gaullistes, et je trouve cela très bien. Tous ces vieux voient la France perdue, mais perdue par la veulerie, le mauvais esprit, l’égoïsme de la jeunesse ; ils vont presque jusqu’à dire que la défaite est due à la défaillance des soldats. C’est faux, et le peuple avait tout autant de ressort qu’en 1914 où il disposait du matériel nécessaire pour agir.

5 Décembre 42 – on signale de Suisse l’arrestation par Laval, d’Henriot, Jouhaux, de Tessan, et Borotra. Un radical-socialiste, un socialiste, un PSF ancien membre du gouvernement Pétain… toute la gamme ! C’est donc la quasi unanimité dans la réprobation de la politique de Laval. Le commentateur suisse fait ressortir l’isolement de notre prétendu gouvernement, son embarras devant l’opposition générale, et, malgré les apparences, l’unanimité de l’âme française dans son sentiment national. La presse parisienne elle même paraît mettre une sourdine à ses excès de langage. Seule la radio conserve son caractère odieux… surtout celle de Vichy dont la constance dans la nullité et la mauvaise foi ne s’est jamais démentie. L’Italie, violemment avertie par Churchill de ce qui l’attendait si elle restait fidèle à l’Axe, paraît frappée de panique. Mussolini, dans un discours-plaidoyer sans vigueur ni ordinaires rodomontades, essaie de relever le moral de son peuple, enfin menacé des horreurs de la guerre. Sans doute Mussolini et Ciano, talonnés par Hitler, se garderont-ils d’un dégonflement, du moins, tant que la partie ne sera pas irrémédiablement perdue, et, le dit le commentateur suisse, en régime fasciste, toute opposition est vouée à ‘étouffement. Peut-être un revirement sensationnel n’est-il cependant pas exclu… ce qui serait du beau travail en vérité.


 

Voir le Blog de Azuréenne : cliquez ici


Re: L'Occupation en Aquitaine

Nouveau message Post Numéro: 36  Nouveau message de Azuréenne  Nouveau message 02 Nov 2012, 23:18

23 Déc.42 - L’Axe est présentement en mauvaise posture : les Russes ont percé le front allemand et paraissent en mesure de remporter une victoire stratégique importante : la 8ème armée anglaise en Syrie a attaqué l’Afrika-Korps qui s’est aussitôt « décroché » et bat en retraite vers Tripoli. En Tunisie, es Alliés sont arrêtés mais menaçants. Quant au Japon, on n’en parle plus guère : ils ont été stoppés en Nelle Guinée, et les Anglais sont entrés en Birmanie. En France, Laval n’a pas encore usé ouvertement de ses pouvoirs dictatoriaux : il paraît que les arrestations se multiplient, mais à part cela rien de neuf. Il est allé voir Hitler en présence de Ciano, Ribentrop et Goering : sortira-t-il quelque chose du point de vue français de cette entrevue !

Le village, abandonné par les Allemands depuis le 11 Nov. A de nouveau une garnison de 200 hommes environ. A Bordeaux, deux bateaux allemands ont été mystérieusement coulés.
Un ami venu du midi m'apprend que les All. construisent sur les plages méditerranéennes des murs de 2m d’épaisseur ! S’il en est ainsi sur toutes nos côtes – et c’est probable – cela va être charmant !

1.1.43 – L’assassinat de Darlan ne paraît pas encore liquider les frictions avec De Gaulle, il est certain que celui-ci, quoiqu’il arrive, incarnera toujours la résistance et la France combattante. Il est vrai que les informations officielles franco-allemandes s’empressent de grossir les différends, de manière qu’elles exagèrent les difficultés et maladresses commises par les Américains en Afrique du Nord. Le fait flagrant, c’est que tous ceux – militaires ou civils – qui sont aux postes de commandes en Afrique ont laissé tomber la politique de collaboration pour s’allier aux anglo-américains. Certes, la liquidation de la situation, après la guerre, nous réservera des surprises désagréables, car les Anglo-Saxons ne viennent pas simplement pour nous sauver : mais la pilule sera néanmoins moins amère qu’une pilule allemande.

