Connexion  •  M’enregistrer

Tout sur le Focke Wulf 190 + liens et autres anecdotes.

Cet espace est consacré aux forces aériennes de toute nationalité et aux opérations aériennes durant la Seconde Guerre Mondiale

Tout sur le Focke Wulf 190 + liens et autres anecdotes.

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Batbat  Nouveau message 19 Nov 2006, 15:14


N'ayant rien trouvé avec la fonction recherche, je vous propose un très beau site sur le FW190 :


Dommage qu'on ne puisse agrandir les images mais la qualité des documentations vaut vraiment le détour.

Savez-vous que le score du JG54 (les coeurs verts) atteignait les quelques 9500 victoires sur le front russe vers la fin du conflit !!!
Voilà un site regroupant toues les victoires aérienne de la Luftwaffe !

Et pour finir, un ancien experten s'essayant à Il2, le simulateur d'avion de la WWII sur PC !
(Traduction plus bas)

"A friend of my family flew for the Luftwaffe in the war. He has a large amount of anecdotes about his time there, and I thought it would be educational to me to see how he would do in IL2.

It took a while to get him used to the controls, because he is not used to using computers. Also, he can't fly long before tiring his eyes. Apart from those things, he seems not to be overly interested in flightsimming and I suspect he did it mainly to please me.

He wanted to fly the Me262, 'because he wanted to know what it was like'. He got turned down when he applied to be transferred to jets, and I guess he's still curious. What I wanted was to see him fly the 109E and the 190A, which were his machines in the war. Is just sat to the side making notes and helping him with the keyboard. He was very impressed with the graphics in the game, his impressions of computers being calibrated on 'pong'.
After a number of testflights in a Finnish Brewster, to get him used to the controls, he started with the Emil. He had to get a bit used to the flight model. According to him, the real 109 was 'stiffer'. It would want to go in a straight line, and you'd have to work to get it to turn; relaxing the controls would very quickly return you to a straight line. The radius of turn and the turn speed were OK according to his recollection, but to do it often would require 'Riesenmuskeln'. My stick setup is already very stiff, so that must have been impressive. HE didn't turn much when at speed, mostly curving gently. The climb and acceleration were a bit optimistic according to him. Such climb should be possible, but only if you had the exact right 'feel for the wing', not just b puting the nose up. In fighting, he took a lot of time to get into position, and preferred to go for positions in which he had at least two seconds uninterrupted firing time. After that, he'd break off, even if the attack had failed to do damage. He'd shoot quite accurately, even with difficult deflection shots. However, if there was any indication he might be targeted by an enemy, he'd go fully into the defensive. Especially after he learned to mistrust his AI wingmen. Even during attack approaches, he'd be throwing his view all over the glass of the cockpit, and always on the widest available angle. When landing he'd be very careful, make a long approach and touching down straight, flaring and slow. Maybe because he spent a good few months in hospital in '40 after crashing his Emil on landing.

In the 190a4, his first remark was 'Warum gibt's kein Panzerglas?', and the second was about the ReVi being mounted too low. Front visibility was completely wrong, according to him. This was compounded by the flight attitude that should have been more tail-high. When gunning the engine for take-off, he jammed the stick into his crotch, and was very surprised when his tail started slipping sideways regardless. I locked his tailwheel manually thereafter, but he insisted that should also be more effective.

The first time he took off, he immediately landed because he thought his engine was running badly. I explained to him random engine trouble isn't modeled, but he has trouble seeing the extents of the simulation, expecting everything to be modeled that he can see.
Surprisingly, he doesn't think the E loss in curves is too much. Even more surprisingly, he thinks straight flight drag is too light (said while overshooting the runway with 600 km/h). Then he made remarks about the engine giving accurate performance when at high speed, but too little thrust at speeds lower than 350-400 km/h. One of his combat moves is a very rough near-stall high-speed turn, dropping a lot of speed, then accelerating - which last part doesn't happen. That annoyed him a bit.
He did like the maneuverability of the a4. The FW was nice to maneuver, because it was very light in the controls compared to the 109E. He was much more eager to pull violent moves in the FW. It was easy to pull the acing vector away from the heading vector. He did consider the rudder too 'sharp' though. That should have been less useful. Still, most maneuvers would be quite gradual. After a violent move, he'd often fire very short bursts from his wing guns. He said that was to stop them jamming.

