Connexion  •  M’enregistrer

[du 13 au 19 Décembre 2011] FEU SUR LES LIEUX DE CRASH D'AVIONS OU DE BATAILLES

Image
Concept novateur sur le Forum.
Un feu de photos sur un thème précis.
Un thème bimestriel différent pour poster toutes les photos que vous avez.
MODERATEURS: fbonnus et Prosper Vandenbroucke

[du 13 au 19 Décembre 2011] FEU SUR LES LIEUX DE CRASH D'AVIONS OU DE BATAILLES

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de fbonnus  Nouveau message 12 Déc 2011, 23:43

Bonjour à toutes et à tous,

Cette semaine, Feu sur les lieux de crash d'avions ou de batailles.

A vos photos et descriptions. Vous pouvez bien sûr poster plusieurs photos si vous le souhaitez. Et même si un membre a déjà posté sur le bataille ou le crash que vous souhaitiez, vous pouvez vous aussi poster en ajoutant vos photos et commentaires !

Amicalement
« Alors mon petit Robert, écoutez bien le conseil d'un père !
Nous devons bâtir notre vie de façon à éviter les obstacles en toutes circonstances.
Et dites-vous bien dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres. »
_________________________________________________
Michel Audiard

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12303
Inscription: 18 Avr 2010, 16:07
Localisation: En Biterre
Région: Languedoc
Pays: France

Voir le Blog de fbonnus : cliquez ici


Re: [du 13 au 19 Décembre 2011] FEU SUR LES LIEUX DE CRASH D'AVIONS OU DE BATAILLES

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de fbonnus  Nouveau message 12 Déc 2011, 23:52

Allez, je lance ces feux avec la Bataille d'El Alamein

La bataille d'El-Alamein est une bataille de la Seconde Guerre mondiale qui a lieu en Afrique du Nord et qui oppose les forces de l'Afrika Korps commandées par Erwin Rommel et italiennes aux forces britanniques de Bernard Montgomery.

* la première bataille d'El Alamein
La première bataille d'El Alamein, en Égypte, a opposé les forces de l'Axe dirigées par le général Rommel à la huitième armée britannique commandée par Claude Auchinleck.
Suite à leur défaite lors de la bataille de Gazala, les alliés s'étaient repliés sur une ligne défensive, entre El Alamein, au bord de la mer, et la dépression de Qattara dans le désert. Ils souhaitaient ainsi protéger Alexandrie, le Caire et le canal de Suez. L'offensive de l'Afrika Korps, lancée le 1er juillet, ne permit pas à Rommel de percer les lignes britanniques. Il s'ensuivit une série de contre-attaques, de part et d'autre, pendant tout le mois de juillet, qui ne procurèrent pas d'avantage décisif aux belligérants. Cependant, l'avance des allemands et des italiens ayant été stoppée, on peut considérer qu'il s'agit d'une victoire pour les alliés.

* la seconde bataille d'El Alamein (octobre-novembre 1942)
L'armée britannique, pendant l'été et le début de l'automne, parvient à reconstituer ses forces, ce qui lui permettra de mener une offensive décisive lors de la seconde bataille d'El Alamein. Cette victoire alliée a marqué un tournant important dans la campagne d'Afrique du Nord, lors de la Seconde Guerre mondiale.
Certains historiens estiment que la bataille d'El Alamein, avec la Bataille de Stalingrad, est l'une des victoires majeures qui ont contribué à la chute du Troisième Reich. En novembre 1942, Winston Churchill résuma cette bataille dans les termes suivants : « Ce n'est pas la fin, ni même le commencement de la fin. Mais c'est peut-être la fin du commencement ».
Fichiers joints
elalamein.jpg
elalamein.jpg (38.72 Kio) Vu 4078 fois
« Alors mon petit Robert, écoutez bien le conseil d'un père !
Nous devons bâtir notre vie de façon à éviter les obstacles en toutes circonstances.
Et dites-vous bien dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres. »
_________________________________________________
Michel Audiard

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12303
Inscription: 18 Avr 2010, 16:07
Localisation: En Biterre
Région: Languedoc
Pays: France

Voir le Blog de fbonnus : cliquez ici


Re: [du 13 au 19 Décembre 2011] FEU SUR LES LIEUX DE CRASH D'AVIONS OU DE BATAILLES

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 13 Déc 2011, 07:03

Quelque chose me dit que vous aurez droit sans tarder à la bataille du Donon en juin 1940, avec le 43ème CAF du général LESCANNE.
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7544
Inscription: 22 Aoû 2009, 20:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


Re: [du 13 au 19 Décembre 2011] FEU SUR LES LIEUX DE CRASH D'AVIONS OU DE BATAILLES

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de huck  Nouveau message 13 Déc 2011, 07:53

Crash de Hans-Joachim Marseille à 7 km (4,3 mi) au sud de Sidi-Abdel-Rahman en Égypte.

Image
Le corps de Marseille aurait été retrouvé à l'emplacement de l'half-track.