10.1.43 – l’offensive russe paraît aboutir à des résultats stratégiques importants : Rostov et Smolensk sont menacés, et l’armée allemande du Caucase et de Stalingrad est débordée. D’après la radio suisse, les résultats sont plus importants qu’en 1941, parce que les Allemands, n’ayant pas l’intention de reculer, avaient accumulé armes et matériel qui ont été pris et détruits par les russes. Le Figaro s’est « sabordé » après l’occupation de la zone libre : Pierre Buisson envoie aux abonnés une lettre disant « nous avons réussi jusqu’au dernier instant à présenter un Figaro, non tel que nous l’aurions souhaité, mais tel qu’il préservait la dignité du journal en respectant les obligations du moment. Nous avons lutté contre ceux qui, dans le journalisme ou dans les (illisible) par leurs flatteries, leurs surenchères ou leur opportunisme, avilissent jusqu’à la condition de citoyen français. Je leur donne l’assurance qu’ils retrouveront au premier jour, le Figaro fidèle à ses devoirs et conforme à leurs vœux. » Très bien !

25.1.43 – la 8ème Armée britannique, poursuivant les Germano-Italiens en retraite depuis El Alamein, ont occupé Tripoli et marche vers la Tunisie, où elle opèrera sa jonction avec les Anglo-Français-Américains. A l’Est, les Russes avancent toujours à grands pas vers Rostov. Stalingrad et l’armée allemande qui l’occupe sont encerclés et aux abois. Décidément, l’Axe a perdu la guerre : mais quand la victoire sera-t-elle significative : cela peut être encore bien long, hélas.
Quelques prix : un cochon 40.000 F…une charrette de foin : 50.000 F !

1.2.43 – Churchill que tout le monde croyait parti pour Waschington, a rencontré Roosevelt à Casablanca. Rage de l’Axe que démonte cette conférence si bien tenue secrète, à deux pas de l’Europe assiégée. Devant l’aggravation de leurs défaites, les Allemands ont fini par avouer que cela allait mal pour l’Axe. Les
« assiégeurs » de Stalingrad sont maintenant assiégés dans la ville qu’ils n’ont même pas réussi à prendre après des mois d’efforts. Une armée entière est anéantie (200.000 hommes) du coup, mobilisation des hommes de 16 à 65 ans et des femmes de 18 à 45 ans ! Pour le 10ème anniversaire de la prise de pouvoir d’Hitler, Goering et Goebbels ont discouru, mais Adolf s’est contenté de faire lire un message.
Déat et Cie trouvent maintenant que Laval n’est pas assez collaborationniste : il faudrait aller au secours des Allemands, et d’urgence. Ces palabreurs sur papier journal ignorent tout ce qui se passe, mais ils prétendent en remontrer à tous les gouvernements.

Février 43 – les coups de théâtre se succèdent : Churchill est allé à Ankara avec son état-major, le secret fut bien gardé et l’entrevue ne fut révélée qu’après départ du 1er ministre. Un accord défensif a été conclu : les Turcs se méfient sans doute des Teutons pour le printemps ! et, en cas de victoire de l’Axe, ils verraient sans enthousiasme l’Allemagne dominer les Balkans. On a démenti, d’autre part, une entrevue Churchill-Franco…Enfin, Mussolini vient de chambarder son gouvernement, et notamment, de jeter Ciano par dessus bord, le nouveau aux affaires étrangères fut ambassadeur à Londres. Secrétaire à Londres. Bref, il se pourrait que l’Italie flanche : ce serait trop beau.
A Bordeaux, d’où je reviens, plus d’affichage de communiqués allemands depuis décembre, et plus d’immenses cartes jalonnées de petits drapeaux ! En revanche, on voit quantité de véhicules peints en blanc, prêts pour le départ vers l’Est ! assiégeants-assiégés de Stalingrad ont fini par succomber après une lutte héroïque – paraît-il – 3 jours de deuil en Allemagne. Mobilisation super totale. Hitler doit commencer à douter de son étoile invincible.

22 Février – les Allemands se sont enfin décidés à supprimer la ligne de démarcation, en échange d’envois massifs de travailleurs en Allemagne. Ils « libèrent » en outre 250 000 prisonniers en les embauchant comme travailleurs civils. Demi captivité. C’est une petite éclaircie dans l’oppression de ces messieurs, mais payée à quel prix. Les Russes bousculent toujours les Teutons en retraite : prise de Rostov, de Kharkov, bientôt d’Orel… Goebbels crie au secours ! les hordes asiatiques vont submerger l’Europe, etc…

