Connexion  •  M’enregistrer

la 135ª divisione corazzata Ariete II. et les combats de Rome 9-11 sept. 1943

Dans cette rubrique vous trouverez tout ce qui concerne les grandes unités combattantes de la seconde guerre mondiale, tant du côté allié que de celui des forces de l'axe. Divisions d'infanterie, de paras, de blindés, de la légion, des waffen SS,etc..c'est ici qu'on en parle!
MODÉRATEUR: Vincent Dupont

la 135ª divisione corazzata Ariete II. et les combats de Rome 9-11 sept. 1943

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 03 Avr 2019, 18:42

L'histoire de la 132ª divisione corazzata 'Ariete', une des unités les plus décorées de l'armée royale italienne et qui a connu son heure de gloire à El Alamein, se referme le 1er décembre 1942 lorsqu'elle est dissoute par ordre du Comando Supremo. Afin de perpétuer sa mémoire, l'Etat-Major italien décide de constituer une nouvelle division blindée, héritière de son prestigieux nom : la 135ª divisione corazzata Ariete II.

LA NOUVELLE DIVISION ARIETE II.
Image

Début 1943, il n'existe pratiquement plus de régiments blindés sur le sol de la péninsule et pour former la nouvelle division, il faut transformer un régiment de cavalerie le 10° reggimento 'Lancieri Vittorio Emanuele II' en unité blindée et échanger les montures par un équipement plus adapté à la guerre moderne. Deux régiments qui ont eu un passé glorieux sont également reconstitués : le 16° reggimento 'Cavallegeri di Lucca' et le 8° reggimento 'Lancieri di Montebello'.
La nouvelle division est donc mise sur pied à Ferrare le 1er avril 1943 avec des régiments n'ayant pas l'expérience du combat alors que l'Italie est en guerre depuis le 10 juin 1940. L'Ariete II est composée des unités suivantes :

-Le 10° reggimento 'Lancieri Vittorio Emanuele II' dont la seule expérience du feu remonte à la courte campagne de Yougoslavie en avril 1941 effectuée au sein de la 2a divisione celere 'Emanuele Filiberto Testa di Ferro'. Le régiment a été ensuite chargé de mener la lutte antiguerilla en Bosnie avant son retour en Italie en novembre 1942 pour être transformé en un régiment cuirassé. Il est articulé sur trois gruppi squadroni (Gr. Squ. I, II et III) (1) à trois escadrons équipés au total de 84 semoventi M42 da 75/18 et de 63 chars de combat M15/42. Le régiment est commandé par le colonello Guido Raby.
Image
-Le 8° reggimento 'lancieri di Montebello', régiment dissous après la Première Guerre Mondiale est reconstitué le 15 juillet 1942 à Ferrare sous le nom de Raggrupamento Esplorante Corazzato (R.E.Co.) commandé par le colonello Umberto Giordani. L'unité est composée ainsi :
Escadron de commandement (4 automitrailleuses)
Image
I° Gr. Squ. dispose de deux pelotons d'autoblindo AB41, soit 34 automitrailleuses
II° Gr. Squ. avec un escadron de 12 semoventi 47/32 , un de 12 semoventi 75/18 et un peloton de antichar de 20 mm ;
III Gr. Squ. de pontonniers du génie.

Image
-Le 16° reggimento 'Cavalleggeri di Lucca', réactivé le 1er mars 1943 est complété par des hommes provenant de divers régiments de cavalerie. Articulé sur trois bataillons d'infanterie motorisée, il dispose d'un escadron de 24 semoventi 75/18, d'un escadron de mortiers de 81 mm et deux pelotons antichars de 20 mm. L'unité est commandée par le colonello Giuseppe Feruglio auquel succédera le colonello Luigi Magliari Galante.
Image Semovente 105/25
Pour compléter son organigramme, l'unité est doté des unités suivantes :
-135° reggimento artiglieria corazzata avec des pièces d'artillerie de 149/19;
-235° reggimento semoventi : 600° gruppo semoventi 75/32 et 601°gruppo semoventi 105/25;
-CXXXIV battaglione semoventi controcarro équipé de semoventi 75/34 ;
-CXXXIV battaglione misto del genio ;
-X° Gruppo complementi ;
ainsi que d'autres unités mineures.
La division est commandée par le generale Raffaele Cadorna fils du général Luigi Cadorna commandant en chef des forces armées italiennes durant la Première Guerre Mondiale(2).

