Connexion  •  M’enregistrer

Ne faites aucun prisonnier !


Le 6 juin 1944, 6 divisions d'infanterie débarquent sur 5 plages précédées par 3 divisions aéroportées.
Dès le 7 juin, c'est la bataille de Normandie qui commence et qui ne s'achèvera que le 29 aout.
MODÉRATEUR: Jumbo

Nouveau message Post Numéro: 21  Nouveau message de Laurent Pépé  Nouveau message 29 Juin 2006, 17:14

Je suis surpris sur l'opposition de Goering.

Il s'avere qu'il semble a peu pres certain que les pilotes du Normandie-Niemen abattus en zone ennemie, furent executés. Ce fut une des accusations au tribunal de Nuremberg.


:wink:


 

Voir le Blog de Laurent Pépé : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 22  Nouveau message de Audie Murphy  Nouveau message 29 Juin 2006, 17:16

Pour répondre à la première question de Daniel, je citais les prisonniers canadiens parce que je cite ce que je connais ! J'ai aussi eu vent d'un certain massacre de Malmedy qui mettait en cause des prisonniers US et un massacre d'aviateurs britanniques (une cinquantaine) qui avaient été récupérés après une tentative d'évasion. Pourquoi avoir choisi le massacre des Canadiens ? Parce qu'il m'a été confirmé de vive voix par un vétéran !
You'd better run for cover before I start to smile...

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5746
Inscription: 22 Mar 2004, 14:09
Localisation: Beauce, Québec, Canada

Voir le Blog de Audie Murphy : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 23  Nouveau message de Igor  Nouveau message 29 Juin 2006, 17:52

Concernant la distinction SS / Waffen SS, vous pouvez aussi en débattre sur ce topic:

Ici
Cordialement

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2041
Inscription: 18 Juil 2003, 15:35

Voir le Blog de Igor : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 24  Nouveau message de Narduccio  Nouveau message 29 Juin 2006, 21:11

Laurent Pépé a écrit:Il s'avere qu'il semble a peu pres certain que les pilotes du Normandie-Niemen abattus en zone ennemie, furent executés. Ce fut une des accusations au tribunal de Nuremberg.

Les pilotes français parce qu'ils étaient considérés comme des francs-tireurs. La France s'étant retirée suite à l'armistice.


 

Voir le Blog de Narduccio : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 25  Nouveau message de Laurent Pépé  Nouveau message 29 Juin 2006, 21:58

oui mais les Francais libres de l'armée de terre (FFL), "francs tireurs" egalement donc, ne connurent pas ce sort


 

Voir le Blog de Laurent Pépé : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 26  Nouveau message de Audie Murphy  Nouveau message 30 Juin 2006, 04:20

Laurent Pépé, c'est l'épouse de Goering qui avait fait cette affirmation: À prendre au second degré !

Maintenant, pour ceux qui pensent qu'Hitler aurait pu avoir des scrupules à faire assassiner des prisonniers de guerre, voici une dépêche parue dans le quotidien québécois Le Soleil en mai 1945:

On voulait exterminer les prisonniers alliés
LONDRES, 18. - (BUP) - Le docteur Karl Bruckhart, ancien président de la Croix Rouge internationale, a confirmé les rapports suivant lesquels Adolf Hitler désira un moment éliminer les prisonniers alliés aux mains des Allemands. C'était aux derniers jours de la guerre en Europe. Hitler ne put mettre sa menace à exécution, parce que l'armée allemande refusa d'obéir à ses ordres.
You'd better run for cover before I start to smile...

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5746
Inscription: 22 Mar 2004, 14:09
Localisation: Beauce, Québec, Canada

Voir le Blog de Audie Murphy : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 27  Nouveau message de Laurent Pépé  Nouveau message 30 Juin 2006, 09:04

Dans HISTORICA N°23, on trouve une explication quant au sort réservé aux prisonniers canadiens par les SS en Normandie.