15 Mars 43 – Nous payons le prix de l’assouplissement sur la ligne : levée en masse d’hommes de toutes classes pour départ en Allemagne : c’est la séparation, et la ruine du pays privé de ses dernières forces de travail. Cette mesure exaspère la population : des bandes de jeunes gens se sont retirés dans la haute montagne, en Hte Savoie, et refusent de partir. Partout, on doit accompagner les partants aux gares entre des gendarmes. Le Gouvernement, peu fier, ne dit rien, ni Laval ni le Maréchal ne parlent plus ni ne se montrent depuis 5 mois. Seuls les traîtres de Paris et leurs acolytes de province, se félicitent bruyamment de cette participation de la France à la lutte contre les soviéto-judéo-maçons. Quoiqu’il en soit, j’ai pu constater un peu partout le recul des « collaborationnistes » : les plus aveuglés comprennent enfin à quel point nous sommes « correctement » étranglés

21 Mars – les Anglo-Américains commencent leur offensive sur les Axistes en Tunisie. A l’Est, les Allemands ont repris Karkov, mais les Russes ont pris Viasma et approchent de Smolensk : une énorme bataille est en cours : il vaudrait mieux qu’elle ne soit pas décisive, et que la décision soit provoquée par les Anglo-Américains. Aussi est-il à souhaiter que la Turquie soit prestement nettoyée, en vue d’un débarquement efficace avant l’hiver.

10 Avril – les Anglo-Américains bombardent fortement l’Allemagne et l’Ouest de la France. Le 4, ils ont bombardé les usines Renault-Billancourt : il y a eu 350 tués. Battage orchestré sur cette incursion « injustifiable », indignations officielles et journalistiques les anglo-américains.n’attaquent que les populations civiles pour les affoler et les inciter à la révolte… etc. description minutieuse des cadavres, cervelles, sang, mères, orphelins, etc. Il n’y a quand même pas eu deuil national comme l’autre fois. Mais on voit fort bien la machine montée contre les alliés, et la diversion aux évènements de Tunisie, qui ne tournent pas précisément à l’avantage de l’Axe. « J’en suis venu à mépriser profondément l’homme pour tout ce qu’il ose ordonner quand il est le maître, et pour tout ce qu’il consent à endurer et à faire quand il est l’esclave ». (J.Romains. Prélude à Verdun – p.183) –

7 Mai – Bizerte et Tunis sont prises : tout le monde s’attendait à une résistance acharnée : au contraire, depuis le début de la campagne en Tunisie, les Axistes se sont prestement dégonflés dès que la menace des Alliés s’affirmait, il est probable que la plupart des Allemands sont partis et ont laissé les Italiens se débrouiller avec « leur » Tunisie. N’empêche que Déat imprimait, il y a 8 jours, un article où il était question de défaites persistantes des Alliés en Afrique ! et tout dernièrement, Paul Reynaud à la Radio Vichy, parlait textuellement de l’impuissance des Anglo-Américains sur toutes les mers et sur tous les continents »…et lequel est cependant un des conférenciers les plus modérés de Vichy.
Il faut entendre le « ton » d’un dynamisme communicatif du speaker et conférencier de Radio Londres : quel contraste avec la morne imbécillité de ceux de Radio Vichy.

1er Juin 43 – Euphorie des Français après évacuation de l’Afrique par l’Axe. Il est à craindre que l’optimiste soit prématuré, car, quoiqu’il en soit, un débarquement en Europe est une opération si singulièrement difficile, mais peut-être pourront-ils éviter le débarquement ? le général Georges, ancien commandant en chef des armées du N.O. est passé à la « dissidence », ainsi que Queille, ancien ministre. Jacquinot et tant d’autres ! ce sont sans doute des petits farceurs « zazou » !
Il est très fâcheux que l’entente ne règne pas entre De Gaulle et Giraud : il serait indispensable qu’un gouvernement français libre soit constitué : cette perpétuelle bisbille entre français porte le plus grand tort à notre prestige à l’étranger, déjà fortement compromis. Il semble que De Gaulle, le premier « résistant » et l’animateur incontesté, ait des droits très sérieux à la prééminence, mais a-t-il des idées politiques acceptables ? Quoiqu’il en soit, chacun devrait faire l’impossible pour arriver à un accord.
Etonnantes manifestations gouvernementales en faveur des « combattants français en Tunisie ».

