Connexion  •  M’enregistrer

à propos du 9ème zouave

Dans cette rubrique vous trouverez tout ce qui concerne les grandes unités combattantes de la seconde guerre mondiale, tant du côté allié que de celui des forces de l'axe. Divisions d'infanterie, de paras, de blindés, de la légion, des waffen SS,etc..c'est ici qu'on en parle!
MODÉRATEUR: Vincent Dupont

à propos du 9ème zouave

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de toujoursmavize  Nouveau message 02 Jan 2010, 16:20

Je vous souhiate à tous une bonne année 2010. Popur la commencer, voici un extrait d'article que j'ai trouvé sur un site de la commune de Quierzy. il est question de ce fameux 9ème zouave :
En mars 1940, sur l'initiative d'Anne Morgan (v. chapitre sur 14-18) un centre de récréation pour soldats a été ouvert à Autreville " un antidote contre l'ennui et le découragement."
Vendredi 10 mai 1940, brutalement, les allemands attaquent la Belgique et les Pays-Bas.
La surprise est totale, nombre de permissions ont été accordées pour la Pentecôte.
La 9e Armée avance en Belgique, la 15e DIM rejoint la 1e Armée vers Cambrai et contre-attaque victorieusement vers Gembloux en Belgique.
On ne sait rien des opérations militaires mais dans le même temps, les blindés allemands de Guderian ont traversé les Ardennes jugés infranchissables et percé le front de la 2e Armée française à Sedan le 14 mai. Deux jours plus tard, ils sont dans le nord-est de l'Aisne atteignant Montcornet, Vervins et Hirson disloquant la 9e Armée. La 6e Armée, en réserve vers Dijon, arrive dans la région de Laon, puis va s'établir plus à l'est lorsque la 7e Armée (Gal Frère) redescendue des Pays-Bas arrive en renfort sur l'Oise.
Jeudi 16 mai, les combats semblent tout proches ; dans la nuit un avion français est tombé près de l'Oise vers le château - son pilote est indemne. Dans la matinée quelques militaires et des réfugiés traversent le village. La rumeur grandit : les allemands sont à Laon ! Il n'en faut pas plus. Les destructions de la Grande Guerre et l'occupation allemande sont dans tous les esprits. Avant midi, les ouvriers sont rentrés des champs, les charrettes et les autos chargées, les maisons fermées à la hâte. Une véritable caravane prend la route, quelques animaux suivront les autres resteront sur place. Les habitants qui n'ont ni auto ni charrette suivent à pied ou prennent le train ; il n'y a aucune gare disponible avant Creil !
Direction la Mayenne. Le plan d'évacuation de 1935 révisé en 1938 prévoit en effet que le département d'accueil pour la population de l'Aisne est la Mayenne, soit plus de 350 kilomètres à parcourir à travers l'Oise, l'Eure et l'Orne en évitant les villes importantes et les grandes routes. Quinze jours de voyage en perspective.
Départ le 16 mai en direction de Compiègne contourné par le nord puis entre Clermont et Creil, traversée de la Seine entre Vernon et Mantes, poursuite entre Vernon et Dreux, puis entre Alençon et le Mans, ... au rythme d'une trentaine de kilomètres par jour. La Dépêche de l'Aisne, imprimée à Laval, publie à la mi-juin une liste indiquant la commune accueillant les services publics de chaque commune évacuée ; la Mairie de Quierzy est évacuée à Bouessay (sud-est de la Mayenne).
S'il faut 4 jours en train, la "caravane de Quierzy" mettra plus de 3 semaines pour parvenir dans la Mayenne dans la panique que l'on sait, certaines étapes se font de nuit pour éviter les bombardements, ... à peine moins que les allemands.
Tandis que la population toute entière s'enfuit sur les routes de France, d'importants combats se préparent dans la région de Quierzy. Le village se trouve en effet au centre du front qu'établit hâtivement Weygand, avec les troupes qu'il lui reste, sur la Somme, le canal Crozat, l'Ailette et l'Aisne.
Dans un premier temps, à la mi-mai, les panzers allemands (Guderian) ont progressé au nord du Département, par Montcornet et Vervins, à travers les arrières de la 9e Armée française, non pas en direction de Paris comme en 1914, mais vers l'ouest et la Manche afin d'enfermer les armées alliées au nord.
Malgré la contre-attaque de la 4e Division Cuirassée du Colonel de Gaulle le 17 mai vers Montcornet, l'ennemi atteint Marle et St-Quentin le 18.
Dimanche 19 mai, Weygand succède à Gamelin à la tête des armées françaises afin d'organiser la contre offensive, les allemands sont à Péronne, Amiens, Abbeville. Les blindés de Guderian atteignent la mer le lendemain et poursuivent les jours suivants en direction de Boulogne, Calais, Dunkerque ; les armées françaises sont définitivement coupées en deux.
Afin de protéger l'avance des panzers vers Amiens, le XVIII.ArmeeKorps (12.Armee, Heeresgruppe A), et ses chasseurs de montagne de la 1.Gebirgsjäger-Division (Gebirgsjäger-Regiment 98 et Gebirgsjäger-Regiment 99) arrive sur l'Ailette par Hirson, Marle, Crécy-sur-Serre. Contrairement à une idée reçue, le gros des troupes allemandes est peu mécanisé et progresse à pied jusqu'à l'Ailette pour y mener des combats d'infanterie classiques, sans l'intervention des chars.

