Connexion  •  M’enregistrer

Le s.SS-Pz.Abt.101 en Normandie

Dans cette rubrique vous trouverez tout ce qui concerne les grandes unités combattantes de la seconde guerre mondiale, tant du côté allié que de celui des forces de l'axe. Divisions d'infanterie, de paras, de blindés, de la légion, des waffen SS,etc..c'est ici qu'on en parle!
MODÉRATEUR: Vincent Dupont

Le s.SS-Pz.Abt.101 en Normandie

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de easy company  Nouveau message 21 Fév 2007, 18:18

Bonjour à tous. 8)
Le s.SS-Pz.Abt.101 est le bataillon de chars lourds organique du 1er Corps blindé SS. Celui-ci a été constitué sur le front de l’Est durant l’été 1943. Début 1944, il est envoyé en Belgique et rassemble les divisions « Leibstandarte SSAH » et « Hitlerjugend ».

Tout au long de la bataille de Normandie, il est commandé par le SS-Obergruppenführer (général de corps d’armée) « Sepp » Dietrich.

Au moment du débarquement, le P.C. du corps est à Septeuil, au sud de Mantes-La-Jolie, en Seine-et-Oise.



Le s.SS-Pz.Abt.101 est quant à lui créé en 1943 à Mailly-le-Camp, alors que les autres unités organiques du corps et la division « Hitlerjugend » s’organisent à Beverloo, en Belgique.

Officiellement , les E.O.C.A. du 1er corps blindé SS ne reçoivent le n° 501 qu’en octobre 1944, date avant laquelle elles portent le n° 101.



Au moment du débarquement, le s.SS-Pz.Abt.101 semble se trouver près de Beauvais. Pour se rendre en Normandie, il passe par Paris.

Le 08 juin, près de Versailles, les « Tiger » du bataillon subissent un bombardement aérien qui endommage plusieurs d’entre eux, du moins à la 2e compagnie du SS-Ostuff. Wittmann.

Le P.C. du 1er corps blindé SS s’installe du 9 au 15 juin à Baron, près de la cote 112. Le bataillon 101 n’atteint vraiment la zone des combats que le 12 juin, dans la région de Villers-Bocage.

La compagnie du SS-Ostuff. Wittmann est camouflée dans un petit bois au nord-est du bourg. La 1./SS-Pz.Abt.101 aux ordres du SS-Hstuf. Möbius, se trouve sur sa droite.

Quatre « Tiger » de la compagnie doivent être confiés au SS-Ostuf. Stamm, qui commande la compagnie de réparation.

Wittmann a réussi à prendre avec lui le SS-Oscha. Woll, le pointeur avec qui il a remporté le gros de ses succès en Russie ; bien que ce dernier soit désormais chef de char lui-même.

Le 13 juin, il veut observer le terrain de lui-même jusqu’à Balleroy, au nord-ouest. Le bruit que la 7ème D.B. britannique a bousculé l’aile gauche de la Panzer-Lehr-Division, en ligne plus au nord, se confirme.

Le char isolé gravit la pente sud-est de la cote 213, qui se trouve en plein sur la route qui mène de Caen à Villers-Bocage. Dans ses jumelles, Wittmann voit des colonnes blindées britanniques qui montent la route venant de Villers-Bocage ! Un message radio est aussitôt expédié à la 2ème compagnie pour rallier tous les « Tiger » disponibles sur lui. Doucement, le char de Wittmann va s’embusquer dans un petit bois proche. A la corne nord-ouest, il aura un champs de tir idéal.

Sur la N. 175 roulent de blindés de la 22ème brigade blindée de la 7ème Armoured Div. Il y a aussi des éléments de la 1ère Rifle Brigade, deux escadrons du 8ème hussards et des éléments du 1er corps blindé. Tout ça le commandant de la 2./s.SS-Pz.Abt. 101 l’ignore encore.

Le véhicule de tête est maintenant à 100 mètres de la corne du bois où est embusqué le « Tiger ». Le moteur rugissant, le monstre se jette littéralement à l’abordage de la colonne . Les obus de 88 frappent à bout portant . Lentement, le char remonte la colonne, tirant sans arrêt . Chars, motos, camions, half-tracks, chenillettes brûlent, répandent des débris de ferrailles sur la chaussée. L’équipage trépigne . Balthasar Woll reste calme, mais un rictus de plaisir tord sa bouche . Un obus atteint quand même le « Tiger », mais ripe sur le blindage monstrueux . Woll aligne bientôt son deuxième « Cromwell », puis son troisième …

On entend dans la radio de bord le SS-Ostuf. Stamm annoncer qu’il est à la cote 213, avec tous les chars qu’il a pu récupérer . Il dit aussi qu’il a engagé le combat contre des blindés de reconnaissance . Wittmann laisse sur la route 25 blindés divers ; les motos, jeeps et camions ne sont pas comptés .

