Connexion  •  M’enregistrer

Le Secteur Fortifié de Faulquemont (Ligne Maginot)

Comme pour l'AW, on regroupe dans ce sous forum tout ce qui concerne la ligne de fortification française.
ANIMATEUR: Patrick Fleuridas, Jumbo

Le Secteur Fortifié de Faulquemont (Ligne Maginot)

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Sim  Nouveau message 09 Juil 2010, 13:29

Je vous présente un secteur fortifié de la Ligne Maginot auquel je m'intéresse, le Secteur Fortifié de Faulquemont. J'ai déjà écris ce texte sur d'autres forums.



Le Secteur Fortifié de Faulquemont



Historique, insigne, implantation, réstrictions :


Le Secteur Fortifié de Faulquemont ou SFF, est situé en Lorraine. Il avait pour mission de mettre à l'abri des canons Allemands la ville de Metz et, si possible, protéger les gisements houillers de la région de Faulquemont. L'avant projet de ce secteur a été étudié d'Avril à Septembre 1930, alors qu'il y avait déjà les premières restrictions de crédits. Le Secteur Fortifié de Faulquemont a subi, des restrictions. En effet, les ouvrages du Kerfent et de Laudrefang (SFF), auraient normalement dû être des ouvrages d'artillerie, mais faute de crédits ces deux ouvrages ont été construits sous forme d'ouvrages d'infanterie. De plus, les ouvrages du Bambesch, et de l'Einseling n'on pas reçu leur tourelle de mortiers de 81mm comme prévu. Le secteur n'a reçu aucun abri ni observatoire.
Les régiments qui occupent ce secteur sont le 146ème Régiment d'Infanterie de Forteresse (RIF) qui occupait le sous-secteur du Bois-des-Chênes (casemates du bois de Laudrefang et PO de Téting). Le 156ème RIF qui lui occupait le reste du secteur. Il y avait aussi le 163ème RAP* (Casemates d’artillerie et PO de Laudrefang), le 39ème RARF**.

*Régiment d’Artillerie de Position.
**Régiment d’Artillerie des Régions Fortifiées.

Voci l'insigne du Secteur Fortifié de Faulquemont.. Sur un bouclier ovale, un faucon guette sa proie au dessus d’un paysage de la ligne Maginot en Lorraine symbolisé par une casemate armée d’un canon, un champ de rails et trois chardons. Le nom du secteur figure sur la bordure. Durant l'annexsion Allemande, la ville de Faulquemont se nommait Falkenberg (montagne aux faucons).

Le secteur compte 5 petits ouvrages (PO), 8 casemates d’infanterie et 3 casemates d’artillerie.


Le Secteur Fortifié de Faulquemont :


1 - Les ouvrages du Secteur Fortifié de Faulquemont :



Le PO (petit ouvrage) du Kerfent : A34

Présentation/composition/armement :

L’ouvrage du Kerfent est un ouvrage d’infanterie (CORF*) composé de 4 blocs reliés entre eux par des galeries. Il était commandé par le capitaine Broché, l’officier adjoint était le sous-lieutenant Gangloff. Il pouvait accueillir (effet théorique) 2 officiers et 161 hommes. Etaient présents le 2 Septembre 1939, 4 officiers et 139 hommes.
Le bloc 1, est équipé d’une tourelle de mitrailleuses et d’une cloche guetteur fusil mitrailleur (cloche GFM).
Le bloc 2, consititu l’entrée. Il est armé de deux cloches guetteur fusil mitrailleur type A, d’une cloche lance grenade, d’une chambre de tir d’infanterie flanquant vers la casemate Sud du Mottenberg (Secteur Fortifié de Boulay), composée d’un créneau jumelage de mitrailleuses (JM) et canon antichar de 47mm et d’un créneau jumelage de mitrailleuses (JM/AC47).
Le bloc 3, est armé de deux cloches guetteur fusil mitrailleur type A d’une chambre de tir d’infanterie flanquant vers le bloc 3 du PO du Bambesch, composée d’un créneau jumelage de mitrailleuses et canon antichar de 47mm et d’un créneau jumelage de mitrailleuses.
Le bloc 4, est armé de deux cloches guetteur fusil mitrailleur type A et d’une cloche observatoire à vision périscopique (cloche obs./VP).