Le 30 septembre 1942, le jour même du discours du « Führer » dans le palais des sports de Berlin, son escadrille rentre d'une mission sans avoir combattu lorsque l'appareil de Marseille, un Messerschmitt Bf 109 G-2, est victime d'une fuite dans une canalisation d'huile qui déclenche un incendie dans le moteur. Le pare-brise est recouvert d'huile, Marseille est alors guidé vers les lignes allemandes par ses co-équipiers. Lorsqu'une épaisse fumée finit par envahir l'habitacle, Marseille décide de s'extraire de son avion. Malheureusement pour lui, celui-ci ne se trouvait pas dans la bonne position : il heurte l'empennage arrière avec sa tête en sautant, ce qui lui vaut d'être tué sur le coup avant d'avoir pu actionner son parachute.

Il fut enterré quelques jours plus tard avec les honneurs militaires à Derna; une petite pyramide fut érigée sur les lieux de l'accident par la 3e escadrille et des camarades italiens. Sur la plaque en bronze qui ornait la pyramide était inscrit : « Ici mourut invaincu le capitaine H.J. Marseille ». Après la guerre sa dépouille fut transférée dans le mémorial de l'Afrikakorps à Tobrouk.

Le 22 Octobre 1989 une nouvelle pyramide fut érigée à la même place par ses anciens camarades (initiative de Eduard Neumann et d'autres survivants du JG 27, en coopération avec le gouvernement égyptien) avec la même inscription en arabe, en allemand et en italien.
"Well, we made a promise we swore we'd always remember
No retreat, baby, no surrender
Like soldiers in the winter's night with a vow to defend
No retreat, baby, no surrender"
- The Boss

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1625
Inscription: 14 Avr 2009, 22:47
Localisation: Québec
Région: Québec
Pays: Canada

Voir le Blog de huck : cliquez ici


Re: [du 13 au 19 Décembre 2011] FEU SUR LES LIEUX DE CRASH D'AVIONS OU DE BATAILLES

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 13 Déc 2011, 11:42

Perwez (Brabant Wallon - Belgique) le 13 mai 1940.

Vers 11 heures, le 13 mai 1940, Perwez est survolée par de nombreux avions allemands et subit un intensif bombardement; les moteurs font dans le ciel leur ronde infernale; tout le monde s'est terré sur place, sous les arbres, le long des murs, dans les fossés; corps allongés ou recroquevillés selon la forme du refuge improvisé; visages enfouis dans les herbes ou grimaçants d'yeux angoissés qui cherchent à repérer, au travers du feuillage, la direction des avions; immobilité ou mutisme dans l'attente impuissante; la peur tournoie dans chaque poitrine, se coule avec le sang dans les artères, convulsionne les membres, glace les tempes et fait au fond des oreilles un bruit lancinant qui saoule. Le sol tremble des explosions qui se succèdent. Soudain des hurlements de douleur mettent la panique à son comble; une bombe est tombée en plein dans le champ de mines posées, la veille, par les troupes françaises; victimes civiles et militaires gisent là, horriblement mutilées.
Source du texte:
http://www.fraternellechasseursardennai ... oscha.html

La "Grand Place" de Perwez avant et après le bombardement et l'explosion des mines.
(source photos: "L'enfer de la Dyle" - Tome II par Robert Pied)
Fichiers joints
Perwez1.jpg
Perwez1.jpg (26.99 Kio) Vu 4016 fois
Perwez2.jpg
Perwez2.jpg (30.09 Kio) Vu 4016 fois
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 65390
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: [du 13 au 19 Décembre 2011] FEU SUR LES LIEUX DE CRASH D'AVIONS OU DE BATAILLES

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de H Rogister  Nouveau message 13 Déc 2011, 22:34

Cela c'est déroulé pas loin de chez moi, durant la Bataille des Ardennes, le 24 décembre 1944
Enquête menée par mes soins en 2002-2003 avec l'aide d'amis belges, du Major CRICHTON, enquêteur et de Mr Valentine, chauffeur du General Castle.

RAPPORT D'ENQUETE SUR LA MORT DU GENERAL CASTLE
General Castle.jpg
General Castle.jpg (13.78 Kio) Vu 3954 fois

Par Jack CRICHTON, 487th Bomb Group Intelligence Officer
U.S. Air Force.

Contexte: Le 16 décembre 1944, les Allemands déclenchèrent leur dernière grande offensive de la Deuxième Guerre Mondiale, à travers les Ardennes; elle allait être connue sous le nom de "Bataille du Saillant".
Le 24 décembre 1944, le premier jour clair depuis le début de l'attaque, la Huitième Air Force envoya la plus grande armada aérienne jamais rassemblée - 2.000 bombardiers pour la plupart des B-17 et des B-24 - effectuer un bombardement tactique. Récemment promu Commandant du 4ème Wing de Combat de la 8ème Air Force, le Général Frederick Castle était à la tête de cette armada. Au cours de cette mission, la 8ème Air Force rencontra une opposition féroce, tant de la part des chasseurs ennemis que de la Flak, et l'appareil du Général Castle fut touché. Tout l'équipage réussit à sauter à l'exception du Général Castle et du pilote. La dernière fois que l'on vit l'avion, toujours avec son plein chargement de bombes, il était fumant, perdait de l'altitude et se dirigeait vers les lignes ennemies.
B 17 tail.jpg
B 17 tail.jpg (28.76 Kio) Vu 3954 fois

Tâche: Déterminer si le Général Castle était mort ou prisonnier de guerre. Si, il était prisonnier, pouvait-on le délivrer? Sinon, et puisqu'il avait connaissance de plans "TOP SECRETS", certains changements devaient-ils y être apportés? Un certain Major Hayes et moi-même, Major également, fûmes chargés de cette tâche. Nous avions des ordres directs du Général Eisenhower qui nous permettaient de réquisitionner n'importe quel type de moyen de transport.