L'avance de la 12. Armee allemande jusqu'à l'Aisne et l'Oise. Le XVIII.ArmeeKorps parcourt environ 400 km jusqu'à l'Ailette en 10 jours.
En face, barrant la route de Paris, quelques unités en retraite tentent tout d'abord de se regrouper derrière les canaux, puis de nouvelles unités forment un front, la "Ligne Weygand",tandis que depuis les observatoirs d'artillerie de la première guerre mondiale sur les hauteurs du Chemin des Dames, l'artillerie française malmène les allemands. Au centre de ce front, entre la Somme et l'Aisne, devant Quierzy, la 7e Armée du Gal Frère revient des Pays-Bas et reçoit des renforts ;
La 29e puis la 23e Division d'Infanterie (en réserve du GQG), alertée le 17 mai, arrive de la région de Chaumont (Haute Marne) et s'installe le 18 derrière le Canal de St-Quentin entre Saint Simon et Tergnier et derrière le canal de l'Ailette entre l'Oise et le Bac d'Arblincourt.
Sur les lieux même des combats acharnés de 1918, fidèle à ses conceptions datant de la Grande Guerre, le commandement français aligne dans ce secteur hautement stratégique, où l'Ailette barre la route de Paris, ses fidèles troupes d'Afrique. La 87e Division d'Infanterie d'Afrique (en réserve du Groupe d'Armées 2), arrivée de Dieuze (Moselle) dans la région de Pierrefonds le 17, fait mouvement le 18 vers l'Ailette, et s'établie du pont sud du Bac d'Arblincourt au pont de Courson (PC à Pierrefonds).
A sa droite, la 28e DI prend position avant que la 7e DI vienne s'insérer. Il n'y a plus à ce moment d'unité en ordre devant elles, seule la 3e DLC résiste devant LAON. Leur mission sur l'Ailette : "Tenir sans esprit de recul". Le secteur devant Quierzy passe à la 6e Armée du Gal Touchon.
La 23e DI est originaire du sud de la Loire et composée des 32e RI (Tours, Chatellereault), 107e RI (Angoulême, Limoges), 126e RI (Brive), 41e RA ... Elle débarque à Chauny à partir du 18 mai. Le 126e prend position entre Jussy et l’écluse de Mennessis, le 32e entre Mennessis et Viry-Noureuil en liaison à droite avec le CID 15 (Centre d'Instruction Divisionnaire de la 15e DIM) (27e RI 15e DIM...), plus tard la 29e DI CID 15 et des éléments du dépot 92 bis qui tiennent sommairement les autres têtes de ponts puis 107e RI ?
La 87e DIA est originaire d'Algérie, et composée des 17e et 18e Régiment de Tirailleurs Algériens essentiellement constitués de réservistes et du 9e Zouaves, régiment d'active d'Alger. Elle rejoint l'Ailette le 18 mai ; durant le trajet depuis Attichy, les colonnes des Zouaves sont continuellement survolées et plusieurs fois bombardées par l'aviation ennemie sur les routes encombrées de soldats de la 9e Armée en déroute et de réfugiés. Les autres régiments de la Division et l'artillerie (87e et 287e RA) sont retardés par les bombardements aériens et subissent des pertes en route.
Le "9 Z", dont l'effectif est incomplet (des permissionnaires n'ont pas pu rejoindre l'unité), prend possession des ponts entre Champs et Courson (ce dernier est tenue à partir du 19 mai par le 7e BCA de la 28e Division qui s'installe à droite de la 87e). Le Régiment y construit dès le 19 des barricades anti-char et établit de solides points d'appui, réutilisant parfois des abris de 14-18. La défense des villages et les forêts, obstacles naturels à la progression des chars, est pareillement minutieusement organisée jusqu'à Vézaponin et Epagny en arrière du front.
