Connexion  •  M’enregistrer

prélude à overlord!


Le 6 juin 1944, 6 divisions d'infanterie débarquent sur 5 plages précédées par 3 divisions aéroportées.
Dès le 7 juin, c'est la bataille de Normandie qui commence et qui ne s'achèvera que le 29 aout.
MODÉRATEUR: Jumbo

prélude à overlord!

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Utaha_Beach  Nouveau message 15 Fév 2004, 21:13

Le 4 juin 1944, date initiale du débarquement, le temps était si mauvais que l'opération du être retardé de 24h. Le 5, quelque espoir naquit d'une amélioration prochaine. Craignant le chaos que provoquerait inévitablement un nouveau retard, Ensenhower se résigne a courir le risque: le débarquement aura lieu le 6 juin!
Le jour se leva à 5h58 le 5 juin 1944. La mer était grosse; un vent d'ouest de force 5 (28 à 50km/h) passant du noroît au suroît, souflait des rafales.

Au lever du jour, 5000 bateaux de tout tonnage, de toute forme et de toute nationalité croisaient leur sillage dans les eaux britanniques. Il y avait quatre ans, presque jour pour jour, que les côtes britanniques n'avaient connues pareille activité: depuis l'évacuation de Dunkerque; L'amiral Ramsay commandait alors comme il comande ce jour ci.
L'embarquement de 287000 hommes et d'un nombre incroyables de véhicules de toutes sortes (jeeps, ...) et d'engins blindés avait comencé dès le début du mois; de sorte que certaines unités étaient embarquées depuis 5 jours, où elles souffraient du froid et de l'humidité. des milliers et des milliers d'hommes attendaient ainsi, dans une grisaille floue; certains, déjà paris quand le déclenchement de l'opération fut différé, étaient toujours en mer, louvoyant, tournant et retournant, ballotés sur une Manche furieuse, dans cette longue épreuve de l'attente, n'oubliant leur misère que dnas la demi-conscience que leur laissaient leur nausées.
D'autres s'affairaient sur les navires de guerre, petits et grands, aux aguets dans les tourelles d'artillerie à cheval sur leur sièges pivotant, les yeux rivés vers le ciel, en quête d'avions ennemis. Dans la nuit, les immenses convois prenaient leur route, dans les chenaux jalonnés de bouées, que les flotilles de dragueurs, accompagnaient de dizaines de petits batîments de combat, vaient auparavant soigneusement balayées et déminées. Il n'y avait pas d'ennemis à l'affût : rien. Les convois s'étiraient à partir de tous les ports, de tous les havres, de tous les estuaires de la côte anglaise pour aller former un réseau serré dans la baie de la Seine.

il semblait impossible qu'un tel armada de bateaux ne puisse être décelé. pourtant aucun n'autre instrument autre que l'oreille humaine n'aurait été necessaire pour déceler cett énorme pulsation de puissance (on raconte même qu'on pouvait entendre les préparatifs des côtes françaises)!

La destruction de radar allemands entre le cap d'Antifer et la pointe de Barfleur avait été détruit. Mais il ne suffisaient pas d'aveugler les allemands pour que le débarquement réussise. C'est pour cela que dix station au nord de la Seine ne furent détruites. Dans la nuit du 5 au 6 juin, 100 avions de la RAF et une trentaines de petits destroyers attaquèrent dans cette zone pour une diversion et faire croire au allemands a une attaque imminente sur Calais! Dans le même temps, ddes actions similaires eurent lieu entre Antifer et Barleur, mais moins conséquentes.

Pourtant les nombres et la longueure importants de messages envoyés par la BBC à la résistance française avaient, dès le 5 juin, inquiétés les nazis. Mais, seul la XVème armée, stationnée dans le Pas-de-Calais avait été alertée, tandis que la VIIème armée, stationnée en Normandie, se bornait à maintenir sa vigilance de routine. Rien semblait-il, ne pouvait changer les idées préconçues de Von Rundstedt, pas même le largage, au coeur même de ses forces, de trois division aéroportées.

En effet, à Sainte-Mère-Eglise, bien que le premier engin d'assault des forces de mer fût mis à l'eau, la bataille s'étaient déjà engagée. Dans la demi-heure qui suivit le coucher du soleil, le 5 juin, pendant que les navires de tête s'engageaient dans les chenaux balisés pour mettre le cap sur la France, les éclaireurs ( pathfinders) des forces aéroportées américaines et britanniques décollaient des terrains d'Angleterre pour allumer les balises dans les champs de Normandie. Peu après minuit, ces petites troupes d'élite se déplaçaient en silence au milieu des ennemis: les Britanniques pour jalonner les D.Z (dropping zones: zones d'atterissages) de la 6ème division aéroportée, au nord-est de Caen, sur le flanc oriental; les Américains, de part et d'autre du Merderet et de la route Carentan-Montembourg-Cherbourg, dans la région de sainte-Mère-Eglise. Derrière eux, quelque 1200 avions amenaient au combat plus de 20000 hommes; derrière eux encore, arrivaient les planeurs, pour lesquels les parachutistes devaient préparere le terrain. Le géréral de la 3ème division aéroportée britannique avait donné à ses hommes un avis qui aurait pu être valable pour tout le monde: "Ne vous frappez pas s'il y a de la pagaille, il y en aura certainement".