« Le drame

Dans la matinée du 8 juin, la Panzer-Lehr-Division montait en ligne pour se mettre en place à la gauche de la Division « Hitlerjugend ». L'artillerie devait appuyer l'attaque de cette division d'élite, la « division d'instruction des blindés ». Le colonel Luxenburger, qui commande l'Artillerie-Lehr-Regiment 130, se trouve à la cote 102, au sud de Brouay et de Cristot avec plusieurs membres de son état-major, en observation, afin de préparer l'engagement de son artillerie. Il y a là les chefs de deux de ses groupes d'artillerie : le lieutenant-colonel Zeissler et le capitaine Comte Clary-Aldringen, un aristocrate autrichien. Sont aussi présents six sous-officiers et hommes du rang. Le colonel Luxenburger est un invalide de guerre, il a perdu le bras gauche lors de la Grande Guerre mais le chef d'un régiment d'artillerie est plus un ingénieur qu'un artilleur et cette invalidité ne l'empêche pas d'être un officier brillant.

Un peu plus loin au nord-ouest, le « C » Squadron du régiment Inns of Court a traversé la mince ligne de front tendue par le groupe de reconnaissance de la Division « Hitlerjugend », la SSPanzeraujklârungs-Ableilung 12 (sous les ordres de Gerd Bremer). Les véhicules de reconnaissance britanniques, des blindés légers Humber et des chenillettes, ont pour mission de détruire tous les ponts routiers sur l'Orne au sud de Caen entre Thury-Harcourt et le pont ferroviaire. Pour accomplir cette tâche, les engins emportent des hommes du Génie. Soudain, les blindés des patrouilles 2 et 6a surgissent devant le colonel Luxenburger et son état-major. Ils sont aussitôt capturés. Il n'est pas question de relâcher d'aussi importants prisonniers mais il n'est pas facile de les charger dans les véhicules exigus. Les officiers britanniques demandent tout d'abord à leurs prisonniers de grimper à l'avant des véhicules blindés où ils seront attachés comme « boucliers humains ». Le lieutenant-colonel Zeissler proteste avec véhémence. Le colonel Luxenburger refuse tout aussi fermement ; il est battu et blessé au visage. Il est finalement attaché à la tourelle et au canon d'un Humber. Zeissler est ficelé à un autre engin. Puis la radio grésille, les hommes des patrouilles de reconnaissance viennent de recevoir les ordres de leurs chefs : « Exécutez les autres prisonniers ». Les mitrailleuses crachent leurs balles, les sept autres prisonniers s'effondrent. Puis les engins britanniques continuent leur chemin mais, vers Le Mesnil-Patry, ils sont aperçus par des Allemands du II./ 26 qui leur tirent dessus avec des canons antichars. Des véhicules blindés sont touchés, dont le Humber qui transportait le colonel Luxenburger, ainsi que celui transportant Zeissler. Ce dernier est indemne, mais le lieutenantcolonel Luxenburger a été grièvement blessé par l'obus antichar allemand. Il décédera trois jours plus tard dans un hôpital militaire allemand. Mais revenons à la cote 102. Fauchés par les balles, les hommes sont tombés les uns sur les autres et le comte Clary s'est trouvé protégé par les corps de ses camarades tandis que les mitrailleuses tiraient jusqu'à ce que plus personne ne bouge. Grièvement blessé, il s'extrait des cadavres et rejoint, en rampant, Le Mesnil-Patry où il est recueilli par des hommes du II.126. Il est amené au PC du bataillon, Bernhard Siebken apprend ce qui vient de se passer. Le SS-Sturmmann Klëden, un secrétaire de combat, donne aussitôt les premiers soins au comte Clary (ce dernier sera témoin de la défense au procès Siebken). De son côté, le lieutenant-colonel Zeissler est profondément choqué par ce qui est arrivé à son chef et à ses camarades. Il ameute les Waffen-SS du secteur, scandalisé par une telle action. La nouvelle se répand rapidement. Ainsi, comme le font souvent les Soviétiques sur le Front de l'Est, les Britanniques exécuteraient les prisonniers ?
Peu après cet incident, vers midi, le II.126, bataillon commandé par Bernhard Siebken dont le PC est au château du Mesnil-Patry, a enfoncé les lignes du R.W.R. à Putot. Les Canadiens laissent 64 prisonniers aux mains du II.126. La 6' compagnie (Schmolke) capture vingt Canadiens de la compagnie Able du R.W.R. près du pont de Brouay. La 7' compagnie (Henne) s'enfonce profondément dans Putot et capture quarante Canadiens des compagnies B et C. Ces derniers sont amenés à un PC de Bernhard Siebken, à la ferme de M. Moulin au Mesnil-Patry. Ainsi que l'enquête l'établira, ces prisonniers sont bien traités. Puis ils sont dirigés vers le sud, en direction de Fontenay-le-Pesnel. C'est là que Ip, colonne est interceptée par un véhicule d'état-major. Un officier donne des ordres. Les prisonniers sont emmenés dans le champ à droite de la route, en vue de la route venant de Caen. Les blessés, qui avaient reçu les premiers soins au Mesnil-Patry, sont mis au centre du groupe. Puis arrive un semi-chenillé allemand, un groupe de soldats ouvrent le feu sur les prisonniers. Trente cinq d'entre eux sont tués sur place. Cinq se sont échappés. Toutes les victimes sont des soldats du R.W.R. à l'exception de trois hommes du 3 Cdn A Tk Regt RAC et un des Camerons. Les cinq soldats qui se sont échappés sont le Cpi McLean (R.W.R.), le Rfn Ferris (R.W.R.), le Gnr Clark (3 Cdn A Tk Regt), le Rfn Desjarlais (R.W.R.), et le Rfn McDougall (R.W.R.). Ces cinq hommes seront ultérieurement repris par une unité de la Division « Hitlerjugend » et traités très correctement.

