Connexion  •  M’enregistrer

unités

Dans cette rubrique vous trouverez tout ce qui concerne les grandes unités combattantes de la seconde guerre mondiale, tant du côté allié que de celui des forces de l'axe. Divisions d'infanterie, de paras, de blindés, de la légion, des waffen SS,etc..c'est ici qu'on en parle!
MODÉRATEUR: Vincent Dupont

Nouveau message Post Numéro: 51  Nouveau message de Tom  Nouveau message 04 Oct 2007, 18:51

Oui, en fait, les paroles exactes doivent être quelque chose comme : C'est nous les descendants des régiments d'Afrique, des chasseurs, des spahis, des goumiers... Exit les tabors ! ;)

Dans la 3e division blindée du 2e corps d'armée des Forces françaises en Allemagne où j'ai effectué mon service en 1978 et qui maintenait les traditions de la 2e D.B. pas encore reconstituée, nous chantions : Division Leclerc, division de fer... :D

N.B. Il vaut mieux y avoir passé un an il y a trois décennies que le contraire ! En tout cas, quand tu sortais, j'entrais ("dix/soixante-dix-huit") !

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 956
Inscription: 17 Oct 2006, 18:39

Voir le Blog de Tom : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 52  Nouveau message de CapDan  Nouveau message 04 Oct 2007, 19:05

Normal, le 12ème Cuir était l'un des 3 régiments de la 2éme DB en 44-45.


Au 4ème RIMa en 1974 ils nous faisaient chanter : "c'est nous les descendants des régiments d'Afrique, les spahis, les marsouins, les goumiers..." pour maintenir l'esprit colo. En fait l'Infanterie de Marine descend de l'Infanterie Coloniale qui descend elle mêm de l'Infanterie de Marine Royale. Les régiments d'Afrique sont théoriquement ceux qui avaient été créés ou affectés à la campagne d'Algérie de Napoléon III et ensuite au 19ème corps stationné en Afrique du Nord.

Quand tu écris "Exit les tabors" c'est une erreur. Un Tabor est une unité composée de plusieurs Goums.
Tabor : bataillon
Goum : compagnie

C'était avant tout des unités d'infanterie qui possèdaient une dotation en armes lourdes moins importante et des colonnes de brêles pour porter le matos sur les terrains difficiles.

brêles : ânes
Dernière édition par CapDan le 04 Oct 2007, 20:08, édité 1 fois.


 

Voir le Blog de CapDan : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 53  Nouveau message de Pacificelectric  Nouveau message 04 Oct 2007, 19:49

Tom a écrit: En tout cas, quand tu sortais, j'entrais ("dix/soixante-dix-huit") !


Eeeuh..... pas exactement, mon cher Tom: j'ai été libéré le dix octobre 1978: dans sa générosité la Grande Muette m'a accordé une rallonge de dix jours que je n'ai osé refuser!!! :twisted:


 

Voir le Blog de Pacificelectric : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 54  Nouveau message de Loïc  Nouveau message 05 Oct 2007, 18:01

Exact un Tabor reunit 3 ou 4 Goums (Compagnies de Goumiers)
ne faites pas comme Jacques Chirac qui a evoqué les "Tabors et les Goumiers" demontrant une absence de maitrise du vocabulaire sur ce point, le comble pour un ancien lieutenant de Chasseurs d'Afrique de la Guerre d'Algérie


 

Voir le Blog de Loïc : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 55  Nouveau message de Tom  Nouveau message 05 Oct 2007, 19:22

CapDan écrit :

Quand tu écris "Exit les tabors" c'est une erreur. Un Tabor est une unité composée de plusieurs Goums.
Tabor : bataillon
Goum : compagnie


Autant pour moi, CapDan. J'aurais dû m'en souvenir, car, si je ne connais pas très bien les troupes coloniales, j'ai été, dans mon adolescence, vraiment fasciné, entre autres, par la guerre d'Indochine (les "centurions", Bigeard et son 6e B.P.C. de paras coloniaux, les légionnaires, les groupements mobiles, etc., etc.) à laquelle les tabors ont participé (un certain lieutenant-colonel MacCarthy commandait même le 6e tabor en 1952-54 !)...

