Connexion  •  M’enregistrer

Parcours d'un soldat allemand pendant la seconde guerre mondiale.

Retrouvez ici toutes les histoires vécues et les récits de guerre. Déposez ici les témoignages en votre possession sur la vie pendant le conflit. C'est un pan important du devoir de mémoire cher à notre forum.
MODÉRATEUR: Prosper

Re: Parcours d'un soldat allemand pendant la seconde guerre mondiale.

Nouveau message Post Numéro: 11  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 25 Fév 2012, 12:11

82 prisonniers qui s’étaient inscrits pour travailler à la Mine sont partis hier matin vers leur nouvelle activité.

Dimanche 21 décembre quatrième jour de l’Avent Josef passera Noël, une fois de plus, loin de chez lui. Il se demande comment sera fêté ici le jour Saint de la Nativité. Qu'elles seront les manifestations, office religieux ? fête ? repas ? La nourriture sera t-elle bonne ? C’est très important la nourriture ! Il estime que plusieurs semaines d’économie faite au détriment de celle-ci mérite bien au moins un excellent repas.

Une annonce officielle est diffusée, 485 prisonniers doivent être libérés le 12 janvier 1948. Une nouvelle fois il espère être du lot. Cette fois-ci vraiment, plus fermement convaincu. Ses indices qui l’amènent à le penser sont presque certains.

Le jour de Noël, Josef est tout à fait surpris des cadeaux qu’il reçoit à la caserne. Des cadeaux bien supérieurs à ceux reçus lorsqu’il se trouvait sur des campements au déminage.
A l’occasion de leur remise, à 20 heures 30, une brève allocution est dite par le chef du camp dans la salle du manège . Musique et chants accompagnent la distribution. Chacun reçoit un paquet contenant trois pommes, 10 biscuits, un petit gâteau , un morceau de saucisson. Il est distribué ensuite pour chacun 3 beignets et du café. A minuit chacun peut assister à une belle Messe .
Le lendemain un match de football est organisé. Pour terminer la journée, audition d’un concert avec chœurs. Tout cela se déroulant sur fond de pensée de sa Libération prochaine !

Dimanche 28 décembre. 66 hommes de la zone d’occupation russe en Allemagne sont libérés, ceux de la zone américaines sont enfin partis hier.

Jeudi 1er janvier 1948. Enfin il apprend que son nom figure sur liste des prochains libérés. Si rien de fâcheux ne se produit d’ici cette date bénie car il faut être prudent, il sera bientôt sur le chemin du retour vers son cher pays natal. Dans quel état va t-il le retrouver son Pays, combien de ses amis reverra t-il. Il a bien obtenu quelques informations par courrier mais que de questions et d’incertitudes demeurent.

Mercredi 7 janvier il travaille avec l’aumônier du camp. Le jeudi il rend son treillis et sa couverture.

Dimanche 11 janvier 1948. Le dernier dimanche à Evreux. Dans quelques jours il sera en Allemagne, dans son Pays natal qu’il n’a pas revu depuis quatre années.

Il a reçu hier son décompte de solde. Le soir il assiste à un concert d’adieux. La nuit il ne dort que quelques heures à même le sol. Le matin il se lève à quatre heures. Deux plus tard il passe la porte de la caserne, la première qui s’ouvre vers la liberté. Tous s’en vont a pieds, rejoindre la gare d’Evreux et s’embarquent dans les wagons d’un train qui les emmène en direction de Mantes et Achères. Josef arrive à Paris St Lazare à 9 heures. Là, après un long temps d’attente, il embarque avec ses camarades dans des camions pour un camp de transit à Noisy le Sec où il est contrôlé. Il est logé dans une des baraques et dort à même le sol. Il fait provision de vivres de route et reçoit une couverture. TOUT VA BIEN !!!

Le 15 janvier 1948 à 1 heure du matin il rejoint à pied la gare de Saint Denis où un train venant de Rennes avec 450 prisonniers doit le transporter lui et ses camarades vers l’Allemagne. Il ont reçu préalablement, outre les provisions pour le voyage, un certificat provisoire de libération. Josef va réaliser enfin le voyage qu’il a tant espéré, tant attendu.

Chacun a une place assise dans une voiture. Le train passe Château Thierry Epernay, Chalon sur Marne, Bar le Duc, Nancy , Strasbourg, Saarburg et arrive Tuttlingen.

Le 16 janvier à 8 heures tous sont dirigés vers un camp de transit et de tri. Les prisonniers habitant le zone d’occupation française obtiennent immédiatement leur certificat de libération. Pour les autres, comme Josef ils sont transportés dans autre camp américain afin de recevoir les papiers nécessaires pour leur transport vers une nouvelle fois vers un autre camp.
Josef prend le train avec beaucoup de ses compagnons. Après 4 heures et demi de voyage il arrive à Malmsheim près de Stuttgart.
Là, grand étonnement, grande émotion, immense joie. Un important comité d’accueil est présent pour leur rendre hommage. Des écoliers, des gens âgés acclament les arrivants, sur fond d’orchestre, les cloches sonnent. Des voitures à bras, des charrettes ont été amenées pour charger les bagages. Le maire et le curé ont fait un discours de bienvenue. Beaucoup d’ yeux laissent couler des larmes. Josef insiste sur cette joie indescriptible, cette grande émotion.

