Retour Annuaire des BlogsIndex du Blog de quovadis


quovadis
Sergeant Major
Sergeant Major
 
Messages: 82

Inscription: 23 Nov 2016, 07:59
Région: bretagne
Pays: france
Blog: Voir le blog (17)

Ordre n°52 du 15 juin 1941 RMS Baltique

Lien permanentde quovadis le 10 Mar 2017, 20:32

ORDRE NMR 0052
DU 15 JUIN 1941
AUX TROUPES DE LA REGION MILITAIRE BALTIQUE
POUR LE MAINTIEN OPERATIONNEL DES TROUPES DE LA REGION


TRES SECRET
PARTICULIEREMENT IMPORTANT

RIGA

OBJET: Maintien opérationnel des troupes de la Région Militaire


Le contrôle de l'état opérationnel des unités de la Région a montré que certains Commandants n'ont pas été vigilants sur le maintien opérationnel de leurs troupes et ne savent pas commander leurs unités. La mise en alerte des unités se trouvant à l'entrainement ou en manoeuvre, tout particulièrement celles de la 90eme Division de Fusiliers n'a pas correctement foctionné. Le rassemblement des unités de Division au déclenchement de l'Alerte ne s'est pas fait correctement pour se mobiliser sur place. Les regrouppements se font faits lentement, de façon désorganisé, sans ordre. Le déplacement des unités depuis leur point de rassemblement s'est fait par un chemin unique ce qui a occasionné des encombrements. Les équipements n'étaient pas complets, les gourdes n'étaient pas pleines, les équipements inadaptés. Tout le matériel n'a pas été emporté. Au 286eme Régiement de Fusiliers un équipement d'Artillerie Régimentaire, quatre armes de batterie anti-char, un mortier sont restés au camp. Au 149eme Régiement de Mortier d'Artillerie huits matériels sont restés. Au 286eme Régiment de Fusiliers les distributions de rations quotidiennes ne se sont pas faites et les combattants sont restés sans rien pendant 24 heures.
Des unités sont partis en opération à dix kilomètres de leur camp sans emporter la totalité de leur armement et leurs munitions en caisse. De jeunes commandnats d'Unité sont partis sans emporter leur armement (au 2eme Bataillon du 286eme Régiment de Fusiliers). Les Commandants de grandes et de petites unités de la 90eme Division de Fusiliers ne maîtrisaient pas leur secteur d'action. C'est dû à une négligence criminelle et la légèreté des anciens.
Au cours de l'entrainement des unités de la 125eme Division de Fusiliers le faible niveau de préparation opérationnel du 466eme Régiement de Fusiliers et des autres unités de la 125eme Division de Fusiliers était évident. Le niveau de commandement et de coordination de ce genre de troupe était clairement bas. Des Commandants d'unité ne savaient pas s'orienter sur le terrain. La nuit tombée ils étaient perdus, ne savant pas diriger et courrant sur le terrain à la place des agents de laison. Le Major Garilov, un Commandant de Régiement à même passé deux heures à rechercher un Bataillon de l'Avant-Garde qui s'était égaré en laissant son propre régiment sans aucun ordre. a ucun Commandant des petites unités n'avait reçu de mission à effectuer et de ce fait le Régiment s'est trouvé dans l'incapacité de réaliser sa mission en temps opportun. Les Commandants n'ont pas mis en place les actions des groupes chargés des points de résistance, et ne savaient pas mener la surveillance du champ de bataille. Le Renseignement en particulier a été passablement mené.
La Défense des postes de tir et des points de défense des unités de la Division a été mal menée. Les peities unité ne savaient pas couvrir les postes de défense pour les protéger d'un assaut de l'ennemi, en particulier la défense de nuit. Il n'y avait pas de patrouille dans les zones de déploiement des obstacles anti-char et de réseaux de barbelés. Les postes n'étaient pas adaptés pour le tir de nuit et n'étaient pas non plus occupés. Les laisons avec les postes de garnison n'avaient pas été déployées ou personne ne les gérait.
 Au cours des mois de mai/juin le commandement des unités de la 90eme Division de Fusiliers n'ont pas effectué d'entrainement. Le responsable direct est le Colonel Golubev, Commandant de Division, il a commis une faute lourde. Il faut bien comprendre que la participation des Bataillons de Fusiliers aux missions de Défense donne aux Commandants d'unité et de petite unité d'avoir plus de temps pour s'occuper de leur propre niveau opérationnel ets'occuper mieux de leurs tâhes de commandement.          
Les erreurs qui ont été pointées dans le commandement montrent qu'un grand nombre de Commandant d'Unité vivent et travaillent selon de vieilles méthodes sans comprendre la situation internationale contemporaine, sans comprendre le plus important à l'heure actuelle nous devons être en état de combat opérationnel à n'importe quel moment. Tous ces Commandzants ne comprennent pas qu'il est clair que nous devons pouvoir être capable de remplir n'importe quelle mission de guerre à n'importe quel moment.
Il faut se préparer tranquillement, sans faire de bruit, en secret, mais travailler jour et nuit, nuit et jour. Etre en permanence pleinement opérationnel. Chaque Commandant doit connaître sa position, la préparer et être pleinement opérationnel pour défaire n'importe quel ennemi sur cette position.