*Comité d’Organisation des Régions Fortifiées.

Historique :

Le 21 Juin 1940, l’Oberst von Lichtenstern déploie son régiment sur les arrières en fixant comme objectif le Kerfent au III/IR339. Dans la nuit, les Stosstruppen du I/IR339 se dirigent sur les arrières de l’ouvrage par le bois qui adosse ce dernier. Pendant ce temps, deux pièces de 8.8 Flak s’installent sur le bloc 3 de Bambesch. Tôt le matin, les canons tirent sur le bloc 3 du Kerfent. En même temps, le bloc 2 est attaqué par des Pak 3.7. Plus tard le bloc 3 est perforé et abandonné par son équipage. Vers 7h30, un Flak 8.8 s’approche du bloc 2 et commence ses tirs. Trois-quarts d’heure plus tard, les troupes s’élancent en direction du bloc 2. L’attaque échoue. Les Allemands réunissent alors toute l’artillerie disponible et réattaquent le bloc 2. Cette action va permettre aux troupes d’atteindre le bloc 2 mais pas de le prendre. A ce moment, le capitaine de l’ouvrage, le capitaine Broché, qui estime que toute résistance est désormais inutile, envoie un officier parlementer avec les Allemands. Mais suite à une maladresse de ce dernier, les Allemands pénètre dans l’ouvrage sans que la reddition soit négociée.

PS : l’Oberst von Lichtenstern sera gravement blessé durant l’attaque du Kerfent. Il sera transporté dans une clinique ou il décédera dans la soirée.
Durant l’attaque du Kerfent 4 soldats Allemands sont mort et 31 ont été blessés.

Le PO du Bambesch : A35

Présentation/composition/armement :

L’ouvrage du Bambesch est un ouvrage d’infanterie (CORF) composé de 3 blocs reliés par des galeries. Il était commandé par le capitaine Pastre et l’officier adjoint était le lieutenant Trunkenwald. Il pouvait accueillir (effet théorique) 2 officiers et 121 hommes. Etaient présente le 2 Septembre 1939, 2 officiers et 102 hommes.
Le bloc 1, comporte une tourelle de mitrailleuses et une cloche guetteur fusil mitrailleur.
Le bloc 2, entrée du PO du Bambesch, possède deux cloches guetteur fusil mitrailleur type A, une cloche lance grenade et une chambre de tir d’infanterie flanquant vers la casemate Nord de Bambiderstroff, comportant un créneau jumelage de mitrailleuses et un canon antichar de 47mm avec un créneau jumelage de mitrailleuses.
Le bloc 3, entrée, possède deux cloches guetteur fusil mitrailleur type A, une chambre de tir d’infanterie flanquant vers le bloc 3 du PO du Kerfent, comportant un créneau jumelage de mitrailleuses et canon antichar de 47mm avec un créneau jumelage de mitrailleuses.

Historique :

Le Bambesch est attaqué le 20 Juin 1940. Dans les environs de 13h00, un Flak 8.8 s’attaque au bloc 2 qui sera perforé vers 15H00. Les ouvrages voisins tirent au-delà de leur portée utile mais ceci n’est d’aucun secours. Le capitaine Pastre, commandant de l’ouvrage, juge inutile de vouloir résister à tout prix*. A 19h00, un parlementaire est envoyé par le commandant de l’ouvrage et prend contact avec un sous officier Allemand à travers un créneau. Après ça, l’équipage sort de l’ouvrage.

*D’autant qu’il y a des problèmes de ventilation qui laissent planer des risques d’asphyxie.

Le PO de l'Einseling : A36

Présentation/composition/armement :

Le PO de l'Einseling est un ouvrage d’infanterie (CORF) monobloc. Il était commandé par le lieutenant Vaillant, l’officier adjoint était le sous-lieutenant Vion. Il pouvait accueillir (effet théorique) 1 officier et 68 hommes. Etaient présents le 2 Septembre 1939, 2 officiers et 60 hommes.
Il est composé d’une tourelle de mitrailleuse, une cloche guetteur fusil mitrailleur type A modifiée B, une cloche guetteur fusil mitrailleur type A modifiée partiellement en B, une cloche jumelage de mitrailleuses, une cloche jumelage de mitrailleuses modifiée en une cloche armes mixtes. Il possède aussi une chambre de tir d’infanterie flanquant vers la casemate Sud de Bambiderstroff composée d’un créneau jumelage de mitrailleuses avec un canon antichar de 47mm.

