Retour Annuaire des BlogsIndex du Blog de Pigoreau


Pigoreau
Colonel
Colonel
 
Messages: 286

Inscription: 29 Avr 2013, 15:33
Région: France
Pays: France
Blog: Voir le blog (50)
Archives
- Août 2021
Sur France Bleu Béarn-Bigorre
   30 Aoû 2021, 22:10

+ Juin 2021
+ Avril 2021
+ Mars 2021
+ Novembre 2020
+ Juin 2020
+ Avril 2020
+ Mars 2020
+ Février 2020
+ Novembre 2019
+ Septembre 2019
+ Janvier 2019
+ Mai 2018
+ Juillet 2017
+ Mars 2017
+ Février 2017
+ Janvier 2017
+ Novembre 2016
+ Avril 2016
+ Février 2016
+ Janvier 2015
+ Septembre 2014
+ Juin 2014
+ Mai 2014
+ Avril 2014
+ Février 2014
+ Janvier 2014
+ Septembre 2013
+ Mai 2013

Sur Guerres et Conflits

Lien permanentde Pigoreau le 25 Mai 2013, 12:36

Sur l'excellent blog de Rémy Porte, Guerres et Conflits (critique et interview) :

6 avril 2013
Deux fois traitres

Sanglante randonnée

Les Français de la division Brandebourg et des formations de chasse SS

Olivier Pigoreau

Dans l'abondante littérature qui existe sur la collaboration militaire avec l'occupant durant la Seconde guerre mondiale, reviennent souvent les mêmes grands sujets, parfois traités de manière pour le moins "approximative". L'ouvrage qui nous est proposé aujourd'hui tranche dans la production habituelle sur deux points principaux : il s'intéresse dans le détail à une unité élémentaire très particulière et fort peu connue d'une part, et l'étude est abordée sur la base d'une réelle recherche dans les archives d'autre part.

Suivant un fil chronologique, le livre est divisé en 28 brefs chapitres (généralement moins d'une dizaine de pages chacun) qui racontent le parcours, parfois presque surréaliste, de ces jeunes d'origines très diverses qui s'engagent sous uniforme allemand pour combattre la résistance sur le territoire national. Ils appartiennent au 3e régiment de la division Brandenbourg, chargée des "opérations spéciales" pour les armées du Reich, dont ils forment la 8e compagnie. Opérations spéciales ? Pour le moins ! Dans l'atmosphère de la défaite allemande, de l'été 1944 dans le sud de la France aux derniers jours de la guerre en Allemagne et en Italie, ces hommes transgressent toutes les règles de la guerre. Rapidement, on passe de la lutte contre les maquis aux représailles contre les civils, des opérations contre la résistance aux délits de droit commun et aux crimes. Olivier Pigoreau parle d'ailleurs, à la fin de son avant-propos de "road movie sanglant". : vols et violences, délits et assassinats marquent leur route vers la Provence, l'est de la France, l'Allemagne et jusqu'à l'Italie du nord en avril 1945. On reste pensif sur l'itinéraire personnel de ces hommes, comme le lieutenant Striefler, chef de la 2e section et pourtant docteur ès Lettres et pilosophie, tandis qu'un autre fait des études de médecine... Mais parmi eux, également, des truands marseillais notoires, fidèles de Sabiani. On trouve même un ancien résistant du maquis Bir Hakeim retourné ! L'ouvrage, pourtant très détaillé et qui fait dans certains chapitres une large place aux procès qui suivirent, ne donnent pas sur ce point toutes les clefs de compréhension. Mais peut-on d'ailleurs comprendre ?

On apprécie la richesse des annexes ainsi que la précision des sources. De Sainte-Foy-la-Grande à Valréas, d'Alès à Oraison, c'est aussi une part de l'istoire de la Libération dans le Midi qui est ici décrite. Et nous laissons à nos lecteurs le soin de cédouvrir ce que fut ultérieurement, après 1945, le parcours parfois étonnant de ces hommes deux fois traitres : pour avoir porté l'uniforme allemand et avoir combattu sur le sol de France.

Olivier Pigoreau a bien voulu revenir sur son étude pour nos lecteurs :

Question : Pouvez-vous nous préciser votre parcours d'historien et comment vous en êtes venu à vous intéresser à cet aspect très particulier de la collaboration militaire pendant la Seconde guerre mondiale ?

Réponse : Je me suis intéressé à la collaboration militaire tout à fait par hasard à propos d'une affaire où des Français portant l'uniforme allemand avaient été fusillés par des soldats de la 2e DB. Au départ, je souhaitais utiliser ces faits dans le cadre d'une œuvre de fiction. C'est moins la qualité des fusillés qui m'importait que le côté drame shakespearien de cette affaire : des Français tombant au cri de "vive la France" sous les balles d'autres Français. C'est en allant au Service historique de la Défense pour me documenter que je me suis découvert une vocation de chercheur et un intérêt pour la collaboration qui m'a amené à fouiller du côté du PPF de Doriot, en particulier ses opérations avec et pour le compte des services secrets allemands. Et puis, je suis tombé sur la 8e compagnie "Brandebourg" dont les liens avec le PPF sont nombreux.

La suite ici : http://guerres-et-conflits.over-blog.co ... 21815.html





0 commentairesVu 996 fois
<- Retour Index du Blog de PigoreauRetour Annuaire des Blogs ->


Scroll