Les Tirailleurs prennent pareillement position dans la nuit du 18 au 19 ; le 17e (moins un bataillon placé en réserve de Division) à droite des Zouaves et le 18e à gauche des Zouaves relève le Groupe de Reconnaissance de la Division (GRD 87). L'artillerie s'installe à l'arrière ; les 75 du 87e RA en "appui direct" des 3 régiments d'infanterie, les 155 C du 287e RAL en soutien, plus un groupe de 155 GPF aux lisières de la Forêt de Laigle.
Quierzy n'est pas mentionné dans les archives de la 87e DIA, mais le dépôt d'obus de 155 dans un bois à proximité du village, dont nous reparlerons plus tard, correspondrait au 287e RAL (Régiment d'Artillerie Lourde).
Manicamp, sous-secteur du 18e RTA, est organisé défensivement. Dans la rue principale, une arme collective (canon d'infanterie ou fusil-mitrailleur) est installée dans une maison, dont un mur est en partie démonté pour permettre le tir en direction de l'Oise et du canal. Un élément du socle sera retrouvée par le propriétaire des lieux à son retour d'exode.
Il n'y a pas de trace à Quierzy, plus en arrière du front, de l'organisation de telles défenses. La défense de l'Oise depuis la rive sud, alors que la poussée allemande orientées plein sud en direction de l'Aisne et Soissons, présente le risque pour les défenseurs de se retouver coincés le long de la rivière et son canal.
"Qu'ils viennent ... ils seront reçus !". En 14 et en 18, l'armée française s'est rétablie sur la Marne, cette fois ce sera sur l'Ailette. Le ravitaillement, amélioré du vin trouvé sur place, est abondant. Malgré les plaintes des bêtes mourant de faim et de soif se mêlent aux échos des combats qui se rapprochent, le moral est bon.
Le PC de la Division s'installe à Morsain le 20 puis à Vassens le lendemain tandis que le secteur de division s'étend vers l'Oise.
Face à la 87e, les chasseurs de montagne de la 1.Geb.Div. (désormais rattachée au XXXXIV ArmeeKorps, 6.Armee, Heeresgruppe B) arrivent également sur l'Ailette le 19 et sont en défense le long de la rivière avec en avant des positions entre Marizelle et Landricourt (Coucy-le-Ch.) protégeant ainsi l'avance des panzers vers Amiens.
Premier contact avec l'ennemi le 21 à l'aube, le Groupe de Reconnaissance de la Division (GRD 87) qui passe le canal pour aller faire sauter un dépôt d'essence vers Barisis dans la Forêt de Coucy se heurte à une forte colonne motorisée vers Coucy-le-Château. Tout au long de la journée, l'ennemi tente de franchir les ponts, il est systématiquement repoussé, chars y compris. Malgré les bombardements d'artillerie et le manque de matériel de destruction, nos pionniers commencent à faire sauter les ponts.
Jeudi 23 Mai 1940
S P 14954
"ça va pas plus mal, nous sommes toujours dans notre souterrain, mais il faut prendre patience en espérant que nos miséres s'arrêteront vite. Il fait toujours trés beau et on casse toujours bien la croûte arrosée de bonnes bouteilles trouvées dans les maisons éventrées,on se demande comment elles ont pu résister aux bombes? Tu ne peux pas te rendre compte du nombre d'animaux qui trainent, vaches, cochons, chevaux, moutons tout ce que ces pauvres gens ont abandonné et qui vont servir en partie à faire des bouillons. Ils auront eux aussi servi la France en améliorant l'ordinaire des soldats à la guerre. Certains vieux avaient déja connu l'exode et la destruction de leurs biens en 14, c'est la guerre mais c'est bien triste" Récits d'époque