 J ORDONNE:       
1. Les Commandants d'Armées et les Commandants de Division doivent se rendre sur le terrain pour appliquer mes directives. D'ici le 22 juin 1941 chaque Commandant de Division doit appliquer sur place les décisions que chaque Commandant d'Armée aura confirmé et dont il aura informé les Divisions.

2. D'ici le 24 juin 1941les Commandants de Corps doivent conduire les instructions sur le terrain avec chaque Commandant de Régiement pour les prises de décision reçu des Commandants de Division.

3. D'ici le 28 juin 1941 Chaque Commandant de Division doit mener les entrainements sur le terrain avec les Commandants de Bataillon

4. Aller en instruction par petit groupe de 3/4 personnes, en évitant de révéler aux populations civiles le but de l'instruction. La mission d'instruction sur décision des gradés sera d'occuper les postes pour le combat défensif. Le principal c'est de détruire l'infanterie de l'ennemi, protéger ses propres troupes contre l'Aviation, les Blindés et l'Artillerie de l'ennemi.

5. L'installation de champs de mines et de réseaux barbelés dans la bande frontalière doivent être réalisées de la façon suivante: Les champs de mines doivent pouvoir être installés en moins de trois heures. Dans chaque régiment l'installation doit être supervisée par les commandants d'unité de l'Armée Rouge et les équipes de sapeurs, si nécessaire les bataillons de sapeurs, qui travailleront selon les plans dans les zones renforcées qui auront été désignées par le Commandement.

6. Les réseaux barbelés doivent être installés sans tarder dans les zones avancées en première ligne de défense des Divisions puis ensuite dans la profondeur du dispositif de Division. Les Commandants de Division prendront personnellement la décision de couverture.

7. Préparer la mise en place d'obstacles selon le plan des Commandants d'Armée de façon à préoir les troncs d'arbres, leur orientation et leur mise en place, la préparation des cables, la préparation des mines anti-char et anti-personnel pour leur disposition en avant des obstacles, entre et au niveau des tranchées. Le Commandant d'Armée prendra personnellement la décision de les recouvrir.