Pacificelectric écrit :

Eeeuh..... pas exactement, mon cher Tom: j'ai été libéré le dix octobre 1978: dans sa générosité la Grande Muette m'a accordé une rallonge de dix jours que je n'ai osé refuser!!!


En fait, si je me souviens bien, en raison d'un changement d'affectation de dernière minute, je suis arrivé, quelques jours après le début d'octobre 1978, en retard et TOUT SEUL au quartier Turenne à Müllheim (Forêt-Noire ou Schwarzwald) où stationnait le 12e régiment de cuirassiers avec le 54e (?) régiment d'artillerie de la 3e division blindée du 2e corps d'armée des Forces françaises en Allemagne (F.F.A.).

Puisque nous parlons des unités, je me souviens que les divisions blindées françaises de l'époque (1978) étaient relativement légères (environ 7000 hommes et 150 chars de bataille). En effet, la 3e D.B., par exemple, fer de lance de l'armée en Allemagne, ne comprenait qu'un escadron d'éclairage (puisque les trois régiments de reconnaissance normalement affectés aux trois divisions du 2e corps étaient regroupés au sein des éléments organiques de corps d'armée : EOCA, assez importants, il faut le dire) et :

- deux régiments de chars de bataille (dont le 12e cuir), chacun à quatre escadrons de chars (une cinquantaine d'AMX-30 submersibles dotés du canon de 105 mm et du canon-mitrailleur de 20 mm), un escadron d'accompagnement (une vingtaine d'AMX-10 amphibies dotés du canon-mitrailleur de 20 mm, transportant chacun un groupe de combat, pour protéger les chars lors des franchissements de coupures et dans les zones "denses" : zones forestières et urbaines) et un escadron de commandement et des services (votre serviteur, en tant que journaliste, était affecté à ce dernier, mais, comme son poste n'était pas prévu en temps de guerre, il participait, en qualité de chef d'équipe-choc, à l'entraînement et aux manoeuvres du peloton d'AMX-10 de renfort du 5e escadron) ;

- deux régiments d'infanterie mécanisée qui comprenaient aussi, en sus de leurs compagnies d'AMX-10, une vingtaine de chars AMX-30 chacun et des mortiers de 120 mm ;

- un régiment d'artillerie blindée encore doté d'obusiers automoteurs (en casemate sur chassis AMX-13) de 105 mm (les "automouvants", en simple affût sur châssis AMX-13, de 155 mm étant au niveau des EOCA) ;

- un régiment du génie blindé (doté notamment de matériel de franchissement des coupures aquatiques) ;

- un régiment de commandement et de soutien logistique.

N.B. - Défense antichar (outre les chars !) : LRAC (portée 300-500 m) de l'infanterie au sein des régiments blindés, LRAC et missiles MILAN (portée 2000 m) de l'infanterie au sein des régiments mécanisés + un escadron divisionnaire de VAB-HOT (portée 4000 m) ;

- Défense antiaérienne : canons-mitrailleurs de 20 mm des AMX-30 et AMX-10 (+ bitubes de 30 mm des EOCA).

Autre époque où les officiers des D.B. me semblaient obnubilés par deux choses : le franchissement des coupures et la guerre N.B.C. ! ;)
Dernière édition par Tom le 06 Oct 2007, 09:32, édité 3 fois.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 956
Inscription: 17 Oct 2006, 18:39

Voir le Blog de Tom : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 56  Nouveau message de Pacificelectric  Nouveau message 05 Oct 2007, 20:16

Tom a écrit:
- deux régiments d'infanterie mécanisée qui comprenaient aussi, en sus de leurs compagnies VAB



Des VAB en 1978??? Je crois, mon cher Tom, que tu as abusé de la liqueur de gentiane! Moi, au Premier Groupe de Chasseurs Mécanisés (attaché à la 10ème DB de Châlons sur Marne) je n'avais que des AMX 13 antédiluviens et des AMX 10 relativement récents mais à l'époque le VAB tel qu'on le connaît aujourd'hui n'existait pas. Nous avions même d'authentiques Jeep!!!