L'effectif est incomplet, il compte 8500 hommes sur 9500 prévus, recrutés dans les classes 1913-1915 et ayant donc dépassé la trentaine. L’entraînement, incomplet, s'effectue en Emilie et dans le Frioul. La division est disposée en surveillance du littoral toscan puis intégrée au Corpo d'Armata Motocorazzato (CAM), constitué le 25 juillet 1943, jour de la destitution de Mussolini. Il est destiné à la défense de Rome et de ses accès, placé sous le commandement du generale d'armata Giacomo Carboni, responsable du SIM (Servizio informazioni militare, les services secrets de l'armée).
L'Ariete II est envoyée au nord de Rome relever la 134a divisione corrazzata Centauro II(3), l'autre nouvelle division blindée. Elle rejoint la région du lac de Bracciano où ses unités assurent la protection de trois points de défense : Manziana et Bracciano sur la via Claudia par les Cavalleggeri di Lucca et deux escadrons de semoventi des Lancieri di Vittorio Emanuele II, Monterosi sur la via Cassia par le 'Lucca'. Les Lancieri di Montebello sont gardés en réserve à l'Olgiata, quartier périphérique du nord de Rome, point de convergence des via Cassia et Claudia.


PREMIERES ESCARMOUCHES.
A 19h45, le 8 septembre 1943 (4), le maresciallo Badoglio annonce à la radio que l'Italie a signé un armistice avec les Anglo-américains, ajoutant que les forces italiennes réagiront à toute attaque de quel côté qu'elle soit. Aussitôt, le plan 'Achse' est activé par les Allemands : désarmement des troupes du Regio Esercito, occupation des points stratégiques, des casernes, dépôt d'essence... Au mot d'ordre 'le grain est mûr, Alaric maintenant', deux divisions allemandes, la 3. Panzergrenadier-Division (5) au nord de Rome et au sud la 2. Fallschirmjäger-Division (6) se mettent en mouvement. L'affront au IIIe Reich doit être lavé.
Image
Le 9 septembre, à 4h00 du matin la kampfgruppe Grosser de la 3. Panzergrenadier-Division , se dirige vers Salerne sur la via Cassia qui relie Florence à Rome. Elle est stoppée sur le pont de Valdiano au nord de Monterosi, un barrage constitué de deux camions entrave sa progression. Le chef de la colonne allemande exige au sottotenente Ettore Rosso du CXXXIV° battaglione misto genio de libérer le passage et lui laisse quinze minutes pour s'exécuter. Rosso avec quatre sapeurs et deux cavalleggeri volontaires allument des mèches reliées à des explosifs placés dans les camions. La déflagration tue les Italiens mais aussi le commandant de la Kampfgruppe, obligeant les Panzergrenadieren à se replier et contourner l'obstacle. Le valeureux Ettore Rossi et ses hommes seront décorés à titre posthume de la Medagia d'Oro al Valore Militare (MOVM), la plus haute distinction militaire italienne. Ayant atteint Monterosi à 7h10, la Kampfgruppe est cueillie par les tirs des semoventi 75/18 des Cavalleggeri di Lucca et des batteries de 149/19 du 135° reggimento artiglieria.

A Manziana, sur la via Claudia, des éléments de la 3. Panzergrenadier-Division connaissent le même sort. Le colonello Luigi Magliari Galante, commandant du 'Lucca' a reçu des instructions précises: il doit tenir jusqu'à 17h00 pour permettre aux autres unités de se replier vers Tivoli, à l'Est de Rome, c'est-à-dire abandonner la défense de la Ville Éternelle. La raison du choix de Tivoli est simple, il faut couvrir la fuite du roi Victor-Emmanuel III, de la cour royale et de Badoglio par la via Tiburtina qui relie Rome à Pescara.
Les cavallegeri du 'Lucca' ont accompli leur mission, ils déplorent 21 morts et 42 blessés ainsi que la perte de 7 semoventi. Ils se replient sous la protection du reggimento 'Lancieri di Vittorio Emanuele II' qui a bloqué les Allemands à Bracciano grâce au sacrifice du sergent Udino Bombieri.
Image les Allemands comptent une trentaine morts et 4 blindés détruits. La 3. Panzergrenadier-Division pourra rejoindre le front de Salerne sans rencontrer d'opposition de la part des Italiens.
Un raid aéroporté à Monterotondo (centro Marte, nom de code du siège de l'état-major italien) pour capturer le général Roatta, chef d'Etat-Major du Regio Esercito, échoue. Les paras du major Gericke doivent se retrancher dans le château Orsini, assiégés par les fantassins du 57° reggimento Piave.
Le général Cadorna exige une couverture aérienne mais la chaos qui règne au sein de l'Etat-Major empêche toute coordination et pour cause, le chef du Comando Supremo, le général Vittorio Ambrosio a pris la fuite en même temps que le roi ! La division Ariete II (sauf le RECo Montebello) se retrouve disposée dans la région de Tivoli à l'Est de Rome la nuit du 9 au 10 septembre 1943.
Le matin, à 0h30, le Montebello reçoit l'ordre de quitter l'Olgiata pour passer aux dépendances de la
21ª Divisione fanteria 'Granatieri di Sardegna' disposé en arc-de-cercle au sud de Rome et qui a fort-à-faire face à la 2. Fallschirmjäger Division du Generalmajor Walter Barenthin.