In the 190, when confronted with roaming fighters, he'd refuse to engage. He'd just look for a different target. Quite different from my 'kill everyhin' approach. When attacked, he held his own, once making a very impressive aerobatic move: A Spit came in fast on his high 6, which was answered with a throttle cut and a clockwise barrel roll with a steep pull-up, ending up firing from almost-stall vertically down into the Spits cockpit. When I try, I crash.

He never liked flying against Spits. He said they could still give him nightmares. Once, when pursued by a cautious AI Spit, he suddenly started firing his wingguns into open space. When asked, he said you shouldn't have a bomb inside your wing when there's a Spit behind you. He was dumping his ammo.
He remembers viidly how his plane was hit with Hispano's. He says the little clunk we hear now is nothing compared to the shock, vibration and deafening noise of getting any part of the plane hit by 2cm. Rifle calibre would also make noise, but mainly when hitting something substantive, like armour, engine, or heavier stiffeners. When he fired upon a Lightning, and took off a wing and a boom with a single burst, he was quite surprised. He said it was very rare taking off large structural parts, but a lot of paneling should come off, and fires shoudl be more frequent. When it happened a few times more (wing shedding I mean) he said it was something you'd expect after a long wing fire, when carrying vulnerable ordnance, or when hit with 3cm a lot, but not otherwise. When landing the 190 the first time, he landed much more roughly than with the 109. After making touchdown, he jammed his stick back, causing the bouncing tailwheel nose-over. That baffled him, saying that this was wholly unrealistic.

On approaching bombers: in the war, he relied on being vectored in to determine his approach. On a head-on pass, one would try to damage the formation. Large formations would have trouble reforming after being disrupted. After the pass, a return would be made from the side or behind. When one would have a good target (i.e. no close-by other bombers that could fire) one'd *park on his 6 and pick off his engines*. He aslo says that real bombers would spray MG fire from the moment they saw you comin in, and in almost random directions. They'd have trouble tracking you and just put up curtains of fire. When approaching a flight of 4 B17s from high 7, he showed that you were pretty well-protected if you kept them all just hidden behind your cowling; either they'd hit your engine (und es ist nur Halbzollfeuer)or your Panzerglas, so you were quite safe. That is when he was PK'd at 700 meters with the first burst.

One thing he really missed was ground contact. Ground control would be constantly giving information on position, vector to be taken and enemy presence. Without it, he felt quite lost.

The AI was something of an irritation. Not only do they do suicidal things, but he tracked a P38, saying 'with this kind of maneuvering, he'll be dead tired soon and I can shoot him then'. It took some convincing that the AI never gets tired.

When flying the a8, most of the above applied. He likes the 30mm we have, saying it is more reliable than the real thing. The damage it does is not quite what he remembers. A hit in the fuselage would silence bomber gunners, and on engines it would be less effective than 20mm. It would destroy propellers, and loosen large chunks of skin though. De-skinning a wing would send a bomber into a spiral. With the a8, he would want to know in advance the location of Leichte Flak, and whenever he'd get pursued, he'd dive towards it. Flak accuracy in game is equal to Hitlerjugend operated Flak, if I understand him correctly. Good Flak would fire short, well-calculated bursts, with much higher accuracy than we have. His advice on dealing with AA is to keep speed up and not get in view too long. The trick was to be in and out before the gunners had readied and swivelled. After that, the fire was murderous.

Random observations: Lightnings turn wider in game than he remembers, and B17s go down too easily to cannon fire."


- Some info also posted by Rampenplan about the old gentleman in question:

"A family friend (German) was a Bf109 pilot in France. He got no kills there (He swears that he never saw more skillful pilots than the French he fought there) until he broke his gear landing, flipped over and spent a year in hospital recovering from numerous fractures.
After being declared ready for mobilization again, he was assigned to a Geschwader flying FW190s. He fought tooth and nail to be reassigned to his old unit, but was ignored. He mistrusted the FW until he flew it in combat. Then he fell in love with it. He flew in the West. He fought bombers mostly, but later he was expected by his mates to mainly entertain the escort fighters. He got 41 'wreck kills', i.e. the wreck of his kill was found on the ground, but he swears he has killed more planes threefold. He had to parachute twice, land on country roads at least five times, and flew back in a total loss plane lots more. He said that 'the FW would bring you back home even if it was completely dead'. He was captured at the end of the war, and managed to avoid a long boring captivity by being selective with the truth. He claimed to have been schooled for the Me262, when he had merely flown escort for them taking off and landing. He was taken to an airfield in Britain, where for the first time he saw an airfield with every item the Luftwaffe prescribed for a fighter airbase. Including the BMW staff cars, coffee supplies, medicine cabinet, kitchen supplies, high-grade fuel, good beds...
He is very talkative, likes to go into detail (hard to shut him up about it, actually!), and formed my impression of how combat must have looked. I showed him IL2:FB. He was very impressed with the graphic detail, but less so with the flight model of the FW190.
He is a small, nice little well-dressed gentleman. He views the war as a large adventure, and doesn't like the thought that people got killed."