Josef n’est pas encore arrivé à destination. Pour enfin y arriver, un court chemin en train est encore nécessaire à parcourir. C’est une fois de plus qu’il est hébergé dans un camp. Il connaît la musique, il reçoit la couverture habituelle, 1200 à 1500grs de pain avec beurre, charcuterie, fromage café et soupe. IL dort la nuit dans un lit de camp américain, dans une pièce bien chauffée. le confort s'améliore avec le temps!

Le samedi 17 Janvier 1948, il reçoit enfin sa feuille de libération, la vraie, la bonne, la définitive. On lui remet 50 Marks et le billet de train. Auparavant il a passé une visite médicale, son état de santé est satisfaisant, il mesure 1,61 m et pèse 63 kgs.

A 12h50 le lendemain il se rend à Stuttgart. Le train l’emmène à Heidelberg, puis à Darmstadt et Francfort. Il arrive ensuite à Hanau et enfin rentre chez lui où il retrouve enfin sa famille, sauf son frère, son cher Willibald, mort à Saint Lô. Willibald qui lui manque beaucoup en ce jour de liberté et pour longtemps encore.
Josef, tombe de Willibald à La Cambe-1.jpg
Josef, tombe de Willibald à La Cambe-1.jpg (26.25 Kio) Vu 2422 fois

Josef se recueille sur la tombe de son frère, Willibald au cimetiére de La Cambe près de Bayeux

Josef à droite  et Chris et Al.JPG
Josef à droite et Chris et Al.JPG (26.41 Kio) Vu 2422 fois

Josef à droite, avec Christiane et Albert en 2011
Fichiers joints
'AudeR.jpg
'AudeR.jpg (25.79 Kio) Vu 2422 fois
blog/Aldebert/

http://wiki-rennes.fr/index.php/Cat%C3% ... -le-Coquet

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ». Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3194
Inscription: 22 Jan 2010, 20:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici


Re: Parcours d'un soldat allemand pendant la seconde guerre mondiale.

Nouveau message Post Numéro: 12  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 26 Fév 2012, 19:27

alberto a écrit:Salut Aldebert,

Voilà un exposé des tribulations d'un soldat allemand qui résume assez bien ce que pouvait être l'ordinaire d'un troufion de base durant cette période. Encore qu'il n'ait guère réellement combattu en ligne, bien que réparateur de lignes téléphoniques ! ;)

Il parait en avoir, un peu, bavé durant sa captivité : j'ose espérer qu'il réalise néanmoins que les difficultés qu'il a éprouvé en France durant cette période sont à des années lumières de ce que d'autres prisonniers de guerre ont subit dans les camps allemands : en a-t-il conscience ?
Fait-il d'autres commentaires sur cette guerre, les horreurs, les camps de concentrations, les exécutions massives, etc... ?

Merci pour ton article bien intéressant. (c'est toi qui a traduit le texte ?)

Bien à toi.


Bonjour Alberto.

Pour la traduction, oui c'est moi mais c'est surtout et presque essentiellement avec l'aide de deux traducteurs en ligne. Le plus difficile c'est de traduire les traducteurs. :mrgreen:

Maintenant pour ce qui est du comportement des Allemands en France durant l'occupation, des camps de prisonniers de guerre en Allemagne, des autres camps de l'horreur, là n'est pas l’objet de ce texte, je ne veux pas ici donner mon sentiment, ni en discuter avec mon ami Josef.

D’autre part je ne suis pas certain que les prisonniers de guerre français en Allemagne aient été plus maltraités que Josef en France. Une chose est certaine, Josef a été plus qu’aucun, exposé au danger en tant que prisonnier de guerre. Je n’ai toutefois pas d’état d’âme et je réponds comme les autorités françaises de l’époque « Ils ont placé les mines, c’est à eux de les éliminer »
On peut aussi rétorquer « Mais les bombes, c’est pas eux » !!! Il faut se remettre dans le contexte de l’époque.
Ce qui est intéressant c’est ce que nous révèle en filigrane Josef lorsqu’il écrit, par exemple « Des prisonniers libérables attendent des jours et des jours avant de pouvoir prendre le train » Rappelons nous les grèves très dures de 1947, notamment des cheminots.

Les sentiments et impressions que Josef exprime en tant que prisonnier sont comparables à ceux de tous les prisonniers de guerre.
Cordialement et merci de ton merci ;)
Albert
blog/Aldebert/

http://wiki-rennes.fr/index.php/Cat%C3% ... -le-Coquet

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ». Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3194
Inscription: 22 Jan 2010, 20:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici


Re: Parcours d'un soldat allemand pendant la seconde guerre mondiale.

