Forum Le Monde en Guerre


https://www.39-45.org/blog.php?u=8430&b=287&sid=23313d732628a190f5899d69ab7fd5c0

Auteur: Pigoreau [ 30 Mai 2013, 17:23 ]
Sujet du blog: Sur Les Clionautes

Olivier PIGOREAU
Sanglante randonnée - Les Français de la division « Brandebourg » et des formations de chasse SS
Paris, 2013, Histoire & Collections - 357 p., cartes et illustrations, sources et bibliographie - 22 € - ISBN : 978-2-35250-266-1

lundi 20 mai 2013, par Guillaume Lévêque

Spécialiste des Français passés au service du nazisme, le journaliste Olivier Pigoreau explore avec ce nouveau livre une page méconnue de la Collaboration militaire. En s’appuyant sur un important travail de dépouillement de sources, mené notamment dans les fonds de la justice civile et militaire, il retrace le parcours d’un noyau d’environ 250 renégats français qui endossèrent l’uniforme allemand de la division d’élite Brandebourg. Contrairement à leurs homologues de la LVF et des SS français, ils présentent la triste originalité d’avoir été employés contre leurs propres compatriotes sur le territoire national. Ils constituèrent une compagnie qui sévit principalement contre la Résistance de la mi-1943 jusqu’à la Libération. Les Pyrénées et le Sud-Est de la France furent le théâtre principal de leurs sinistres missions.

Auxiliaires zélés du maintien de l’ordre nazi, les traitres démasqués par Olivier Pigoreau sont jeunes, brutaux et sans scrupules. Leur recrutement est disparate : à une cohorte de militants politiques principalement issus du PPF de Doriot, s’agrègent des truands (provenant notamment du milieu corso-marseillais lié à Simon Sabiani), des paumés et même quelques égarés qui fuient le STO en s’enrôlant chez l’ennemi, à la manière de Lacombe Lucien.

La chronique de leurs sanglants méfaits contre la résistance est d’autant plus sordide qu’elle s’accompagne de manière systématique de pillages crapuleux, dont l’impunité est assurée par l’uniforme allemand. La litanie des exactions qui peuvent leur être imputées reflète un rôle parfois brouillon mais généralement redoutable au service de l’occupant. Soldatesque de guerre civile vivant dans l’instant présent de la violence pure, cet agrégat d’extrémistes, de mercenaires et de crapules suit l’armée nazie dans son repli en Allemagne.

Incorporés dans des détachements de chasse SS, les renégats français sont employés dans une petite guerre de coups de main sur le front Ouest et, lors de l’effondrement du Reich, destinés à participer à la chimérique opération Werwolf. Tel qu’il ressort des archives dépouillées par l’auteur, le sort de ces parias vaincus fut très divers : ceux qui survécurent aux combats furent pour la plupart arrêtés et confrontés à la rudesse aléatoire de la justice de l’épuration.

Olivier Pigoreau jette un regard sans complaisance sur ce sujet délicat et potentiellement malsain. Rédigé dans un style alerte, au ton plus proche de l’investigation journalistique que de la synthèse historique mais étayé par un travail d’enquête archivistique sérieux, son ouvrage se lit avec facilité. Détails secondaires, la présence d’un cahier de photographies ne compense pas l’absence d’un index tandis que les cartes proposées sont peu utiles, faute de localiser de façon précise les lieux des crimes et exactions des « Brandebourgeois français ». En définitive, la restitution attentive du parcours de ces criminels en uniforme dessine une redoutable « valse avec les traitres » ...

© Guillaume Lévêque

M. Lévêque avait fait une présentation très fine de mon précédent livre :

http://clio-cr.clionautes.org/spip.php? ... aHkGZbRZX4

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]