Historique :

Le 21 Juin 1940 (jour de l’attaque contre le Kerfent), une importante attaque se développe contre l'Einseling. Le matin, un puissant feu d’artillerie* ravage le secteur de l’ouvrage. Des observateurs qui se situent dans la casemate Nord des Quatres-Vents et au PO de Laudrefang signale une masse importante d’infanterie Allemande massée sur la colline derrière l'Einseling. L’assaut est lancé. Aussitôt les deux mortiers de 81mm du bloc 1 de Laudrefang* ouvrent le feu. Les obus de 81mm pleuvent sur l’ennemi. La tourelle du PO se met en batterie et tire. L’ennemi recule.
L’ouvrage de l’Einseling ne se rendra sur ordre, que le 2 Juillet 1940.
Les pertes Allemandes sont évaluées à 4 tués et à 26 blessés.

*Obus de 105mm et 150mm.
*Surpris par les mortiers de 81mm, les tirs d’artillerie se concentrerons sur l’ouvrage de Laudrefang, clé de voûte du dispositif constitué des ouvrages de l’Einseling, Laudrefang, et de Téting.

Le PO de Laudrefang : A37

Présentation/composition/armement :

Le petit ouvrage de Laudrefang est un ouvrage mixte (CORF) composé de 5 blocs dont un non relié par galerie au reste de l’ouvrage (bloc3). Il pouvait accueillir (effet théorique) 8 officiers et 267 hommes. L’ouvrage était commandé par le capitaine Cattiaux, l’officier adjoint était le lieutenant Vincent. Etaient présents le 2 Septembre 1939, 7 officiers et 246 hommes.
Le bloc 1, constitu l’entrée du PO de Laudrefang. Il est composé d’une chambre de tir d'infanterie flanquant vers la casemate sud des Quatre vents, comportant un créneau jumelage de mitrailleuses et canon antichar de 47mm et un créneau jumelage de mitrailleuses. En dessous de la chambre de tir d’infanterie se trouve une chambre de tir pour deux mortiers de 81mm flanquant vers l'ouvrage de l'Einseling. Sur les dessus du bloc se trouve une cloche guetteur fusil mitrailleur type A modifiée B et une cloche guetteur fusil mitrailleur type A partiellement modifiée B.
Le bloc 2, est armé d’une tourelle de mitrailleuses, et d’une cloche guetteur fusil mitrailleur.
Le bloc 3, est composé d’une chambre de tir d’infanterie flaquant vers la casemate nord du bois de Laudrefang comportant un créneau jumelage de mitrailleuses et canon antichar de 47mm et un créneau jumelage de mitrailleuses. En dessous de la chambre de tir d’infanterie, se trouve une chambre de tir pour deux mortiers de 81mm flanquant vers l’ouvrage de Téting. Sur les dessus du bloc, on peut voir deux cloches guetteur fusil mitrailleur type A et une tourelle de mitrailleuses.
Le bloc 4, est composé de deux cloches guetteur fusil mitrailleur type A.
Le bloc 5, d’une cloche à vision direct périscopique et d’une cloche guetteur fusil mitrailleur type A.

Historique :

Depuis le 21 Juin 1940, l’ouvrage de Laudrefang tir des obus de 81mm pour défendre les ouvrages voisins. Il devient alors la cible des canons Allemands*. Un caporal-chef est tué dans la cloche du bloc 2 dès le début des tirs. Massacré par les obus, l’ouvrage est réparé pendant les nuit pas des sapeurs*.
L’ouvrage de Laudrefang résistera jusqu’au 2 Juillet 1940, avant de se rendre, sur ordre.

*Obus de 37mm, 88mm, 105mm, 150mm.
*Ils soudent des plaques pour boucher les créneaux défoncés, liment les éclats qui bloquent les tourelles de mitrailleuses.