Le largage de la 101ème division aéroportée américaine de parachutistes avait été minutieusement préparé, grâce à des renseignements précis. Pourtant, les effectifs de la division n'en furent pas moins éparpillés sur une zone de 40 km de long sur 25 de large, comme s'ils avaient été abandonnés au caprice des vents! La 82ème division aéroportée U.S eut un peu de chance; un des ses régiments, au moins, réusiit à atterir relativement près de l'objectif désigné; mais 4% seulement du reste de la division fut largué dans les zones prévues du Merderet! A l'aibe, la 101ème aéroportée ne comptait que 1100 hommes sur les 6000 largués; en fin de journée, 1400 les avaient rejoints. A la 82ème, il manquait 4000 soldats; trois jours plus tard, elle ne comptait encore que le tiers de son effectif. Les deux division avaient perdu, en plus de leurs soldats, plus de la moitié de leur matériel et de leur artillerie, qui, transporté par des planeurs, s'était posé dans les régions marécageuses du Merderet et dans la Douve. Aucun des deux régiment n'avait été capable d'organisé l'atterissage. Pourquoi cette pagaille? Parce que la plupart des hommes ont été incapables de s'orientés ou de savoir où ils étaient et par conséquent d'organiser les D.Z. Les balises furent mal, voir même pas du tout, allumées. Mais ils faut dire aussi que les divisions n'étaient aidés par les pilotes: certains des aviateurs faisaient leur baptême du feu et la DCA les obligeaint ades mouvements d'esquives qui les forçaient à des atterissages catastrophiques. A la fin de la nuit, la 101ème se rerouvait, avec son géréral ( Taylor) qui s'était battu toute la nuit, avec les effectifs d'un régiment! Quand à la 82èmè, son histoire est simple: deux de ses régiments chargés de nettoyé la zone avait disparus. Le dernier régiment assura l'entière responsabilité de deux régiments. Il maintena ses positions et résista aux salves de l'ennemi. Avant de lancer le seul assault cohérent des forces aéroportées U.S durant ce jour "J".

Pendant que des dizaines d'hommes pataugeaient dans les marécages, le 3ème régiment était tombé relativement près de Sainte-Mère-Eglise. Longtemps après l'aube, le lieutenant-colonel Krause se trouva sur les lisières de St-Mère-Eglise et avec le quart de son bataillon; sans attendre, attaqua les allemands a revers et parvint a maintenir une position solide.
La 82ème, elle, était tombé près du point de rassemblement de la 91ème divison allemande et dès que les soldats touchaient terre, ils menaient une lutte à vie pour un mètre de terrain. Quelques petits groupes d'un soixantaine d'hommes se battirent toute la journée dans les fossés boueux de Normandie. Les deux divisions américaines se battirent si bien que la bataille d'Utah Beach fut gagné avant même que la 4èmè division US pose le pied sur la plage.


 

Voir le Blog de Utaha_Beach : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Carl  Nouveau message 15 Fév 2004, 21:49

Au débu de ton texte, la date prévu c'était pas le 5...


 

Voir le Blog de Carl : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Utaha_Beach  Nouveau message 15 Fév 2004, 22:39

Petit complément sur la bataille livrée par la 82ème et la 101ème avant Utah Beach:

Les combats livrés par les deux divisions au cours de ce premier jour prirent donc un caractère décosu, fragmentaire à cause de l'éloignement des régiments, voir mêmes des soldats entre eux, il est donc difficile d'établir une chronologie précise. En fin de journée, les deux divisions n'avaient pris aucun contact. Leurs commandants étaient persuadés qu'ils avaient perdu les deux tiers de leur effectif; ils n'avaient aucune idée de la tournure prise par les évènements. Tous ce qu'il pouvaient faire, c'était attendre.