Le 22 et les jours suivants, les allemands surpris par cette résistance inattendue limitent leurs tentatives d'infiltration. L'artillerie est en place, ainsi que les communications téléphones et radio. La destruction des ponts se poursuit. Les accrochages et duels d'artillerie sont quotidiens.
Le front s'organise. A la fin mai, la 87e Division repasse à la 7e Armée. Son secteur est étendu à gauche jusqu'à l'Oise exclue (au delà, la 23e DI reprend le secteur de la 29e) et ramené à droite au pont de la Vallée inclus (au delà, c'est la 7e DI rattachée à la 6e Armée). Le secteur de la 87e DIA est divisé en 3 sous-secteurs ;
- Ouest ; 18e RTA (principaux points d'appui ; Bois de M..., Bois de F..., Manicamp, St-Paul-aux-Bois, Besmé, Blérancourt),
- Centre ; 9 Z (Bois de la T..., Guny, Trosly-Loire, Selens),
- Est ; une partie du 17e RTA (Pont-St-Mard, Point du Jour, Ferme de Bonnemaison, Epagny).
Les 12 ponts ou passerelles du secteur ont été détruits. On se bat à la grenade d'une rive à l'autre. La menace monte, les préparatifs allemands s'accélèrent ; dans la nuit du 3 au 4 le 105.Inf.Rgt. 72.Inf.Div. relève les chasseurs de montagne. Le 4, l'agitation est importante du côté allemand. Après le rembarquement le 4 juin à Dunkerque du Corps Expéditionnaire Britannique et des armées françaises encerclées au nord, les unités françaises, jetées dans la bataille au gré des événements, défendent désormais seules et sans moyens modernes la liberté du monde. Elles ont pour consigne de résister sur place jusqu'à l'arrivée des armées rescapées du Nord qui débarquent à Cherbourg ... Mercredi 5 juin, 2e acte de la bataille, les allemands (6.Armee, Heeresgruppe B) attaquent en force. Après une intense préparation d'artillerie sur tout le front à l'aube, qui s'étend en profondeur entre Quierzy et Juvigny, ils franchissent le canal à la faveur d'un épais brouillard sur des barques pneumatiques ou à la nage. Les vagues successives sont accueillies à coups de fusils et de grenades, qui coulent les embarcations et font de nombreux morts qui flottent sur canal. Les combats se poursuivent au corps à corps sur les berges.
La plupart des points d'appui, mêmes encerclés, tiennent mais l'ennemi les contourne et progresse entre Pont-St-Mard et Crécy-au-Mont et par le pont de Bichancourt insuffisamment détruit. Devant Guny, le 105.IR allemands décimé par nos armes automatiques doit engager ses réserves.
A la mi-journée, les allemands débordent Manicamp malgré la résistance sur place des unités ; la IIe Compagnie du 18e RTA qui assure la liaison au pont de l'Oise avec la 23e DI ne se repliera que le 7 avec cette dernière. Mais les infiltrations ennemies sont nombreuses, St-Paul-aux-Bois est investi, Trosly-Loire est menacé. Sans doute l'ennemi cherche-t-il, selon une méthode qui lui chère durant cette campagne, à attaquer par l'arrière, en capturant les états-majors pour désorienter les unités privés de chefs ... Des renforts sont nécessaires. Une section de chars du 56e BCC - 3 FT17 de la Grande Guerre - arrive en début d'après-midi ! Une contre-attaque des Tirailleurs du 17e permet de dégager le PC du 9 Z à Selens.
On trouve à Quierzy des traces de ces combats ; des douilles de 7,5 mm 1929 correspondant à l'armement individuel des Tirailleurs.
Au soir, les allemands s'emparent de Besmé ferme par ferme mais les points d'appui sur le canal et dans Trosly-Loire tiennent, les pertes infligées à l'ennemi sont importantes et plus de cent prisonniers ont été faits (principalement des hommes du 124.Gr.Inf.Rgt. de la 72.Inf.Div. (XXXXIV AK, 6. Armee, Heeresgruppe B ).
Le 6 juin, les allemands poursuivent leur action. A l'ouest, ils poussent en direction de Blérancourt. Le 18e RTA contre-attaque de la Rue de Noyon en direction de la Ferme Favette pour dégager la dernière batterie de 75 intacte du 87e RA qui appuie le régiment. Renforcé par la compagnie de réserve du 17e RTA et appuyé par une section de 2 FT (le 3e est en panne) les Tirailleurs repoussent l'ennemi et capturent 16 allemands dont un officier. Au soir, les allemands attaquent très violemment Camelin et le Fresne.
Au centre, l'attaque allemande en direction de Trosly-Loire est pareillement stoppée ; 152 prisonniers dont 2 officiers et un important matériel sont pris. A l'est, une grande partie de l'armement est perdu du fait des violents pilonnages d'artillerie, la liaison est perdue avec le 93e RI, les Tirailleurs se replient vers Epagny et le GRD multiplie les reconnaissances pour rechercher la liaison avec le 93e RI.
Vers 21 h tombe l'ordre de décrocher. On croit tout d'abord à une mystification de la 5e colonne. Mais les importantes incursions ennemies alentours rendent une contre attaque impossible ; le 485.I-R (263.Infanterie-Division, V ArmeeKorps) a passé le Canal de l'Oise à l'Aisne à Bichancourt et longe par surprise le Canal Latéral à l'Oise jusqu'à Noyon, entre la 23e DI tenant la rive droite de l'Oise et Noyon et la 87e DIA tandis que les 463 et 483. Infanterie-Regiment (263.I-D également) franchissent le Canal de St-Quentin devant Vouël.
