Forum Le Monde en Guerre


https://www.39-45.org/blog.php?page=alberto&mode=&sid=c465a80ab75e88db02d49f2b8be1b6b9

Auteur: alberto [ 02 Fév 2016, 17:55 ]
Sujet du blog: ITINERAIRE D’UN APPELE ORDINAIRE... BRITANNIQUE CETTE FOIS !

Suivant un circuit que je n'ai pas encore complètement reconstitué, mon père entretenait des relations épistolaires avec certains survivants de cette WW II.

J'ai retrouvé dans ses dossiers, ce document que je trouve assez émouvant :

Prologue de mon père : "En hommage aux amis britanniques dont la part du sang a grandement contribué à libérer l’Europe de la tyrannie nazie.
Celui qui a écrit l’histoire de ses campagnes ( en français, s'il vous plait ! ) était un jeune professeur de lettres que la conscription a détourné, comme tant d’autres, de ses préoccupations personnelles.
Voici" :

Âgé d’à peine plus de 20 ans, je fus en février 1942 « appelé sous les drapeaux » du 5ème bataillon du régiment du Wiltshire.
Ce régiment sera intégré à la 129ème brigade de la 43ème Division (Wessex)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Wessex
L’étendard de cette division portait l’insigne du Dragon Doré, le Wyvern (la Vouivre en français, note alberto) q...

[ Lire la suite ... ]

Auteur: alberto [ 04 Déc 2015, 13:08 ]
Sujet du blog: Maestro : musique !

http://www.musicme.com/#/Musique-Des-Equipages-De-La-Flotte/videos/Sambre-Et-Meuse---7148575177466A68356B30.html

Auteur: alberto [ 22 Nov 2015, 18:16 ]
Sujet du blog: Fin de guerre jusqu'à la libératon

Rappel du dernier évènement très embarrassant vécu par mon père (cf chapitre précédent)
"Le 19 mai, un vendredi, je reçu l’ordre de me présenter au bureau de recrutement du STO , agence « Rivoli » (ancien magasin de chaussures du « juif » André) muni de ma carte d’identité et d’alimentation : la brutalité des termes employé n’augurait rien de bon ! A l’agence, ne se trouvaient que des employées allemandes (des « souris grises ») et l’une d‘elles s’empara avec brutalité de mes papiers et me donna à remplir une « feuille de route » dont la destination était déjà pré remplie : Brandebourg ! Je lui demandais : où est cette ville ? – A cent Km. A l’est de Berlin – Et qu’y ferais-je ? --- Travail en usine ! Refusant d’examiner mon certificat médical : « Le train part lundi matin à 9 heures Gare de l’Est, vous y ferez tamponner votre feuille de route ». Là-dessus elle apposa avec force sur ma carte d’identité, un tampon à l’encre rouge : « Parti en Allemagne ». Et à la plume elle ajouta la dat...

[ Lire la suite ... ]

Auteur: alberto [ 19 Oct 2015, 14:24 ]
Sujet du blog: Vire, le journal de Jeanne

Dans le cours des pérégrinations de mon père, il est question d'une "Tante Jeanne", de Vire.
J'ai estimé utile de remettre en ligne dans ce blog le journal que j'avais déjà fait paraître il y a quelques temps ici sur le Forum (Peut-être dans Histomag, sous le titre :" Juin 1944, une femme écrit sous les bombes)

J’ai ici tenté de décrire les heurs et malheurs vécus par une partie de ma famille durant les quelques semaines que dura la libération de sa ville.

Pour cela j’ai retranscrit les notes prises à la volée par ma (grande) tante Jeanne qui tenait à cette époque un petit hôtel restaurant, le « Café du Virage » à Vire, 14500 Calvados.

Vire, situé à environ 50Km. de la mer et de Granville, se trouve sur la route d’Argentan via Flers et à peu près 30Km. au sud de Saint Lô. C’est un nœud de communication important qui se situait à l’époque juste à la jonction de la 1ère armée américaine et la 2ème armée britannique.

C'est-à-dire au cœur d’un chaudron chaud-bouillant du 6 Juin ...

[ Lire la suite ... ]

Auteur: alberto [ 18 Oct 2015, 16:10 ]
Sujet du blog: FIN DE GUERRE DANS LA CLANDESTINITE


Cette partie des mémoires de guerre de mon père est un peu plus délicate à retranscrire, car réintégré lui-même dans une partie de sa famille et de celle de sa future femme, de nombreux détails personnels ne présentent pas d’intérêt pour un lecteur extérieur.
Ces membres des familles ne seront mentionnés que dans la mesure ils ont eu une participation en lien direct avec sa vie de clandestin.

Après s’être évadé d’Hilsbach, se retrouver dans le Paris de l’occupation n’est donc pas une situation dénuée d’embuches, reprenons son récit :


En quittant le Stalag j’avais emporté une carte réponse, modèle KG (pour prisonnier de guerre). Je l’adressais sans tarder aux amis restés là-bas afin de leur faire part de la bonne issue de mon retour.
« Mon père (veuf) que j’avais pu voir rapidement me mit au courant de la situation : il avait dû convoyer les archives de la banque où il travaillait, le Comptoir National d’Escompte de Paris, en zone sud, jusqu’à Vichy. Mon jeune f...

[ Lire la suite ... ]

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]