8. Pour élaborer le plan de défense de son secteur le Commandant de Division devra:
a) préparer pour chaque armement, mortier et mitrilleuse, deux positions de tir; une proncipale et celle de secours. Commencer par la principale.
b) planifier des tranchées pour l'Infanterie
c) établir des laisons et mettre en place des postes de commandement du Bataillon jusqu'à la Division, un principal et un secours.
d) porter une attention particulière à l'organisation du feu pour l'artillerie. Le principe de base est d'être en mesure de concentrer le feu de tout l'armement dans n'importe qu'elle direction d'où peut arriver les blindés ennemis. Pour cela il faut preparer la mobilité des pièces d'armement ainsi que du feu.
e) Les mouvements des positions de tir à tous les niveaux, Corps, Division, Régiment et Bataillon, les mouvements de tous les types d'armement, mitrailleuses, mortiers... doivent pouvoir s'effectuer dès que les informations et les ordres de routes auront été donnés, de jour comme de nuit.
f) preparer chaque armement, mitrailleuse, mortier à être en mesure de tirer de jour comme de nuit.
g)Informer le Commandant de Division des positions de tir chaque batterie d'artillerie et de mortier pour qu'il soit en mesure de concentrer le feu selon l'exigence de la situation. Les Commandants de Bataillon, de Division,, de Compagnie, de batterie doivent connaître leur position. Informer les Commandants de Bataillons des positions de tir des mitrailleuses et des mortiers. Informer les Commandants de Régiment et préparez les moyens en vue de leur construction. Effectuez les reconnaissances en secret sous l'autorité des Commandants de Régiment.
  h) Dès que les positions seront occupées une attention particulière sera portée à aussitôt enterrer en profondeur tous les types d'armement comme les équipements. Confiez cette tâche aux Commandants et aux Agents des Services Politiques les plus énergiques. Rendre compte des postions en secret par des missions de liaison nocturne.       

9. Informer et obliger les Etat-major à toujours connaître la poistion de leurs troupes ainsi que celles de l'ennemi, à posséder en réserve tout ce qui peut être nécessaire pour le combat, disposer de moyens de communication opérationnels,en particulier avec les unités garde-frontières. Contrôler systèmatiquement que les troupes remplissent bien leur mission. Augmenter le niveau d'exigence demandé aux Commandants d'unité et de grande unité concernant les missions pour les Etat-Major, superviser leur travail, instruisez et testez chaque Commandant d'Etat-major
Je porte une attention particulière au fait que que quelques Commandants d'unité et Chefs de services ne travaillent pas, parce qu'ils ne sont pas suffisement commandés ou bien mal commandés.

10. Préparer avec soins les plans de Défense Anti-Aérienne.
premièrement, chaque position doit être protégée d'une attaque aérienne ennemie. En déplacement comme sur une position chaque unité doit être en mesure à chaque instant de se disperser, se camoufler et se protéger d'une attaque aérienne.
deuxièmement, dès qu'une position est occupée, il faut immédiatement disposer de points d'étalonage de tir dans la direction d'où peut provenir les actions.

11. preparer la défense de nuit quelque soit la situation. Mettre en place un plan de renseignement.

12. prendre en compte qu'un bombardement aérien peut suffire pour anéantir l'approvisionnement quotidien en munitions, obus, charges, cartouches...

13. Chaque Commandant ne doit avoir à l'esprit qu'une idée, qu'il doit par n'importe quel moyen empêcher l'ennemi de briser nos forces, que les forces de l'ennemi quelques soient les conditions, doivent et seront détruites. Encadrer les Soldats de l'Armée Rouge et les auxilliaires pour qu'aucun d'eux, et quelque soit la situation, ne cède à la panique. La panique fait perdre tous les moyens.
Grâce à l'extrême rigueur au combat et l'exemple d'un commandement maîtrisé des Commandants et des Chefs politiques, la mission principale de chaque Soldat de l'Armée Rouge ou ses auxilliaires est de ne pas disperser ses moyens, de ne pas gaspiller une cartouche, un obus, une charge, mais méthodiquement viser l'ennemi

14. Bien avoir à l'esprit que l'erreur d'un seul homme, en particulier quand il s'agit d'un Commandant, peut coûter énormément de sang. C'est pourquoi la tâche la plus importante des Commandants est de tenir les petites comme les grandes unités en état opértionnel permanent, les commander avec fermeté.