Evénements: Extraits de mon journal.

Vendredi 29 décembre 1944.

Nous avons quitté Honington à 13.00 heures à bord du Silver Queen. Atterris à Laon Couvron, en France à 15.15 heures après être passés par l'aérodrome de Saint-Trond qui était fermé. Séjourné dans un château près de Laon. Le Capitaine Holt, Commandant du Détachement des Communications de la 8ème Air Force, était présent. Le Lieutenant Collingsworth, un pilote que je connaissais, s'occupa de nous.

Samedi 30 décembre 1944.

Nous avons quitté le château après le petit déjeuner. Nous sommes partis pour la Base de Laon Couvron afin de trouver un transport vers Bruxelles. On nous assigna un B-17 en cours de réparation. Le Capitaine Gene Pulian était l'officier mécanicien. Dîné au mess de la base à Laon. Le B-17 n° 588 nous fût attribué. Nous avons décollé pour Bruxelles à 14.39 heures - le Major Hayes aux commandes et moi comme copilote. Temps bouché. Nous avons fait un 180° et sommes retournés au-dessus de Charleroi. La visibilité et le plafond devinrent encore pire. Nous avons atterri à Florennes - Jazaine. La faible visibilité et le plafond bas nous ont forcés à faire une approche directe. La piste était verglacée et l'avion sortit de cette piste, se retourna sur le dos, les hélices entaillant le sol. Le pilote était sans connaissance. Nous étions suspendus par nos harnais, le tête en bas. Je donnai quelques gifles au visage du pilote. Il revint à lui. Cela sentait l'essence. Nous avons tous deux sauté hors de l'avion et nous avons couru, mais l'avion n'a pas pris feu. Heure d'atterrissage: 16.00 heures. Dîné à la base. Nous avons emprunté un Command Car et quitté à 18.30 heures. Le Colonel Wesom était le Commandant de cet aérodrome. Nous sommes arrivés à Bruxelles vers 21.45 heures et nous nous sommes rendus au poste de la Police Militaire. Un lieutenant MP nous donna sa chambre à l'hôtel Tourin pour la nuit.

Dimanche 31 décembre 1944.

Le Major Hayes prit contact avec l'aérodrome de Bruxelles (B-58). Il s'arrangea pour avoir une jeep avec remorque et un conducteur pour le lendemain. Le conducteur qui nous fut désigné se trouvait à Saint-Trond où il nous attendait. Nous avons passé la nuit à l'hôtel Pélican, qui nous fut attribué par l'officier de cantonnement.

Lundi 1 janvier 1945.

Bruxelles fut attaqué à 9.30 heures par des Focke Wulf 190 et des Messerschmidt 109. Les deux aérodromes furent attaqués. Des avions brûlaient sur les deux champs d'aviation. Nous avons quitté à 11.00 heures; nous avons déjeuné en chemin avec une unité d'intendance. Nous nous sommes arrêtés à Saint-Trond qui avait également été attaqué. Le S-2, officier des opérations, nous parla de la localisation des lignes ennemies. Nous nous sommes rendus à Liège, au poste de la Police Militaire; puis chez le Commandant du Secteur. Nous avons pris connaissance du mot de passe et d'informations complémentaires sur les lignes ennemies. Nous avons poursuivi notre route jusqu'à Xhos, endroit indiqué par le 125ème Bataillon antiaérien. Nous nous sommes rendus au château de Lannoy, demeure du Comte et de la Comtesse Lannoy qui était occupé par le 589ème Bataillon d'Observation d'Artillerie de Campagne de la 106ème Division d'Infanterie, commandé par le Major Elliott Goldstein. Nous avons dîner avec le Major et pris le Cognac avec le Comte et la comtesse, dont le véritable nom est Comte et Comtesse Stéphane Etienne d'Oultremont, de Xhos, Tavier, Condroz, Belgique.

Mardi 2 janvier 1945.

Nous avons emprunté l'avion de liaison du Major Goldstein et nous avons volé vers le nord du château. Depuis les airs, nous avons localisé la queue, un morceau de l'aile et du fuselage de l'avion du Général Castle. Nous sommes retournés au château et nous avons reçu une patrouille du Major Goldstein; nous nous sommes mis en route pour localiser l'épave. Nous avons trouvé la queue de l'avion numéroté 48444 C. Des taches de sang (étendues) parsemaient la queue; de même, une traînée de sang maculait l'endroit où le mitrailleur de queue avait quitté celui-ci pour s'éjecter. Il y avait aussi des taches de sang autour de l'entrée. Des traces de pas boueuses se trouvaient sur la paroi de droite, à mi-hauteur; ce qui semble indiquer que la queue de l'appareil s'était mise en vrille et que quelqu'un avait marché sur les parois en tentant de s'éjecter. Des trous de calibre .30, dans le bas de l'empennage, semblaient se diriger vers la position du mitrailleur de queue. Il y avait aussi des traces de rafales de balles de 20 mm dans la partie avant du stabilisateur de gauche et dans la partie arrière de l'empennage. Un trou de 8 pouce sur 10 (20x25) se trouvait en face de la porte d'entrée. L'intérieur de la queue, et particulièrement le côté droit, était carbonisé et noirci par le feu. Nous sommes rentrés au château. Nous avons parlé avec le Major Dierling.