Nouveau message Post Numéro: 13  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 27 Fév 2012, 13:47

Maintenant, il faut rappeler que notre Josef (je le partage volontiers :mrgreen: ) n'a jamais fumé, boit avec beaucoup de modération sans pour autant cracher sur un bon vin de notre France. Vin que nous dégustons chez son petit cousin Willibald dans le sud de la France. Oui en effet, ce cousin à hérité de ce prénom en mémoire du frère de Josef mort à Saint Lô. Il appartenait14.Kp./Fallsch.Jäg.Rgt.9.. Lui par contre n'avait pas son fusil en bandoulière, il servait un canon antichar.

Amicalement
Albert
blog/Aldebert/

http://wiki-rennes.fr/index.php/Cat%C3% ... -le-Coquet

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ». Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3194
Inscription: 22 Jan 2010, 20:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici


Re: Parcours d'un soldat allemand pendant la seconde guerre mondiale.

Nouveau message Post Numéro: 14  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 03 Mar 2012, 20:24

Merci Antoine pour ton encouragement.
Cette histoire ne s’arrête pas tout à fait là. Je t'en fais personnellement la confidence ;) .

Josef a toujours en tête les visages de ses camarades, Allemands ou Français de son groupe, morts en Normandie, dans des opérations de déminage. Il ne veut pas que le temps efface des mémoires ce souvenir. Alors il va agir!

J'avais oublié de joindre au texte les précieux documents authentifiant la libération tant attendue de Josef
Cordialement


Doc 1 Josef.jpg
Doc 1 Josef.jpg (43.13 Kio) Vu 2431 fois

Doc2 - Josef.jpg
Doc2 - Josef.jpg (23.99 Kio) Vu 2431 fois

Doc4 - Josef.jpg
Doc4 - Josef.jpg (22.29 Kio) Vu 2431 fois



Albert Gilmet
blog/Aldebert/

http://wiki-rennes.fr/index.php/Cat%C3% ... -le-Coquet

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ». Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3194
Inscription: 22 Jan 2010, 20:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici


Re: Parcours d'un soldat allemand pendant la seconde guerre mondiale.

Nouveau message Post Numéro: 15  Nouveau message de Azuréenne  Nouveau message 12 Nov 2012, 20:26

Bonjour Aldebert,

Ce vécu d'un soldat allemand m'a beaucoup intéressée, d'autant que je n'avais pas réalisé que tant d'eux furent prisonniers et affectés au déminage. Ce qui était légitime. J'ai tout de même été déconcertée par la façon dont ce garçon vit la guerre, entre autres, il traverse la Russie sans avoir l'air frappé par les ravages causés par les nazis.

Pour ce qui est du vécu des prisonniers français, j'ai l'impression qu'il fut très différent selon les cas et très acceptable pour certains. Pas pour le plus jeune frère de ma mère qui n'a jamais voulu revenir sur ce passé là, se contentant de me dire en 1993 :
" Pour mes souvenirs de guerre et de captivité (500 pages au moins) c’est trop tard et d’ailleurs dangereux, lorsqu’il m’arrive très rarement d’en parler ou d’y penser dans la journée, la nuit, je fais un cauchemar. Je tape en rêve sur un Allemand. Mes frères étant nés en Argentine, ils n’ont pas eu à se faire trouer la peau à Verdun. Moi, j’ai eu la malchance de voir le jour à Bergerac : 18 mois de service militaire idiot, un an de guerre et cinq ans de bagne nazi, soit 6 années de jeunesse perdues, de cauchemar, d’inquiétudes, d’angoisse, vexations, trouille des bombardements, des millions de civils écrabouillés, surtout des femmes et des enfants que les braves prisonniers français étaient chargés de dégager des décombres. Ecrire mes souvenirs là-dessus, c’était revivre le cauchemar. Pour l’oublier, j’ai brûlé toutes les lettres de la guerre et en parle le moins possible ."


 

Voir le Blog de Azuréenne : cliquez ici


Re: Parcours d'un soldat allemand pendant la seconde guerre mondiale.

Nouveau message Post Numéro: 16  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 13 Nov 2012, 00:19

Azuréenne a écrit:Bonjour Aldebert,

Ce vécu d'un soldat allemand m'a beaucoup intéressée, d'autant que je n'avais pas réalisé que tant d'eux furent prisonniers et affectés au déminage. Ce qui était légitime. J'ai tout de même été déconcertée par la façon dont ce garçon vit la guerre, entre autres, il traverse la Russie sans avoir l'air frappé par les ravages causés par les nazis.


Josef ne semble pas avoir d'état d'âme tout au long de son parcours. Il est Allemand, c'est la guerre, il fait son devoir de militaire.
Il faut souligné cependant d'après son récit, que Josef n'a jamais combattu sur une ligne de front en Russie ou en Europe. C'était un "technicien" qui réparait les lignes téléphoniques, essentiellement sur les voies de chemin de fer. Il n'a pas participé ou été en contact avec les tueries perpétrées en Russie ou ailleurs.
Lors de la retraite de son unité, en Allemagne, il a cependant condamné les désertions de certains de ses camarades. Fait prisonnier, il a regretté d'avoir été séparé de son régiment qui a poursuivi son recul jusqu'en Autriche, il aurait souhaité accompagner ses camarades de la première heure, jusqu'au bout. Il est courageux et loyal.
Il "accuse" les Français de l'avoir obligé à l'utiliser comme démineur avec tant d'autres prisonniers en violation de la convention internationale. Légalement c'est exact.
Il s'est plein très amèrement des conditions de détention, c'est vrai. Sans peut être connaitre celles des prisonniers en Allemagne forcés de travailler pour le Reich..
Encore récemment Josef m'écrivait de veiller à bien préciser , dans la traduction en français de son récit, que la France avait violé cette convention.