Fort heuresement, le confusion provoqué par les combats rapprochés entre la 91ème division allemande et la 82ème US, frola l'affolement chez les nazis. Sévèrement bombardées par les forces aériennes, privées, de leur chefs, retenues à Rennes par une conférence d'état-major, leur transmission désorganisées, les forces allemandes conduisirent des combats aussi décousus que ceux livrés par les alliés, que leur imagination voyait partout. Par le plus pure des hasards, un groupe de parachutistes a attaqué le chef de la 91ème qui rentrait de Rennes à son PC! Ainsi, la 91ème, la seule division capable de lutter contre les attaques aéroportées se trouvait sans commandement et don d'efficacité amoindrit. Et, aussi invraisemblable que cela puisse paraître, l'éparpillement des troupes alliées à considérablement gêné l'engagement des réserves; même ceux qui se rendaient sans combattre ajoutaient à la confusion. Il était impossible de déterminer le sens de l'attaque alliée, son importance, son centre de gravité, ses axes d'efforts. On ne voyait aucun point sur lequel effectué ne contre-attaque; on manquait de temps pour réfléchir, on manquait de chefs pour coordonner les actions ou pour étudier les renseignements. En définitive, les division aéroportées alliées remportèrent, bien malgré elles, dans le désordre et la confusion, des succès qu'elles n'auraient osé espérer dans l'ordre et la cohérence: le chaos engendre le chaos. En fait, quand la 4ème divison d'infanterie US mit le pied sur la plage, la bataille d'Utah Beach était déjà terminée et se soldait par une victoire!


 

Voir le Blog de Utaha_Beach : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Utaha_Beach  Nouveau message 15 Fév 2004, 23:25

veuillez m'excuser pour les nombreuses fautes de grammaire et d'orthographe, notamment dans la première partie.
Amicalement


 

Voir le Blog de Utaha_Beach : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de jeunot  Nouveau message 16 Fév 2004, 19:53

alors la je ne peut que m'incliner, Chapeau Utaha_beach :wink:


 

Voir le Blog de jeunot : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de blindhammer  Nouveau message 16 Fév 2004, 20:21

Voici des données claires est précises. Il me manquait quelques renseignement avant le 6 juin et je viens de les avoirs. Je savais que les parachutages ne c'étaient pas trés bien déroulés mais je ne pensais pas à ca point là.


 

Voir le Blog de blindhammer : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Utaha_Beach  Nouveau message 16 Fév 2004, 20:35

Tu sais, aucunes des attaques alliées durant la guerre ne sait bien passer car s'il elles l'avaient été, aucun homme ne serait tomber. Mais bon, on ne fait pas de guerre sans sacrifice. Par contre, j'aimerais le mettre dans le centre de documentation quoiqu'il n'est peut-être pas assez bien.


 

Voir le Blog de Utaha_Beach : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Origfild  Nouveau message 17 Fév 2004, 20:08

Utaha_Beach a écrit:veuillez m'excuser pour les nombreuses fautes de grammaire et d'orthographe, notamment dans la première partie.
Amicalement


J'ai quand même mis ton texte dans le centre de documentation, mais essaye de t'améliorer pour les prochaines fois (si tu comptes refaire des posts susceptibles d'être copiés dans le centre de documentation ;) ). :)


 

Voir le Blog de Origfild : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de Hit917  Nouveau message 17 Fév 2004, 21:50

N'était-ce pas le général Falley qui commandait la 91ème division allemande? Il fut tué par des paras US.


 

Voir le Blog de Hit917 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Utaha_Beach  Nouveau message 18 Fév 2004, 12:45

Hit917 a écrit:N'était-ce pas le général Falley qui commandait la 91ème division allemande? Il fut tué par des paras US.


Oui, c'était bien Falley le commandant de la 91ème division allemande!

Amicalement


 

Voir le Blog de Utaha_Beach : cliquez ici


Suivante

Retourner vers DEBARQUEMENT ET BATAILLE DE NORMANDIE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Aujourd’hui, 08:41
par: François 
    dans:  Ligne Maginot vs mur de l'Atlantique 
Aujourd’hui, 07:57
par: Lusi 
    dans:  La femme au temps du National-Socialisme 
Aujourd’hui, 07:11
par: JARDIN DAVID 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Aujourd’hui, 06:51
par: Didier 
    dans:  un lien sur la LVF.... 
Aujourd’hui, 06:26
par: JARDIN DAVID 
    dans:  [DU 1er SEPTEMBRE 2018 au 31 OCTOBRE 2018]: Feu sur les véhicules d'écolage ( Allié ou Axe) 
Aujourd’hui, 02:16
par: Signal Corps 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Hier, 21:48
par: iffig 
    dans:  antenne du consulat américain à Lyon 1942-1944 
Hier, 21:47
par: pierma 
    dans:  Hitler 
Hier, 21:28
par: frontovik 14 
    dans:  12ème régiment de chasseurs à cheval en 1945-1946 
Hier, 19:53
par: pigeon38 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 10 invités


Scroll