Sa traduction :

Un ami de ma famille a volé dans la Luftwaffe pendant la guerre. Il a plein d’anecdotes à raconter de cette époque, et j’ai pensé qu’il me serait profitable de voir comment il s’en sortirait avec IL2.
Il lui a fallu beaucoup de temps pour se faire aux commandes car il navait pas l'habitude des ordinateurs. De plus il ne pouvait pas voler longtemps pour cause de fatigue oculaire. A part ça, il ne semble pas particulièrement intéressé par le vol simulé et je pense qu’il l’a fait principalement pour me faire plaisir.

Il désirait piloter le Me262 ‘parce qu’il voulait savoir comment c’était”. Sa candidature de transfert sur jet fut rejetée et je pense qu’il se demande encore pourquoi.
Je voulais le voir piloter le 109E et le 190A, qui étaient ses avions pendant la guerre.
Je m’étais juste assis à ses côtés pour prendre des notes et l’aider à se servir du clavier. Il était très impressionné par le graphisme du jeu, ses impressions à propos des ordinateurs étant juste calibrés par rapport au jeu "pong".
Après un certain nombre de vols d’essais sur un Brewster Buffalo pour s’habituer aux commandes, il commença avec l’Emil. Il dut se faire au modèle de vol. D’après lui, le vrai 109 était plus ‘raide’. Il filait droit et le pilote devait se forcer afin de le maintenir en virage ; relâcher le manche le faisait revenir en ligne droite. Le rayon de virage et la vitesse en virage étaient correct d’après ses souvenirs, mais le faire souvent demandait un ’paquet de muscles’. Mon joystick étant déjà réglé très dur, ça devait être impressionnant.

Il ne virait pas très sec préférant principalement les grandes courbes. D’après lui, le taux de montée et l’accélération étaient un peu optimistes. De tels montées étaient possibles, mais seulement si vous aviez le feeling correct, pas juste pointer le nez vers le haut. En combat, se mettre en position lui prenait beaucoup de temps, et il préférait des positionnements pour lesquels il disposait d’au moins 2 secondes de feu ininterrompus. Après ça, il dégageait, même si l’attaque avait échoué.

Il tirait avec précision, même avec des angles de déflexions difficiles. Néanmoins, s’il y avait le moindre indice lui indiquant qu’il pouvait être pris pour cible, il se mettait entièrement sur la défensive. Spécialement après avoir appris à ne pas faire confiance à ses équipiers AI. Même durant les phases précédant les attaques, il regardait partout sur des angles les plus larges disponibles. A l’atterrissage, il était très prudent, effectuant une approche longue et touchant droit, arrondi et décélération (ou vitesse faible). Peut-être à cause de son séjour de plusieurs mois à l’hôpital en 40 suite au crash de son Emil à l’atterrissage.

Dans le 190A4, sa première remarque fut ‘Pourquoi n’y a-t-il pas le pare-brise blindé ?’ et la seconde fut à propos du viseur monté trop bas. Pour lui, la vision frontale était complètement fausse. C’était du à l’altitude de vol qui devait donner une assiette plus faible. A la mise en puissance pour le décollage, il mit brutalement manche au ventre et fut très surpris lorsque la queue commença à glisser sur les côtés. J’ai verrouillé la roulette de queue manuellement après ça mais il insista pour dire que sa manœuvre devrait être plus efficace.

Lors de son premier décollage, il se reposa immédiatement pensant que son moteur ne fonctionnait pas correctement. Je lui ai expliqué que les problèmes aléatoires de moteur n’étaient pas modélisés, mais il fut ennuyé des possibilités de la simulation, s’attendant à ce que tout ce qu’il pouvait voir soit reproduit.

De manière surprenante, il ne pense pas que la perte d'energie ne soit de trop. Encore plus surprenant, il trouve que la traînée en ligne droite est trop faible (affirmé durant le dépassement de la piste à 600km/h). Ensuite il fit des remarques à propos des performances exactes du moteur à vitesse élevée, mais de traction trop faible aux vitesses inférieures à 350-400 km/h. Une de ses figures de combat est un virage très âpre à grande vitesse en limite de décrochage, avec perte de vitesse importante puis accélération – cette dernière ne se produisant pas, cela le contrariait un peu.

