Page 2 sur 2

Nouveau messagePosté: 31 Aoû 2004, 19:19
de Kelilean
Salut

Pour tous ceux que le sujet intéresse , je conseille vivement la lecture des deux derniers numéros de Batailles aériennes , consacrés aux opérations aériennes durant la bataille de Normandie .
En ce qui concerne la Luftwaffe , j'en arrive à la conclusion qu'elle n'a pas fait preuve de tant d'inactivité , mais qu'elle a au contraire tenté tant bien que mal d'utiliser son potentiel au maximum ; seulement , le potentiel en question n'avait rien de comparable avec celui des Alliés .
Et la lecture de ces deux magazines vous montrera toute l'âpreté et les nombreux engagements aériens de cette bataille .

Amicalement ,

Keli :wink:

Nouveau messagePosté: 06 Sep 2004, 07:22
de AlexC
Merci de l'info ! :D

Nouveau messagePosté: 06 Sep 2004, 10:06
de Yves
En plus des questions de formation il y eut également un important facteur démographique...
A savoir que la RAF a bénéficié en 1940 de l'arrivée de pilotes déjà formés voire ayant déjà une bonne expérience du combat, en provenance des nations vaincues (France, Belgique, Pologne, Tchécoslovaquie etc.), ne pas avoir à former (ou juste sur la manipulation d'appareils qu'ils ne connaissaient pas forcément) de A à Z ces pilotes a été un gain de temps énorme et un atout substantiel pour la RAF, ces pilotes ont également permis à la RAF de mettre des pilotes chevronnés à disposition des centres de formations...

Ensuite, comme il a déjà été dit, la luft a laissé beaucoup de ses pilotes (et parmi les mieux formés) dans la bataille d'angleterre. Ce qui a beaucoup été dit à ce sujet, c'est que les anglais pouvaient souvent récupérer les pilotes abattus dans leur espace aérien, ce qui n'était pas le cas pour les allemands qui du coup perdaient à la fois avions et équipages.

Par la suite, la luft a eu d'excellents appareils à disposition (bien que les décisions de production ou de recherches étaient souvent incohérentes faute d'avoir des gens compétents à la place de Goering, as de 14 certes mais bien loin des réalités de la guerre des airs) mais leur haute technicité demandaient des pilotes assez chevronnés et elle n'en avait plus assez (sachant que les pilotes formés sur le front de l'Est ne faisaient pas trop le poids à l'Ouest).

Pour reprendre ce qu'a dit Keli, je suis d'accord sur le fait qu'il est un peu excessif de dire que la luft a été inexistante ou inefficace... Les pilotes allemands se sont battus becs et ongles, notamment dans la défense de l'Allemagne. Il y avait clairement surnombre mais ce n'était pas pour autant la grande ballade pour les alliés...
N'oublions pas non plus que pour le 6 juin d'importantes manoeuvres de diversion (vagues d'assaut de bombardiers) avaient lieu dans le nord de la France / Belgique, ce qui a monopolisé d'importants moyens (d'autant plus que les allemands ont longtemps estimé que l'assaut en normandie était une diversion) aériens... et il faut également se souvenir que la pagaille régnait au sein de l'Etat major allemand, ce qui a réduit les capacité à réagir, tant au sol que dans les airs.

Nouveau messagePosté: 06 Sep 2004, 12:34
de Audie Murphy
Bonne analyse Yves. Sans vouloir prêcher pour ma paroisse, le Canada possédait une excellente école de pilotage et de nombreux pilotes britanniques y ont été formés.

Nouveau messagePosté: 07 Sep 2004, 08:06
de Origfild
Alexandre le Grand a écrit:A ce propos, de quand pouvons-nous dater la maîtrise alliée du ciel srlonvous ?

moi je dirais de la fin de la bataille d'Angleterre. L'Allemagne y a en effet perdu plus de 1000 appareils et toute volonté de mener une véritable attaque contre l'Angleterre.
Ils ont mis du temps à se remettre de la bataille de France qui a été une réussite ; ils ne se sont pas remis de la bataille d'Angleterre qui fut pour eux une catastrophe. :wink:

Nouveau messagePosté: 13 Sep 2004, 19:11
de webmastersignal
Si la bataille d'Angleterre fut désastreuse pour la Luftwaffe, elle reste au cours de 1941 et jusqu'en avril 1943 très puissante et efficace, à cette date les III/JG 54 et 2/JG 27 furent transferés de France pour rejoindre la défense du Reich au moment même ou les alliés intensifiaient leur offensive en europe occupée.
En avril 1943, les alliés mettent au point l'offensive Pointblank : neutralisation de la chasse allemande et destruction de l'industrie aéronautique, l'offensive durera onze mois et assura la totale maitrise du ciel le 6 juin 44, mais dès mai 1943, le nombre des chasseurs perdus par les allemands dépassa celui des alliés pour la première fois depuis la bataille d'angleterre.
Autre petite précision, il est écrit plus haut que pendant la bataille d'Angleterre, les allemands perdaient avions et pilotes c'est tout à fait vrai mais la situation c'est très vite retournée quand les alliés passèrent à l'offensive.

Nouveau messagePosté: 14 Sep 2004, 21:14
de chien jaune
Pour en revenir à l'hypothèse de départ ...!
Si la Luftwaffe avait envoyé des avions bombarder les plages , ils auraient été drôlement reçus par les innombrables chasseurs qui les attendaient , sans compter l'artillerie anti-aérienne à base de Bofors quadruples et autres tromblons mortels pour des avions certes performants mais très loin de la solidité des P 47 et Typhoon alliés !

N'utilisant pas de roquettes, leurs attaques si elles avaient réussi ,ne se seraient pas montrées très dévastatrices pour les innombrables cibles de l'armée du débarquement, Et si même Hans Rudel était venu avec son escadre de Stuka canon , il n'aurait pas survécu très longtemps sur ce théatre malgré son expérience.

Nouveau messagePosté: 15 Sep 2004, 11:58
de Yves
webmastersignal a écrit:Autre petite précision, il est écrit plus haut que pendant la bataille d'Angleterre, les allemands perdaient avions et pilotes c'est tout à fait vrai mais la situation c'est très vite retournée quand les alliés passèrent à l'offensive.


Tout à fait d'accord mais... :
Le fait que la RAF puisse "préserver" un maximum de son potentiel humain en termes de compétences et d'expériences de pilotage a été primordial pour former les contingents suivants. Même si les pertes ont été plus lourdes (pertes d'avions et des pilotes), les "nouveaux" avaient un haut niveau de compétence grâce à une bonne transmission des savoirs.
Pour la luft, l'inversion des degrés de pertes (d'abord pertes des avions + pilotes puis principalement perte des avions) n'a pas eu le même impact. Les pilotes de 39-40 ont - pour beaucoup - chûté en Angleterre, or c'étaient eux les mieux formés, avant-guerre puis par l'expérience directe du combat aérien en Europe. Et ces pilotes là - du fait des pertes - n'ont pas pu transmettre leur savoir comme les anglais, d'où des contingents de nouveaux pilotes moins bien formés ensuite.

Nouveau messagePosté: 15 Sep 2004, 19:30
de webmastersignal
Yves, nous sommes d'accord, j'ajouterais que la RAF n'est plus seule à combattre, l'US Army ne bénéficiait d'aucune expérience au combat mais d'un réservoir de recrue "presque inépuisable" que les pilotes ayant terminés leur tour allaient instruire par la suite. N'oublions pas que les attaques sur l'allemagne s'effectuaient de nuit pour la RAF et de jour pour l'US Army, d'ou des taux des pertes très différents