Le Blog de yauckt
PHOTOS PFL

************************************************************************************************************************************

Parce qu'il n'y a pas que le béton dans la vie...


Flux
Retour Annuaire des BlogsIndex du Blog de yauckt


yauckt
Technician 5th grade
Technician 5th grade
 
Messages: 31

Inscription: 25 Juil 2014, 13:28
Région: Liège
Pays: Belgique
Blog: Voir le blog (242)
Archives
- Février 2018
PFL1 - BV17
   07 Fév 2018, 20:26
PFL1 - BV17bis
   07 Fév 2018, 20:04

+ Janvier 2018
+ Décembre 2017
+ Novembre 2017
+ Octobre 2017
+ Avril 2017
+ Mars 2017
+ Février 2017
+ Janvier 2017
+ Décembre 2016
+ Novembre 2016
+ Octobre 2016
+ Août 2016
+ Juillet 2016
+ Juin 2016
+ Mai 2016
+ Avril 2016
+ Mars 2016
+ Février 2016
+ Janvier 2016
+ Décembre 2015
+ Novembre 2015
+ Octobre 2015
+ Août 2015
+ Juillet 2015
+ Juin 2015
+ Mai 2015
+ Avril 2015
+ Mars 2015
+ Février 2015
+ Décembre 2014
+ Novembre 2014
+ Octobre 2014
+ Septembre 2014
+ Août 2014
+ Juillet 2014

PFL2 - AC1

Lien permanentde yauckt le 26 Mai 2015, 14:10

AC1 Aux Communes - Allée du Parc à Cheratte ( 50°41'08.1"N 5°40'30.0"E )

Etat : ?
Accessibilité : Très simple, au fond de l'allée du Parc.
Visitable : Non, presque entièrement enterré.

AC1 fait partie, comme son nom ne l'indique pas, de l'intervalle de PFL2 Barchon-Meuse (BM). Abri observatoire oeuvrant pour le fort de Barchon (et accessoirement, pour celui de Pontisse lorsqu'il a été privé de son observatoire sur la PFL4 : PL13), AC1 est situé sur les hauteurs de Cheratte au lieu dit "Aux Communes", endroit duquel il tire sa dénomination. Il fut le premier abri a être transformé en observatoire (voir les plans avant/après sur le site du clham : http://www.clham.org/050442.htm). Je cite ici un texte de Mr E. Coenen tiré de la même page du site du clham précédemment citée :
LES TRANSFORMATIONS

Tout d'abord, un réseau de fil de fer barbelé, constitué de trois rangées, entoure l'abri. La longueur du périmètre est de 100 m, ce qui représente 120 piquets et 500 Kg de fil de fer barbelé. Des barrières permettaient le franchissement de ce réseau.

La protection de la porte d'entrée est renforcée par un mur en béton armé. La grille de fermeture existante est du type P1. (Il est possible que certaines baies d'entrée aient été ramenées à hauteur d'homme).

Dans le mur formant la chicane du sas, le créneau d'observation et de tir est modifié. La goulotte lance-grenades existante et ce créneau peuvent être fermés par des volets intérieurs.

La porte à persiennes existante, de type P2, est rendue hermétique à l'air.

La goulotte lance-grenades défendant la face latérale extérieure de l'abri reçoit également un volet intérieur.

Un tampon métallique est fixé sur la partie intérieure de la sortie de secours, afin de la rendre hermétique à l'air.

La tablette, servant de support au chargeur de bandes de la mitrailleuse, est déplacée.

Le bac à argile de la première chambre de tir, permettant le placement d'une mitrailleuse et de son affût, est démoli. A sa place, on fixe un affût "Chardome" avec un système "Squifflet" qui permet de placer un FM à la place de la Mi.

L'embrasure de cette chambre de tir est modifiée. L'ancien système d'obturation intérieur de l'embrasure est enlevé ainsi que le volet extérieur. Le nouveau volet extérieur de fermeture de l'embrasure est constitué par une plaque de blindage de 6 cm d'épaisseur provenant d'une ancienne batterie allemande de la première guerre, la batterie Wilhelm II à Knokke.