Josef est un excellent ami pour cela je n'ai pas voulu le choquer, en lui rappelant que le régime pour qui il combattait avait toujours fait fi de toutes conventions.
blog/Aldebert/

http://wiki-rennes.fr/index.php/Cat%C3% ... -le-Coquet

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ». Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3194
Inscription: 22 Jan 2010, 20:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici


Re: Parcours d'un soldat allemand pendant la seconde guerre mondiale.

Nouveau message Post Numéro: 17  Nouveau message de brehon  Nouveau message 13 Nov 2012, 12:11

Bonjour,

Il faut aussi préciser que la France avait demandé, et obtenu de la part des Alliés, l'autorisation d'utiliser les PG pour les opérations de déminage.
Cordialement.
Yvonnick

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7291
Inscription: 14 Déc 2009, 16:45
Région: Bretagne
Pays: France

Voir le Blog de brehon : cliquez ici


Re: Parcours d'un soldat allemand pendant la seconde guerre mondiale.

Nouveau message Post Numéro: 18  Nouveau message de Aldebert  Nouveau message 20 Sep 2013, 12:12

Bonjour,

L’auteur de ce récit, Josef Schnabel, a constaté que la traduction de son texte n’avait pas été fidèlement respectée pour la partie qui traite de sa captivité lors de son affectation d’office dans des équipes de déminage.
Il regrette, que cette traduction n’ait pas suffisamment mis l’accent sur la dangerosité de la situation et des conditions pour lui affreuses de détention, que la description du manque de respect de la personne humaine n’ait pas été suffisamment traduite, voire éludée.
Pour cette partie de récit mise en cause, Josef a fait appel à un nouveau traducteur dont je vais présenter le texte. Je présente aussi l’original de cette lettre en Allemand à toutes fins utiles.

Je demande à Josef de bien vouloir me pardonner pour ce manquement.

Albert Gilmet




Josef Schnabel,
Hanau, le 12.7.2013

Albert et Christiane GILMET
France


Allô Albert!
Puisque mon commentaire concernant l'intervention internet que Willibald t'a fait parvenir en traduction le 28 juillet 2012, n'a, semble-t-il, pas eu de suite, hélàs, je me dois aujourd’hui de réitérer, préciser et compléter ce sujet combien désagréable pour moi.

En date du 26 septembre 1945, 25 camarades venant de l'école des mines à Fécamp rejoignaient notre commando à St. Léonard/Grainval. Le 2 octobre un démineur français commença avec un groupe le déminage au ravin de la mort,
sans détecteur, seulement avec des barres de fer et l'après-midi lui et deux camarades étaient morts. Les premiers de notre commando. Fin Octobre un nouveau groupe de 10 hommes, dont moi, avait continué le travail. Le 15 décembre, 3 camarades et le 4 février un autre subirent la mort. Des 10 prisonniers 4 camarades étaient donc morts, 6 hommes survécurent, dont moi.

Début janvier 1946 notre commando fut inter changé avec celui du village voisin, Criqueboeuf lequel avait à déplorer aussi 2 morts. En total donc 8 morts! Plus tard nous avions un engagement à Cauville, et fin novembre, après 15 mois, cette région du littoral de la Manche était dégagée de mines.

Hélas notre espoir d'être libérés comme récompense pour le travail effectué était vain. Après un séjour de deux semaines au camp intermédiaire de Montivilliers un commando fort de 30 hommes fut formé. Sa destination était le camp de St. Aubin par Quilleboeuf. Nous y passions la période du 11 décembre 1946 jusqu'au 21 février 1947, donc en plein hiver avec de la neige et de la glace. Ce quartier était indescriptible, une ferme abandonnée et pourrie. Il était irresponsable et inhumain de cantonner dans ce logement. J'essaye de le décrire et motiver.

Dans cet immeuble pourri il y avait de la place pour 14 hommes, personnel de cuisine et gardiens. Dans la grange, à moitié en ruine, il y avait une étable et une écurie, pour 8 hommes dans chacune. D'abord il a fallu retirer le fumier et les nettoyer et le jour était visible par ce qu'il n'y avait pas de toiture. Comme couverture on nous donna de la tôle ondulée sur laquelle nous répandions du foin et de la paille afin d'être mieux protégés contre le froid. Le comble était le fait qu'il n'y avait pas de fenêtre, même pas de vasistas, donc pas de lumière du jour! Comment ventiler les locaux? Il n'y avait qu'une ampoule électrique faible, mais pas en permanence! Pour les 8 hommes nous avions besoin de 8 lits, tables et sièges et chacun a dû investir ses égards et sa compréhension afin de garantir un minimum d'harmonie, surtout pendant les weekends. Des voisins mettaient à notre disposition un poêle mais nous devions „organiser“ le bois d'une façon ou d'autre, cad. nous devions le voler, mais avec le risque d'être pris, et d’être punis.
Il n'était permis de quitter ce quartier que pour le travail qui commença le 18 décembre par le déterrement de bombes et d’obus non éclatés ainsi que la collecte et la destruction de munitions dans la galerie d'Aizier. Donc de nouveau nos vies étaient exposées au danger permanent de la mort.

