Retour Annuaire des BlogsIndex du Blog de Aldebert


Aldebert
vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3645

Inscription: 22 Jan 2010, 20:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France
Blog: Voir le blog (108)
Archives
- Janvier 2019
+ Septembre 2018
+ Août 2018
+ Juillet 2018
+ Mai 2018
+ Mars 2018
+ Février 2018
+ Janvier 2018
+ Décembre 2017
+ Septembre 2017
+ Juillet 2017
+ Juin 2017
+ Mai 2017
+ Avril 2017
+ Mars 2017
+ Février 2017
+ Janvier 2017
+ Novembre 2016
+ Septembre 2016
+ Juin 2016
+ Avril 2016
+ Mars 2016
+ Décembre 2015
+ Novembre 2015
+ Septembre 2015
+ Juillet 2015
+ Mai 2015
+ Avril 2015
+ Mars 2015
+ Février 2015
+ Janvier 2015
+ Décembre 2014
+ Octobre 2014
+ Septembre 2014
+ Août 2014
+ Juin 2014
+ Mai 2014
+ Avril 2014
+ Mars 2014
+ Février 2014
Amis

SAS Bouhamama - Anecdotes - Chapitre 15

Lien permanentde Aldebert le 20 Mar 2014, 20:15

Anecdotes

Une belle salle de bains

Le Général de la Ruelle en disponibilité, alors lieutenant au 18ème RCC, est allé avec un peloton , explorer les Benis Melloul et guider des éléments d'un régiment de parachutistes coloniaux ( RPIMa) pendant plus d’une semaine à la recherche de renseignements sur les positions des rebelles. Ceux-ci sont habituellement retranchés dans un camp fortifié (merkhez), avec abris souterrains. Ils sont vides à leur arrivée. Les informations qu’il recueille sont d’importance. A son retour de mission le groupe qui ne s’est pas lavé depuis tout ce temps a été pris en charge par le 1er RA. Le lieutenant de la Ruelle est hébergé dans les locaux du Bordj de la SAS. Il me dira beaucoup plus tard: « Après avoir vécu, avec ses hommes des moments pour le moins des plus inconfortables dans le djebel, il avait été ébloui par le faste d’une splendide et moderne salle de bain. Il existe des petits plaisirs au souvenir ineffaçable.

Un poker improvisé

1961 – Le commandant Toth, le capitaine Gros rendent visite à la SAS, en réalité notre patron, le lieutenant Gibier leur présente quelques découvertes que j’ai extraites d’une fouille d’un site romain situé à l’extrémité du mont Tarzout (G.Earth 35°18’35’’,35 N – 6°44’44’’,80 E). Je ne me souviens plus très bien des circonstances mais l’ambiance aidant, une table de poker est toute prête dans ma chambre spacieuse dans laquelle nous prenons nos aises. Nous sommes cinq : Les deux officiers du RA, son hôte, mon collègue Claude Faney et moi. Les militaires ont probablement envisagé de plumer les civils. Ont-ils réussi ? Prudent et près de mes sous, je ne joue pas très longtemps et perd peu. Mon camarade Claude lui persiste à jouer. Évoquant les bonnes cartes que le capitaine Gros présente très souvent sur le tapis, il utilise cette expression à son adresse « Vous ne les attachez pas avec des saucisses ».
Parmi les objets romains présentés à nos visiteurs, des jarres en terre cuite figurent sur la liste des pièces trouvées sur le site des fouilles. Je les offrirai quelques temps plus tard avant notre départ à un Lt /colonel du REC ou de la 13ème DBLE de passage, qui me dit disposer d’un container pour son retour en France. Mes deux valises de 20 kgs qu’autorisera mon billet d’avion, n’auraient pas suffit pour conserver ces trésors qui m’étaient chers puisque j’en étais l’inventeur.