Notre groupe s'est à nouveau rendu vers l'épave où nous avons trouvé plusieurs bombes non-explosées. Après une observation préalable du terrain, nous nous sommes dirigés vers le bout de l'aile droite. Les réservoirs supplémentaires n'étaient plus là et il n'y avait pas trace d'incendie. Aux restes de la salle de radio étaient attachée la trappe principale d'évacuation vers la soute à bombes. Cette partie de l'avion se trouvait à environ 800 mètres du bout de l'aile. Le transmetteur PFF était toujours là, de même que des morceaux de l'équipement radio. L'obscurité commença à tomber. Nous entendîmes des ordres donnés en allemand, très près de nous et nous supposâmes qu'il s'agissait d'une patrouille allemande. Nous avons retraité vers le château. Nous avons mangé des rations K préparées par le domestique du Comte et nous avons dîné avec le Comte, la Comtesse et le Major Goldstein.

Mercredi 3 janvier 1945.

Retour vers l'épave. Le plus gros de l'explosion semble avoir dispersé le contenu du cockpit vers le nord-ouest. Trois moteurs furent retrouvés; le moteur n°1 se trouvant éloigné des autres vers la droite. La tourelle de queue et la tourelle "de menton" se trouvaient à 4 ou 5 mètres l'une de l'autre.

Nous avons trouvé une main dans la neige. Nous l'avons rapportée au poste des MP du château où ses empreintes furent relevées. La lecture initiale de ces empreintes montre qu'elles sont semblables à celle du Général Castle.

Nous fûmes interpellés plusieurs fois en revenant au château. Les mots de passe et les réponses changeaient tous les jours à midi, mais, en plus, les sentinelles posaient des questions dans le genre de: "Qui est Babe Ruth?" ; tout cela parce que les Allemands étaient en possession de ces mots de passe.

Jeudi 4 janvier 1945.

Nous avons emmené une patrouille de 15 hommes du 589ème Bataillon d'Artillerie de Campagne pour nous aider à fouiller tout le secteur. La neige rendait les recherches difficiles. Nous avons trouvé une plaque d'identification au nom de Frederick W. Castle.

Les V-1 passaient au-dessus de nous toutes les cinq minutes.

Nous avons trouvé un doigt qui fut emmené au Poste MP du château pour en prendre des empreintes.

Les parties de corps humains trouvés à cette date sont: (identification aidée par l'infirmier de la patrouille).

1. Une jambe complète
2. Deux jambes à partir de l'articulation du genou jusqu'au pied, une d'entre-elles portait une chaussette sans marque de buanderie.
3. Des viscères coincés en-dessous de l'épave.
4. Une articulation du genou.
5. Le quart supérieur gauche d'un torse.
6. Une articulation de hanche droite avec le tiers supérieur du fémur et les organes génitaux. Poils pubiens roux.
7. Un pied gauche coupé à hauteur de l'articulation de la cheville.
8. Deux lobes d'un poumon droit.
9. Une mais droite avec seulement le pouce, l'index et le majeur intacts.
10. Un avant-bras droit et une main avec la surface palmaire détachée; poils roux sur le dos de la main. Le Général Castle avait des cheveux bruns-roux.
11. Un doigt, soit un index soit un majeur d'une main inconnue.
12. Un morceau de sternum avec des petits morceaux de côtes toujours attachés.
13. Une vertèbre dorsale.
14. Une partie d'intestin.
15. Fragments d'os et de chair non identifiés.

Tous ces restes furent rassemblés, emballés et enterrés ultérieurement au cimetière d'Henri-Chapelle.

Aucun parachute ne fut trouvé à proximité de l'épave.

Vendredi 5 janvier 1945.

Nous sommes partis pour Gulpen en Hollande, endroit où se trouvait le MEW (?). Nous y sommes arrivés à 13.00 heures. Nous avons dîné à l'Hôpital Général. Le Major Hayes a pu parler par téléphone avec le Général Allard, et lui a fait rapport de ce que nous avions trouvé, en lui demandant de faire parvenir le message au Général Partridge. Nous avons quitté Gulpen pour la base B-58 à Bruxelles. Nous sommes arrivés à Bruxelles à 17.00 heures après un voyage très venteux dans une jeep découverte.

Samedi 6 janvier 1945.

Nous avons essayé de planifier notre retour en Angleterre. Nous avons été logés à l'hôtel Berceuse.

Dimanche 7 janvier 1945.

Nous avons pris contact avec le Colonel De Corsey, Officiers des Opérations la Base B-58. Pendant que nous attendions un transport à la salle des opérations, nous avons reçu un appel téléphonique de Pinetree , en l'occurrence le Major Magruder qui nous dit que le Colonel Norcross attendait de nos nouvelles à propos de ce nous avions trouvé et de la date prévue de notre retour. Les informations antérieurement données au Général Allard furent répétées. Il y eut une possibilité de transport mais elle fut annulée à cause des conditions atmosphériques. Nous avons logé à l'hôtel du Berger.

Lundi 8 janvier 1945.