Le PO de Téting : A38

Présentation/composition/armement :

L’ouvrage de Téting est un ouvrage d’infanterie (CORF) composé de trois blocs dont un non relié par galerie au reste de l’ouvrage (bloc 1). Il était commandé par le lieutenant Marchelli. Il pouvait accueillir (effet théorique) 2 officiers et 125 hommes.
Le bloc 1, est composé de deux cloches jumelage de mitrailleuses modifiées en cloche armes mixtes, d’une cloche guetteur fusil mitrailleur type A.
Le bloc 2, est composé d’une tourelle de mitrailleuses, d’une cloche guetteur fusil mitrailleur type B et pour finir.
Le bloc 3, qui lui est composé d’une cloche guetteur fusil mitrailleur type A et d’une cloche guetteur fusil mitrailleur type A et d’une chambre de tir d’infanterie comportant un créneau jumelage de mitrailleuses et canon antichar de 47mm avec un créneau jumelage de mitrailleuses.

Historique :

Le 19 Juin 1940, le bloc 3 est la cible des canons Allemands. Les obus s’abattent sur le bloc 3 ou l’on est obligés de boucher les trous avec des sacs de sable ! Le 21 Juin 1940, le Po de Téting, tout comme les autres ouvrages du secteur, est attaqué par les canons Allemands. Au bloc 1, un soldat qui est en service au créneau fusil mitrailleur, qui protège l’entrée, ouvre le feu sur une patrouille qui croyait que le bloc était évacué. L’officier qui marchait en tête du groupe a été littéralement coupé en deux par la rafale du fusil mitrailleur. Les 2 mortiers de 81mm du bloc 3 de Laudrefang ouvrent le feu en direction du PO de Téting. Les tirs causeront des dégâts importants aux assaillants.
L’ouvrage de Téting se rendra que le 2 Juillet 1940, sur ordre.
Dernière édition par Sim le 09 Juil 2010, 13:37, édité 1 fois.


 

Voir le Blog de Sim : cliquez ici


Re: Le Secteur Fortifié de Faulquemont (Ligne Maginot)

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Sim  Nouveau message 09 Juil 2010, 13:34

Suite et fin.


2 - Les casemates d'infanterie du secteur et leur historique :


Historique :

Le 15 Juin 1940, conformément aux ordres, les équipages des casemates du Secteur Fortifié de Faulquemont sabotèrent le matériel, avant de les évacuer. En partant, ils laissaient seul les ouvrages du secteur, en les privant de la continuité des feux de la ligne. En évacuant les casemates Nord et Sud de Bambiderstroff, les Allemand pouvaient installer les canons non loin de là et attaquer.

Durant la nuit, un groupe de soldat venant du PO de l’Einseling réoccupait les casemates Nord et Sud de l’Einseling (sabotées) et tiraient et lançaient des grenades pour faire croire que les casemates étaient toujours occupées. Au matin, ils retournaient dans leur ouvrage pendant que l’artillerie Allemande, bluffée, tirait sur les casemates. Pareil pour les casemates Nord et Sud des Quatres-Vents réoccupées par une vingtaine d’hommes qui venaient du PO de Laudrefang. La casemate Sudsera très harcelée par les canons Allemands.

Composition/armement :

Le secteur en compte huit, dont six dites "cuirassées". C'est à dire, qu'elles sont armées que de cloches GFM (cloche guetteur fusil-mitrailleur), JM (cloche jumelage de mitrailleuses) ou AM (cloche d'armes mixtes).

Il y a :

-La casemate Nord de Bambiderstroff C70
-La casemate Sud de Bambiderstroff C71 - cuirassée
-La casemate Nord de l’Einseling C72 - cuirassée
-La casemate Sud de l’Einseling C73 - cuirassée
-La casemate Nord des Quatres-Vents C74 - cuirassée
-La casemate Sud des Quatres-Vents C75
-La casemate Nord du bois de Laudrefang C76 - cuirassée
-La casemate Sud du bois de Laudrefang C77 - cuirassée


3 - Les casemates d'artillerie du secteur et leur historique :

Le secteur compte 3 casemate d’artillerie toutes armée d’une cloche guetteur fusil mitrailleur type A, et de deux canons de 75mm modèle 1897.
La casemate d'artillerie du bois du Bambesch qui flanquait vers le PO de l’Einseling.
La casemate d’artillerie du bois du Stocken qui flanquait vers les ouvrages du Bambesch et du Kerfent.
Et enfin la casemate d’artillerie de Téting.