Par ailleurs, d'autres prisonniers vont rejoindre le château d'Audrieu. …………… »


 

Voir le Blog de Laurent Pépé : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 28  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 30 Juin 2006, 10:04

Bonjour,

Merci Laurent, interessant.
Ca fait un peu oeil pour oeil, dent pour dent, cette affaire.

Tu ne nous dis pas qui est l'auteur de l'article, mais je suppose que tu n'aurais pas fait ce poste si il s'agissait d'un membre de ta liste de "poetes".


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 29  Nouveau message de Laurent Pépé  Nouveau message 30 Juin 2006, 10:33

Historica est une publication Heimdal :wink:

Cette extrait est issu d'un des 2 numeros cités il y a peu de temps par "Royal Winnipeg Rifles" ,MOURIR A L'ABBAYE D'ARDENNES ou LES CANADIENS FACE A LA HITLER JUGEND
.

Je ne les possede plus...


 

Voir le Blog de Laurent Pépé : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 30  Nouveau message de loulou  Nouveau message 30 Juin 2006, 11:31

Ce qui ne fait aucun doute c'est le sort tragique des prisonniers russes qui étaient éxécutés dès leur capture sur ordre d'Hitler Hitler qui pratiquait sa politique de terre brulée et pas seulement pour les maisons et batiments :?
Il a même dit que les balles étaient précieuses c'est pourquoi Himmler s'est chargé de faire mettre au point des chambres à gaz mobiles avec intoxication par les pots d'échappement...


 

Voir le Blog de loulou : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers DEBARQUEMENT ET BATAILLE DE NORMANDIE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
il y a 6 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
il y a 13 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
il y a 25 minutes
par: Lusi 
    dans:  LES CAUSES D'UNE DEFAITE LA FRANCE POUVAIT-ELLE GAGNER? 
il y a 57 minutes
par: MichaelHunter 
    dans:  LA BATAILLE DE HANNUT 
Aujourd’hui, 18:30
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  RAF 1916 - 2016 
Aujourd’hui, 17:10
par: facecachee5 
    dans:  NAUFRAGE du LAMORICIERE 1942 Départ d'ALGER 
Aujourd’hui, 16:51
par: brehon 
    dans:  MARKET GARDEN, PLAN ET EXECUTION CE QU'IL AURAIT FALLU FAIRE POUR GAGNER... 
Aujourd’hui, 16:43
par: MichaelHunter 
    dans:  [DU 1er SEPTEMBRE 2018 au 31 OCTOBRE 2018]: Feu sur les véhicules d'écolage ( Allié ou Axe) 
Aujourd’hui, 16:40
par: Signal Corps 
    dans:  MUSIQUE 
Aujourd’hui, 15:14
par: betacam 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités


Scroll