LA FUITE DU ROI
Le 8 septembre, à 19h45, Giovanni Battista Arista , speaker à l'EIAR, l'ancêtre de la RAI, interrompt les programmes pour annoncer que Pietro Badoglio, chef du gouvernement, doit prononcer un discours. Le maréchal annonce au peuple italien que l'armistice a été signé avec les Alliés et que les forces armées italiennes doivent « réagir avec le maximum de résolution à toute offensive de toute autre origine, quelle qu'elle soit ». Il précède la déclaration du général Eisenhower émise sur les ondes de Radio-Alger annonçant la capitulation italienne. Entre-temps, l'opération Giant II prévoyant le largage de la 82nd Airborne sur les aéroports romains est annulée alors qu'une flottille anglo-saxone transportant la 5th Army navigue vers les côtes de Salerne (opération Avalanche).
A l'arrivée des avant-gardes allemandes, les Italiens, laissés sans ordres précis se laissent désarmer, d'autres appliquent la directive O.P. 44 (OP pour Ordre Publique) rédigée par le chef d'état-major de l'armée de terre, le général Roatta. Cette directive autorise les chefs d'unités à ouvrir le feu sur les Allemands en cas d'attitude hostile. Le Comando Supremo reçoit des messages de toutes les unités dispersées aux quatre coins de l'Europe pour connaître l'attitude à tenir devant l'ex-allié allemand. Badoglio qui a interdit l'application de l'O.P. 44 reste introuvable.
Le 9 septembre, à 05h10 du matin, le roi Victor-Emmanuel III, sa femme Hélène de Montenegro, le prince-héritier Umberto, la cour accompagné de Badoglio et l'état-major quittent Rome par la via Tiburtina pour le petit port d'Ortona sur l'Adriatique où la corvette Baionetta doit les emmener à Brindisi, au sud de l'Italie, libérée par les Alliés.
Auparavant, le roi a pris soin d'envoyer en Suisse 40 wagons plombés contenant tableaux, vaisselle en or, statues, vases … Cette fuite n'est donc pas précipitée mais préméditée. A Rome, Carboni trouve un ordre écrit de Roatta : le C.A.M. doit se retirer vers Tivoli. Par conséquent, il ne reste que la 21a divisione 'Granatieri di Sardegna' avec quelques unités de carabinieri pour défendre Rome. Le RECo Montebello reçoit l'ordre de quitter sa position au nord de la capitale pour rejoindre au sud les grenadiers sardes. Carboni rentre chez lui, se met en civil, prend une voiture du S.I.M. et part à la recherche du cortège royal. Il erre et finit dans un château où se tourne un film avec Vittorio Gassman ! La tragédie vire au comique alors que des soldats italiens se font tuer pour défendre Rome où finit par retourner un Carboni dépité.
Image
MOURIR POUR LA VILLE ETERNELLE
Le général Solinas commandant la 21a divisione 'Granatieri di Sardegna' demande au général Carboni des renforts, ses hommes, disloqués sur treize points de défense (capisaldi) dans le sud de Rome sont aux prises avec la 2. Fallschirmjäger-Division arrivant de Pratica di Mare. Le point de défense n°5 dont fait partie le pont de la Magliana, tenu par le III° battaglione tombe aux mains des paras à 22h10 profitant de la confusion sur la conduite à tenir après l'annonce de l'armistice. A 05h00 du matin, dix semoventi 47/32 du 6e bataillon du RECo 'Montebello' arrivent à temps pour soutenir les assauts des granatieri épaulés par des carabinieri et des éléments de la PAI (Police de l'Afrique Italienne). Les autoblindo du 2° squadrone participent à la reprise de la colline de l'E42 (7) d'où émerge la silhouette grise de la basilique des Saints Pierre et Paul. A 10h30, le pont est finalement reconquis par les granatieri. Le tenente Silvano Gray de Cristoforis du 2° squadrone autoblindo réussit à s'emparer de deux citernes de carburant, très précieux depuis la perte du dépôt d'essence (16 000 litres) de Mezzocammino abandonné sans combattre. Mais dans l'après-midi, les points de défense 4 et 5 doivent être abandonnés en raison de leur contournement par les paras allemands et la défense doit se reporter sous les murs antiques de la muraille d'Aurélien de la capitale, à la Porta San Paolo (8), la pyramide de Caius Sestius et la gare d'Ostiense et tout le quartier du Testaccio. Les unités repliées sont prises en main par le colonello di Pierro, commandant le 1° reggimento 'Granatieri di Sardegna'.