Historique :

Comme le secteur manquait d’artillerie, le 163ème RA* a fait construire trois casemates d’artillerie en 1937 de type RFM**.
Les trois casemates d’artillerie n’ont pas jouées un grand rôle dans la défense du secteur, car, elles devront être évacuées sur l’ordre du 15 Juin 1940.

*Régiment d’Artillerie.
**Région Fortifié de Metz.


4 - PC, blokhaus... :

On peut trouver dans le Secteur Fortifié de Faulquemont, un petit observatoire, sur une côte : la côte 400. D’où le nom : l'observatoire de la Côte 400. Un autre, situé près de Téting : l’observatoire du Tattenholz.

Le secteur comporte aussi de nombreux PC : le PC du bois de Steinbesch, le PC bétonné d’Heflédange et celui du bois de Pontpierre.
On y trouve aussi de nombreux blokhaus MOM* qui appartiennent à la ligne principale de résistance, des guérites d’observation, un char servant d’observatoire et des casemates Pamart ou des tourelles démontables.

*Main d’Oeuvre Militaire.

Mot :

Avec ses deux ouvrages capturés (qui se sont bien défendus), ainsi que les trois autres ouvrages non vaincus lors de l’armistice et cela jusqu'au 2 Juillet 1940, le Secteur Fortifié de Faulquemont a résister.

Avez-vous auparavant entendu parler de ce secteur ?
Avez-vous déjà visité un ouvrage de ce secteur ?

Simon.


 

Voir le Blog de Sim : cliquez ici


Re: Le Secteur Fortifié de Faulquemont (Ligne Maginot)

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Jumbo  Nouveau message 09 Juil 2010, 13:58

Merci pour ce superbe reportage. Voir mon MP ;)
Je pense que Tagnon ne va pas tarder à se manifester!!
"Dans les situations critiques, quand on parle avec un calibre bien en pogne, personne ne conteste plus. Y'a des statistiques là-dessus." (Jean Gabin) Mélodie en sous sol

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6238
Inscription: 01 Juin 2004, 20:12
Localisation: OISE

Voir le Blog de Jumbo : cliquez ici


Re: Le Secteur Fortifié de Faulquemont (Ligne Maginot)

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de metz1944  Nouveau message 28 Nov 2010, 16:40

Belle presentation.
Merci

Private
Private

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 10
Inscription: 31 Jan 2010, 17:00
Localisation: crepy
Région: picardie
Pays: france

Voir le Blog de metz1944 : cliquez ici


Re: Le Secteur Fortifié de Faulquemont (Ligne Maginot)

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de heula  Nouveau message 29 Nov 2010, 23:34

bonsoir,
cela m'ouvre les yeux sur la ligne Maginot :cheers:


 

Voir le Blog de heula : cliquez ici


Re: Le Secteur Fortifié de Faulquemont (Ligne Maginot)

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de tagnon  Nouveau message 25 Fév 2011, 21:49

Jumbo a écrit:...Je pense que Tagnon ne va pas tarder à se manifester!!


Bonjour,

Et bien, me voilà, qui remonte ce fil bien tardivement.

En fait, rien à ajouter à cet excellent reportage, qui me ramène - j'ose à peine le dire - en 1984, quand j'ai découvert dans le SF de Faulquemont la vraie Ligne Maginot, face à l'Allemagne. C'est bien souvent que je me suis promené ici, en solitaire et en famille, et il y a une petite année, avec un autre "bétonneux" du Forum, sur les dessus du Kerfent. Nous comptions aussi aller au Bambesch, mais la grosse neige du 29/01/2010 nous a transformés en pousseurs de voiture lol.

C'est Teting, visité pour la 1ère fois avec fils et neveu préadolescents, qui me laisse le souvenir le plus athentique: perdu dans la campagne, adossé à la forêt, ruiné et silencieux, l'Allemagne à portée de main... Et puis l'Einseling du Lt Vaillant, secouru le 21 juin 1940 par les mortiers de 81 de Laudrefang, et depuis son promontoire, la superbe vue sur les haut-fourneaux de Carling.