Il appréciait vraiment la manoeuvrabilité du A4. Le FW était agréable à manoeuvrer parce qu’il était très léger aux commandes comparé au 109E. Il était beaucoup plus impatient à effectuer des manoeuvres brutales avec le FW. Il était facile de dissocier le acing vector du heading vector ( ????). Il considérait l’effet du palonnier trop précis. Il aurait fallu qu’il soit moins marqué car moins utile. Encore, la plupart des manœuvres étaient tout à fait progressives. Après une manoeuvre brutale, il tirait souvent de courtes rafales avec les canons d’ailes. Il disait que c’était pour éviter de les enrayer.

Dans le 190, lorsque confronté à des chasseurs en maraude, il refusait l’engagement. Il cherchait juste un type de cible différent. Très différent de ma mentalité ‘combattre tout ce qui se présente’. Lorsqu’il était attaqué, il restait très combattif, effectuant une fois une manoeuvre acrobatique très impressionnante : un Spit arriva très vite à ses 6h par le haut ; sa réaction fut de couper les gaz et d’effectuer une barrique dans le sens horaire suivi d’une violente ressource, se terminant par un tir vertical vers le bas dans le cockpit du Spit en étant en limite de décrochage. Lorsque j’essaie cette manoeuvre, je me crashe.

Il n’a jamais aimé combattre les Spits. Il disait qu’ils pouvaient encore lui donner des cauchemars. Une fois, poursuivi par un Spit AI peu agressif, il fit soudainement feu avec ses canons d’ailes dans le vide. Questionné, il répondit que vous ne devez pas avoir de bombe dans vos ailes avec un Spit derrière vous. Il se débarrassait de ses munitions.

Il se souvient bien comment son avion fut touché par des Hispanos. Il dit que les petits martèlements que nous entendons maintenant n’est rien comparé au chocs, vibrations et bruits assourdissants lorsque n’importe quelle partie de l’avion est atteinte par des obus de 20mm. Les balles de mitrailleuses faisaient aussi du bruit mais principalement en frappant des parties comme le blindage, le moteur ou de gros raidisseurs. Lorsqu’il tirait sur un Lightning et lui arrachait une aile et une poutre d’une rafale, il en était tout surpris. Il disait qu’il était rare d’arracher de grandes parties structurales, mais beaucoup de panneaux se détachaient et les feux étaient plus fréquents. Quand cela se produisait encore à plusieurs reprises (ailes coupées) il disait que c’était une chose à laquelle on pouvait s’attendre mais pas autrement qu’à la suite d’un feu nourri, lorsque l’avion avait des charges vulnérables, ou bien lorsqu’il était touché par de nombreux obus de 30mm.
Le premier atterrissage en 190 fut beaucoup plus brutal qu’avec le 109. Après le toucher, il mis rapidement manche au ventre, entraînant un fort rebond de la roulette de queue.
Il en fut désarçonné, affirmant que c’était complètement irréaliste.

En approche des bombardiers : il s’appuyait sur la direction relative de l’interception afin de déterminer son approche. En passe de face, on essayait de briser la formation. Les grandes formations avaient du mal à se reformer après rupture. Après une passe, on revenait attaquer parle côté ou par l’arrière. Quand on avait une bonne cible (pas près d’autres bombardiers qui pourraient faire feu) on se plaçait à ses 6h et on visait les moteurs. Il disait aussi que les vrais bombardiers tiraient largement dans des directions presque aléatoire dès qu’ils nous voyaient venir. Ils avaient du mal à nous suivre en visée et se contentaient dresser des rideaux de balles. A l’approche d’une formation de 4 B17 en position 7h par le dessus, il vous montrait que vous étiez bien protégé si vous les mainteniez tous cachés derrière votre capot ; ils touchaient votre moteur ou votre Panzerglas (par-brise blindé), vous étiez ainsi en sécurité. C’était quand il fut tué à 700m avec la première rafale.

La chose qui lui manquait était le contact avec le sol. Le contrôle sol donnait constamment des informations sur la position, les caps à prendre et la présence des ennemis. Sans lui, il se sentait totalement perdu.

L’AI était quelque chose d’irritant. Ils n’agissaient pas seulement que de façon suicidaire, mais il pistait un P38, disant ‘avec ce genre de manœuvre, il sera bientôt mort de fatigue et je pourrai alors le descendre’. Il se persuada que l’AI n’était jamais fatigué.