Quand le SS-Hstuf. Möbius déboule avec huit « Tiger » de la 1./s.SS-Pz.Abt. 101, Wittmann les dirige aussitôt vers Villers-Bocage . Ce sont treize chars lourds qui pénètrent dans la bourgade, cherchant de leurs obus et de leurs rafales les nids de mitrailleuses et les pièces antichars . Le char du SS-Oberscharführer Krieg est mis en flammes par deux coups de lance-roquettes . Le propre « Tiger » de Wittmann est touché à son tour . Le commandant de la 2ème compagnie se défile prudemment à pieds avec son équipage, abandonnant son valeureux engin au milieu de Villers-Bocage . Plusieurs autres engins subissent le même sort . Il faut décrocher car aucune infanterie n’est là pour déloger les redoutables casseurs de chars britanniques qui s’en donnent à cœur joie .

Villers-Bocage sera reprise par un « Kampfgruppe » de la Panzer-Lehr-Div. et des éléments de la 2ème Pz.Div. Plusieurs « Tiger » pourront être récupérés et remis en état .

L’intervention du seul char du SS-Ostuf. Wittmann a été décisive . Toute la manœuvre qui aurait pu encercler la puissante Panzer-Lehr a été déjouée par ce seul officier . Le général Bayerlein le propose pour les glaives à la Croix de chevalier de la Croix de Fer et c’est là le moins qu’il puisse faire . Les combats du 13 juin ont coûté 27 chars à la 7ème DB. La 22ème brigade a perdu près de 200 hommes, la 4ème Rifle Brigade plus de soixante. Wittmann reçoit sa décoration le 22 juin.

Quelques jours après, il peut accrocher sur ses pattes d’épaule la seconde étoile de Haupsturmführer (capitaine). Il refuse un poste d’instructeur à une école d’officiers, préférant malgré tout le contact de la troupe.

Le s.SS-Pz.Abt. 101 ne chôme pas. Le P.C. du 1er corps blindé SS s’est installé à Evrecy le 15 juin, qu’il quitte pour Clinchamps-sur-Orne le 28. Du 9 au 16 juillet, le s.SS-Pz.Abt101 est rassemblé au sud d’Evrecy. Il est en ligne du 17 au 24 au sud d’Avenay, ensuite autour de Vieux, sur la droite.

Le 7 août , le bataillon est rattaché à ce qui reste de la div. « Hitlerjugend », en position à mi-chemin entre Caen et Falaise. Le SS-Hstuf. Michael Wittmann le commande désormais. Sa mission est de capturer Cintheaux, sur la route Caen-Falaise pour assurer la protection du flanc droit de la division, et d’occuper les hauteurs, au nord du village. Le 8, « Panzermeyer » trouve les « Tiger » abrités derrière une haie, à l’est du village. Le SS-Stubaf. Waldmüller règle les derniers détails de l’attaque avec Wittmann quand un bombardier solitaire survole plusieurs fois le coin, lançant des appels lumineux. « Panzermeyer » voit le danger. Il brusque le déclenchement de l’attaque, initialement prévu pour 12h30. Kurt Meyer serre la main de Wittmann en lui rappelant encore une fois l’importance de l’attaque . L’as des as de la Panzertruppe grimpe sur son « Tiger » en riant, presque comme un adolescent.

Les « Tiger » roulent maintenant vers le nord. Ils cherchent les dépressions du terrain pour s’arrêter et tirer. Ils traversent ensuite les champs découverts à vitesse maximum. Les Panzergrenadiers de la « Hitlerjugend » suivent. Un tir d’artillerie assaille les « Tiger ». Wittmann fonce en avant d’autant plus vite. Les lourds chars s’en tirent sans dommages. Mais le ciel s’anime. Les avions ne s’en prennent qu’aux positions canadiennes et polonaises.

A 1800 m, les 88 allument les Shermans qui roulent vers Cintheaux. Les chars de la 4ème DB. Canadienne font face. Wittmann colle au terrain. L’affaire dure plusieurs heures. Les quelques « Panther » que possède encore le 1./SS-PzRgt. 12 se font annoncer. Cintheaux est pris.

