Retour Annuaire des BlogsIndex du Blog de Aldebert


Aldebert
vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3601

Inscription: 22 Jan 2010, 20:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France
Blog: Voir le blog (108)
Archives
- Janvier 2019
+ Septembre 2018
+ Août 2018
+ Juillet 2018
+ Mai 2018
+ Mars 2018
+ Février 2018
+ Janvier 2018
+ Décembre 2017
+ Septembre 2017
+ Juillet 2017
+ Juin 2017
+ Mai 2017
+ Avril 2017
+ Mars 2017
+ Février 2017
+ Janvier 2017
+ Novembre 2016
+ Septembre 2016
+ Juin 2016
+ Avril 2016
+ Mars 2016
+ Décembre 2015
+ Novembre 2015
+ Septembre 2015
+ Juillet 2015
+ Mai 2015
+ Avril 2015
+ Mars 2015
+ Février 2015
+ Janvier 2015
+ Décembre 2014
+ Octobre 2014
+ Septembre 2014
+ Août 2014
+ Juin 2014
+ Mai 2014
+ Avril 2014
+ Mars 2014
+ Février 2014
Amis

1er RA - Poste de Boulerhmane - Chapitre 19

Lien permanentde Aldebert le 25 Mar 2014, 00:07

Poste de Boulerhmane
Le poste de Boulerhman commande l’accès de la route qui mène vers le plateau de Bouhamama. Il est situé près du col de Fedj sur les premiers contreforts des djebels de la région du Chélia. Des éléments du 94ème RI occuperont ce poste bâti sur l’emplacement de l’ancienne maison forestière. Sa situation permettra aussi de guider les tirs d’artillerie des pièces de 155 en batterie à Bouhamama. La distance maximale de tir maitrisé pour ces pièces est de 15 kms à charge sept. Cette distance à vol d’oiseau est celle qui les sépare de ce poste.
De temps à autres des exercices sont effectués tous azimuts, depuis Bouhamama pour apprécier la justesse de tir, des pièces.
Ce jour là, c’est en direction de Boulerhmane que sont dirigés les canons. Il faut allonger le tir, encore et encore. Par radio Boulhermane transmet les coordonnées des points de chute des obus. Charge sept, hausse maxi possible, feu ! Soudain, un ordre hurlé, répété à plusieurs reprise « halte au feu, halte au feu on tire sur Boulerhmane »… enfin presque. Je suis spectateur près des obusiers et j’entends crier « On a failli toucher Boulhermane »
A ce même instant dans les environs proches du poste de Boulerhmane des éléments du 18ème RCC sont en patrouille. Les obus éclatent non loin des blindés. Robert Brisson assiste impuissant avec ses camarades aux explosions d’obus qui risquent de les anéantir. Pris de panique, il saisit la mitrailleuse de son blindé et comme pour éloigner le danger, envoie des rafales en direction des explosions. Plus tard quand je fais sa connaissance à l’occasion d’un rassemblement de son régiment les premiers mots qu’il m’adresse me désignant du doigt et en riant, sont. « le 1er RA qui nous a tiré sur la gueule » Décidemment je suis l’homme du 1er RA.
Quand le 1er RA quitte Bouhamama pour s’installer à El Madher, c’est le 94ème RI qui tiendra ce poste jusqu’au départ définitif. Les relations entre SAS et ce régiment ne seront jamais aussi excellentes à l'image de celles que nous avions avec le 1er RA. Elles ressembleront au mieux à des relations de bon voisinage. Il est vrai que nous sommes à cette époque en train de vivre le commencement de la fin.
boulerhmane.jpg
boulerhmane.jpg (145.38 Ko) Vu 455 fois

Ce jour là mon patron nous donne, à mon collègue Claude Faney et à moi, permission de nous rendre à Khenchela où nous sommes attendus pour « décompresser ». Un convoi du 94èmeRI est justement prévu. Comme d’habitude, tout naturellement au moment dit, nous nous apprêtons à monter dans un GMC. Un adjudant de compagnie arrive et s’oppose à ce que des civils empruntent le convoi. Tiens, on ne nous avait encore jamais fait ce coup là ! Mon camarade et moi sommes pourtant équipés de pied en cap d’habits qui ne ressemblent en rien à ceux portés par les civils. Nous sommes revêtus d’une tenue neuve américaine dernier cri, avec carabine US M1 et son harnachement. Nous faisons en sorte de ne pas créer d’incident, nous nous dirigeons discrètement vers le sortie du poste nord, où nous sautons au cul d’un GMC en marche. Le convoi stoppe au poste de Boulerhmane. Un sous off averti par radio nous demande de descendre et nous invite à le suivre. Il nous informe qu’il a reçu l’ordre de nous maintenir là, jusqu’au prochain retour du convoi.
La mesquinerie de cet adjudant de quartier nous oblige à utiliser le moyen radio du poste pour informer notre patron de nos désagréments. Le Lieutenant Gibier prend immédiatement contact avec la base de Khenchela qui dépêchera une Jeep pour nous permettre de terminer notre voyage. Il y a comme cela, dans la vie, des gens qui sont là uniquement pour briser toute entente, toute harmonie, des emmerdeurs quoi ! Pour ma part, je pense qu’il était jaloux de voir des civils porter aussi bien l’uniforme!!!




Fedj.jpg
Fedj.jpg (183.45 Ko) Vu 395 fois


poste du col de fedj.jpg
poste du col de fedj.jpg (150.69 Ko) Vu 383 fois


Fichiers joints
Dernière édition par Aldebert le 22 Déc 2014, 20:06, édité 14 fois.





0 commentairesVu 727 fois
<- Retour Index du Blog de AldebertRetour Annuaire des Blogs ->


Scroll