Nous avons téléphoné pour obtenir un retour en avion vers l'Angleterre. Il y avait un C-17 qui décollait à 15.00 heures. Nous nous y sommes embarqués. Nous avons atterri à Honington à 17.20 heures avec un plafond et une visibilité pratiquement égale à zéro. Nous avons fait rapport au Général Partridge.

Résumé:

Nous avons localisé l'épave de l'avion du Général Castle, sa plaque d'identification, sa main, et les restes de deux corps, dont l'un était celui du Général Castle. Les restes ont été ultérieurement enterrés au cimetière militaire d'Henri-Chapelle.

Conclusions:

Le Général Castle est mort dans le crash de son appareil.
Mission accomplie.

Major Jack Crichton
487th Bomb Group Intelligence.

________________________________________

RAPPORT D'ENQUETE

LE SORT DU GENERAL FREDERICK W. CASTLE
PENDANT LA MISSION DE BOMBARDEMENT DE DECEMBRE 1944
Par le MAJOR JACK CRICHTON
487th BOMB GROUP INTELLIGNENCE;

Concerne: Rapport d'enquête sur la disparition du Brigadier Général Fredrick W. CASTLE.

Adressé à: Commandant Général de la 3ème Division de Bombardiers.

1. Les faits connus par la partie concernée - c'est-à-dire les Major H, B et C - à propos de la disparition du Général Frederick W. Castle au début de cette enquête étaient les suivants:

a. Le 24 décembre 1944, il était le leader du 4th Air Group, lui-même leader de la 8th Air
Force.
b. Au point de contact n°3 (5035N - 0500E), à 12.23 heures, le Group avait 17 minutes de retard à cause d'un changement de direction des vents tout à fait inattendu. Le moteur n°1 de l'avion de Castle perdait de l'huile et il devint difficile, pour l'appareil, de conserver sa place dans la formation - au point 5033N - 0523E.

2.a. L'équipe des enquêteurs s'est rendue à Xhos, en Belgique; cet endroit ayant été mentionné par le 125th AA Battalion, unité qui avait recueilli le bombardier et le navigateur, après qu'ils se soient éjectés. En atteignant Xhos, les enquêteurs s'aperçurent que le 125th AA Battalion avait fait mouvement vers une destination inconnue. Après avoir parlé avec le Comte et la Comtesse d'Oultremont, les propriétaires du château où le 125th AA Battalion avait cantonné, il fut décidé qu'il serait pratique de séjourner dans ledit château et de conduire l'enquête à partir de cet endroit. Le Comte et la Comtesse pensaient que l'avion était tombé au nord de la localité de Xhos, plutôt qu'au sud-est ainsi qu'il ressortait de l'interrogatoire des bombardier et navigateur de l'appareil perdu.

b. C'était alors le 589ème Bataillon d'Artillerie de Campagne qui logeait au château et le Major Hayes obtint du chef de cette unité, le Major Goldstein , l'autorisation d'utiliser son avion L4B. Avec le Major Crichton comme observateur, une recherche fut entreprise au nord de Xhos. A peine 10 minutes après le décollage, la queue de l'appareil détruit fut découvert dans un champ, aux coordonnées approximatives suivantes: 5013N -0528E. Peu de temps après, la partie externe de l'aile droite fut aperçue, à peu près à 800 mètres au nord-ouest du morceau de la queue; puis un morceau du fuselage, entre les sections 1 et 5, fut trouvé à 800 mètres au nord-nord-ouest de la queue. Ces positions furent reportées sur une carte, et le pilote et l'observateur retournèrent vers la piste d'atterrissage du château. Nous nous sommes alors rendus vers l'épave en jeep.

Les conclusions suivantes furent observées:

3.a. Au morceau de queue: taches de sang étendues dans la position du mitrailleur de queue et dans le reste du morceau de queue; des trous d'un calibre .30 et de 20mm dans cette partie de la queue et dans le compartiment du mitrailleur de queue indiquent que ce mitrailleur fut blessé alors qu'il était toujours dans l'avion. L'état du morceau de queue montre que ce morceau fut cisaillé au niveau de la section 7 - résultat d'une manœuvre violente de l'appareil. L'avion était en feu avant que le queue ne soit cisaillée; ceci est démontré par le roussissement du côté droit à l'intérieur du morceau de queue.

b. Au panneau extérieur droit et au bout de l'aile, une rafale de 20 mm dans le réservoir complémentaire déclencha une violente explosion qui arracha l'aile au niveau de la section 16; une vrille brutale s'ensuivit. Il n'y a aucune trace d'incendie dans le morceau d'aile.