25 Juin 43 – les bombardements alliés sur les usines allemandes et sur l’Italie du Sud s’intensifient. De plus, et ceci est très important, il semble bien que la guerre sous-marine ait été stoppée par les Anglo-Américains. Les Allemands eux-mêmes accusent le coup et prétendent que s’ils ne coulent plus de bateaux alliés, c’est parce qu’il n’y en a plus. Quelques jours après, un communiqué avançait que les Alliés employaient une nouvelle mine qui avait obligé l’Axe à rappeler la presque totalité de ses sous-marins.
En ce qui concerne la victoire, l’Axe paraît être actuellement surclassé : cache-t-il son jeu pour intervenir en masse en cas de débarquement ? ou, ce qui est bien possible, manque-t-il d’essence ?

15 Juillet – L’offensive alliée contre la Sicile, commencée le 10, marche jusqu’à présent à belle allure et paraît avoir décontenancé l’Axe par sa violence et l’étendue des moyens mis en œuvre. Les commentaires officieux sont piteux et se contredisent d’un jour à l’autre, signe d’un certain désarroi. Les Allemands, ont déclenché une offensive violente sur le front russe, et ont été stoppés au bout de quelques jours et les russes maintenant contre attaquent avec non moins de violence. Hitler voit, cette fois, perdre tout espoir de vaincre la Russie : aussi est-il, depuis quelque temps, fortement question d’un certain général russe qui, subitement tourné contre le bolchevisme, recruterait nombre de ses compatriotes pour former une armée russe anti-stalinienne : et alors, à quoi bon combattre la Russie puisqu’il se trouve que ce bon général Vlassov est tout près à former un gouvernement vraiment russe, c’est à dire parfaitement soumis aux ordres d’Hitler ! Telle est la dernière trouvaille de la propagande, signée Robert-Beauplan (Petite Gironde du 15 Juillet 1943). Mais voilà ! ce général Vlassov n’est-il pas simplement une création de la vaste imagination du sire Goebbels. Quoiqu’il en soit, les bombardements massifs de l’Allemagne du Nord par les Anglo-Américains continuent : Cologne, Aix la Chapelle tout dernièrement : il est vrai que seules les églises, cimetières, monuments artistiques et écoles sont touchés, qu’ils disent. Turin, aussi, en a pris un bon coup. Dans le Pacifique, le Japon est sérieusement pris à partie par les Américains et Chinois : de ce côté aussi, l’Axe est en mauvaise posture. Verrons-nous la fin du cauchemar avant l’hiver ? Si non, cet hiver sera dur, car la sécheresse persiste depuis janvier et compromet toutes les récoltes, à l’exception du blé et du vin.

25.7.43 – Mussolini démissionne, et l’effondrement de l’Italie ne saurait tarder. Voici donc l’Allemagne seule, avec le Japon, contre le monde entier. Quel soupir de soulagement ! Car il semble bien que le trépied de l’Axe, privé d’un de ses pieds, doive s’effondrer à bref délai : les Italiens occupent en effet une partie de la France, la Grèce et la Yougoslavie : ils ont un million de travailleurs en Allemagne, quelques centaines de mille d’hommes sur le front Russe, des sous marins un peu partout, une flotte, etc. : l’Axe privé brusquement de tout cela, ne peut évidemment tenir le coup, en présence de la surpuissance croissante des Alliés. La Victoire est proche ! N.d.l.r. dessin de la croix Gaulliste à l’intérieur du V)

6 Aoùt 43 – Les italiens n’ont pas encore capitulé, mais partout l’axe est en déconfiture : le même jour (5 Août) prise d’Orel par les Russes et de Catane par les Alliés. Hambourg a été évacué, après 9 jours de bombardements.
Mon cousin a eu une entrevue avec Laval : très mauvaise impression : c’est un grossier maquignon sans finesse ni éducation : Max Bonnafous est du même avis désormais, paraît-il, et déplore que la France soit en de pareilles mains à un pareil moment.


 

Voir le Blog de Azuréenne : cliquez ici


Re: L'Occupation en Aquitaine

Nouveau message Post Numéro: 37  Nouveau message de Azuréenne  Nouveau message 04 Nov 2012, 15:53

19.8.43 – La Sicile est entièrement conquise : je découpe et colle en annexe le communiqué allemand sur cette « évacuation » ; de l’avis unanime, c’est un chef d’œuvre de… subtilité ! je colle également en annexe une déclaration du maire de Bordeaux (Marquet) au sujet de la mutilation du monument des Girondins : il faut remarquer que ce brigandage, certainement exigé par les Allemands, est entièrement pris en charge par le
« commissariat à la mobilisation des métaux ferreux » c’est à dire par le gouvernement français. Un exemple entre mille de l’hypocrisie allemande qui fait encaisser par le gouvernement Laval toutes les avanies qu’il impose au peuple français.