Noël était de nouveau une fête triste pour nous. A cause du déménagement récent, nous ne recevions pas de courrier, ni lettre ni colis. Nous organisions une petite cérémonie évoquant nos camarades morts et nos êtres chers à la maison et chantaient les belles chansons de Noël. Avec un peu de bonne volonté de nos gardiens responsables et des soeurs et frères chrétiens, y compris le curé, il aurait dû être possible de nous laisser participer à la messe à l'occasion de la fête de la paix, de même pour le Nouvel An. Mais il ne s'agissait que de prisonniers de guerre, de prisonniers de guerre allemands! Nous, les 8 hommes, restèrent dans notre étable et causaient encore quelques heures. Je notais: « Vers 4 heures je trouvais sommeil et durant le matin suivant je lisais les lettres que j'avais reçues jusque là »
La deuxième fête de Noël en captivité et les conditions inhumaines de notre logement restaient et resteront un souvenir pénible pour moi!

J'aimerais ajouter quelques détails concernant notre rémunération.
En date du 1er juin j'annonçais à ma famille que depuis quelques semaines j'avais une montre. La raison était la suivante: En avril on nous en avait proposé au prix de 1500 et 2500frs. Nous aurions un avoir de plus de 3000 frs. Il y avait un grand besoin car on avait volé les montres de beaucoup de prisonniers lors de leur capture. Les montres présentées à l’achat n'étaient pas attrayantes, on dirait qu’elles étaient de mauvaise qualité. Je fis la commande du modèle supérieur. Je n'étais pas au courant que j'avais un avoir. Si je présume que mon précompte s’élevait au montant de 3200 frs ça revient à dire que je touchais 160 frs par mois. Cela veut dire aussi que, j'ai travaillé 15 mois, risqué ma vie pour obtenir seulement cette montre. Quel profit pour le meneur de cette action! Ce ne sont que des estimations mais je n'avais aucune documentation meilleure. A partir de cette période nous avions la possibilité de commander des articles de toilette, de papeterie et autres. A titre d'exemple j'expédiais à ma famille, via un camarade qui fut libéré en décembre, un petit colis avec des articles de toilette et pour fumeurs lequel créa une grande joie à Noël.
Lors de ma libération je répétais cette action. Je n'avais pas de besoins importants pour moi même. Avant ma libération je reçus mon décompte. Il n'y avait que la remarque: solde „0, néant“, rien. Je n'avais jamais vu une information, un décompte ou qqchose de semblable. J'étais occupé au déminage pendant 25 mois comme indiqué sur le certificat officiel et mon „salaire“ pour cette période était donc cette montre médiocre et les quelques achats modestes. On devrait y réfléchir!
Le traducteur avait parlé, en page 26, de „décompte de sold“, mais rien du fait qu'il n'y avait rien, ce qui lui fut connu!
Et ainsi beaucoup de choses qui étaient pour moi d'une grande importance sont passées dans la traduction sous silence; par contre des faits divers ont été racontés très en détail.

Suivent quelques exemples. Je n'étais pas occupé au déminage de mon propre gré, je n'étais même pas au courant de l'existence de mines. J'étais forcé de faire ce travail très dangereux. Au début nous avions le droit de passer le dimanche à la plage, surveillés par un garde, à partir du mois d'août 1946 il n'y avait plus de sorties en permanence. Nous n'avions le droit de quitter le camp que pour le travail, occasionnellement pour participer à la messe. Il était défendu de communiquer avec la population civile et vice-versa.

Durant le mois de mai 1947 tous les sous-officiers furent libérés, n'importe si un était démineur, infirmier ou cuisinier. Nous, les petits grades, restaient. Un jour au mois d'août 1947 nous devions défiler devant un Français qui, distribuait des points qui jouaient plus tard un rôle important pour la libération.

Beaucoup, voire presque toutes, mes notes hebdomadaires dans le camp de libération d'Evreux où je séjournait de octobre 1947 jusqu'au janvier 1948 ont été reprises.
Je notait le 12 octobre: „avant hier nous pouvions prendre une douche; pour la première fois, pas de surprise, n'était pas mentionné dans la précédente traduction. Pour rappeler les faits je devins prisonnier de guerre le 26 mars 1945! Aujourd'hui je n'imagine guère comment nous nous organisions avec les problèmes d'hygiène, de santé et de vêtements. J'aurais salué la prise en compte de mes „remarques récapitulatives“ ainsi que le chapitre important „regard sur le passé et réflexions d'aujourd'hui“ !
Cher Albert! Le plus souvent je lis les contributions à l'internet et les réactions le plus, je développe des sentiments de colère quant à la traduction. Tout, tout ce qui était désagréable pour les compatriotes a été idéalisé ou tout simplement dissimulé. L'exemple le plus pire est le camp susmentionné à St. Aubin. C'était l'expérience la plus pire pendant ma captivité. 10 semaines avec 8 hommes dans une étable, en hiver, sans le moindre rayon de lumière. Droit de le quitter uniquement pour la reprise journalière du travail à risque de vie! Qui est capable d'imaginer une telle situation? Pour moi une infraction éclatante contre les droits de l'homme! Qui en était responsable? Et le traducteur n'y perd même pas un seul mot. Uniquement que c'était des Français qui avait mis à notre disposition un poêle!
Vérité, crédibilité et justice sont des hautes valeurs pour moi, des inconnues pour lui, semble-t-il.