 

Voir le Blog de Pacificelectric : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 57  Nouveau message de Tom  Nouveau message 05 Oct 2007, 20:59

Je reconnais que je me suis trompé pour les régiments mécanisés qui n'étaient pas principalement dotés de VAB, mais d'AMX-10 P, engins blindés, chenillés et amphibies de 14 tonnes (même vitesse et même autonomie que l'AMX-30 : 65 km/h et 600 km), armés d'un canon-mitrailleur de 20 mm et d'une mitrailleuse 7,62 mm en "tourelleau", transportant un groupe de combat avec LRAC ou MILAN, seuls aptes à vraiment accompagner les AMX-30 en tout-terrain et à les protéger lors des franchissements de coupures (canon de 20 contre une attaque d'infanterie mécanisée, LRAC ou MILAN contre une attaque de chars).

Cependant, je crois bien me souvenir qu'il y avait déjà quelques VAB, notamment des VAB-HOT au niveau de la division, mais je peux me tromper.

En tout cas au 12e cuir, il est vrai qu'il n'y en avait pas et, en sus des AMX-30 A et des AMX-10 P, nous avions effectivement encore des jeeps et quelques AMX-13 pour le soutien de premier échelon, mais nous disposions de camions Berliet et de camionnettes tactiques Mercedes fournies par l'Allemagne !

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 956
Inscription: 17 Oct 2006, 18:39

Voir le Blog de Tom : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 58  Nouveau message de CapDan  Nouveau message 05 Oct 2007, 21:35

Tom a écrit:...
divisions blindées françaises de l'époque (1978)[/b] étaient relativement légères (environ 7000 hommes et 150 chars de bataille). En effet, la 3e D.B., par exemple, fer de lance de l'armée en Allemagne, ne comprenait qu'un escadron d'éclairage (puisque les trois régiments de reconnaissance normalement affectés aux trois divisions du 2e corps étaient regroupés au sein des éléments organiques de corps d'armée : EOCA, assez importants, il faut le dire) et :...


Depuis la Division type 67, le DB française ne comporte plus de régiment de reo mais seulement 1 Escadron d'eclairage par Brigade. Les régiments de reco sont regroupés au niveau des EOCA
.
La réorganisation de 77 fait disparaître les 3 Brigades par division et elle adopte le format que tu indiques. Pour beaucoup à ce moment ce n'est plus une division mais une "super brigade" de ce fait il n'existe plus qu'un Escadron d'Eclairage Divisionnaire.

Tom a écrit:...
N.B. - Défense antichar (outre les chars !) : LRAC (portée 300-500 m) de l'infanterie au sein des régiments blindés, LRAC et missiles MILAN (portée 2000 m) de l'infanterie au sein des régiments mécanisés + un escadron divisionnaire de VAB-HOT (portée 4000 m) ;
...


Ils étaient optimistes vos instructeurs. Les LRAC F1 de 89mm avaient plutôt une portée de 100 à 300m contre les blindés de même pour les Apilas de 115mm.


 

Voir le Blog de CapDan : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 59  Nouveau message de Tom  Nouveau message 05 Oct 2007, 21:46

Voici les renseignements que je viens de trouver sur des sites militaires (ma mémoire était assez bonne !) :

VAB : Il y a quelques années, l'armée française entreprit d'équiper ses unités d'infanterie de véhicules blindés de transport de troupes à chenilles et à roues, les premiers utilisés étant les AMX-10P, construits par l'ARE. Pour répondre à la demande en véhicules à roues nommés VAB ("véhicule de l'avant blindé"), des prototypes furent réalisés par les firmes Panhard et Saviem/Renault, en configuration 4 x 4 et 6 x 6. En mai 1974, le modèle Renault fut sélectionné et, en 1976, l'armée française reçut livraison des premiers exemplaires.