31.8.43 – Le roi de Bulgarie meurt… brusquement. Le roi de Danemark est emprisonné, et l’état de siège est proclamé par les Allemands dans ce pays « neutre » qui n’a même pas résisté à l’envahisseur. Enfin, les Teutons se plaignent officiellement de ce que la grande majorité de la presse suédoise attaque violemment l’Allemagne… contrairement aux lois (!) de la neutralité. Voici donc l’unanimité à peu près réalisée contre la
« civilisation » nazie.
Une jolie définition de la « collaboration » : Donne-moi ta montre, je t’enverrai l’heure ».

3.9.43 – Débarquement des Alliés en Italie du Sud (Calabre) très fable résistance de l’Axe.

8.9.43 – L’Italie capitule sans conditions (armistice signée depuis le 3) Les Allemands ne paraissent pas trop pris au dépourvus, car l’éventualité était facile à prévoir, et prennent aussitôt des mesures draconiennes partout où sont les troupes italiennes, mais le comble est que ces dernières se retournent contre les
« Tedeschi » ceux-ci, quand même, n’en sont pas encore revenus. La situation de l’Allemagne devient impossible à mesure qu’ils la disent excellente, bien entendu. En Russie, les chutes de villes importantes ne se comptent plus (Briansk, Stalingrad) le seul joli coup à l’actif des Teutons est l’enlèvement de Mussolini. Celui-ci, harcelé par Hitler, constitue un parti fasciste-républicain ! La pagaille est à son apogée en Italie, où se côtoient fascistes, anti-fascistes, allemands et alliés, sans compter le pape qui, le veinard, se trouve, enfin, sous la « protection » de la Wermacht ! Il faut convenir que les Italiens sont au dessous de tout, mais Hitler, qui, du jour au lendemain a attaqué son allié russe, est mal venu à fulminer contre l’Italie qui lui joue à peu près le même tour. Au surplus, il aurait bien voulu, et M. Laval donc ! que nous en fassions autant contre les Anglais.

29.9.43 – Impressions de fin septembre : après la capitulation de l’Italie, on pouvait espérer une fin assez rapide de la guerre, mais les Alliés ne paraissent pas avoir exploité assez rapidement et à fond cette occasion magnifique. Ils avancent assez lentement en Italie et, chose inexplicable, n’ont pas encore débarqué en Dalmatie, où les attendent cependant de nombreux partisans. En Russie, le recul allemand s’effectue jusqu’à présent dans un bon ordre relatif et sans encerclements d’importance. On peut donc redouter un nouvel hiver de guerre, à moins d’un débarquement allié sur un autre point du continent, ou d’une défection de nations satellites telles que la Hongrie, Roumanie, Bulgarie. Quant au redressement inattendu de l’Allemagne, il ne paraît pas probable, car il se serait déjà produit, étant donné la gravité de sa situation. Reste à savoir si elle est vraiment capable de supporter une nouvelle campagne d’hiver, surtout à l’Est, et si elle ne préfèrera pas cesser le combat plutôt que d’affronter cette redoutable éventualité, qui lui a déjà coûté si cher durant les deux hivers précédents.

4 Oct.43 – Après 20 jours de combats menés par les Corses, les troupes françaises et quelques unités américaines, la Corse a été « évacuée » par les Allemands. Les miliciens de Vichy se vantent d’avoir combattu à côté des Allemands pour empêcher les Français de reprendre possession de ce département français, ce qui est un comble. Quant aux collaborationnistes, ils considèrent la Corse comme conquise par les Alliés, et perdue pour la France ! Presque en même temps, Menton, qui était pour ainsi dire annexé par les Italiens, a été solennellement rendu à la France… par les Allemands ! Sont-ce donc les Allemands qui ont vaincu l’Italie ! Invraisemblable imbroglio .