La nuit du 9 au 10 septembre connait un répit des combats permettant la réorganisation de le défense. Durant ce temps, à 21h00, le colonello Giaccone est envoyé par Carboni à Frascati, quartier-général de l'Oberbefehlshaber Süd , le Generalfeldmarschall Kesselring, pour négocier un armistice. Un cessez-le-feu est annoncé de trois heures afin de permettre au C.A.M. de se retirer de Rome, déclarée ville ouverte.
A 06h00 du matin, ce 10 septembre, en application des accords, le Montebello reçoit l'ordre de se retirer dans la caserne de la place Santa Croce di Gerusalemme pour rejoindre la division Ariete II à Tivoli. Un armistice aurait été conclu. Arrivé sur place, contre-ordre ! A 10h30, le régiment est renvoyé à nouveau Porta San Paolo où les granatieri se sont retranchés derrière des tramways renversés qui servent de barricades. En effet, retournant à Frascati, Giaccone apprend de Kesselring qu'il exige que Rome soit le siège du commandement allemand, violant le statut de ville ouverte. La trêve est rompue !
Image
Des renforts affluent vers la porte San Paolo et le quartier de Testaccio: un groupe de dragons à pied du 4° reggimento 'Genova Cavalleria' , un bataillon de chars du 4° carristi et un bataillon du 601° gruppo semoventi 105/25 envoyé par l'Ariete II. Des civils accourent, beaucoup sont des antifascistes comme Sandro Pertini, le futur président de la république, Luigi Longo du parti communiste ou des ex-soldats comme Raffaele Persichetti, tué peu après.
Image
Le colonello Giordano lance les derniers semoventi et AB41 qui lui restent dans une contre-attaque désespérée dans les rues parallèles à la via Ostiense. Ils ne peuvent manœuvrer et les PAK 40 ainsi que quelques Marder, habilement servis par les Fallschirmjäger font mouche sur les chars italiens faiblement blindés. Le capitano Romolo Fugazza, commandant le 5° squadrone de semoventi da 75/18, blessé mortellement refuse les secours et s'écrie « laissez-moi mourir à mon poste d'honneur ! ». Il sera décoré de la MOVM à titre posthume comme le capitano Camillo Sabatini, commandant le 6° squadrone de semoventi da 47/32, continuant de diriger le combat jusqu'au bout à bord de son blindé détruit. La via Ostiense prend le nom de 'rue de la mort'
Image
A 13h00, les Allemands continuent à attaquer le long des rues parallèles à la via Ostiense, les autoblindi et semoventi sont immobilisés, ils n'ont plus de munitions ni essence. La situation est désespérée pour les Italiens, les Allemands ont réussi à passer par les autres portes de Rome, on les voit déjà au Colisée, les défenseurs de la porte Ostiense risquent d'être pris à revers.
A 16h30, les combats cessent. Un armistice a été conclu, signé par le colonello Giaccone et le General Siegfried Westphal, aide-de-camp du Feldmarschall Kesselring. A 17h00, le RECo se retire pour tenter de trouver la division Ariete II à Tivoli. Le colonello Giordani décide de rejoindre la caserne des carabinieri de Prati avec une poignée d'autoblindo, la plupart des blindés ayant été détruits ou immobilisés faute de carburant. Le 18 septembre, Giordani dissout le régiment et confie l'étandard au musée historique du Chateau Saint-Ange. Pour son rôle dans la défense de Rome, le Montebello est décoré de la Médaille d'Or à la Valeur Militaire (MOVM).
Le régiment déplore 19 morts (4 officiers, 3 sous-officiers et 12 lanciers) et 58 blessés. Le régiment a fait honneur à sa devise : Impetu hostem perterreo, je charge l'ennemi avec ardeur....