c. Au morceau de fuselage, des indices montrent qu'il fut arraché du reste du fuselage et du morceau d'aile de l'avion par le résultat d'une manœuvre brutale. Il faut noter que la porte de l'entrée principale était toujours en place. Le compartiment radio était, à l'évidence, sévèrement roussi par le feu. L'appareil de transmission PFF était toujours intact. Les enquêteurs le détruisirent.
Nous nous sommes alors rendus vers le poste MP du château d'Englebermont, qui se trouvait à 300 mètres de l'épave du moteur et du morceau de nez. A ce château, nous avons entendu l'officier médecin de l'unité MP, le Capitaine Wolgel, qui nous a déclaré avoir observé l'écrasement de l'avion, le 24 décembre, et s'être rendu auprès de l'épave. A cause de l'explosion des bombes, il ne put s'approcher très près de l'épave. Cependant, il en fit le tour pour s'assurer qu'il n'y avait plus personne de vivant à l'intérieur. Ce faisant, il découvrit trois jambes et quelques viscères qu'il ramena au château et puis qu'il envoya au cimetière américain d'Henri-Chapelle pour y être enterrés. Nous nous sommes rendus auprès de l'épave qui se trouvait sur le flanc d'une colline couverte d'une forêt assez dense. L'épave fut identifiée grâce au numéro du moteur et à celui d'une hélice. Immédiatement après, deux civils qui furetaient autour de l'épave, déplacèrent une bombe qui commença à fumer. Nous avons évacué le secteur et nous nous sommes assurés les services d'une unité d'évacuation des bombes qui emmena toutes les bombes dangereuses. Nous nous sommes alors servis d'un camion muni d'un treuil et nous avons déplacé le moteur et d'autres morceaux de l'épave de manière à nous permettre une meilleure recherche d'autres restes éventuels.
Un premier examen des lieux ne nous a d'abord rien fait découvrir d'important mais en fouillant la périphérie, nous finîmes par trouver une main droite. Une empreinte digitale de ce que nous pensions être un index droit fut relevée au poste MP. Plus tard, un autre doigt fut retrouvé ainsi que différents éléments humains d'anatomie; le tout dans un rayon de 200 mètres autour de l'épave. Une empreinte digitale de ce doigt fut également relevée. Des recherches faites avec l'aide des 15 soldats du 589th Bataillon d'Artillerie de Campagne dénichèrent d'autres éléments humains , tels qu'un pied, par exemple; ainsi qu'une plaque d'identification gravée au nom de Frederick W. Castle. Des fouilles effectuées dans les environs immédiats de l'épave ne donnèrent rien de plus.
Aucune partie de dentition ou morceau de crâne ne fut trouvé. Dans un rayon de 200 mètres autour de l'épave, il y avait de nombreux petits débris humains et des petits morceaux de l'avion, tant sur le sol qu'accrochés dans les arbres.

4) Conclusions:

a. D'une enquête matérielle réalisée sur l'épave de l'avion, on peut conclure avec certitude que le Général Castle a risqué sa vie en ne larguant pas ses bombes pour ne pas mettre en danger les troupes amies au sol, alors même que son appareil était sur la fin et que deux moteurs étaient hors d'usage. Il maintint l'avion stable pendant que les membres de l'équipage s'éjectaient, à l'exception du pilote. Pendant qu'il maintenait le niveau de l'avion pour permettre à l'équipage de sauter, il fut attaqué par des avions ennemis; un obus de 20 mm atteignit l'aile droite et les réservoirs complémentaires explosèrent; l'aile fut arrachée et l'avion entama une vrille brutale vers la droite, ce qui amena la séparation de la queue du reste du fuselage. La force centrifuge de la brutalité de la vrille fut si intense qu'elle cloua sur place les occupants du cockpit.
b. Des faits suivants, il peut être établi que le Général Castle était dans l'avion au moment où celui-ci s'est écrasé.
1- Quatre pieds humains ont été retrouvés auprès de l'épave et seules deux personnes ont été portées manquantes dans cet avion.
2- Une plaque d'identification portant le nom de Frederick W. Castle fut trouvée dans l'épave.
3- Différentes parties de corps humain furent trouvées sur lesquelles les poils étaient de couleur roux clair. Le pilote était bien défini comme ayant les cheveux bruns.
4- Un pied, une partie d'une main et un avant-bras étaient ceux d'une personne plutôt petite, comme le Général Castle. Le pilote était une personne de grande taille.
5- Les empreintes des deux doigts n'ont pu être identifiées par manque de matériel et de personnel qualifié.

Informations provenant de l'équipage de l'avion du Général Castle.

Macarty, le premier à sortir du nez de l'avion, s'éjecta à 12.36 heures, (il a regardé sa montre) dit-il dans une déclaration ultérieure. Il atterrit dans des labourés et fut recueilli 1,5 kilomètres plus loin, dans la direction de Liège, par la Major Hicks et le Sergent Infirmier du 125th AA Battalion, et ramené en jeep au Quartier-Général à Xhos. En chemin, il chargèrent Procopio, M/O , qui avait huit blessures par balles dans la jambe droite, la cheville gauche fracturée, des brûlures aux premier et deuxième degrés sur le visage et un lumbago. Quelqu'un (?) lui dit que le Lieutenant Biri était au château en bonne santé.

Quittant Xhos, Procopio fut emmené par le Capitaine Havey, dans un camion de 2 1/2 tonnes, au 84ème Poste de Triage, à Aywaille. Ce poste était attaché à la Première Armée.

A Xhos, l'Aumônier dit à Macarty, lui montrant sa plaque d'identification, que Swayne avait été retrouvé mort, sans parachute. Macarty se rendit auprès du corps, accompagné d'un sergent, afin de l'identifier. Le Commandant du 125th AA Battalion, un lieutenant-colonel, remarqua que sa montre était arrêtée à 12.53 heures.