La SAS de Yabous rend visite à celle de BouHamama

Jean Louis Banquet notre collègue de Yabous veut nous épater, c’est certain. Il avait promis de nous rendre visite. Nous ne l’attendions toutefois pas voyageant en si grand équipage.
Il apparaît au sein du convoi qui fait son entrée à Bouhamama, installé dans une superbe Citroën DS19, sur le devant de laquelle flotte un fanion tricolore. Le véhicule est conduit par un Moghazni, s’il vous plait. A son entrée dans le camp, certains militaires ont d’abord remarqué notre ami comme une autorité en visite d’inspection. Sur le coup il en a intrigué plus d’un et peut être inquiété d’autres.
Yvon Demigné du commando V33, est en protection de convoi, perché avec sa section sur une crête. Il m’a communiqué une photo de la belle voiture prise ce jour là. Il est certain que les chaouïas ainsi que l’ancienne piste, devenue récemment route goudronnée n’avaient jamais encore observé une silhouette de DS. Elle est sans doute la première à rouler dans ces parages. La marque aux chevrons est présente au cœur des Aurès, au pied de sa majesté le Chélia. Ne disions nous pas à cette époque, « Citroën, toujours en tête »
DS de Jean Louis Banquet.jpg
DS de Jean Louis Banquet.jpg (102.39 Ko) Vu 352 fois


La SAS Bouhamama reçoit quelques uns de ses amis du commando de chasse V33

Nous sommes à l’intérieur de l’enceinte de la SAS. Aidé par mes camarades, les instructeurs, j’installe une table et des chaises dans la petite cour entre le magasin d’habillement et ma station radio, Un rideau de canisses est tendu par-dessus les têtes afin d’atténuer l’effet des rayons du soleil sans pour autant assurer une ombre complète.
Il faut que les militaires invités ici, aient l’impression de goûter quelques instants de vie civile.
Sont au nombre des invités les MDL Daniel Chaillou, Roger Duprieu, Mallemouche, les brigadiers chefs Dupoux et Lerbet. Sans oublier Sylvain Déraco et Gérard Palau les instits comme on les appelle. Pour parfaire cette impression tous revêtiront une chemise civile issue de nos gardes robes. Les pantalons, ceux de la tenue d’été militaire feront illusion.
J’installe sur un banc, à proximité de la table, un poste radio avec Pick Up. Notre collation sera animée sur fond de musique, grâce à des disques super 33 tours, les Platters, Ray Conniff. La fée électricité n’a pas encore fait son apparition à Bouhamama. Le groupe électrogène de la SAS pourrait éventuellement nous en dispenser mais depuis peu, le bordj est alimenté par celui du 1er RA qui fonctionne seulement à la tombée de la nuit jusqu’à 22 heures.
Dans ma station radio j’ai la ressource d’un convertisseur, qui produira du 110 volts à partir de batteries. C’est une des raisons pour laquelle nous nous sommes installés à cet endroit
Le personnel de la SAS possède un réfrigérateur fonctionnant au pétrole. Il est alimenté avec du Kérosène car son pourvoir calorifique est meilleur. Ce carburant nous est aimablement offert par le 1er RA. qui le prélève sur le stock réservé aux hélicos de passage. Le kérosène ne dégage que peu de fumée et peu d’odeur durant sa combustion.
Pour conserver nos boissons fraîches, rien de tel qu’un pot de chambre garni de glaçons, faisant office de grand seau à champagne. Chacun constate l’originalité de cette pratique qui plait bien. Oui, pour nos invités, tout ici est luxe par rapport à l’existence spartiate qu’ils endurent. Ces modestes agapes paraissent comme, une bouffée de liberté, de fantaisie qui rompt la vie monotone que tous supportent néanmoins bien courageusement.
SAS  Chaillou Daniel , Duprieu roger -Sylvain - Lerbet -Palau -Albert Gilmet -  Dupoux bernard.jpg
SAS Chaillou Daniel , Duprieu roger -Sylvain - Lerbet -Palau -Albert Gilmet - Dupoux bernard.jpg (111.38 Ko) Vu 337 fois

de D à G -Duprieu -Chaillou - Déraco - Palau - Gilmet - Mallemouche (caché) - Dupoux
SAS Réception.jpg
SAS Réception.jpg (146.52 Ko) Vu 337 fois


Au mess de la B1, l'habitude est prise de commencer le repas en chanson. C'est un air connu très en vogue "La Plume de ma Tante" chanson interprétée par Pétula Clark. Tous ensemble nous martelons la table avec un de nos couverts pour rythmer le chant. Joyeux souvenirs !