L'ordre est transmis par les agents de liaison qui parviennent à se glisser jusqu'aux points d'appui encerclés. Malgré la fatigue de deux jours et deux nuits de combats et la faim (il n'y a plus de ravitaillement depuis le 4 juin), le repli s'effectue en ordre à la faveur de la nuit en direction des ponts sur l'Aisne de Rethondes, Berneuil, Attichy et Vic tenus par la 11e DI. Le 7 vers 13 heures la rivière a été franchie par tous les éléments qu'il a été possible de décrocher, les ponts sautent. Les allemands attaquent déjà. La déception est grande de ne trouver là ni défense organisée ni renforts regroupés pendant les 20 jours de combats sur l'Ailette.
Des journées décisives
On sait aujourd'hui que pour Weygand l'ordre donné le 5 juin à ses unités de lutter "sur place sans esprit de recul" signifiait que la guerre devait s'arrêter là, pour négocier avec Hitler tant que la France a une armée. Weygand refusait alors toute idée de repli vers la Bretagne ou l’Afrique du Nord et rien n’est donc fait en ce sens.
Mais l'armée française oppose, au délà de tout espoir, à l'attaque allemande du 5 juin, une résistance remarquable - et remarquée - sur la Ligne Weygand, contrastant avec ce qui s’est passé en mai.
Cette nouvelle donne ne modifie pas le cours de la bataille mais Weygand finit par céder sans conviction le 6 et autorise la retraite. Son plan d’armistice est mort et lorsque l’Armée Française se battra jusqu’au bout.
Après le rembarquement réussi de Dunkerque, ce sursaut français aidera également Churchill à convaincre les britanniques que l’on peut se battre contre Hitler et continuer la guerre.
Il trace aussi la voie dans laquelle s’engagera de Gaulle, devenu le 6 juin Secrétaire d’Etat à la Guerre du gouvernement Reynaud.
Le prix payé par les allemands sur l'Ailette est élevé ; de leur propre aveu pour ces deux jours ; 1.800 morts et 4.500 blessés (outre plus de 200 prisonniers). La seule 1.Geb.Division du XXXXIV ArmeeKorps, qui a traversé le canal plus à l'est ce jour-là perd 500 hommes. Les Zouaves perdent de leur côté 16 officiers et 620 hommes (tués, blessés ou disparus). les pertes des Tirailleurs, égalements lourdes, attestent qu'ici comme ailleurs l'armée française s'est battu courageusement.
Sur l'autre rive de l'Oise, le V ArmeeKorps allemand qui attaque depuis La Fère est tenu un temps en échec devant Noyon par de puissantes contre-attaques françaises mais à l'aube du 7 juin, les 62. et 94.I-D venant du Nord et la 263.I-D du sud-est resserrent l'étau sur Noyon où les combats de rues opposent les fantassins allemands aux fantassins français jusqu'en début d'après-midi. La plupart des unités françaises parviennent à s'échapper. Au soir, la 263.I-D occupe Noyon. La chaleur est étouffante. Les morts sont enterrés à la hâte.
Les combats se poursuivent au sud de l'Aisne. La 87e DIA se bat au nord de la Forêt de Retz ; Ferme de Pouy les 8 et 9 juin, Taillefontaine le 10 ...
Lundi 10 juin, la bataille défensive sur la Somme et l'Aisne est perdue. Le repli général se fait sur Soissons et Oulchy. Les Allemands atteignent Château-Thierry. Le front sur la Marne est défendu héroïquement. Le 11 juin, la rivière est franchie à Brasles et à Chartèves. Les allemands progressent dans toutes les directions.
Le Gouvernement quitte Paris. Le 12, les allemands sont à Évreux, le 14 à Paris et au Mans, le 15 à Tours et sur la Loire. Lundi 17, le Maréchal Pétain annonce à la radio "qu'il faut cesser le combat". Le 18, le Général de Gaulle lance son appel : "rien n'est perdu pour la France". Du 19 au 21, 2 000 Cadets de Saumur (élèves officiers, instructeurs, bataillon de marche des élèves officiers et d'infanterie de St-Maixent) résistent derrière la Loire sur un front de plus de 30 km de Gennes à Montsoreau. Mais un armistice est signé le 22 juin à Rethondes. Il est rapidement violé.
A la tête de la 87e DIA, le Gal Martin saura diriger une retraite en bon ordre jusqu'en Charente et en Hte-Vienne (à St-Junien notamment ...), sans jamais rompre le combat, malgré la masse de civils qui fuit, l'armée qui se défait sous les coups des stukas, maîtres du ciel désespérément bleu de juin 1940. La division, qui défile dans Châteauroux le 14 juillet, reçoit les félicitations de Weygand avant de rembarquer à Marseille pour l'Algérie début août ; ses hommes prendront part dès 1942 à la libération de l'Empire puis de la Métropole.
Les allemands n'oublieront pas non plus la défense héroïque du 9e Zouaves sur l'Ailette ; l'armistice signé, ils tiendront à rencontrer son chef sur la ligne de démarcation pour le féliciter ! :roll:


 

Voir le Blog de toujoursmavize : cliquez ici


Re: à propos du 9ème zouave

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Bruno Roy-Henry  Nouveau message 04 Jan 2010, 09:18

X a écrit:On sait aujourd'hui que pour Weygand l'ordre donné le 5 juin à ses unités de lutter "sur place sans esprit de recul" signifiait que la guerre devait s'arrêter là, pour négocier avec Hitler tant que la France a une armée. Weygand refusait alors toute idée de repli vers la Bretagne ou l’Afrique du Nord et rien n’est donc fait en ce sens.
Mais l'armée française oppose, au délà de tout espoir, à l'attaque allemande du 5 juin, une résistance remarquable - et remarquée - sur la Ligne Weygand, contrastant avec ce qui s’est passé en mai.
Cette nouvelle donne ne modifie pas le cours de la bataille mais Weygand finit par céder sans conviction le 6 et autorise la retraite. Son plan d’armistice est mort et lorsque l’Armée Française se battra jusqu’au bout.
Après le rembarquement réussi de Dunkerque, ce sursaut français aidera également Churchill à convaincre les britanniques que l’on peut se battre contre Hitler et continuer la guerre.
Il trace aussi la voie dans laquelle s’engagera de Gaulle, devenu le 6 juin Secrétaire d’Etat à la Guerre du gouvernement Reynaud.


Très intéressante étude sur la 87ème DI et le 9ème zouave.

Par contre, je suis surpris de retrouver cette légende d'un Weygand souhaitant avant tout l'armistice et imposant donc une bataille sans esprit de recul pour mieux aboutir à ses fins. Le sursaut de notre infanterie aurait alors torpillé son plan d'armistice.

Je sais que Daniel a théorisé là-dessus, mais cette fois, je n'ai pas été convaincu. Je ne crois pas à un Weygand capitulard au point de brader l'armée. Je préfère la thèse d'un Weygand mauvais stratège. Il laisse en effet 8 belles divisions dans l'Est qui ne serviront à rien et se prive ainsi de tout espoir de succès sur la Somme.

Ou alors, il y a bel et bien une complicité Reynaud/Weygand pour la recherche d'un armistice, mais alors, Churchill dissocie ce bel attelage, contraignant Weygand au combat. Ses subordonnés (Besson), s'étant aperçus du danger de son plan, ils obtiennent d'appliquer de préférence une défense en profondeur, ce qui -sans changer effectivement le cours de la bataille- va la prolonger jusqu'au 12 juin.

Mais, si on regarde de près les combats, on s'aperçoit que les DI destinées à cette défense en profondeur sont en réalité celles qui devaient contre-attaquer pour rétablir l'intégrité des lignes de défense (40ème Di, 27ème Di, 17ème Dil), dans l'esprit de Weygand. Ces effectifs, insuffisants pour s'établir sur une ligne de défense intermédiaire (solution Besson), seront emportés dans la retraite qui tournera à la débâcle, empêchant tout espoir sérieux de rétablissement sur la Seine.

Est-ce que Weygand pouvait vouloir précipiter l'invasion pour imposer un armistice ? Français Delpla semble le croire. Mais nous n'avons pas d'éléments suffisants pour l'accréditer, de mon point de vue.