Les combats pour Rome ont coûté la vie à 1167 militaires et 200 civils côté italiens. La division 'Granatieri di Sardegna' a livré le plus gros tribu : 260 morts et 180 disparus.
Le gnéral Calvi di Bergolo, gendre du roi et commandant de la division Centauro II est nommé commandant de la place militaire de Roma, disposant de la division 'Piave' comme unité de maintien de l'ordre. Dans une ville déclarée 'ouverte', les unités allemandes pénètrent dans les ministères, s'emparant de documents compromettants et pillant magasins et maisons civiles.

Le 12 septembre 1943, la division Ariete II est dissoute, tout l'armement est remis aux Allemands. Ce jour-là, Mussolini est libéré par un groupe de parachutistes allemands au Gran Sasso, dans les Abruzzes et emmené par Otto Skorzeny en Allemagne.
Le mot d'ordre de Badoglio:«réagir avec le maximum de résolution à toute offensive de toute autre origine, quelle qu'elle soit» a été appliqué par la division Ariete II et l'expérimentée division des 'Granatieri di Sardegna'. Mais la plupart des unités du Regio Esercito de la péninsule ont fondu comme neige au soleil. A l'annonce de l'armistice, les soldats ont quitté les casernes pour 'rentrer à la maison', pensant que la guerre était finie. L'armée allemande désarme un million d'Italiens dans la péninsule et les territoires occupés, 650 000 finissent dans les Läger en tant que Italienische Militär-Internierte (internés militaires italiens ou IMI), main-d'oeuvre servile pour l'industrie de guerre du Reich, non protégés par la Convention de Genève.
Un communiqué de l'OKH annonce laconiquement: l'armée italienne a cessé d'exister. les Allemands font main basse sur un butin immense : 1 255 660 fusils, 33 383 mitrailleuses, 9 987 pièces d'artillerie, 970 chars et automoteurs dont 131 semoventi M41 75/18, 36 semoventi M42 75/34 et 26 semoventi M43 105/25... Jodl dira : « C'est le plus grand service que l'Italie ait pu rendre...»

L'armée co-belligérente italienne, renaissant des cendres du 8 septembre 1943, lavera son honneur dans le sang, le 16 décembre 1943 sur les pentes du Monte Lungo, gagnant la confiance des Alliés.









NOTES
(1) Le gruppo squadroni est l'équivalent du bataillon.

(2) Le généralissime Luigi Cadorna était surnommé le boucher en raison des pertes en vies humaines durant les onze offensives sur l'Isonzo entre 1915 et 1917. Cadorna n'hésitait pas à pratiquer la décimation.
(3) La division Centauro II est l'ex-1ª Divisione corazzata di Camicie Nere "M" , la division blindée de la MVSN, équipée de Panzer IV est composée de vétérans du front de l'Est comme la legione MVSN Tagliamento. Elle sera expurgée de ses éléments fascistes après la destitution de Mussolini le 25 juillet 1943.
(4) L'armistice dit court a été signé à Cassibile en Sicile, le 3 septembre 1943. L'armistice dit long sera signé à Malte, le 29 septembre suivant.
(5) La 3. Panzergrenadier Division du Generalleutnant Fritz-Hubert Gräser, reconstituée après la destruction de la 3. (mot.) Infanterie-Division à Stalingrad est forte de 14900 hommes et compte 42 StuG III auquels se sont joints des éléments de la 26. Pz-Div., formant trois Kampfgruppen : KG Büssing, KG Grosser et KG Borchert.
(6) La 2. Fallschirmjäger-Division est constituée en France en 1943 et envoyée à Pratica del Mare en juillet 1943.
(7) E.42 est le quartier de Rome où devait avoir lieu l'Exposition Universelle de 1942.
(8) C'est par la porte San Paolo appelée porta Ostiensis que sont entrées les troupes du roi ostrogoth Totila en 549
Siamo 30 d'una sorte, 31 con la morte. Tutti tornano o nessuno. Gabriele d'Annunzio, Canzone del Quarnaro.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7067
Inscription: 29 Déc 2008, 22:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: la 135ª divisione corazzata Ariete II. et les combats de Rome 9-11 sept. 1943