Dans l’attente d’évènements graves d’ici le commencement de l’hiver, les esprits se montrent tourmentés, surtout dans les villes. On craint que les « occupants », en s’enfuyant, ne détruisent les centrales électriques commandant les voies ferrées et n’interrompent ainsi toutes communications : d’où il résulterait une pagaille incroyable, et la disette complète en ville. Les Anglais conseillent aux urbains de se rendre, autant que possible, en campagne et de faire des stocks – mais avec quoi ! les récoltes tant de blé et vin sont piteuses. Dans le Midi, c’est le commencement de la disette, déjà ! Mais il semble bien que l’Allemagne soit à bout de souffle, et on peut espérer son dégonflement avant l’entrée de l’hiver. Ainsi soit-il !

1er Nov.43 – les Russes, que les Allemands espéraient probablement arrêter sur le Dniepr, ont franchi rapidement ce fleuve et prononcé une très violente offensive qui a enfoncé le front allemand sur plusieurs points : les Teutons refluent en désordre dans tout ce sud, abandonnant leur matériel et en grand danger d’être encerclés, surtout en Crimée. Une conférence Américano-Anglo-Russe a eu lieu à Moscou pour conjuguer les efforts militaires et examiner les solutions d’après-guerre. L’accord au point de vue militaire paraît complet : quant à l’après-guerre, il est à craindre, évidemment, que Moscou se montre gourmand en Europe : les satellites de l’Allemagne, et surtout la Roumanie, sont dans l’anxiété. Hitler tente de les rassurer en échafaudant un statut des peuples balkaniques : mais ces derniers ne doivent guère y croire, la victoire allemande étant de plus en plus improbable.

On parle avec insistance d’un remaniement au cabinet Laval : si celui-ci ne s’en va pas – et il s‘accroche parbleu – à moins que le Maréchal ne l’expédie, quels étranges personnages va-t-il nous sortir ! Le désaccord entre pays et gouvernement est de plus en plus profond : les ordres ne sont pas respectés : Déat dit de la police : de la moitié, on n’est pas sûr qu’elle soit sûre, de l’autre, on est sûre qu’elle n’est pas sûre ! les réfractaires sont nombreux, mais que vont-ils devenir cet hiver dans leur maquis ! Malgré tout, j’espère encore que d’ici décembre, il se passera quelque chose qui mettra fin au conflit, bien que les Anglo-Américains répètent à satiété que la grande offensive n’aura lieu qu’en 1944. Il me semble que les Teutons ont intérêt à traiter avant que les Russes se rapprochent trop de leur pays. Mais, certes, les nazis, s’ils ne sont pas débarqués par leurs compatriotes, lutteront, pour leur peau, jusqu’au bout.

18 Nov. 43 – Les Russes ont fait une très large et profonde plaie dans le front allemand et avancent vers la frontière polonaise, dont ils ne sont qu’à 50 km. La Crimée est attaquée au nord et à l’est. Les Allemands tiennent cependant à Kichinev pour essayer d’éviter un vaste encerclement. En Italie, les Alliés avancent très lentement. La Turquie, toujours très sollicitée, paraît se rapprocher des Alliés. Enfin, au Liban, conflit entre le gouvernement, qui veut sa libération, et le Comité d’Alger, qui défend trop vigoureusement au gré des Anglais, les intérêts de la France. Ici, prolongement de l’équivoque : à Vichy, on représente De Gaulle comme à la solde de l’Angleterre : or celle-ci n’a pas approuvé les mesures prises par le comité à l’égard du Liban. De Gaulle a défendu les intérêts français et se trouve, dans une certaine mesure, en conflit avec les Anglais à ce sujet : preuve qu’il n’obéit pas aveuglément à l’Angleterre. Alors ! les commentaires de la presse « française » sont quelque peu embarrassés !

Comparaison : peuples en démocratie : peuples vivants avec leurs défauts et leurs qualités apparaissant au grand jour. Peuples en dictature : des cadavres sous un superbe tombeau : comme les morts, on ne parle que de leurs admirables qualités, on soigne la stèle, on la fleurit, on fait de beaux discours pour louer le mort… mais il est bel et bien dans son tombeau, et ne peut bouger ni pied ni patte. Au moindre signe de vie, on s’empresse de le refouler dans son sépulcre !`

27 Nov. 43 – le Maréchal Pétain a eu le 13 Novembre, un discours « rentré » : ce discours avait été annoncé, mais « quelqu’un » l’a empêché de le prononcer ; il semble que, se méfiant de Laval – qui est actuellement suspect à tout le monde et inspiré par les Allemands, il voulut éviter qu’il fut désigné éventuellement comme son successeur : il aurait remis à l’Assemblée Nationale, le soin de désigner celui-ci. D’où opposition de Laval et des Allemands. Le chef de l’Etat est donc impuissant, et ceux qui lui ont prêté serment de fidélité sont désormais en droit de contester les ordres du gouvernement. Cette affaire paraît être très importante au point de vue du droit constitutionnel.