Le soir, les « Tiger » couvrent le repli nécessaire des grenadiers du SS-Stubaf. Waldmüller, du fait de la chute de Bretteville-sur-Laize à gauche. Les chars se mettent à l’abri dans le bois qui borde le château de Quesnay, à 6 km au sud-est de Cintheaux. Le commandant du s.SS-Pz.Abt. 101 est introuvable. « Panzermeyer » le fait chercher partout. Le bataillon est placé sous le commandement direct du SS-Ostubaf. Wünsche. Le lendemain, les « Tiger » sont requis par Wünsche pour reprendre la côte 140 avec les « Panther » du SS-Pz.Rgt. 12. Les chars du 101 se glissent hors du bois et longent les crêtes vers le secteur du « Kampfgruppe » Krause. Là, ils pivotent. Deux chars se camouflent dans les broussailles, face au flanc allié. Les 88 tonnent. Deux Shermans sont touchés. La riposte est sanglante. Les deux « Tiger » repérés deviennent cibles. Avec trois autres engins rameutés, ils se maintiennent pourtant suffisamment longtemps pour que les « Panther » du SS-Stubaf. Jürgensen puissent amorcer leur mouvement tournant. Les chars à étoiles blanches laissent échapper vers le ciel des volutes de fumée grasse.

Vers 11h00, deux halfs-tracks tentent de percer vers le nord, rapidement broyés par les obus du 88 d’un « Tiger » qui se trouve près de Kurt Meyer .

Dans la nuit, les canadiens peuvent rejoindre les polonais . Ils laissent 28 chars autour de la côte 140 .

On trouve quelques témoins pour rapporter qu’ils ont vu le « Tiger » du Kommander se débattre seul contre un groupe de Shermans à l’est de Cintheaux au soir . Après en avoir détruit deux, puis un troisième déjà immobilisé, il semblait s’être résolu à se dégager en force. Le « Tiger » reçut de plein fouet les obus de cinq Shermans tirant depuis trois cotés différents . On ne vit aucun survivant .

Le 18 aôut, deux autres chars du bataillon, eux-même endommagés, bloquent à Nécy les blindés de reconnaissance de la 53ème D.I. britannique. Ils sont détruits le lendemain, vers 02h00 du matin. L’officier qui les dirigeait, le SS-Ostuf. Meitzel, est fait prisonnier avec les deux équipages, dont tous les membres sont blessés…



Récit de l’engagement du s.SS-Panzerabteilung 101 dans la bataille de Normandie .

Bibliographie : LES PANZERS Normandie 44 d’ Eric LEFEVRE – Edition HEIMDAL -
easy
Collectionneur Militaria U.S. Army - WW II -

Captain
Captain

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 189
Inscription: 30 Nov 2006, 12:14
Localisation: Montbéliard dans le Doubs

Voir le Blog de easy company : cliquez ici


non

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de juin1944  Nouveau message 21 Fév 2007, 18:32

du 17 au 24 juillet au moins deux compagnies du Sch. Pz Abt 101 combattent au Sud de CAEN durant la bataille de la crête de Verrières. Erreur géographique de l'auteur donc concernant cette période


 

Voir le Blog de juin1944 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de easy company  Nouveau message 21 Fév 2007, 18:41

BONSOIR Juin 44,
J'ai mis ce topic, justement pour avoir des rectificatifs de ce genre.
J'imagine qu'il doit y avoir quelques erreurs historiques dans ce récit.
easy
Collectionneur Militaria U.S. Army - WW II -

Captain
Captain

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 189
Inscription: 30 Nov 2006, 12:14
Localisation: Montbéliard dans le Doubs

Voir le Blog de easy company : cliquez ici


oui

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de juin1944  Nouveau message 21 Fév 2007, 18:43

autre omission : cette unité était rattachée à la 1ère Leibstandarte SS Adolf Hitler, or il n'en n'est nullement question dans ce résumé


 

Voir le Blog de juin1944 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de easy company  Nouveau message 21 Fév 2007, 18:55

Il en parle quand même au début du texte, dans les trois premières lignes .
easy
Collectionneur Militaria U.S. Army - WW II -

Captain
Captain

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 189
Inscription: 30 Nov 2006, 12:14
Localisation: Montbéliard dans le Doubs

Voir le Blog de easy company : cliquez ici



Retourner vers LES GRANDES UNITES COMBATTANTES DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Gyroscope allemand ? 
il y a 21 minutes
par: Danakil840 
    dans:  1e DB Polonaise 
il y a 50 minutes
par: Dog Red 
    dans:  Berlin, 1933: la presse internationale face à Hitler. 
il y a 52 minutes
par: Dog Red 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Aujourd’hui, 12:44
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Coutances, film de GeorgeStevens 
Aujourd’hui, 12:33
par: brehon 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Aujourd’hui, 12:31
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Aujourd’hui, 12:28
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Le nazisme : questions de méthode 
Aujourd’hui, 11:46
par: orpo57 
    dans:  Libération de Chalonnes sur Loire fin août 1944 
Aujourd’hui, 00:17
par: brehon 
    dans:  CEFS 1940 Norvege 
Hier, 21:44
par: orpo57 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: cloclo, Gretsch et 5 invités


Scroll