Dupoux, dont j'ai oublié le prénom, a été élève des Beaux Arts. Il a effectué une bien jolie décoration dans le mess. Il a notamment peint des trace de pas sur le sol qui se continuaient sur le mur et se terminaient sur la plafond. On s'en souvient encore.

Patrick est le "Maître d’hôtel" du Mess de la B1. Chacun se plait à reconnaître que c'est un garçon d'une grande gentillesse. On ne le connait que sous le nom de Patou.
Patrick devant la chambrée  - B1 - 1960.jpg
Patrick devant la chambrée - B1 - 1960.jpg (82.55 Ko) Vu 219 fois


50 années ont passé. On se retrouve en petit comité, première rencontre depuis l'Algérie. Je n'ai pas réussi à trouver un vase de nuit semblable à celui utilisé à Bouhamama. Peu importe l'émotion est présente, d'autant plus que ce seau hygiénique nous est offert par Laurent Gibier le fils de mon ex-patron. Depuis, nous nous retrouvons plus nombreux, chaque année à l'occasion d'un rassemblement du 1er RA. Cette année 2014, le rassemblement est organisé "Au domaine de la grande Garenne" entre Bourges et Vierzon, au mois de septembre.

017 - retrouvailles St Germain.JPG
017 - retrouvailles St Germain.JPG (82.95 Ko) Vu 236 fois

La SAS organise des séances de cinéma

La SAS est dotée d’un appareil de projection pour films 16 mm. L’appareil était-il destiné à l’action Psychologique, il sera utilisé ce soir pour une séance de cinéma ouverte à tout public. L’opérateur radio devient ce soir là, opérateur projectionniste. Cette première soirée est organisée en plein air dans l’enceinte du Bordj. Elle peut se dérouler en toute sécurité, protégée par les murs qui l’entoure. Les Moghaznis sont invités, ils ont amenés avec eux des éléments de leur famille, surtout des enfants. A ce divertissements sont aussi présents des officiers du RA et ma fois les militaires de tous grades s’il réussissent à trouver une place. La cour est grande mais elle a ses limites. Les éclats de lumière des images projetées dans la nuit sur un écran placé en hauteur, sont visibles de très loin au delà du Bordj. Il est certain qu’ils seront aperçus depuis le Djebel Tamza, ainsi que le Chélia et des contreforts des Beni Melloul. C’est en fait une situation de vie presque normale qui renaît dans cet espace isolé des Aurès, niant la possible présence de rebelles susceptibles de harceler le poste. C’est aussi une provocation soulignant la preuve de leur faiblesse et celle de notre maîtrise du territoire. Cette scène peut ressembler à une forme d’action psychologique, non organisée.
Le spectacle cinématographique commence par un documentaire, à l’image de ceux de la métropole. C’est une charmante présentation de danses subaquatiques dans une eau d’une grande limpidité. Un film américain, très rafraîchissant en cette période d’été.
Le « grand » film, est aussi américain. Il conte les succès et les déboires d’un pilote de courses automobiles. Parmi les héros je crois me rappeler la présence d’une femme qui conduisait aussi un de ces bolides. Les yeux des enfants sont comme rivés sur la toile. Ils cèdent à la magie, de la vision de leur tout premier film. Les images sonorisées les impressionnent et les enchantent. A mon avis il n’y aura pas que les enfants qui auront été impressionnés.
Je continuerai à organiser d’autres séances de projection pour les militaires dans le foyer du camp. Les films sont distribués par le service du cinéma aux armées à Khenchela. Ils ne sont pas de la première jeunesse, mais à chaque fois ils apportent pour beaucoup un peu de rêve, les bruits de la ville dite civilisée et surtout un moment d’évasion.

Fichiers joints
Dernière édition par Aldebert le 01 Mai 2014, 22:07, édité 11 fois.





0 commentairesVu 990 fois
<- Retour Index du Blog de AldebertRetour Annuaire des Blogs ->


Scroll