Retour Annuaire des BlogsIndex du Blog de Aldebert


Aldebert
vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3645

Inscription: 22 Jan 2010, 20:22
Localisation: Aquitaine
Région: Aquitaine
Pays: France
Blog: Voir le blog (108)
Archives
- Janvier 2019
+ Septembre 2018
+ Août 2018
+ Juillet 2018
+ Mai 2018
+ Mars 2018
+ Février 2018
+ Janvier 2018
+ Décembre 2017
+ Septembre 2017
+ Juillet 2017
+ Juin 2017
+ Mai 2017
+ Avril 2017
+ Mars 2017
+ Février 2017
+ Janvier 2017
+ Novembre 2016
+ Septembre 2016
+ Juin 2016
+ Avril 2016
+ Mars 2016
+ Décembre 2015
+ Novembre 2015
+ Septembre 2015
+ Juillet 2015
+ Mai 2015
+ Avril 2015
+ Mars 2015
+ Février 2015
+ Janvier 2015
+ Décembre 2014
+ Octobre 2014
+ Septembre 2014
+ Août 2014
+ Juin 2014
+ Mai 2014
+ Avril 2014
+ Mars 2014
+ Février 2014
Amis

Attentat aux chais «de la Sté des Colons Lyonnais». Chapitre 65

Lien permanentde Aldebert le 08 Mar 2015, 20:38

Attentat aux chais «de la Sté des Colons Lyonnais».


En Algérie, en ces années de pacification, être véhiculé dans un command-car, procure un certain prestige. Les militaires qui prennent habituellement place sur ses coussins, surtout ceux de la banquette arrière, en route vers une destination quelconque ont en général, hormis le chauffeur, les épaulettes garnies de barrettes et même parfois d’étoiles, aussi ce véhicule à son passage est-il considéré avec respect ou respecté avec considération. La 64ème Compagnie de Télégraphistes d’Outre Mer en est dotée, ils sont équipés de postes radios SCR 193 et le personnel qui l’occupe affiche des galons cousus plutôt sur la manche.

28 -.jpg
28 -.jpg (121.04 Ko) Vu 405 fois



Parti de Constantine, après une halte à Sétif puis à Bougie nous intégrons notre command-car dans une rame d’un convoi composé de véhicules de tous types appartenant à différentes unités. Il n’est pas recommandé, voire interdit de circuler en isolé sur la Corniche Kabyle, à cause d’une possible attaque des rebelles. Nous l’appelions Corniche Djidjélienne aux mille lauriers roses, un véritable petit paradis. Le regroupement de convoi s’effectue au lieu dit les « Falaises » en direction de Ziama Mansouriah puis Djidjelli (Jijel).

Pour les déplacements avec véhicule, nous empruntons la route mais pour ceux des militaires isolés, qui rejoignent leur lieu de mission ou qui regagnent la base arrière, le recours au bateau "la Servanaise" est privilégié. C’est un caboteur qui dessert Bougie (Béjaïa, Djidjelli et Philippeville, ce parcours est plus tranquille pas besoin d’escorte et sans doute plus rapide.

L’ordre pour le départ est annoncé, notre équipage, le chauffeur et trois opérateurs radios, prend place dans le véhicule. Soudain nous apercevons un capitaine situé en tête qui remonte le convoi à pieds. Il inspecte chaque véhicule et ordonne aux militaires d’ôter le chapeau de brousse pour ceux qui en sont coiffés et de le remplacer par un casque ou une autre coiffure. Les fells, parait-il, en sont dotés d’identiques, ainsi le respect de cette consigne permettra de reconnaitre qui est qui. L’officier se rapproche rapidement de nous, interpellant de-ci-delà des bonshommes qui s’exécutent immédiatement. Quant à nous-quatre, nous avons conservé notre chapeau sur notre chef attendant l’ordre de le faire disparaitre. Le Capitaine s’apprête à croiser notre véhicule, jette sur nous un regard furtif puis, silencieux, nous dépasse et continue sa marche. Nous étions devenus transparents, probablement grâce à notre command-car. La vie nous réserve parfois de petites satisfactions bien honnêtes.

Les Falaises - route Bougie à Djidjelli 4-58.jpg
Les Falaises - route Bougie à Djidjelli 4-58.jpg (95.9 Ko) Vu 406 fois
Touveray – Couturier – Gilmet. Les Falaises avril 1958

Ce jour là au BCR à Djidjelli, au Fort Duquesne, des monteurs sont appelés d’urgence pour aller installer un poste d’alerte dans une propriété viticole de la région, aux chais de la « Sté des Colons lyonnais ». Des radios sont invités à les accompagner afin d’avoir une image sur place de l’installation de l’appareil prévu pour émettre un signal d’alerte, signal d’identification du lieu, émis en boucle en mors, surveillé sur une fréquence, le récepteur un ANGRC9, restant en veille près de notre table de travail.

Arrivés sur place nous apprenons que le gardien du chai, un musulman, vient d’être exécuté pour l’exemple, par le FLN, parce qu’il travaille pour des colons français. Son cadavre est étendu à même le sol, à quelques mètres de l’entrée des chais. Une femme, probablement son épouse, agenouillée tout près du corps se lamente, elle émet des plaintes et gémissements continus. Elle accompagne ces cris de désespoir de gestes surréalistes. A l’aide de ses deux mains nues, elle tente de récupérer, en les remontant dans la boite crânienne éclatée du mort, les matières du cerveau qui s’en écoulent, comme pour lui rendre son intégrité. Je n’ai jusqu’alors jamais réussi à vomir et même en cette circonstance, j’aurais pourtant souhaité y parvenir tant l’estomac me remonte bien haut. Une période d’une semaine et plus a été nécessaire pour m’ôter cette image restée vivace dans mes pensées.
https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q= ... n1gRCwSVKA


Djidjelli BCR.jpg
Djidjelli BCR.jpg (101.48 Ko) Vu 404 fois
Une partie de l’équipe du BCR de Djidjelli – Opérateurs - Chiffreurs – Régulateurs – Télétypistes -

Fichiers joints
Dernière édition par Aldebert le 10 Mar 2015, 19:22, édité 2 fois.





0 commentairesVu 675 fois
<- Retour Index du Blog de AldebertRetour Annuaire des Blogs ->


Scroll