Je rève parfois d'y retourner avec une délégation du Forum, mais l'hiver, c'est parfois aventureux.

Quant à mes photos d'époque, elles sont argentiques...

Bien amicalement,

Alain.


 

Voir le Blog de tagnon : cliquez ici


Re: Le Secteur Fortifié de Faulquemont (Ligne Maginot)

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de alberto  Nouveau message 28 Mar 2011, 15:32

Merci SIM, et pour faire suite à ton excellent reportage, voici ce que j'ai trouvé dans les mémoires de mon père (133 RIF, secteur du Haut Poirrier) :
"En tant que chef de section, j’avais le commandement de trois groupes de combat de quinze hommes, occupant chacun un blockhaus. Nous les avions baptisés Odette, Mado et Betty. Mon poste était au centre, un sergent d’active à ma droite, un sergent de réserve à ma gauche.
L’armement comprenait pour chaque bloc une mitrailleuse Hotchkiss, deux fusils mitrailleurs. Dans mon bloc, en plus, un canon de 37.monté et coulissant sur un rail fixé au plafond. Ces anciennes armes de marine (canons de fuite) avaient été réformées et reconverties en armes anti-chars.
Aux derniers jours de juin, une canonnade et des tirs d’armes automatiques nous mirent en alerte un matin. Cela venait de notre avant-poste « 332 ».
On apercevait, seule, la fumée de la baraque qui brûlait, celle-ci étant masquée par la colline. En début d’après –midi, c’était terminé
Le soir, deux hommes rejoignirent le P.C. de la Cie et racontèrent l’arrivée des Allemands en camions, s’approchant, hors des vues, aussi près que possible. Leurs petits canons avaient tiré dans les créneaux des blocs, tandis que des groupes les débordaient malgré nos postes de flanc-garde.
Ils dirent aussi la reddition, l’embarquement des prisonniers, lieutenant Prévost en tête dans des camions.
Maintenant, c’était à nous d’être aux avant-postes...
Quelques jours plus tard, vers seize heures, un ordre incroyable nous parvint : nous devions évacuer nos positions dans les deux heures à venir !
Une chenillette passerait charger nos munitions qui devaient être déposées sur le chemin, derrière nous. Le bruit courait que nous serions relevés par les Polonais, qui, n’ayant plus rien à perdre résisteraient jusqu’au bout. Cela nous rassura un peu.
La chenillette était passée. Comme prévu, elle avait emporté les munitions de deux blocs, mais celles du troisième bloc, les six caissettes du sergent d’active Delavente étaient arrivées après son passage et se trouvaient encore sur le chemin derrière nous !
Mais un énorme bourdonnement faisait vibrer le ciel : une nuée d’avions arrivait droit sur nous !
Je n’eus que le temps de plonger dans mon bloc alors qu’ils piquaient sur nous avec un bruit affolant de sirènes aussitôt suivi du bruit des bombes.
Cela dura une heure !
Vague après vague, six avions piquaient sur nous, une autre vague suivait, c’était interminable, notre résistance était à bout. Une énorme impuissance nous clouait la face contre terre.
Quand, enfin, les avions s’éloignèrent, constatant qu’il n’y avait ni mort ni blessé dans ma section, (plus de peur que de mal!) une sentinelle donna l’alerte :
__ Les Allemands, droit devant !
Un coup d’œil au créneau nous laissait voir trois camions d’où les Allemands sautaient calmement à terre, à deux cent mètres environ.
Les six caisses de munitions abandonnées par Delavente, avaient échappé au bombardement, étaient par miracle, intactes !
Ma décision fut instantanée :
__ Deux caisses à chaque bloc ! Feu à volonté. Mais laissez-les s’approcher le plus près possible. : (Ainsi, contre toute morale, la négligence d’un soldat de métier nous sauvait la mise !)
Les armes en batterie, le cœur battant, nous laissâmes les groupes de dix à douze hommes se diriger vers nous
Quand ils furent à une trentaine de mètres, je donnais l’ordre d’ouvrir le feu.
Ce sembla être une surprise pour eux, mais ce fut une hécatombe Le canon de 37 dont les munitions étaient restées pour les Polonais, (nous ne pouvions pas emporter le canon,) fit s’embraser un camion par un coup à bout portant.
Les Allemands que nous avions si bien reçus (par hasard) ne s’étaient sans doute pas attendus à l’être de cette façon ! (Ils avaient sûrement dû avoir connaissance de l’évacuation de nos munitions) Maintenant, ils devaient être sur nos talons. A la première approche, ils constateraient notre abandon de la Ligne Maginot"

