Posté: 05 Juil 2005, 05:41
de L'Amiral
..........

Expériences médicales:

Buchenwald est l'un des KZ où les nazis entreprirent des expériences médicales sur les cobayes humains qu'étaient les déportés livrés sans défense à la discrétion de leurs bourreaux. Ces blocks portaient les numéros 46 et 50.

Au Block 46, on n’inoculait le typhus exanthématique aux individus de différentes façons: d'abord par piqûre de poux infectés sur des individus malades, puis par injection de broyage de poux infecté, enfin par injection de sang d'individus atteints. Cette dernière méthode se révéla la plus fidèle et c'est la seule qui fut retenue. Le cobaye atteint une infection au bout de 7 ou 14 jours d'incubation. Il entretenait continuellement deux hommes-souches qui permettaient d'entreprendre n'importe quelle série d'expériences à la demande de la direction SS. Le Block 46 était jumelé avec le Block 50, où se poursuivaient des recherches de sérothérapie et de vaccinothérapie. Le maître de ces lieux était un ancien ouvrier confiseur de Vienne promu, par la grâce du régime, "savant" en titre de cet organisme désigné, par euphémisme sans doute, Institut d'hygiène des SS.

Lorsqu'une "découverte" était au point au Block 50, l'activité destructive du Block 46 redoublait. Des prisonniers étaient choisis pour établir l'efficacité du produit étudié et des médicaments divers proposés par l' IG Farben. Durant une quinzaine de jours, ils bénéficiaient d'une bonne nourriture composée de lait, de beurre, d'œufs et de sucre. Puis un fort pourcentage d'entre eux (80 à 90 %) étaient inoculés grâce aux "souches" et tous, malades et bien-portants, étaient mis au traitement, ce qui permettait de juger à la fois de son activité thérapeutique et de sa toxicité. Les expériences terminées, les cobayes rescapés étaient supprimés par la méthode habituelle du Block, c'est-à-dire par injection d'acide phénique. En juillet 1944 par exemple, ces expériences coûtèrent la vie à 156 prisonniers.

Le Block 46 avait été réservé pour l'expérimentation sur l'homme dès le 2 janvier 1942 sur l'ordre de l'Académie médico-militaire de la Wehrmacht de Berlin. Le Block 50 (Hygien Institut des Waffen SS) avait été fondé en septembre 1943 par le Sturmbannführer Erwin Ding-Schuler. L'ensemble était placé sous la protection d' Himmler et dirigé par des SS qui allaient fréquemment rendre compte de leur activité à Berlin. Il ne s'agissait donc pas d'organismes nés du sadisme d'un simple commandant de camp.

Les nazis prenaient grand soin de dissimuler ces activités.
Parmi les autres attentats contre la personne humaine perpétrés à Buchenwald, la stérilisation pratiquée couramment au Revier par le médecin-chef Schiedlausky lui-même, ainsi que les prélèvements de sang (jusqu'à 500 grammes par prise) sur les déportés invalides au profit de la Wehrmacht. Pendant ce temps, les autres déportés étaient astreints au travail dans les kommandos


Activités économiques:

Usines d’armement au camp (DAW appartenant à la SS, Gustloff, Mibau), installées en septembre 1940 avec 532 détenus. Jusqu'au bombardement d'août 1944, ces entreprises employaient 1400 détenus. Après le bombardement, de nouveaux bâtiments furent reconstruits;

Dans les entreprises Gustloff-Werke, installées dans le camp, travaillaient 280 détenus le 23 février 1942 (jusqu'à 3 000 au moment du bombardement);

A la Mibau, ouverte en 1943 avec 30 détenus et qui en comptera 1500 au moment du bombardement.

Ainsi, la quantité maximale de détenus employés dans les entreprises à l'intérieur du KZ était de 5 900;

Le camp fournissait aussi de la main d’oeuvre à diverses industries d’Allemagne centrale : Briqueterie à Berlstedt (DEST appartenant à la SS), fabrication de pièces pour Messerschmitt, Opel, menuiserie ; kommando de Hadmersleben construisant une usine d’aviation, kommando de Wansleben construisant une usine de fabrications métalliques ; kommando féminin au laminoir 2 des acieries Krupp d’Essen ; kommando aux acieries du Bochumer Verein ; kommando aux usines AEG et Hasag (munitions) de Leipzig ; constructions aéronautiques ; constructions automobiles (BMW)...

Ces halls travaillaient notamment pour l'entreprise Siemens. On y fabriquait des postes de TSF, des appareils de télécommande pour avions et tanks, des gyroscopes, des bobinages pour V1 et V2 ».
Roger Arnould, Mibau, Kommando de Buchenwald,
Cité in Le Grand livre des Témoins, p 182, FNDIRP, Ramsay, 1995.



"Par malheur, on m’envoie dans un des kommandos les plus durs : « Walbrecht Grube », qui travaille douze heures alternativement une semaine de jour, une de nuit. Nous sommes occupés dans une mine aux travaux les plus épuisants et dangereux. Ce kommando est vraiment lamentable, composé de tous les pauvres types qui ne se sont pas débrouillés pour aller ailleurs. Ces sont des « musulmans » comme les Allemands les appellent ; non pas qu’ils soient des sectateurs du Prophète, mais ce sont des loques humaines, à bout de forces, traînant leurs guenilles et leur misère, déjà brisés moralement ».
Aimé Bonifas, Laura, Kommando de Buchenwald,
Cité in Le Grand livre des Témoins, p 182, FNDIRP, Ramsay, 1995.


..........