Presque tout ce qui est relaté plus haut s’appliquait lorsqu’il pilotait le A8. Il apprécie le 30mm que nous avons, disant qu’il est plus fiable que le vrai. Les dégâts produits ne sont pas tout à fait ce dont il se rappelle. Un coup dans le fuselage éliminait les mitrailleurs de bombardiers, et sur les moteurs l’efficacité était moindre qu ‘avec un 20mm. Ca détruisait les hélices et détachait de grands pans de revêtement. Arracher le revêtement d’une aile mettait le bombardier en spirale. Avec le A8, il voulait connaître par avance la position de la Leichte Flak, et lorsqu’il était poursuivi, il plongeait vers elle. La précision de la Flak du jeu est équivalente à celle opérée par les jeunesses hitleriennes, si je le comprends bien. Une bonne Flak tirait des rafales courtes et bien ajustées, avec une bien meilleure précision que celle que nous avons. Son conseil pour faire face à l’AA est de garder la vitesse élevée et ne pas rester dans leur champ de vision trop longtemps. L’astuce était de traverser leur champ d’action avant que les tireurs ne soient prêts et puissent tourner pour viser. Après ça, le tir était meurtrier.

Remarques aléatoires : dans le jeu les Lightnings virent plus large qu’il ne s’en rappelle et les B17 sont abattus trop facilement par le tir des canons.

- Some info also posted by Rampenplan about the old gentleman in question:

Un ami de la famille (Allemand) était pilote de Bf109 en France. Il n’eut pas de kill là (il jure n’avoir jamais vu de pilotes plus adroits que les Français qu’il combattit à ce moment là), avant d’avoir brisé son train d’atterrissage, capoté et passé une année à l’hôpital, se remettant de multiples fractures.

Après avoir été re-déclaré apte à la mobilisation, il fut assigné à un Geschwader sur FW190. Il se battit bec et ongles afin d’être reversé dans son unité d’origine, mais n’eut pas gain de cause. Il ne croyait pas au FW avant de l’avoir piloté en combat. C’est alors qu’il en tomba amoureux. Il volait sur le front West. Il combattait principalement des bombardiers, mais plus tard, ses camarades ont désiré qu’il fasse distraction aux chasseurs d’escorte. Il enregistra 41 kills (avec épaves retrouvées au sol) mais jure en avoir abattu 3 fois plus. Il sauta en parachute 2 fois, atterrit sur des routes de campagne au moins 5 fois et rentra à la base dans un avion totalement endommagé encore plus de fois.
Il disait que le FW vous ramenait à la base même lorsqu’il était complètement endommagé. Il fut capturé à la fin de la guerre et s’arrangea pour éviter une longue captivité ennuyeuse en étant sélectif sur la vérité à dire. Il affirma avoir été formé pour le Me262, alors qu’il avait simplement effectué des vols d’escorte pour eux lors des phases de décollage et d’atterrissage. Il fut emmené sur une base en Grande-Bretagne où, pour la première fois, il put voir un terrain où figuraient tous les ingrédients que la Luftwaffe prescrivait pour une base de chasse. C’est à dire voitures de personnels BMW, ravitaillement en café et nourriture , cabinets de médecine, carburant à haut indice d’octane, bons lits…
Il est très bavard, aime donner des détails (réellement difficile de le faire taire), et forgea mon image de ce à quoi les combats avaient pu ressembler. Je lui ai montré IL2 FB. Il fut très impressionné par les détails du graphisme, mais moins par le modèle de vol du FW190. Il se présente comme un gentleman de petite stature, bien habillé, d’allure agréable. Il revoit la guerre comme une grande aventure et n’apprécie aucunement que des gens soient tués.


Je doute d'un fake, il y a quand même des informations pour le moins très précises.




Voir le Blog de Batbat : cliquez ici


    Dernier message
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Un blockhaus à vendre: avis aux amateurs. 
il y a 28 minutes
par: Jumbo 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 10 
Hier, 23:36
par: Martial Velin 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 11 
Hier, 23:21
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Le quiz histoire - suite - 15 
Hier, 23:18
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Décès Héléna Fraux 
Hier, 22:09
par: GBW067 
    dans:  Que pensaient les Français pendant la Seconde Guerre mondiale ? 
Hier, 21:34
par: thucydide 
Hier, 21:25
par: juker88 
    dans:  Occupation allemande sud-ouest de la France. 
Hier, 20:31
par: Terry84 
    dans:  Soldat japonais 
Hier, 20:10
par: iffig 
    dans:  recherches Willy TEPEL 
Hier, 20:05
par: Patty 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Semantic Visions et 5 invités