Les accès au local cloche et à la deuxième chambre de tir sont fermés par des portes hermétiques à l'air de type P 16.

L'aménagement de cette deuxième chambre de tir est réalisé comme suit:

1) le bac à argile est démoli et le volet intérieur de fermeture de l'embrasure est enlevé.

2) l'embrasure est bétonnée en y aménageant une goulotte lance-grenades. Cette goulotte entraîne, en ce qui concerne AC 1, le remblayage du fossé diamant, afin de permettre l'explosion des grenades au ras du sol. Ce fossé diamant, un des rares construits, empêche l'ennemi d'atteindre l'embrasure afin d'y placer une charge explosive et évite que des remblais provenant d'explosions ne masquent l'embrasure.

Afin de pouvoir placer des lits superposés, un des côtés de cette chambre de tir est libéré de toutes ses étagères et crochets. Une partie de ceux-ci sont replacés sur le côté opposé, en vue de stocker tout le matériel en dotation; les autres seront fixés dans la première chambre de tir et dans le local cloche. Une nouvelle étagère est placée au-dessus de l'ancienne embrasure.

La dernière paroi du local reçoit un ventilateur puisant l'air dans le local cloche et le refoulant dans le local de détente ainsi que dans le local de tir.

Sitôt les transformations de l'abri AC 1 terminées, c'est-à-dire début mars 1939, on organise un exercice d'occupation permettant la mise au point de l'organisation des postes d'observation cuirassés extérieurs des PFL 1, 2 et 4.

Voici les notes du fort de Barchon liées à l'activité d'observation d'AC1 :
- 11 mai 1940, 22:35 - Le brigadier Miessen est fortement brûlé au visage par une fusée. Le docteur Wiener est désigné pour se rendre à l'arbi.
- 12 mai 1940, 20:00 - Signalement d'un rassemblement de troupes ennemies à la ferme Monami près de Chertal. Le fort tire 60 coups des 3 coupoles de 75. Le but est atteint.
- 12 mai 1940, 20:15 - Signalement d'un nouveau rassemblement de 300 hommes au même endroit. Nouveaux tirs, nouveaux coups au but.
- 12 mai 1940, 21:35 - Le maréchal des Logis Michaux est blessé par balle à la cuisse. Le docteur Dessart est envoyé sur place.
- 13 mai 1940, 11:14 - AC1 avertit qu'une batterie lourde tirant sur le fort a pris position à l'est de la villa Aigret.
- 16 mai 1940, 08:30 - Signalement d'une colonne de 200 hommes descendant la route Haccourt-Vivegnis. S'en suit un tir des deux coupoles de 105, lourdes pertes chez l'ennemi et dispersion de la colonne.

Ce n'est qu'à la chute du fort de Barchon, le 18 mai vers 19 h, que l'abri arrête sa mission. Son équipe le quittera après avoir détruit documents et matériel et tentera de rejoindre l'armée de campagne.

L'abri possédait un camouflage assez particulier en forme d'escalier autour de sa cloche d'observation (qui a été retirée). Au vu de l'urbanisation du quartier, il est heureux de constater qu'il n'a pas tout simplement été rasé. Voici donc à quoi ressemble AC1 de nos jours... D'ici peu de temps, on ne verra même plus le moindre cm² de bêton...
Image Image Image Image Image Image Image Image Image

AC1 surveillait également l'accès au Thier Noël, 2 bornes Cointet sont toujours visibles en bas de cette petite rue ( 50°41'01.6"N 5°40'34.2"E ). Je n'ai pas déterminé où pouvaient être entreposés les éléments C.
Image Image Image Image Image

Plans d'AC1 avant et après modification en observatoire :
ImageImage

Situation de l'abri fin des années 40 :
Image

Situation de l'abri fin des années 60 :
Image

Situation de l'abri de nos jours :
Image

Dernière édition par yauckt le 10 Aoû 2016, 18:08, édité 12 fois.





0 commentairesVu 633 fois
<- Retour Index du Blog de yaucktRetour Annuaire des Blogs ->


Scroll