10 Déc.43 – Conférence de Téhéran, Roosevelt-Churchill, Staline. On s’attendait à un ultimatum à l’Allemagne : il n’en est rien : la guerre continue. On y est encore enfermé… jusqu’à quand ? Dépression.
En France, les attentats « terroristes » se multiplient. L’assassinat de Maurice Darrant homme modéré, radical, et même franc-maçon paraît-il, paraît inexplicable. Un discours de M.Smith (anglais de l’Afrique du Nord) maladroit, fait assez mauvaise impression : il dit que la France est fichue et disparaîtra comme grande puissance. C’est possible, mais qu’en sait-il ? et alors, pourquoi ces paroles malheureuses, qui ne peuvent que déprimer les Français, déjà assez dans le pétrin comme cela.

Fin Décembre 43 – En somme le grand événement de 1943 aura été l’effondrement de l’Italie, il semble bien que les Alliés n’aient pas exploité à fond cette circonstance, faute de rapidité dan l’exécution de leurs mouvements en Italie. Il est vrai que les Allemands étaient à pied d’œuvre et ont pu agir immédiatement, d’autant plus qu’ils avaient eu le temps de prévoir les conséquences de la démission de Mussolini. Ils ont réagi très opportunément et les Alliés, qui ne veulent rien laisser au hasard, paraissent avoir manqué de décision et d’audace. De même en mer Egée. Pourquoi n’ont-ils pas débarqué en Dalmatie ! on se le demande toujours mais ce n’est sans doute que partie remise.
Le grand fait saillant est l’énorme et constante avance russe qui la mène, au commencement de 1944 à la frontière polonaise.

Que se passera-t-il en 1944. Evidemment une grande offensive alliée sans doute dans les Balkans et vers le pas de Calais. Ils réussiront probablement à établir une solide tête de pont dans le Nord, mais s’il n’y a pas d’effondrement par ailleurs, il est à craindre que la guerre dure encore longtemps. Les Allemands demeurent très forts, à moins toutefois qu’il leur manque matériel… et essence. On se demande en effet comment ils peuvent avoir encore assez d’essence pour alimenter avions et véhicules, avec le peu de ressources qu’ils ont en cette matière. Ce sera peut-être la solution de la guerre.
Les pessimistes gouvernementaux, l’infâme Henriot entre autres, prévoient, en cas de débarquement allié, la France à feu et à sang. Certes, il y aura de la casse, si le débarquement a lieu sur notre territoire ce qui n’est pas prouvé. Mais il faut espérer que ces dégâts se limiteront à une minime partie de notre sol. En tout cas, il est bien inutile et fâcheux de chercher à affoler les gens par des prédictions de ce genre. Comme disait Dorin, dans une émission de Radio Vichy : jamais on a vu tant de crétins traiter les autres d’imbéciles !

J’ajoute, parmi les évènements de 1943, les bombardements massifs des Alliés sur l’Allemagne. Toutes les grandes villes industrielles ont été touchées, Hambourg presque détruite. En plus de l’atteinte portée à l’industrie de guerre du Reich, le moral des populations est très affecté par ces raids massifs (quelquefois 1000 bombardiers.
Les lettres de nouvel an apportent l’inquiétude de tout le monde sur les évènements des mois à venir : où et quand le débarquement ! on parle beaucoup évidemment, du Pas de Calais et du Nord, mais aussi de la vallée du Rhône, il se peut que ce soient des bruits répandus par les Alliés eux-mêmes pour alerter les Allemands dans des endroits où ils ne viendront point. Il paraît probable qu’un débarquement par avions précède ou accompagne un débarquement par mer. Quoiqu’il en soit, le peuple français est dans l’état d’esprit d’un malade qui doit être opéré, et qui attend dans l’appréhension le jour où on le mettra sur le billard. Pourvu que ce ne soit pas trop douloureux et que les plaies soient bien nettoyées, gare à la gangrène !