Le corps de Swayne fut emmené, dans un transporteur d'armes, à l'Hôpital Général n°56 à Liège, lequel refusa d'accepter le corps. Le Lieutenant R. C. Thompson, un sergent et deux soldats du 125th AA, accompagnèrent le corps de Swayne et Macarty jusqu'à Liège.

Biri fut chargé, par un sergent, dans une voiture de reconnaissance et emmené vers Liège; en route, il rencontra Macarty. Avec Biri se trouvaient deux autres officiers, venant également du château, le Lieutenant Dumler de l'équipage du Lieutenant Reed, et le Lieutenant Bradford du même équipage.

Un certain Capitaine Green, au bureau d'enregistrement de l'hôpital dut téléphoner à un colonel pour que le corps de Swayne soit accepté.

Biri resta à l'hôpital (une ancienne étable), trois médecins l'examinèrent - il n'avait qu'une entorse - et, le lendemain matin, ils le confièrent à nouveau à Macarty.

Macarty, les Lieutenants Dumler et Bradford retournèrent au Château à Xhos. Le plus gros du 125th AA Bn étant parti, ils furent reçu par un Lieutenant Ninane, vers 22.30 heures. Ils repartirent pour l'hôpital au milieu de la nuit.

Le matin suivant, Macarty fut avisé par le sergent de service du bureau de réception du 56ème Hôpital Général que le Capitaine Auer se trouvait au 28ème Hôpital Général de Liège avec une jambe fracturée.
Le Capitaine Havey informa Macarty que Procopio avait été envoyé au 84ème Poste de Triage pour prendre en charge le Sergent Matz de l'équipage de Turnquist. Matz était indemne.

L'hôpital procura un moyen de transport pour aller au champ d'aviation dans les faubourgs au nord de Liège - 3 jours d'attente avant de pouvoir décoller pour Bruxelles - passé la nuit - c'est là que Biri raconta qu'il s'était posé à peine à 100 mètres de l'avion - s'est rendu par lui-même à un bâtiment de ferme à moins de 800 mètres.

250 Russes réquisitionnés se trouvaient dans un château à 3 kilomètres de Xhos.

Ni Macarty ni Jeffers ne se souviennent de qui a dit que les aviateurs avaient reçu des tirs pendant leur descente en parachute.

P-51 cocardes allemandes ou marquages allemands.

Jeffers a été recueilli par un bataillon du génie de la 1ère Armée et emmené dans un château. Il est resté là pendant 1 heure, jusqu'à 5.30 heures. Il a ensuite été emmené par camion vers le 84ème Poste de Triage en compagnie du S/Sergeant Kleinman, opérateur-radio, de l'équipage de Turnquist qui était gravement brûlé au visage. On a déposé Kleinman et conduit Jeffers chez les MP du 7ème Corps, quelques kilomètres plus loin, pour la nuit.

Pendant qu'il était au 84ème Poste de Triage, un capitaine-médecin a dit à Jeffers que le S/Sergeant Hudson, mitrailleur de droite, avait raconté la même chose que lui à propos de Rowe.

Hudson, après avoir atterri dans un arbre, fut emmené dans un château - le Quartier Général d'une unité MP - où il rencontra
le Staff Sergeant
6822845
4 Det 73 G 2 Co G
2nd ECA Regt
APO 658, ………
Il était blessé au visage et avait des contusions au pied droit.

Jeffers et Hudson partirent pour le 9 TAC Hq à Liège, le 25 décembre et rentrèrent en Angleterre le 26.

Numéros des moteurs de l'avion 48444

Moteurs
#1 SWO 27145
#2 SWO 27163
#3 SWO 27169
#4 SWO 27181

Supports
#1 RR - B4097
#2 RR - B4115
#3 RR - B4671
#4 RR - B9711
Avion n° 44-8444

Le Général était habillé comme suit:
1) Veste B-10, verte avec quelques couleurs.
Insigne sur la veste.
2) Chemise vert olive avec insigne
3) Casquette de service
4) Treillis verdâtre.

Harriman était habillé comme suit:

1) Veste B-10
2) Casquette de vol verte
3) Pantalon assortit avec la veste B-10
4) Chaussures militaires classiques.

Equipage de l'avion 48444

0-319375
Leader de mission - Général Castle Frederick W.

0-695257
Pilote - 1er Lieutenant Harriman Robert W.

0-712624
Navigateur - 1er Lieutenant Macarty Henry D. - de retour à la base.

39279733
Opérateur-radio - Sergent Technicien Swain Laurence H. - mort

0-667235
Bombardier - 1er Lieutenant Biri Paul L. - de retour à la base

16131444
Mécanicien - Sergent Techicien Jeffers Quentin W. - de retour à la base.

0-700148
Officier-Mécanicien - 1er Lieutenant Procopio Bruno S. - à l'hôpital à Liège

0-795170
Navigateur - Capitaine Auer Edmund S. - à Liège, fracture de la jambe

19113290
Mitrailleur d'aile - Sergent-Major Hudson Lowell B. - de retour à la base.

0-819325
Officier Technicien/mitrailleur - 1er Lieutenant Rowe Claude L. - mort. Tué par mitraillage.

4ème Air Force - Colonel Fuldwilder - Liège.
Bierset A 93
401ème Compagnie de Transmissions - St-Trond
404ème Groupe de Campagne aurait coopéré avec Bruxelles -
Colonel Foote - Commandant du 8ème Commandement de Service - le consulter pour les communications - appeler le Général Doolittle, message pour le Général Partridge à la B-58 à Bruxelles - peut être retrouvé à partir de Zaventem.