AMX-10 P (pour "personnel"), entré en service en 1973 :

Véhicule de combat de l'infanterie, blindé, chenillé, amphibie, protégé contre les armes à moyen calibre et pouvant combattre en ambiance contaminée N.B.C.

CARACTERISTIQUES :
Masse : 14,2 t
Longueur : 5,98 m
Largeur : 2,83 m
Hauteur : 2,80 m

PERFORMANCES :
Vitesse : 65 km/h
Autonomie : > 600 km
Franchissement obstacle vertical : 0,80 m
Capacité amphibie
Déplacement de nuit grâce à épiscope I.L. pilote
Tir de nuit possible si VHL équipé de la lunette mixte OB40
Carburant : 530 litres de G.O.
Transport : voie ferrée

EQUIPAGE :
1 chef d'engin
1 pilote
1 tireur canon/mitrailleuse
1 groupe de combat de 8 hommes

ARMEMENT :
1 canon-mitrailleur de 20 mm
1 mitrailleuse auxiliaire de 7,62 mm jumelée au canon

MUNITIONS :
800 obus de 20 mm dont 350 prêts au tir
2000 coups de 7,62 mm dont 300 prêts au tir

TRANSMISSIONS :
1 radio TRVP 13
1 circuit interphone
Dernière édition par Tom le 06 Oct 2007, 09:39, édité 3 fois.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 956
Inscription: 17 Oct 2006, 18:39

Voir le Blog de Tom : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 60  Nouveau message de Tom  Nouveau message 05 Oct 2007, 21:54

CapDan écrit :

Ils étaient optimistes vos instructeurs. Les LRAC F1 de 89mm avaient plutôt une portée de 100 à 300m contre les blindés de même pour les Apilas de 115mm.


Si j'ai tiré de vraies grenades antichars avec le FSA 49/56 contre des carcasses de blindés, je n'ai tiré qu'à blanc avec le LRAC de 89 mm. Il me semble me souvenir qu'on nous avait parlé d'une portée maxi de 500 m sur un objectif fixe et de 300 m sur un objectif mobile - que je viens, à l'instant, de voir confirmée sur le site suivant : http://www.ofrp.net/doc/fichiers/lrac/lrac.htm :

LRAC de 89 mm
Type : Lance-Roquettes
Fonction : Anti-Char
Nom : LRAC 89 mm
Origine : France
CONSTRUCTEUR : LUCHAIRE
Caractéristiques :
- Poids : 5 kg
- Vie du tube : 100 coups
- Roquette : AC 89 F1 ou APAV 89 F1
- Portée : 500 m (300 sur cible mobile)
- Dimensions : long. 1,60 m ; diamètre : 89 mm
- Cadence de tir : 3 à 4 cps/mn

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 956
Inscription: 17 Oct 2006, 18:39

Voir le Blog de Tom : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers LES GRANDES UNITES COMBATTANTES DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Metz ville ouverte juin 1940 
Aujourd’hui, 01:11
par: orpo57 
    dans:  El Arabi Karim 
Aujourd’hui, 01:10
par: alfa1965 
    dans:  Attentat à Strasbourg 
Aujourd’hui, 01:05
par: alfa1965 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Hier, 23:01
par: brehon 
    dans:  Le nazisme : questions de méthode 
Hier, 23:01
par: orpo57 
    dans:  U-196, record de la plus longue mission 
Hier, 22:28
par: alfa1965 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Hier, 22:25
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Le sous-marin Doris 
Hier, 22:08
par: NIALA 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Hier, 21:19
par: iffig 
    dans:  1e DB Polonaise 
Hier, 20:27
par: alain adam 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Scroll