Retour Annuaire des BlogsIndex du Blog de Pigoreau


Pigoreau
Colonel
Colonel
 
Messages: 286

Inscription: 29 Avr 2013, 15:33
Région: France
Pays: France
Blog: Voir le blog (50)
Archives
- Août 2021
Sur France Bleu Béarn-Bigorre
   30 Aoû 2021, 22:10

+ Juin 2021
+ Avril 2021
+ Mars 2021
+ Novembre 2020
+ Juin 2020
+ Avril 2020
+ Mars 2020
+ Février 2020
+ Novembre 2019
+ Septembre 2019
+ Janvier 2019
+ Mai 2018
+ Juillet 2017
+ Mars 2017
+ Février 2017
+ Janvier 2017
+ Novembre 2016
+ Avril 2016
+ Février 2016
+ Janvier 2015
+ Septembre 2014
+ Juin 2014
+ Mai 2014
+ Avril 2014
+ Février 2014
+ Janvier 2014
+ Septembre 2013
+ Mai 2013

Mort d'un collabo

Lien permanentde Pigoreau le 03 Fév 2017, 00:01

Jean-Baptiste Dibon n’a sans doute jamais su le fin mot de l’histoire. Peut-être même n’a-t-il jamais appris l’identité de cet homme qui, une nuit d’août 1944, vint frapper à la porte de son hôtel situé au lieu-dit Mi-Forêt. La date exacte, il l’a oubliée, mais pas les événements dont il fut le témoin et dont il se souvient parfaitement trois ans après les faits, le 7 août 1947, lorsqu’il reçoit la visite des gendarmes de la brigade de La Guerche-de-Bretagne, où il vit désormais.

Aux enquêteurs, il est en mesure de préciser qu’il a été réveillé vers une heure du matin par des coups frappés contre sa porte par un homme de haute taille aux trois quarts dévêtu qui demandait du secours. L’inconnu était blessé. Quatre balles l’avaient atteint, dont une à la gorge, et il avait manifestement été battu, son corps étant couvert de plaques noires. L’hôtelier a alors prévenu les gendarmes de Liffré qui sont arrivés sur les lieux, ainsi qu’un médecin qui a fait évacuer le blessé dans une voiture, probablement vers un hôpital. Mais Dibon ignore quel établissement et qui était le supplicié, qui n’a pu lui dire son nom, étant incapable de parler.

L’enquête ne va pas permettre de dissiper toutes les zones d’ombre de cette affaire, mais elle suffit au tribunal de 1re instance de Rennes pour rendre un jugement le 21 juin 1948 constatant le décès de Gérard De Becker (pseudonyme) – l’inconnu n’en est donc pas un -, disparu corps et biens sur le territoire de la commune de Liffré en août 1944, victime des « combats de la Libération ».

Cette décision fait suite aux démarches de l’épouse du défunt qui, dès août 1944, avait été informée du décès de son mari grâce à un ami de son frère, le dramaturge Léopold Marchand. Travaillant à l’époque pour la Résistance, celui-ci avait appris que Gérard De Becker avait été abattu par le maquis en Bretagne. C’est sur la foi de cette information qu’allait débuter l’enquête confiée par le tribunal de Rennes aux services de police et de gendarmerie.

(...)

La suite ici :

http://www.rennes-infos-autrement.fr/li ... n-collabo/





0 commentairesVu 840 fois
<- Retour Index du Blog de PigoreauRetour Annuaire des Blogs ->


Scroll