 

Voir le Blog de Bruno Roy-Henry : cliquez ici


Re: à propos du 9ème zouave

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Alain ATF40  Nouveau message 05 Fév 2010, 19:48

Bruno , vous trouverez un certain nombre d'éléments de réponse sur les questions que vous vous posez "rappelé au service" de Weygand .
Et pour rappel , les premiers actes de Weygand ne sont que de reprendre les "suggestions" de Gamelin ( faites a Georges , entre autres ) et en faire acte , quand cela reste possible .
Il n'a donc pas inventé la poudre , et sait très bien que la chute de la France est proche , surtout lors du lancement de Fall Rot .

Alain


 

Voir le Blog de Alain ATF40 : cliquez ici


Re: à propos du 9ème zouave

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 06 Fév 2010, 09:06

Alain ATF40 a écrit:sait très bien que la chute de la France est proche , surtout lors du lancement de Fall Rot

Et il en a tire des conclusions qui peuvent paraitre un peu douteuses aujourd'hui mais qui, remises dans le contexte de l'epoque, ne l'etaient pas : Il convient d'arreter les frais le plus vite possible pour sauver ce qui peut encore l'etre.
Il y a erreur (sous-estimation de ce qu'Hitler veut reellement faire) mais pas trahison ou autres noms d'oiseaux.


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Re: à propos du 9ème zouave

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de jpdlz  Nouveau message 27 Juil 2010, 13:40

toujoursmavize a écrit:
Le PC de la Division s'installe à Morsain le 20 puis à Vassens le lendemain tandis que le secteur de division s'étend vers l'Oise.
(.............)
Jeudi 23 Mai 1940
S P 14954
"ça va pas plus mal, nous sommes toujours dans notre souterrain, mais il faut prendre patience en espérant que nos miséres s'arrêteront vite. Il fait toujours trés beau et on casse toujours bien la croûte arrosée de bonnes bouteilles trouvées dans les maisons éventrées,on se demande comment elles ont pu résister aux bombes? Tu ne peux pas te rendre compte du nombre d'animaux qui trainent, vaches, cochons, chevaux, moutons tout ce que ces pauvres gens ont abandonné et qui vont servir en partie à faire des bouillons. Ils auront eux aussi servi la France en améliorant l'ordinaire des soldats à la guerre. Certains vieux avaient déja connu l'exode et la destruction de leurs biens en 14, c'est la guerre mais c'est bien triste" Récits d'époque



Bonjour Messieurs,
Dans le long et intéressant message cité en référence, j'apprends que Vassens a été utilisé comme PC des zouaves le 20 mai 40. Ensuite, vous citez un récit d'époque où le narrateur parle de son souterrain où il demeure encore le 23 mai.
Or à Vassens il y a une importante carrière souterraine abondamment utilisée par les Allemands lors de la 1re GM, carrière que je suis en train d'étudier.
Dès que je fais une commande au SHD, j'inclus le carton sur le 9e zouaves, mais d'ores et déjà sauriez-vous à quel souterrain le narrateur faisait allusion ? Mes amis et moi avons réussi à expliquer quasiment tous les graffiti de la carrière sauf un, qui me semble montrer des soldats français d'aspect 2e GM ! Ce séjour pourrait peut-être l'éclairer. Avec mes remerciements si vous consentez à me donner quelques explications sur ce texte fort intéressant.
Bonne journée,
JPD


 

Voir le Blog de jpdlz : cliquez ici


Re: à propos du 9ème zouave

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de toujoursmavize  Nouveau message 22 Aoû 2010, 17:03

Bonjour,
Voici un extrait du livre du Colonel TASSE qui pourra certainement vous éclairez sur le dispositif du 9ème zouave à compté du 19 mai et donc encore valable le 23! Il est aussi question d'abris où le 9ème de 14/18 était passés et où celui de 1940 a rajouter une autre inscription, ces gourbis se trouvaient en lisière Est d'Epagny, dans un chemin creux donnant accès aux champs cultivés.
une question, je tiens aussi à aller à Vincennes, auriez-vous les côtes du 9ème zouaves, SVP?
bonne recherche :mrgreen:
Fichiers joints
dispositif à partir du 1905.pdf
(8.32 Kio) Téléchargé 32 fois


 

Voir le Blog de toujoursmavize : cliquez ici


Re: à propos du 9ème zouave

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Vincent Dupont  Nouveau message 22 Aoû 2010, 17:23