Ndlr : un cahier suit (le n°3) couvrant 1944-1945


 

Voir le Blog de Azuréenne : cliquez ici


Re: L'Occupation en Aquitaine

Nouveau message Post Numéro: 38  Nouveau message de dynamo  Nouveau message 04 Nov 2012, 16:34

Azuréenne a écrit:En France, les attentats « terroristes » se multiplient. L’assassinat de Maurice Darrant homme modéré, radical, et même franc-maçon paraît-il, paraît inexplicable. Un discours de M.Smith (anglais de l’Afrique du Nord) maladroit, fait assez mauvaise impression : il dit que la France est fichue et disparaîtra comme grande puissance. C’est possible, mais qu’en sait-il ? et alors, pourquoi ces paroles malheureuses, qui ne peuvent que déprimer les Français, déjà assez dans le pétrin comme cela.


Qui est Maurice Darrant ?
Et Smith ?
Quelqu'un connaît ?
La dictature c'est "ferme ta gueule", et la démocratie c'est "cause toujours".
Woody Allen.

Administrateur
Administrateur

 
Messages: 3444
Inscription: 14 Mar 2006, 20:36
Localisation: sur la plage abandonnée
Région: Nord/Pas de Calais
Pays: France

Voir le Blog de dynamo : cliquez ici


Re: L'Occupation en Aquitaine

Nouveau message Post Numéro: 39  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 04 Nov 2012, 17:52

Bonjour Dynamo,
Non, je ne connais ni Maurice Darrant, ni un certain M. Smith.

et j'ai vu également ceci:
31.8.43 – Le roi de Bulgarie meurt… brusquement. Le roi de Danemark est emprisonné, et l’état de siège est proclamé par les Allemands dans ce pays « neutre » qui n’a même pas résisté à l’envahisseur


Bon le Roi Boris de Bulgarie n'est pas décédé le 31 août 1943 mais bien le 28 août. Mais il se peut que la personne qui a écrit cela et dont Azuréenne nous livre amicalement les écrits, n'a été mis au courant du décès que le 31.
Par contre en ce qui concerne le Roi du Danemark, Christian X, il n'a jamais été emprisonné.
Ce qui est vrai c'est que les Allemands ont instauré une loi martiale au Danemark le 29 août et que cela a provoqué des grèves et des sabotages.
De plus le Danemark n'a jamais été neutre pendant la Seconde Guerre mondiale, il y existait bien une occupation fusse-t-elle de complaisance.
Mais encore une fois, n'oublions pas que la personne qui a écrit cela se trouvait en pleine occupation.
Amicalement
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 66191
Inscription: 02 Fév 2003, 21:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: L'Occupation en Aquitaine

Nouveau message Post Numéro: 40  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 04 Nov 2012, 18:19

Bonjour,
Décidément sans être un visionnaire cet homme, bien informé des évènements même qqpeu déformés, en fait une très bonne analyse.
Comme exemples: Moscou se montrera gourmand en Europe.
Désinformation par les alliés quant au lieu du débarquement.
Débarquement terrestre précédé ou accompagné d'un débarquement par voie aérienne.
Tiens! Il évoque aussi Lisbonne et Rudolf Hess!

Du gouvernement de Vichy, il nous en fourni un avis intéressant!
blog/Aldebert/

http://wiki-rennes.fr/index.php/Cat%C3% ... -le-Coquet

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ». Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3190
Inscription: 22 Jan 2010, 20:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers HISTOIRES VÉCUES - RÉCITS DE GUERRE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
il y a 10 minutes
par: kfranc01 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
il y a 11 minutes
par: kfranc01 
    dans:  Armée Royale Yougoslave : ses uniformes 
il y a 58 minutes
par: iffig 
    dans:  [DU 1er SEPTEMBRE 2018 au 31 OCTOBRE 2018]: Feu sur les véhicules d'écolage ( Allié ou Axe) 
Aujourd’hui, 18:45
par: Signal Corps 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Aujourd’hui, 18:28
par: kfranc01 
    dans:  Hitler pouvait-il gagner la guerre ? 
Aujourd’hui, 18:27
par: Loïc Charpentier 
    dans:  La visite du petit moustachu dans les Flandres, 1 et 2 juin 1940 
Aujourd’hui, 17:59
par: thucydide 
    dans:  Ligne Maginot vs mur de l'Atlantique 
Aujourd’hui, 17:39
par: thucydide 
    dans:  Marceline Loridan-Ivens 
Aujourd’hui, 16:54
par: gernika 
    dans:  des basques sur le front de Huesca 
Aujourd’hui, 16:45
par: gernika 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: CHEVALIER et 4 invités


Scroll