15. Chaque chef doit parfaitement connaître la méthode que peut employer l'ennemi pour désorganiser le commandement de nos troupes. Quelle est cette méthode?
Il faut savoir que dans les centres de communication ne travaillent pas que des gens absolument sûrs, parmi eux il peut y avoir des espions qui travaillent pour l'ennemi, c'est pourquoi dès la sortie d'une Division vers son lieu de déploiement, et cela ne se fera que sur mon ordre, tous les centres de communication du secteur de la Division ou du Corps doivent tre pris en charge par des opérateurs des transmissions appartenant à la Division ou au Corps.
En Belgique des officiers allemands et plus générzlement des agents de la cinquième colonne, en uniforme français ou anglais se sont introduits dans les arrières des unités françaises et anglaises et ont donné des ordres aux unités françaises et anglaises qui ont déjoué les plans du commandement français et anglais.

16. Pour que cette situation ne se produise pas, il faut tout de suite établir une procédure de mot de rconnaissance et de mot de passe, du supérieur au subalterne et du subalterne au supérieur pour que seuls les chefs directs puissent transmettre des ordres, ne jamais transmettre des ordres en clair au téléphone. Les ordres écrits doivent être brefs et disent qui, quoi, où, quand il doit être réalisé. Pour cela il faut impérativement informer les Commandants de chaque mission pour qu'il soit en mesure de rendre compte immédiatement et précisément quoi, quand, où, qui, de quelles sources, mettre les subordonnés en état opérationnel. Dès les premières heures de l'action de combat organiser la protection de ses arrières et tous, en cas de doute, immédiatement retenir et s'assurer des personnes. Pour lever les doutes il faut progressivement et constamment mobiliser lesorganisations du Parti, des Komsomols, tous les effectifs, tous les Soldats de l'Armée Rouge. Ne pas faire de bruit mais expliquer brièvement avec constance la mission et exiger qu'elle soit accomplie avec vigilence. La vigilence doit mêttre fin à la négligence et à la démotivation.
Chaque Commandant, chaque agent politique doit bien comptendre qu'il ne faut pas travailler à l'échelle du jour mais de l'heure, faire ce jour mais dans l'heure, ce qui n'a pas été réalisé la veille, de manière organisé, ferme et fiable.

17. Disperser et camoufler les aéronefs dans les bois, la végétation sur les aérodromes. Ne pas les mettre en formation de ligne, mais les maintenir tout de même en état opérationnel prêt à décoller.
Disperser le park de blindés et d'artillerie, les mettre à couvert des bois, tout en leur maintenant la capacité de se mettre en oeuvre dès le déclenchement de l'Alarme. Organiser les rassemblements de troupes dès le déclenchement de l'alarme en compatibilité avec l'état opérationnel, qu'il n'y ait pas de rassemblement en ligne, dans des espaces ouverts ou dans des bâtiments.
Quel que soit l'arme, le délai pour le rassemblement en cas d'alerte est de 40 minutes.         

18. Chaque Commandant quelle que soit l'unité, doit avoir une volonté ferme, imperturbable, énergique. Chacun doit être formé à cet état d'esprit.

19. Tout le monde doit connaître cet ordre jusqu'au Commandant de Division. Mettre en application cet ordre sans qu'aucun autre ne s'y oppose.
Les Commandants d'Armée, de Corps, de Division doivent élaborer un plan pour une mise en apllication de cet ordre pour le 25 juin de cette année. Rendre compte au Commandement Supérieur dès l'élaboration de ce plan.

Le Commandant des Troupes de la Région Militaire Baltique, Colonel-Général F. Kuznetsov.
Membre du Conseil Militaire, le Commissaire de Corps Dibrova
Chef d'Etat-Major de la Région, Lieutenant-Général P. Klenov

REFERENCES ARCHIVES FOND 344, OP 2459SS, D 11, LL 30-36





0 commentairesVu 157 fois
<- Retour Index du Blog de quovadisRetour Annuaire des Blogs ->


Scroll