Cher Albert! Je suppose que tu n’étais pas au courant de tout ceci et j'aimerais
savoir ce que tu en penses. A mon avis il est indispensable d'ajouter à l'internet une rectification, éventuellement avec un commentaire afin de permettre au lecteur de se faire une idée réaliste. Compte tenu de mes expériences mauvaises avec ce traducteur on comprendra que j'ai perdu toute confiance en ce traducteur. Je désire de ne plus avoir à faire à lui. J'ai demandé à Willibald s'il était prêt à m'aider et il a consenti. Au cas où ma proposition d'une précision ne pourra pas être réalisée, je demanderai d'annuler le propos à l'internet. Suite à ça je serais plus tranquille et plus riche d'une autre expérience.
Avec mes salutations cordiales, à ne pas oublier pour Christiane, je reste
amicalement à vous.

Josef



JOSEF SCHNABEL
den 12.07.2013


Albert et Christiane GILMET




Hallo Albert!

Nachdem mein Kommentar zu dem Internetbeitrag, den Dir Willibald am 28. Juli 2012 übe setzt zuschickte, anscheinend nichts bewirkt hatte, leider, will ich Dir heute dieses für mich unangenehme Thema noch einmal aufgreifen, präzisieren und ergänzen.

Am 26. September 1945 kamen 25 Kameraden von der Minenschule Fecamp zu unserem Kommando in St. Leonard/Grainval. Am 2. Oktober begann ein französischer Demineur mit einer Gruppe die Entminung in der Todesschlucht, ohne Dedecteur, nur mit Stecheisen, und am Nachmittag waren er und zwei Kameraden tot. Die ersten unseres Kommandos. Ende Oktober hatte eine neue Gruppe von 10 Mann, auch ich war dabei, die Arbeit fortgeführt. Am 15. Dezember fanden 3 Kameraden und am 4. Februar ein weiterer den Tod, Von den 10 Gefangenen starben also 4 Kameraden, 6 Mann überlebten, auch ich.

Unser Kommando wurde Anfang Januar 1946 mit dem vom Nachbarort Criquebeuf ausgetauscht, welche auch noch zwei Tote zu beklagen hatten, Insgesamt waren es also 8 Tote! Später waren wir noch in Cauville im Einsatz, und Ende November, nach 15 Monaten, wardie Region an der Kanalküste minenfrei.

Unsere Hoffnung auf Entlassung als Anerkennung für unsere geleistete Arbeit erfüllte sich leider nicht. Nach zweiwöchigem Aufenthalt im Zwischenlager Montivilliers wurde ein 30 Mann starkes Kommando zusammengestellt. Ziel war das Lager St. Aubin par Quillebeuf.Dort waren wir vom 11. Dezember 1946 bis 21. Februar 1947, also zur Winterzeit, auch mit
Schnee und Eis. Dieses Quartier war unbeschreiblich, ein verfallenes Gehöft.. Es war unverantwortlich und menschenunwürdig, in dieser Unterkunft zu hausen. Ich versuche, dies zu schildern und zu begründen

In dem maroden Wohnhaus war Platz für 14 Mann, Küche und Wachleute. In der halbverfallenen Scheune waren ein Kuh- und ein Pferdestall, für je 8 Mann. Zuerst mussten wir diese ausmisten und man konnte den Himmel sehen, denn es gab keine Decke. Man gab uns Wellblech zum Abdecken, worauf wie Heu und Stroh legten, um ein wenig gegen die Kältegeschützt zu sein. Das Schlimmste aber war, dass es kein Fenster, nicht einmal eine kleine Klappe, also kein Tageslicht gab! Wie sollten wir lüften? Es gab nur ein schwaches elektrisches Licht, und das nicht immer! Für die 8 Mann benötigten wir 8 Betten, Tisch und Sitzgelegenheit, und Feder musste Rücksichtnahme und Verständnis aufbringen, vor allem an den Wochenenden, damit es einigermaßen harmonisch zuging. Nachbarleute stellten uns einen Ofen zur Verfügung, aber das benötigte Holz mussten wir irgendwie „organisieren“ d.h. stehlen mit dem Risiko, dass es Glatzt und Arrest gab, wenn man erwischt wurde.. Verlassen
durften wir diese Quartier nur zur Arbeit, die am 18. Dezember mit dem Ausgraben von Bomben-und Granatblindgänger und dem Sammeln und Sprengen von Munition in dem Stollen von Aizier begann. Also auch hier wieder ein Leben in ständiger Gefahr.