Bonjour,

Alors pour le 9e zouaves en 1940 c'est la côte suivante : 34 N 249
Ce carton comprend un partie des archives du 8e Zouaves et celles du 9e zouaves dont voici le détail :

6. Historique du régiment .................................................................................................... 1920 - 1934
7. J.M.O. du 1er bataillon .................................................................................................... 12 mars - 20 septembre 1926
19 mai - 4 juin 1926
J.M.O. du 2ème bataillon ................................................................................................. 7 août - 20 décembre 1925
8. Historique sommaire ........................................................................................................ 4 septembre 1939 - 25 juin 1940
9. Historique du 2ème bataillon ............................................................................................. septembre 1939 - juin 1940
avec état des pertes pendant la campagne
10. Procès verbal de dissolution ............................................................................................ 16 juillet 1940
11. Rapports d’officiers, récits de faits d’armes et propositions de citations .................................... septembre 1939 - juin 1940
12. Ordres de bataille (15 septembre - 13 novembre 1939) ; listes nominatives ............................... septembre 1939 - juin 1940
13. Mouvements ................................................................................................................. 1939 mai 1940


Cordialement ;-)
Vincent

Image
"L'ignorance du passé ne se borne pas à nuire à la connaissance du présent ; elle compromet, dans le présent, l'action même."
Marc Bloch
Fusillé par l'occupant le 16 juin 1944

Redac' Chef Histomag 3945
Redac' Chef Histomag 3945

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3223
Inscription: 20 Fév 2008, 22:44
Localisation: Saint-Quentin
Région: Entre Picardie et Champagne
Pays: France

Voir le Blog de Vincent Dupont : cliquez ici


Re: à propos du 9ème zouave

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de jpdlz  Nouveau message 22 Aoû 2010, 18:18

Bonsoir à vous deux ! (et aux autres aussi, bien sûr...),

Je vous remercie de ces réponses. Je connaissais les cotes 32N 348 et 349, que je vous engage à consulter si vous voulez, et qui concernent la 87e DIA. Entre autres, vous y verrez un calque décrivant les positions et les PC jusqu'au 30 mai, puis en juin de jour en jour. Vassens et Selens y sont citées. Selens recèle une très petite carrière, quant à la commune de Vassens, elle est mentionnée uniquement pour héberger le PC dans le château (ce doit être au Mesnil).

Les localisations dans le livre du cl Tasse, donc 2e quinzaine de mai, dont je vous remercie de la transmission, sont en fait bien plus au nord du coin qui m'intéresse (Vassens). Vassens n'a été occupée par les militaires français que plus tard, ceux-ci reculant au fur et à mesure de l'avance ennemie, et en l'occurrence très transitoirement, aussi j'ai bien peur que nos zouaves aient eu autre chose à faire qu'à visiter les souterrains, n'ayant eu alors nulle raison de se retrancher dans une telle position comme en 14-18. Donc je crains de ne pas encore savoir qui sont les soldats représentés sur un pilier de la carrière...
Quoi qu'il en soit, je vais demander au SHD la cote que vous me préconisez, et si M. Toujoursmavize veut compléter sa doc, je l'engage à prendre aussi les cotes 32N 348 & 349.

Je vous souhaite une bonne soirée,

JPD


 

Voir le Blog de jpdlz : cliquez ici


Re: à propos du 9ème zouave

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de toujoursmavize  Nouveau message 23 Aoû 2010, 13:56

merci à Vincent et à JPD
à bientôt...


 

Voir le Blog de toujoursmavize : cliquez ici



Retourner vers LES GRANDES UNITES COMBATTANTES DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Attentat à Strasbourg 
il y a 9 minutes
par: frontovik 14 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
il y a 39 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Coutances, film de GeorgeStevens 
Aujourd’hui, 22:16
par: Powerhouse 
    dans:  Le massacre d'Oradour sur Glane 
Aujourd’hui, 22:11
par: dynamo 
    dans:  Les éclaireurs de la Shoah.La Waffen-SS,le Kommandostab Reichsfuhrer-SS et l'extermination des Juifs 
Aujourd’hui, 20:36
par: carcajou 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Aujourd’hui, 20:28
par: kfranc01 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Aujourd’hui, 19:56
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  7 décembre; il y a 77 ans Pearl Harbour 
Aujourd’hui, 17:40
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  1e DB Polonaise 
Aujourd’hui, 15:42
par: Hussard ailé 
    dans:  Le nazisme : questions de méthode 
Aujourd’hui, 14:54
par: Dog Red 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Scroll