B-53 - Merville à Bruxelles au QG de Ronde , Section de vol - Honington à 9.00 heures.

Jour lumineux - 75 + 4,5
Jour sombre - 50 + 3,5
Jour changeant (moving day) - 150 + 200

Colonel Wilson
414ème Groupe de Campagne

Identification sur dans la queue

48444 P
P39
226 C
ZG

Type Ordre ………
G65 VF N 535 C 40003/
F44 844

Concerne: Avion écrasé.
Adressé à : Commandement Général 8th Air Force
Via le Grand Prévôt de l'Armée US APO 230

1) B-17 n° 48444 écrasé dans le voisinage de VA 400180 aux environs de 12.50 heures le 24 décembre 1944.
2) Preuves d'identification de parties de deux corps humains envoyés dans les caveaux d'attente du cimetière américain d'Henri-Chapelle.
3) L'avion fut totalement détruit.
4) Ci-jointe une feuille trouvée près de Sprimont, en Belgique, coordonnées VA 5414, le 24 décembre
5) Inclus un porte-billets trouvé dans les environs de VA 400180

Pour l'officier Commandant

Frederick Deterley
Major CM
Officier Adjoint
518 Bataillon de Police Militaire
Médecin au 4 PO 230

Trouvé trois jambes.


 

Voir le Blog de H Rogister : cliquez ici


Re: [du 13 au 19 Décembre 2011] FEU SUR LES LIEUX DE CRASH D'AVIONS OU DE BATAILLES

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de fbonnus  Nouveau message 13 Déc 2011, 22:37

Grand Grand Merci à Henri, notre spécialiste de la bataille des Ardennes pour ce post passionnant.

Bien Amicalement :cheers:
« Alors mon petit Robert, écoutez bien le conseil d'un père !
Nous devons bâtir notre vie de façon à éviter les obstacles en toutes circonstances.
Et dites-vous bien dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres. »
_________________________________________________
Michel Audiard

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12303
Inscription: 18 Avr 2010, 16:07
Localisation: En Biterre
Région: Languedoc
Pays: France

Voir le Blog de fbonnus : cliquez ici


Re: [du 13 au 19 Décembre 2011] FEU SUR LES LIEUX DE CRASH D'AVIONS OU DE BATAILLES

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 13 Déc 2011, 22:40

Oui en effet, c'est très intéressant.
Merci Henri
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 65390
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: [du 13 au 19 Décembre 2011] FEU SUR LES LIEUX DE CRASH D'AVIONS OU DE BATAILLES

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de JASS  Nouveau message 14 Déc 2011, 06:08

Merci Henry, c'est très interessant!
Nous sommes encerclés, l'ennemi est en avant, en arrière et sur nos flancs, l'endroit le plus sûr, c'est l'objectif

Colonel
Colonel

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 276
Inscription: 11 Fév 2006, 08:37
Localisation: Mascouche
Région: Québec
Pays: Canada

Voir le Blog de JASS : cliquez ici


Re: [du 13 au 19 Décembre 2011] FEU SUR LES LIEUX DE CRASH D'AVIONS OU DE BATAILLES

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Marc_91  Nouveau message 14 Déc 2011, 08:17

:cheers: Merci Henri,

Tout d'abord, quelques photos du Bloch MB-152 dont l'épave a été récupérée par l'ANSA 39-45 et exposée l'an dernier aux Invalides :

Image . Image

Plus sur cet avion via un lien vers la page de l'ANSA : http://www.ansa39-45.fr/bloch152.htm

----------------

Voir aussi, sur ce forum :

- le Bloch MB.152 du Sergent René Brisou, détruit devant l'avance allemande : viewtopic.php?f=65&t=18527

- Le Caudron CR.714 Kpr. Andrzej Niewiara : viewtopic.php?f=65&t=18951

- Le LN.401 du LV Jules Vilbert : viewtopic.php?f=65&t=19438

-
. . Image. . . . . .Image . . . Image

Animateur - Modérateur
Animateur - Modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8048
Inscription: 04 Déc 2006, 13:25
Localisation: Etrechy (91)
Région: Beauce
Pays: France

Voir le Blog de Marc_91 : cliquez ici


Suivante

Retourner vers LES FEUX DE LA RAMPE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Comment 75% des Juifs de France ont échappé à la mort. 
Hier, 22:42
par: Octogone 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Hier, 21:57
par: kfranc01 
    dans:  Klomino 
Hier, 21:47
par: Octogone 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Hier, 21:43
par: Lusi 
    dans:  LA BATAILLE DES HAIES VUE DU CIEL 
Hier, 21:27
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 14 
Hier, 21:26
par: François 
    dans:  L'avertissement du général Mordacq 
Hier, 21:05
par: thucydide 
    dans:  "André SEGOL, Maréchal des Logis au 185RALT" 
Hier, 20:49
par: thucydide 
    dans:  Yoyo fait son show dans le Finistère. 
Hier, 17:52
par: Alfred 
    dans:  PUB : Editions JARDIN DAVID, toute la vérité ! 
Hier, 17:45
par: JARDIN DAVID 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités


Scroll