Il y a encore bien des choses dans les "mémoires" de mon père, mais il m'a semblé intéressant de mettre ce passage pour faire suite à l'article de sim.

Bien à vous/
"Mépriser l'art de la guerre c'est faire le premier pas vers la ruine." (Machiavel)

vétéran
vétéran

 
Messages: 1132
Inscription: 28 Mar 2011, 13:35
Région: Région toulousaine
Pays: France

Voir le Blog de alberto : cliquez ici


Re: Le Secteur Fortifié de Faulquemont (Ligne Maginot)

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Jumbo  Nouveau message 28 Mar 2011, 18:04

Bonjour Alberto,
Merci pour ce témoignage mettant en avant 2 faits importants concernant la LM. Il y a bien eu ordre d'abandon de certains ouvrages (légers) et surtout les hommes qui tenaient la LM n'ont pas manqué de courage et de savoir faire quand l'ennemi a croisé leur ligne de mire. Tu es arrivé un peu tard sur le forum et c'est dommage car tu as loupé notre soirée débat du 24 consacré exclusivement à la ligne Maginot. Tu peux d'ailleurs encore consulter le contenu de ce débat ici:
viewtopic.php?f=67&t=27595
Jumbo
"Dans les situations critiques, quand on parle avec un calibre bien en pogne, personne ne conteste plus. Y'a des statistiques là-dessus." (Jean Gabin) Mélodie en sous sol

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6238
Inscription: 01 Juin 2004, 20:12
Localisation: OISE

Voir le Blog de Jumbo : cliquez ici


Re: Le Secteur Fortifié de Faulquemont (Ligne Maginot)

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de alberto  Nouveau message 28 Mar 2011, 20:53

Bonjour, Jumbo :

Et merci pour le lien vers le débat sur la LM dont la présentation est une remarquable synthèse.

@+ : alberto :)
"Mépriser l'art de la guerre c'est faire le premier pas vers la ruine." (Machiavel)

vétéran
vétéran

 
Messages: 1132
Inscription: 28 Mar 2011, 13:35
Région: Région toulousaine
Pays: France

Voir le Blog de alberto : cliquez ici


Re: Le Secteur Fortifié de Faulquemont (Ligne Maginot)

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Sim  Nouveau message 08 Aoû 2011, 17:34

Bonjour à tous,

Merci à Alberto pour ce magnifique récit !

:)

Je vais mettre quelques unes de mes photos.

Simon.


 

Voir le Blog de Sim : cliquez ici


Suivante

Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers LA LIGNE MAGINOT




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 17 
il y a 3 minutes
par: coyote 
    dans:  SUR RMC DECOUVERTE LE 13 SEPTEMBRE 
il y a 7 minutes
par: Jumbo 
    dans:  SUR RMC DECOUVERTE LE 08 SEPTEMBRE 
il y a 8 minutes
par: Jumbo 
    dans:  la seule (pour l'instant...) Campagne 1939-40 
il y a 20 minutes
par: Belchasse 
    dans:  Identifier un débris d'avion 
il y a 46 minutes
par: Marc_91 
    dans:  L’empereur Hirohito a été empêché d’exprimer ses remords pour la guerre. 
il y a 50 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Ecrire l'histoire dans le respect des acteurs. 
Aujourd’hui, 17:15
par: orpo57 
    dans:  OPÉRATION COBRA 1944 
Aujourd’hui, 16:32
par: Cytise 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 20 
Aujourd’hui, 15:35
par: François 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 16 
Aujourd’hui, 14:57
par: kfranc01 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Scroll