Weihnachten war für uns wieder ein trauriges Fest. Da wir kurz vorher umgezogen waren bekamen wir keine Post, weder Briefe noch Päckchen. Wir hielten eine kleine Feier, dachten an unsere verstorbenen Kameraden und die Lieben daheim und sangen die schönen Weihnachtslieder. Bei ein wenig gutem Willen seitens der für uns Verantwortlichen und der christlichen Schwestern und Brüder, einschließlich Pfarrer, hätte es eigentlich möglich sein müssen, dass wir am Fest des Friedens am Gottesdienst hätten teilnehmen können, auch an
Neujahr. Aber es handelte sich ja nur um Kriegsgefangene, um deutsche Kriegsgefangene!
Wir acht Mann gingen in unseren Stall und erzählten noch einige Stunden. Ich schrieb: “Um 4 Uhr fand ich endlich den Schlaf, und am Morgen las ich die Briefe, die ich bis dahin bekam.“ Das zweite Weihnachtsfest in Gefangenschaft und die menschenunwürdigen Verhältnisse unserer Unterkunft blieben und bleiben für mich in schlechter Erinnerung!

Nun möchte ich einiges zu unserer Bezahlung schreiben. Am 1. Juni schrieb ich nach Hause, dass ich seit einigen Wochen eine Armbanduhr hätte. Und das kam so: Im April wurden uns solche zum Preis von 1500 und 2500 frs angeboten. Wir hätten ein Guthaben von etwas mehr als 3000 frs. Der Bedarf war groß, denn vielen Gefangenen wurden bei ihrer Gefangennahme die Uhren gestohlen. Die Uhren waren nicht gerade attraktiv, ich möchte sagen minderwertig. Und doch bestellte ich die teurere. Ich hatte überhaupt nicht gewusst, dass ich ein Guthaben hatte. Wenn ich dabei von einem Betrag von 3200 frs. ausgehe, wäre dies eine Gutschrift von 160 frs. pro Monat gewesen. Das bedeutet, ich hatte nur für diese Uhr 15 Monate gearbeitet, mein Leben eingesetzt. Welch ein Gewinn für den Betreiber dieser Aktion! Dies alles sind allerdings nur Schätzungen, aber ich hatte keine besseren Unterlagen. Etwa ab dieser Zeit konnten wir Toiletten-, Schreib- und sonstige Waren bestellen. Ich gab z.B. einem Kameraden, der im Dezember entlassen wurde, ein Päckchen mit Toiletten- und Raucherwaren für meine Familie mit, das an Weihnachten große Freude auslöste. Bei meiner Entlassung machte ich dasselbe noch einmal. Für mich selbst hatte ich keine großen Bedürfnisse zu befriedigen. Vor meiner Entlassung bekam ich meine Kontoabrechnung. Da stand nur: Kontostand „0, neant“, nichts. Ich hatte nie eine Information, eine Abrechnung oder etwas Ähnliches gesehen. Wie in meiner amtlichen Bescheinigung zu ersehen ist war ich 25 Monate bei der Deminage eingesetzt, und mein „Verdienst“ für diese Zeit war also die sehr bescheidene Armbanduhr und von einigen Käufen, die sich bestimmt in bescheidenem Rahmen hielten. Darüber sollte man sich auch einmal Gedanken machen! Der Übersetzer hatte auf Seite 26 von „decomte de sold“ geschrieben, aber nicht, dass überhaupt nichts vorhanden war, was er ja wusste!

Und so ist gar manches nicht erwähnt worden welches für mich von großer Wichtigkeit war,
andererseits viel Belangloses geschildert bis ins kleinste Detail. Nachfolgend einige Beispiele.Ich war nicht freiwillig im Demiage-Einsatz, ich wusste gar nicht, dass es Minen gab, Ich wurde gezwungen, diese lebensgefährliche Arbeit zu verrichten. Anfangs durften wir sonntags mit einem Wachmann an den Strand, ab August 1946 gab es keinen Spaziergang mehr,und zwar für immer. Wir durften das Lager nur zum Arbeiten, manchmal auch zum Kirchgang verlassen. Sprechen mit Zivilisten und umgekehrt war verboten.

Im Mai 1947 wurden alle Unteroffiziere entlassen, egal ob einer Minenräumer, Sanitäter oder in der Küche war. Zurück blieben wir, die kleinen Leute. Im August 1947 mussten wir eines Tages an einem Franzosen vorüber gehen, der uns Punkte gab, die später für die Entlassung wichtig waren.

Von meinen wöchentlichen Notizen im Entlassungslager Evreux in dem ich von Oktober
1947 bis Januar 1948 war, wurde vieles, fast alles übernommen. Dass ich am 12. Oktober schrieb: “Vorgestern durften wir duschen (zum ersten Mal(wurde, wie konnte es anders sein, nicht erwähnt. Zur Erinnerung: Ich kam am 26. März 1945 in Gefangenschaft! Überhaupt weiß ich bis heute nicht mehr, wie wir mit den Hygiene-, Sanitär- und Bekleidungsproblemen zurecht kamen. Ich hätte es auch für gut geheißen, wenn von meinen „Zusammengefassten Bemerkungen“ sowie der wichtige „Rückblick und Gedanken aus heutiger Sicht“ aufgegriffen worden wären!