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 03 Avr 2019, 19:02

Un tout grand ::Merci:: ::Merci:: Alex
Amicalement
Prosper ::content4:: ::content4::
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 74506
Inscription: 02 Fév 2003, 21:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: la 135ª divisione corazzata Ariete II. et les combats de Rome 9-11 sept. 1943

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 03 Avr 2019, 19:44

pour info
Il s’agit de la fusion de deux articles parus dans Histomag 85 et dans Reportages de guerre 19, les Fallschirmjäger à Rome.
https://librairie-hussard.com/catalog/r ... 03623.html
Siamo 30 d'una sorte, 31 con la morte. Tutti tornano o nessuno. Gabriele d'Annunzio, Canzone del Quarnaro.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7067
Inscription: 29 Déc 2008, 22:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: la 135ª divisione corazzata Ariete II. et les combats de Rome 9-11 sept. 1943

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Tomcat  Nouveau message 04 Avr 2019, 11:00

Merci Alex pour cet article très intéressant !!!

Cela laisse l'impression d'un immense gâchis que cette armistice se soit déroulé dans la plus grande confusion, que l'armée italienne n'est pas eu de consignes strictes et s'est fait désarmer facilement pour la majorité des unités et qu'autant de soldats ont été fait prisonniers des allemands.
Il y a eu aussi un véritable manque de coordination et d'appui des alliés pour assurer cette transition et faire en sorte que l'armée italienne soit immédiatement au combat du côté des alliés...

vétéran
vétéran

 
Messages: 826
Inscription: 16 Avr 2015, 15:16
Région: midi-pyrennées
Pays: france

Voir le Blog de Tomcat : cliquez ici


Re: la 135ª divisione corazzata Ariete II. et les combats de Rome 9-11 sept. 1943

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 04 Avr 2019, 12:12

La plupart des généraux italiens, peu compétents ont passé leur temps à comploter contre Mussolini, médiocres, suffisants, ils ont pensé à sauver leur peau en sacrifiant leurs hommes. Le seul général qui a opposé une défense honorable fut le chef de la division des Granatieri di Sardaigne, le général Solinas.
Siamo 30 d'una sorte, 31 con la morte. Tutti tornano o nessuno. Gabriele d'Annunzio, Canzone del Quarnaro.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7067
Inscription: 29 Déc 2008, 22:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: la 135ª divisione corazzata Ariete II. et les combats de Rome 9-11 sept. 1943

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 04 Avr 2019, 12:42

J'oublie d'ajouter que dans leur stupidité, ces généraux n'avaient pas un instant pensé à la réaction allemande qui fut impitoyable. Idem pour les amiraux de terre ferme, dans son journal Ciano les appelle Bouffons, ils signalaient des torpillages inexistants pour faire plaisir à Mussolini, contredits par Radio Londres. Je rechercherai le passage qui est assez étonnant.
Siamo 30 d'una sorte, 31 con la morte. Tutti tornano o nessuno. Gabriele d'Annunzio, Canzone del Quarnaro.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7067
Inscription: 29 Déc 2008, 22:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici



Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers LES GRANDES UNITES COMBATTANTES DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 20 
il y a 5 minutes
par: dominord 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 17 
il y a 5 minutes
par: coyote 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 16 
il y a 51 minutes
par: Didier 
    dans:  GBM 130 
Aujourd’hui, 15:30
par: brehon 
    dans:  Vandalisme à Lyon sur une plaque commémorative à la mémoire de juifs déportés 
Aujourd’hui, 12:24
par: Dog Red 
    dans:  Gag STO. 
Aujourd’hui, 12:00
par: pili 
    dans:  Pour ceux intrigués par l'énigme Louis XVII. 
Aujourd’hui, 11:54
par: pili 
    dans:  pressentiment 
Aujourd’hui, 11:46
par: pili 
    dans:  Les Russes ont déclassifié 
Aujourd’hui, 11:13
par: MOSCA 
    dans:  "Voyage à travers la France occupée 1940-1945" 
Aujourd’hui, 11:12
par: Prosper Vandenbroucke 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 16 invités


Scroll