Lieber Albert! Je öfter ich die Interneteintragungen und die Zuschriften lese, umso mehr
kommt Wut in mir auf wegen der Übersetzung. Alles, alles was für die Landsleute unangenehm war wurde einfach unterschlagen oder beschönigt. Krassestes Beispiel ist das oben geschilderte Lager in St. Aubin. Es war das Schlimmste, was ich in meiner Gefangenschaft erlebt habe. 10 Wochen mit 8 Mann in einem Stall, im Winter, ohne auch nur einen kleinen Strahl Tageslicht. Verlassen nur zur Verrichtung der täglichen lebensgefährlichen Arbeit! Wer kann sich in eine solche Situation hineindenken? Für meine Begriffe ein eklatanter Verstoß gegen die Menschenrechte! Wer war dafür verantwortlich? Und der Übersetzer schreibt kein Wort darüber. Nur dass uns Franzosen einen Ofen zur Verfügung gestellt hatten! Wahrheit, Glaubwürdigkeit und Gerechtigkeit sind für mich hohe Werte, für ihn anscheinend Fremdwörter.

Lieber Albert! Ich nehme an, dass Dir dies alles nicht bewusst war und möchte gerne wissen, wie Du darüber denkst. Meines Erachtens ist es unbedingt notwendig, dass dies alles als Nachtrag, eventuell mit einem entsprechenden Kommentar in das Internet kommt, damit die Leser in der Lage sind, ein realistisches Urteil lzu bilden. Nach diesen schlechten Erfahrungen wird man verstehen können, dass mir jegliches Vertrauen zu diesem Übersetzer fehlt, ich möchte nichts mehr mit ihm zu tun haben. Ich habe Willibald gefragt, ob er mir weiterhelfen kann, und er hat zugesagt. Sollte mein Vorschlag mit dem Nachtrag nicht verwirklicht werden können, wäre meine Bitte, den Eintrag im Internet zu löschen. Dann hätte ich meine Ruhe und wäre um eine Erfahrung reicher.

Mit herzlichen Grüßen, auch an Christiane, verbleibt freundschaftlich

Josef
blog/Aldebert/

http://wiki-rennes.fr/index.php/Cat%C3% ... -le-Coquet

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ». Churchill

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3194
Inscription: 22 Jan 2010, 20:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France

Voir le Blog de Aldebert : cliquez ici


Re: Parcours d'un soldat allemand pendant la seconde guerre mondiale.

Nouveau message Post Numéro: 19  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 20 Sep 2013, 12:19

Merci à Josef pour les précisions et grand merci à Albert pour la mise en ligne.
Bien amicalement
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 66246
Inscription: 02 Fév 2003, 21:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: Parcours d'un soldat allemand pendant la seconde guerre mondiale.

Nouveau message Post Numéro: 20  Nouveau message de GBW067  Nouveau message 20 Sep 2013, 13:07

Merci d'avoir apporté cette précision Albert, cela m'a permis de découvrir un post et un témoignage intéressant que je n'avais pas encore lu.

Ce qui me choque le plus dans ce récit, c'est la durée d'emprisonnement de Josef comparée à celle de certains dignitaires nazis chargés directement ou indirectement des pires crimes...De deux choses l'une, soit Josef a "payé" de façon disproportionnée son incorporation dans les forces nazies, soit ces dignitaires ont bénéficié d'une large clémence pour la plupart. Ces propos n'engagent que moi évidemment.
Dan
_______________________________________________________________
Fais ce que dois, advienne que pourra

Ma bibliothèque (en cours de saisie)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1283
Inscription: 11 Juil 2012, 23:04
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de GBW067 : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers HISTOIRES VÉCUES - RÉCITS DE GUERRE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
il y a 2 minutes
par: iffig 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
il y a 5 minutes
par: iffig 
    dans:  Organisation du Gross-Paris 
il y a 25 minutes
par: tistou48 
    dans:  Sauveteurs en asphixies de la Marne 
il y a 49 minutes
par: udonthanifrancophone 
    dans:  Le plaisir d'essence 
Aujourd’hui, 09:21
par: Aldebert 
    dans:  [DU 1er SEPTEMBRE 2018 au 31 OCTOBRE 2018]: Feu sur les véhicules d'écolage ( Allié ou Axe) 
Aujourd’hui, 09:18
par: NIALA 
    dans:  MARKET GARDEN, PLAN ET EXECUTION CE QU'IL AURAIT FALLU FAIRE POUR GAGNER... 
Aujourd’hui, 00:00
par: Margont 
    dans:  LES CAUSES D'UNE DEFAITE LA FRANCE POUVAIT-ELLE GAGNER? 
Hier, 23:23
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Armée Royale Yougoslave : ses uniformes 
Hier, 21:39
par: iffig 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Hier, 20:20
par: Prosper Vandenbroucke 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités


Scroll